couv

(Ne prend pas en compte les mots de moins de quatre lettres)

Croqu’livre

L’Association
> Le CRRLJ
Nouveautés
Sélections annuelles
Sélections thématiques
Formations
Groupes lecture
Temps forts
Contact
Quoi de neuf

Le livre jeunesse en Franche-Comté

Auteurs-illustrateurs
Conteurs
Associations
Editeurs
Salons et évènements
Prix et concours
Spectacles

...et au-delà

Actualités
Spectacles
Expositions
Liens

Dernière mise à jour :
dimanche 25 septembre 2016

Mot Clé : Liberté




Album(s) :


coup de coeur Quand je dessine, je peux dépasser... / Collectif. - Actes Sud Junior ; Hélium ; Rouergue ; Thierry Magnier, 2015

50 illustrateurs jeunesse signent cet hymne à la liberté du crayon. 50 variations autour des possibilités du dessin, explorant l’étendue large de ce champ lexical : oui, quand je dessine, je peux déborder, tricher, refaire, inventer, caricaturer, et plus encore... Les visuels, très forts, tantôt sensibles, tantôt plein d’humour, dressent une cartographie du champ des possibles. Le terme liberté d’expression prend sens. L’ouvrage est conçu comme un cahier de coloriage, sur lequel l’enfant peut intervenir à sa guise sur les illustrations. Un seul mot d’ordre : tout est PERMIS ! Essentiel.

Projet porté par quatre maisons d’édition au lendemain des attentats de janvier 2015 : Actes Sud Junior, Hélium, le Rouergue, Thierry Magnier, et dont les bénéfices sont reversés au journal Charlie Hebdo.

Ewa Bochenski

A partir de 5 ans... et jusqu’à 105 ans.

coup de coeur Sauvage / Emily Hughes. - Autrement Jeunesse, 2015

Une merveille à lire absolument !

Fable qui revisite le thème de l’enfant loup et proclame le droit à l’enfance. L’histoire part de la mystérieuse apparition d’un enfant dans la forêt et de son épanouissement dans ce lieu de vie et de liberté. Sa découverte par les hommes et leur tentative de dressage, pourra-t-elle réussir ? Un livre qui charme tout de suite avec cette couverture splendide d’enfant aux grands yeux ouverts, au large sourire et aux cheveux ébouriffés. La seule crainte est alors que l’intérieur de l’album ne soit pas aussi travaillé. Et bien, au contraire, chaque page est un nouvel émerveillement pour le lecteur !

Les pages sont douces et donnent le sentiment qu’elles sont veloutées, à la manière de certains papiers peint. Le jeu des couleurs apporte aussi du relief aux tableaux qui semblent ainsi prendre vie. Les détails sont nombreux pour le lecteur qui souhaite découvrir la complexité du monde représenté. Alors que la forêt se pare de couleurs automnales, principalement vertes et marrons mais aussi bleues, le pays des hommes bénéficie de teintes plus crues et lumineuses qui semblent autant d’agressions faites à l’enfance. Car le texte lui-même évoque à un hymne à la liberté et au plaisir du jeu. Ce qui ne peut être possible sans un espace intime, chaleureux et vivant.

Un magnifique album à s’offrir rapidement puisque les éditions Autrement vont bientôt disparaître ! Marion Uteza

A partir de 4 ans

extraits sur le site de La soupe de l’espace

coup de coeur Toile de Dragon / Muriel Zürcher ; Qu Lan. -Picquier jeunesse, 2014

Chaque jour, Thong-Li se rend au marché vendre le poisson pêché par ses parents. Mais ce qu’il aime, c’est dessiner. Un beau jour, un mendiant offre à Thong-Li le matériel nécessaire pour réaliser ses plus belles créations. Il esquisse des dragons si beaux, si lumineux de ses habiles coups de pinceaux, que l’on croirait voir ces créatures prendre leur envol… (...) Thong-Li trace ses dessins et leur donne vie sur une toile d’araignée (...) L’empereur, saisit de curiosité, fait venir à son palais cet artiste de talent et exige que Thong-Li peigne un dragon sur chaque toile du palais.

Lire l’article : Histoiresetgourmanlises

coup de coeur Je m’appelle Nako / G. Risari ; M. Dulain. - Le Baron perché. 2014

Nako, du haut de sa dizaine d’années, affiche une sagesse et une certaine lucidité quant à sa situation de nomade. Il est habitué aux moqueries, aux rejets mais leur oppose une culture et une histoire riches de milliers d’années de voyages.
Ce que nous raconte Nako est mis en relief par deux doubles pages finales : la chanson Djelem, Djelem composée après l’extermination des roms et des sintis lors de la seconde guerre mondiale et les proverbes roms mis en page tels des nuages, libres...

coup de coeur Gipsy / M.-F. Chevron ; M. Magnan. - Editions courtes et longues. 2014

Cet album découvre avec magnificence un univers mêlé de poésie et de sensibilité qui nous invite à voyager avec Gipsy, petite pie tombée du nid et recueillie par Manu. Gipsy va ainsi trouver refuge au sein de cette famille où elle goûtera aux doux plaisirs du voyage et de la liberté ainsi qu’aux valeurs de la famille.
« Il y a eu un silence très long entre nous. Un silence pendant lequel nous nous sommes regardés lui et moi. Et j’ai vu, j’ai senti, dans ses yeux de petit homme, de la chaleur comme dans mon nid douillet ».
Des illustrations colorées pleines pages apportent une touchante note de douceur à cette histoire qui nous conte l’amour et l’amitié tout en explorant le thème du voyage initiatique.
Autre lecture
Une pie aux ailes déployées sur un grand format, ces 2 noms, Marie-France Chevron et Mathilde Magnan qui nous avait enchantés avec Le héron et l’escargot (dont on trouve une allusion dans l’album), nous ouvrons l’album avec impatience…
Le narrateur est un oiseau tombé de son nid, blessé et recueilli par un jeune garçon et sa famille. Avec eux, la pie parcourt le monde, découvre la nature et les saisons, la liberté aussi. « Mon nid, c’est ma roulotte. Mon nid, c’est les bras de Manu. (…) Mon nid, c’est le voyage. »
Bien sûr, il y a les méfiants croisés en chemin mais que valent ces oiseaux de mauvaises augures attachés à leur territoire et leurs biens face à l’attachement qui lient ces 2 êtres épris de liberté…
Un livre grand ouvert sur le monde, une merveille graphique aux cadrages intelligents, encore une réussite pour les deux auteurs et un ravissement pour leurs lecteurs.

coup de coeur Ah ! Ernesto / M. Duras ; K. Couprie. - Thierry Magnier. 2013

« A l’école on m’apprend des choses que je ne sais pas ». Une bonne raison, selon Ernesto, pour ne plus y aller ! Le maître, consulté par les parents, fulmine :« l’instruction est obligatoire ». Les parents se désolent, ils sont d’accord sur un point : « un crétin (...) voilà ce que ce sera ». Mais Ernesto, sait ce qu’il veut et sait qu’il saura. « Par la force des choses ».
Ce texte méconnu de Marguerite Duras, unique œuvre jeunesse de l’auteure, défend l’idée de la liberté du savoir et de l’esprit critique, la connaissance rebelle fondée sur la curiosité.
Katy Couprie propose dans ses illustrations un chemin de découvertes comme une leçon de choses avec des compositions fantaisistes et un brin foutraques.
Édité pour la première fois en 1971 par Harlin Quist, cet album est accompagné ici d’un livre documentaire Ah ! Duras. Photos, lettres, extraits de tapuscrit corrigés par Marguerite Duras... constituent une approche métalittéraire de ce texte subversif. A découvrir pour l’année du centenaire de sa naissance (1914-1996).

coup de coeur Tout d’un loup / G. Elschner ; A. Guilloppé. - Elan vert. 2013

Il a tout d’un loup, « sa place n’est pas chez nous » murmure-t-on en le voyant. Il est donc abandonné, isolé, enfermé, victime des préjugés et de la peur des hommes. Mais un jour, un berger sait voir en lui ce qu’il est, tandis que le chien comprend que son bâton n’est pas « de ceux qui frappent ». Tout deux se retrouvent bientôt sous un large ciel étoilé.
Les illustrations d’Antoine Guilloppé, tout en contraste noir et blanc où la couleur, rare, est symbole, renforcent l’opposition entre une survie d’enfermement solitaire et la liberté complice.

coup de coeur Le rossignol et l’empereur de Chine / Kochka ; Qu Lan. - Chan-Ok. 2013

« La musique qui coulait de lui semblait venir du paradis. Elle chantait les éclaircies, la lumière après la nuit, le riz qui monte après la pluie ».
Un petit rossignol au plumage grisâtre fait les délices de l’empereur de Chine par son chant mélodieux. Plus de jardin où voler en liberté et siffler les airs du ciel, il sera enfermé dans une cage dorée pour le seul plaisir des gens du palais. Jusqu’au jour où un oiseau mécanique serti de pierres précieuses prend sa place au palais.
Ce conte, adapté du conte d’Andersen, nous chante les louanges de l’espoir et de la liberté à travers une histoire poétique pleine d’émotions, aux illustrations à la fois colorées, douces et détaillées.

coup de coeur Le chat qui n’était à personne / A. Thomas. - Mango. 2013

Le chat est un animal qui inspire les auteurs jeunesse et c’est tout à la joie des lecteurs car ils peuvent trouver pléthore de bons albums avec cet animal domestique qui, justement, est bien difficile à domestiquer. D’ailleurs Amandine Thomas est de cet avis puisque c’est le sujet même de son album.
Le chat qui n’était à personne fait régner sa loi dans le quartier et c’est plutôt sur le ton de la tyrannie et du désordre. Pourtant une petite fille va essayer de l’amadouer par des offrandes. Bien sûr cela ne marche pas, la ficelle est trop grosse. Elle réussira malgré tout en créant le manque chez l’animal...
Histoire très sympathique et rendue très dynamique et vivante par les illustrations.
Autre lecture
Attention chat libre, redouté, moqueur, bagarreur, limite teigneux ! Et ce n’est certainement pas cette petite fille proposant nourriture et amitié qui va l’attendrir, pire, l’apprivoiser ! L’inverse ? Oui, à la rigueur...
De la vie dans cet album, et de la tendresse, derrière l’orgueil. Amandine Thomas, que l’on sent amoureuse des chats, nous attache à ses 2 personnages.

coup de coeur Ti-cheval / M. Bourre. - Ecole des loisirs. - (Pastel). 2013

Un enclos, cercle fermé, alors que la double page montre le lointain, si vaste et si attirant. Ti-cheval piaffe, puis saute, puis court, toujours plus loin. « Cours, Ti-cheval, cours (...), trouve ton chemin ! » Ti-cheval éprouve la sensation de l’herbe douce, de l’eau fraiche, ressent également la peur d’être rattrapé, il fait en somme l’expérience de la liberté. La dernière double page montre cet ailleurs maintenant à portée de sabots, que d’autres animaux entravés au zoo ont souhaité fouler à leur tour.

coup de coeur Yoshka / S. Du Faÿ ; G. Keraval. - Seuil. 2013

Yoshka a grandi dans la nature, au contact des éléments et des animaux sauvages. Dans cet « espace sans limite », il est devenu « fort comme un ours », « aussi rapide que le vent », et courageux malgré sa taille de crevette. Puis Yoshka et ses parents sont arrivés dans la ville des gratte-ciels immenses. C’est alors par la musique, expression d’une nature libre, qu’il s’épanouira et réussira un petit miracle...
Yoshka écoute sa propre histoire, racontée par sa mère fière de le voir grandir ; tous les deux revivent intensément les moments forts de sa vie. Et le lecteur vibre avec eux, porté par les illustrations douces de Gwen Keraval.

coup de coeur Si j’étais un oiseau... / J. Leroy ; M.-A. Abesdris. - Les 400 coups. 2013

Si j’étais un oiseau... les possibilités sont si nombreuses, si exaltantes. Le narrateur les énumère, traversées de paysages et complicités trouvées en chemin. Puis il nous révèle au final sa véritable identité. Surprise abrupte.
Vie rêvée et vie subie, l’album est un mélange doux amer, évocation de liberté d’autant plus forte lorsqu’elle est volée.

coup de coeur Pieds nus / R. Courgeon. - Seuil. 2013

Fin de l’été, pas question pour Tim de remettre des chaussures, pas plus que de chaussettes. Il restera désormais pieds nus, été comme hiver, n’en déplaise à sa famille, à l’administration scolaire.
Et Tim s’en sort très bien dans la vie, sa différence constituera même son atout majeur !
L’histoire est vite résumée mais le texte est aussi concis que riche ; l’illustration elle, surprend à chaque page, pleine de trouvailles percutantes, drôles, poignantes.
Une histoire de dépouillement progressif, de liberté acquise dans une force de caractère qui mène nécessairement au bonheur...

coup de coeur Avril, le poisson rouge / M. Leray. - Actes Sud. 2013

Avril est un poisson philosophe, inventif et déterminé dans son désir d’ailleurs et de liberté. Une évasion pour un poisson rouge en bocal ? Rien de moins facile... D’autant qu’un chat noir rôde... Une ruse machiavélique et le tour est joué !
Jeux de mots, trait percutant, rebondissements répétés pour un album à l’humour incisif.

coup de coeur Turandot, princesse de Chine / T. Dedieu. - Hongfei. 2013

Jamais là où on l’attend, Dedieu est l’artiste des surprises, des bonnes surprises. Il s’attelle ici à l’adaptation de l’Histoire du prince Cafa et de la princesse de la Chine, de François Pétis de La Croix. En 6 tableaux, il raconte l’histoire du prince Calaf, grand maître guerrier néanmoins vaincu, en exil en Chine. Il réussit là-bas l’impensable : vaincre la magnifique et cruelle Turandot qui déteste les hommes et élimine les imp(r)udents qui oseraient la demander en mariage. Il a résolu les énigmes de la princesse et peut donc prétendre l’épouser. Mais elle n’est pas prête à céder et n’hésitera pas, pour sauver sa liberté, à sacrifier une innocente...
Un texte qui peut surprendre mais envoute par sa concision et sa force. Les illustrations se font discrètes, lui laissant toute latitude. La violence, la liberté et l’amour se mêlent dans une fougue insatiable.

coup de coeur La mer / M. Dubuc. - La Pastèque

La patience des chats est sans limite lorsqu’il s’agit d’attraper une proie. Mais celui de notre histoire ne s’attendait sans doute pas à tomber, dans un aquarium, sur un poisson volant. Les voilà partis tous les deux sur les toits de la ville, en forêt et tellement, tellement plus loin...
Album sans texte au crayonné tout en noir et blanc -hormis ce poisson rouge énigmatique- pour une chasse qui se transforme en étrange voyage. Ce chat opiniâtre, avec ses airs ahuris, verra finalement le poisson cheminer vers la liberté.

coup de coeur Henry et la liberté / E. Levine ; K. Nelson. - Toucan

Toute la vie d’Henry est racontée dans ses grandes étapes, sans fioritures, dans un style percutant qui renforce toute la violence que lui et ses proches ont endurée. Séparé tôt de sa famille pour partir travailler, puis de sa femme et ses enfants, vendus sans qu’ils puissent se revoir... Henry qui a toujours rêvé de liberté prend les moyens de son rêve et s’embarque pour le nord des États-Unis. Comme une marchandise...
L’histoire vraie d’Henry Brown qui, comme des milliers d’autres esclaves, emprunta le Train fantôme, le chemin clandestin vers la liberté. L’album, dans une mise en page intelligente, suscite tous les sentiments que peut inspirer l’esclavage : colère, sidération, incompréhension, espoir...

coup de coeur Jazyâa la tapageuse / C. Gendrin ; C. Degans. - Didier

Jazyâa rêve de liberté... de quoi contrarier son grand frère Djamal. Lorsqu’elle rencontre Pedro, elle croit avoir trouvé la voix de l’accomplissement. Ils ne sont pas de la même religion, pas du même pays... quelle importance lorsqu’on s’aime ? Mais Djamal les surprend, Pedro fuit avant même d’avoir pu entendre de l’aimée la nouvelle qui aurait pu changer leur vie. Quelle issue pour Jazyâa...
Un texte bouleversant traversé par un souffle de liberté et de révolte que n’auront pas su éteindre la bêtise et la lâcheté des hommes. Et si le conte moderne se situe en Algérie, servi par de grandes fresques aux paysages méditerranéens, l’histoire est intemporelle...

coup de coeur Mon petit chaperon rouge / P. Baro. - Rouge Safran

Une petite fille toute vêtue de rouge en balade dans la forêt ; elle croise... un ogre ! Ce n’est pas sa chair qu’il convoite mais sa liberté et le chaperon rouge, devenu noir, sera le symbole de sa captivité.
Version très personnelle et militante du célèbre conte qui fait référence au régime iranien (avec un poème persan en troisième de couverture malheureusement non traduit).

coup de coeur Simaga, le cheval sans papiers / M. Diallo. - Vents d’ailleurs

Le poulain Simaga est tout juste né que sa mère lui est enlevée par les hommes. Mais la jument a eu le temps de cacher son fils. Commence pour lui l’errance, les rencontres malheureuses, avec par exemple des êtres épris de frontières et d’interdits. Lui continue de croire en son chemin de liberté.
Muriel la conteuse propose une histoire qui évoque la séparation, le destin des sans-papiers, la liberté... ; autant de thèmes que Muriel la peintre exprime avec force en mêlant couleurs chaudes et papiers collés, pour des fresques pleine page.

coup de coeur Catsou / B. Brunet ; C. Mollet. - Rouergue. - (Varia)

Ce chat-là a grandi au sein d’une famille qui l’aime et il participe pleinement au bonheur de chacun de ses membres. Il mène sa vie, tout en proposant sa présence discrète et réconfortante. Lorsque la famille déménage, il est tentant d’emmener Catsou...
Comment respecter la liberté des uns lorsque le bonheur des autres est en cause... Fragile équilibre où il faut avoir en tête l’héritage laissé par l’être cher à défaut de le garder à ses côtés.
Charlotte Mollet, avec ses collages et linogravures aux couleurs chatoyantes, rend hommage à la grâce du chat, qui incarne mieux que quiconque l’esprit d’indépendance. Elle fait écho à une autre séparation à venir, celle des enfants qui grandissent.

coup de coeur Les amants papillons / B. Lacombe. - Seuil

D’emblée, on est charmé par les illustrations japonisantes, qui ne sont pas sans rappeler Rébecca Dautremer, mais qui imposent très vite leur propre style. Ensuite, on entre dans l’histoire de Maoko, jeune fille promise en mariage mais qui rêve d’un tout autre avenir. La fin est rapide, abrupte, poétique également, et surtout conforme aux idéaux de la jeune femme.
Cet album grand format qui donne une place prépondérante aux illustrations, est empreint de tristesse mais laisse également flotter un grand souffle d’amour et de liberté.

coup de coeur La petite oie qui ne voulait pas marcher au pas / J.-F. Dumont. - Flammarion. - (Les albums du Père Castor)

Igor est à la tête d’une troupe d’oies bien disciplinées, qui chaque matin - Une, Deux - descend à la mare. Igor repère immanquablement un pas discordant. Igor ne saurait tolérer la moindre incartade : Dehors Zita ! La petite oie, dépitée, remonte vers la ferme en pleurnichant. Et bientôt - snif, splach - elle installe, à son insu, une véritable symphonie. Car derrière elle, inspirés par sa cadence, tous les animaux de la ferme suivent en jouant leur propre partition.
A l’académisme monotone s’oppose une vraie liberté créatrice et vivifiante et l’on se réjouit de voir la basse-cour en folie.
On pourra lire cet album en appréciant tout simplement l’histoire amusante et enjouée, on pourra également s’y appuyer pour réfléchir sur le phénomène de groupe…

coup de coeur La nuit des Cages / S. Hureau ; Rascal. - Didier

Est-on responsable des crimes de nos parents ? Il semblerait que oui, à en croire la vindicte populaire qui s’abat sur le fils de l’ogre Morillon d’une part et sur la fille d’une sorcière d’autre part. Le premier, pour fuir le bourreau, prend la poudre d’escampette, et sur son chemin, libère la seconde de sa cage. L’amour leur donne des ailes, leur vie sera belle, loin des préjugés.
Contée en rimes et illustrée en ombres chinoises avec mille détails, cette histoire nous transporte dans une ambiance entre inquiétude et féerie. Les tensions s’apaisent, l’ouvrage se termine sur une scène où tout a été réinventé...

coup de coeur Le samouraï errant / M. Truong. - Gautier Languereau

Akira le samouraï et son fils Tojiro parcourent le Japon en vivant de peu. L’hiver s’annonçant, ils voient le défi lancé par le seigneur du pays comme une chance de se faire embaucher. Akira se présente donc face à l’invincible Maître Kayama pour un combat qui paraît inégal. Mais le calme et la vivacité d’Akira l’emporteront sur la rage et les armes du Maître. Akira refusera cependant l’offre du seigneur, expliquant à son fils les dangers d’une puissance oublieuse de sagesse. Il choisit pour eux la voie de la liberté...
Un texte qui préfère aux valeurs guerrières une philosophie de sagesse, des fresques toujours aussi riches, Marcelino Truong auteur illustrateur nous offre un bel album à lire dès 6 ans.

Roman(s) :


coup de coeur Denis Diderot : Non à l’ignorance / Raphaël Jérusalmy. - Actes Sud Junior (Ceux qui ont dit non), 2015

Un bon livre qui propose une approche du grand Diderot en mettant en lumière non pas tant l’homme que ses idées et leur modernité en rapport avec notre société actuelle.

Après avoir esquissé quelques moments importants de sa vie comme les rencontres avec les gens simples mais aussi la prison, l’auteur fait un parallèle entre l’encyclopédie et internet ou encore le lien entre information et liberté.

L’écriture fluide et la pertinence des moments choisis font de l’ouvrage un livre propice à la réflexion et au partage. Intéressant ! Marion Uteza

A partir de 12 ans

coup de coeur Je t’enverrai des fleurs de Damas / Franck andriat. - Mijade (zone J), 2014

Deux jeunes lycéens s’envolent du jour au lendemain, combattre en Syrie, sans avoir parlé de leur projet à personne. La classe se lamente et se déchire. Sont-ils des héros ou des victimes ? Les journalistes sont en embuscade à chercher des témoignages alors que la police enquête. Myriam pensait que Wassim était sa moitié et ne comprend pas ses choix. Elle écrit à son enseignant qui tente de lui répondre...
Un roman qui remue en mettant des mots sur la question de ces jeunes français qui font le choix de partir combattre au nom de l’Islam et de la Syrie. L’alternance de voix mais aussi de forme, entre réflexion et épistolaire, donne vie à l’histoire. Le récit est forcément parfois un peu didactique mais l’auteur su donner assez de présence à ses personnages pour permettre le débat. La conclusion est bien trouvée et ramène le débat à une question plus générale qui mérite d’être posée.
Un livre à lire assurément ! Marion Uteza

Autre lecture Le sujet est d’une actualité brûlante : la fugue des adolescents vers la Syrie pour participer au djihad contre le régime Assad. Il y a trois narrateurs : un professeur et deux jeunes, qui expriment tous leur désarroi, leur incompréhension, leur angoisse, suite au départ brutal de deux garçons du même collège. Il y a forcément de la répétition et davantage de questions que de réponses. De plus, le style parlé, souvent martelant, risque de devenir lassant. Mais c’est un roman qui pourrait nourrir des débats et faire réfléchir. David Ball

A partir de 14 ans

coup de coeur Les géants / Benoît Minville. - Sarbacane (EXPRIM’), 2014

Western à la plage.
Deux familles survivent en bord de mer au Pays basque français à l’aide de petits boulots et de beaucoup d’amitié. Cette année, Marius a décidé de prendre la mer sur le bateau qu’il retape. Mais comment l’annoncer à sa famille ? Sa soeur repasse son bac, c’est sa dernière chance mais elle a la tête accaparée par une histoire d’amour... _C’est le moment que choisit leur Grand-Père, César, un truand qui vient de purger 20 ans de prison, et qu’ils croyaient mort, pour ressurgir. Que vient-il chercher auprès de son fils alors que ce dernier s’est enfui au moment de son arrestation ?
Un roman où passé et présent se croisent pour former une histoire où l’héritage tant psychologique que financier est au coeur de l’action. Barbouzes, fusillades et jeux de lutte s’intercalent avec des passages plus réflexifs sur la nécessité d’être fidèle à soi-même afin de trouver le bon chemin. Un livre complexe à lire, avec de nombreux personnages et événements et un amour de la mer et de la liberté qui nouent les thématiques. A découvrir. Marion Uteza

A partir de 15 ans

coup de coeur Nola / Florence Aubry. - Mijade, 2014

Nola est enlevée avec le docteur qui devait procéder à son avortement. Elle se retrouve vite seule, dans un hangar désaffecté, à tenter de comprendre comment elle est arrivée là... Mais Nola ne pleurniche pas, elle se bat, et revendique fort sa liberté face à tous ceux qui veulent décider à sa place de sa vie !
Ses parents, l’école, la clinique, le docteur, son geôlier, les différents personnages qui tournent autour d’elle ressemblent aux éléments d’un manège en bois. Au centre, Nola, sa vie, son histoire.
Une écriture qui touche avec la voix d’une adolescente pleine de certitudes et un garçon perdu. Un livre pour réfléchir ensemble, discuter, échanger. Un récit qui dérange par moment notre conscience. Une histoire qui a le mérite d’exister et d’ouvrir le débat ! Marion Uteza

A partir de 15 ans

coup de coeur Faut jouer le jeu / Esmé Planchon. - Ecole des Loisirs (Médium), 2014

Un gros coup de coeur ! Terminale L, la pression du bac, la passion pour les livres. Solange trace son chemin dans les sinuosités de sa dernière année de lycée quand, tout à coup, au détour d’un ennui et d’une porte, elle tombe sur un camarade de classe et son frère qui "jouent le jeu". Et voila comment elle "entre dans la fiction". Au menu, princesse aux cheveux rouges dans un HLM de 26 étages, potagers surprises et comédies musicales. Car la vie ne vaut la peine d’être vécue que si on la joue à fond. Roman tour à tour attendrissant, bouleversant et angoissant, "Faut jouer le jeu" nous oblige à regarder le monde sans œillères, à oublier ce tigre d’admission post-bac et à découvrir l’amour, sans frontières, avec ou sans robes de Temps, de Soleil et de Lune. Et vive les comédies musicales, car la vie n’est décidément plus belle que quand elle est dansée, chantée ou rêvée ! Marie Grandgirard

A partir de 12 ans

coup de coeur Belle gueule de bois / Pierre Deschavannes. - Rouergue (doado), 2014

Parce qu’il s’inquiète pour lui et refuse de l’abandonner, Pierre a choisi de vivre avec son père après la séparation de ses parents. Tous les deux habitent une maison froide et loin de tout. Le froid, Pierre le ressent au quotidien et le transcrits son journal : son père boit, tous les jours et parle peu. Les rôles sont inversés, le fils veille et protège son père. La honte surgit aussi lorsque tous les deux rencontrent les camarades du collège. Roman âpre, illustré de dessins noirs qui renforcent le malaise. Grands lecteurs. Marie Chaillet

bazar

Pierre a un très fort désir de liberté. Il recherche l’envol et ressent la tentation des chemins de traverses. Son ancre ? Son père avec qui il vit seul dans les bois. S’il est alccolique et drogué, c’est aussi pour l’adolescent un modèle, par sa forte présence, presque animale... Récit d’une relation hors norme, le texte nous offre un regard différent sur la vie. Il y a le rejet de la norme et des contraintes que représentent l’école et la société. Mais aussi l’image du "papillon autour de l’ampoule" qui marque à la fois un mouvement centrifuge et centripète avec l’attrait pour l’extérieur et la recherche d’un ailleurs. bazar3

Un beau texte sur l’impossible équilibre entre la fidélité, la peur et l’envie de partir. Les dessins de l’écrivain ne font qu’un avec le texte. Coups de stylo noir qui s’entrecroisent et semblent checher eux-aussi à s’extirper de la page. S’il est difficile d’évaluer un texte aussi personnel, il est important de signaler la beauté de la poésie des mots et des lignes comme des bouteilles à la mer. Marion Uteza

Un roman sur l’alcoolisme. Mais pas que. Un roman sur la difficulté d’être père, parent, dans un monde compliqué. Car qu’est-ce qui est noir, au final ? L’alcoolisme du père ou la difficulté d’élever un enfant seul dans un endroit complètement isolé ? Les illustrations, qui ne sont pas sans rappeler celles d’un certain Manu Larcenet dans Blast, pourraient plomber un récit déjà lourd, cru, sans faux semblant et en cela, terriblement vrai. Mais elles s’imbriquent dans le texte, le font autre et le font plus puissant et plus lisible, aussi. Ce livre ne nécessite aucun mot en plus, aucun gribouilli en plus, il est parfait ainsi dans sa simplicité et sa justesse. Juliane

A partir de 15 ans

coup de coeur Pierre contre ciseaux / I. Garland. - Ecole des loisirs. 2014

Rencontre entre deux milieux sur fond de dictature argentine. Alma vit à Buenos Aires mais son cœur bat pour sa maison de campagne dans une île du delta où elle retrouve la liberté et ses amis, des enfants issus du milieu populaire. Peu à peu elle sent le fossé se creuser entre eux mais au même moment elle découvre son amour pour Marito. Désormais il lui faut dédoubler sa vie tout en essayant de ne trahir personne. Ce qui est forcément impossible…

Un roman qui commence doucement sous fond de vacances et d’amitié pour se durcir par petites touches jusqu’au drame final. C’est Alma qui raconte sa vie, ses sentiments et sa difficile tentative de conciliation entre deux mondes. La société autour d’elle se divise et s’assombrit progressivement faisant place à la peur et à la dictature. Un récit tout en nuance même s’il comporte des passages violents. Un très beau récit.

coup de coeur Sur la route de Blue Earth / J. Monninger. - Flammarion. - (Tribal). 2014

Sont-elles dans le juste lorsqu’elles prennent la décision d’emmener Speed ? De le subtiliser pour lui permettre d’avoir une fin de vie libre, alors que ses propriétaires ont prévu de l’abattre le lendemain ? Hattie et Dolorès ne se posent pas la question et partent sur les routes, vers le grand ouest, avec le vieux cheval qui a tant donné toute sa vie sans jamais se plaindre de l’exploitation des hommes. Leur périple est long, les doutes affleurent, à propos de leur périple avec Speed mais également de leur vie à elles. A quoi se destinent-elles ?
Un roman empli de compassion, grand ouvert sur des espaces toujours larges, qui fait la belle démonstration qu’en étant attentif aux autres, on peut trouver le chemin jusqu’à soi.
Autre lecture
Deux amies fuguent et prennent la route de l’Ouest pour tenter de donner à un vieux cheval la chance de retrouver, pour sa fin de vie, la liberté. Mais ce voyage est aussi l’occasion pour les deux jeunes filles de prendre un nouveau départ.
Leur objectif est d’atteindre Blue Earth, la terre bleue, un lieu magique et sauvage où Speed pourra enfin gambader dans la nature. Mais il s’agit aussi pour elles d’échapper à la pression familiale et de trouver leur voie. Hattie et Dolorès arriveront-elles au bout du voyage ?
Un récit qui allie plusieurs trajets de vie. L’amitié est au cœur du livre car chacun est pour les autres un moteur de confiance. La question de la mort et de la nécessité de vivre sont aussi très présents. Les personnages sont avant tout en lutte contre eux-mêmes. La nature va leur apporter une nouvelle philosophie de vie. A lire.
«  Vu à plat, c’était une folie, mais je sentais toujours au fond de moi que c’était la seule chose à faire. Nous avions besoin de ce voyage, Dolorès et moi, pour nous éloigner de ce qui appartenait au passé et nous diriger vers notre avenir. Je pensais au père de Dolorès. Avait-il vraiment porté plainte ? C’était probable. »

A partir de 13 ans

coup de coeur La caravane / Kochka. - Thierry Magnier. - (Petite poche). 2013

Jessy fait son entrée en classe de CM1 pour apprendre à lire, sur la volonté de son père qui veut « faire à sa fille le cadeau d’un grand pouvoir : celui de choisir sa vie. » Jessy est heureuse d’apprendre, aux côtés de Jeanne qui devient son amie. Mais elle se distingue ainsi de son clan et les enfant le lui font payer...
Texte court qui montre que pour certains, à certaines époques, la liberté est chèrement acquise...

coup de coeur Chasseurs de nuages / A. Shearer. - Les grandes personnes. 2013

Tout se déroule dans les nuages, l’eau est devenue la denrée la plus rare c’est pourquoi on engage des chasseurs de nuages pour en récolter. Notre héros Christien rêve de pouvoir participer à cette chasse et l’occasion lui en est fournit par une jeune fille étrange (Jenine) qui fait partie d’une famille de chasseurs. Un très bon titre entre conte philosophique et roman écolo. L’Univers du livre et très poétique. Si on ne peut pas très bien se représenter le monde fantastique dans lequel l’histoire évolue, on peut en revanche facilement s’identifier au héros qui fait preuves de beaucoup de sensibilité et de courage tout au long du roman.
Autre lecture
Christien a une vie tranquille mais il rêve de devenir chasseur de nuages. Grâce à Jenine, une camarade de classe qui appartient à ce clan, le voilà embarqué pour des aventures extraordinaires où le danger est très présent. C’est par son regard à la fois émerveillé et angoissé que nous découvrons ce monde peuplé d’êtres fantastiques et organisé par des règles souvent étonnantes. Mais lorsque son amie lui propose de participer au sauvetage de son père, l’aventure devient périlleuse...
A la manière des Persans de Montesquieu, l’univers que nous propose l’auteur est souvent un miroir de nos propres travers : préjugés et intransigeances constituent la face caché de ces îles qui de fantastiques deviennent fanatiques. Le récit avance doucement mais c’est avec plaisir que nous nous laissons emporter par le vent, à la rencontre des baleines des airs et des barberons... Pour les bons lecteurs dès le collège.
« Oui, je voulais partir avec eux, je voulais m’envoler à la poursuite des nuages, planer au-dessus du soleil, jusque dans les contrées les plus lointaines de l’atmosphère supérieure. Je croyais cependant que cela ne m’arriverait jamais : ni aujourd’hui, ni demain, ni dans un an- jamais. Et pourtant, cette possibilité se présenta à moi, et je la saisis ; pendant une brève période, je fus moi aussi un Chasseur de nuages.
Voilà donc ce qui s’est passé
Voilà donc la chance que j’ai eue.
Voilà donc mon histoire
 »

coup de coeur Conquise / A. Condie. - Gallimard. 2013

Le soulèvement va commencer. Il est rendu nécessaire par l’apparition de la Peste. Seuls les rebelles ont les médicaments qui peuvent éviter la mort en masse de la population. Mais rapidement tout se dérègle lors de l’apparition d’un événement imprévu... Nos héros font entendre, chacun leur tour, leur voix. Ils évoluent tout en restant fidèles à eux-mêmes. Les destins se croisent et se mêlent. L’ensemble est orchestré comme un thriller, une course contre la montre, contre la mort.
Nous retrouvons avec plaisir l’importance accordée par l’auteur à la poésie et au pouvoir des mots mais aussi à la création et à l’entraide. Le thème du souvenir reste de la même manière très présent avec la question de savoir comment garder les morts en nous. La symbolique du pilote est elle développée et expliquée avec justesse en parallèle. Un ensemble très harmonie et cohérent même si 517 pages c’est forcément un peu long !
« "Avance, ne t’arrête pas." C’est non seulement ce que le Soulèvement nous a demandé de faire mais également ma devise personnelle. Alors j’avance, sans m’arrêter, même quand j’entends la chanson que diffusent les ports de communication du Centre médical. Je la connais. C’est l’hymne de la Société. Mais dans la bouche du pilote, il résonne comme un requiem, célébrant la mort de la Société. »

coup de coeur Pas assez pour faire une femme / J. Benameur. - T. Magnier

Fidèle à elle-même dans sa capacité à analyser finement l’évolution psychologique de ses personnages, Jeanne Benameur donne à lire une fois de plus une histoire singulière, profonde et touchante. Sur fond de révolte étudiante de 1968, revendiquant liberté et droit à la parole, Judith va vivre une émancipation plus intime. C’est dans les bras d’Alain, avec qui elle vit ses premières expériences d’amour charnel, que s’opère à l’intérieur d’elle une mini révolution. L’envie de s’échapper de sa famille, de fuir ce père autoritaire, véritable tyran domestique, et de vivre enfin. Lire et s’autoriser à être libre. Les digues intérieures lâchent l’une après l’autre et les flots libérés permettront d’élever le niveau pour voguer vers d’autres horizons prometteurs.
Un texte dense qui saisit de manière très fine les chamboulements intérieurs de la jeune femme.
Autre lecture
Judith, jeune étudiante, se libère du carcan familial, de l’étroitesse du père et du suivisme de sa mère et sa sœur et se bat pour la liberté de tous. Elle apprend la lutte, au côté d’Alain, tous les deux sont étudiants, de ceux « qui n’ont encore rien à perdre et qui peuvent penser large ». Elle se construit dans le groupe et l’action politique, en ces années 1968 ; se construit dans la solitude et l’intime, se nourrissant de littérature et pensées en construction ; se construit enfin en tant que femme -dans la sensualité- et conscience féminine dans le partage du couple.
Interrogeant sans cesse le monde et elle-même, elle fait la lumière sur son passé et pose les bases de ce qu’elle sera : une femme, une intellectuelle, une humaniste.

coup de coeur L’ envol / R. Rossetti. - Albin Michel. - (Wiz). 2013

« Rien ne compte davantage qu’une vie » pour Frenenquer, c’est pourquoi elle ne peut faire autrement que de sauver ce chat enfermé en cage dans le souk, contre l’avis et la colère de son père. Et il lui faut une grande détermination et un courage inédit, tant est importante l’emprise qu’il a sur elle. Il l’a façonnée selon sa volonté, lui impose un nombre de règles infinies pour qu’elle agisse et pense selon l’image qu’il a d’elle. Frenenquer étouffe...
L’atmosphère est aussi suffocante que l’héroïne -et narratrice- est froide, distante, sèche. Mais un noyau de révolte croît en elle, qui se développera aux côtés de Sangris, ce chat capable de prendre forme humaine, de voler, d’emmener Frennen loin, très loin... Car il est une Libre créature et va la guider sur le chemin de l’émancipation... Avec lui, elle va découvrir la liberté, et sentiments honnis et redoutés, l’affection et la sensualité.
Les deux personnages sont atypiques, l’une n’accédant pas à son identité propre, l’autre incarnant la liberté infinie, mais sans contours pour délimiter sa forme. Tout deux souffrent d’un manque d’ancrage, jusqu’à leur rencontre salvatrice...
Un premier roman à découvrir !
Autre lecture
Frenenqer vit dans une oasis. Son père tient à faire d’elle une fille parfaite. Ses obligations tournent principalement autour de l’idée qu’elle doit, en tant que femme, se faire oublier. Devant l’impossibilité de satisfaire ce père tout puissant, la jeune fille s’étiole. Dans une de ses rares périodes de rébellion, elle sauve un chat, qui se révèle être un Être Libre, capable de toutes les transformations et déplacements. Pour la remercier, il l’amène voler et découvrir le monde... Mais ces échappées ne sont toujours que temporaires...
Conte allégorique sur l’enfermement et la manipulation. Le récit est tout à la fois poétique et fantastique, ce qui en réalité renforce le côté terrible de cette éducation où il n’est même plus possible de respirer. J’ai autant apprécié la description de l’Oasis et des autres mondes que cette allégorie de l’étouffement. Un livre à part, beau et terrible à la fois.
« Mon père m’a dégoté des règles de conduite aux quatre coins de la planète. Tout et n’importe quoi, du moment que ça lui semble raffiné. Demande pardon s’il t’arrive de frôler quelqu’un : ça, c’est canadien. Affecte la timidité : ça c’est thaïlandais. Ne souris pas aux hommes : ça c’est une des règles de l’Oasis. Non que je sois contre les bonnes manières, ou que j’aspire à la vulgarité et à l’ignorance... »

coup de coeur Keleana ; L’assassineuse / S. J. Maas. - La Martinière. 2013

Keleana, mystérieuse jeune fille, a été condamnée aux travaux forcés, dans un camp de prisonniers d’où l’on ne revient pas vivant. Enrôlée de force, à l’âge de huit ans, par la célèbre guilde des assassins, elle est devenue la meilleure. Mais pour gagner sa liberté, elle doit participer à un tournoi où l’unique survivant devra servir le roi pendant quatre ans. Mais au royaume du tyran, beaucoup de pièges se referment sur la jeune femme. Soutenu par le prince et aidé par le capitaine de la garde, Kéléana devra prouver, une fois de plus, sa force et sa volonté à survivre. Mais elle devra faire des choix difficiles pour rester lucide face à un destin capricieux et exigeant.
Un magnifique roman de fantasy, fort et sauvage. L’héroïne doit combattre un monde politique effrayant de sauvagerie. Mais l’auteur a su garder une part féminine au récit. Le tout agrémenté d’une touche de magie et d’un soupçon d’amour.
Autre lecture
Keleana doit combattre pour accéder au titre de Champion du Roi et ensuite pouvoir espérer dans quatre ans accéder à la liberté. Elle est l’assassineuse la plus renommée du royaume mais son identité doit rester le plus longtemps possible ignorée. Entre entraînement et épreuve, nous suivons la difficile quête de l’héroïne. Elle est épaulée dans son combat par le prince et par le capitaine de la garde qui ne sont pas insensibles à ses charmes... Mais les ennemis sont nombreux et des meurtres étranges déciment peu à peu les concurrents, révélant l’existence de forces obscures au sein même du château...
Entre Hunger Games et Fantasy, ce roman nous amène à suivre le parcours d’une femme volontaire qui va devoir trouver des alliés pour réussir à survivre. Un bon premier tome avec une héroïne touchante et un monde froid où le politique ne recule devant aucun moyen pour acquérir tous les pouvoirs.
« Mon père a envie de s’amuser un peu. Il va organiser un tournoi. Il a invité vingt-trois membres de son conseil à parrainer chacun un candidat au titre de champion, qui s’entraînera dans le château de verre pour affronter ses rivaux en duel. Si vous remportez ce tournoi, dit-il avec un demi-sourire, vous deviendrez l’assassineuse en titre d’Adarlan. »

coup de coeur Effacée / T. Terry. - La Martinière. 2013

Kyla est une effacée, une parmi tant de jeunes de moins de 16 ans qui ont fait du tord à la société ou à eux-mêmes. Leur punition ou traitement est une seconde chance : plus de passé, plus de souvenirs. Ils sont comme réinitialisés pour mener une nouvelle vie, auprès d’une nouvelle famille, qui peut les "retourner" en cas d’incompatibilité. Le nivo, à leur bras, est le garant de leur état émotionnel : s’ils se laissent allés à de trop fortes émotions - à la violence a fortiori-, le nivo les déconnecte, peut même provoquer leur mort. Les anciens criminels ne représentent ainsi plus aucun danger.
Mais pourquoi Kyla a-t-elle tant de flashs, comme des réminiscences d’un passé ? Et pourquoi tant de personnes, autour d’elle, disparaissent ? Auprès de qui peut-elle se tourner pour élucider tous ces mystères ?
Une quête d’identité, et en creux une réflexion sur la justice des mineurs, pour un roman haletant, grâce à l’écriture qui suit au plus près les doutes, questionnements, vertiges et réflexions de la narratrice, héroïne à la sensibilité exacerbée et dotée d’une force de caractère inaltérable. Vite le tome 2 !
Autre lecture
Kyla est une effacée. Mais contrairement aux autres jeunes à qui on a enlevé la mémoire pour leur offrir une seconde chance, elle cherche à comprendre qui elle est. Sa famille, son école, son médecin, chacun essaye de lui apporter des avertissements et des conseils. Seulement Kyla tout en s’adaptant peu à peu à cette nouvelle vie, voit ressurgir en elle des fragments de son passé sous la forme de cauchemars… Les faits troublants s’enchaînent, des jeunes disparaissent autour d’elle, certains adultes semblent vouloir la protéger alors que d’autres la menacent directement… Peut-on réellement renaître et à quel prix ?
Une dystopie intéressante car tous les personnages sont troubles et comme emprisonnés par la société, ses règles et ses non-dits. Malheureusement, bien que rien ne l’indique, il doit s’agir d’un premier tome car la fin est tout à la fois ouverte et déconcertante. Nous avons peu de réponses aux interrogations de l’héroïne. Si le ciel s’assombrit pour elle, c’est comme pour mieux révéler la naissance de sa conscience. A tenter.
« Mon Nivo vibre.
4,4.
Phoebe a un sourire satisfait.
La vibration s’accentue : 4,2.
Phoebe lève la main.
- Monsieur ? Je crois que la nouvelle élève va exploser...
Tout le monde glousse. Tout le monde me regarde.
3,9...
 »

coup de coeur Bacha Posh / C. Erlih. - Actes Sud. 2013

Farrukh, jeune afghan, a un rêve : emmener son équipe d’aviron aux jeux olympiques. Pas facile quand on habite en Afghanistan, sans moyen et sans entraîneur… Mais grâce à d’anciens contacts de son père, Farrukh réussit l’impossible : obtenir un bateau moderne, avec en prime -et surprise de taille- une entraîneuse femme ! Il faut la faire accepter par l’équipe, entamer sérieusement les entrainements. Mais bientôt, cet obstacle paraît dérisoire face à ce qui se joue pour Farrukh : elle est devenue une femme…
L’histoire fait référence à une tradition afghane des plus étranges pour nous : afin de pallier l’absence d’un fils, une petite fille peut être travestie en homme par sa famille, jusqu’à sa puberté. Alors, elle retrouve son genre originel. Lorsque Farrukh redevient Farrukhzad, elle doit se familiariser avec ce nouveau corps, « embryon de femme, posture d’homme. Corps laid. Corps mensonge. » Farrukhzad doit apprendre le « B.A.-BA de la vie quotidienne », toutes ces tâches réservées aux femmes. Farrukhzad doit renoncer à ses rêves, à sa liberté de mouvement, de décision. Comment se résigner…
Même si les ramifications d’intrigues parallèles paraissent artificielles ou inabouties, même si les rôles de certains personnages sont avortés et laissent une frustration (Maud la française, Sohrab l’ami, la jalousie des sœurs de Farrukhzad...), le roman est passionnant dans les réflexions qu’il amorce, sur l’identité, le genre (l’écriture s’adapte selon que Farukh et fille ou garçon), les traditions, la liberté...

coup de coeur De la terrible et magnifique histoire des créatures les plus moches de l’univers / T. Gunzig. - Mijade. - (Zone J)

Ce roman-fable n’est pas si loufoque que ne le laisse penser la couverture. Dans l’espace, vivent des Yurks, tellement laids qu’ils ne se montrent pas entre eux. Sur terre, Farben, un tyran, force des gens à travailler dans son usine de crayons de couleurs. Polo, un jeune garçon, qui travaille dans cette usine va être en relation avec les Yurks qui ont choisi la terre pour entrer en communication avec d’autres personnes. Les Yurks proposent un pacte à Polo : ils l’emmènent dans leur vaisseau et Polo leur imagine un aspect plus présentable. Ensuite, ils s’occuperont du tyran... Les Yurks pourront au final enfin se regarder !
Autre lecture
Des monstres qui puent et qui sont tellement moches que leur race est en voie d’extinction : aucun ne supporte la vue et l’odeur des autres ! Un jeune garçon qui est condamné à travailler toute sa vie à l’usine sans aucune perspective d’avenir mais qui garde un jardin secret : le dessin. La rencontre entre ces deux solitudes va prendre la forme d’un conte...
Un récit agréable à lire, dès 9-10 ans, avec des extraterrestres pour une fois attachants !

coup de coeur Charlotte Corday, tuer un homme pour en sauver 100000 / C. Le Quellenec. - Oskar. - (Les aventures de l’histoire ! )

Pourquoi Charlotte Corday a-t-elle tué Marat ? Ce roman raconte le destin de cette jeune fille, noble mais sans argent, instruite, et surtout très déterminée. 1793, c’est la guerre entre les Montagnards et les Girondins, la terreur s’installe. Marat symbolise, pour Charlotte Corday, la fin des espérances du peuple. Elle décide dès lors de le tuer.
Portrait d’une femme prête à laisser sa vie pour ses idées et ses valeurs. Le texte trop court peut cependant servir à introduire cette grande figure de l’histoire de France.
« Mettre fin à la terreur et à celui qui pour moi l’incarnait, devenait une véritable obsession. J’étais persuadée de l’incapacité des Girondins à contrer Marat. S’ils ne le pouvaient pas, qui mieux que moi était en mesure de le faire ? »

coup de coeur Mon père / M. - F. Ehret. - Oskar. - (La vie)

Simon appelle son père Bernard et sa mère Zoé. Relation décontractée, de confiance. Aussi, quand Bernard débarque, comme toujours à l’improviste, Zoé ne voit pas d’inconvénient à ce qu’ils partent tous les deux en virée à la mer. Puis dans les Cévennes, en pleine période scolaire. Simon s’en étonne un peu, mais saute sur l’occasion. Les voilà partis en moto sur les routes, multipliant les étapes et les rencontres. Une vie au gré des envies de Bernard, sans plan précis. Simon suit, apprécie, puis... demande à rentrer, à reprendre les cours qu’il avait pourtant tant de mal à suivre. De retour au lycée, il se trouve grandi. Il le sera d’autant plus à l’annonce de la terrible nouvelle : son père s’est tué sur la route.
C’est un roman étrange, avec une couverture et une collection en décalage avec le texte, destiné sans doute aux ados plus grands, qui montre que d’autres voies sont possibles. D’autres modes de vie, solidaire, libre. Aucun jugement de valeur ici, juste des parcours différents qui arrivent à cohabiter. Ou comment s’inscrire dans la société.

coup de coeur Mon cheval s’appelle orage / Mon frère est un cheval / A. Cousseau. - Rouergue. - (Boomerang)

Recto : Elvis raconte sa relation avec le cheval né en même temps que lui, duquel il est proche, voire fusionnel. Pourtant, il faudra le vendre lorsque la famille aura le couteau sous la gorge…
Verso : Sarantoya est ravie de ce nouveau cheval qu’on lui offre. Fougueux, sauvage, elle se sent tout de suite attiré par sa majesté et, contre l’avis de sa famille, décide de le monter… Les voilà embarqués dans une folle équipée…
Un roman qui donne toute sa pertinence à la collection Boomerang, où le point de rencontre des deux histoires se situe dans l’échange, le respect de l’animal et la complicité possible avec l’humain.
Autre lecture
Un jeune Mongol a pour âme sœur un cheval né la même nuit que lui. Mais l’hiver est trop rigoureux et la famine s’installe, l’obligeant à se séparer de son « frère ».
Une jeune fille reçoit en cadeau pour ses huit ans un cheval qu’elle décide d’appeler Orage. Mais il s’agit d’un animal sauvage et le jour où la barrière reste ouverte il entraîne la jeune fille avec lui, vers…
Deux récits qui se répondent et font sens autour de la question de la liberté.
« Un cheval, mais pas mon cheval. Parce qu’on m’a appris qu’un cheval n’est à personne. Pareil que le vent. Pareil que la pluie et le soleil. On ne dit pas mon vent, ni ma pluie, ou mon soleil. Alors on ne doit pas non plus dire mon cheval. »

coup de coeur L’ été pop / V. Cuvellier. - Rouergue. - (Dacodac)

Michel avait tendance à se méfier mais il doit bien reconnaître qu’il est attiré par ces hippies, par Mario surtout. Nous sommes dans les années 70, les villageois se défient de ces communautés récemment installées qui fonctionnent sur l’horizontalité et le partage… Ce que Michel va découvrir, au-delà d’une façon de vivre différente, c’est le rock -lui qui fait partie d’une fanfare de village…- et surtout la liberté ! Car lorsqu’ils sont repérés pour participer à une émission de télé avec Guy Lux, pas question pour Mario et Michel de se laisser dicter leur conduite !
Un beau texte sur la musique, la liberté, la confiance en l’avenir !
Autre lecture
Vincent Cuvellier, avec ce texte court, nous offre un voyage dans le temps, destination : les années 70 ! Époque qui semblera bien étrangère aux adolescents d’aujourd’hui mais l’auteur nous en offre une vision intéressante à travers deux personnages : Michel, qui joue du tambour dans une fanfare pendant ses vacances et Mario, fils de hippies à la voix incroyable. Deux enfants qui se rencontrent, deux conceptions de l’éducation différentes, mais la même innocence. Ce qui les relie, c’est la musique, la musique de ces années là qui est le fil rouge de l’histoire : Brassens, Lennon, Sheila ou encore Led Zeppelin sont évoqués, un beau melting-pot ! Un petit roman sans prétention mais rafraichissant et enchanteur à l’image de son titre.

coup de coeur La véritable histoire d’Harrison Travis hors-la-loi, racontée par lui-même / P. Maret. - Thierry Magnier

Harrison a commencé à voler très tôt. Pour manger d’abord, pour survivre ensuite, lorsqu’il était en cavale. Il a squatté des maisons, piloté des bateaux puis des avions ! Comme Elise Fontenaille, Pascale Maret s’est basée sur l’histoire de Colton Harris-Moore pour écrire ce roman. On retrouve un jeune homme épris de liberté, accro à l’adrénaline procurée par les vols à bord de petits avions. Le jeune homme écrit depuis la prison et explique ce qui l’y a amené, en évoquant sa mère, la pauvreté, les déceptions, son père...
Une histoire atypique dont Pascale Maret nous donne sa propre vision, plus centrée sur le quotidien d’Harrison et moins axée sur la fierté du parcours...

coup de coeur Dog lands / T. Willocks. - Syros

Quelle formidable histoire que celle de Furgul, le bâtard mais surtout le Brave. Il est de ces chiens astucieux, audacieux, courageux qui suit « Les Sentes des chiens », pistes oubliées du monde d’avant les hommes. Il s’évade, encore jeune chiot du camp d’esclaves des lévriers puis il parcourt le monde. Il rencontre les hommes, les plus haineux et plus rares, ceux qui parlent la langue des chiens. Il rencontre ceux de sa race, les domestiques, les tueurs, les gardiens qui reconnaissent en lui celui qui garde la mémoire des Doglands, le pays des chiens libres. Toutes les races de chiens participent à cette formidable histoire où les péripéties sont nombreuses, les batailles épiques, les rencontres souvent comiques. C’est vif, émouvant, amusant, un vrai plaisir à lire.

coup de coeur Le loup sous le lit ou quand une petite fille sait ce que les adultes ne savent pas plus / S. Servant ; B. Morel. - Oskar. - (Trimestre)

L’histoire d’une rencontre et d’une amitié entre une petite fille et un loup. Leurs découvertes, leurs compromis, l’un pour l’autre, le respect mutuel de leurs différences et de ce qu’ils sont vraiment, jusqu’au jour où les adultes s’en mêlent et décident de rétablir l’ordre, le leur.
Autre lecture
Une figure de loup envoutante. Un loup sauvage mais qui ne demande qu’à être apprivoisé par la fillette narratrice de ce roman graphique. L’un l’autre se font découvrir la ville, la nature. Les deux personnages se mêlent et s’emmêlent, tous deux épris de liberté. Or la liberté, chez les hommes, on s’en méfie... Il faut la juguler, voire la supprimer. Mais "un loup ne meurt jamais".
Les gravures en noir et rouge de Benoit Morel expriment toute la force sauvage et libre qui souffle dans ce texte étrange.

coup de coeur Libres !. - Bayard. - (Millézime)

Chacune des 13 nouvelles illustre un ou plusieurs articles de la déclaration universelle des droits de l’homme. Ainsi, chaque histoire met en scène un enfant, victime ou témoin d’une situation dans laquelle les droits humains sont bafoués. C’est assez plaisant, d’un didactisme pas trop pesant et toujours bien écrit. Le recueil présente aussi l’intérêt de varier les pays, les cultures et les genres littéraires : une histoire prend la forme d’un poème, une autre celle d’un compte-rendu d’interrogatoire. La plupart des histoires sont captivantes et poussent à la réflexion même si certaines nouvelles paraissent un peu vite terminées : l’intrigue est souvent efficace et bien menée autour de thèmes pas forcément très attractifs car manquant de clarté pour les adolescents comme l’égalité des droits, le travail des enfants, les droits des femmes en Inde, le droit d’asile…
Une lecture à la fois plaisante, enrichissante et parfois dérangeante parce qu’elle donne un éclairage parfois assez sombre sur le monde qui nous entoure, mais sans sombrer dans le misérabilisme, le moralisme ou le discours niaisement bien pensant parce que les héros sont très positifs et souvent porteurs de solutions ou d’espoir.

coup de coeur La balade de Pell Ridley / M. Rosoff. - Albin Michel. - (Wiz)

Pell fuit en pleine nuit en compagnie de son petit frère. Elle fuit sa famille, pauvre et rigoriste, son futur mari et surtout une vie de femme au foyer. Mais la liberté a un prix. Et les épreuves sont nombreuses lorsque l’on est une jeune fille, seule et sans recommandation. Lorsque son frère Bean disparaît avec son cheval, une longue quête commence...
Un très beau livre qui parle beaucoup de chevaux, des liens de l’homme avec la nature, de liberté et d’identité. Le début est un peu difficile à suivre mais le livre en vaut la peine ! Pour Jeunes et adultes.
Autre lecture
Au petit matin du jour de ses noces, Pell se glisse hors de la maison familiale et part, accompagnée de son cheval Jack et de son petit frère silencieux Bean. "Prendre la route"… que de perspectives. D’autant que Pell a de solides atouts pour elle : une très bonne connaissance des chevaux et une assurance assez exceptionnelle au vu de sa condition populaire dans l’Angleterre du 19°. Las, les obstacles sont nombreux et Pell se retrouve bientôt seule, à la recherche effrénée de son frère, de son cheval et de son dû.
Cette balade qui confine bientôt à la dérive est au final un entrelacs de personnages, tous liés les uns aux autres pour le meilleur et le pire, qui se quittent et se retrouvent. Chacun vit sa vie mais Pell ne laissera jamais tomber les siens, tout en respectant leur besoin de vie propre. Un beau modèle de femme libre et généreuse, en symbiose avec les animaux, que nous offre ce roman au style léché pour bons lecteurs.

coup de coeur Ultraviolet / N. Huston. - Thierry Magnier

Eté 1936. C’est l’année de la grande dépression et de la terrible sécheresse qui affament l’Amérique. C’est aussi l’anniversaire de Lucy qui fête ses 13 ans. Cette jeune fille intelligente étouffe, au sens propre comme au figuré, dans sa famille protestante et forcément pratiquante puisque son père est le pasteur de la contrée. A partir de ce jour, elle confie toutes ses interrogations, émotions, révoltes, secrets dans un carnet dont le contenu nous est livré. C’est ainsi que nous vivrons avec elle ses sentiments contradictoires quant à son envie de devenir adulte, son ouverture au monde grâce au mystérieux, mais "si beau", docteur Bernard Beauchemin que son père a ramené à la maison. Nous partagerons également sa tristesse lorsque sa mère chasse celui-ci par peur et ignorance.
Un roman court mais pourtant très riche sur la nature humaine. Le talent de Nancy Huston est de faire transparaître dans chacun des mots de son personnage tout cet idéal de liberté dans la conscience critique de soi et des autres et dans l’aspiration d’un avenir plus ouvert.

coup de coeur Le garçon qui volait des avions / E. Fontenaille. - Rouergue. - (DoAdo)

Roman court avec des chapitres alternés qui font entendre les voix du personnage principal, Colton, sa mère, les voisins, Helen, flic et meilleure amie de sa mère lorsqu’elles étaient jeunes… Colt est en révolte contre les flics depuis l’âge de 8 ans, lorsqu’ils l’ont soupçonné d’avoir volé un vélo offert par sa mère. Sa vie n’avait jamais été facile, depuis ses 3 ans où son père avait tenté de l’étrangler mais cet épisode précipite le basculement de sa vie : il sera en fuite continuelle des foyers, puis vivra en “survivor” dans les bois pendant 2 ans, à multiplier les larcins et provocations. Il ira jusqu’à voler des Cesnas (petits avions), pour se sentir encore plus libre !
L’issue n’est pas romanesque mais l’histoire, véridique, est assez terrible : une revendication de liberté d’autant plus révoltée qu’elle a pris racine dans un drame de l’enfance.

coup de coeur Good morning, Mr Paprika / L. Land. - Sarbacane ; Amnesty International. - (Exprim’)

Sur la planète d’Ashok, la planète Bleu, il est interdit de faire beaucoup de choses mais la paix est assurée. L’ennui en prime. Aussi, lorsque Ashok a l’occasion de passer 24 heures sur terre pour étudier nos mœurs, il est bien décidé à tout expérimenter. Il prend l’apparence d’un jeune skateur pour passer inaperçu et va découvrir l’amour, l’amitié, la liberté ! Il espère également retrouver M. Paprika, son voisin sur Bleu qui n’est jamais revenu...
Ce voyage initiatique est source d’émerveillement continuel, de peur aussi... quelle violence ! Les réactions de cet étrange personnage prêtent à sourire, à rire, à réfléchir. Et l’on s’attache à lui, grand naïf avide de nouvelles sensations et de rencontres, totalement décalé dans ce monde étranger. Un roman drôle et poétique qui se lit assez facilement dès 14-15 ans.

coup de coeur L’ étranger sur le sable / A. Mackenzie. - T. Magnier

Ness vit sur une île étrange où tout contact avec l’extérieur est interdit. Les habitant de l’île vivent en autarcie, sous la coupe du Grand Conseil. Après une tempête, Ness découvre un étranger gisant sur le sable. Malgré les interdits, elle lui porte secours, le cache. En discutant avec lui, elle découvre qu’il y a un ailleurs et qu’elle peut échapper à cette île où elle n’a jamais trouvé sa place.
Un roman très étrange qui dégage une atmosphère lourde et pesante, traduisant bien l’ambiance de l’île et les conditions de vie des habitants. Entre fantastique et science fiction, l’auteur ouvre grandes les portes de la liberté, avec l’espoir d’une autre vie.

coup de coeur La liberté porte une chemise rouge sang / G. Halberstam. - Bayard, 2010

Victoria, 15 ans grandit dans un milieu familial chaleureux entre des parents aimants, un petit frère et une nounou de couleur. Nous sommes dans l’Afrique du Sud d’avant Mandela. Elle est en train de prendre conscience des violences infligées aux noirs mais au collège, elle se heurte aux méchancetés gratuites de ses camarades de classe. Son cœur bat pour Mawe, le fils de sa nounou, qui milite avec les noirs opprimés.
La situation tourne mal pour Maswe et Victoria qui l’aide et se trouve impliquée dans une tragédie. La famille qui se trouve subitement en danger fuit à Londres.
Deux ans plus tard, Victoria marquée par le drame qu’elle n’a pas oublié choisit de revenir faire ses études en Afrique du Sud et s’engager dans la lutte...
Un récit très bien documenté qui commence comme l’histoire classique de l’ado cachant un homme traqué, mais ce scénario fait vite place à un récit très accrocheur riche de détails aux accents très personnels.

A partir de 12 ans

coup de coeur Le miroir de la liberté / L. Bodoc. - Seuil. - (Chapitre)

Un petit miroir, objet témoin d’une quête de liberté. Deux histoires, suivies en alternance, retracent le parcours de ce miroir. Celle de la famille d’Atima, vendue comme esclave, qui le lèguera à sa fille. Celle de Dorel, orphelin élevé dans la peur panique de l’extérieur. Ces deux enfants recouvreront la liberté, dans la peur et les doutes.
Une écriture originale, un rythme alerte.

coup de coeur Peindre le vent / P. Munoz Ryan. - Actes sud. - (Romans Ado)

Maya vit dans un cocon qui sent l’ordre, la peinture fraîche et la peur de tout. Sa grand-mère a eu la charge de son éducation à la mort de ses parents et celle-ci n’a de cesse de lui rappeler que son cher fils unique est mort par la faute de sa femme. Lorsque son aïeule décède à son tour, Maya apprend qu’elle ira vivre dans la famille de sa mère, dans un ranch du Wyoming. Une vie qui ne ressemble en rien à ce qu’elle a connu. Elle découvre l’espace, la vie dans la nature, les chevaux. La liberté. En alternance à ce récit, de courts chapitres suivent le destin d’Artemisia, jument qui connaîtra tour à tour vie sauvage et captivité. Les deux personnages de ce roman sont intimement liés et complices, dans le respect de la liberté. Un roman exaltant dans sa communion avec la nature.
Autre lecture
Voici un roman pour ceux qui aiment les chevaux et les grands espaces sauvages de l’ouest de l’Amérique ! Pour ceux aussi qui aimeraient les découvrir, car le livre leur donnera maints détails et conseils concernant la faune et la flore de ces régions et le dressage des chevaux.
C’est un livre qui par son style et son langage s’adresse aux adolescents mais dont l’héroïne n’a que onze ans. Son aventure, pourtant, est digne d’un héros de western le plus endurci. Elle est blessée en plein désert lors d’un tremblement de terre et arrive à se sauver grâce à l’intelligence et au dévouement de la jument qui était le cheval favori de sa mère disparue.

coup de coeur La vie en rouge / A. Thiollier. - Gallimard. - (Scripto)

Gangming et Taisen ont 6 et 7 ans quand commence la révolution culturelle en Chine. Lui est le fils de la famille Sun qui a quitté l’Indonésie et une vie agréable pour rejoindre la chine nouvelle. Elle, passionnée de danse, habite la ville de l’ouest chinois Kunming depuis toujours avec ses parents professeurs. D’abord amis, ils s’éloignent l’un de l’autre au fur et à mesure que l’emprise de la nouvelle politique de Mao gagne du terrain par l’intermédiaire des gardes rouges. L’un et l’autre ne vivent pas cette révolution de la même manière : Très vite, le petit garçon apprécie la liberté que lui laisse le bouleversement de l’ordre des choses ; il s’oppose à son père qu’il juge vieux et décadent et dont il ne comprend pas les agissements. Taisen elle se montre un peu plus mûre et perspicace : elle mesure mieux les changements qui s’opèrent et sent de manière instinctive que sa liberté de penser et d’agir est en danger et garde donc de la distance par rapport à la propagande. Mais globalement, le lecteur sera étonné de voir à quel point le conditionnement intellectuel est efficace. La population, majoritairement, ne réagit pas, les adultes par crainte, les jeunes par naïveté.
Un bon livre sur le sujet, vu à hauteur d’enfants et bien imprégné de la mentalité chinoise.

coup de coeur L’ amour en cage / M. Rippert - Seuil. - (Chapitre)

Le quotidien de Paul, 11 ans, s’illumine dès qu’il quitte le collège et les moqueries -péquenaud, entend-il à longueur de récré- et court rejoindre la pie qu’il a sauvée et apprivoisée. Une réelle complicité est née au fil du temps et lorsque vient le moment où l’oiseau pourrait prendre son envol, des idées pas très glorieuses viennent à l’esprit de Paul. Et comme si cela ne suffisait pas, voilà que la seule amie qu’il a, Aïssatou, va bientôt repartir en Guinée...
La liberté, l’amour, les renoncements ... difficile équation. Un roman aux accents de campagne et de langue méditerranéennes, aux personnages très attachants. Dès 10-12 ans.

coup de coeur Intrigues à Athènes / P. Thiès. - Seuil. - (Chapitre)

Un roman historique qui nous plonge dans la vie quotidienne de la Grèce Antique, à l’époque du procès de Socrate : la guerre contre les villes de Sparte, Thèbes et Corinthe ont influé sur le destin des 3 héros de ce livre. Lycée, Dori puis Callias vont être soumis à l’état d’esclaves. Révolte tout d’abord mais une rencontre de Lyncée avec Socrate va révolutionner la vie de ce jeune adolescent. Il comprend que la liberté réside dans le savoir...
Un roman enrichissant pour son aspect historique et philosophique, dès 13-14 ans.

coup de coeur Le défi / V. Hobbs. - Gallimard. - (Folio junior)

Depuis tout petit, Toby, 11 ans, a subi de lourds traitements à l’hôpital et ne veut plus revivre cela. Avec sa mère, il se repose à la campagne où son père vient les retrouver le dimanche. Au hasard de ses promenades, il rencontre une vache, puis sa propriétaire, Perle, une très vieille femme presque aveugle. Toby lui propose ses services : traire Fleur et lire ses poèmes favoris. Peu à peu, il va faire sienne la devise de Perle : « Quiconque vole ma liberté vole ma vie » et devenir capable de prendre les décisions fondamentales pour sa vie…
Ce court roman, sans bavardage inutile, plein de poésie , est un témoignage très fort sur les épreuves que vit un enfant confronté au cancer. Il est aussi une belle leçon de courage, d’amitié et de liberté.
Autre lecture :
Ce que Toby aime chez Perle, c’est que c’est la seule personne à ne pas se comporter avec lui comme ce qu’il est : un petit garçon de 11 ans atteint d’un cancer. Avec la veille dame, il découvre la poésie, apprécie la vache Fleur à la douceur sans pareil et les conversations très libres qui jamais ne font mention de la maladie. Un havre de paix et de liberté en somme. Ce n’est pas pour autant que l’on vit dans un monde à part avec Perle. La vieillesse, la mort y ont leur place mais de façon plus sereine. Et Toby, qui refusait de retourner à l’hôpital pour d’énièmes soins, change petit à petit de perspective... Car la liberté se gagne.
Grave, pudique, et non dénué d’humour, ce roman très fort réveille mille émotions et ne tombe jamais dans la facilité.

Et aussi... :


coup de coeur Robin des Bois / Evelyne Castellino ; Nathalie Jaggi ; Jacques Zürcher ; Serge Martin ; Nicolas Bianco-Levrin. – QuiQuandQuoi, 2006

C’est un spectacle qui est à l’origine de cet album/CD : un opéra-danse d’Evelyne Castellino et Nathalie Jaggi monté par la compagnie 100%Acrylique qui mêle chant, danse et théâtre. Un petit livret, glissé dans la pochette du CD, permet de découvrir des photos du spectacle ainsi que des précisions sur la compagnie et ses diverses activités, dont des ateliers pour les jeunes. Cet opéra-rock met en scène une version moderne et humoristique de Robin des Bois. La légende de tradition orale est née au XIIIème siècle en Angleterre. Transmise ensuite au cours des siècles, ces interprétations et ces formes littéraires n’ont cessé de se métamorphoser. La metteur en scène Evelyne Castellino fait de Robin de Sherwood, l’homme libre par excellence. Il se dresse contre l’injustice sociale, animé par une profonde compassion pour les opprimés. Le récit, réécrit par une femme, constitue une originalité par rapport à la tradition.

-  Mieux vaut commencer par écouter le CD de 32 minutes, accessible à tous. Chacune des 23 plages musicales proposent une couleur singulière, mystérieuse, comique, exubérante ou encore inquiétante. L’esprit du spectacle est présent dans ces airs : Esprits de la forêt, Berceuse, La chanson des bannis, Le bain de P’tit Jean, Marion la sauvage, Formule magique, La bande à Robin, Le serment, Arrivée de Frère Tuck, La forêt brûle, Merci à la pluie, La fête, Est-il bien nécessaire ? , Berceuse qui rend fou, Fanny à la cour, La lessive, Bâtons, Le shérif en campagne, Incantation, Forêt mon secret, Robin et Marion, Mon amour est en danger, La légende de Robin. Les chants inspirés aussi bien du folklore irlandais et écossais que du rock, contribuent beaucoup à souligner la portée actuelle de la légende ainsi que les paroles simples et directes que l’on peut lire dans l’album. Les textes courts évoquent les personnages-clés de l’histoire : Robin des Bois, Marianne, P’tit Jean, Frère Tuck, Fanny, Le Prince Jean, le shérif.

- L’album, dans son format à l’italienne, n’est pas une transposition du spectacle. C’est une création originale, autonome, déroutante au premier abord et mise en image par Nicolas Bianco-Levrin. Entre album et bande dessinée, les pages sont lues sur deux plans : sur la moitié supérieure, des illustrations pleine page pour dire le texte des chansons ; sur la moitié inférieure, des vignettes sans paroles déroulent l’histoire du justicier de la forêt de Sherwood, comme une tapisserie de Bayeux moderne. Cette mise en images sous forme de BD, adopte des procédés de narration plus cinématographiques, insuffle une liberté à l’histoire, souligne le mouvement, élargit les plans. Drame et verve insolente se côtoient dans le respect du spectacle. L’encre de Chine dans les tons noir et brun-doré, accentue le dessin très stylisé mais a pour inconvénient de rendre les textes très peu lisibles.

- Cet ouvrage original et soigné mérite d’être découvert même si le récit très elliptique semble s’adresser à des lecteurs ayant déjà connaissance de la légende. Outre le plaisir d’une exploration personnelle, il peut être un objet d’étude disciplinaire ou transdisciplinaire en classe (collège en particulier). Il peut inciter à la découverte d’autres versions, tant littéraires que cinématographiques et donner lieu à des recherches documentaires historiques. Brigitte Lacot

A partir de 6 ans

coup de coeur Le petit ours gris de la Mauricie / F. Leclerc ; E. Bori ; M. Lafrance. - La montagne secrète, 2013

Mission du livre CD : faire découvrir le patrimoine québécois, plus précisément Félix Leclerc, à l’occasion du centenaire de sa naissance (2014).
L’hiver, chez les ours, on dort profondément. On s’installe au fond d’un trou et se colle les uns aux autres « pour un sommeil profond qui tant ressemble à la mort ». Mais ce petit ours gris de la Mauricie a décidé de ne pas hiberner. Il a pour cela trop « grand goût de vivre » et préfère festoyer, jouer, giguer ! Mais Voilà l’hiver, rude, impitoyable, implacable...
Par le texte et les 10 chansons qui lui font écho (elles reprennent les éléments narratifs mais s’en échappent également), cet album est un hymne à la vie, à la liberté, même si elle se paie chère. La fin est en effet abrupte mais trouve un contrepoint réconfortant dans la toute dernière chanson qui lui donne un caractère onirique.
L’illustration est très apaisée, notamment avec la scène d’hibernation des ours, avec un brin de fantaisie.
Edgar Bori raconte le texte de Félix Leclerc et interprète les chansons qu’il a lui-même composées (une préférence pour Voilà l’hiver et Je vis au fond de mes bois). Son accent canadien et le timbre doux -sur des rythmes variés- procurent un réel plaisir, avec les mêmes sentiments contrastés que peut susciter La Chèvre de Monsieur Seguin.
A noter la présence d’un pdf sur le CD, fichier imprimable du conte illustré et des paroles des chansons.
Pour en savoir plus...

coup de coeur Libres comme l’air / C. Norac ; E. Battut. - Didier

Un album, comme une allégorie, sur les exploitations des animaux par l’homme. Un cheval libre, puis capturé, sera tour à tour cheval de trait, de course, de somme, de chasse à courre, de combat... « Comment me sentir fier encore » alors que « Maman m’a appris à être libre comme l’air » ? Dans la détermination peut-être, à ne jamais renoncer à cette idée de liberté.
Les grands espaces d’Eric Battut, la petitesse des hommes qui en réduisent le cadre et la concision du texte de Carl Norac, font de cet album épuré un plaidoyer percutant pour une liberté réconciliatrice.

coup de coeur J’ai un ours / M. R. Johnson. - Gallimard

Une relation privilégiée entre une fillette, narratrice de l’histoire et un ours qui lui parle de la Terre des ours, des « sentiers verdoyants et ensoleillés », d’un « endroit immense et parfumé ». Mais toutes ces évocations ne sont que souvenirs car l’ours est enfermé dans un zoo... Au fil des rencontres, la fillette sent en elle une culpabilité grandissante qui s’évanouira lorsqu’elle fera le geste, chez elle, d’ouvrir la cage de son oiseau...
Un bel album au souffle puissant de liberté.

coup de coeur Je suis né tigre / S. Servant ; A. Déprez. - Bilboquet. - (Les messagers)

« Je suis né tigre. Je suis né libre. » Mais les humains ont décidé d’une autre vie pour lui. Une vie d’emprisonnement, d’humiliation, au milieu d’autres animaux enfermés. Après le découragement, vient le temps de l’espoir, né en chansons et musiques. « Toutes ces voix, c’était un ciel remuant d’été. Un ciel d’orage lancé au grand galop sur la plaine, où rien ne peut arrêter la course de nuages. »
Cette marche finale des animaux, dignes et libres, devrait convaincre de l’aberration des cirques avec animaux sauvages...

coup de coeur Super sauvage : Histoire d’un bichon libre / D. de Monfreid ; T. Truant. - Gallimard

Histoire d’un bichon blanc terriblement blasé par la vie de "gentil toutou" et tourmenté par des envies d’évasion ("j’ai presque la rage" déclare t-il dès les premières pages), qui décide de quitter sa maîtresse. Fuir la ville et refaire sa vie, une nouvelle vie pour (re)devenir sauvage !!
Voici une bande dessinée moderne et cocasse sous forme d’album pour petits à partir de 5 ans, (et plus grands aussi) accompagné d’un CD audio qui déménage. Un rock quasi minimal, accompagné d’instruments très rythmiques (guimbarde, ukulélés, banjos,...) utilisés plutôt dans les musiques dites traditionnelles, donne à l’ensemble, mise en texte et musique, un côté ritournelle très "Punk" qui colle parfaitement avec l’histoire, la fuite, les ennuis, les mauvaises rencontres, la police, les pleurs et enfin les retrouvailles ! Un document musical où la fantaisie nous emporte, nous partons avec le héros Pipo.
L’album privilégie le texte chanté (grandes bulles du texte) avec de courts intermèdes parlés entre chacun des morceaux illustrant ce "road-music" ! A ne pas manquer.
Autre lecture
Histoire écrite en bande dessinée par une illustratrice reconnue dans la littérature jeunesse, Super sauvage est aussi un album en 13 chansons et quelques dialogues mis en musique comme un petit opéra. Le héros nommé Pipo est un petit chien bichon en révolte contre sa situation de chien de ville qui décide de partir à la campagne. L’histoire raconte ses rencontres avec un univers qu’il ne connait pas, ses pérégrinations dans le monde des loubards, dont la rencontre d’un fameux chat « Attila ». La fin n’est même pas triste… Eh oui, le ton dominant dans cet album CD est le mode de l’humour, perceptible dans l’image et dans la mise en musique. Les instruments sont légers, ukulélé, guimbarde, glockenspiel …Le dessin est simple et vivant.
L’ouvrage est sympathique et accessible dès 5 ans.

coup de coeur La chèvre de M. Seguin / A. Daudet, J. Bonnaffé ; E. Battut. - Didier. - (Un livre, un CD)

Sur le thème familier de la célèbre chèvre, le compositeur Olivier Penard a imaginé un conte musical pour un récitant et quinze musiciens, à la manière de Pierre et le Loup. Sa partition va crescendo, de la musique de chambre à la symphonie ; cette musique contemporaine expressive et inquiétante peut faire peur à de très jeunes auditeurs. La voix chaude de Jacques Bonnaffé donne vie avec talent aux différents personnages.
Eric Battut a lui aussi donné son interprétation de l’œuvre en montrant les personnages comme des petites silhouettes perdues dans un espace trop vaste.
Très coloré, ce livre est attrayant mais plutôt destiné à un atelier musical qu’à des amoureux du texte d’Alphonse Daudet. A partir de 8-9 ans.

coup de coeur Fernandel raconte La chèvre de M. Seguin ; Suivi de Le Sous-Préfet aux champs, Le Secret de maître Cornille, La Mule du pape / A. Daudet, Fernandel ; M. Angeli. - T. Magnier. -

Les quatre contes extraits des lettres de mon moulin de Alphonse Daudet réunis dans cet album ont pour cadre la campagne et plus particulièrement la Provence. Ils nous parlent de goût de la liberté cher payé par Blanquette, d’un personnage officiel et sérieux qui se laisse prendre par la poésie de la campagne, d’un meunier qui ne se résout pas au progrès et d’une mule à la « rancune ecclésiastique ».
Des illustrations à l’aquarelle dans des tons pastels confèrent poésie et fraîcheur aux personnages et situations de cet album d’un format un peu scolaire.
Mais c’est surtout la voix de Fernandel, narrateur au chaud accent du midi qui fait vivre ces histoires. Il rend bien présent et vivant chaque personnage et situation. Un accompagnement sonore discret restitue l’ambiance de la nature ou celle d’Avignon et de son fameux pont où l’on danse, et transporte l’auditeur dans le monde d’Alphonse Daudet. Le CD est indispensable pour faire revivre ces histoires au charme un peu désuet (ces enregistrements datent de 1954), même si la fable sur la liberté ou les trois autres peuvent encore résonner juste. A écouter sans se lasser de 7 à 77 ans.

coup de coeur Retour à la forêt / Ha Jae Kyoung. - Sarbacane ; Amnesty international

Un éléphant dans un cirque : le jour, il doit effectuer des tours toujours plus difficiles, la nuit, il est en cage. Lorsqu’il devient trop vieux, on veut l’envoyer au zoo. Mais une nuit, un esprit lui offre la liberté : bain de boue, sensation de la pluie sur la peau, calme infini... La sérénité, enfin !
Teintes de nuit pour un plaidoyer en faveur de la liberté. Texte bouleversant atténué par la douceur du trait.

<<< Retour à la page précédente

© Association Croqu'Livre - Centre régional de ressources en littérature jeunesse