couv

(Ne prend pas en compte les mots de moins de quatre lettres)

Croqu’livre

L’Association
> Le CRRLJ
Nouveautés
Sélections annuelles
Sélections thématiques
Formations
Groupes lecture
Temps forts
Contact
Quoi de neuf

Le livre jeunesse en Franche-Comté

Auteurs-illustrateurs
Conteurs
Associations
Editeurs
Salons et évènements
Prix et concours
Spectacles

...et au-delà

Actualités
Spectacles
Expositions
Liens

Dernière mise à jour :
dimanche 25 septembre 2016

Mot Clé : Roman graphique


Roman(s) :


coup de coeur Le rêveur / P. Munoz Ryan ; P. Sis. - Bayard

Enfance romancée de Pablo Neruda. Neftali est un enfant chétif et maladif que son père froid et autoritaire tente de transformer en médecin ou dentiste. Mais l’enfant est un rêveur et déjà c’est la nature et les mots qui l’attirent. Pourtant de nombreux obstacles se dressent devant lui dans ce Chili en pleine mutation. Comment arrivera-t-il à devenir un des plus grands poètes du XXème siècle ?
Un roman différent, poétique et à la fois récit. Le fil qui tend l’écriture est la relation du poète avec sa famille. Le sujet est très bien traité et l’auteur peu à peu nous entraîne sur le chemin de la poésie, d’un autre regard au monde. Le livre a des pages épaisses et de nombreuses illustrations ce qui lui donne un aspect de pavé, alors qu’il se lit très bien. A découvrir !
« - Ne faîtes pas attention à lui il n’a rien dans la tête.[...] C’était absurde. Comment aurait-il pu avoir la tête vide avec toutes ces pensées qui l’encombraient en permanence ? »

coup de coeur La bouche de l’ogre : où l’on s’aperçoit qu’une lettre peut tout changer / B. Broyart ; D. Mary. - Oskar. - (Trimestre). 2013

Rien de mieux que de côtoyer l’horrible peur, la vraie pour relativiser les soucis du quotidien. C’est ce qui arrive à Nathan qui, en se promenant dans son quartier, se retrouve dans la tanière d’un ogre. Lorsqu’il retrouvera le chemin familier de son foyer, Nathan aura l’impression d’avoir davantage prise sur les soucis de son père et son chômage. Et l’espoir, enfin…
Ou comment la violence de notre société peut s’immiscer dans la tête d’un enfant...

coup de coeur Lafcadio, le lion qui visait juste / S. Silverstein. - Les grandes personnes. 2013

Oncle Shelby, Shel Silverstein lui-même, nous conte l’histoire résolument étonnante et drôle d’un jeune lion qui ne fait rien comme tout le monde. Les lions fuient les chasseurs ? Il préfère rester et converser. Rien ne nous étonnera plus ensuite lorsqu’on nous le verrons apprendre à tirer, avec précision qui plus est ; lorsqu’il rejoindra la société des hommes pour y briller en tant qu’artiste de cirque ; lorsqu’il se gavera de Marshmallow, dans une obsession jamais calmée ; lorsque enfin il quittera le succès pour vivre « quelque chose de nouveau ». Ne comptez pas sur Oncle Shelby pour nous dévoiler ce qu’est devenu Lafcadio. Il préfère nous laisser imaginer la suite du destin exceptionnel de ce lion toujours en quête.
Le narrateur aime à digresser pour mieux accorder à son personnage toute la liberté qu’il incarne ; avec ses illustrations souples au trait noir, il renforce la fantaisie loufoque de cet univers qui se joue des contraintes et, par-là, imagine tous les possibles. Un conte jubilatoire dès 9-10 ans.

coup de coeur Rouge Tagada / C. Bousquet ; S. Rubini. - Gulf Stream. - (Les graphiques)

Une jeune fille de 13 ans connait son premier émoi amoureux, rien d’original a priori, si ce n’est que l’objet de son amour s’avère être une autre adolescente, nouvelle dans sa classe. Malheureusement tout comme dans les tragédies dont elles partagent le goût, la fin ne connaitra pas de dénouement heureux...
Pas de grandiloquence néanmoins, le ton est juste, en résonance avec les préoccupations contemporaines des adolescentes.
Tout nous plait dans cet ouvrage étonnant : le titre savoureux et enjôleur, la souplesse de la mise en page oscillant entre BD, album et roman graphique, l’ambiguïté d’une amitié adolescente, la force de la chute, douce-amère...
Autre lecture
Une nouvelle élève. Une amitié qui naît. Mais Alex ressent plus que de l’amitié pour Layla. Comment l’approcher ? comment lui dire ? Comment lui faire partager ses sentiments ? Car Axel est elle aussi une fille...
Au delà de la relation du thème du premier amour, se dessine avec finesse, justesse et pudeur les thèmes de l’amour non partagé et de l’homosexualité. Le choix du roman graphique est une réussite. Les illustrations accompagnent avec douceur cet émouvant récit de vie. On reprendrait bien une fraise Tagada...
« A deux, tout était plus facile, et j’en arrivais même à oublier mes idées bizarres, mes envies de la serrer dans mes bras, contre moi, d’embrasser ses paupières et le bout de son nez, de goûter ses lèvres roses et, quand elle était triste, de sécher ses larmes avec des baisers. J’oubliais tout ça, oui, parce que nous étions amies. Vraiment amies. Meilleures amies. Inséparables. »

coup de coeur Le yark / B. Santini ; L. Gapaillard. - Grasset

Le monde n’est plus ce qu’il était ! Il devient de plus en plus difficile de trouver des enfants sains et sages, les seuls qui soient digestes pour le yark, espèce de monstre particulièrement fragile de l’estomac... Galopins et gredins sont légion mais où débusquer des enfants comestibles ? Grâce au père noël bien sûr, qui, avec sa liste d’enfants sages, le conduira à son repas ! Première destination : Charlotte, « excellente écolière, hygiène impeccable, prie Dieu tous les soirs, débarrasse la table. PS. Et en plus, elle trie les ordures ! ». Mais Charlotte la studieuse a également lu le manuel pour se défendre face aux monstres ; Lewis lui réserva une autre mauvaise surprise. Madeleine, quant à elle...
Une langue précise, léchée, et néanmoins délicieusement familière par moments, qui interroge le lecteur en 13 chapitres illustrés : bon ou mauvais, carnivore ou pacifiste, doit-on, fataliste, se résigner à suivre ce que l’on croit être sa nature ?

coup de coeur Les secrets de Zoé / T. Stewner ; A. Montel. - Bayard. - (Estampille)

Zoé fait tout pour être discrète mais comment l’être véritablement lorsqu’on parle le langage des animaux et que les plantes poussent au moindre contact ? La rencontre avec Esahi, qui porte une autre différence, celle d’être surdoué, lui fait comprendre que ce qu’elle considère comme gênant, honteux, peut être une chance incroyable, celle par exemple de sauver l’éléphante du zoo de la ville.
Un roman illustré dès 8-9 ans agréable et léger.

coup de coeur Lulu et le brontosaure / J. Viorst ; l. Smith. - Milan

Quelle peste cette Lulu ! Et capricieuse avec ça ! Pour son prochain anniversaire, ses parents s’enquiert de ses souhaits. Et eux qui lui cèdent toujours tout, lui refusent le brontosaure demandé. Puisque pour une fois hurlements et gesticulations sont vaines, Lulu ira chercher elle-même son dinosaure !
Une quête qui prendra une tournure surprenante, d’autant que l’auteure, dans l’histoire, revendique avec force parenthèses, son droit à la fantaisie et à la décision arbitraire. Ainsi proposera-t-elle plusieurs fins.
Un roman graphique sympathique dans l’histoire d’une rencontre miroir et original dans sa forme de mise en abime.

coup de coeur Quelques minutes après minuit / P. Ness. - Gallimard

Un livre fort, envoûtant, qui doit beaucoup à son écriture. Conor fait des cauchemars récurrents. Il faut dire que sa vie elle-même ressemble à un cauchemar : son père a fondé une nouvelle famille, sa mère suit un énième traitement contre son cancer, et à l’école il est le souffre douleur. C’est alors qu’un monstre apparaît... pour l’aider ? Mais est-ce possible ? Ce conte philosophique à l’écriture hachée, avec ses illustrations qui viennent par moment lécher le texte, ne laissera personne indifférent.
Autre lecture
Conor est angoissé, seul, en colère. Et pour cause, sa mère subit encore un traitement contre le cancer, le troisième. A qui pourrait-il confier ses cauchemars ? Certainement pas à sa mère en proie à de grandes souffrances, il déteste sa grand-mère et son père est parti aux États-Unis refaire sa vie. Sa meilleure et unique amie ? Elle l’a trahi en révélant à l’école la maladie de sa mère alors qu’il souhaitait conserver une vie normale, au moins à l’extérieur… Lorsque apparaît le monstre, gigantesque if personnifié, il se raisonne et tente de ne pas laisser entrer cette chose irrationnelle dans sa vie. Mais que ce soient les histoires qu’il raconte ou les remarques qu’il lui oppose, les échos avec ce qu’il vit sont si forts qu’il le retrouve régulièrement et se laisse guider par celui qui dit lui venir en aide...
L’ouvrage évoque bien sûr la maladie, l’impossible et nécessaire acceptation de la mort de ceux qu’on aime, l’insoutenable cheminement pour y parvenir, avec son lot de sentiments contradictoires. Cette tension psychologique -remarquablement décrite par Patrick Ness- est intensifiée dans les moments clés par les illustrations noires et denses de Jim Kay, et tous deux mènent ce drame imprégné de culpabilité avec une sensibilité nuancée. Le fait de savoir que l’histoire est inspirée par Siobhan Dowd, récemment décédée d’un cancer, donne une coloration très particulière au roman. Coup de coeur de Julie et Catherine

coup de coeur L’ étrange cas origami Yoda / T. Angleberger. - Seuil

Voici un roman graphique très enlevé, drôle et même touchant. Toute la question du livre est de savoir si l’on peut faire confiance à Origami Yoda, petite marionnette de papier animée par l’étrange, le très étrange Dennis. Depuis quelques temps, elle prodigue conseils philosophes et sentences profondes aux élèves de 6°. Mais le narrateur voudrait lui confier LA question de confiance concernant Sarah, d’où l’enquête préalable qui donne lieu à des anecdotes cocasses, amères aussi. Car en enquêtant sur Origami Yoda, c’est bien sûr Dennis que l’on découvre peu à peu. Un olibrius qui détone dans la classe et sera celui par qui chacun trouvera solution à son problème, apprendra à mieux gérer sa relation à l’autre.
Autre lecture
Récit original et drôle, composé à la manière d’un journal. Chaque chapitre constitue un épisode de la vie de l’école, souvent raconté à plusieurs voix. Dennis appartient aux perdants, mais sa marionnette à l’effigie de maître Yoda (Star Wars), prodigue des conseils... et cela marche !
Le livre se lit avec plaisir notamment grâce aux nombreuses illustrations et à la mise en page. Un livre à conseiller à ceux qui ont aimé Journal d’un dégonflé.

coup de coeur Le grand cheval bleu / I. Cohen-Janca. - Rouergue. - (DoAdo)

La mère de Paolo travaille pour l’hôpital San Giovanni, qui accueille des fous. Il vit donc au milieu d’eux, ce qui lui vaut la méfiance des "autres". Il y a les patients lunaires comme Francesco qui parle aux oiseaux, il en est d’autres qui les tuent… Un jour arrive un nouveau docteur, Franco Pasaglia, qui veut abolir les frontière entre le village et l’hôpital, remplacer les médicaments et électrochocs par les mots. Paolo lui a d’autres inquiétudes : on veut envoyer à l’abattoir son vieil ami le cheval Marco. Pour lui aussi, le docteur trouvera une solution...
Le récit montre l’humanité d’un homme qui permet aux vies fatiguées et brisées de poursuivre leur chemin, au sein de la société. Les illustrations de Maurizio A.C. Quarello apportent une incroyable densité à cette histoire qui voit les codes éclater.
Précisons, comme l’auteur, que l’histoire s’inspire d’un psychiatre qui, dans les années 70 à Trieste, remit en cause les asiles d’aliénés et bouscula le monde de la psychiatrie.

coup de coeur Gaspard le léopard, tome 1 : Un match superdingo / G. Moncomble ; E. Gasté. - Milan. - (Milan poche Benjamin ; Quelle rigolade)

C’est dans un décor de savane africaine riche en couleurs que Gérard Moncomble et Eric Gasté nous proposent de suivre les aventures de 2 clans : d’un côté, il y a Gaspard le Léopard, de l’autre Léon le lion. Chacun sa bande, chacun son territoire. Jusqu’au jour où une malheureuse noix de coco, convoitée par la Belle de Gaspard, vient semer le trouble...
Petit roman graphique où texte TRES dynamique, encarts de bandes dessinés et illustrations se mêlent et se relaient pour une histoire enlevée, drôle et sans aucun temps mort. Ca fourmille de vie et de détails, vivement les prochains épisodes !
Dès 7-8 ans, pour enfants déjà bien familiarisés à la lecture.
Dans la même série :
Ras le bol des copains ! : Habitué aux aventures trépidantes, Gaspard voudrait ici lire en silence mais ses amis ne semblent pas le comprendre...
Alors, qui c’est le plus beau ? : Ah...Léa...Gaspard en est gaga. Tout prêt, tout beau pour inviter sa dulcinée en balade, il va vite déchanter en découvrant qu’il n’est pas le seul : Léon s’est montré plus rapide et plus entreprenant. Notre félin jaloux sort les griffes !

coup de coeur L’ invention de Hugo Cabret / B. Selznick. - Bayard

C’est le principe du livre qui séduit de prime abord : le texte assume la narration et laisse régulièrement le relais à de pleines pages d’illustrations au crayon noir lorsque le rythme s’accélère ou que l’auteur veut porter l’attention sur un détail. La forme est adaptée au sujet du livre puisqu’il est un hommage au magicien et cinéaste Georges Mélies -le livre inclue plusieurs plans de ses films- qui, dans cette fiction, verra son travail reconnu par ses pairs grâce à un jeune garçon orphelin nommé Hugo Cabret.
Littérature et graphisme se mêlent pour un même hommage à l’art cinématographique. Dès 10-11 ans.

coup de coeur Le petit Gus / C. Desmarteau. - Panama

Hommage annoncé au Petit Nicolas et Claudine Desmarteau ne nous décevra pas : la verve de ce petit Gus est au moins aussi truculente que celle du héros de notre enfance. Gustave -qui s’appellera Brad lorsqu’il sera une star - vit avec son époque et a toujours un commentaire à faire sur, en vrac : la télévision, les looks vestimentaires, le réchauffement de la planète et autres désastres écologiques, la surconsommation... Mais il est aussi très préoccupé par sa vie familiale : son grand frère pas très accro aux études, sa grand sœur qui écoute Nirvana en boucle, les parents, forcément, et surtout surtout Monica, sa chatte et tous ses chatons dont il va falloir s’occuper...
Petits et grands soucis de la vie... l’éclat de rire n’est jamais loin, au détour d’une remarque bien sentie de Gus -qui derrière la naïveté de l’enfance est décidément bien perspicace- ou d’une illustration corrosive de l’auteur.

<<< Retour à la page précédente

© Association Croqu'Livre - Centre régional de ressources en littérature jeunesse