couv

(Ne prend pas en compte les mots de moins de quatre lettres)

Croqu’livre

L’Association
> Le CRRLJ
Nouveautés
Sélections annuelles
Sélections thématiques
Formations
Groupes lecture
Temps forts
Contact
Quoi de neuf

Le livre jeunesse en Franche-Comté

Auteurs-illustrateurs
Conteurs
Associations
Editeurs
Salons et évènements
Prix et concours
Spectacles

...et au-delà

Actualités
Spectacles
Expositions
Liens

Dernière mise à jour :
dimanche 25 septembre 2016

Mot Clé : Alcoolisme




Album(s) :


coup de coeur Ma bouteille : Conte de Noël / HH. - Les mille univers. - (Pains perdus)

Le narrateur nous raconte -texte laconique, voire lapidaire- son double héritage : comme son père, il est devenu père noël ; comme son père, il a toujours une bouteille à portée de main.
Les mots assassinent, les images enfoncent le clou, dans une complémentarité redoutable ; l’histoire est sans appel, celle d’une tendresse refusée qui conduit à la détresse. Album pour adolescents désabusés !

Roman(s) :


coup de coeur Belle gueule de bois / Pierre Deschavannes. - Rouergue (doado), 2014

Parce qu’il s’inquiète pour lui et refuse de l’abandonner, Pierre a choisi de vivre avec son père après la séparation de ses parents. Tous les deux habitent une maison froide et loin de tout. Le froid, Pierre le ressent au quotidien et le transcrits son journal : son père boit, tous les jours et parle peu. Les rôles sont inversés, le fils veille et protège son père. La honte surgit aussi lorsque tous les deux rencontrent les camarades du collège. Roman âpre, illustré de dessins noirs qui renforcent le malaise. Grands lecteurs. Marie Chaillet

bazar

Pierre a un très fort désir de liberté. Il recherche l’envol et ressent la tentation des chemins de traverses. Son ancre ? Son père avec qui il vit seul dans les bois. S’il est alccolique et drogué, c’est aussi pour l’adolescent un modèle, par sa forte présence, presque animale... Récit d’une relation hors norme, le texte nous offre un regard différent sur la vie. Il y a le rejet de la norme et des contraintes que représentent l’école et la société. Mais aussi l’image du "papillon autour de l’ampoule" qui marque à la fois un mouvement centrifuge et centripète avec l’attrait pour l’extérieur et la recherche d’un ailleurs. bazar3

Un beau texte sur l’impossible équilibre entre la fidélité, la peur et l’envie de partir. Les dessins de l’écrivain ne font qu’un avec le texte. Coups de stylo noir qui s’entrecroisent et semblent checher eux-aussi à s’extirper de la page. S’il est difficile d’évaluer un texte aussi personnel, il est important de signaler la beauté de la poésie des mots et des lignes comme des bouteilles à la mer. Marion Uteza

Un roman sur l’alcoolisme. Mais pas que. Un roman sur la difficulté d’être père, parent, dans un monde compliqué. Car qu’est-ce qui est noir, au final ? L’alcoolisme du père ou la difficulté d’élever un enfant seul dans un endroit complètement isolé ? Les illustrations, qui ne sont pas sans rappeler celles d’un certain Manu Larcenet dans Blast, pourraient plomber un récit déjà lourd, cru, sans faux semblant et en cela, terriblement vrai. Mais elles s’imbriquent dans le texte, le font autre et le font plus puissant et plus lisible, aussi. Ce livre ne nécessite aucun mot en plus, aucun gribouilli en plus, il est parfait ainsi dans sa simplicité et sa justesse. Juliane

A partir de 15 ans

coup de coeur Addiction / Blake Nelson. - Albin Michel (Wiz), 2014

Comment reprendre sa vie en main en sortant d’un centre de désintoxication ? Maddie a 16 ans. L’amitié puis l’amour vont l’aider à tenir le coup pendant la cure. Le retour au lycée va se révéler plus difficile entre les anciens amis qu’il faut éviter de peur de replonger et les copains de galère qui vous aident à tenir le coup dans les moments difficiles. Il est cependant compliqué de se faire de nouveaux amis et d’avoir de vrais projets. Pourtant Maddie s’accroche et se bat pour arriver à continuer coûte que coûte à diriger sa vie !

Un livre construit en neuf parties et des chapitres courts, plus ou moins nombreux. Le texte est ciselé comme pour représenter le chemin de croix de l’héroïne qui ne peut diminuer sa vigilance sous peine de sombrer. Une épopée difficile, éprouvante et émouvante tant pour l’héroïne que pour le lecteur qui l’accompagne dans ses moments de joie comme de peine.

Un sujet complexe, celui des addictions, de l’alcool, de la drogue qui empêche l’adolescent de se construire un avenir. Le poids du passé est constant chez Maddie et représente bien l’incroyable force nécessaire pour s’en sortir tant la société est peu à même d’effacer les erreurs.

Un très beau livre, avec des tonalités différentes selon les parties. La première, consacrée au centre ne doit pas éclipser toute l’aventure humaine qui est ensuite décrite avec finesse et qualité. (Niveau Ado/Adulte) A lire ! Marion Uteza

A partir de 15 ans

coup de coeur Le coeur des louves / S. Servant. - Rouergue. 2013

Célia revient habiter dans le village de sa grand-mère, espérant vaguement que sa mère tourmentée pourra y trouver un apaisement. Mais elle retrouve très vite l’ambiance qu’elle détestait déjà enfant, pleine de secrets, de méfiance, de superstitions de la part des villageois. Seule Alice, jeune fille de son âge, lui donne la sensation d’être un peu elle-même. Toutes les deux, pour échapper à ce climat délétère et à leur famille torturée, prennent le chemin des bois pour vivre ce bonheur simple de se sentir en harmonie avec ce qui les entoure. Mais peut-on vivre indéfiniment loin des hommes ? Peut-on fuir une vérité qui demande à voir le jour ?
En reconstituant bribes par bribes, entre passé et présent, l’histoire de sa famille et du village, Célia fait le difficile travail de se libérer de « toutes les chaînes d’angoisse de l’enfance et de l’adolescence ».
L’histoire est celle d’une adolescente en souffrance mais s’étoffe très vite et se tricote avec celle de ses ancêtres pour s’enfoncer toujours plus profondément dans les entrailles du passé, de la forêt, du cœur des hommes. Et ce que l’on découvre échappe à tout manichéisme, la souffrance étant le lisier de tant de tragédies. Chacun s’en arrange selon ses moyens, prenant le chemin de la vengeance, de la folie, de la carapace... mais personne n’en ressort indemne ; les femmes, premières victimes, ne sont pas les moins fortes...
Un roman dense (540 pages), à la narration éclatée, qui force sur les thème difficiles mais reste très prenant ; à réserver aux bons lecteurs.

coup de coeur Je suis un arbre / C. Zalberg. - Actes Sud. - (D’une seule voix). 2013

Sa mère est comme ça depuis si longtemps : ravagée par l’alcool… Et Fleur, depuis le divorce, est là comme un roc, comme un arbre, toujours présente pour aller chercher sa mère dans les bars, l’aider à se coucher, régler le quotidien et l’administratif. Heureusement son amie Louna partage son histoire. Avec elle, elle va réussir un petit miracle. Temporaire, éphémère. Mais un miracle qui efface pour un temps l’ardoise des douleurs et des peurs.
Texte court où la souffrance n’arrive jamais à écraser les espoirs de deux jeunes filles plus fortes que les douleurs de leurs parents.

coup de coeur Biture express / F. Aubry. - Mijade

Chapitres alternés qui donne tantôt la parole à Sara, ado de 16 ans qui aime se biturer le soir au camping, au point d’oublier ce qu’elle fait. Tantôt à Gaby sa jeune sœur de 13 ans qui ne comprend pas l’attitude de son aînée et regrette le temps où elles étaient complices. Sarah plonge de plus en plus mais ne semble pas mesurer son addiction et les mises en garde de ses amis n’y font rien. Il faudra un drame, un vrai, la mort de son ami par coma et par sa faute, pour qu’elle cesse toute consommation. Dans le dernier chapitre, elle est en "rédemption" et lorsqu’elle sera prête, ira se dénoncer à la police. On voit bien les excès de l’alcool, mais on ne parle guère des causes...

coup de coeur Coline, 17 ans, dans la rue / V. Lacroix. - T. Magnier

Coline claque un jour la porte de chez elle pour ne plus y revenir. Quelques affaires, son portable, son chien, Lyon sera désormais son toit. Besoin de distance pour faire le point. Réponses sommaires aux SMS des copines, pas de nouvelles de sa mère si peu présente auparavant (noyée dans l’alcoolisme depuis la mort du père) ; et son grand-père, doit-elle le contacter ? Coline ère, se cherche, s’affirme, traverse les mois avec détermination. Elle renoue peu à peu les contacts avec ses proches mais ne se sent pas encore prête à rentrer. La colère est épuisée, bientôt, elle pourra envisager un avenir, forte de toutes ses rencontres.

coup de coeur Brune et Jules / N. Le Gendre. - Oskar

Brune est une jeune ado qui doit s’occuper de ses frère et sœur en bas âge car sa mère est ivre les trois quarts du temps (pour le reste, elle engueule sa fille de vouloir jouer les petites mères !). Un beau-père alcoolique et libidineux, le manque d’argent, la solitude… Brune étouffe mais croise bientôt la route de Jules qui l’encourage à croire en ses rêves. Brune découvre avec lui un autre monde, celui des SDF, de la solidarité et de la violence et affirme son envie de jouer du théâtre avec le soutien du vieil homme.
Le style heurte quelques fois, ne sonne pas toujours vrai, quelques grosses ficelles également mais c’est un roman généreux et positif.

coup de coeur Petite Audrey / R. White. - Thierry Magnier

L’auteur se met dans la peau de sa sœur aînée pour raconter, à la première personne, une partie de leur enfance dans un village minier de Virginie des années 40. Un père qui boit beaucoup trop, le manque d’argent et cette mère qui, malgré l’insondable tristesse qui l’envahit certains jours à la pensée de sa petite dernière, décédée, porte à bout de bras le quotidien d’une famille soudée. Au-delà de la faim, des angoisses, des doutes sur l’avenir, on sent toute l’affection de cette famille, de ces 4 sœurs et il est troublant d’entendre la benjamine prendre la voix de l’aînée pour revenir sur leur passé. Troublant aussi de voir que la terrible épreuve qu’elles ont à subir (la mort du père) se transforme en opportunité d’une vie meilleure.
Un récit fort qui décrit un aspect de la vie américaine méconnu de nous, avec des personnages très attachants.

coup de coeur En un tour de main / J. Witek. - Seuil. - (Karactère(s)

Matt découvre un jour le musée de la magie avec son père et c’est tout monde qui s’ouvre à lui. La lubie de petit garçon deviendra une véritable passion. Dans un monde incertain -mère partie, père aimant mais alcoolique et démissionnaire- les tours de cartes et autres magies deviennent des repères forts. La rencontre avec le capitaine et l’encouragement de son frère aîné ne feront qu’ancrer davantage cette pratique dans la vie de Matt qui en fera même son métier.
Roman assez passionnant, habité par des personnages charismatiques et attachants et traversé par des périodes tour à tour heureuses et troublées. Une lecture positive et agréable.

coup de coeur Cut ! / H. M. Marttila. - Actes Sud Junior

La violence sociale aujourd’hui en Finlande. Percutant et original comme le titre, c’est un roman pour grands ados.
Le personnage principal, Torsti 15 ans, raconte sa vie. Il est le seul membre équilibré d’une famille déglinguée par la pauvreté et l’alcoolisme. Torsti se charge de tout et gère le quotidien : achats de contraceptifs pour sa sœur, mère adolescente et dont le rôle sera décisif pour le cinéphile qu’est Torsti ; achats de médicaments pour son père dépressif profond ; surveillance du traitement antialcoolique pour ses deux parents ; entretiens avec l’assistante sociale qui suit la famille et qui est la seule personne fiable de son entourage. Le milieu dans lequel vit Torsti est sordide, gai aussi par moments, et tout l’intérêt du texte est de montrer le système de défense qui lui permet de garder son intégrité, sa joie de vivre et ses espoirs. En effet, le récit des drames répétitifs et quotidiens ou presque, n’est pas linéaire ni fastidieux car les faits rapportés donnent l’occasion de digressions toujours éclairantes sur la manière de penser du jeune garçon : références au cinéma, ce qui permet à Torsti d’identifier les scènes vécues et de garder de la distance par rapport au réel ; références aux revues et livres de cinéma qu’il lit souvent et au dictionnaire qui lui permet de nommer les situations auxquelles il est confronté ; analyse de ses propres comportements qui lui permet de ne pas sombrer.
Le texte utilise tous les registres de langage, langage parlé violent et agressif, langage courant la plupart du temps quand Torsti prend le recul nécessaire à sa vie.
La fin du roman laisse grandes ouvertes les portes de l’espoir et apporte une touche optimiste qui correspond bien à la capacité de résistance de ce personnage qu’il semble difficile d’oublier quand les pages se ferment.

coup de coeur Coffee / E. Sekloka. - Sarbacane. - (Exprim’)

Chaque chapitre de ce roman nous raconte une tranche de la vie de Koffi de 1974, juste avant sa naissance, à 2034, la mort de son père. Il naît à Paris, de parents africains aisés : son père, homme d’affaires, multiplie les liaisons extraconjugales et n’est jamais que de passage chez sa femme, qui a de plus en plus de mal à supporter cette solitude. Koffi va assister à la déchéance de sa mère qui sombre dans l’alcoolisme, et subir l’indifférence de son père qui ne lui marque jamais aucune attention. Il « fera sa vie » malgré tout (mariage, enfant), mais on sent cette fracture jamais ressoudée dans son incapacité à avoir une vraie relation avec les autres, à dire ses émotions, à se livrer...
A chaque chapitre, une brève introduction nous situe le contexte socio-politique (« c’était le temps... »), rythmant le récit.
Un portrait dur, écrit dans un style à la fois sobre et tranchant, qui fait de Koffi un personnage que l’on n’oublie pas. Pour lycéens.
Autre lecture
Un texte scandé qui vous accroche au passage et ne vous lâche plus, même lorsqu’on pose le livre un instant pour reprendre sa respiration. Une histoire noire comme la peau de ses héros, cette mère et ce fils qui se cherchent et ne se trouveront jamais.
Véritable poésie moderne. Coup de coeur de Myriam et Florence L.

coup de coeur Le secret de Chanda / A. Stratton. - Bayard. - (Millézime)

Sa petite sœur d’un an et demi vient de mourir et c’est Chanda qui doit marchander pour organiser les obsèques, pendant que sa mère pleure son enfant et que son beau-père s’enivre dans une gargote du quartier... Chanda raconte son histoire et celle de sa famille, dans un pays de l’Afrique subsaharienne rongé par le sida. Elle voudrait poursuivre ses études malgré la misère, les malheurs, les deuils. Elle va être confrontée à la « maladie de la honte » : le sida, et au secret, au silence dont on l’entoure. Le compagnon de sa mère, alcoolique et coureur, en meurt, sa mère est atteinte, son amie qui se prostitue est séropositive. Chanda soigne, entoure, prend en charge, et met fin à l’hypocrisie ambiante.
Voilà un beau roman sensible, solidement documenté. La tendresse affleure, notamment dans l’évocation des personnages féminins.

coup de coeur Faire le mort / S. Casta. - T. Magnier

Une plongée dans l’horreur : Kim, un ado sans histoires, plutôt solitaire, se retrouve seul dans la campagne enneigée suédoise, après avoir été battu à mort... Le récit est entrecoupé de ses souvenirs des événements qui ont précédé le drame : la rencontre avec Tove, Philip et sa bande, la préparation de cette excursion pour observer les oiseaux et finalement, cette soirée où circulent alcools et joints, et où Kim, refusant d’en prendre, se verra pris à parti, passé à tabac et finalement abandonné par ses copains...
Un livre fort sur la différence et le racisme.

A partir de 13 ans

coup de coeur Le cabossé / C. Mazard. - Syros. - (Les uns et les autres)

Cette année, c’est à Nicolas que revient l’honneur de chambrer M. Laitier, le vieux professeur de français atypique. Les critiques acerbes visent surtout ses envolées lyriques quand on évoque le mot de poésie, ses vêtements usés et démodés et son cabas vieillot qui semble aussi antique que son propriétaire. Nicolas se flatte des ricanements complices des autres élèves et amplifie les sarcasmes et humiliations envers son professeur pour s’attirer l’admiration de ses camarades. Mais il rencontre un jour le caïd de l’an dernier : Olivier l’avertit de son imprudence et l’invite à réfléchir sur ce que peut vivre et ressentir M. Laitier. Nicolas décide de suivre le professeur, jusqu’au cimetière, et découvre la misère humaine : le vieux poète qui nourrit les chats au Père Lachaise traîne derrière lui un boulet de solitude. Ignoré de sa famille, humilié par ses élèves, il a fini par se réfugier dans l’alcoolisme.
Un roman un peu court qui a le mérite d’amener les adolescents à comprendre la souffrance des autres pour ne pas en faire une faiblesse ou une honte mais un moyen de cultiver des rapports humains nourris de tolérance.

<<< Retour à la page précédente

© Association Croqu'Livre - Centre régional de ressources en littérature jeunesse