couv

(Ne prend pas en compte les mots de moins de quatre lettres)

Croqu’livre

L’Association
> Le CRRLJ
Nouveautés
Sélections annuelles
Sélections thématiques
Formations
Groupes lecture
Temps forts
Contact
Quoi de neuf

Le livre jeunesse en Franche-Comté

Auteurs-illustrateurs
Conteurs
Associations
Editeurs
Salons et évènements
Prix et concours
Spectacles

...et au-delà

Actualités
Spectacles
Expositions
Liens

Dernière mise à jour :
dimanche 25 septembre 2016

Mot Clé : Drogue


Roman(s) :


coup de coeur Bras de fer / J. Bourgine. - Sarbacane. - (Exprim). 2013

A chacun de ses anniversaires, Julian tente de battre son père au bras de fer. Une victoire lui apportera la moto promise ! Le jour de ses 17 ans, rien ne se passe comme prévu et c’est un combat d’un autre ordre qu’il va devoir mener : privé de son bras dans un accident, il tente de construire son avenir, de conserver son rêve de devenir graphiste. Mais très vite, il se laisse submerger par les dépendances en testant toutes sortes de drogues.
« On n’arrête pas une bille de plomb à mi-hauteur de la baignoire »... Malgré le soutien sacrificiel de Leïla, malgré les opportunités qui se présentent, Julian sombre.
Julian est un personnage qui a de la chance. Leïla l’aime inconditionnellement malgré toutes les horreurs qu’il lui infligera ; mais cette force qu’il pourrait puiser auprès d’elle n’est rien à côté de ce père dont il espérait la reconnaissance. Ce père droit dans ses principes et son orgueil ne sait comment faire un pas vers son fils. C’est encore Leïla qui réussira à le faire fléchir, pour Julian.
Même le voisin aveugle et intrusif, qui prônait la réserve, se laissera attendrir par cette force de bonté qu’est Leïla. Tant d’amour, tant de tendresse peuvent-elles lutter contre la violence du monde ?
Un roman pour jeunes adultes bons lecteurs.

coup de coeur La tribu de l’asphalte / M. Rhue. - Bayard

Voici un livre coup de poing. Morton Rhue, d’une écriture incisive, sans larmoiement, nous fait entrer dans la vie quotidienne d’un groupe de jeunes américains ayant trouvé “refuge” dans les rues de New-York. Ils ont entre 12 et 20 ans. Ils ont tous subit des maltraitances et forment La tribu de l’asphalte. La narratrice, Maybe, relate à la façon d’une chronique leur combat pour ne pas mourir de froid, pour manger, se laver, pour se protéger des adultes et trouver un semblant de toit. On est plongé avec ces jeunes dans un monde de souffrance et de débrouille, où la capacité à survivre est primordiale. Tears, Rainbow, Twister, Jewel, 2Moro, Smog, Pest et Country Club, ils sont une dizaine mais, chapitre après chapitre, voit leur nombre diminuer. La biographie de celui qui meurt est alors présentée en début de chapitre : « Angel Perez, alias 2Moro. Née à West New York, État du New Jersey. Père inconnu. Mère décédée du sida – quand l’enfant est âgée de quatre ans. Vit avec sa grand-mère, puis avec une tante. Maltraitance physique ; agressions sexuelles répétées commises par le partenaire de la tante. Diagnostic de séropositivité VIH à l’âge de huit ans… Envoyée en famille d’accueil. Puis, très rapidement, placée en centre de redressement pour enfants. Libérée à l’âge de douze ans. De treize à quatorze ans, arrestations successives pour vagabondage, prostitution, possession de drogue, rébellion. Dernière adresse : inconnue, à New York. Décès à l’âge de quinze ans. Cause : strangulation. » Maybe arrivera à s’en sortir mais combien n’ont pas cette chance...
« Chaque année, aux États-Unis, 2 800 000 adolescents fuguent… En se limitant à la ville de New York, il y aurait entre 12 000 et 20 000 jeunes qui vivent dans la rue. Près des deux tiers sont des Noirs ou des Hispaniques. Une large fraction d’entre eux sont homosexuels ou bisexuels, ou même transgenres… la moitié des enfants des rues n’ont pas fui le domicile familial ; au contraire ils se sont fait rejeter. La raison de ces rejets tient souvent à leur sexualité. L’homosexualité est une cause majeure, en ce début du XXIe siècle, de destins brisés. »… A méditer.
Autre lecture
La tribu de l’asphalte, c’est ainsi qu’ils se sont nommés, ces jeunes venant de différents horizons que la faim, le froid et la solitude ont poussés à se rassembler. Ils vivent dans les squats, sous les ponts, dans les boites de nuits, ont entre 12 et 21 ans et refusent les refuges et autres propositions de réinsertion par méfiance et peur des règles. Mais les chapitres sont lestés par des pages nécrologiques annonçant successivement le décès des membres de la petite bande. La narratrice Maybe, encouragée par un bibliothécaire et une jeune policière, se met à reconsidérer son mode de vie qu’elle croyait dicté par la liberté.
C’est un univers noir qui est décrit ici, où le monde des parents s’apparente souvent à la maltraitance, l’indifférence, la violence… Celui des adultes côtoyés dans la rue ne vaut guère mieux. La solidarité qui les unie n’en sera que plus solide. Puis la dichotomie se fait plus floue, les drames se succèdent et Maybe grandit… Une chance pour une gamine des rues dont l’espérance de vie est infiniment courte.
Le roman est une volonté de l’auteur de décrire une réalité qu’il a découverte aux États-Unis ; les chiffres donnés dans la postface sont vertigineux et donnent une densité supplémentaire au roman déjà bouleversant.

coup de coeur L’ heure de la vengeance / J. Chr. Naess. - Thierry Magnier

Un père militant, une mère décédée d’overdose, Kurt, 17 ans, semble être la synthèse de ses deux parents, tiraillé entre quête de justice et de pureté et rage contre le monde. Sa seule amie : une vieille dame au passé nazi, qui vient d’être assassinée. Kurt est persuadé que la police se trompe de coupable et mène son enquête parallèle. En suivant le déroulement de son raisonnement, nous découvrons la personnalité de Kurt, ado solitaire à tendance dépressive, raciste, homophobe, à la répartie acerbe.
Le lecteur suit, médusé, la vengeance d’un ado même pas détestable qui semble refléter la société norvégienne. Pas de happy end, pas de rédemption, juste le constat d’une situation latente qui semble explosive. Pour grands ados et adultes.

coup de coeur La cabane au fond du chantier / C. Roux. - Syros. - (Souris noire)

"Ce que je ne t’ai pas donné, construis-le." Fort de cette parole paternelle, Thierry veut réagir, à sa manière, à la destruction de la tour Guillaume-Apollinaire. Lui et ses amis construisent une cabane sur le lieu de leur relogement futur. Mais leur cabane, censée accueillir fête et détente, est bientôt squattée par des dealers de drogue. De quoi leur faire quitter définitivement l’enfance.
L’intérêt de ce roman policier ne réside pas tant dans l’intrigue que dans la narration assurée par Thierry qui jette un regard, plus de 30 ans après, sur son enfance, en 1979.

coup de coeur Arsène / J. Arnaud. - Casterman

Georges, un prénom atypique pour un garçon de 11 ans. Sa singularité s’exprime aussi dans sa façon d’être. Passionné par Arsène Wenger, son quotidien est vécu à l’aune de cet entraîneur. Aussi, lorsqu’il fait la connaissance de sa voisine fantasque et tempétueuse, la voici surnommée Arsène. C’est dire s’il est subjugué… Il s’immisce dans la vie de cette jeune femme révoltée qui se comporte bientôt bizarrement. Georges veut tout faire pour l’aider…
Roman très original porté par un personnage rayonnant. Par sa simplicité, sa sincérité et sa générosité, Georges affronte des problèmes bien trop lourds pour lui. Mais sa candeur étant communicative, il fédère un réseau qui soulèvera des montagnes. Pas de happy end pour autant, et c’est là la force de ce premier roman, c’est qu’il mâtine toute la réalité difficile et non occultée (drogue, "La crise", solitude…) d’un humour discret mais efficace. Georges aura sur le lecteur comme sur les autres personnages, une influence revigorante !
Autre lecture
Un jeune garçon intrépide tombe amoureux de sa voisine. Un monde les sépare. Il entre au collège. Elle travaille. Il adore le football, elle aime la musique. Pourtant, par de nombreuses ruses, Georges va réussir à partager certains moments avec son idole, sous le regard conciliant de sa petite voisine, passionnée de médecine, d’Ali le libraire ou encore de M. Guédon son professeur de sport.
Un roman qui avec humour évoque des destins en décalage avec leur monde, avec leur temps. Les personnages sont hauts en couleurs et le récit vivant.

coup de coeur Comme un poisson hors de l’eau / O. Hijuelos. - Bayard. - (Millézime)

Rico est victime de racisme à l’envers. Habitant Harlem, il ne cesse de récolter des regards torves et coups violents parce qu’il est né blanc parmi les noirs. Son ancêtre irlandais lui a transmis cette peau claire qui fait tant jaser dans cette famille cubaine. Fatigué et révolté des injustices répétées, Rico décide de fuir chez son ami Gilberto. Vivre en communauté, habiter dans une ferme sans les commodités n’est pas tous les jours facile mais Rico, loin de ses parents, loin des pressions de la rue, apprend à savoir ce qu’il veut de la vie.
Héros généreux, optimiste et volontaire, Rico se fera une place sans jamais se décourager.
Autre lecture
Rico, jeune porto-ricain à la peau blanche, est victime en permanence de brimades à caractère raciste. Il se sent rejeté par tous, même ses parents ! Brillant élève, il arrête les études pour échapper à la violence qui règne dans son lycée public. Quand un de ses rares amis gagne au loto et part commencer une nouvelle vie dans un autre État... Rico y voit une chance d’échapper aux coups, à la drogue, à sa famille. Mais est-il aussi simple de fuir son passé et son destin ?
Ce livre contient de bons passages mais les chapitres sont trop longs et le quotidien dépeint est bien loin de celui des jeunes européens.

coup de coeur Adulte à présent / E. Sekloka. - Sarbacane. - (Exprim’)

Ce nouveau roman d’Edgar Sekloka nous conforte dans la certitude qu’il est un écrivain à part dans la littérature pour adolescents française. En effet, ce livre relève plus de la tradition littéraire noire et policière américaine. Les héros sont deux adolescents dont on ignorera le nom, ils seront "la cadette" et "le fils" tout au fil de l’histoire. Dans la première partie, on assiste à l’extermination de toute la famille de la jeune fille au Cameroun par les militaires du régime totalitaire en place. Alors que le peuple se soulève et que les massacres n’en finissent pas, contre toute attente, un membre du gouvernement lui donne de l’argent et l’aide à s’enfuir en Amérique. Elle est alors hébergée dans une famille dont le père trempe dans des histoires de drogue et autres petites affaires louches. La jeune fille issue d’une famille d’intellectuels se sent perdue dans ce milieu sordide. Heureusement, "le fils", à peine plus âgé qu’elle, est différent et sent immédiatement qu’à eux deux, une issue est possible. La fin est tragique mais tout reste ouvert...
Grandes qualités d’écriture et de narration pour ce second roman. Coup de coeur de Myriam

coup de coeur Les années blanches / J. Jacob-Coeur. - Thierry Magnier

Dans une écriture foisonnante et une chronologie éclatée -alternance de dialogues, lettres, narration extérieure et pensées du personnage principal- l’auteur dresse le portrait de Marie qui voit sa vie sans dessus-dessous depuis que sa sœur aînée se drogue et pourrit les relations familiales. Bien entourée de ses amis, de son frère aîné, elle veut se construire une vie à elle, même si pour cela elle doit s’éloigner de ses parents et de cette sœur infernale.
C’est un premier roman dense et subtile qui montre des personnages forts de caractère. La vie avec ses périodes heureuses et ses drames, qu’il faut envisager avec la bonne distance pour arriver à se construire.

coup de coeur Vert jade rouge sang / P. Maret. - Thierry Magnier

Ko Myo se serait bien passé de cette galère. Lui qui vient de terminer ses examens doit immédiatement partir à la recherche de son grand frère qui n’a pas donné signe de vie depuis des mois. Le voici donc parti pour les mines de Hpakant (Birmanie). Pétri de principes et d’idéaux, Ko Myo est effaré de ce qu’il découvre : misère, prostitution, sida, drogue, corruption.... la vie là-bas détruit les êtres. Et son frère Naing Lin ne fait pas exception. Ko Myo va devoir partager cette vie pour tenter de ramener son frère. Il fait heureusement la connaissance de Sanda…
Dans les profondeurs de la mine, c’est lui-même que Ko Myo doit affronter. Lui en prise avec ses convictions, pas si faciles à mettre en œuvre dans une réalité aussi noire. Un roman qui traite à la fois d’une misère sociale et des tourments de l’âme.

coup de coeur Silence / B. Séverac. - Syros. - (Rat noir)

Jules se réveille sur un lit d’hôpital, sourd. A vie. Un bouleversement pour lui et ses parents qui voudraient comprendre comment il en est arrivé là. Mais comment avouer qu’il a menti, qu’il est sorti à une rave, a consommé de l’ecstasy fourni par une connaissance ? Comment avouer tout cela aux flics sans passer pour un délateur et compromettre une amitié ? En plus de la lutte pour l’acceptation de son handicap, Jules se débat avec ses dilemmes et essaie de s’habituer à tous les changements que ce drame implique.
Un roman d’initiation abrupte et sans illusions.

coup de coeur Sous influences / L. Mattia. - Milan. - (Macadam)

Antonio admire éperdument son frère Pedro. Un dur ce Pedro : chef de famille en lieu et place de leur père alcoolique. Mais ce grand frère est quelques fois violent, humiliant, et ça, Antonio le supporte de moins en moins. Lorsqu’il comprend qu’il a tué son propre meilleur ami pour asseoir son autorité auprès de Don Salvo, ses doutes sont officiels. Il passera à l’action lorsqu’il comprend que pour sauver sa peau, Pedro doit tuer un innocent témoin de son crime.
Court et percutant sur la mafia sicilienne et surtout sur les jeux d’influences.

coup de coeur Héro, mon amour / A. Onichimowska. - Thierry Magnier

Grazyna, Kamil, Jacek, Michal… Aux premiers abords, ils forment une parfaite famille polonaise. Un couple qui s’aime, des enfants sans soucis, une bonne aux petits soins, une réussite économique indéniable, que demander de plus ? Un peu plus de chaleur, osent-ils penser, mais sans le dire surtout ! Chacun s’arrange de ce manque dans son coin, avec ses moyens. L’équilibre ténu se brise un jour dans le drame...
Petites addictions, petites drogues, deviennent grandes lorsque le quotidien bascule. Insidieusement mais sûrement. L’auteur retrace la chute, la solitude, la difficulté de rester objectif face à la dépendance.

coup de coeur La vie blues / H. Nolan. - Gallimard. - (Scripto)

C’est d’abord la langue qui frappe : rugueuse, abrupte. A l’image de la vie de Leshaya qui a connu toutes les violences. Puis on admire la force de caractère de l’adolescente qui poursuit son rêve de devenir chanteuse. Les coups durs s’accumulent, Leshaya est quelquefois sa propre ennemie et pourtant, au-delà des conventions, elle trouve sa voie. Coup de coeur de Julie

coup de coeur Jeu mortel / Moka. - Ecole des loisirs. - (Médium)

Les parents d’Arielle l’inscrivent pour un an dans la très chic école Saint Charles, car ils partent en Amazonie et ne peuvent l’emmener. Cette ado de 15 ans se trouve projetée dans un monde inconnu et complexe : clans, rites d’initiation, secrets, alcool, drogue... Malgré tout, la jeune fille arrivera à se faire une place et à imposer sa personnalité. Mais les évènements iront trop loin et entraîneront Arielle et ses camarades dans une aventure dramatique. Un livre passionnant qui tient le lecteur en haleine.

coup de coeur Le prix de la peur / J. Sierra i Fabra. - Livre de poche

Nous sommes en Espagne. Esteban vit avec son père, alcoolique depuis la mort de sa mère. Son frère, Antonio, subvient aux besoins de la famille grâce à un boulot de livreur. Un soir, Esteban se fait aborder en boite par la très belle Marga dont il tombe vite amoureux.
Pourquoi celle-ci ne parle-t-elle jamais de sa propre famille ? Pourquoi Antonio la surprend-il un soir en train de fouiller sa chambre ? Comment Antonio, avec ses pourboires de livreur, peut-il se montrer aussi généreux ? On ne lâche plus ce roman. Les personnages, blessés par la vie, rencontrent l’amour mais vont s’affronter dans le milieu impitoyable de la drogue. Cette fiction, au dénouement un peu rapide, est un document fort sur les ravages causés par l’Ecstasy.

coup de coeur La maison du scorpion / N. Farmer. - Ecole des loisirs. - (Médium)

Ce roman de science-fiction se déroule au pays d’opium, dirigé par un tyran de 140 ans : El Patron. Opium vit de la culture de la drogue, assurée par les "eejits", esclaves-humains décérébrés, tandis qu’El Patron, dit le scorpion, survit grâce à ses clônes, véritables réserves d’organes vivants. Mattéo, dernier clône d’El Patron, vit dans le monde doré de la "Grande Maison" mais progressivement son regard sur tout ce qui l’entoure se modifie. Il va prendre conscience de toute l’horreur de ce système tout en découvrant sa propre humanité.
L’auteure a su rendre cet univers effroyablement cohérent. Suspense haletant pour un renversement social garanti.

<<< Retour à la page précédente

© Association Croqu'Livre - Centre régional de ressources en littérature jeunesse