couv

(Ne prend pas en compte les mots de moins de quatre lettres)

Croqu’livre

L’Association
> Le CRRLJ
Nouveautés
Sélections annuelles
Sélections thématiques
Formations
Groupes lecture
Temps forts
Contact
Quoi de neuf

Le livre jeunesse en Franche-Comté

Auteurs-illustrateurs
Conteurs
Associations
Editeurs
Salons et évènements
Prix et concours
Spectacles

...et au-delà

Actualités
Spectacles
Expositions
Liens

Dernière mise à jour :
dimanche 25 septembre 2016

Mot Clé : Corée




Album(s) :


coup de coeur Graine de Bouddha / J.S. Kim ; J.H. Kim. - Picquier Jeunesse

Dans la campagne coréenne, 2 bonzes, un aîné et un jeune garçon, vaquent à leurs tâches quotidiennes. Les somptueux tableaux de ces scènes de vie procurent à eux seuls des instants de sérénité appréciables. Mais le texte apporte en outre, sous forme de question-réponse, de formidables leçons de sagesse, qui devraient vraiment nous inspirer dans notre rapport au monde, à la nature, au vivant. Chaque chose, chaque insecte, chaque animal a sa place et mérite d’être respecté.
En refermant ce livre, on croit en un monde harmonieux.

coup de coeur La pie, le tigre et le lapin / Ji-hyun Lee ; Suk-won Sa. - Passage piétons

Voilà ce que c’est de rendre service : le lapin tire la pie d’un mauvais pas et se retrouve avec le tigre sur le dos ! La situation est périlleuse mais le lapin a plus d’un tour dans son sac...
Conte coréen qui voit le plus faible l’emporter sur le féroce. Le propos n’est pas tendre, l’illustration pas des plus léchées, le tout est enlevé et assez réjouissant !

coup de coeur Quatre points et demi / Y. Seok-Jung ; L. Young-Kyung. - Picquier

Un petit album qui nous plonge dans les campagnes coréennes. Une fillette est envoyée par sa mère à l’épicerie adjacente pour demander l’heure. Quatre points et demi, répond l’épicier, comme il était d’usage autrefois. Concentrée, la petite fille s’évertue à retenir l’heure. Quatre points et demi. Quatre points et demi. Mais en chemin, il y a tant de choses à observer ! Alors, longuement, elle s’arrête, ici, puis là. Lorsqu’elle arrive enfin chez elle, le soleil est déjà couché.... Ce poème de 1940, très rythmé, est illustré tout en minutie, comme pour permettre au lecteur de mieux butiner avec l’héroïne. La dernière page, sans texte, montre la réaction de la mère, entre résignation et tendresse.

Roman(s) :


coup de coeur Jang et les livres interdits / Yi Yeong-seo ; ill. Kim Dong-Seong. - Bayard, 2014

Voici quelque chose de rare : un roman coréen pour jeunes lecteurs traduit en français. Et son intérêt principal vient justement des détails qu’il donne d’un autre pays et d’une autre culture. La Corée du dix-neuvième siècle est un pays toujours de traditions bouddhiste et confucéenne. L’influence chinoise est grande, surtout auprès des nobles. C’est une société très hiérarchisée, une société aussi qui prise le livre et l’écriture. Et c’est chez un libraire que travaille le jeune héros du roman, Jang, un orphelin dont le père est mort suite aux mauvais traitements infligés par la police à cause du fait qu’il avait copié des livres chrétiens. C’est l’époque de la persécution des convertis au catholicisme, et Jang se met en danger pour les mêmes raisons. Il arrive tout de même à échapper à une descente de la police vers la fin du livre. L’intrigue, pourtant, est mince, et le roman se lit principalement pour son portrait d’un pays lointain, très différent. Le roman est en outre un bel objet, grâce surtout aux illustrations en couleur d’un style extrême-oriental. David Ball

A partir de 12 ans

coup de coeur L’ île aux chats / Kim Chungmi. - T. Magnier

Dans un quartier pauvre d’une petite ville coréenne du sud, les familles tentent de survivre tant bien que mal. La vie n’est pas facile, les parents renoncent souvent, partent ou boivent et les enfants sont alors livrés à eux-mêmes. Et lorsqu’ils ne fuient pas, la mort les rattrapent. Ainsi, la mère des jumelles Sukja et Sukhûi a fui ; lorsqu’elle se décide à revenir, c’est le père qui meurt d’un accident de travail. Les parents de Tongjun et Tongsu eux, sont aux abonnés absents.
Yôngho, un homme d’une quarantaine d’année, vient de perdre sa mère. Sa vie n’aura de sens qu’avec ces enfants perdus qu’il veut aider, aimer, conforter dans l’avenir. Les abandons successifs ont abimé les enfants et retrouver la confiance ne sera pas facile. Mais grâce à la petite communauté d’entraide qui s’est créée, la vision de l’avenir est plutôt optimiste. On méditera sur la résolution de l’institutrice de revenir dans son quartier d’origine, car elle n’essaiera plus de « progresser seule dans la société ».
Un roman au style étrange, avec des transitions abruptes, mais on s’attache malgré tout à ces enfants perdus en mal d’amour. A recommander aux bons lecteurs.

Et aussi... :


coup de coeur Dans le temple / M.-h. Kim, M.-r. Choi. - Picquier

Un enfant et sa mère se rendent au temple de Seokguram. L’aube n’a pas encore pointé, ils progressent dans la montagne embrumée, puis pénètrent dans le temple. Avant d’accéder à Bouddha et pour purifier les cœurs, il faut passer devant les Huit dieux gardiens, les Deux Vajrapani, et les Quatre rois du ciel. Chacun se présente à l’enfant. Alors seulement, l’enfant pourra demander à Bouddha de faire revenir le père parti combattre. Il sera temps pour le soleil de darder ses premiers rayons...
Tandis que l’histoire insiste sur toute la symbolique du lieu, une double page documentaire viendra compléter l’ouvrage avec quelques informations plus formelles.
- Temple de Seokguram (Corée du Sud), VIII° siècle

coup de coeur Mee, petite fille du matin calme / M.-F. Chevron ; A. Domergue. - Limonade

L’origine de l’enfant : On sait que Mee signifie beauté en coréen.
Les étapes de l’adoption : “Mee a grandi sans famille. Seul un arbre veille sur la petite fille. Un jour, l’arbre lui souffle : - Il te faudra partir bientôt, petite Mee. Il y a une maman et un papa rien que pour toi, qui t’attendent loin d’ici.”
“Mee a trouvé son papa, Mee a trouvé sa maman, ses parents qui l’attendaient depuis si longtemps”
La filiation : “Peu importe où tu vas, mais emporte avec toi tes rêves et un peu de mes racines, qui sont les tiennes aussi.”
Les phrases clés : “Mee, belle, belle petite fille, née une deuxième fois.”
Une métaphore poétique de l’adoption, toute en douceur.

<<< Retour à la page précédente

© Association Croqu'Livre - Centre régional de ressources en littérature jeunesse