couv

(Ne prend pas en compte les mots de moins de quatre lettres)

Croqu’livre

L’Association
> Le CRRLJ
Nouveautés
Sélections annuelles
Sélections thématiques
Formations
Groupes lecture
Temps forts
Contact
Quoi de neuf

Le livre jeunesse en Franche-Comté

Auteurs-illustrateurs
Conteurs
Associations
Editeurs
Salons et évènements
Prix et concours
Spectacles

...et au-delà

Actualités
Spectacles
Expositions
Liens

Dernière mise à jour :
dimanche 25 septembre 2016

Mot Clé : Poésie




Album(s) :


coup de coeur Les Fables de La Fontaine / découpages d’Emmanuel Fornage. - circonflexe, 2013

Emmanuel Fornage accomplit un véritable travail d’orfèvre : cet hommage à La Fontaine invite le lecteur à un voyage en 15 splendides tableaux, tout en découpes et dentelles de papier. La fable est au premier plan, puis en remontant l’image on découvre l’architecture et la végétation typique d’une région de France. Aucune découpe laser mais un minutieux travail, ciseaux en main. Cet illustrateur pas comme les autres, formé sans le Pays d’Enhaut en Suisse, reprend un art traditionnel que l’on retrouve dans de nombreux pays (les scherenschnitte allemands, les wycinanki polonais, les papiersnyden des Pays-Bas, un art présent aussi dans les tradiitions chinoises, japonaises, juives..). Il explique sa démarche et son but ("La beauté de l’ensemble étant mon seul objectif") dans une double page d’introduction, dans laquelle il précise avoir passé parfois jusqu’à 90 heures pour un seul tableau.
Pari tenu, on reste sans voix devant tant de finesse, on joue avec le parties évidées des pages de texte. 15 fables choisies parmi les plus connues, pour un magnifique grand format qui ravira peut être encore plus les adultes que les enfants... Ewa Bochenski

coup de coeur Si tu soulèves le paysage / Paul Bergèse ; Julie Maurice. – Soc et Foc, 2014 (poésie)

Soc et Foc est une maison d’éditions associative où se retrouvent de merveilleux auteurs aux textes courts et poétiques. Parmi eux, Paul Bergèse. Il aime les enfants, la nature et s’étonne des petits riens de la vie. Il les cueille au creux de son regard bienveillant et se fait jardinier des mots pour en restituer des graines de poésie à semer dans le cœur du lecteur. Si tu soulèves le paysage est un bestiaire fantaisiste et tendre où la chanson du pinson/ éclaire la maison - une colombe bleue/ nous offre un bout de ciel - le criquet/ rêve de voir la mer… Chat, hérisson, lézard, caméléon, bouquetin, girafe… se promènent au fil des pages, dans des textes courts où réel et imaginaire tissent un présent vivifiant :

Quand les animaux
jouent au milieu des mots
des fenêtres de rêves
s’ouvrent aux yeux des enfants.
 

L’originalité de Soc et Foc est d’associer poète et artiste plasticien. Alors Julie Maurice, illustratrice, dessine un chant d’oiseaux en un jet de couleurs joyeux, peint des poissons volants au-dessus des maisons, transforme une main en montagne dans un champ chromatique aux couleurs vives, adoucies par l’aquarelle. Textes et illustrations s’équilibrent, jouent de fantaisie et s’harmonisent pour nous donner un petit livre frais et lumineux. Ouvrez les fenêtres, hissez les voiles et partagez le secret de Paul Bergèse : Quand on aime la poésie, on garde un cœur d’enfant. Claire Py

Pour tous.

coup de coeur Je vous aime / Marc Baron ; Anna Obon. – Bulles de savon, (poésie en herbe), 2014

Sur la pointe des pieds ou sur le bout des doigts, tous les bonheurs du vocabulaire, blottis sous la plume de Marc Baron, attendent comme une promesse tenue, d’être lus à voix haute pour dire l’amour de la beauté sur les chemins de quatre saisons. Ce beau recueil est un hommage lumineux à la nature : herbe, lilas bleu, roses, cailloux, bruine, abeilles, sentier, montagne… proches présences partout disséminées, illustré sobrement par Anna Obon. Allez et venez entre les pages de ce regard singulier sur le monde, et surtout prenez tout votre temps … Claire Py

A partir de 7 ans

coup de coeur Un jour Moineau / Anne Herbauts. – Casterman. 2014

Sensible et profonde, l’histoire d’Anne Herbauts est un poème. Son écriture insuffle aux mots un rythme habité de silence et ses illustrations préservent cette délicate émotion. Cet album est beau, je n’en dirai rien de plus… Claire Py

A partir de 7 ans

coup de coeur Sato Lapin et la lune / Y. Ainoya. - Syros

7 histoires courtes à la poésie imaginative autour de Sato, petit personnage à la combinaison blanche (qui n’est pas sans rappeler celle de Max des Maximonstres).
Qu’il agence la pluie en « rubans extraordinaires » ou se drape, pour s’endormir, dans un reflet de lune matérialisé, Sato réinvente le rapport aux éléments naturels (la flore, l’eau, la lune) d’une façon délicate et sensorielle.

coup de coeur Petits poèmes en rang par trois / M. Baron ; Zaü. - Bulles de savon

« Le monde est trop cruel
Le chat s’est glissé
Sous ma couverture »
Chaque haïku peut être lu indépendamment mais, au sein d’une combinaison de 3 poèmes dans la page, participe d’un cheminement de pensée, d’une cohérence globale. Le livre dans son ensemble et avec les illustrations de Zaü, résonne de sensibilités et de questionnements, petites bribes de poésie et de philosophie.

coup de coeur Hardi Hérisson et autres poésies russes / ill. D. Chenu. - Albin Michel

Poèmes courts d’auteurs russes des 19° et 20° siècles (Danül Kharms, Roman Sef, Guenrikh Sapgir, Oleg Grigoriev, Korneï Tchoukovski, Samuel Marchak) qui donnent une image de la poésie moderne et décalée : beaucoup d’humour, un soupçon de cruauté, le tout sur un ton absurde et désinvolte. Les illustrations de Delphine Chedru, dans un contraste de couleurs sombres et acidulées, réaffirment le dynamisme et la fantaisie de ces textes.

coup de coeur Poète Poète / M. Van Zeveren. - Ecole des loisirs. - (Pastel)

Lucien est amoureux et s’il n’a pu déclarer sa flamme sur le moment, il est bien décidé à écrire un poème à sa belle. Mais chez lui, les distractions sont si nombreuses ! Sans compter les éléments qui sont contre lui...
Sympathiques mésaventures de ce petit personnage aussi volontaire que lunaire.

coup de coeur De quelle couleur est le vent ? / A. Herbauts. - Casterman

Petit géant se demande de quelle couleur est le vent. Autant d’animaux, d’éléments naturels, d’objets, autant de définitions... Petit géant finira par avoir sa réponse, en même temps que le lecteur.
Anne Herbauts joue avec les matières, les couleurs, les formes, avec le livre lui-même pour nous proposer une perception du vent sensorielle et poétique.

coup de coeur Du sucre sur la tête / T. Vinau ; L. Nanni. - Motus

Un jour il se met à pleuvoir du sucre sur la terre et la vie de chacun s’en trouve transformée légèrement, insidieusement, irrémédiablement. C’est ainsi que la boue se transforme en caramel, que les canards sont naturellement laqués et qu’un drôle de marché noir se met en place...
Cet album est à la fois poétique, original, amusant. Avec une réflexion sur le devenir de la terre que chacun sera libre de lire entre les lignes ou non.
L’harmonie entre l’illustration et le texte est parfaite. Il est toujours difficile de parler d’un coup de cœur sans trop en dévoiler et surtout d’être à la hauteur du plaisir que l’on ressent à certaines lectures.

coup de coeur Presque Poèmes, Ecriture Poétique / B. Friot ; C. Louis. - La Martinière

Nous avions déjà beaucoup apprécié Pour vivre, des mêmes auteurs, qui est à la base de ce guide d’écriture poétique accompagné d’un CD-Rom interactif. Poésie et graphisme toujours donc, mais ici, c’est le lecteur qui est acteur. De nombreuses pistes de création, qui sollicitent tous ses sens, lui sont proposées pour lancer l’écriture : mots, fragments de texte, sons, signes, contrastes, fonds de couleurs... Libre à lui de suivre les indications dans un premier temps ou de prendre son envol...

coup de coeur Pour vivre / B. Friot ; C. Louis. - La Martinière

Des pensées poétiques et intimistes sur soi, l’autre, le plaisir des mots, l’ombre, la lumière, les jours sans, les jours avec... La qualité et la variété de la mise en page, des couleurs, des matières, de la typographie, font de ce livre un magnifique objet qui permettra aux personnes a priori peu sensibles à la poésie traditionnelle d’entrer insidieusement dans ce genre. Pour adolescents et adultes.

Roman(s) :


coup de coeur Une saison avec Jane-Esther / S. Cassim. - Ecole des loisirs (Medium), 2013

Eden, orpheline élevée par sa tante, a la fibre poétique et un brin mélodramatique. Elle passe son temps à noter ses impressions dans un carnet et s’essaie à la poésie. Jane-Esther, l’’amie de sa tante, poète reconnue, est de passage dans leur village et lui donne quelques conseils : observer sans cesse et mettre au jour la singularité de ses impression de façon précise et juste. Mais ce qu’elle peut apprendre de plus utile lui sera dispensé par la vie elle-même, en la personne d’Adam, personnage fantasque, révolutionnaire et …volatile. Eden est un personnage attachant. Elle qui se donne la tâche urgente de "trouver un façon plus digne d’etre au monde" compose avec ses angoisses, ses fêlures, ses amours et ses doutes avec pour seuls repères trois mères poules de substitution et une farouche volonté d’écrire au plus juste. Déroutant mais attachant. Julie Feuvrier

Autre lecture : Une jeune héroïne plutôt originale, qui s’appelle Eden, elle est orpheline, elle aime les poules et elle veut être poète. Elle est entourée, dans une ambiance féminine chaleureuse, de trois femmes : sa tante et les deux amies de celle-ci, dont l’une s’appelle Jane-Esther. Le monde des personnages est de plus plutôt bien campé : le sud des Etats Unis dans les années soixante au moment de la lutte des Noirs pour faire valoir leurs droits civiques. Eden se lie d’amitié avec le neveu de la femme de ménage de sa tante. Tout cela promet bien, jusqu’au moment de dérapage, qui pourrait déconcerter aussi le lecteur. Eden rencontre un révolutionnaire d’origine russe et tout de suite elle tombe amoureuse de lui. Ils passent une nuit ensemble avant qu’il ne disparaisse pour de bon. Les trois femmes qui s’occupent d’elle la consolent, et grâce à elles et grâce aussi à son carnet d’écriture, elle commence à se remettre. Le lecteur a peut-être plus de mal à suivre le même chemin. C’est tout de même un livre à recommander, surtout aux jeunes lectrices littéraires. David Ball

Eden Villette est ce que l’on appelle généralement une jeune fille passionnée. Pour elle, il n’y a que la poésie qui compte, et avec ce magnifique genre littéraire, le questionnement et la recherche de la perfection. Adolescente unique en son genre, elle profite du retour de la célèbre poétesse Jane-Esther pour pousser plus loin sa réflexion. A ses côtés, elle découvre le monde d’une autre manière et surtout appréhende l’amour. Pas celui romantique sui nous couvre de bonheur, non… Celui passionnel qui change définitivement toute vie. Cette Eden pourrait sans doute vous horrifier par son caractère égoïste et hautain mais poursuivrez votre lecture et ainsi pourrez-vous, vous aussi, questionner la vie, la poésie ou encore la nature qui vous entoure. Marie Jeannot

A partir de 12 ans

coup de coeur Le rêveur / P. Munoz Ryan ; P. Sis. - Bayard

Enfance romancée de Pablo Neruda. Neftali est un enfant chétif et maladif que son père froid et autoritaire tente de transformer en médecin ou dentiste. Mais l’enfant est un rêveur et déjà c’est la nature et les mots qui l’attirent. Pourtant de nombreux obstacles se dressent devant lui dans ce Chili en pleine mutation. Comment arrivera-t-il à devenir un des plus grands poètes du XXème siècle ?
Un roman différent, poétique et à la fois récit. Le fil qui tend l’écriture est la relation du poète avec sa famille. Le sujet est très bien traité et l’auteur peu à peu nous entraîne sur le chemin de la poésie, d’un autre regard au monde. Le livre a des pages épaisses et de nombreuses illustrations ce qui lui donne un aspect de pavé, alors qu’il se lit très bien. A découvrir !
« - Ne faîtes pas attention à lui il n’a rien dans la tête.[...] C’était absurde. Comment aurait-il pu avoir la tête vide avec toutes ces pensées qui l’encombraient en permanence ? »

coup de coeur Pauline ou la vraie vie / G. Kuijer. - Ecole des loisirs. - (Médium). 2013

4 histoires rééditées et une inédite dans ce recueil, il faut donc aimer Pauline ! Heureusement, elle est bien sympathique. Elle n’a que onze-douze ans mais est très dégourdie, avec un sens de l’humour et de l’auto-dérision. Sa vie tourne autour de trois points d’ancrage : la maison, l’école et la ferme de ses grands-parents, sachant que sa mère va se remarier avec l’instituteur. Nous voici dans la Hollande que nous aimons : cette société ouverte, tolérante, décontractée, où les différences de religion ou d’origine et les complications des familles recomposées peuvent, certes, poser problème mais ne sont pas en elles-mêmes inacceptables. Lorsque le père de Pauline est devenu drogué, personne ne l’a blâmé mais on l’aide à retrouver une façon de vivre plus saine.
Pauline veut être poète et peut-être fermière aussi, avec son petit amoureux, Mimoun, d’origine marocaine. C’est un livre optimiste et plutôt ensoleillé même s’il y a tout de même quelques passages d’ombre : les disputes entre la mère et l’instituteur et surtout la mort du grand-père. C’est l’amitié d’une fille mexicaine réfugiée en Hollande avec ce qui reste de sa famille qui aide Pauline à surmonter son chagrin.
Un livre plein de charme donc, de sagesse et d’humour. Coup de coeur de David

coup de coeur Conquise / A. Condie. - Gallimard. 2013

Le soulèvement va commencer. Il est rendu nécessaire par l’apparition de la Peste. Seuls les rebelles ont les médicaments qui peuvent éviter la mort en masse de la population. Mais rapidement tout se dérègle lors de l’apparition d’un événement imprévu... Nos héros font entendre, chacun leur tour, leur voix. Ils évoluent tout en restant fidèles à eux-mêmes. Les destins se croisent et se mêlent. L’ensemble est orchestré comme un thriller, une course contre la montre, contre la mort.
Nous retrouvons avec plaisir l’importance accordée par l’auteur à la poésie et au pouvoir des mots mais aussi à la création et à l’entraide. Le thème du souvenir reste de la même manière très présent avec la question de savoir comment garder les morts en nous. La symbolique du pilote est elle développée et expliquée avec justesse en parallèle. Un ensemble très harmonie et cohérent même si 517 pages c’est forcément un peu long !
« "Avance, ne t’arrête pas." C’est non seulement ce que le Soulèvement nous a demandé de faire mais également ma devise personnelle. Alors j’avance, sans m’arrêter, même quand j’entends la chanson que diffusent les ports de communication du Centre médical. Je la connais. C’est l’hymne de la Société. Mais dans la bouche du pilote, il résonne comme un requiem, célébrant la mort de la Société. »

coup de coeur La légende du Roi errant / L. Gallego Garcia. - La Joie de lire. - (Hibouk). 2013

Walid, prince héritier de Kinda, rêve de devenir un grand poète, le plus grand des poètes. Mais lors des concours qu’il organise en son royaume, il est battu, par trois fois, par un homme modeste et humble. Bientôt, Walid est obsédé, non plus par l’idée de battre le poète, mais de le mener à sa perte, humilié d’avoir été vaincu, de façon grandiose qui plus est, sur son terrain. La vengeance sera insidieuse, longue, cruelle, avec une punition ultime qui l’oblige à créer un tapis retraçant l’histoire de l’humanité. Les années passent et le prince, devenu roi, change profondément et, contrit de culpabilité, éprouve le besoin de se racheter auprès des fils de celui qu’il a détruit. Une longue errance commence…
Cette épopée, entre aventures du désert et conte philosophique, suit le parcours d’un orgueilleux repenti cherchant la rédemption. Sa quête l’amènera à comprendre qu’un destin se forge et qu’il n’est nulle fatalité pour qui sait prendre ses responsabilités. L’ouvrage offre également une belle réflexion sur l’art, la poésie, l’amour…
Autre lecture
Le prince Wallid souhaite être reconnu comme étant un grand poète. Mais il manque dans ses compositions du cœur pour réussir à émouvoir son auditoire. A trois reprises, il sera vaincu par un humble tisserand au grand concours de poésie qu’il organise. Blessé dans son orgueil, il tente alors d’imposer au pauvre homme des défis titanesques, que ce dernier réussit à chaque fois jusqu’à ce qu’un jour...
Conte oriental philosophique et symbolique qui nous offre de suivre les péripéties d’un jeune homme riche et fortuné qu’une blessure d’orgueil va entraîner dans un long périple vers la rédemption. Peu de hasard dans ce long cheminement personnel mais une quête sous l’égide des Djinns. Un joli texte. « Ecoute-moi bien : nous sommes tous responsables de nos actes, aussi bien des bons que des mauvais. Et la vie rend toujours ce que toi tu donnes. Ne l’oublie jamais, mon fils. N’oublie pas que la vie nous fait payer un prix... »

coup de coeur La tête au ciel / R. Detambel. - Thierry Magnier

Après le divorce, Lola a suivi sa mère au Canada et voilà 10 ans qu’elle n’a pas vu son père. Elle appréhende de revoir cet homme qu’elle ne connaît plus. Elle sait qu’il aime les oiseaux, élève des pigeons voyageurs et leur consacre tout son temps. Les retrouvailles sont fortes autant que laconiques mais « le lien qui unit un père et une fille ne doit pas être lourd. On ne doit presque pas avoir besoin de parler » justifie son père. Lola s’adapte, observe, apprend beaucoup de son père qui vit dans les hauteurs, si peu préoccupé par le matériel. Et Lola découvre, surprise puis heureuse, qu’elle a un demi frère…
Roman très court (80 pages) pour une tranche de vie évanescente et essentielle.
Autre lecture
A 15 ans, Lola retrouve son père. Il a refait sa vie autour de son amour des pigeons. Proche de la nature, il s’y fondrait sûrement s’il n’avait l’attention de Charlotte sa voisine. Lola vient avec pour projet de renouer des liens. Quelle relation reste possible entre eux ? Que peut lui apporter cette nouvelle rencontre ? Comment se parler après dix ans d’absence ?
Le roman évoque avec des phrases courtes mais denses le lien perdu et retrouvé entre un père au bord de la société et sa fille. Ce livre optimiste prend en partie la forme du conte philosophique. Mais si tout reste possible c’est avant tout grâce à la grande réceptivité de Lola. L’adolescente accepte l’identité de ce père hors norme et trouve son amour dans ses silences et ses non-dits. Cette reconnaissance de paternité sous le signe de la nature va lui permettre un nouvel envol.

coup de coeur Vilain crapaud cherche jolie grenouille / C. Van Acker. - Mijade. - (Zone J)

Laurent est à l’âge ingrat. Gras les cheveux, l’épiderme, le rire, le verbe. Seul l’amour des mots le sauve : « Testostérone, ça sonne un peu comme "torero qui ronronne" ou "test stereo du mégaphone". » C’est justement cet amour des mots qui va le rapprocher d’une mystérieuse fille qui lui a fait passer un mot doux. Mais qui est-elle ? Tout à ses recherches, il se laisse aller à des délires et des rêves à la Rimbaud… Laurent le vilain crapaud trouvera-t-il sa jolie grenouille ?
Un bon moment de lecture, léger et poétique, dès 10-12 ans.

coup de coeur L’ attrape-fantôme / A. Cousseau. - Rouergue. - (Dacodac)

Antonin doit écrire une poésie et a bien du mal à s’y mettre ; dans le même temps sa mère percute et tue un chevreuil. Elle en est bouleversée tandis que sa grand mère est ravie de préparer un civet ! Durant la nuit, Antonin rêve de l’animal qui l’attire dans la forêt. Un rêve qui chamboule sa perception de la réalité et va favoriser l’écriture de la poésie....
Autre lecture
Comment écrire une poésie sans savoir ce qu’est la poésie ? Antonin, bientôt onze ans, mène l’enquête. En observant et en interrogeant les membres de sa famille, il va tenter d’apporter une réponse. Mais sa mère rentre bouleversée, elle vient de renverser un chevreuil...
Un récit court et efficace, jamais ennuyeux, sur les liens entre la poésie et la vie de tous les jours. Et si la poésie était un fantôme qui nous accompagne au quotidien sans jamais pouvoir être totalement vue dans sa totalité ?
« On nous demande d’écrire une poésie pour lundi. Une poésie ? Mais c’est quoi exactement, la poésie ? Et à quoi ça sert ? »

coup de coeur Ismaël part en live (les rebelles de St Daniel) / M. G. Bauer. - Casterman

Ismaël cherche à attirer l’attention de Kelly. Mais les catastrophes s’accumulent autour de lui comme une malédiction. Heureusement, son fidèle ami Razza va l’épauler pour l’aider à conquérir sa belle. L’humour, la poésie et la musique vont apporter leur contribution...
Un tome qui est long à démarrer, avec pourtant des gags et de très bons passages notamment la lecture du conte de Boucle d’or et les trois ours par Razza... Le livre, avec beaucoup de dialogues, se lit facilement.

coup de coeur Si tu savais / B. Broyart. - Oskar. - (Court métrage)

Parce que tout chez Anaïs le bouleverse et l’émeut, il décide de lui écrire un poème. Parce que Robert Desnos le touche particulièrement, le recueil Corps et biens devient son compagnon d’écriture. Au rythme de plusieurs de ses poèmes, le narrateur fait l’expérience de l’amour, pas tant celui qu’il portait au départ pour Anaïs, mais plutôt celui des belles lettres, de la poésie qui sait révéler ce qui se cache, ignoré au fond de soi.

coup de coeur Promise / A. Condie. - Gallimard

C’est le grand soir pour Cassia, celui où elle va découvrir son promis, celui que les Officiels ont choisi pour elle. Idéal statistiquement, idéal selon les probabilités. Elle est heureuse de découvrir qu’il s’agit de Xander, son meilleur ami de toujours, mais découvre par erreur ( ?) qu’il existerait un autre promis, Ky, classé Aberration. Contre toute attente, elle tombe amoureuse de lui et ce faisant, multiplie les entorses aux règlements. Elle apprend à écrire cursivement, retient des poèmes interdits, prend des initiatives non "rationnelles"…
L’ordre sécurisant, froid, sans surprises, se fissure lentement mais sûrement : à l’issue du premier tome, Cassia ourdie son plan pour retrouver Ky exilé dans une province en guerre, avec l’aide de ses parents pourtant Officiels.
Le cadre de ces romans d’anticipation est souvent calqué sur un même modèle : un monde idyllique dirigé par une puissance qu’on ne voit jamais et qui s’avère manipulatrice. Le lecteur pourrait se lasser. Pourtant dans ce roman il y a quelques originalités qui l’accrochent et les personnages sont particulièrement attachants. Nous attendons la suite... Coup de coeur de Myriam

Et aussi... :


coup de coeur L’amélanchier / Jacques Ferron ; Denis Côté ; Anne Sol ; Johanne Marie Tremblay ; Etienne Loranger. – Planète Rebelle, (collection Conter fleurette - contes pour enfants), 2011

En adaptant pour la jeunesse le roman de l’écrivain québécois Jacques Ferron (1921-1985) publié en 1970, Denis Côté a choisi de concentrer le récit linéaire sur l’enfance de Tinamer de Portanqueu, alors que Jacques Ferron multiplie les liens entre passé et présent, les digressions politiques et philosophiques, et surtout évoque le travail de Tinamer à l’hôpital psychiatrique où a travaillé son père, ainsi que la vie d’un des pensionnaires, Coco, alias Jean-Louis Maurice, 15 ans, aveugle, considéré comme « retardé ». La langue riche, poétique et colorée de Ferron est ici simplifiée, ainsi que l’hommage à la littérature anglo-saxonne, et notamment à Lewis Carroll.

L’histoire « Mon enfance est un conte. » : ainsi se termine le prélude au récit rétrospectif de Tinamer. C’est cette enfance qui lui sert de boussole, lorsque, devenue adulte, celle-ci se sent désorientée. En effet, elle va raconter à hauteur d’enfant ce « conte merveilleux » au sein d’une famille unie, avec une mère tendre et discrète, Etna, et un père haut en couleur, un « grand rastaquouère » extravagant, objet d’une admiration et d’un amour sans bornes. Elle vit à l’abri du monde extérieur et communie avec les oiseaux et les arbres du « bois enchanté » qu’elle explore avec son père. L’amélanchier en est le « phare printanier ». D’après son père, ce « bon côté des choses » s’oppose au « labyrinthe » des rues, lieu de tous les dangers écologiques et de l’exploitation capitaliste des « maîtres du monde », « Papa Boss » et « oncle Sam ». Aussi la petite fille imagine-t-elle que son père ne peut subvenir à leurs besoins qu’en étant un voleur.
Au centre du récit se déploient les aventures rêvées d’un samedi ensoleillé au cours duquel Tinamer voit apparaître l’étrange Monsieur Northrop qu’accompagne une petite fille blonde, puis Messire Dodgson, c’est-à-dire Lewis Carroll, à la recherche de son personnage, Alice. Comme Alice, Tinameur rapetisse puis se transforme en bécasse aux prises avec Etna, une gélinotte huppée. Elle revoit plus tard Monsieur Northrop, personnage inspiré à la fois par le critique littéraire canadien Northrop Frye et le lapin carrollien qui, d’après Léon de Portanqueu, cherche sur sa boussole le nord, fondement de sa mémoire, ainsi que Messire Dodgson, à l’entrée de l’hiver.
Avec le début de l’école, vient le temps du désenchantement, de la découverte progressive des relations sociales et du « mauvais côté des choses », et donc le temps de la démythification douloureuse du père dont sa mère lui révèle le véritable métier : médecin dans un hôpital psychiatrique pour des enfants que son dévouement ne peut sauver. Sur son lit de mort, Léon de Portanqueu pardonne à Tinamer de l’avoir chassé du conte enchanté qu’il avait forgé pour elle : c’est ce pardon qui restitue à Tinamer la beauté de son enfance qui constituera dès lors le point d’ancrage définitif de sa vie.
Les illustrations d’Anne Sol photographe de formation, sont originales . Elle procède par photomontage, en modifiant ses propres photos grâce à la juxtaposition de calques. Elle crée ainsi un univers mêlant réel et imaginaire qui correspond tout à fait au monde de l’enfance que se remémore Tinamer.
Anne Sol a mis en page le texte afin de déterminer très précisément la place des illustrations en fonction des thèmes principaux, l’éveil au monde de la petite fille, sa relation avec son père, et des moments-clefs. La répartition dans l’album est irrégulière. On découvre cinq grands diptyques : une nuit extraordinaire au milieu des arbres, la poursuite de Monsieur Northrop dans le bois, la deuxième conversation avec ce dernier, l’attente devant la porte de l’école et la vue de Montréal depuis la rive Sud. Huit autres illustrations se déploient sur une pleine page, se prolongeant parfois naturellement sur la deuxième page (l’arbre généalogique, la promenade sur les épaules du père, la bécasse au nez de Pinocchio, la pleine lune…). Sont disséminées encore des illustrations plus petites, plus ou moins discrètes. Chaque photomontage a été préparé à l’aide de croquis. Toutes les nuances de vert, contrastant avec le rouge des fleurs, dominent largement les pages consacrées à l’enfance enchantée, alors qu’un jaune plus agressif envahit « le mauvais côté des choses » et que les couleurs s’estompent. Si Tinamer est photographiée sous tous les angles, jamais on ne voit le visage de son père ou de sa mère : la seule fois où Léon est photographié de face, son visage disparaît derrière son journal qu’envahissent les fleurs. 

Le CD Les 21 plages correspondent aux 21 chapitres de taille inégale, ce qui permet de mieux marier écoute (72mn) et lecture : Prélude ; Ma famille ; Le bois enchanté ; Le bon et le mauvais côté ; Mon voleur de père ; La pleine lune ; Le noir de la nuit ; De beurre et de miel ; Des visiteurs ; Messire Dodgson ; Sortilèges ; Monsieur Northrop ; Mère et fille ; Les maîtres du monde ; Jour de pluie ; Lettres et chiffres ; Première semaine d’école ; L’extrémité du bois enchanté ; Les masques tombent ; Un conte inachevé.
La comédienne Johanne Marie Tremblay donne vie au texte avec sensibilité et humour et son accent contribue à enraciner l’histoire dans la terre du Québec. Elle sait jouer les différents personnages. Comme pour les illustrations, la place et la nature de l’accompagnement sonore intermittent sont soigneusement étudiés : chants des oiseaux, montée du vent dans le rêve central, bruits des voitures…, et quelques mélodies, par exemple pendant le prélude. Les deux dernières pages de l’album sont consacrées à la présentation des auteurs du texte d’origine et de l’adaptation, de l’illustratrice et de la comédienne.

Cet album-CD très élaboré, qui devint en 2012 un spectacle, mérite d’être découvert dans toutes ses composantes qui s’harmonisent parfaitement. Il peut séduire les enfants dès 7-8 ans, mais il recèle une profondeur qui peut intéresser des lecteurs plus âgés, y compris dans une approche pédagogique de la réécriture, des thèmes des liens filiaux, du rôle fondateur de la brève floraison de l’enfance dont l’amélanchier est le symbole, du conte...

Pour découvrir la collection « Conter fleurette » de Planète Rebelle : www.planete.rebelle.qc.ca et à Croqu’livre : La naissance de Petite-Petite Souris, Mon meilleur meilleur ami. Brigitte Lacot

A partir de 8 ans

coup de coeur Maurice Carême / Domitille ; O. Tallec. - Naïve

Un petit album CD tout simple à glisser dans sa poche à trésors...
25 poèmes de Maurice Carême mis en musique par Domitille Lutz. Dans le petit livret, le texte des poèmes est reproduit et les illustrations assez dépouillées et très tendres d’Olivier Tallec lui font écho.
La voix de Domitille est douce et agréable, elle s’adapte bien à la poésie. La musique est rythmée, légère. Musique reprise d’ailleurs seule dans les 6 plages finales du CD.
Même si les mélodies se ressemblent un peu, qu’il est agréable d’écouter de la poésie ainsi et de retrouver toute la fraîcheur de l’univers de Maurice Carême ! Coup de coeur de Sylvia

coup de coeur L’ Agenda du (presque) poète / B. Friot ; H. Tullet. - La Martinière

Des mots, des idées, des couleurs, des sons et des rythmes se bousculent dans ta tête. Tu aimerais tant les coucher sur le papier et leur donner la forme d’un poème. Mais …trop difficile. Avec cet agenda, ose l’écriture en réalisant l’activité proposée chaque jour de l’année. Peu à peu, tu découvriras la poésie d’auteur au gré des citations quotidiennes et tu t’inspireras des exemples pour écrire tes premiers vers. Les illustrations multicolores et foisonnantes stimuleront ton imagination. Tu pourras aussi enrichir ton répertoire personnel d’un simple clic sur les nombreux sites de poésie conseillés.
Ainsi, sans « leçons de poésie », sans torture mais en jouant chaque jour à écrire quelques vers, bientôt, tu seras, à coup sûr, un (presque) poète !

coup de coeur Les animaux des poètes / C. Pailhole. - Le chant du monde

Compilation de poèmes incontournables enregistrée en 2005, ce livre CD présente une réelle qualité musicale dans une belle réalisation graphique mais ne soulève pas l’enthousiasme. Seuls certains titres peuvent encore plaire aux enfants d’aujourd’hui. Si les voix de Georges Brassens, Léo Ferré ou Steve Wearing n’ont pas vieilli, l’interprétation par Cora Vaucaire semble bizarre aux petites oreilles de 2010 …
On pourrait l’utiliser par petits bouts choisis : La cane de Jeanne chantée par Brassens, Les corbeaux chanté par Leo Ferré, Les grenouilles chanté par Steve Wearing. A partir de 5 ans.

<<< Retour à la page précédente

© Association Croqu'Livre - Centre régional de ressources en littérature jeunesse