couv

(Ne prend pas en compte les mots de moins de quatre lettres)

Croqu’livre

L’Association
> Le CRRLJ
Nouveautés
Sélections annuelles
Sélections thématiques
Formations
Groupes lecture
Temps forts
Contact
Quoi de neuf

Le livre jeunesse en Franche-Comté

Auteurs-illustrateurs
Conteurs
Associations
Editeurs
Salons et évènements
Prix et concours
Spectacles

...et au-delà

Actualités
Spectacles
Expositions
Liens

Dernière mise à jour :
dimanche 25 septembre 2016

Mot Clé : Musique




Album(s) :


coup de coeur Mon petit Mozart / Séverine Cordier. – Gründ (mes premiers livres sonores), 2014

Dans un format 15x17cm, ce petit album cartonné, facile à manier, ravira le tout-petit ! Il partira à l’exploration de 6 airs, parmi les plus connus de Mozart et en toute autonomie ! En effet, le principe des albums sonores est d’appuyer sur une puce électronique dissimulée dans l’illustration, pour voir surgir soudain des airs ou des sons. Pour l’enfant, c’est magique et voilà de grands airs classiques revisités par votre bout de chou : « Ah vous dirais-je Maman », « L’alphabet », « La marche turque », « La petite musique de nuit », « La sonate N°16 » et le célébrissime « Air des clochettes ». Votre petit les connaîtra sur le bout des doigts et la pile peut même être changée ! L’extrait sonore est correct, clair, évocateur, et très court. L’illustration naïve, gaie et colorée accompagne tout l’album qui peut séduire même de plus grands. Anita Choteau

A partir de 1 an

coup de coeur Le chant de Colombine / Emilie Vast. - MeMo, 2014

Colombine la belle oiselle est amoureuse. Mais comment attirer l’attention de Pierrot, qui n’a d’yeux que pour la lune ? Chaque matin, elle emprunte une note à l’un de ses congénères : le merle, la pie, le moineau, le pinson...mais le soir venu hélàs, Pierrot trouve la note bien bruyante, et ne reconnaît pas la belle ! Do, ré, mi, fa, sol, la, si...et si petit à petit, colombine créait sa propre mélodie ?

L’univers graphique d’Emilie Vast, toujours aussi enchanteur, entraîne le petit lecteur au coeur de la gamme et de la mélodie, tandis que page après page il découvre un oiseau différent. Ewa Bochenski

A partir de 3 ans

coup de coeur L’ avie d’Isée / C. Ponti - Ecole des Loisirs. 2013

C’est la première fois qu’Isée peut toucher la musique d’une chanson. Et même monter et marcher dessus... Isée entre dans le livre et nous la suivons sur sa portée musicale, à travers une forêt de maisons. Des maisons pour tenir au chaud sauf que tout est sens dessus dessous et qu’un monstre veut la dévorer ! Ou deux ! mais rien ni personne ne l’arrête... Ouvrir les yeux sur le monde, à-prendre le plus de chemins possibles... Entre rêve et réalité, Isée s’éveille et s’émerveille.
Claude Ponti perpétue la vie d’Isée entre initiation et culture dans un foisonnement d’images où les détails nous interpellent et nous interrogent (nombreuses références artistiques, architecturales ou même technologiques). Il nous invite à la vigilance, la découverte, comme un voyage à suivre ou à poursuivre. La lecture de ce troisième opus des aventures d’Isée élargit d’ailleurs la perception des précédentes.

coup de coeur Yoshka / S. Du Faÿ ; G. Keraval. - Seuil. 2013

Yoshka a grandi dans la nature, au contact des éléments et des animaux sauvages. Dans cet « espace sans limite », il est devenu « fort comme un ours », « aussi rapide que le vent », et courageux malgré sa taille de crevette. Puis Yoshka et ses parents sont arrivés dans la ville des gratte-ciels immenses. C’est alors par la musique, expression d’une nature libre, qu’il s’épanouira et réussira un petit miracle...
Yoshka écoute sa propre histoire, racontée par sa mère fière de le voir grandir ; tous les deux revivent intensément les moments forts de sa vie. Et le lecteur vibre avec eux, porté par les illustrations douces de Gwen Keraval.

coup de coeur La contrebasse / S. Henrich. - Kaléidoscope. 2013

Quoi de plus émouvant -mais surtout pathétique- que ces parents qui projettent leur rêve d’enfant sur leur "merveilleuse" progéniture. C’est le thème de cet album grand format traité savoureusement par Stéphane Henrich.
Rémy a visiblement toujours rêvé de devenir un virtuose de contrebasse et croit évidemment que sa fille réussira là où il a échoué. Bien sûr, si les enfants répondaient aux attentes des parents, cela se saurait... Donc au fil des pages nous voyons la petite Charlotte souffrir avec la contrebasse de son père retrouvée dans le grenier, sur fond de discours grandiloquent de ce dernier. Il n’entendra raison qu’après un malencontreux accident survenu au noble instrument. Ce livre est drôle du début à la chute.

coup de coeur Bourricot blues ou les musiciens de la Nouvelle-Orléans / J. Huling ; H. Sorensen. - Le Genevrier

Quatre animaux vieillissants fuient leur maître ingrat et font route ensemble. Cette version des musiciens de Brême déroule la trame des frères Grimm mais possède une vraie originalité : La Nouvelle Orléans se substitue à la ville de Brême et toute la tonalité du livre s’en ressent, avec un champ lexical autour de la musique. Rien ne laisse néanmoins présager de leur futur talent, tant leur voix dissonent : celle du Vieux Bourricot « geignait comme un accordéon dégringolant un escalier » ; celle du Chat Borgne « gémissait comme un violon joué avec un couteau ». La conteuse Muriel Bloch a adapté le texte américain, narration et dialogues invitent spontanément à une lecture à voix haute.
Les huiles sur toile d’Henri Sorensen couplées aux silhouettes découpées des animaux rajoutent à l’expressivité de cette histoire qui voit les animaux malmenés prendre leur revanche sur la vie.

coup de coeur Un bon troc / L. Pauli ; K. Schärer. - Ane bâté

Avant même de découvrir l’histoire, on est heureux de retrouver les silhouettes pataudes et tendres de Kathrin Schärer. Dans cette seconde collaboration avec Lorenz Pauli (après Monsieur Renard à la pipiliothèque), c’est un loir et un ours qui cohabitent, à grand renfort de tractations, trocs à répétition, qui semblent léser notre ours. Mais ce dernier, heureux de vivre et philosophe, casse les rapports marchands et instaure une réelle amitié.

coup de coeur Ma grand-mère chante le blues / S. Martin ; B. Dubois. - Rouergue

On sent que le narrateur est fier de sa grand-mère ! Une grand-mère qui chante le blues, ce n’est pas banal pour une française, surtout lorsqu’elle en devient célèbre, même outre-Atlantique ! Il raconte le parcours de cette mamie qui, jeune fille qui croisa le chemin d’un GI, en tomba amoureuse, connut le cafard de l’absence puis décida de suivre ses pas...
Texte et illustrations jouent en parfaite symbiose la partition de cette histoire d’amour habitée par la musique et traversée par les évènements historiques qui frappèrent l’Europe et les États-Unis (guerre 39-15 et émeutes raciales à Chicago).
Un album à la fois grave et léger dès 6-7 ans.

coup de coeur Les voisins musiciens / J. Shibuya. - Autrement

Deux pages en vis à vis, 2 fenêtres d’appartements mitoyens. Un petit garçon à droite voit emménager une nouvelle famille qu’il accueille en musique. Une petite fille lui répond et bientôt, violon et piano s’expriment de concert.
La parole n’est pas de mise ici, laisse place à une chorégraphie synesthésique de bulles de couleurs qui symbolisent la rencontre et l’échange. La musique, outil de communication et puissance d’évocation.

coup de coeur Les cinq affreux / Wolf Erlbruch. - Milan

Monstrueux, laids, répugnants... voici comment se décrivent le Cinq affreux, qui ont bien intégré ce qu’on leur répète... Mais la hyène en est sûre : « Ce qui compte, c’est ce qu’on fait. Pour soi et pour les autres. » Ensemble, ils ouvrent une guinguette à l’ambiance folle et les apparences n’ont bientôt plus aucune importance !

coup de coeur Diapason / L. Devernay. - La Joie de lire

Album sans texte aux teintes vertes et blanc cassé qui, cernés de traits fins, dessinent une forêt dense. Un petit homme, maestro de son état, grimpe au sommet d’un arbre. Sous son impulsion, les feuilles des arbres- ou sont-ce des oiseaux ?- entament une chorégraphie aérienne et gracieuse.
Le format tout en hauteur et en accordéon participe du mouvement d’une nature en perpétuelle renaissance où tout est harmonie.

coup de coeur 1000 vents, 1000 violoncelles / H. Ise. - Nobi Nobi !

C’est le violoncelle qui réunit ces deux jeunes enfants qui à leur âge déjà, savent à quel point l’instrument est vecteur de leurs émotions, de leur souffrance. Lorsqu’ils apprennent qu’un groupe de violoncellistes répètent pour un concert de soutien à la ville de Kôbé, détruite par le grand tremblement de terre de 1995, il leur semble évident que leur place est parmi eux. Après les répétitions, c’est le moment du concert, rassemblant plus de 1000 musiciens. Quand les émotions personnelles sont à l’unisson, pour un mouvement collectif de générosité et d’espoir...
La photographie noir et blanc d’un quartier anéanti de la Ville tranchent avec les illustrations à l’aquarelle d’Hideko Ise qui apporte énormément de douceur, de pudeur à cette histoire bouleversante.

coup de coeur Olivia et sa fanfare / I. Falconer. - Seuil

Olivia, au fil des ouvrages, est toujours aussi épuisante (pour sa mère bien sûr) mais, dans son hyperactivité, elle arrive encore à nous faire sourire. Aujourd’hui, il y a un grand feu d’artifice et Olivia décrète qu’il faut pour l’occasion une grande fanfare. Une fanfare se fait à plusieurs et elle est toute seule ? Qu’à cela ne tienne, Olivia est inventive et déborde d’énergie. Toute la famille est dépouillée (mais très poliment !) pour constituer l’orchestre. A l’heure de partir pour le feu d’artifice, plus envie ! Mais la journée n’est pas finie et Olivia nous réserve encore bien des surprises...
Un personnage fort sympathique, une famille avec laquelle on ne peut s’empêcher de compatir, une mise en page des plus variées, tout cela est dynamique et plaisant à souhait !

Roman(s) :


coup de coeur DJ ICE / Maia Love. - Alice Jeunesse (Tertio), 2014

A 16 ans, Marley ne rêve que d’une seule chose, devenir un célèbre DJ, En attendant, sa vie est plutôt compliquée : il doit suivre ses cours et travailler comme serveur le soir pour payer les factures, sa mère complètement démissionnaire est héroïnomane... Une opportunité va se présenter à lui pour remplacer un DJ dans une boite de nuit...

Livre facile à lire et plaisant grâce à la musique , un petit coup de cœur . Dominique Topin

A partir de 13 ans

coup de coeur Alabama blues / Maryvonne Rippert, avec la collaboration artistique de Christian Biral et Cédric Vernet. - Oskar Poche (Société), 2014

Lou fait la connaissance d’un SDF Noir et musicien qu’il croise régulièrement dans les rues de Lyon. Commence alors pour le garçon un passionnant voyage dans la musique, en particulier le blues de la Nouvelle-Orléans. C’est aussi et surtout l’occasion pour lui de s’approcher d’une autre Lou (fille de sa classe) qui a décidemment un sacré caractère. Très bon roman où le lecteur découvre l’histoire de la musique des esclaves noirs en Louisiane, et comment celle-ci peut agrandir les horizons et les rencontres de chacun. Marie Chaillet

Lou a du mal à trouver sa place dans sa famille recomposée. Son paradis ? La musique ! Sa rencontre avec un vieux blues man puis avec un groupe de musiciens, vont l’aider à trouver sa voie. Cela sera aussi l’occasion de porter un autre regard sur Lou, une jeune fille de sa classe qui l’intrigue beaucoup. Mais deux hommes en costumes sombres rôdent autour d’eux. Ils prétendent être en planque afin d’arrêter des trafiquants d’instruments...
Un roman tissé de fils de musique avec au milieu des pages des flashcodes pour écouter en ligne les morceaux qui bercent l’histoire. Mais c’est l’optimisme et l’ouverture sur les autres qui seront les clés du récit. Alors que l’auteur nous propose un retour sur les malheurs de la Nouvelle Orléans et les sources du Blues, de l’esclavage à l’ouragan Katarina, les personnages sont lumineux.
Un livre à différentes facettes, qui séduit par la conception de la musique qu’il déploie comme instrument de vie. A lire ! Marion Uteza

A partir de 11 ans

coup de coeur Bienvenue au cast, aux portes du rêve / P. Perrier ; Diglee. - Rageot, 2014

J’ai bien aimé ce roman. Certes, une couverture rose et glamour qui laisse présager une histoire « rose bonbon » mais finalement pas si « niaise » que prévue. L’histoire est bien menée, les personnages sont sympathiques, on apprend pleins de choses sur le monde du spectacle et j’ai bien aimé les dessins accompagnant l’histoire. Bref, un roman qui donne envie de lire du Racine, de chanter « j’avais rêvé d’une autre vie » et même de faire de la danse classique. Coralie Bernat

Pauline intègre le Centre des Arts du Spectacle, option comédie musicale. C’est sa première année, elle est en seconde, et nous découvrons avec elle les caractéristiques de cette école très particulière. Il y a bien sûr les autres élèves, tous passionnés et motivés qui amènent une ambiance unique faite de camaraderie mais aussi de tension : emploi du temps lourd, fortes exigences des enseignants, stress et compétition. Dès le premier jour, le directeur annonce un casting pour une comédie musicale. Quelle place aura Pauline ? Va t-telle réussir à s’intégrer dans l’école ?
Le livre est très complet et réaliste. On découvre les différentes matières et les divers métiers du monde du spectacle. L’ambiance, digne de la star académie est très bien rendu. L’accroche du lecteur par la rencontre entre l’héroïne et ses camarades de chambre fonctionne bien. Un livre qui a su me séduire ! Marion Uteza

Une jeune fille, Pauline, va entrer dans une école d’art. Elle va rencontrer d’autres jeunes avec qui elle a quinze jours pour présenter un spectacle . J’ai trouvé l’histoire banale et les personnages pas assez marqués. Les illustrations sont bien et il y a beaucoup de dialogues comme dans une pièce de théâtre. Lou, 5ème (Collège Lumière)

Cette fabuleuse histoire commence aux portes d’un immense bâtiment, le Cast, l’école de l’art du spectacle la plus renommée de France. Une future artiste, Pauline, s’engage dans le sentier semé d’embuches vers la célébrité. Alors qu’elle commence à s’habituer à ses nouveaux professeurs et à ses amis, elle découvre que cette année la barre a été mise très haute : un casting a été mis en place avec un délai de 15 jours. Un gros problème plane sur les filles : il n’y aura pas assez de rôles pour elles toutes… J’ai toujours adoré ce style de livres. Celui-là est plutôt moyen car j’ai eu du mal à accrocher quand je suis arrivée vers le milieu… et c’est en partie à cause des didascalies. Les illustrations sont très belles même si ce sont toujours les mêmes au fil de l’histoire… J’ai donc trouvé ce livre bien, mais sans plus…Ilona, 12 ans

A partir de 11 ans

coup de coeur Platine / V. Brunner. - Flammarion (Tribal), 2014

Vous aimez les héroïnes énervantes ? Eh bien Eva ne va pas vous décevoir ! Elle est remplie de certitudes et a du mal à évoluer. Sa vie ? Le Rock ! Elle écoute des playlists en fonction de son humeur. Sinon elle aime rigoler avec Samia et faire les magasins. Une visite a ses grand-parents va l’inciter à porter un nouveau regard sur les autres. Les « hobbits » comme elle les appelle lui laisse un sac qui contient de vieux disques vinyles en souvenir de son père disparu avant sa naissance. C’est le début des ennuis pour Eva...

Un récit d’une vie d’une adolescente raconté par un homme et on le sent ! Le lecteur a souvent envie de hurler sur l’héroïne, de la secouer, de lui demander d’ouvrir les yeux ! Ses relations avec ses parents et avec ses amis sont au centre du livre. L’évolution du personnage en pleine crise personnelle est intéressante et sonne juste. A découvrir... Marion Uteza

coup de coeur Billie H. / L. Atangana. - Rouergue (DoAdo). 2014

Il ne faut pas la chercher, Eleanora, ou les réparties fusent ! Sa maitresse tout d’abord, sa tante, les hommes en font les frais, ce qui n’empêche pas Leanora de se prendre des coups. De ces coups durs qui pourraient briser un être mais il y a quelque chose chose chez cette fille, entre détermination et assurance farouche, qui la maintient debout. Cette petite Leanora, à force de croire en son talent, deviendra celle que l’on connaît sous le nom de Billie Holyday.
C’est donc son enfance, jusqu’à la promesse de son premier enregistrement, qui nous est racontée ici, dans un style oral donnant à entendre les gens de la rue dans le Baltimore des années 20. Quelques tournures répétitives finissent d’ailleurs par agacer (“Sûr que”…) mais ce que l’on retient surtout, c’est la force de résistance de cette jeune fille qui encaisse mais ne succombe jamais.
Autre lecture
Récit qui retrace la vie de Billie Holiday, reine du jazz.
1920, Etats-Unis, Eleanora ne connait pas son père musicien, elle tente de survivre avec sa mère dans le quartier noir de Baltimore. Elle ne tarde pas à quitter l’école et connait la misère suite au licenciement de sa mère. Passionnée de musique, elle chante et vit à cent à l’heure. Sa beauté fait d’elle aussi une proie que son tempérament de feu ne suffit pas toujours à protéger. C’est alors qu’elle décide de tenter sa chance dans les cabarets, espérant y retrouver son père...
Le conte de fée intéresse modérément l’auteur qui préfère nous décrire la lutte pour la survie et la rage de Billie qui continue à se battre. Il lie ainsi la qualité de sa voix et la densité de son chant à sa traversée de la vie. L’écriture est fragmentée en petits impacts qui décrivent la course de Billie vers sa passion, le chant. Un très bel hommage à cette magnifique chanteuse.
« Cette gosse avait à peine dix-huit ans. Elle chantait avec la maturité d’une femme de trente ans. Sa voix avait vécu et connu la douleur, l’amour, l’espoir, la déception. Une voix dans laquelle vibraient l’épaisseur et la complexité de la vie. Sans illusions. Sans amertume, non plus. »

A partir de 13 ans

coup de coeur La musique, c’est toute ma vie (L’amour, très peu pour moi) / J. Bloss. - Bayard. - (Sublime idylle). 2014

Ellie est obsédée par la fanfare ; chef de section des trompettistes, elle exige de la part de ses musiciens une discipline très sévère. Pas question d’un faux pas sous ses ordres, pas question non plus d’exécuter son solo autrement qu’à la perfection. Mais Connors est arrivé et tout s’est déréglé. Connors est « canon », Connors est « sexy » et les remparts qu’Ellie s’est construits depuis des années, suite à une expérience humiliante qui fit les choux gras de tout l’établissement, faiblissent dangereusement. Se laissera-t-elle finalement aller à l’amour ? Pour entendre les quolibets dans les couloirs : une terminale sort avec un élève de seconde ?!?
« J’ai la trouille, me suis-je avoué. Je meurs de trouille de ne pas être celle que j’ai toujours cru être. Et je m’accroche comme une folle à cette vieille image devant les autres, incapable d’affronter leurs regards. » Ellie chemine, aux côtés d’un Connors patient et très mature, et entourée de ses amis non moins exemplaires. Et la jeune fille égoïste et un brin psychorigide devient tout doucement sympathique.
Lecture légère et plaisante d’un titre de la nouvelle collection de Bayard, Sublime idylle, qui entend « faire battre le cœur des jeunes lectrices » avec ses « romans d’amour pour les plus de 11 ans. »
Autre lecture
Après une expérience amère et humiliante, Ellie, 17 ans, tire un trait sur l’amour et consacre tout son temps à sa passion : la musique. Obsédée par la fanfare, elle s’entête à repousser les gens autour d’elle, et refuse tout d’abord l’amour du beau et sensible Connor - qui pourtant fait battre son cœur - et ira jusqu’à être odieuse avec lui et trahir sa confiance. Comment peut-elle concilier amour et musique alors que ce jeune homme lui fait rater le solo de trompette qu’elle prépare depuis des mois ? Mais alors qu’elle se rapproche de plus en plus de Connor, voilà que son ancien amour de collège refait surface...
Ce roman nous plonge au cœur des bouleversements sentimentaux adolescents, explore les difficultés à aimer l’autre. Cette jeune fille, caractérielle, dominante et quelque peu brute, porte cependant le masque d’une grande sensibilité, d’un besoin d’amour et de reconnaissance évidents.

coup de coeur Astor, le riff de la rue / R. Harland. - Hélium. 2013

Dans une Angleterre d’un XIXème « rétro-futuriste » (ou steampunk), Astor, jeune musicienne issue de la noblesse, se retrouve - suite au remariage de sa mère - gouvernante des trois enfants de la plus riche famille du royaume, les Swale … Surmontant son orgueil blessé, elle fera face à cette situation et réussira à s’échapper grâce à Verron, valet étrange et débrouillard de la maison Swale. Ensemble, ils fuiront dans la « zone » où règne la guerre des gangs et se lanceront dans une carrière musicale… Un roman d’aventure qui nous emmène dans un univers à l’ambiance parfaitement recréée, avec des personnages attachants, bref, un bon moment de lecture.

coup de coeur L’ âme emmurée / F. Woets. - Oskar. - (Fantastique). 2013

Alix vit depuis peu dans un manoir qu’elle déteste. Grand, froid, impersonnel, il s’y passe en sus des choses étranges : du sang coulant des murs, des respirations venues de nulle part, Alix est tétanisée et ne peut se confier ni à son père glaçant et hautain ni à sa mère neurasthénique. Heureusement elle s’épanouit à l’extérieur, au conservatoire avec son violoncelle. Elle se lie d’amitié avec Rozenn et Samy qui lui ouvrent les portes de la légèreté et de l’amitié. Et elle en aura bien besoin lorsque les évènements étranges deviennent angoissants.
Le roman flirte avec le fantastique avant de laisser libre cours à la vengeance ; il montre un monde huppé où les sentiments n’ont pas droit de cité, montre également qu’on peut s’ouvrir au partage, par le biais de la musique.

coup de coeur Manhattan girls, Tome 3 : En mode vip / J. Philbin. - Albin Michel. - (Wiz)

Hudson a comme passion la musique mais la célébrité de sa mère lui pèse et elle souhaite ne pas suivre le chemin de star que lui est destiné. La popularité, les journalistes, le manque d’intimité l’accablent déjà. Cependant, comment décevoir sa maman qu’elle sent par ailleurs si fragile ? Il va donc lui falloir se battre et apprendre à dire non plutôt que construire sa vie sur des mensonges.
Ce tome peut se lire indépendamment puisque nous suivons la révolte d’une autre des Manhattan girls, pauvre petite fille riche. Même si vous n’aimez ni le milieu des stars ni celui des milliardaires, vous pouvez trouver un intérêt dans la lecture de ce conte qui, par la grâce de son héroïne, nous enchante.
« Quand je me suis retrouvée sur scène, je ne pouvais plus rien faire. Tous les trucs que ma mère n’avait pas arrêté de me dire ces dernières semaines - que je ne chante pas comme il faut, que je ne danse pas comme il faut, que j’ai les bras trop raides, que je ne fais pas assez passer la chanson...- je n’avais plus que ça dans la tête. »

coup de coeur Sur la tête de l’amour / B. Lanneau. - Sarbacane. - (Exprim’)

Slam deale les rimes. Il vend des vers pour les rappeurs de la cité en mal d’inspiration. Seul, isolé, il vit comme une ombre, un réverbère. Et surtout il ne prononce pas un mot. Mais lorsqu’il croise Nora, c’est le foudroiement. La jeune fille tente de réussir au lycée. Intelligente, seule l’orthographe lui pose un réel problème... Mais la cité est là, dans les cages d’escalier, les grands frères, la religion, les règles, la musique... Arriveront-ils à se rencontrer et pour quel avenir ?
Une romance au cœur de la banlieue ? Non, pas vraiment, pas seulement. Plutôt un périple pour décrire la difficulté à amener les mots à se reformer, les individus à se retrouver. L’écriture elle-même "scratch et clash". Le récit s’affole et ralentit. Les mots s’étalent. Et c’est tout un monde qui s’offre à nous. Celui dans lequel les mots ont un pouvoir absolu et à la fois manquent souvent terriblement à nos protagonistes. Alors laissez vous tenter !
« Personne ne le connaissait. Rien. Sans histoire, aucune réput’, pas de cicatrice, ni de trous de boulette dans le survêt. Tout le monde se demandait, c’est qui ce gars chelou, vu que jamais on ne le voyait en plein jour et qu’il passait toutes ses soirées planté sous un réverbère. Il habite où, quel bâtiment, en plus il est seul-tout, il a pas de renp’s ? C’est là que les rumeurs ont commencé, vilci, taulard, espion... S’ils savaient. »

coup de coeur Une guitare pour deux / M. Amato. - Nathan. 2013

Lyla se doit d’être douée avec son violoncelle, pour être à la hauteur de sa mère disparue. Mais que cet instrument lui pèse... Tripp lui a BESOIN de sa guitare, mais sa mère la lui a confisquée pour l’obliger à se concentrer sur ses études et sa vie sociale. Ils vont partager un jour sur deux la salle de répétition prêtée par le collège et ne sont donc pas destinés à se rencontrer. Mais ils échangent des petits messages, d’abord utilitaires et agacés puis très vite complices, autour de leur guitare pour deux, exutoire commun. Petit à petit, la musique, puis l’écriture leur donnent confiance en eux et les rapprochent.
Une intrigue au déroulement convenu mais dont les personnages attachants, avec leurs failles et leur passion, garantissent une lecture agréable et facile. Avec en prime les partitions et l’écoute en ligne des chansons composées pour le roman.
Autre lecture
Deux jeunes se rencontrent grâce à leur amour de la musique. Tripp a pour passion la guitare depuis la mort soudaine de son père. Seulement sa mère décide de l’en priver en espérant l’obliger ainsi à s’intéresser à nouveau à l’école et à se faire des amis. Lyla est une jeune violoncelliste douée. Mais son rêve est d’arrêter cet instrument qui l’angoisse. Le chemin des deux adolescents va se croiser...
Un roman d’été, frais et pétillant. De nombreux échanges se font par lettres et par mails. L’intrigue avance en même temps que leur complicité se fait jour. Le thème de la pression parentale est bien travaillé. La musique et l’écriture de paroles sont au centre du livre. Comme si à l’incompréhension momentanée des adolescents par leur parent, ils ne peuvent que répondre par l’invention d’un langage propre à cet âge des possibles.
«  Je sais que tu vas être furieux, mais tu n’as pas respecté ta part du contrat. Tu n’as pas avancé dans tes lectures cet été, ni fait ton devoir de maths. Tu es resté cloîtré dans ta chambre à jouer de la guitare. On dirait que tu ne peux plus t’en passer, que c’est devenu une vraie drogue. C’est malsain et ça te coupe du monde. Tu es capable d’obtenir d’excellentes notes. Si tu n’obtiens que des A pendant le premier semestre et si tu fais des efforts pour être un peu plus sociable, tu pourras récupérer ta guitare. Bisous,
Maman
 »

coup de coeur Le retour de Cherokee Brown / S. Curham. - Flammarion. - (Tribal)

Claire est furieuse, bouleversée et choisit la voie de l’écriture pour remettre de l’ordre dans ses pensées décousues, pour « essayer de ressembler à (son) héroïne, une fille plus courageuse et meilleure (qu’elle) ». Le jour de ses 15 ans, elle apprend que son père ne vit pas, comme le lui a toujours dit sa mère, aux États-Unis. S’il y est bien parti pour sa carrière de musiciens, il est vite revenu à Londres et a cherché à s’occuper de sa fille. Devant le refus de sa mère, il a abdiqué jusqu’à ce fameux jour…
Claire doit donc encaisser : le mensonge de sa mère ; sa nouvelle filiation incarnée par ce prénom, Cherokee, donné à sa naissance par son père ; l’interdiction de sa mère et son beau-père de revoir ce père ; et le lycée où elle est constamment humiliée. Forte de ces nouvelles révélations, Cherokee est déterminée à devenir auteure de sa vie.
Rythmés par les conseils d’un manuel d’écriture, les chapitres suivent les variations des émotions de Claire/Cherokee : la rage, l’incompréhension, l’espoir, la révolte. Et l’amour bientôt… Une histoire d’émancipation que l’on a plaisir à encourager dans notre lecture.
Autre lecture
Le jour de ses 15 ans Claire reçoit une carte adressée à une certaine Cherokee. Elle vient de son père qui lui propose de reprendre contact après quinze ans d’absence ! La jeune fille, harcelée à l’école, y voit une chance de reconstruire sa vie. D’autant plus quelle a du mal à trouver sa place entre une mère angoissée et un beau-père expert en coaching personnel ! Mais qui est son père ? Après des années de solitude, Cherokee a dessiné dans sa tête un portrait très fort de l’absent. Va-t-il correspondre à ses attentes ?
Le découpage du roman avec pour en tête de chapitre des conseils pour réussir à écrire un livre est très réussi. Il donne envie de soi-même passer à l’écriture. L’héroïne avec toutes ses failles est attachante. On souffre et se questionne avec elle. L’évolution de l’histoire permet d’évoquer de nombreux thèmes comme la relation père fille, le harcélement à l’école ou encore la musique. La lecture est agréable. A lire !
« J’ai eu le cœur serré.Je m’étais fait beaucoup de souci en me demandant ce que j’allais découvrir chez mon père, mais j’avais oublié de me demander ce qu’il pouvait attendre de moi. Il avait envoyé une carte à Cherokee Brown. Il ne savait pas que j’étais devenue Claire Weeks. Une fille qui n’avait pas d’amis et qui n’était même pas capable de marcher normalement. »

coup de coeur Alabama blues / M. Rippert. - Oskar. - (Passion)

Un récit qui présente un jeune sympathique que son attirance pour le jazz entraîne dans une aventure plutôt rocambolesque. De la grosse ficelle certes, on reste dans le roman d’aventure mais on se laisse prendre et si on est équipé pour déchiffrer les flashcodes, on peut profiter d’une écoute simultanément à la lecture. C’est le petit plus.
Autre lecture
Lou est intrigué par ce vieil SDF qui joue du saxo comme personne. Lorsqu’il fait par hasard la connaissance d’un groupe, Les chics types, il se dit que Dexter leur serait de bon conseil. Une belle communauté se crée mêlant les générations et les pays puisque Dexter vient de la Nouvelle Orléans.
Solidarité est le maître mot de cette histoire très ancrée dans la musique ; le roman inclut d’ailleurs des flashcodes permettant d’écouter des morceaux interprétés par la véritable groupe, Les Chics types.

coup de coeur L’ été pop / V. Cuvellier. - Rouergue. - (Dacodac)

Michel avait tendance à se méfier mais il doit bien reconnaître qu’il est attiré par ces hippies, par Mario surtout. Nous sommes dans les années 70, les villageois se défient de ces communautés récemment installées qui fonctionnent sur l’horizontalité et le partage… Ce que Michel va découvrir, au-delà d’une façon de vivre différente, c’est le rock -lui qui fait partie d’une fanfare de village…- et surtout la liberté ! Car lorsqu’ils sont repérés pour participer à une émission de télé avec Guy Lux, pas question pour Mario et Michel de se laisser dicter leur conduite !
Un beau texte sur la musique, la liberté, la confiance en l’avenir !
Autre lecture
Vincent Cuvellier, avec ce texte court, nous offre un voyage dans le temps, destination : les années 70 ! Époque qui semblera bien étrangère aux adolescents d’aujourd’hui mais l’auteur nous en offre une vision intéressante à travers deux personnages : Michel, qui joue du tambour dans une fanfare pendant ses vacances et Mario, fils de hippies à la voix incroyable. Deux enfants qui se rencontrent, deux conceptions de l’éducation différentes, mais la même innocence. Ce qui les relie, c’est la musique, la musique de ces années là qui est le fil rouge de l’histoire : Brassens, Lennon, Sheila ou encore Led Zeppelin sont évoqués, un beau melting-pot ! Un petit roman sans prétention mais rafraichissant et enchanteur à l’image de son titre.

coup de coeur Le cœur en braille / P. Ruter. - Didier

L’impossibilité de Victor à se concentrer et à comprendre les cours est inversement proportionnelle à la facilité qu’il a à comprendre l’être humain dans ses richesses et ses fragilités. Ce n’est pas un hasard, en ce sens, s’il s’entend si bien avec le mystérieux Haïçam "qui ne jugeait jamais mais accompagnait toujours". Lorsque Marie-José, génie intégrale, se rapproche de lui, Victor a néanmoins bien du mal à comprendre ce qui peut les lier… Mais les faits sont là, Marie-José l’aide à combler son "ignorance ennemie", l’amène à devenir par là-même plus vivant et lui ouvre grand ses horizons. À mesure que ceux de Marie-José s’obscurcissent puisqu’elle est condamnée à perdre totalement la vue ; elle compte sur Victor pour l’aider à terminer l’année et atteindre son objectif…
Un premier roman drôle, touchant, positif, solidaire, dont les personnages ne jugent pas, mais se regardent et s’entraident.
Autre lecture
Victor a construit un monde très personnel. Il vit seul avec son père collectionneur et a pour passion les vieilles voitures. Son ami est aussi un être isolé puisque il passe son temps à jouer aux échecs. Mais la plupart du temps Victor est à l’ouest, il déforme les mots et a bien du mal à entretenir de bonnes relations avec l’école. Mais voilà qu’il rencontre Marie-José, brillante élève et violoncelliste. Or elle lui révèle qu’elle va bientôt être totalement aveugle et lui demande son soutien…Une nouvelle vie s’ouvre alors pour Victor.
L’écriture est agréable, le récit propose la confrontation entre deux mondes. L’ensemble est un peu long et la fin trop prévisible mais cela reste un bon moment de lecture.
« Je suis monté au C.D.I., qui était un endroit davantage dans ses cordes mais où, pour ma part, je ne m’étais encore jamais trop montré - un genre de bibliothèque où onpeut s’informer sur tout. A la télévision j’avais entendu qu’on appelait parfois ce genre d’endroit un "temple de la culture" et je préférais m’en tenir à bonne distance, à cause du temple, et aussi de la culture. »

coup de coeur Le voyage immobile / V. Goby. - Actes Sud. - (D’une seule voix)

Les textes de Valentine Goby résonnent comme de la musique et justement dans ce roman, elle met son écriture au service d’Anna qui doit rééduquer sa main droite en jouant du piano. On passe une nuit en compagnie de l’héroïne assise devant son instrument. Durant ces longues heures, elle nous fait vivre son accident et le cheminement douloureux pour vivre de nouveau normalement.
C’est un très beau texte à lire pour soi, à lire aux autres..
Autre lecture
Il y a 9 mois, Anna a perdu, en même temps que l’usage de sa main, sa joie de vivre et ses envies de voyages. Peut-être pourrait-elle récupérer l’usage de sa main mais ses exercices au piano, censés l’y aider, lui paraissent tellement vains, ridicules… Mais en cet instant fatidique, Anna, seule devant son piano, forte de ses rencontres avec son prof de piano, avec un pianiste nommé Cziffra, avec celle qu’elle fut, comprend la force de « l’infinité de (ses) territoires intérieurs » et remet en mouvement ses envies d’ailleurs…

coup de coeur Princesse Vinyle / Y. Prinz. - Albin Michel. - (Wiz)

Allie, 16 ans, est une passionnée de musique. Elle travaille le week-end et les vacances chez un disquaire à Berkley. Sa passion s’illustre par une collection impressionnante de vinyles ainsi qu’un blog où elle parle de ses goûts musicaux hors du commun pour une ado de cet âge. A part sa meilleure amie, elle est assez enfermée dans cette passion.
Les nombreuses références musicales qui jalonnent le récit donnent envie de refaire sa discothèque et accompagnent les différents moments vécus par l’héroïne : amour, intrigue policière… Le roman soulève également le problème de la musique gratuite, volée, à coup de MP3… et de la disparition des disquaires et de toute une industrie du disque.

coup de coeur Swing à Berlin / C. Lambert. - Bayard. - (Millézime)

Wilhelm Dussander se serait bien passé d’un tel honneur : il a été sélectionné par Goebbels pour former un orchestre de "musique allemande de danse fortement rythmée". Une façon biaisée de jouer du Jazz sans le dire, puisque cette musique a été cataloguée dans la catégorie des Arts dégénérés. Chaperonné par un officier SS, il sillonne l’Allemagne pour constituer son orchestre. Quatre musiciens sont sélectionnés, les répétitions commencent. Chacun apprend à se connaître mais les tensions naissent bientôt entre trois des jeunes et le quatrième, "pur produit des Jeunesse hitlériennes".
Quel avenir pour ce groupe passionné qui s’affranchit dans la musique et comprend de plus en plus les réalités politiques de leur pays ? Un roman qui s’appuie sur l’Histoire et choisit une réponse idéaliste à cette mascarade.

coup de coeur Tom Gates, c’est moi ! / L. Pichon. - Seuil

Tom Gates n’est pas un as de la discipline mais il a deux talents : une imagination à toute épreuve et un coup de crayon assassin. Aussi se sort-il facilement des situations les plus périlleuses, que ce soit à l’école ou en famille. Malin, il est sans concessions pour sa sœur Délia ou son camarade Marcus ; pour ses ami-e-s, Derek et Amy, il fourmille d’idées constructives.
Entre journal intime et BD au trait grossier mais expressif, Tom Gates est un roman humoristique illustré plutôt destiné aux jeunes garçons de 10-12 ans.

coup de coeur Comment devenir une rock star (ou pas) / A. Percin. - Rouergue. - DoAdo

Il pourrait nous énerver Max à cabotiner de la sorte mais Anne Percin sait doser à merveille l’esprit facétieux de notre héros préféré. Nous le retrouvons dans ce troisième tome pour les vacances de Noël. Noël, fête de famille… Max a convaincu oncle Christian de rejoindre toute la tribu chez Mamie, où ils commenceront les premières répetitions de leur groupe. Car oui, Max se lance officiellement dans la musique et il recrute les membres avec une belle efficacité. Et des surprises de taille pour le lecteur…
Outre les grandes expériences musicales avec son groupe Kremlin, Max continue son histoire d’amour tumultueuse avec Natacha, découvre son oncle et Alex sous un nouveau jour, a quelques tourments avec Sa Kévinerie… Rien de bien grave car Max a le talent d’aborder la vie avec un allant optimiste, habité qu’il est par la passion et une attention à l’autre qu’il sait sauvegarder…
Merci à Anne Percin de réussir, dans une écriture fluide, vive et drôle, un tome 3 sans nous lasser avec en prime une track-list diversifiée et personnalisée !

coup de coeur Virtuosity / J. Martinez. - Hachette. - (Black Moon)

Carmen passe bientôt le prestigieux concours Guarneri qui récompense les jeunes violonistes les plus virtuoses. Elle qui devait déjà lutter contre le trac, toujours plus envahissant depuis quelques temps, doit maintenant composer avec de nouveaux sentiments : elle ne peut s’empêcher de considérer Jeremy, son plus sérieux rival, comme un compagnon agréable, très agréable... De quoi la détourner de ses ambitions ? Et si sa mère, également manageuse, avait raison en pensant que leur amitié amoureuse n’est qu’une tentative de sape de la part de Jeremy ? A moins que le danger ne vienne de bien ailleurs...
A l’âge où les jeunes prodiges passent à l’âge adulte et doivent apprendre à faire leurs propres choix, Carmen et Jeremy entament un duo parasité par le monde des adultes. Ils devront faire preuve de caractère pour composer leur propre partition.

coup de coeur Rock addict / C.j. Skuse. - Gallimard. - (Scripto)

Jody est super fan des Regulators, et surtout de Jackson, leader du groupe. Lors d’un concert, elle kidnappe "accidentellement" Jackson, et l’emmène chez elle avec l’aide bien involontaire de Mac, son meilleur ami. Or, Jackson s’installe dans l’ancien studio de musique de la famille de Jody et ne veut plus partir, redoutant la colère prévisible de son manager. D’autant que ce chanteur s’avère parano, capricieux, toxico, égoïste, irresponsable.... Jody, elle, est surtout une ado paumée depuis la séparation de ses parents et le décès de son grand-père. Heureusement, il y a Mac, toujours là pour elle, Mac qui l’épaule, Mac que Jody ne remarque décidément pas très bien…
Autre lecture
Jody est réputée pour faire n’importe quoi. Et ce n’est pas aujourd’hui, à l’enterrement de son grand-père, que cela doit changer, alors que rien ne ressemble moins à ce que souhaitait son grand-père que cet enterrement classique. Car Jody a décidé de vivre selon le précepte de son grand père, Ne le rêve pas, fais le. De la même manière, lorsqu’elle se trouvera nez à nez avec son idole, Jackson, le leader du groupe Regulators -à propos duquel son ami dit que "Les femmes en train d’accoucher crient plus juste que lui"- elle ne trouvera rien de mieux que de le kidnapper. A ses côtés, Mac, l’ami fidèle, inconditionnel, assume les frasques de son amie et la suivra dans ce délire de groupie, même lorsque la réalité deviendra beaucoup moins glamour que prévu.
Comme dans Mauvais plans, nous retrouvons le duo explosif d’une ado fofolle et d’un ado posé qui affrontent ensemble l’adversité. C’est souvent drôle, quelques fois touchant, un peu long par moment, et l’on assiste à la prise de conscience, par une ado décalée, de la réalité dans sa complexité. Le rêve n’est plus permis mais la réalité est autrement plus intéressante. Et un peu plus douloureuse.

coup de coeur Un départ en fanfare / G. Abier. - Actes Sud Junior

Joséphine accompagnée de ses parents, vient de rendre visite à sa grand-mère mourante. En sortant de l’hôpital, la famille est attirée par la musique énergique d’une fanfare qui allège leur peine. La rencontre de Joséphine avec Chung, l’un des jeunes musiciens, va permettre à celle-ci d’apaiser sa grand-mère dans les derniers instants de sa vie.
Une lecture facile et touchante. La mort et la maladie sont abordées de front mais sans brutalité. Le récit sort la mort de l’isolement social dans laquelle nous la plaçons trop souvent. Il ne s’agit plus pour la grand-mère de mourir seule et en silence, mais de partir en fanfare.
Autre lecture
Joséphine a du caractère et ne se laisse pas faire. On lui impose des activités, elle trouve toujours un moyen pour y échapper mais cette fois, c’est elle qui demande à apprendre l’hélicon. Elle vient de découvrir que sa grand-mère était majorette, adorait une chanson jouée par son mari dans la fanfare l’accompagnant. Il y a urgence, Maddie est sur un lit d’hôpital et vit ses dernières heures… Chung va l’aider à apprendre le morceau mais ensemble, ils vont faire beaucoup plus que cela et offrir à Maddie une belle mort.
Roman très vivant dont l’héroïne, avec son énergie un brin rebelle, permet d’aborder un sujet délicat sans pathos ni lourdeur.

coup de coeur J’ai 15 ans et je ne l’ai jamais fait / M. Lethielleux. - T. Magnier

Capucine tourne en boucle : elle veut absolument faire l’amour, et vite ! De préférence avec un homme, un vrai, comme son prof M. Martin. Fantasmes… Dans sa classe -mais se sont-ils seulement remarqués ?- il y a également Martin ; il ne vit que pour la musique, qui pourrait bien être sa vocation. Les chapitres et les voix alternent, s’amusant à nous mener en bateau car l’issue ne sera pas celle que l’on suppose.
Roman sympathique d’une héroïne qui découvre ce qu’est l’amour, pas de manière empirique mais en apprenant à comprendre les autres et à s’ouvrir.
Lire l’interview de l’auteure.

coup de coeur Le retour de la demoiselle / C. Ytak. - Ecole des loisirs. - (Médium)

Dégoût, colère, découragement… ce n’est qu’un panel des émotions de Brian devant cet immense gâchis : pour construire une résidence hôtelière de luxe, c’est tout un pan de nature qui est détruit, juste à côté de chez lui (dans les tourbières du massif du Jura). En s’aérant dans la forêt proche, il entend une musique qui l’intrigue, le subjugue et fera bientôt partie intégrante de sa vie : il apprendra à jouer de la harpe avec Maureen, toujours accompagnée de sa petite sœur Lennia, emmurée dans le silence depuis la mort de leur frère. Toutes les deux sont d’origine irlandaise et sont imprégnées du folklore celte qu’elles vont partager avec Brian. Un univers où la nature a une place déterminante…
Un roman aux accents ésotériques où musique et nature se mêlent, dans une symbolique porteuse d’espoir.

coup de coeur ( Re)Play ! / J.-P. Blondel. - Actes sud

Benjamin adorait jouer avec son ami Mathieu, avec leur groupe. Mais il y a eu Clara, classique histoire d’amour à trois impossible, qui s’est mal terminée et a explosé le groupe. Or le très célèbre critique et producteur de musique Franck Ménard vient dans leur lycée pour auditionner les groupes en devenir, l’occasion est trop belle… Il veut surmonter la douleur toujours présente, retrouver une normalité et un sens à sa vie. Avec la ferme volonté de conserver ses rêves de jeunesse en avançant !
Un bon roman sur l’amitié (entre garçons), l’amour, la musique et le pouvoir salvateur de l’écriture. Prenant, court et toujours juste dans la description des ressentis.

coup de coeur Le garçon bientôt oublié / J.-N. Sciarini. - Ecole des loisirs. - (Médium)

On peut avoir des révélation en lisant LE livre, c’est en écoutant une chanson que Toni se sent basculer. Jusqu’alors, Toni était un garçon sans histoires apprécié de tous : par ses parents parce que très sage ; par ses potes parce pas contrariant. Avec cette chanson d’Anthony Hegarty, il comprend que cette sensation de vide, qui ne le quitte jamais, vient du fait d’être mal né. Toni, c’était ce petit garçon auquel il est attaché mais qui dorénavant, n’est plus. Elle sera. Reste à la faire accepter de tous (lui, elle, son entourage).
Un texte très sensible, où la musique a une part importante, qui peut paraître un peu rapide sur ce sujet délicat de la trans-sexualité. Mais le roman se concentre surtout sur la prise de conscience, l’acceptation de soi à soi-même, et pas encore, ou si peu, sur celle des autres.

coup de coeur Le chemin de Sarasvati / C. Ubac. - Ecole des loisirs. - (Medium)

Isaï aurait pu finir comme tant de filles nourrisson : mourir "accidentellement" ; mais sa mère l’a farouchement défendue. Le père étant loin pour nourrir sa famille, elle l’a élevée seule, en lui inculquant toute une culture de chants indiens. Lorsqu’elle meurt, Isaï se retrouve seule et préfère partir plutôt que de supporter les brimades de sa tante. C’est le début d’un long périple vers Bombay, semé d’embûches, de rencontres heureuses et malheureuses. Heureusement, il y a Murugan, jeune hors-caste qui s’est lié d’une amitié forte avec la fillette de 10 ans et ne la quitte jamais. Tous deux croient en leur destin et se donneront tous les moyens pour faire quelque chose de leur vie, elle dans le chant, lui dans les percussions.
Les aventures des deux enfants donnent au lecteur l’occasion de découvrir l’Inde, par bribes.

coup de coeur Les trois premières notes / S. Parkinson. - Ecole des loisirs. - (Médium)

Mags est une toute jeune fille qui n’a pas sa langue dans sa poche et cela peut en exaspérer plus d’un. Elle a décidé de mettre sa verve au service de la Littérature et s’attelle à l’écriture d’un roman. Moult digressions en préambule, mais la voici qui se lance enfin dans le récit de sa rencontre avec Miranda, ou plutôt avec une ado qui a une tête à s’appeler Miranda mais qui se nomme en réalité Gillians. Cette dernière est une virtuose du violon mais se voit empêchée d’aller passer une audition à l’Ecole Yehudi Menuhin. Megs n’est pas du genre à se laisser abattre et décide de venir en aide à sa nouvelle amie.
On comprend combien Mags peut être agaçante mais il apparaît bien vite quelle fille attachante elle peut également être. Entre gamineries et grande maturité, elle mène sa barque malgré les grands drames et petites difficultés de la vie. Un livre dont les détails d’une vie irlandaise plus que provinciale ont leur charme. Et même si le personnage principal est encore une enfant, sa confiance et son sens de l’humour créent un style adapté à un lectorat plus âgé.

coup de coeur La formule du succès / L. Urban. - Ecole des loisirs. - (Neuf)

Amateurs d’humour anglais ce livre est pour vous !
Zoé, 10 ans, rêve de jouer du piano et devenir concertiste. Qu’à cela ne tienne ses parents lui offre... un orgue électrique ! L’enfant voit son rêve s’écrouler avec cet instrument qui est loin d’être le piano à queue qu’elle espérait. Et comme souvent, les désillusions s’enchaînent, sa meilleure amie l’abandonne et les profs censés lui enseigner la musique sont du genre "bizarre". On ne s’ennuie jamais dans ce livre, l’histoire est amusante, l’écriture dynamique, les personnages originaux, petit coup de cœur pour le père de Zoé un brin autiste qui a bien du mal à se trouver une place dans la société.

coup de coeur Désaccords / B. Friot. - Milan. - (Macadam)

Ingrédients :
- une blanche pour Martin, 17 ans.
- une noire pour Florian, son père, chanteur d’opéra très connu.
- deux croches pour Simon, son petit frère surdoué, et Martha, sa vieille tante.
- un triolet pour Julia, 25 ans, jeune chanteuse qui travaille avec son père.
Commencez pianissimo sur une vie normale d’ado, avec quelques accents sur les disputes avec son frère et ses amis.
Transformez ce Largo en Vivace quand Martin rencontre Julia et en tombe profondément amoureux.
Faites un long crescendo sur les tentatives de drague de Martin, qui soudain s’intéresse à nouveau à l’opéra pour la voir. Petit bémol : Julia reste distante.
N’hésitez pas à lier les repas chez la vieille tante Martha, les jeux de Simon et les concerts du père. Faîtes un pizzicato sur les conseils avisés de Martha.
Lors du passage en clé de Fa, le père de Martha sera également attiré par la belle Julia.
Quand Martin, en cachette, suivra son père en répétition loin de la maison avec Julia, passez en Presto et terminez le crescendo pour finir en Forte.
La fin, surprenante et inattendue, restera en point d’orgue.
Néanmoins, quelques trilles et des dièses montrent un changement de tonalité positif pour l’avenir des personnages.

coup de coeur Les ostrogoths / M. Pouchain. - Les 400 coups

Clovis n’a pas une vie facile : son père boit tout l’argent de son RMI, le CDD de sa mère n’est pas renouvelé et c’est lui l’aîné qui fait un peu office de figure parentale auprès de ses 5 frères et soeurs - affublés de prénoms inspirés de l’époque des francs.
Habitués à la galère, tous se rendent vite compte que la situation devient plus que préoccupante : un surendettement vertigineux et des parents complètement dépassés par la situation. Pourtant, tout n’est pas noir : les enfants s’aiment et se soutiennent ; Clovis, lui, a découvert la musique, se passionne pour le piano, s’est même fait un ami. Tandis que les enfants rêvent d’un avenir meilleur, le père, désespéré, a un tout autre projet pour sa famille...
Malgré la gravité du sujet, on sourit souvent, et le roman est porté tout du long par la belle énergie humaniste de Martine Pouchain.
Comme en ghost track, on découvre en fin d’ouvrage un texte : Ecrire ? Aïe aïe aïe ! Ou comment surmonter l’angoisse de la rédaction qui relate le processus d’écriture de ce roman, livré par l’auteur lui-même. C’est assez passionnant.

coup de coeur Be safe / X. L. Petit. - Ecole des loisirs. - (Medium)

Sans boulot et sans perspective d’avenir, Jeremy se dit que l’armée est peut être une solution, qu’il pourra y apprendre un métier... Ce n’est pas qu’il soit convaincu à 100% mais les recruteurs ont été tellement insistants et persuasifs... Voilà donc Jeremy parti faire ses classes. En tant que tireur d’exception, il va en définitive se retrouver dans l’unité spéciale et partir "là-bas"...
Oskar, son frère cadet, reçoit les mails du soldat qui racontent l’attente insoutenable, l’angoisse, les horreurs. Avec son amie Marka, dont le frère est également parti, ils décident d’exprimer dans leurs chansons la réalité de cette guerre. Un exutoire qui se révélera d’autant plus efficace que les 2 musiciens tombent amoureux l’un de l’autre.
La guerre, vue du côté des combattants et de leur famille, avec un même constat : l’absurdité. Et pour s’y soustraire, ils vont échafauder un projet...

coup de coeur L’ échelle de Glasgow / M. Malte. - Syros. - (Tempo+)

Marcus Malte aime les paires, d’ailleurs masculines la plupart du temps : père-fils / frère-ami... quand il ne dédouble pas les personnages eux-mêmes. Dans ce roman, il double la mise : un père raconte à son fils dans le coma l’histoire vraie de 2 amis "à la vie, à la mort". Une histoire dans une histoire, différentes et pourtant si semblables, deux histoires d’Amour, sur un fond de musique rock (encore un thème cher à l’auteur.) Un roman émouvant.
Autre lecture : Pourquoi faut-il toujours attendre les moments critiques pour exprimer les sentiments qui nous lient aux proches ? Est-ce la pudeur, l’inconscience ou la gêne qui dicte notre silence ?
Dans ce roman à une voix, un père brise ce silence, pour un beau témoignage d’amour à son fils Mika qui est dans le coma. Un moyen aussi de stimuler sa conscience. Il s’interroge sur ce qui a pu conduire son fils au suicide, lui livre un moment de sa vie où lui aussi était à deux doigts de céder face aux difficultés de la vie...
On ne saura pas grand-chose de ce fils, ni sur son passé, ni sur son devenir. On connaîtra seulement, à trois reprises, l’évolution de son état de conscience (l’échelle de Glasgow).
Une relation s’est enfin instaurée et ne fait, c’est sûr, que commencer...

Et aussi... :


coup de coeur Jazzoo : Jazzons avec les animaux ! / Oddjob illustrations Ben Javens. - LittleVillage, 2015

Le quintet Oddjob, à l’origine de cet album, a reçu le prix Grammy du meilleur album pour enfants de l’année 2014. Les musiciens recréent 13 ambiances décalées et surprenantes en s’inspirant des sons de 13 animaux, pour faire découvrir le jazz aux enfants. Amusez-vous à reconnaître dans des instrumentations absolument géniales, le kangourou bondissant, l’univers marin très envoûtant et de grande profondeur de la baleine, l’hippopotame en pleine course tout heureux de plonger dans la rivière, l’ écureuil virvoltant, le cafard suggéré par un environnement musical inquiétant, les pic-vert et moineau qui se répondent dans la forêt, la course du cheval, le serpent et le chameau, le canard (super !), l’épinoche et le requin, l’éléphant, le hérisson et même une mouche. C’est bourré de fantaisie, extrêmement bien ressenti, joyeux et inventif. Trompette, sax alto, flûte, clarinette, piano, batterie se mettent de concert et nous invitent à swinguer. Des petits textes courts accompagnent illustrations et musique. Tout peut être découvert ensemble ou sous forme de jeu à inventer avec les enfants. Cet album est admirable ! Claire Py

A partir de 3 ans

coup de coeur L’oiseau de feu / Elodie Fondacci ; Aurélia Fronty ; Igor Stravinsky. – Warner classique (Histoires en musique, en partenariat avec Radio classique), 2014

C’est la belle voix veloutée d’Elodie Fondacci qui nous emmène dans le célèbre ballet L’oiseau de feu inspiré des contes traditionnels russes dont la partition musicale a été composée par Igor Stravinsky en 1910 à la demande de Sergueï Diaghilev, le créateur des ballets russes. En partenariat avec Radio Classique, 28 minutes d’histoire merveilleuse…
Ivan, un jeune prince, poursuit un oiseau magique qui vient voler les pommes d’or du jardin de son père, le tsar. Dans sa quête, il se retrouve à lutter contre le terrible Koshkeï et à dissiper ses enchantements maléfiques. L’oiseau au plumage majestueux qu’il cherchait à capturer, l’aidera à traverser les épreuves et trouver l’amour. Aurélia Fronty illustre l’univers magique de ce très beau récit issu du folklore populaire russe, accompagné par la musique de Stravinsky. Claire Py

Dans cette même collection "Histoires en musique" et sur le site de Croqu’livre : . Ma mère L’Oye, 2013 . Coppélia, 2013 . Le lac des cygnes, 2012 . [Cendrillon_>http://www.croqulivre.asso.fr/spip.php ?article5560], 2012 . La belle au bois dormant, 2011

A partir de 7 ans

coup de coeur Les instruments de Pipo / Matthieu Prual ; Delphine Chedru. – Didier, 2014

Le petit écureuil Pipo part explorer le son de 5 instruments de musique illustrés dans des situations pleine de fantaisie par Delphine Chedru : un piano au milieu de l’océan, un alto dans un parc, un saxo soprano à la sonorité d’un chant d’oiseaux au milieu d’une forêt, une flûte cachée dans une chambre d’enfant, un steeldrum dans un ciel étoilé. Dans ces images, le petit lecteur peut s’amuser à retrouver les instruments dessinés en une transparence poétique. Chaque son est à deviner individuellement sur 35 secondes, suivies du jeu de l’instrument pendant 2 minutes environ. Un concert de 2mn 40 par ce quintette improvisé clôt l’album. C’est très joli… Claire Py

Cet album s’adresse aux tout-petits. Un grelot ou un carillon aurait été un plus pour indiquer à l’enfant de passer à la page suivante. Sur la page de droite, l’instrument est caché par un rabat et présenté par Pipo le petit écureuil. Sur la page de gauche, l’instrument à deviner est esquissé : la forme estompée donne à l’enfant le plaisir de sa recherche dans l’illustration de Delphine Chedru. Le choix du saxo soprano droit est intéressant et même surprenant car visuellement, il est plus facile de reconnaître un saxo sous sa forme courbée. Quant au tambour, l’enfant découvrira avec étonnement qu’il s’agit d’un steeldrum, tambour d’acier né dans les Caraïbes. Pipo explore les instruments à partir de sons, grattements, fausses notes avant de donner l’accord juste.
L’illustration attrayante et colorée anime l’album avec gaieté. Ecouté avec mes petites filles de 7 et 4 ans qui l’ont apprécié, un glossaire à la fin de l’album et quelques explications sur l’origine des instruments auraient été le bienvenu. Anita Choteau

A partir de 2 ans

coup de coeur Les plus belles berceuses jazz / M. Fitzgerald Michel ; I. Green. - Didier (Un livre, un CD), 2013

Comme toujours avec Didier jeunesse, l’objet est splendide. Les illustrations pleine page d’Ilya Green offrent à ces 15 berceuses issues des classiques du jazz, une remarquable variété dans les situations de sommeil, de rêve. Le relâchement des corps, abandonnés et souriants, installe un vraie ambiance de sérénité.
Les paroles originales et leur traduction sont intégrées dans une mise en page toujours réinventée et quelques lignes viennent situer historiquement la chanson et son interprète.
Le panel de voix, masculine et féminine, est très varié : veloutées, embrumées, rauques, enfantines, sensuelles… Jamais la monotonie ne s’installera avec la sélection de Misja Fitzgerald Michel parmi les artistes suivants : Ella Fitzgerald, Sarah Vaughan, Blossom Dearie, Debbie Reynolds et Eddie Fischer, Nat King Cole, Judy Garland, Chet Baker, Mel Tormé, Peggy Lee, June Christy, Chris Connor, Billie Holiday, Frank Sinatra...
Une durée d’écoute avoisinant les 45 minutes : tendresse et apaisement sont au rendez-vous.

coup de coeur Le ré-si-do-ré du prince de Motordu / Pef ; M-O. Dupin. - Gallimard

Découpé en quatre tableaux, cette aventure musicale "vianesque" mêlant théâtre et opéra, met en scène un orchestre symphonique invité au chapeau du prince de Motordu. Non, non, non malgré les supplications de ses enfants, le prince ne veut rien entendre à la musique ! Si elle veut avoir une chance de percuter ses oreilles, la mélodie doit venir à lui et s’adapter à son monde saugrenu, perché loin de toutes formes d’académisme. Le prince de Motordu orchestre alors la liberté artistique : grâce à la loi des mots tordus, un chef d’orchestre bègue, qui « fracasse les mots cassés », sublime en musique son handicap tandis qu’une harpiste et un trompettiste créent la mélodie de leur amour…
Une très belle initiation à la musique symphonique sublimement animée par l’Orchestre national d’île de France, lu et chanté par la voix d’une soprano et d’un baryton auquel se mêle la voix du récitant et des passages parlés. Ouvrant grand ses groseilles, le lecteur invité à confiturer ses sens dans le délice des mots tordus, peut reprendre en chœur avec le prince de Motordu son hymne final à la musique :
« Oui à la musique et à ses musiciens sans muselière.
Oui à la musique de Bach, de bal, de balai, de balayette,
Ou de baleine avec ses concerts d’orques.
Oui à la musique-zag qui charme les serments.
Oui à la musique qui a un grain
Qui graine, qui lève, qui élève, enlève, emporte,
Transporte et fenêtre le paysage de la Vie. »
Autre lecture
Le Prince de Motordu ne veut pas se rendre à un concert avec ses enfants. Trop de souvenirs douloureux dans son enfance l’ont fâché avec la musique ! Mais devant l’insistance des enfants, il décide que ce sera donc la musique qui, cette fois-ci, non seulement viendra à lui mais en plus dans la langue des Motordu ! Un orchestre est donc désigné pour venir au Royaume donner un grand concert symphonique. Un chef d’orchestre bègue, une harpiste et un trompettiste amoureux, un Prince fiévreux... Le concert aura-t-il lieu ?
Au plaisir de baigner dans l’univers des Motordu, s’ajoute celui d’écouter une orchestration de qualité narrée avec brio par un comédien de la Comédie Française, Laurent Stocker, auquel s’ajoutent les voix de la soprano, Estelle Béréau et du baryton, Paul-Alexandre Dubois. Un moment musical drôle et enjoué à partager en famille ! Coup de coeur de Sylvia

coup de coeur La préférée / S. Jaoui. - Casterman. - (Comme la vie)

C’est le point de vue de la sœur aînée que l’auteur privilégie ici. Celui d’Emma, qui investit dans le piano tout le temps et l’énergie qu’elle ne reçoit pas de sa mère, trop occupée à s’occuper de la petite Alienor atteinte d’autisme. La place de l’autre, celle qui a tout et ne devrait pas se plaindre...

<<< Retour à la page précédente

© Association Croqu'Livre - Centre régional de ressources en littérature jeunesse