couv

(Ne prend pas en compte les mots de moins de quatre lettres)

Croqu’livre

L’Association
> Le CRRLJ
Nouveautés
Sélections annuelles
Sélections thématiques
Formations
Groupes lecture
Temps forts
Contact
Quoi de neuf

Le livre jeunesse en Franche-Comté

Auteurs-illustrateurs
Conteurs
Associations
Editeurs
Salons et évènements
Prix et concours
Spectacles

...et au-delà

Actualités
Spectacles
Expositions
Liens

Dernière mise à jour :
dimanche 25 septembre 2016

Mot Clé : Manipulation


Roman(s) :


coup de coeur #Bleue / Florence Hinckel. - Syros, 2015

La petite amie de Silas meurt dans un accident. Heureusement, la société a tout prévu. La cellule d’Eradication de la Douleur Emotionnelle intervient et stoppe la souffrance du jeune homme. Un point bleu sur le poignet marque cette intervention. Au soulagement succède cependant assez rapidement des interrogations et une inquiétude. Pourquoi certains adultes refusent-ils le procédé ? Par la suite Silas a l’impression fugitive d’apercevoir l’ombre de sa dulciné. Des rencontres lui montrent qu’il ne connaisait peut-être pas Astrid aussi bien qu’il le pensait... Qui était-elle ? A quoi sert vraiment la CEDE ? Pourquoi des gens se ressemblent pour lutter contre un procédé qui promet le bonheur permanent ?

Un récit qui interroge notre société, son individualisme, sa course au bien-être personnel. Les réseaux sont aussi présentés comme la télévision d’hier, comme un moyen d’endormir les masses. Le lecteur est accroché par l’enquête menée en trois parties, qui révèle en son centre la vie et le point de vie de la jeune fille. Une construction en forme d’oeil, comme pour mieux nous inciter à nous réveiller ! Intéressant... Marion Uteza

Silas vit un grand amour avec Astrid : il aime particulièrement son caractère entier. Seulement voilà : elle est victime d’un accident de voiture et tout son univers bascule. La solution : recourir à la CEDE qui procède à l’oblitération. C’est un procédé qui consiste à conserver le souvenir d’un événement douloureux mais sans en ressentir les émotions. Une pastille bleue sur le poignet témoigne de son utilisation. Le héros ne veut pas en passer par là mais sa colère et sa douleur mettent en péril la stabilité de la société et on décide pour lui. Il ne ressent effectivement au départ aucune tristesse mais les choses vont changer... Il enquête sur le passé d’Astrid et va découvrir qu’elle ne lui disait pas tout... Son fantôme le hante au point qu’il croit même l’apercevoir furtivement... Un roman bien écrit et fort en sentiments. La problématique abordée suscite de nombreuses réflexions : si nous pouvions éviter la douleur, que serions-nous ? Un livre pas bête qui donne à réfléchir. Sandy Morel

A partir de 12 ans

coup de coeur Vibrations / Raphaëlle Frier. - Talents Hauts, 2014

Que révèlent nos portables sur nous ?

Clara est amoureuse de Syl-vain. Il ne semble pas insensible à son charme et lui envoie des sms régulièrement. Pourtant Hakim, son ami d’enfance, lui demande de se tenir éloigné de ce garçon. Pourquoi cet avertissement ? Lors d’un rendez-vous au café, par mégarde, Clara prend le téléphone de Sylvain. Curieuse, elle décide de fouiller sa mémoire...
Un court roman qui évoque les traces que nous laissons via nos outils nomades. Le smartphone devient en l’occurrence le lieu des secrets mais aussi un outil de preuve.
Le récit met aussi en garde contre l’illusion que peut conférer une image trop lisse et la nécessité de bien connaître les personnes avant de plaquer nos sentiments sur une simple image. Intéressant même si la fin est selon moi un peu trop optimiste. Marion Uteza

A partir de 13 ans

coup de coeur Le cycle des destins : Aylin et Siam / E. Simard. - Syros. 2013

Suite à un tsunami, Paris a disparu sous l’eau. De la civilisation ne reste que quelques groupes d’humains qui ont trouvé refuge sur les hauteurs. Des sociétés différentes se sont constituées. Aylin appartient aux valériens, un peuple plutôt pacifique. Mais lors d’un échange avec les enfants de la Tour des Elfes, des êtres génétiquement modifiés, son destin va basculer. La jeune fille se voit contrainte de partir un temps loin de chez elle. Que va-t-elle découvrir sur les autres "îles" ? L’entraide est-elle possible ?
Le récit nous invite à redécouvrir Paris sous un autre angle. L’histoire, relativement simple, évoque la nécessaire entraide pour arriver à survivre. Mais les différences et les préjugés sont autant de freins et laissent la voie à toutes les manipulations. Au roman d’aventure se superpose une réflexion sur les relations entre l’homme et la nature. Un bon premier tome avec pour cadre la beauté de la mer et de la Capitale. A suivre.
« Il nageait au milieu des requins sans son murex et il n’était jamais attaqué. Je l’ai vu de mes propres yeux à travers les lunettes de la tour : un squale d’au moins six mètres a tourné autour de lui, un jour, sans le toucher. D’autres sont arrivés. Ils étaient cinq ! Cinq géants ! J’ai cru qu’il était perdu. Mais non... Les requins se contentaient de l’’inspecter". Ils ne se sont pas jetés sur lui. C’était incroyable. Lui seul pouvait se permettre cela. »

coup de coeur Les fausses bonnes questions de Lemony Snicket. - Nathan. 2014

Un enquêteur stagiaire de 13 ans, doté du plus mauvais des mentors, tente de remplir sa première mission pour une mystérieuse organisation. Après avoir déjoué une tentative d’empoisonnement, il se rend dans une étrange ville en décrépitude suite à la fin de l’exploitation de l’encre de sèche. Leur mission ? Retrouver une étrange statuette. Mais les événements qui se succèdent laissent à Lemony Snickett la désagréable impression de toujours poser les mauvaises questions...
Un roman étonnant qui inaugure la nouvelle série de l’auteur des Orphelins de Baudelaire. Ce premier volume présente un monde étrange et déroutant pour le lecteur. Loin d’être résolu, l’énigme de la statue semble s’être épaissie à la fin du récit. Il va donc falloir patienter avant de pouvoir comprendre dans quelle direction l’auteur veut nous amener. Reste de très bons moments de scènes de comédies principalement induites par la nullité de son mentor et un héros original. A suivre.
« Voilà une affaire qui va être rondement menée ! coqueriquait mon mentor. Ce n’est pas souvent qu’un client nous fournit le nom du coupable. Tu me portes bonheur Snicket.
- Mais si Mrs sallis sait qui est son voleur, pourquoi n’a-t-elle pas appelé la police ?
- Question sans intérêt. »

coup de coeur Ever Dark / V. Rossi. - Nathan. 2013

Suite de Never Sky.
Dans un monde en décomposition, tous les hommes restants ne survivront pas mais chacun se bat, pour sa vie, sa famille, son clan et parfois pour l’amour. Aria doit trouver le Calme Bleu pour obtenir en échange la libération de Talon. Pour cela elle accepte de rejoindre Perry et la tribu des Littorans afin d’être marquée comme Audile. Mais rien ne se passe comme prévu et Aria est rapidement contrainte de repartir, accompagnée par Roar qui souhaite retrouver Liv. De nombreux obstacles se dressent devant nos deux héros et l’Ether n’est pas le moindre...
De nombreuses péripéties ponctuent ce second tome de la saga qui oppose sédentaire et les "Sauvages" . Mais les deux forces sont elles-mêmes menacées par la furie des attaques d’Ether. Le Calme Bleu existe-t-il ? Qui réussira à l’atteindre ? Un roman d’aventure qui laisse peu de répit au lecteur. Entre amour, trahison et fantastique, le monde inventé par Veronica Rossi a de quoi satisfaire un large public.
« On perd. On ne cesse de perdre, mais on est toujours là. On tremble, on a peur d’agir. Je ne veux plus me contenter de cette vie parce que j’ignore s’il existe quelque chose de mieux. Cela existe forcément. Ça n’aurait pas de sens autrement. Aujourd’hui, je peux agir. Et je vais le faire. »

coup de coeur L’ envol / R. Rossetti. - Albin Michel. - (Wiz). 2013

« Rien ne compte davantage qu’une vie » pour Frenenquer, c’est pourquoi elle ne peut faire autrement que de sauver ce chat enfermé en cage dans le souk, contre l’avis et la colère de son père. Et il lui faut une grande détermination et un courage inédit, tant est importante l’emprise qu’il a sur elle. Il l’a façonnée selon sa volonté, lui impose un nombre de règles infinies pour qu’elle agisse et pense selon l’image qu’il a d’elle. Frenenquer étouffe...
L’atmosphère est aussi suffocante que l’héroïne -et narratrice- est froide, distante, sèche. Mais un noyau de révolte croît en elle, qui se développera aux côtés de Sangris, ce chat capable de prendre forme humaine, de voler, d’emmener Frennen loin, très loin... Car il est une Libre créature et va la guider sur le chemin de l’émancipation... Avec lui, elle va découvrir la liberté, et sentiments honnis et redoutés, l’affection et la sensualité.
Les deux personnages sont atypiques, l’une n’accédant pas à son identité propre, l’autre incarnant la liberté infinie, mais sans contours pour délimiter sa forme. Tout deux souffrent d’un manque d’ancrage, jusqu’à leur rencontre salvatrice...
Un premier roman à découvrir !
Autre lecture
Frenenqer vit dans une oasis. Son père tient à faire d’elle une fille parfaite. Ses obligations tournent principalement autour de l’idée qu’elle doit, en tant que femme, se faire oublier. Devant l’impossibilité de satisfaire ce père tout puissant, la jeune fille s’étiole. Dans une de ses rares périodes de rébellion, elle sauve un chat, qui se révèle être un Être Libre, capable de toutes les transformations et déplacements. Pour la remercier, il l’amène voler et découvrir le monde... Mais ces échappées ne sont toujours que temporaires...
Conte allégorique sur l’enfermement et la manipulation. Le récit est tout à la fois poétique et fantastique, ce qui en réalité renforce le côté terrible de cette éducation où il n’est même plus possible de respirer. J’ai autant apprécié la description de l’Oasis et des autres mondes que cette allégorie de l’étouffement. Un livre à part, beau et terrible à la fois.
« Mon père m’a dégoté des règles de conduite aux quatre coins de la planète. Tout et n’importe quoi, du moment que ça lui semble raffiné. Demande pardon s’il t’arrive de frôler quelqu’un : ça, c’est canadien. Affecte la timidité : ça c’est thaïlandais. Ne souris pas aux hommes : ça c’est une des règles de l’Oasis. Non que je sois contre les bonnes manières, ou que j’aspire à la vulgarité et à l’ignorance... »

coup de coeur Amnesia / J. Rush. - Albin Michel. - (Wiz). 2013

Quatre hommes amnésiques s’échappent du laboratoire où ils subissent depuis plusieurs années des tests. Ils amènent dans leur fuite Anna, fille du scientifique responsable de la recherche. Où aller ? Partir seul ou rester en groupe ? Pourquoi le père d’Anna lui a-t-il conseillé de fuir avec eux ? Ils vont, à partir de quelques indices, partir enquêter sur leur identité et les raisons de leur destin hors du commun...
Abstraction faite de la couverture, ce récit fonctionne très bien et il est très agréable à lire. Les personnages ont tous des caractéristiques bien définies et l’énigme se dévoile peu à peu avec finesse. Le thème principal est celui de la manipulation mais aussi celui du groupe et de l’entraide. Un roman prenant, un thriller réussit qui mêle intrigue et sentiments.
« Au labo, j’avais vécu dans la certitude. Nos rôles, celui de Sam, le mien, étaient bien définis. Peut-être l’avais-je désiré chaque jour, recherchant son attention et son affection, mais j’étais protégée par une paroi de verre qui, je le savais, ne disparaîtrait jamais. »

coup de coeur La fille du parrain / G. Zevin. - Albin Michel. - (Wiz). 2013

Résumé du tome 1 : Dans un monde futuriste où le chocolat est devenu illicite aux Etats-Unis, Anya Balanchine a vu sa famille détruite par les activités illégales de son père. Sous la tutelle de sa grand-mère mourante, à 16 ans, elle doit assumer seule les responsabilités en s’occupant de son frère et de sa sœur et affronter tous les jours les préjugés sur son nom de famille criminel. Ne pouvant distinguer ses amis de ses ennemis dans son entourage, elle doit pourtant faire face à bien d’autres épreuves : découvrir qui est derrière l’empoisonnement des chocolats de sa famille dont est victime son ex-petit ami et qui l’a fait emprisonner ; échapper à la lutte intestine qui se déclare au sein du clan Balanchine pour le contrôle des affaires ; déjouer le machiavélisme du procureur qui veut à tout prix briser l’amour d’Anya et de son fils.
Ce tome 2 ouvre une nouvelle voie pour l’héroïne qui partira à la découverte de son héritage : la fabrication du chocolat, et apporte des réponses quant à l’instigateur du complot qui s’attaque à la vie des siens et d’elle-même.
La fille du parrain est un roman de jeunesse aux ingrédients savoureux : un univers mafieux dans un futur réaliste où le chocolat est devenu illicite, une histoire d’amour impossible à la Roméo et Juliette, une héroïne combative et captivante qui cherche sa voie. Ce tome 2 est celui de la maturité et fait évoluer l’héroïne, qui décide de prendre sa vie en main.
L’auteur nous dessine un univers familial mafieux prenant, qui permet de montrer une héroïne au tempérament protecteur, à l’image de son père ; elle possède une force, une détermination et une lucidité extraordinaire. L’acceptation de ses origines et la réconciliation avec elle-même sont également au cœur de ce tome. Un choix s’impose, entre un chemin criminel dans la lignée du père ou la légalité. Il s’agit d’un roman d’apprentissage sur la vie d’adulte, l’importance de nos choix sans être soumis à un déterminisme familial ou social.
En arrière-fond, une réflexion sociétale : l’épuisement des ressources énergétiques, les manipulations politiques (arrestations arbitraires, corruption et manipulations)
L’histoire d’amour impossible entre l’héroïne et le fils du vice-procureur confère une image plus adolescente au personnage d’Anya, la rapprochant des jeunes lecteurs qui possèdent les mêmes préoccupations sentimentales.
Autre lecture
Avoir une vie normale quand on est la fille du parrain de la mafia du chocolat est une chose impossible. Être amoureuse du fils du procureur n’arrange en rien l’affaire. Anya va à nouveau se retrouver impliquée dans les méandres de la politique. Mais avant tout, il va lui falloir découvrir qui est ami et qui est ennemi.
Loin de retrouver sa vie de lycéenne, Anya va être à nouveau confrontée à de sombres complots. Il lui faudra trouver sa propre voie, et il est fort probable qu’elle ait le goût du... chocolat !
Un second tome très fidèle au premier volume (qu’il est fortement conseillé d’avoir lu ) avec de nombreux rebondissements et un début d’explication. Nous avançons avec l’héroïne vers sa majorité. C’est l’heure des choix. Une très bonne suite.
« Je connais tes défauts. Pour commencer, tu affectionnes trop les secrets. Tu mens parfois. Tu as du mal à dire ce que tu as sur le coeur. Tu as un sale caractère. Tu es revancharde. Et je ne dis pas que c’est de ta faute, mais les gens que tu connais ont la fâcheuse habitude de se prendre des balles. »

coup de coeur Le mystérieux cercle Benedict / T. L. Stewart. - Bayard

Reynie, Sticky, Kate et Constance ont pour point commun d’avoir réussi -avec des capacités bien différentes- un examen aussi difficile qu’étrange. Reynie a une capacité d’analyse et de décision exceptionnelle ; Sticky est une mine de connaissances ; Kate est souple, vive et ingénieuse ; Constance, quant à elle, a des qualités plus… dissimulées mais possède un aplomb inversement proportionnel à sa taille minuscule.
Autre dénominateur commun : la solitude et l’absence de parents.
L’instigateur de ce concours, M. Benedict, leur en explique enfin la finalité : des messages sibyllins et subliminaux, énoncés par des enfants, mettent en danger l’humanité. Les 4 recrues, en tant qu’enfants, génies et personnes intègres, doivent comprendre qui se cache derrière cette manipulation, quels en sont le fonctionnement et les enjeux exacts. A cette fin, ils se rendent sur l’Ile de Nomansan et sa pension pour enfants...
La mission est complexe, dangereuse, mais le groupe ainsi constitué - le mystérieux cercle Benedict- relève le défi et entraîne le lecteur dans une succession de rebondissements haletants. Ce roman dense en aventures est également soigné dans la description des personnages. C’est une famille d’un autre genre qui se construit sous nos yeux, dont les membres, avec leurs talents, leurs doutes et leur sens des responsabilités, nous sont de plus en plus sympathiques. Nous ne serons donc pas fâchés de les retrouver bientôt dans la suite de leurs aventures...

coup de coeur La fille du loup / P. Favaro. - Thierry Magnier. 2013

Il s’agit d’un conte moderne qui, à la manière de ce qu’a pu écrire Mourlevat (Cf. L’homme qui ne possédait rien dans la même collection), fait sa cuisine dans les vieux pots. Ici, il est question de loups et de brebis. Les loups cherchent à manger les brebis, et les brebis à ne pas leur servir de casse-croûte. Mais l’histoire est habile, et dépasse la simple confrontation entre bons (les brebis) et méchants (les loups). Ainsi, lorsque la jeune louve se déguise et tente de diviser les brebis en leur promettant de libérer les blanches de leur prison (les brebis noires étant, selon la louve, contre-nature), ces dernières prennent conscience de leur condition : on les enferme, on les tond, et surtout, on leur arrache leurs agneaux. Pour autant, elles ne laissent pas entrer la louve dans la bergerie, mais s’en débarrassent au contraire en la chargeant comme un seul homme avant de gagner les pâturages d’altitude où elles pourront désormais s’épanouir en toute liberté.
Belle allégorie du pouvoir et de ses mécanismes (diviser pour mieux régner), ce petit conte « haut en couleur » tente de sensibiliser les plus jeunes à des notions dont on ne parle plus guère : la liberté et le vivre ensemble. Gare à nous pourtant car la fille du vieux loup borgne veille. Sous une pelisse couleur marine se dissimule un pelage brun...
Autre lecture
Un loup et sa fille, qui se ressemblent "autant pas la gourmandise que par (leur) coupable penchant à la paresse" rêvent de s’infiltrer parmi les brebis pour les dévorer. La fille, plus rusée que le père, veut passer à la vitesse supérieure et échafaude un plan…
"Faire entrer le loup dans la bergerie"… Patrice Favaro a pris l’expression au pied de la lettre pour évoquer avec subtilité l’art de la manipulation : en dressant les brebis contre l’ennemi extérieur, la louve tente de leur faire oublier le véritable danger. Si l’on précise que la louve aime à s’habiller en bleu marine pour masquer sa couleur d’origine -la brune- la fable prendra tout son sens…

coup de coeur BZRK / M. Grant. - Gallimard

Noah et Sadie, deux adolescents presque comme les autres se retrouvent engagés dans une guerre secrète et très spéciale où l’échec conduit à la folie ou la mort. Dans le monde réel ou dans l’infiniment petit, deux groupes mènent un combat sans pitié : l’un veut relier les individus entre eux pour les unir en une seule et même unité, l’autre se bat pour défendre la liberté de chacun.
Amateurs de jeux vidéo ou d’action, laissez-vous guider dans cet univers étrange. Vous ne regarderez plus notre monde avec les mêmes yeux. Descriptions et explications sont parfois très pointues, très techniques et scientifiques. Pour amateurs de sciences bons lecteurs, néanmoins prêts à accepter certaines situations tirées par les cheveux.

coup de coeur Si tu me tues, je te tue / Djaan. - Oskar. - (Court métrage)

Lola est contente d’aller manger chez sa voisine qui est une très bonne amie de sa mère. Mais la déconvenue est violente : le jeune fils de 10 ans leur souhaite à plusieurs reprise la lapidation… La mère de Lola se donne pour mission de donner une leçon au gamin et surtout à celui qui lui met de telles idées en tête.
Entre conte et fable, ce court récit de 66 pages est un bon moyen d’aborder l’intégrisme et la manipulation.

coup de coeur Blackmail / F. Grard. - Belin

Thomas voit sa vie chamboulée lorsqu’il constate un matin que sa mère est partie. Son foyer se compose dorénavant de son père, aigri et taciturne, et de sa sœur qui a décidé de fuir l’ambiance délétère et de mener sa vie. Thomas se sent seul, vide. Lorsqu’il rencontre Erika et son tempérament de feu, il se dit qu’il doit tout faire pour la suivre, la satisfaire, la garder auprès de lui. Même si elle lui demande des choses qu’il trouve contraires à ses principes ?
Un premier amour pas simple pour notre héros fragilisé mais qui saura le rendre plus fort.
Autre lecture
Un jeune ados en manque de vie sociale se réfugie dans l’écriture d’un roman où son héros progresse en parallèle de la dérive de son auteur. Thomas a l’impression d’être transparent et à du mal à se positionner. Il faut dire que tout le monde semble fuir la maison : sa sœur qui enchaîne fête sur fête, sa mère toujours au travail et son père qui ressemble à un fantôme... Mais que cache cette fuite collective ? Encore une fois, c’est la rencontre de l’autre qui va amener notre héros à ce construire. De bons passages, une jolie écriture mais une impression finale en demi-teinte, pour ce roman dont le titre reflète mal le contenu du livre. Aucune trace de mail et plus de gris que de noir !

coup de coeur Les aigles ne tuent pas les mouches / L. Baba. - Thierry Magnier

Zoé apprend le jour de ses 14 ans qu’elle est moche. Comment réagir devant un jugement aussi définitif, méchant, blessant ? En devenant elle-même méchante ? Efficacité très moyenne… En créant un club des moches peut-être ? Sans grande conviction ni projets, elle est cependant étonnée de voir que d’autres ados la rejoignent… Mais c’est en rencontrant Madame Simon, une vieille moche, qu’elle comprend que ce n’est pas en se "ghettoïsant" qu’elle arrivera à mieux se supporter. Être ensemble dans le monde et pas contre lui. Entre temps, elle aura aussi compris les dangers de laisser à d’autres - Sven- l’opinion que l’on a de soi. Danger de manipulation, d’humiliation.
Deuxième roman jeunesse de Luc Baba que l’on a plaisir à retrouver. Un style percutant, sans concessions qui décrit le mal être d’une ado en construction, amplifié par la cruauté dont sont capables les hommes (famille comprise). Constat lucide mais non désespéré.

coup de coeur L’ affaire du 15 bis (La commissaire Raczynski) / C. Mazard. - Oskar. - (Polar)

Nous retrouvons, après Papillons noirs, la commissaire Karine Raczynski pour une deuxième enquête. Elle et son collègue Kamill sont confrontés à un meurtre auquel ils vont bientôt lier deux disparitions d’adolescents, Maxence et Alix. Le lecteur avait pu lire précédemment leur malaise. Il se doute également que le mystérieux internaute anonyme philanthrope -ou peut-être un peu trop manipulateur ?- va jouer un rôle dans cette histoire...
L’enquête, menée dans le froid hivernal à Paris, est haletante, avec plusieurs rebondissements et les collègues policiers font face, unis par une belle relation de tendresse. Les ados, eux, sont dans une grande souffrance, qu’apaisera la révélation du secret.
Un polar aux personnages très attachants que l’on prend plaisir à lire.

coup de coeur Hunger Games, Tome 3 : La révolte / S. Collins. - Pocket

Dans ce troisième et dernier volume de la série des Hunger Games, nous découvrons une nouvelle configuration : le Capitole, toujours pouvoir central, les districts, à la botte de ce dernier, et les rebelles du district 13. Face à cette nouvelle réalité, Katniss ne peut plus fuir ses responsabilités. Même si elle est accablée de voir Peeta loin d’elle, à la merci du Président Snow, elle se doit d’endosser le statut d’icône rebelle, de représenter le geai moqueur. Mais qu’il est difficile de faire coïncider ce visage de la rébellion que l’on veut lui accoler, avec l’image qu’elle a d’elle-même ("Brutale. Méfiante. Manipulatrice. Mortelle") ? Comment d’ailleurs pourrait-elle s’y retrouver dans un monde où chacun se méfie de l’autre, est manipulé dans un jeu de pouvoir et de pression ? Dans un monde enfin qui façonne sa réalité à coup d’images pour galvaniser le peuple. Car les Hunger Games (Panem et circenses, du pain et des jeux), même en cette période de grands troubles, sont toujours d’actualité, avec cette mise en scène jusqu’au-boutiste de la survie… On monte d’un cran dans la violence, Katniss paraît encore plus perdue. C’est un livre qu’on lit les épaules tendues, au rythme des doutes, de la peur, de la rage de Katniss. Et si violence et pessimisme transparaissent tout le long de ce dernier tome -"Nous sommes des êtres versatiles, stupides, amnésiques, et doués d’un immense talent d’autodestruction" - l’espoir demeure, incarné par le couple Peeta/Katniss.

coup de coeur Candor / P. Bachorz. - Thierry Magnier

Candor est une cité de rêve. Tout s’y passe à merveille : pas de crime, pas de débordement, du luxe et de l’ordre. A l’origine de ce projet, un homme, impitoyable et véritable savant fou. Le créateur de la cité efface les dérapages, les fragilités des uns et des autres comme il a pu gommer celles de son propre parcours. Il s’enrichit en vendant une illusoire perfection au prix de la santé mentale de ses clients. Cette mécanique bien huilée va se gripper lorsque arrive Nia, une ado rebelle dont les parents ne savent plus que faire. Candor est leur dernier recours. Oscar, son fils, découvre un esprit libre, atypique, qui résiste au formatage ambiant. Oscar tombe amoureux.
Roman de science fiction dans lequel on ne rentre pas aisément. Trop long pour en venir au fait. Pourtant si l’on persiste dans la lecture, on découvre une histoire qui mêle science-fiction, thriller et romance. Les réflexions de l’auteur, sur l’individualité, la société de consommation ou encore l’affranchissement, méritent que l’on s’intéresse à ce roman.
Autre lecture
A Candor, ville créée par le père d’Oscar, le monde est parfait, les normes respectées, les habitants heureux. Mais Oscar, qui connait l’envers du décor, refuse de se laisser paramétrer. Il a conscience de ces messages martelés au subconscient à longueur de journées et résiste à la fois en se programmant d’autres messages pour lui-même et en utilisant ce système à des fins personnelles lucratives. Lorsqu’il tombe amoureux de Nia, fraîchement arrivée à Candor, son système bien rôdé se grippe. Pour arriver à ce que Nia reste libre et révoltée, il faut qu’elle écoute d’autres messages pour contrer les officiels. Il faudrait qu’Oscar lui explique le fonctionnement pour la préserver mais n’ose se mettre en danger… Alors il le fait à son insu, et lorsqu’elle découvre le stratagème, cela ne lui plait pas du tout…
Le bonheur imbécile ou la liberté périlleuse… ou comment affirmer son identité...

coup de coeur Le petit sommeil / B. et J. Guérif. - Syros. - (Rat noir)

Pierre n’est guère enchanté de faire son stage professionnel. Il s’y est pris au dernier moment et n’a d’autre choix que de le faire dans une maison de retraite, celle-là même qui emploie sa mère. Il y fait la connaissance de Monsieur Braun qui supporte très mal d’être coincé ici depuis son accident cardiaque. Il convainc Pierre de lui venir en aide, d’abord pour l’approvisionner en whisky, puis pour sortir d’ici !
Plusieurs thèmes sont évoqués ici : la condition des “vieux” dans les maisons de retraite ; le mal être d’un ado ; la manipulation ou plutôt la difficulté de se faire sa propre opinion face au monde ; les compromissions, petites et grandes, de la vie... Autant d’aspects qui auraient mérité un traitement plus approfondi et une construction plus homogène. Quoiqu’il en soit, le roman est prenant et l’on suit avec intérêt l’évolution de Pierre, grâce à cette rencontre qui lui a permis de modifier sa perception du monde.

coup de coeur Le chaos en marche, livre 3 : La guerre du bruit / P. Ness. - Gallimard

Un récit particulièrement tourmenté et foisonnant pour ce troisième tome… C’est la guerre entre les hommes et les Spackle, guerre totale où tous les coups sont permis. Nous retrouvons Le Maire et Mrs Coyle (Le Cercle et la Flèche), fidèles à eux-mêmes , profitant du chaos pour obtenir le pouvoir. Les Spackle, préparés minutieusement au combat pour exterminer les hommes. Simone et Bradley sont de nouveaux venus dans ce monde déchiré, émissaires du peuple de Viola, en attente d’un Nouveau Monde. Le récit est une succession haletante de batailles et de tentatives de retour à la paix où les surprises, les ruses et les imprévus sont nombreux. Le monde est devenu d’une incroyable complexité pour Todd et Viola. L’un est manipulé et dépossédé de ses pensées et peut-être de son amour ; l’autre, blessée par le bracelet, souffre dans sa chair et dépérit… Ce sont pourtant eux les artisans de la Paix, mais le chemin est long et le prix à payer quelques fois bien lourd…
Difficile de rendre compte des événements de ce récit bien trop foisonnant que l’on peut trouver à peine long et/ou répétitif (seul petit bémol !) mais c’est aussi une réussite par la construction qui guide le lecteur : alternance annoncée des récits par Todd / Viola, changement d’écriture pour Le Retour et Le Ciel qui permettent la reprise sur des événements complexes et les points de vue différents… Finalement le lecteur est plongé dans une explosion d’informations, de nouvelles et de fausses nouvelles, de manipulations du discours, de double langage, (le personnage du Maire est étonnant de duplicité et de complexité), de Bruits (quelle formidable idée encore que l’utilisation faite de la pensée « secrète » ou inconsciente….) partagés, étouffés, manipulés, maîtrisés, grâce à un rythme soutenu dans le récit des évènements d’une part, aux rebondissements fréquents, à la graphie donnée aux mots selon les locuteurs ou les situations, à la forme des phrases en petites unités qui se succèdent, aux métaphores du langage des Spackle (La Clairière ; La Source…), aux mots et expressions inventés… (La Une en particulier …) Cette multiplicité de points de vue et de paroles sont bien le reflet du Chaos qui règne en maître et le dernier tome l’aboutissement du thème annoncé « Le chaos en marche ».
Un projet littéraire qui tient la route jusqu’au bout, inventivité, originalité, thème de fond sur lequel on pourrait méditer (le langage et l’information, nerfs de la guerre !, la pensée unique partagée instantanément chez les Spackle comme sur internet…), un vrai plaisir de lecture… pour bon lecteur ! Coup de coeur de Mireille et Julie

coup de coeur Pour toi, j’ai volé / B. et J. Guérif. - Syros. - (Rat noir)

Jonathan, ado d’une petite ville de province mène une vie plutôt tranquille avec ses potes de lycée et sa petite amie. Ils fument un peu, boivent un peu, vivent leur adolescence. Un jour débarque Laurent, jeune de Montreuil. Ce dernier se moque du péquenot, fustige l’hypocrisie et la médiocrité des adultes, ailleurs comme ici dans ce coin tranquille. Jonathan teste les limites et se rend compte de certaines choses chez ses parents et ses proches qui lui prouvent que Laurent n’a pas complètement tord. Alors, lorsqu’il propose de braquer la caisse de la fête foraine, Laurent minimise les enjeux.
Histoire assez terrible de manipulation qui se clôt sur la solitude du héros qui s’est fait rouler par celui qu’il pensait son ami, abandonner par ses amis, trahir par sa petite amie. Les adultes eux ne se rendent compte de rien. Noir, très noir.

coup de coeur Le signe de K1, tome 1 : Le protocole de Nod / C. Gratias. - Syros. - (Soon)

Dans ce roman de SF, le récit oscille entre deux époques :
- En 2322, les survivants -trop nombreux- des variations climatiques des siècles passés vivent sur les sommets des montagnes épargnés par la montée des eaux. Grâce à leurs scientifiques, ils ont mis au point le protocole de Nod pour échapper au désastre en rejoignant un passé et des lieux vivables.
- En 2020, dans la ville de Médiola au sud de la France, la vie est relativement paisible malgré les contraintes imposées en particulier dans l’éducation des enfants.
Deux familles que tout sépare vont alors se rencontrer : Les Adamsohn et leurs deux enfants font partie des pionniers arrivés à Médiola depuis K1 pour préparer l’arrivée de leurs compatriotes. Le docteur Rieu et sa femme vivent à Médiola avec leurs jumeaux qui viennent d’être séparés pour la rentrée scolaire : l’une à rejoint un lycée consacré à l’élite alors que son frère a été placé dans un internat spécialisé. La vie change et se complique depuis l’arrivée incognito des Adamsohn dans la petite ville...
Les thèmes du roman sont nombreux et liés à l’actualité : changements climatiques, guerre bactériologique, pouvoirs politiques manipulateurs, recherche génétique, cependant le récit reste à échelle humaine en particulier grâce aux deux pères soucieux pour leurs enfants qu’ils protègent (trop peut-être) d’un monde inquiétant… Les adolescents liés par des liens profonds d’amitié et d’amour sont solidaires face aux dangers qui pointent…
Le récit est plaisant à lire, bien structuré, le lecteur se repère facilement malgré les écarts dans le temps et la variété des thèmes abordés. Les personnages sont divertissants et représentatifs de leurs origines. C’est un texte accessible même à de jeunes lecteurs qui devront attendre le tome suivant pour connaître la fin de l’histoire …

coup de coeur Le mensonge dans les veines / M. Espinosa. - Syros. - (Soon)

Dans un monde futur où l’éducation et la vie quotidienne sont dominées par les Néo-Testamentistes, où les prières rythment la vie, Diane, 15 ans découvre un jour qu’elle possède des capacités de résistance physique extraordinaires. En même temps, elle apprend que son père biologique n’est pas celui qu’elle croit… Sa vie bascule et elle devient la cible des deux puissances qui s’affrontent encore dans la prise hégémonique du pouvoir : la police secrète religieuse et la police d’état.
Récit qui décrit la manipulation religieuse et génétique au service d’un pouvoir hypocrite, l’intrigue est rapide, les rebondissements nombreux et on attend le dénouement avec anxiété. Un mini dossier sur les nanotechnologies conclue le roman, on aurait aimé que le sujet soit un peu plus développé au sein même de l’intrigue.

coup de coeur Quand les trains passent... / M. Lindroth. - Actes sud junior. - (D’une seule voix)

Quoi ! Elle n’avait qu’à deviner, cette conne, qu’on se moquait d’elle. Etre aussi naïve ! C’est ce que martèle la narratrice pour justifier ce qui est arrivé à sa camarade de classe Suzy P. C’était il y a 17 ans. Mais alors, pourquoi en parle-t-elle encore ? Elle n’était pourtant que spectatrice de cette sordide histoire... Spectatrice ?
Le principe de la collection nous donne à entendre un monologue intérieur. Ici, il prend toute sa dimension avec ce personnage anti-héros qui exprime une culpabilité jamais totalement assumée à propos d’un crime demeuré impuni. Cela donne un texte fort, dérangeant, qui va à l’encontre de notre code moral.
Autre lecture
« On n’est pas sérieux quand on a 17 ans »... Pour cette histoire, le terme est faible car ici, les ados sont cruels, irresponsables, n’ont aucune notion du bien et du mal. On voit à quel point la notion de bande peut enlever toute humanité. L’heure de la curée a sonné pour Susy P. il y a 17 ans. Qu’est-elle devenue depuis, c’est la question que se pose la narratrice qui faisait partie de la meute et qui depuis n’arrive pas à oublier.

coup de coeur La grosse / M. Sachs. - Labor. - (Zone J)

Nous sommes aux Etats-Unis. Jeff s’inscrit au cours de poterie du lycée et tombe amoureux de Norma. Sa vie familiale est difficile : il vit avec sa mère malheureuse et dépressive depuis son divorce, et sa petite sœur Wanda s’apprête à rejoindre le nouveau foyer de son père. Au lycée, il côtoie Ellen, une fille très grosse, très mal dans sa peau, et qui semble en admiration devant lui. Très méprisant, il l’appelle « la grosse ». Lorsqu’elle lui fait part de son intention de se suicider, il décide de la prendre en charge, d’être celui qui va la transformer. Et en effet, en suivant à la lettre les conseils de Jeff, Ellen va très rapidement perdre du poids, devenir coquette, et trouver une certaine assurance. Jeff éprouvait à son égard une rage obsessionnelle, puis de la pitié, leur relation ressemble dorénavant à de l’amour. Lorsqu’elle commence à vouloir décider elle-même de ce qui lui convient, Jeff n’est plus vraiment d’accord...
Ce roman met l’accent sur une relation très particulière : l’amour/pouvoir sur l’autre. Jeff aime Ellen, mais à condition qu’elle devienne sa créature et qu’elle lui appartienne. Dès qu’elle veut décider de sa vie, le malaise de Jeff devient plus prégnant et révèle une solitude abyssale... Coup de coeur de Julie et Florence L.

coup de coeur Zarbie les yeux verts / J. C. Oates. - Gallimard. - (Scripto)

Voilà une famille comme on pourrait en rêver : Le père Reid est un commentateur sportif très populaire, la mère Krista, artiste, est très affectueuse avec leurs 3 enfants, beaux, sportifs et intelligents. Mais cette vie idéalisée laisse quelque fois un goût amer à la cadette Franky, sans qu’elle puisse en identifier les raisons. Elle comprendra, au fur et à mesure que Krista se détache de leur père, que ce dernier est prêt à tout pour sauver les apparences...
Un roman fort qui dissèque les rapports de manipulation et l’emprise psychologique que peut revêtir l’amour. Coup de coeur de Julie et Florence L.

<<< Retour à la page précédente

© Association Croqu'Livre - Centre régional de ressources en littérature jeunesse