couv

(Ne prend pas en compte les mots de moins de quatre lettres)

Croqu’livre

L’Association
> Le CRRLJ
Nouveautés
Sélections annuelles
Sélections thématiques
Formations
Groupes lecture
Temps forts
Contact
Quoi de neuf

Le livre jeunesse en Franche-Comté

Auteurs-illustrateurs
Conteurs
Associations
Editeurs
Salons et évènements
Prix et concours
Spectacles

...et au-delà

Actualités
Spectacles
Expositions
Liens

Dernière mise à jour :
dimanche 25 septembre 2016

Mot Clé : Orphelin




Album(s) :


coup de coeur L’ étrange réveillon / B. Santini ; L. Richerand. - Grasset

Arthur, 7 ans, est immensément riche mais quelle importance lorsque l’essentiel fait défaut : Arthur est orphelin... Pour son premier réveillon sans famille, il souhaite convier des morts à sa table. Stupeur chez les serviteurs, balayée par l’enfant :
« On peut être mort Sans avoir disparu ! »
La nuit de Noël voit donc défiler un étrange cortège macabre et le réveillon se révèle pour le moins inhabituel. Mais c’est dans cette ambiance figée qu’Arthur trouve enfin la sérénité. Et la joie lorsqu’il voit apparaître ses parents...
« Cette nuit
Il n’a rien appris,
Ni de la mort,
Ni de la vie...
Mais quelle importance ? »
Un album déroutant, à l’esthétique gothique mais absolument pas noire, qui montre le cheminement d’un enfant confronté très tôt à la mort ; il devra aller jusqu’au bout de sa curiosité et de ses réflexions sur la vie et la mort pour s’apaiser enfin.

coup de coeur Mille petits poucets / Y. Autret ; S. Serprix. - Grasset

Le livre, dans sa maquette, est de facture classique, jouant avec les formulations d’antan (le livre est écrit par sieur Yann Autret), les chiffres romains en guise de date d’édition, et la typographie idoine ; les pages de garde reprennent le début du texte original du Petit Poucet de Charles Perrault. Tout est fait en somme pour être « dans l’esprit du temps ». Cependant une fois entré dans l’album, on découvre un conte détourné à la dimension très actuelle. Le texte prend en effet une résonance toute particulière en ces temps de “crise” mais loin d’aggraver l’aspect dramatique du conte, elle en modifie l’issue de façon généreuse et solidaire. Le Petit Poucet, dans une dynamique collective et optimiste, est rejoint par des milliers d’enfants. La forêt n’a plus rien du caractère angoissant qu’on lui confère généralement dans le conte, elle devient force vitale rassembleuse. Une alliance intelligente et réussie entre tradition et modernité.

Roman(s) :


coup de coeur Mado m’a dit / C. Léon. - La Joie de lire. - (Hibouk). 2014

Boby ? « Petit Teigneux (…) / Les cheveux hirsutes / Des dents plantées de travers / Crache toutes les deux minutes entre ses pieds. » Né sous X et persuadé d’avoir des parents biologiques martiens. En attendant de les retrouver, sa famille d’accueil fait l’affaire. Aucune fille dans ses fréquentations, « elles sont des mères biologiques en puissance ». Charmant tableau.
Et pourtant il nous étonne, Boby, lorsqu’il vient en aide à une vieille femme obèse chahutée par 3 ados imbéciles. Le début d’une relation bancale et atypique entre deux solitudes, mais plus forte que les doutes et les incompréhensions. Avec une chute aussi étrange que ce qui les lie…

coup de coeur La double vie de Cassiel Roadnight / J. Valentine. - Ecole des loisirs. - (Médium). 2013

Jeune homme sans famille placé dans un foyer, Chap se laisse entraîner dans une histoire où il devient un autre qui était recherché en vain par les siens depuis plusieurs mois. Tout à coup, il devient à la fois un frère et un fils, mais sa nouvelle identité fait planer sur sa vie une immense menace...
Récit haletant et plein de suspense, agréable à lire et surprenant.

coup de coeur Le grillon, récit d’un enfant pirate / T. Koëgel. - Didier. 2013

Le grillon n’a jamais connu que l’horizon de la mer. Des pirates modernes ont un jour assassiné ses parents, lui ont laissé la vie sauve et l’ont élevé dans l’esprit des abordages et prises d’otages. Auprès de Samatar, figure tutélaire, et surtout immergé dans un monde imaginaire très fort, il trouve un certain équilibre qui s’apparente à un cocon. Lorsqu’il doit accoster, l’expérience avec le reste du monde se fait dans une violence moins codifiée pour lui. Entre la découverte de la corruption et les personnes bienveillantes (surtout féminines), le grillon, devenu Mostéfa, fait l’apprentissage du monde et de sa complexité. A lui de trouver une issue…
Univers très fort, à part dans le paysage de la littérature jeunesse (qui n’est pas sans rappeler Bandit de Marcus Malte). L’imagination de ce jeune personnage construit des remparts contre la violence du monde et propose une vision de la vie d’une grande poésie.

coup de coeur Les malheurs de Millie Plume / J. Wilson. - Gallimard. - (Folio Junior)

Tous les éléments sont rassemblés pour créer une histoire facile à lire : une orpheline au tempérament de feu, une séparation douloureuse avec la famille d’accueil, les péripéties à l’orphelinat, la fuite, la fin heureuse. C’est donc toute l’histoire de Millie Plume, racontée par elle-même, que nous suivons de la naissance à l’adolescence.
Même si certains souvenirs paraissent peu crédibles du fait de leur ancienneté, la confiance de la narratrice nous pousse à y croire. Avec elle, nous passons un bon moment de lecture riche en émotions.

coup de coeur Pour toi je décrocherai la lune / G. Hughes. - Seuil

Roberto et sa sœur Marie-Claire, dit "le rat", vivent avec leur père à Winnipeg, une petite ville de la campagne profonde canadienne. Marie-Claire a un don particulier. Elle voit l’avenir et, plus particulièrement, sait d’instinct à qui faire confiance. Mais, comme une sorte de malédiction, elle a en retour de graves crises d’épilepsie. Lorsque leur père décède, les deux enfants se retrouvent seuls et pour éviter d’être placés, ils se mettent en tête de retrouver leur oncle inconnu et riche paraît-il qui vit à New-York. Leur voyage est semé d’embûches mais ils vont aussi faire des rencontres étonnantes grâce à Marie-Claire : un dealer, un escroc, une star du rap…
Une jolie histoire servie par une belle écriture, malgré quelques évènements improbables dans un texte qui se veut malgré tout réaliste. La relation frère-sœur est traitée avec beaucoup de finesse et de sensibilité, ce qui constitue le principal intérêt du livre. Roberto est le narrateur et il est en permanence partagé entre l’agacement provoqué par les excentricités de sa sœur et son amour pour elle. La fin est magnifique.
Un livre qui plaira aux lecteurs qui n’ont pas peur de sortir des sentiers battus.

Autre lecture Quand leur père meurt, Bob et Marie-Claire décident de partir retrouver l’oncle qu’ils n’ont jamais rencontré à New York. On suit donc le parcours de ces deux enfants que rien n’arrête. La fillette, surnommée Le Rat par son frère, semble posséder le don de voir à travers les gens : elle est capable de déterminer au premier coup d’œil si les personnes qu’elle rencontre sont dignes de confiance ou non. Elle est d’ailleurs si attachante et positive que l’on ne peut que vouloir l’aider, ce que beaucoup de personnages vont tenter de faire. Elle cache toutefois un secret : elle est prise de tremblements inexplicables et d’absences que son frère arrive de moins en moins à maîtriser et qui pourraient mettre sa vie en danger. Une belle histoire d’amitié. Des personnages bien dépeints et inattendus. Point de vue narratif du frère bien restitué. A conseiller donc. Sandy Morel

coup de coeur Le mystérieux cercle Benedict / T. L. Stewart. - Bayard

Reynie, Sticky, Kate et Constance ont pour point commun d’avoir réussi -avec des capacités bien différentes- un examen aussi difficile qu’étrange. Reynie a une capacité d’analyse et de décision exceptionnelle ; Sticky est une mine de connaissances ; Kate est souple, vive et ingénieuse ; Constance, quant à elle, a des qualités plus… dissimulées mais possède un aplomb inversement proportionnel à sa taille minuscule.
Autre dénominateur commun : la solitude et l’absence de parents.
L’instigateur de ce concours, M. Benedict, leur en explique enfin la finalité : des messages sibyllins et subliminaux, énoncés par des enfants, mettent en danger l’humanité. Les 4 recrues, en tant qu’enfants, génies et personnes intègres, doivent comprendre qui se cache derrière cette manipulation, quels en sont le fonctionnement et les enjeux exacts. A cette fin, ils se rendent sur l’Ile de Nomansan et sa pension pour enfants...
La mission est complexe, dangereuse, mais le groupe ainsi constitué - le mystérieux cercle Benedict- relève le défi et entraîne le lecteur dans une succession de rebondissements haletants. Ce roman dense en aventures est également soigné dans la description des personnages. C’est une famille d’un autre genre qui se construit sous nos yeux, dont les membres, avec leurs talents, leurs doutes et leur sens des responsabilités, nous sont de plus en plus sympathiques. Nous ne serons donc pas fâchés de les retrouver bientôt dans la suite de leurs aventures...

coup de coeur Léon ou les confessions d’un orphelin ordinaire / K. Vereecken. - Bayard. - (Millézime)

Jusqu’à la mort de Méline, Léon, bien qu’orphelin, n’était pas malheureux. Elle lui apportait la tendresse et la curiosité de la vie, pourvoyant à tous ses besoins. Mais lorsqu’elle se suicide par amour, Léon décide de ne plus jamais se laisser aller aux émotions. Il quitte la maison de sa nourrice pour la grande ville. Paris, dans les années 1760, est une ville impitoyable pour les pauvres mais Léon, entre sincérité et roublardise, entre jeu de séduction et refus de s’attacher, se fait une place. Aux premiers boulots répugnants succèdent les jours meilleurs et Léon, devenu écrivain public, se débrouille bien, tant il a appris à réfléchir sur la vie et sait formuler ce qui se dérobe aux illettrés. Mais s’il est une chose qu’il a du mal à saisir, c’est l’amour et les aberrations auxquelles les hommes se livrent en son nom. Sa propre histoire familiale en est une parfaite illustration, c’est ce qu’il va découvrir au cours du roman.
L’histoire de cet orphelin débrouillard, pris d’une "soif ardente", malin et philosophe croisera celle, plus illustre, d’un grand auteur de ce siècle, Rousseau. Une convergence qui rend le roman passionnant, touchant, traversé du souffle de la connaissance et… de l’amour.
Autre lecture
Léon est un orphelin au 18ème siècle en France. Il débute sa vie chez une nourrice dont il profitera de l’affection de la fille aînée. A sa mort, il se lance à la recherche de son identité, une carte représentant l’infini ayant été glissée dans ses langes et à la conquête de Paris. Il y découvrira la pauvreté, l’insalubrité des logements mais aussi l’entraide et l’amour. Mais qui est-il ? Et que peut être son destin ? Contre toute attente, Léon se tourne vers l’écriture…
Un roman documentaire qui nous permet d’apercevoir le quotidien des enfants abandonnés, exploités ou encore maltraités. Mais c’est aussi un récit d’aventure, car la vie de Léon offre de nombreux événements et rebondissements. C’est enfin un policier car la quête de son identité est un élément central du livre. Enfin, le livre évoque le monde de la littérature et nous amène à croiser la figure du philosophe Rousseau qui est très bien décrit dans ses contradictions. C’est l’ensemble de ces facettes qui rend le livre intéressant.

« La lecture m’aidait, jusqu’à un certain point. De temps en temps, un livre m’apportait une réponse. Mais chaque réponse faisait naître en moi de nouvelles questions. Curieusement, elles ne me dérangeaient pas, moins en tout cas que celles qui se posaient à moi au quotidien. Elles me permettaient d’avoir une prise sur le réel. Elles étaient aussi préoccupantes que celles de la vraie vie, mais, avec elles, j’avais le temps de méditer. Je me voyais comme le personnage principal d’un roman et je réfléchissais à la suite de l’histoire. »

coup de coeur Les orphelins d’Abbey Road, tome 1 : Le diable vert / Audren. - Ecole des loisirs

Joy est à l’orphelinat d’Abbey Road depuis l’âge de ses 6 ans. Auparavant, elle vivait heureuse avec ses parents, disparus (morts ?) dans un naufrage. La vie est bien différente maintenant, avec les religieuses qui les encadrent de façon très stricte, austère. Avec elles, il ne fait pas bon être curieux de la vie… Heureusement, la découverte d’un étrange souterrain va apporter une bouffée d’air (soufré) et donner l’occasion à Joy, Margarita et bientôt d’autres camarades, de pimenter leur quotidien. Et de le compliquer au-delà de leurs prévisions.
Au Green’s devil Manor, les orphelines vont apprendre peu à peu à remettre en cause l’ordre établi et les règles toutes faites et échafaudent leurs propres systèmes de pensée. Le roman explore donc les failles, découture les cadres et met à jour les contradictions, nuances et subtilités des êtres. Il offre aux personnages, qui ont chacun une intensité et/ou étrangeté, une véritable aventure initiatique aux contours fantastiques. Dans l’amitié et la solidarité, chacune se construit.

coup de coeur L’invention des parents / A. de Lestrade ; L. Albon. - Rouergue. - (Zig Zag)

Vivre en foyer, finalement, on s’y fait… Aimée en tout cas en a pris son parti, s’entend bien avec ses "sœurs de choix" et les autres enfants. Mais avoir une maman... l’envie est quelquefois viscérale alors Aimée s’arrange avec la vie. Tantôt une maman de substitution en la personne de la mère de sa copine Clémence. Tantôt une maman de carton qui l’accompagne à chacun de ses pas. Puis un papa. Comme pour se dire que l’amour finalement reste possible et que l’avenir peut s’éclairer…
Une histoire illustrée qui dit que la vie, si difficile soit-elle, ne doit pas se jouer dans le drame.

coup de coeur Ma vie océan / M. Disdero. - Seuil

Depuis la mort de ses parents en Thaïlande, Héloïse ne trouve plus goût à rien. Ni à la nourriture, ni à la vie, ni à l’amour. Mais dans ce foyer spécialisé pour les ados en souffrance, elle s’attache à Martine la directrice et surtout à Katy qui partage sa chambre et sait la comprendre mieux que personne, tout en la secouant ! De fait, Héloïse retrouve le chemin de la vie quotidienne, avec les difficultés qu’elle ne manquera pas de rencontrer en quittant ce cocon. En allant habiter chez sa tante, elle sait que c’est la vie normale qu’elle retrouve mais cela signifie quitter Katy, renoncer à l’amour naissant avec Théo.
Orphelins, amour, amitié, un bon amalgame pour un roman psychologique plaisant.
Autre lecture
Depuis la mort de ses parents, Héloïse ne parvient pas à continuer sa vie. Enfermée dans son mutisme, elle refuse toute nourriture et préfère souffrir seule. Dans la maison de convalescence où elle a été placée, elle finit par se lier à Katy et Théo. Tous deux lui permettront de s’ouvrir au monde et de retrouver, petit à petit, une vie normale. Héloïse nous transmet fidèlement les émotions de son deuil. Ce personnage nous fait entrer avec facilité dans le récit dont on sort revigoré ! (Marie, 3°)

coup de coeur Velvet / M. Hooper. - Les grandes personnes

Autant la vie de Velvet a bien mal commencé -avec un père maltraitant, une mère décédée trop tôt et la misère qui la talonne- autant la rencontre avec Madame, voyante réputée, lui apparaît comme un miracle. Madame a le don si précieux de pouvoir contacter les esprits et vient en aide aux personnes en souffrance. Bien sûr, elles doivent payer pour ce service et il faut donner des coups de pouce au sort (et c’est là qu’intervient notre Velvet dévouée) mais son talent est si grand ! Elle-même en a fait l’expérience...
Mais l’admiration laisse bientôt place à des soupçons de plus en plus marqués et ce n’est pas son ami Charlie, jeune policier, qui va les étouffer…
Comme toujours, Mary Hooper a le don de nous immerger dans une époque passée, ici les années 1900-1901 à Londres et d’y camper une histoire qu’on ne peut lâcher. Les ficelles restent les mêmes : une orpheline qui voit son destin transformé mais le plaisir reste intact. (Détail original : le roman est traversé par des noms d’étoffes)
Autre lecture
Velvet est sauvée d’une vie misérable par une des reines du spiritisme de l’Angleterre victorienne. Rapidement, elle assiste aux séances du Médium et se voit accorder un rôle. Elle doit accueillir les clients et assister, incognito, aux prestations des autres voyants de la ville. Ce lien possible entre les morts et les vivants la fascine. Mais le doute s’installe en elle alors que de nombreux scandales pour escroquerie éclatent dans la ville. Pourtant Madame connaît son vrai prénom alors que son père, mort noyé sous ses yeux, était son seul lien à son passé... Une véritable enquête commence...
Un roman policier qui nous plonge dans un moment précis de l’histoire de l’Angleterre, celui de la vague du spiritisme.

coup de coeur Enfants de la forêt / B. Masini. - La Joie de Lire. - (Encrage)

Les journées se suivent, selon un rythme immuable : récolter des baies et des racines pour tenter de subsister ; prendre la pilule du soir pour s’endormir, pour oublier. De fait, le résultat est impressionnant : aucun des enfants présents à la Base ne se souvient de quoi que ce soit. Sauf Tom, qui ne prend plus ses pilules et qui, ayant trouvé un recueil de contes, reprend conscience d’un certain nombre de choses : des souvenirs remontent à la surface, une réflexion commence à poindre sur ce qu’il l’entoure. Lorsque les compagnons de son Abri découvrent son trésor, ils demandent à partager ces temps d’histoires. C’est le point de départ de leur libération. Ils s’échappent dans la forêt et apprennent à vivre par eux-mêmes.
Un récit de Science-Fiction post-nucléaire qui montre l’ébauche d’une société d’enfants autonomes, les Enfants de la Forêt. Ils réapprennent ensemble les liens d’humanités. La fin paraît un peu rapide, qui sépare les enfants mais les réconcilie avec le monde des adultes.
Autre lecture
Des enfants sont parqués dans une réserve suite à une catastrophe nucléaire. Les rares parents qui se présentent ne sont plus en mesure de reconnaître leur enfant tant l’état de délabrement et de retour à l’état sauvage des enfants sont grands. Mais point de misérabilisme dans ce conte poétique et étrange. Un groupe mené par une fille et un garçon vont choisir la fuite pour mieux réapprendre à vivre. Plus de questions que de réponses dans ce livre envoûtant qui peu à peu nous entraîne...

coup de coeur Lali l’orpheline où l’on se demande si l’on peut faire du mal en croyant faire du bien / T. Lenain ; O. Balez. - Oskar. - (Trimestre)

Le père raconte la douloureuse expérience de sa fille, Marion, partie en Inde et confrontée aux situations difficiles liées à la pauvreté. Marion se prend d’affection pour une fillette de l’orphelinat dans lequel elle passera 3 mois. Lali est muette et handicapée et Marion l’aide à sortir de son isolement. Mais se voit vite reprocher son égoïsme : que deviendra la fillette lorsque Marion repartira en France ? Quel sens de l’ouvrir au monde pour ensuite l’abandonner ?
Un petit roman poignant sur les paradoxes de la vie qui montre surtout que fort de ses convictions, chacun peut accomplir de petits miracles. Texte et illustrations très sensibles.

coup de coeur Waterloo Necropolis / M. Hooper. - Les Grandes Personnes

Le roman débute sur un enterrement : celui du bébé de Grace, 15 ans. Un enterrement particulier puisque n’ayant pas d’argent, elle cache le corps dans un cercueil. Elle espère ainsi mettre fin à une sordide histoire, celle, banale, d’une orpheline abusée par un inconnu, qui a du cacher sa grossesse jusqu’à l’accouchement de l’enfant mort né. Elle retourne donc à sa vie quotidienne, avec sa sœur Lily, 16 ans simple d’esprit. Mais le sort semble s’acharner. Car si elles survivaient tant bien que mal dans la ville de Londres des années 1860, les voilà chassées de leur logis. Elles trouvent de mystérieux bienfaiteurs, une famille influente dans les pompes funèbres…
Un roman haletant qui n’est pas sans rappeler les romans de Charles Dickens, qui montre la vie difficile des pauvres à l’époque victorienne. Une histoire d’orphelines malmenées par la vie, de sombres machinations des puissants contre les faibles, un décor historique qui ancre l’histoire de manière très vivante... Le tout, dans l’écriture efficace de Mary Hooper, offre un moment de lecture instructif et dépaysant.
Autre lecture
Roman historique dont l’intrigue à rebondissements multiples se déroule dans un Londres victorien, avec sa pauvreté, ses inégalités, son brouillard épais et ses morts prématurées. L’intrigue tourne autour d’un héritage, immense et inattendu, qui attire des convoitises sans scrupules. L’héroïne et sa sœur, pauvres au début, seront finalement les heureuses héritières mais elles doivent auparavant, avec l’aide d’un jeune avocat, déjouer les manigances des propriétaires d’une entreprise de pompes funèbres qui les emploie. Tous ces éléments feront penser aux romans de Dickens, surtout que le grand homme y fait brièvement son apparition. Mais il manque la magie du maître, surtout ses personnages plus grands que nature et son humour satirique et extravagant. Ce serait, donc, un bon roman de passage ou d’apprentissage, qui pourrait faire étape vers la lecture de Olivier Twist ou des Grandes Espérances de celui qui s’appelait lui-même « l’Inimitable ».

coup de coeur Ma mère est un gorille (et alors ?) / F. Nilsson. - Bayard

Jonna supporte mal les règles drastiques de l’orphelinat. Elle a tellement hâte de partir d’ici, d’être adoptée. Mais lorsque la Gorille arrive et la choisit, Jonna se verrait bien finalement rester aux Mimosas… Mais c’est une vie libre et joyeuse qui l’attend avec la Gorille et finalement, très vite et alors que le danger plane pour elle d’être placé à nouveau dans l’orphelinat, elle ne quitterait pour rien au monde le lieu foutraque qu’elles habitent, elle et cette adulte atypique...
Un texte loufoque et optimiste pour les plus jeunes (8-10 ans) dont les personnages affirment sans complexe leurs différences !
Autre lecture
Joanna vit dans un orphelinat. Du jour au lendemain, quelqu’un vient l’adopter. Elle découvre qu’il s’agit d’une gorille conduisant une vieille voiture. Passées les premières angoisses, la petite apprend à vivre avec elle. Dans une usine désaffectée, elle l’aide à vendre la ferraille à prix d’or et s’habitue à ses manières peu raffinées. Mais Johanna va vite découvrir qu’il ne faut pas se fier aux apparences et qu’une maman gorille vaut bien toutes les mamans du monde.
Histoire pour enfant adaptée pour la radio suédoise, Frida Nilsson a reçu de nombreux prix pour ses romans dont celui-ci est le premier traduit en Français. Texte loufoque et drôle qui donne un bon coup de pied aux préjugés et fait l’éloge de la différence, du respect et de la tolérance.

coup de coeur Le combat de Jodh / M.-H. Delval. - Bayard

C’est un univers sombre que nous décrit Marie-Hélène Delval. La guerre vient de se terminer, laissant les familles exsangues et les paysages dévastés. Jodh, en tant qu’orphelin de guerre, est placé dans une famille privée d’hommes, sous la férule de la mère Musha et de sa fille. Alors qu’il aurait la possibilité de poursuivre ses études et donc de quitter cet environnement glauque, les deux femmes lui refusent cette opportunité. La haine monte, s’empare de lui tout entier…
C’est à la fois un livre antimilitariste mais aussi un récit plein d’espoir sur la renaissance du monde. Garder espoir en toutes circonstances, ne pas figer la perception que l’on peut avoir des autres, s’autoriser à réviser ses jugements pour voir la vie sous un jour plus lumineux.

coup de coeur J’irai au Pays des licornes / J.-F. Chabas. - Ecole des loisirs. - (Médium)

Le pays des licornes… Voilà ce que Pavlo aime à nous raconter, plutôt que sa terrible histoire. Qui aurait envie d’entendre, par le menu, son passé d’orphelin de la rue ? Puis ses années de combats ultimes avec d’autres enfants… Toute cette violence qu’il faut bien traverser, si l’on veut survivre. Heureusement, il y a ses camarades de combats, mais faut-il se lier à eux, s’ils doivent mourir ...
Un texte dur, très dur, sur une réalité inacceptable qui voit des adultes s’enrichir sur le dos d’enfants. Pas d’espoir, si ce n’est celui de se révolter et de rejoindre le pays des licornes

coup de coeur Les Willoughby / L. Lowry. - Ecole des loisirs. - (Neuf)

C’est un livre vieux jeu, avec une famille vieux jeu et des évènements vieux jeu. Comme dans ces vieux romans plein d’orphelins, d’aventures trépidantes et de fins heureuses. L’auteur joue avec cet univers, entre parodie et hommage, pour nous raconter une partie de la vie des Willoughby : des parents qui ne veulent plus de leurs 4 enfants, qui, ça tombe bien, ne veulent plus non plus de leurs géniteurs ! Une baby sitter qui débarque ; un voisin millionnaire et malheureux ; un bébé abandonné sur le pas de la porte… Tout ce beau monde va se trouver réuni !

coup de coeur Peindre le vent / P. Munoz Ryan. - Actes sud. - (Romans Ado)

Maya vit dans un cocon qui sent l’ordre, la peinture fraîche et la peur de tout. Sa grand-mère a eu la charge de son éducation à la mort de ses parents et celle-ci n’a de cesse de lui rappeler que son cher fils unique est mort par la faute de sa femme. Lorsque son aïeule décède à son tour, Maya apprend qu’elle ira vivre dans la famille de sa mère, dans un ranch du Wyoming. Une vie qui ne ressemble en rien à ce qu’elle a connu. Elle découvre l’espace, la vie dans la nature, les chevaux. La liberté. En alternance à ce récit, de courts chapitres suivent le destin d’Artemisia, jument qui connaîtra tour à tour vie sauvage et captivité. Les deux personnages de ce roman sont intimement liés et complices, dans le respect de la liberté. Un roman exaltant dans sa communion avec la nature.
Autre lecture
Voici un roman pour ceux qui aiment les chevaux et les grands espaces sauvages de l’ouest de l’Amérique ! Pour ceux aussi qui aimeraient les découvrir, car le livre leur donnera maints détails et conseils concernant la faune et la flore de ces régions et le dressage des chevaux.
C’est un livre qui par son style et son langage s’adresse aux adolescents mais dont l’héroïne n’a que onze ans. Son aventure, pourtant, est digne d’un héros de western le plus endurci. Elle est blessée en plein désert lors d’un tremblement de terre et arrive à se sauver grâce à l’intelligence et au dévouement de la jument qui était le cheval favori de sa mère disparue.

coup de coeur Aimez-moi maintenant / A. Cendres. - Sarbacane. - (Exprim’)

Le narrateur de ce roman est orphelin, a grandi en foyer et s’était forgé la conviction que pour être aimé, il fallait réussir dans la vie. Effort-récompense. Cataclysme lorsqu’il comprend son erreur. Finies les études de médecine, il atterrit au bar avec ses comparses, les désespérés. Des jours durant, il boit, observe, s’interroge sur l’amour, théorise. Puis un jour, toutes ses constructions idéologiques se fissurent, Julia lui ouvre les portes de ce truc magique, incompréhensible, mystérieux qu’est l’amour. Et le monde retrouve son agencement.
Une percée dans l’univers des paumés un peu plus sensibles et fragiles que les autres.

coup de coeur L’ invention de Hugo Cabret / B. Selznick. - Bayard

C’est le principe du livre qui séduit de prime abord : le texte assume la narration et laisse régulièrement le relais à de pleines pages d’illustrations au crayon noir lorsque le rythme s’accélère ou que l’auteur veut porter l’attention sur un détail. La forme est adaptée au sujet du livre puisqu’il est un hommage au magicien et cinéaste Georges Mélies -le livre inclue plusieurs plans de ses films- qui, dans cette fiction, verra son travail reconnu par ses pairs grâce à un jeune garçon orphelin nommé Hugo Cabret.
Littérature et graphisme se mêlent pour un même hommage à l’art cinématographique. Dès 10-11 ans.

coup de coeur L’ île aux chats / Kim Chungmi. - T. Magnier

Dans un quartier pauvre d’une petite ville coréenne du sud, les familles tentent de survivre tant bien que mal. La vie n’est pas facile, les parents renoncent souvent, partent ou boivent et les enfants sont alors livrés à eux-mêmes. Et lorsqu’ils ne fuient pas, la mort les rattrapent. Ainsi, la mère des jumelles Sukja et Sukhûi a fui ; lorsqu’elle se décide à revenir, c’est le père qui meurt d’un accident de travail. Les parents de Tongjun et Tongsu eux, sont aux abonnés absents.
Yôngho, un homme d’une quarantaine d’année, vient de perdre sa mère. Sa vie n’aura de sens qu’avec ces enfants perdus qu’il veut aider, aimer, conforter dans l’avenir. Les abandons successifs ont abimé les enfants et retrouver la confiance ne sera pas facile. Mais grâce à la petite communauté d’entraide qui s’est créée, la vision de l’avenir est plutôt optimiste. On méditera sur la résolution de l’institutrice de revenir dans son quartier d’origine, car elle n’essaiera plus de « progresser seule dans la société ».
Un roman au style étrange, avec des transitions abruptes, mais on s’attache malgré tout à ces enfants perdus en mal d’amour. A recommander aux bons lecteurs.

coup de coeur David s’évade / G.C. Levine. - Ecole des loisirs. - (Medium)

Dans les années 30, après la mort de son père, David, l’enfant terrible dont personne ne veut dans la famille, se retrouve ddans un foyer hébreu à Broadway. Les conditions de vie y sont terribles : directeur maltraitant, manque de nourriture, absence de chauffage... Pourtant, ce roman est chargé d’espoir grâce aux différentes amitiés que David noue au fil des pages. D’abord, au sein de l’orphelinat, les liens entre tous les "potes" sont tellement forts que David renoncerait presque à s’évader... Et puis il y a Solly, un vieil escroc, qu’il rencontre lors d’une nuit d’escapade et qui l’entraîne dans les folles nuits de Broadway. Et enfin Irma Lee, une étonnante petite fille noire qu’il croise au cours de fêtes insolites dans les milieux chics.
Un roman d’aventures passionnant qui nous emporte, au rythme endiablé du jazz, avec un héros à la personnalité impressionnante, d’autant plus lorsqu’on apprend qu’elle est inspirée de l’histoire réelle du père de l’auteur.

coup de coeur L’ ange du Namib / J.F. Chabas. - Ecole des loisirs. - (Médium)

Arthur est un affreux gamin gâté, riche héritier d’une famille aristocratique anglaise, et orphelin de ses 2 parents. Livré à lui-même mais toujours épaulé par son "chauffeur-mécanicien", il joue avec la mort à bord de ses voitures, bateaux et autres avions. Il faudra que son fidèle compagnon meurt pour qu’il comprenne l’affection que celui-ci lui portait, pour qu’il change son regard sur le monde et sur autrui.
Un beau roman initiatique qui nous emporte dans un univers bien particulier, comme sait le faire Jean-François Chabas à chacun de ses ouvrages. Coup de coeur de Julie

Et aussi... :


coup de coeur Depuis ce jour... / C. Nys-Mazure ; E. Meens. - Mijade

Trois enfants dont l’aînée, Colette, est personnage principal, se retrouvent orphelins mais seront très entourés par la famille. Bien qu’étant séparés, le lien frère-sœur va demeurer. “Depuis ce jour” de la disparition des parents, tout a certes changé : école, cadre familial, éducation... mais l’amour demeure. L’amour dans la fratrie, pour ses parents défunts, et sous une nouvelle forme, pour ses tantes et oncles. On peut s’étonner que les moments de tristesse soient si fugaces mais l’album est un bel exemple d’humanité qui va donner envie à Colette d’accueillir, à son tour, plein d’enfants dans son futur foyer !

<<< Retour à la page précédente

© Association Croqu'Livre - Centre régional de ressources en littérature jeunesse