couv

(Ne prend pas en compte les mots de moins de quatre lettres)

Croqu’livre

L’Association
> Le CRRLJ
Nouveautés
Sélections annuelles
Sélections thématiques
Formations
Groupes lecture
Temps forts
Contact
Quoi de neuf

Le livre jeunesse en Franche-Comté

Auteurs-illustrateurs
Conteurs
Associations
Editeurs
Salons et évènements
Prix et concours
Spectacles

...et au-delà

Actualités
Spectacles
Expositions
Liens

Dernière mise à jour :
dimanche 25 septembre 2016

Mot Clé : Adolescence


Roman(s) :


coup de coeur U4 . Stéphane / Vincent Villeminot. - Nathan Jeunesse, Syros Jeunesse, 2015

Stéphane vit à Lyon. Son père est absent lorsque l’épidémie se propage et ne laisse presque que des adolescents vivants. Sachant son père grand spécialiste des maladies, elle espère son retour rapide. Mais la situation se détériore rapidement, obligeant la jeune fille à rejoindre le lieu de rassemblement des survivants afin d’échapper aux pillards. Les restrictions se font de plus en plus sentir lorsque que l’hiver arrive. C’est alors que les événements vont s’enchaîner et la contraindre à prendre la route...

U4 est une saga en quatre actes avec à chaque fois un auteur différent aux manettes. Outre que l’idée de faire résonner quatre univers très différents est réjouissant, c’est l’occasion pour le lecteur de découvrir une histoire en quatre dimensions.

L’héroïne a dans ce tome un prénom masculin et une identité forte. Fille d’un docteur, elle a elle-même de bonnes connaissances médicales qui vont, parfois, apporter une coloration altruiste à ses décisions. Mais sa filiation est aussi son plus grand problème. Alors qu’il semble que, contre toute probabilité que son père est vivant, elle cherche à le rejoindre et à comprendre son absence.

Un tome particulièrement nerveux et mouvementé qui campe une jeune fille déchirée entre la fidélité qu’elle ressent pour sa famille et celle qu’elle prête à ses nouveaux amis.

On retrouve bien la patte et l’écriture de l’auteur d’"Instinct" et de "Réseau(x)" avec une réflexion sur la société, ses rouages. A lire ! Marion Uteza

A partir de 14 ans

coup de coeur U4 . Yannis / Florence Hinckel. - Nathan Jeunesse, Syros Jeunesse, 2015

Yannis vit à Marseille lorsque l’épidémie décime la majorité de la population. Adolescent plutôt chétif et timide, il vit sa vie par procuration en incarnant sur WOT, un jeu en ligne, un parfait combattant. Lorsque le jeune homme se décide enfin à quitter son appartement, il se rend vite compte que la ville est au prise à la violence avec la présence de gangs issus des quartiers défavorisés. La présence de son chien lui apporte le courage de s’enfuir et la peur lui donne comme objectif de tenter de rejoindre Paris afin de contacter les experts du jeu.Arrivé à Lyon, il prend conscience de l’organisation des rescapés par le biais de militaires survivants. Il espère alors y retrouver d’autres experts de Warriors of Times...

U4 est un projet un peu fou : celui de faire écrire par quatre auteurs différents, la trajectoire de quatre adolescents qui vont se croiser dans un monde en perdition où il est difficile de survivre sans aliéner pour autant son identité et sa liberté.

Le personnage de Yannis est intéressant parce qu’il questionne la personnalité de ces adolecents qui se plongent dans les jeux en ligne pour oublier leurs faiblesses ou leur manque d’estime de soi.

Tout le long du récit on sent, et c’est encore plus vrai dans les moments forts, cette tension entre Yannis et son personnage en ligne qui va le dédoubler et parfois l’aider à se confronter à ses peurs. Car c’’est un adolescent d’une grande sensibilité qui reste hanté par les morts qu’il rencontre. Mais l’autre particularité du jeune homme est d’être accompagné de son chien qui va lui aussi participer à l’aventure et devenir en définitive un des personnages. Cela tend à humaniser encore plus le récit.

Enfin, il est à noter que l’on retrouve dans ce volume un certain nombre d’événements déjà racontés dans "Stéphane" car l’histoire veut qu’ils font une partie du chemin ensemble. On n’est donc plus aussi surpris par le récit.

Cependant il éclaire différemment l’histoire et donne de nouvelles informations !

Il me reste à lire Jules afin de faire le tour d’U4 qui restera dans tous les cas pour moi une belle lecture, tant en raison du projet d’écriture collective que des personnages qu’ils nous offrent. Marion Uteza

A partir de 14 ans

coup de coeur Le bonheur de A à Z / Barry Jonsberg. - Flammarion (Tribal), 2015

Candice, 12 ans, est une petite fille très particulière et solitaire. Parce que son professeur de français lui a donné une rédaction à faire, Candice raconte sa vie par ordre alphabétique. D’une adolescente décalée en apparence, on découvre une personne intelligente et sensible, décidée à redonner le sourire à ses parents même s’il faut pour cela remonter les souvenirs pénibles à la surface et, aussi, casser sa tirelire. Très bon roman, drôle, interlligent, décalé tout comme son héroïne. Marie Chaillet.

A partir de 13 ans.

coup de coeur U4 . Koridwen / Yves Grevet. - Nathan Jeunesse, Syros Jeunesse, 2015

Quatre auteurs, quatre romans, quatre personnages, un univers commun saisissant et addictif... Les quatre personnages ont chacun leur trajectoire et ils vont se croiser. Suite à un virus, il ne reste presque plus que des adolescents. Nous saurons à la fin de ce tome ce qui explique leur survie. Les quatre héros étaient experts d’un jeu en ligne qui leur a donné rendez-vous le 24 décembre afin de sauver le monde ! Cet espoir de changement va conduire les personnages vers Paris... Les livres sortiront le 26 août. Après avoir lu le Grevet que je vous présente ci-dessous, j’ai commencé le Villeminot et je me rends compte qu’il est important de lire tous les livres pour bien prendre la dimension de cette oeuvre.

Koridwen vit à la campagne, la mort de ses parents la laisse seule avec ses animaux de la ferme. Menacée par des bandes qui sont à la recherche d’eau et de nourriture, elle décide d’aller récupérer en tracteur, son cousin, qui est en institut spécialisé en raison de troubles du comportement ainsi que sa meilleure amie. Son but est de rejoindre le lieu de rendez-vous fixé par le jeu en ligne Kronos aux joueurs expérimentés. Elle se rend compte assez rapidement de la réalité des villes, divisés entre des mercenaires et l’armée qui tente de maintenir un semblant d’ordre. Au gré de ses rencontres, elle va se lier à différents groupes qui vont l’aider à atteindre la date fatidique. Que va t-il donc se passer le 24 décembre ?

Un roman qui évoque un scénario catastrophe avec le retour de la loi du plus fort et la nécessité de trouver des alliés afin de survivre. Je suis sortie de ma lecture un peu frustrée car je pensais que le 24 décembre serait le commencement et non la fin du livre. Le récit est en réalité constitué du voyage de la jeune fille et de ses aventures dans Paris.

Koridwen a un prénom breton et une intuition proche de la magie. Elle est perséverante et courageuse et tente de se raccorcher à ses racines afin de ne pas sombrer dans le désespoir. Plutôt altruiste, elle n’hésite pas à venir en aide aux plus faibles mais étonnement elle n’a aucune relation forte avec les autres personnages ce qui lui donne un aspect froid.

J’ai aimé les pérégrinations de l’héroïne dans la capitale ainsi que la multitude de personnes qu’elle croise. Chacun est différent et bien dessiné. Un projet intéressant, passionnant. Mon prochain volume sera celui écrit par Villeminot car c’est un auteur rugueux mais toujours passionant.

Je ne donnerai mon avis sur le projet lui-même que lorsque j’aurais lu les quatre tomes mais déjà je trouve l’aventure originale et j’espère la mener jusqu’au bout ! Marion Uteza

A partir de 14 ans

coup de coeur Trop tôt / Jo Witek. - Talents Hauts, 2015

Pia et sa cousine Marthe passent leurs vacances dans un camping du bord de mer. Les soirées avec couvre-feu à minuit trente sont moroses et les rencontres rares avec l’autre sexe.
Jusqu’au jour où elles décident de passer aux choses sérieuses en bravant les interdits. Elles décident de faire le mur (ou plutôt la toile de tente ) pour passer la nuit en boîte. Pia décide que cette nuit sera celle de sa première fois. Elles rencontre facilement un garçon au hasard d’une danse lascive, son désir la submerge. Le lendemain, elle déchante, au moment de retrouver cet amant d’un soir, il est déjà amoureux à Paris et a oublié la jeune fille. C’est la désillusion, puis, le retour au quotidien, la rentrée des classes, les amies, la routine.
Jusqu’au jour où cette nuit d’été la rattrappe, nausées, vertiges, le verdict tombe : elle est enceinte de 8 semaines, pas question de le garder : quinze ans, c’est bien trop tôt.
L’auteur raconte avec sensibilité mais sans sensiblerie cet épisode douloureux de la vie d’une adolescente et de ses proches.Un roman militant et pédagogique (mais pas trop) qui mérite largement sa place dans les collèges et lycées. Marie-Pierre Muneret

A partir de 15 ans

coup de coeur Si j’étais un rêve / Charlotte Bousquet. - Flammarion (Tribal), 2015

Lina vit en Bulgarie et Nour en France. Leurs professeurs respectifs décident d’établir une correspondance entre leurs deux établissements, et c’est le début d’une véritable amitié entre les deux adolescents. L’une parle de sa vie à Sofia, de la pauvreté et des émeutes politiques qui se profilent, l’autre de son quotidien en Seine Saint Denis. Au fur et à mesure des échanges, Lina ressent un vrai mal de vivre chez Nour, et aimerait en comprendre les raisons. Le jour où il est question que la classe de Nour fasse le déplacement en Bulgarie, celle-ci devient distante et agressive avec Lina. Très beau roman, tout en sensibilité, avec un final inattendu. A lire ! Marie Chaillet

A partir de 12 ans

coup de coeur La vie rêvée des grands / Géraldine Barbe. - rouergue (dacodac), 2015

Rose est une préado timide et secrète qui rêve de sa « vie d’après » et du garçon dont elle préfère taire le nom, celui qui semble un peu différent, à peu à l’écart, comme elle… entre première boum et grandes questions existentielles, c’est un très beau petit roman sur cet âge d’avant l’envol adolescent . Pour Rose, on a tous un canard qui deviendra cygne…Souvent, elle pense au sien, à ce qu’il deviendra, elle pense aux « canards » des autres et comment le monde tourne, comment chacun évolue. Une belle écriture imagée. Ewa Bochenski

A partir de 9 ans.

coup de coeur Un hiver en enfer / J. Witek. - Actes Sud Junior, 2014

Edward, 15 ans, entretient une relation pour le moins délicate avec sa mère, Rose, qui revient d’un séjour en hôpital psychiatrique. Dépressive, distante, elle ne parvient pas à lui montrer son amour, son affection. Edward se raccroche alors davantage à son père, à une figure parentale qui l’affectionne pour deux. Mais quand une nuit la voiture de ses parents heurte un arbre et que son père meurt, ne laissant plus qu’à Edward sa mère, tout bascule de manière vertigineuse : sa vie d’adolescent prend un tournant différent.

Lire l’article : Histoireetgourmanlises

A partir de 15 ans

coup de coeur L’été où papa est devenu gay / Endre Lund Eriksen. - Thierry Magnier, 2014

Arvid, douze ans, passe l’été en camping avec son père. Les vacances s’annoncent d’autant plus joyeusement que père et fils ont rencontré Roger et sa fille Indiane. Mais lorsqu’Arvid réalise que Roger est homosexuel et que son père passe la plupart de son temps à ses côtés, les vacances prennent un nouveau tournant. Ses réactions, légitimes, s’orientent tout d’abord vers les préjugés et la violence verbale. Arvid a, par la suite, tout un tas de plans prêts à mettre en oeuvre pour séparer son père et Roger. Enfin, la découverte de son propre corps et de son attirance envers Indiane incite Arvid à se remettre en question petit à petit. Ce roman arrive, à l’aide d’un humour absurde, décalé, nordique ( !) à aborder un sujet à priori difficile à traiter voire tabou. Les personnages et, par conséquent, le lecteur adolescent potentiel, font la paix avec leur corps, traité ici sous tous ces aspects. Les préjugés sont déconstruits, détruits, la sexualité mise en problématique. Un roman brillant et intelligent. Juliane Eblé

A partir de 15 ans

coup de coeur Vibrations / Raphaëlle Frier. - Talents Hauts, 2014

Que révèlent nos portables sur nous ?

Clara est amoureuse de Syl-vain. Il ne semble pas insensible à son charme et lui envoie des sms régulièrement. Pourtant Hakim, son ami d’enfance, lui demande de se tenir éloigné de ce garçon. Pourquoi cet avertissement ? Lors d’un rendez-vous au café, par mégarde, Clara prend le téléphone de Sylvain. Curieuse, elle décide de fouiller sa mémoire...
Un court roman qui évoque les traces que nous laissons via nos outils nomades. Le smartphone devient en l’occurrence le lieu des secrets mais aussi un outil de preuve.
Le récit met aussi en garde contre l’illusion que peut conférer une image trop lisse et la nécessité de bien connaître les personnes avant de plaquer nos sentiments sur une simple image. Intéressant même si la fin est selon moi un peu trop optimiste. Marion Uteza

A partir de 13 ans

coup de coeur Tu veux savoir / J. Heliot. - Thierry Magnier. - (Nouvelles), 2013

Neuf nouvelles autour du thème du savoir. Elles sont toutes différentes mais la plupart sont désenchantées, sombres et pessimistes. Chacune évoque notre société et le rôle des machines. Nous voyons l’homme se détruire et se perdre peu à peu. Mais plus qu’un constat désespéré, c’est un appel à la réflexion que nous renvoient ces histoires.

Mes préférées sont : "Requête non valide", où un individu séquestré tente désespérément de lancer un S.O.S., "Tu veux savoir ?" dans laquelle une jeune fille espère avoir découvert un réseau magique capable de répondre à toutes les questions comme celles permettant de savoir qui nous aime ou encore la nouvelle "Les remplaçants" qui nous amène à rencontrer un enseignant...trop parfait.

"Salut, c’est moi, Ton meilleur copain@ ! Mais tu peux m’appeler plus simplement TMC, ça ne me dérange pas. Comment vas-tu ? Bien, j’espère. Tu as l’air en pleine forme. Ta journée a été bonne au collège ? Ne me mens pas, tu sais qu’il me suffit de me connecter avec le Meilleur Ami@ de ton prof principal pour connaître la vérité. Ah, tu as eu 07 à ton interro d’histoire géo... Ce n’est pas brillant ! Pourtant, on avait révisé... TMC est là pour ça. Mais toi, tu n’as rien écouté, rien enregistré. Normal, tu n’es pas configuré pour !" Ton Meilleur Copain@

Marion Uteza

A partir de 13 ans

coup de coeur Si tu voyais ça, papa... / S. Vaillant. - Oskar, 2014

Après la mort soudaine de son père, Ombeline se retrouve souvent seule chez elle. Sa mère a intégré un mystérieux groupe de « soeurs », son frère fuit le domicile et sa sœur se consacre corps et âme à ses études.

Reste le Lycée qui l’aide à ritualiser ses journées même si elle a du changer d’établissement ! Mais lorsque sa mère disparaît et que sa sœur fait un malaise, les grand-parents comprennent qu’il est urgent d’agir !

Un roman sur la trop grande responsabilité laissée à certains enfants à qui on vole leur jeunesse mais qui aborde aussi de façon assez frappant les questions de secte et d’anorexie. Intéressant. Marion Uteza

A partir de 11 ans

coup de coeur La vie devant eux / Blandine Gérard. - Alice Editions (Tertio), 2014

Un lycée, somme toute banal, avec toute une galerie de professeurs et d’élèves ; des professeurs blasés voire totalement découragés comme Mme Perrot, professeur de mathématiques, qui pour apaiser sa frustration ne se prive pas de remarques humiliantes en rendant ses copies, ou des professeurs au contraire pleins de bonne volonté, mais dépourvus d’une grande autorité, comme Mme Rousseau professeur de français… Du côté des élèves, là aussi, des portraits se dessinent : issus de quartiers plus ou moins favorisés, avec des parents « poules » ou au contraire inexistants, avec les relations entre les différents groupes, etc… Mais voilà qu’en rentrant du lycée, Mme Perrot est victime d’un grave accident de voiture. Ses freins ont été sectionnés. La police mène l’enquête, et nous voyons les liens entre les élèves évoluer au fil des jours…
Un roman agréable à lire grâce au point de vue toujours extérieur (qui évite toute dramatisation de l’intrigue) et au grand sens de l’observation de l’auteur qui sait nous rendre proche tous les protagonistes. Bien sûr, la fin sera « politiquement correcte », mais pourtant, on n’éprouve pas une grande empathie pour la victime de cette histoire, surtout en regard de l’illustration de couverture choisie pour illustrer le titre : un jeune face à un mur…Florence Langlois

Madame Perot, prof de math, vient d’avoir un "accident". En fait, ses freins ont été sectionnés, et les policiers enquêtent et questionnent les lycéens. Il faut dire que cette professeur n’était pas appréciée de ses élèves, qu’elle dénigrait et enfonçait dés que possible. Seuls les bons élèves semblaient avoir une place légitime dans son cours. A travers les voix de Mounir, Adélaïde, Gaëtan et Elisa, l’histoire des ces lycéens défile, avec leurs espoirs, peurs, envies, déceptions et amours, ils jonglent entre leur famille, le lycée et l’inégalité des chances. Si certains en sortent bien égratignés et ayant laissé en route quelques illusions, tous en ressortent grandis et aguerris. Ou, quand des ados croisent l’accident, les institutions, la mort, l’amour et la prison. Marie Chaillet

A partir de 13 ans

coup de coeur Pour qui tu m’as prise ? Isabelle Rossignol. - Talents hauts, 2014

Une histoire à quatre voix, le texte se lit presque comme une pièce de théâtre, sans didascalies pourtant, tout passe par les quatre voix, mi-monologues, mi-narrations. Les voix de quatre adolescents : David, qui ne s’intéresse pas encore à l’amour, Pauline, qui est cependant tombée amoureuse de lui, Matthieu, un accro du sexe, et Camille, déjà convaincue que l’amour n’existe pas. Les voix sonnent pour la plupart de manière authentique, un peu trop schématiques peut-être et poussées vers le cru et le vulgaire. Sous l’influence de Matthieu, David décide qu’il va tenter l’expérience de l’amour, et pour se préparer fait passer des vidéos porno, avec des conséquences désastreuses quand il se trouve seul avec Pauline dans un appartement vide. La présentation dramatique du texte permet au lecteur de saisir pleinement la mésentente totale entre les deux jeunes. C’est, donc, un livre à leçon : méfiez-vous des images pornographiques et de l’idée brutale et réductrice de l’amour qu’elles véhiculent ! David Ball

A partir de 14 ans

coup de coeur Le miroir brisé / Jonathan Coe. - Gallimard, 2014

Ce livre nous entraîne dans un autre monde, que l’on découvre à travers les yeux d’une petite fille dénommée Claire. Au fils des pages, la voilà devenue adolescente et peu à peu le monde se ternit autour d’elle. Les merveilles que son petit miroir brisé lui renvoyait ne sont plus qu’un lointain souvenir, de quoi s’interroger sur tout ce qui nous entoure : l’illusion de l’enfance, le brusque retour à la réalité qui s’en suit ou encore les différentes manières de rendre le monde meilleur. Accompagné d’image, ce texte retrace avec délicatesse le passage de l’enfance à l’adolescente. Porteur d’un beau message d’espoir, il fait rêver et le lecteur se surprend même à imaginer à quoi ressemblerait son quotidien s’il était soudainement troublé par l’apparition d’un fragment de miroir. Premier roman jeunesse de Jonathan Coe. Marie Jeannot

A partir de 12 ans

coup de coeur Une saison avec Jane-Esther / S. Cassim. - Ecole des loisirs (Medium), 2013

Eden, orpheline élevée par sa tante, a la fibre poétique et un brin mélodramatique. Elle passe son temps à noter ses impressions dans un carnet et s’essaie à la poésie. Jane-Esther, l’’amie de sa tante, poète reconnue, est de passage dans leur village et lui donne quelques conseils : observer sans cesse et mettre au jour la singularité de ses impression de façon précise et juste. Mais ce qu’elle peut apprendre de plus utile lui sera dispensé par la vie elle-même, en la personne d’Adam, personnage fantasque, révolutionnaire et …volatile. Eden est un personnage attachant. Elle qui se donne la tâche urgente de "trouver un façon plus digne d’etre au monde" compose avec ses angoisses, ses fêlures, ses amours et ses doutes avec pour seuls repères trois mères poules de substitution et une farouche volonté d’écrire au plus juste. Déroutant mais attachant. Julie Feuvrier

Autre lecture : Une jeune héroïne plutôt originale, qui s’appelle Eden, elle est orpheline, elle aime les poules et elle veut être poète. Elle est entourée, dans une ambiance féminine chaleureuse, de trois femmes : sa tante et les deux amies de celle-ci, dont l’une s’appelle Jane-Esther. Le monde des personnages est de plus plutôt bien campé : le sud des Etats Unis dans les années soixante au moment de la lutte des Noirs pour faire valoir leurs droits civiques. Eden se lie d’amitié avec le neveu de la femme de ménage de sa tante. Tout cela promet bien, jusqu’au moment de dérapage, qui pourrait déconcerter aussi le lecteur. Eden rencontre un révolutionnaire d’origine russe et tout de suite elle tombe amoureuse de lui. Ils passent une nuit ensemble avant qu’il ne disparaisse pour de bon. Les trois femmes qui s’occupent d’elle la consolent, et grâce à elles et grâce aussi à son carnet d’écriture, elle commence à se remettre. Le lecteur a peut-être plus de mal à suivre le même chemin. C’est tout de même un livre à recommander, surtout aux jeunes lectrices littéraires. David Ball

Eden Villette est ce que l’on appelle généralement une jeune fille passionnée. Pour elle, il n’y a que la poésie qui compte, et avec ce magnifique genre littéraire, le questionnement et la recherche de la perfection. Adolescente unique en son genre, elle profite du retour de la célèbre poétesse Jane-Esther pour pousser plus loin sa réflexion. A ses côtés, elle découvre le monde d’une autre manière et surtout appréhende l’amour. Pas celui romantique sui nous couvre de bonheur, non… Celui passionnel qui change définitivement toute vie. Cette Eden pourrait sans doute vous horrifier par son caractère égoïste et hautain mais poursuivrez votre lecture et ainsi pourrez-vous, vous aussi, questionner la vie, la poésie ou encore la nature qui vous entoure. Marie Jeannot

A partir de 12 ans

coup de coeur Geek Girl, Tome 2 / Holly Smale. - Nathan. 2014

Un second tome qui nous amène au Japon où notre héroïne va voir son plus beau rêve se transformer en véritable cauchemar ! Alors qu’elle pense fuir ses problèmes familiaux, à un moment où elle se sent rejetée même par ses parents, elle va devoir affronter peine de coeur et catastrophes à répétition ... La grande intelligence d’Harriet dans les domaines scientifiques ne va pas lui être d’une grande aide. Heureusement, l’amitié peut parfois faire des miracles pour démêler ce qui va finir par ressembler à une enquête !

Une suite enlevée, le cadre du Japon est très bien exploité et l’intérêt du lecteur ne faiblit pas pour cette héroïne attachante et surtout toujours drôle, même dans les moments les plus pénibles ! Marion Uteza

A partir de 13 ans

coup de coeur Geek Girl , tome 1/ H. Smale. - Nathan, 2014

Harriet est anglaise. Elle est une "Geek" et a pour seule amie, Nat qui rêve de devenir mannequin ... Mais c’est elle qui contre toute attente est choisie pour embrasser cette carrière avec un mentor fantasque et un garçon-lion comme acolyte ! A 15 ans, une nouvelle vie mais aussi de nouveaux problèmes s’ouvrent devant elle... Son contrat de mannequinat va t-il l’aider à réussir sa métamorphose ou bien Harriet restera-t-elle une Geek, pleine d’humour mais plutôt solitaire ?

Le lecteur suit avec beaucoup de joie Harriet dans ses tribulations. Qu’elle soit sur un plateau de défilé à tenter de comprendre les règles de la profession, à l’école à essayer de survivre ou bien dans sa famille à décoder les rapports entre son père et Annabelle, Harriet nous entraîne par son énergie. Un roman très positif où une adolescente doit arriver à apprivoiser son corps atypique pour s’accepter et nouer de nouveaux liens. Marion Uteza

A partir de 13 ans

coup de coeur Des ados parfaits / Yves Grevet. - Syros (soon +), 2014

Des menaces ciblent sept élèves dans une classe de collège. Le mystère qui les entoure se double d’une réaction étrange de leurs parents qui décident de les tenir sous surveillance. Alors qu’ils sont très bons élèves et considérés comme des anomalies par leurs camarades, ils vont devoir s’unir afin de découvrir quel secret cache leur perfection ! Un court roman qui interroge sur la relation parent enfant et sur la notion d’adolescent parfait. Quelle doit être la place d’un adulte dans la vie de jeunes à la recherche de limites ? La lecture est facile et le dénouement attendu mais le livre a le mérite de provoquer la réflexion ! Marion Uteza

Dans un collège tout à fait normal, Anatole et Célia connaissent une scolarité sans vague. De parfaits enfants, ils étudient bien et écoutent leur parents jusqu’au jour où d’étranges enveloppes sont distribuées à leurs parents. Que peuvent-ils bien avoir à se reprocher ? Les deux jeunes s’éveillent alors au monde et décident de se renseigner secrètement pour découvrir le terrible secret familial. Dans la continuité du recueil de nouvelles, Tu veux savoir ?, ce livre saura plaire aux lecteurs déjà séduits par la collection ou le genre, mais pas seulement. Avec des jeunes forts sympathiques et réfléchis, la lecture est agréable et pleine de mystères. Anne-Marie Jeannot

Accessible dès la fin du primaire

coup de coeur Faut jouer le jeu / Esmé Planchon. - Ecole des Loisirs (Médium), 2014

Un gros coup de coeur ! Terminale L, la pression du bac, la passion pour les livres. Solange trace son chemin dans les sinuosités de sa dernière année de lycée quand, tout à coup, au détour d’un ennui et d’une porte, elle tombe sur un camarade de classe et son frère qui "jouent le jeu". Et voila comment elle "entre dans la fiction". Au menu, princesse aux cheveux rouges dans un HLM de 26 étages, potagers surprises et comédies musicales. Car la vie ne vaut la peine d’être vécue que si on la joue à fond. Roman tour à tour attendrissant, bouleversant et angoissant, "Faut jouer le jeu" nous oblige à regarder le monde sans œillères, à oublier ce tigre d’admission post-bac et à découvrir l’amour, sans frontières, avec ou sans robes de Temps, de Soleil et de Lune. Et vive les comédies musicales, car la vie n’est décidément plus belle que quand elle est dansée, chantée ou rêvée ! Marie Grandgirard

A partir de 12 ans

coup de coeur L’amour au subjonctif / Pascal Ruter. - Didier Jeunesse, 2014

28 élèves partent à la découverte de Rome, Naples et Pompéi avec trois de leurs enseignants et un chauffeur surnommé Tarzan. Ce sera en définitive, une rencontre avec eux-mêmes, leurs secrets, leur histoire, leurs espoirs. Roméo est fou amoureux de Juliette. Pravda ne se lave jamais. Anna a été adoptée. Zoé veut devenir Nonne. Merlin est capable de tout faire disparaître...
C’est à travers la voix de cinq de ces élèves que nous suivons les périples de ce voyage hors norme, des préparatifs au retour. Chacun a ses secrets, ses failles que le voyage va révéler. Les adultes ne seront pas épargnés par cette métamorphose.
La construction du livre forme un puzzle avec une fin qui éclaire différement les péripéties qui auraient pu paraître gratuites. L’humour n’est jamais loin et certains passages sont très drôles. Nous profitons aussi du voyage pour nous balader à travers l’Italie Antique : le Colisée, la fontaine de Trévise, les thermes ou encore le jardin des Fuyards de Pompéi. _ Un beau voyage, de ceux qui changent les hommes ! Marion Uteza

La principale d’un collège prend en premier la parole pour demander des explications : comment des collégiens ont pu revenir seuls en train d’un voyage scolaire en Italie ? Cette question posée va trouver réponse dans la lecture de ce roman. On va découvrir avec délices et humour des personnages qui vont pouvoir parler tout au long du voyage : de Roméo qui aime Juliette et voudrait profiter du voyage pour se rapprocher d’elle, à Madame Kroc qui va petit à petit se laisser séduire par Tarzan, un chauffeur de bus peu ordinaire, à Merlin (Leroy) qui a la manie fâcheuse de voler tout ce qui brille, à Monsieur Gentil en pleine rupture, on ne s’ennuie pas. Ce livre m’a bien plu pour le ton employé et aussi parce que ce voyage en Italie, je le fais aussi avec mes élèves. J’espère ne jamais tomber sur un Tarzan qui s’incruste aux visites guidées et donne son avis, fait le plein du car après le départ et s’arrête pour regarder sa série télé préférée ! Ce serait vraiment « rock’n roll » dixit le saint père Tarzan. Sandy Morel

A partir de 11 ans

coup de coeur Belle gueule de bois / Pierre Deschavannes. - Rouergue (doado), 2014

Parce qu’il s’inquiète pour lui et refuse de l’abandonner, Pierre a choisi de vivre avec son père après la séparation de ses parents. Tous les deux habitent une maison froide et loin de tout. Le froid, Pierre le ressent au quotidien et le transcrits son journal : son père boit, tous les jours et parle peu. Les rôles sont inversés, le fils veille et protège son père. La honte surgit aussi lorsque tous les deux rencontrent les camarades du collège. Roman âpre, illustré de dessins noirs qui renforcent le malaise. Grands lecteurs. Marie Chaillet

bazar

Pierre a un très fort désir de liberté. Il recherche l’envol et ressent la tentation des chemins de traverses. Son ancre ? Son père avec qui il vit seul dans les bois. S’il est alccolique et drogué, c’est aussi pour l’adolescent un modèle, par sa forte présence, presque animale... Récit d’une relation hors norme, le texte nous offre un regard différent sur la vie. Il y a le rejet de la norme et des contraintes que représentent l’école et la société. Mais aussi l’image du "papillon autour de l’ampoule" qui marque à la fois un mouvement centrifuge et centripète avec l’attrait pour l’extérieur et la recherche d’un ailleurs. bazar3

Un beau texte sur l’impossible équilibre entre la fidélité, la peur et l’envie de partir. Les dessins de l’écrivain ne font qu’un avec le texte. Coups de stylo noir qui s’entrecroisent et semblent checher eux-aussi à s’extirper de la page. S’il est difficile d’évaluer un texte aussi personnel, il est important de signaler la beauté de la poésie des mots et des lignes comme des bouteilles à la mer. Marion Uteza

Un roman sur l’alcoolisme. Mais pas que. Un roman sur la difficulté d’être père, parent, dans un monde compliqué. Car qu’est-ce qui est noir, au final ? L’alcoolisme du père ou la difficulté d’élever un enfant seul dans un endroit complètement isolé ? Les illustrations, qui ne sont pas sans rappeler celles d’un certain Manu Larcenet dans Blast, pourraient plomber un récit déjà lourd, cru, sans faux semblant et en cela, terriblement vrai. Mais elles s’imbriquent dans le texte, le font autre et le font plus puissant et plus lisible, aussi. Ce livre ne nécessite aucun mot en plus, aucun gribouilli en plus, il est parfait ainsi dans sa simplicité et sa justesse. Juliane

A partir de 15 ans

coup de coeur Addiction / Blake Nelson. - Albin Michel (Wiz), 2014

Comment reprendre sa vie en main en sortant d’un centre de désintoxication ? Maddie a 16 ans. L’amitié puis l’amour vont l’aider à tenir le coup pendant la cure. Le retour au lycée va se révéler plus difficile entre les anciens amis qu’il faut éviter de peur de replonger et les copains de galère qui vous aident à tenir le coup dans les moments difficiles. Il est cependant compliqué de se faire de nouveaux amis et d’avoir de vrais projets. Pourtant Maddie s’accroche et se bat pour arriver à continuer coûte que coûte à diriger sa vie !

Un livre construit en neuf parties et des chapitres courts, plus ou moins nombreux. Le texte est ciselé comme pour représenter le chemin de croix de l’héroïne qui ne peut diminuer sa vigilance sous peine de sombrer. Une épopée difficile, éprouvante et émouvante tant pour l’héroïne que pour le lecteur qui l’accompagne dans ses moments de joie comme de peine.

Un sujet complexe, celui des addictions, de l’alcool, de la drogue qui empêche l’adolescent de se construire un avenir. Le poids du passé est constant chez Maddie et représente bien l’incroyable force nécessaire pour s’en sortir tant la société est peu à même d’effacer les erreurs.

Un très beau livre, avec des tonalités différentes selon les parties. La première, consacrée au centre ne doit pas éclipser toute l’aventure humaine qui est ensuite décrite avec finesse et qualité. (Niveau Ado/Adulte) A lire ! Marion Uteza

A partir de 15 ans

coup de coeur Au bout du voyage / M. Rosoff. - Albin Michel (Wiz). 2014

"Il ne faut jamais s’allonger dans la neige "

Mat a sauvé Gil, son copain d’enfance qu’il avait entraîné dans une escalade périlleuse. Devenus adultes, ils se considèrent toujours comme liés même si la vie les a depuis longtemps séparé. Lorsque Mat disparaît mystérieusement au moment même où ils avaient prévu de se retrouver, Gil décide de partir malgré tout, accompagné de sa fille Mila.

De Londres à New York, puis à l’intérieur de l’Etat de New York, Mila tente de relever les indices permettant de retrouver Mat. Son flair hors du commun et sa grande capacité à agencer les réseaux de signes, font de la jeune fille un détective hors du commun. Et pourtant... le chemin pris par Mathew et même son profil restent flous. Que s’est-il passé dans sa vie pour qu’il souhaite soudain disparaître ?

Un roman qui remue les tripes. Sous une apparence froide, clinique, le récit formé des impressions de Mila et de ses conclusions, nous attrape et nous amène à réfléchir sur nos propres choix de vie. Les rares dialogues sont fondus dans le texte donnant le sentiment que l’histoire est racontée par un aveugle. Mila n’a pas les clés nécessaires pour décrypter cette énigme en forme de mille feuilles et pourtant... L’ auteur dessine à travers l’exploration d’un monde, celle de l’homme en fuite. Il invite le lecteur à marcher côte à côte de son héros, du même pas hésitant, pour tenter se saisir furtivement une réalité dense et complexe.

Meg Rosoff semble inciter le liseur à ne pas juger l’homme en fonction des traces de son passé, à lui offrir une dernière chance, quelle que soit l’issue qu’il décide de donner à l’histoire. Un texte fort sur les liens, le pardon... l’homme dénudé.Marion Uteza

A partir de 13 ans

coup de coeur Quatre filles et quatre garçons / F. Hinckel. - Talents hauts, 2014

Neuf portraits d’adolescents à la veille de quitter le collège. Huit amis ont pris l’habitude d’emprunter le bus pour se rendre à l’école et partager des moments privilégiés. Ils y croisent quotidiennement une jeune file qui les intrigue. Ils décident de tenir à tour de rôle une sorte de journal pour se raconter. Les voix féminines et masculines s’entremêlent pour former au final une image de l’adolescence et de ses questions : rapports aux parents, à l’école, à son corps... choix d’une orientation professionnelle et sexuelle etc...

Le récit avance et nous offre à chaque fois un nouveau regard. Au final j’ai trouvé le livre très riche et dense et plutôt représentatif du monde de l’adolescence. Il n’y a pas de grands événements ni de véritable accroche mais une succession de petits faits du quotidien qui sonnent justes. Marion Uteza

coup de coeur Platine / V. Brunner. - Flammarion (Tribal), 2014

Vous aimez les héroïnes énervantes ? Eh bien Eva ne va pas vous décevoir ! Elle est remplie de certitudes et a du mal à évoluer. Sa vie ? Le Rock ! Elle écoute des playlists en fonction de son humeur. Sinon elle aime rigoler avec Samia et faire les magasins. Une visite a ses grand-parents va l’inciter à porter un nouveau regard sur les autres. Les « hobbits » comme elle les appelle lui laisse un sac qui contient de vieux disques vinyles en souvenir de son père disparu avant sa naissance. C’est le début des ennuis pour Eva...

Un récit d’une vie d’une adolescente raconté par un homme et on le sent ! Le lecteur a souvent envie de hurler sur l’héroïne, de la secouer, de lui demander d’ouvrir les yeux ! Ses relations avec ses parents et avec ses amis sont au centre du livre. L’évolution du personnage en pleine crise personnelle est intéressante et sonne juste. A découvrir... Marion Uteza

coup de coeur Les évadés / C. Léourier. - Bayard. - (Millézime), 2013

Paris, 1943 : Jean Ricard, lycéen de 16 ans, accepte de rendre service à un ami de son père, un « service » dangereux : accompagner des aviateurs anglais dans Paris. Peu de temps après, il est contacté par le réseau Cassiopé, et accepte, à l’insu de ses parents, d’accomplir régulièrement ce genre de mission. Un roman historique facile à lire, qui nous montre que « résister », ce n’est pas seulement accomplir des actions héroïques, ou combattre les armes à la main, mais que de simples actions apparemment anodines peuvent rendre possible des opérations de résistance de plus grande envergure. Elles ne sont cependant pas sans risques, et Jean va par deux fois échapper de peu à la gestapo. Les relations profs-élèves ou garçons-filles de cette époque sont bien rendues, au risque peut-être de paraître quelque peu étrange au lecteur de 2014 !

Florence Langlois

Jean Ricard a 16 ans en 1943, l’âge des premiers amours, et habite Paris quand il se fait par hasard recruté par la résistance. Malheureusement les réseaux ne durent pour la plupart qu’un temps avant d’être démantelés par la police allemande .. Quel sera le destin de Jean ?

Un roman très réaliste sur le temps de l’occupation jusqu’à la libération de Paris. Il évoque la minceur de la frontière entre résistance et collaboration. Les personnages font leurs choix pour des raisons très variés. Un coup de coeur pour le personnage de professeur de français, "la limace" et son approche de la littérature française. Un récit qui permet de vivre à cent à l’heure, à travers la capitale, la guerre, l’amour, l’engagement. Coup de coeur !

Marion Uteza

coup de coeur La bulle de secrets / Sophie Bénastre. - Oskar (La vie), 2014

Pierre-Yves, retraité solitaire et aigri retrouve menotté à son radiateur le jeune Paul, ado en fugue. Entre ces deux-là, l’un renfermé dans ses regrets et l’autre fuyant la vie contrainte avec son beau-père, le dialogue s’installe, les noeuds se dénouent. Le lecteur assiste à une très jolie rencontre où chacun, à sa manière, tend une main à l’autre, et sort de son enfermement. Marie Chaillet

Polo, en fugue, se réfugie chez un voisin. Entre l’adolescent et le vieil homme, le face à face tourne d’abord à l’affrontement. Mais le jeune homme n’a nulle part où aller et l’homme a peur d’être accusé d’enlèvement. Il s’ensuit un huis clos pimenté entre deux générations qui ont malgré tout beaucoup de points communs...

Un court roman très bien construit avec des dialogues vifs et enlevés qui accrochent. C’est un duel étonnant que nous propose l’auteur entre un vieux loup solitaire au lourd passé et un adolescent en crise. Contre toute attente, les protagonistes vont discuter, se livrer et même, échanger conseils et secrets. Le livre au final utilise et détourne le récit policier pour lui donner une dimension sociale et psychologique. Faut-il partir ou rester ? Avancer ou s’enfuir ? A lire ! Marion Uteza

A partir de 11 ans

coup de coeur Les jeux de l’amour et du bazar / R. Crenblit. - Mijade. (Zone J). 2014

Lola, amoureuse impénitente, aime Joshua qui ne l’aime que d’amitié, qui lui-même se jure de coucher avec une femme plus âgée. Clara n’est jamais tombée amoureuse mais se promet d’y remédier, se demandant bien qui pourrait être l’objet de son amour résolu. Tarkan lui se jure de retrouver son amour d’enfance, celle avec qui il a juré de se marier. Même si pour cela, il doit rentrer en Turquie. Voilà pour l’acte I de cette pièce consacrée aux jeux de l’amour et du bazar ; l’acte II, nécessairement, impose ses tourments à nos 4 adolescents en quête, que nous verrons s’apaiser. Durant ces quelques 200 pages, retraçant alternativement l’histoire de ces 4 jeunes gens très différents mais tout aussi attachants, nous suivrons une bien agréable réflexion sur l’amour, l’amitié, le tracé que l’on donne à nos vies…

Autre lecture Roman à 4 voix où 4 adolescents, amis, racontent leur vie qui s’entrecroisent, leurs espoirs déçus, leurs élans. Entre la jeune fille qui ne sait pas vivre sans être amoureuse, le garçon turc, toujours amoureux de son amie d’enfance jamais revue, et celle qui refuse de s’attacher, on suit leur évolution, leurs déceptions lorsqu’ils osent sortir de leurs rêveries pour se confronter à la vie réelle.. Pas toujours facile, mais ces quatre-là grandissent, et osent évoluer. Bon roman qui s’adresse aux plus grands.

coup de coeur Comme des images / C. Beauvais. - Sarbacane. 2014

« I. Il y a un corps dans la cour du lycée Henri IV. » Le ton est donné, le drame se déroule en un puzzle implacable.
Ils sont obsédés par leurs notes, leurs études, leur carrière. Issus d’un lycée select parisien, aucun échec ne leur est permis. Passer en ES est un naufrage, que dire de la filière L… Derrière l’excellence, l’ambition et la supériorité affichée, on découvre un univers d’une violence inouïe. Les dialogues sont acerbes, mauvais, pervers même mais les réactions impavides. Acceptation placide d’un univers déshumanisé là où devraient éclater le scandale, l’indignation, la révolte.
Seule Iseult s’émeut de tout ce qui ne tourne pas rond ces derniers temps : sa sœur jumelle Léo qui se joue de la narratrice et la traite comme une copine kleenex ; qui se fait humilier lorsqu’est divulguée à la vue de tous une vidéo très intime ; et cette narratrice amoureuse qui perd tout sens critique... Iseult observe, Iseult tente d’éveiller les consciences mais le monde continue sa course inexorable.
Après La pouilleuse, Clémentine Beauvais poursuit l’observation d’une jeunesse privilégiée mais désincarnée. La fin semble toutefois moins noire, avec cette narratrice qui espère bien fabriquer « quelque chose de plus vrai, de plus beau, de plus logique, dans ce grand monde de macadam. »

A partir de 14 ans

coup de coeur C’est pas grave / J. Hoestland. - Milan. - (Macadam). 2014

Je, Chloé, narratrice du roman. Tu, Mathis, qui rompt, tel un goujat. Il, le père parti pour une plus jeune. Elle, telle qu’elle s’imagine, se rêve. On, Liza et elle, censées être amies, avant la trahison. Nous, elle et sa mamie, confidentes. Vous, le professeur si stimulant…
Des pronoms comme autant de personnes qui influent sur la vie de Chloé. Elle en bave, Chloé, mais malgré les crasses, les désillusions, les vacheries de la vie, elle reste une survival ! C’est pas grave tout ça ! « A quoi bon grandir, apprendre, aimer, faire des enfants à quoi bon faire ce que tout le monde fait pourtant si rien ne change jamais ? » Peut-être parce que finalement, la vie réserve toujours de bonnes surprises...Julie Feuvrier

Portrait d’une jeune fille de banlieue sous différents angles : la famille, les copains et l’école. Chloé a un moral d’enfer, elle pense être une "survival" et affronte tous les problèmes avec philosophie. Une mère trop présente, un père absent, un petit-copain irrespectueux, des enseignants qui croient en leurs élèves, et une cité omniprésente. Un coup de colère ou un nouveau départ ? La fragmentation de l’histoire en tableaux, en moments de vie empêche le lecteur de s’immerger complètement dans la vie de Cholé. La vision finale de la banlieue comme un lieu où l’on vie, où l’on aime, où l’on veut rester m’a un peu surpris. Enfin, j’ai trouvé que l’écriture restait en décalage par rapport à la parole d’un jeune. Au final, un livre en demi-teinte d’un auteur que j’apprécie beaucoup. Marion Uteza

A partir de 12 ans

coup de coeur Dis-moi qu’il y a un ouragan / F. Emont. - Gallimard. - (Scripto). 2014

Lea est sur ses gardes. Nouvelle ville, nouvel établissement scolaire en cours d’année, elle doit s’intégrer sans que ne soient mises au jour les raisons de sa "fuite". Elle se retrouve en atelier d’art visuel avec trois loosers et une pimbêche punie pour son retard. Ensemble, ils vont devoir réaliser un mini film avec leur appareil portable. Les personnalités se révèlent et Léa, au tempérament affirmé, ne peut rester longtemps sur la réserve qu’elle s’était fixée comme ligne de conduite.
La méfiance qui sous-tendait tout le petit groupe laisse bientôt place à une vraie solidarité et une compréhension des problèmes de chacun qui abolit les frontières.
La personnalité de Léa, franche, généreuse et volontaire, agit comme un catalyseur sur le petit groupe et l’on s’attache facilement aux problèmes de chacun. Avec Lea, les problèmes n’en seront d’ailleurs bientôt plus !
Fabrice Emont nous présente ici la naissance de son premier roman.
Autre lecture
Parce qu’ils doivent réaliser une vidéo scolaire ensemble, cinq adolescents différents sont obligés de s’unir. Moussa est bouddhiste, Pauline a peur des germes, Quentin est poète, Jennifer est la bombe du lycée et notre héroïne, Léa, tente de refaire sa vie dans un nouvel établissement. Nous suivons l’évolution des relations entre les personnages. A la clé pour le groupe vidéaste vainqueur, une visite de studio et la rencontre avec un acteur célèbre. Comment le groupe va-t-il arriver à s’entendre ?
Un roman intéressant par l’écriture notamment dans sa manière de travailler les personnages et leurs blessures profondes tout en gardant une certaine hauteur grâce à l’ humour. Par contre l’histoire de la vidéo, très présente dans le récit est pourtant peu décrite au final. Beaucoup de situations sont improbables mais le livre s’avère cependant agréable à lire. Un bon roman sur les relations entre adolescents.
« On a tous des secrets, ai-je dit pour changer de sujets sans vraiment changer de sujet. Des secrets intimes qui ne regardent personne, et aussi des secrets qui ont besoin de sortir mais qui restent coincés dans la gorge. Le tout, c’est de choisir ce qu’on veut dire ou pas. Moi, je veux bien te dire que c’est justement parce que des secrets ne sont pas restés secrets que j’ai dû partir. Voilà. »
Playslit du livre : http://www.deezer.com/playlist/139268071

A partir de 13 ans

coup de coeur Ce qui ne nous tue pas / A. Dole. - Actes sud. 2014

De la colère. Rien qu’une immense boule de colère noire qui grandit dans le cœur et le corps de Lola. Alors elle gribouille des cahiers, elle ferme ses oreilles aux cris de ses parents, elle devient ce que l’on pense d’elle, une fille froide, une mauvaise élève.
Quand la colère la submerge totalement, Lola fugue. Elle erre et rencontre Simone. Simone qui l’appelle Anna, qui vit dans un océan d’immondices, qui perd la mémoire. Une solitude plus grande que la sienne, un abîme à combler au gré des histoires que Lola lui raconte. La colère fait place à la tendresse et le mot amour prend alors tout son, tous ses sens. Ce qui ne nous tue pas ou le très beau récit de l’adolescence, dans toute son incompréhension, sa tristesse et sa beauté aussi.
Autre lecture
Lola a fui la maison où ne résonnent plus que les cris, le collège où elle s’est grillée tant auprès des profs que de ses amis. Elle fuit et atterrit par hasard au pied d’un immeuble. On appelle, elle monte et découvre une veille femme à la dérive. Auprès d’elle, et au fur et à mesure qu’elle raconte sa déroute, elle retrouve peu à peu de vrais repères.
Deux solitudes qui convergent, l’une qui vit difficilement le divorce de ses parents, l’autre isolée dans la fin de sa vie. Dans le soin que la jeune fille apporte à son aînée, elle reprend le fil de ses émotions, de son humanité et sera prête à reprendre le cours d’une vie laissée abruptement.

Autre lecture : Une jeune fille en perdition prise dans la tourmente d’un déchirement parental fugue et arrive par hasard dans l’appartement d’une vieille femme en fin de vie et atteinte de troubles de la mémoire. Contre toute attente, la rencontre se fera entre ces deux solitudes, ces deux personnes... Un roman que j’ai eu du mal à lire tant l’histoire me semble décousue. Si les thèmes des liens entre les générations, de la maladie et de la crise d’identité de l’adolescence sont intéressants, ils sont traités de manière trop diffuse. Tout parait en définitive survolé. Je n’ai pas eu l’impression non plus d’avoir une histoire crédible. Dommage.

A partir de 14 ans

coup de coeur Pas couché / C. Ytak. - Actes sud. - (D’une seule voix). 2014

Elle le martèle à tous ceux qui la titillent et s’étonnent qu’une fille et un garçon soient juste amis : « J’ai pas couché avec Timothée ». Mais il faut sans cesse se justifier et faire comprendre qu’on peut être lié par une amitié et une complicité forte sans devenir nécessairement amoureux. Mais une nuit, Timothée l’appelle et dit des choses étranges. Certes, il n’est pas dans son état normal mais le doute est semé : y a-t-il effectivement de l’amour entre eux ? Alors même que Timothée sort déjà avec une autre et qu’elle Manon a un œil en verre ? Les pensées insidieuses font leur chemin, il faudra prendre de la distance pour savoir ce qui les lie…
Amour, amitié, une ambiguïté qui se lève et qui ne disparaîtra sans doute pas, pas encore…
Autre lecture
L’amitié entre fille et garçon, ça existe ? Manon en est persuadée et rien ne compte plus pour elle que sa relation sans nuage et sans ambiguïté avec Timothée. En dépit des moqueries de leurs camarades, ils continuent à régulièrement se voir et s’envoyer des textos… Jusqu’à cette nuit, 2h03 du matin, où tout bascule…
Un très beau récit qui offre une voix à l’amitié. L’auteur évoque avec justesse la jalousie des autres et la question du désir qui peut naître à tout moment… Un magnifique chant aux sentiments qui ouvre vers la réflexion…
« Vous pouvez pas comprendre… Ce qu’on vit tous les deux, c’est autre chose. De mieux. Enfin, de différent. Vous pouvez pas comprendre. C’est de l’amitié, sans embrouilles et sans larmes. Enfin… bon… De toute manière, la seule chose qui vous intéresse, c’est de savoir si on a couché ou pas, alors que vous ne savez rien sur nous »

coup de coeur Sur le toit / F. Niobey. - Rouergue. - (DoAdo)

Ils ne se sentent pas écoutés, regardés, entendus, alors ils décident de prendre de la hauteur. Ces jeunes adolescent crient leurs colères, leurs peurs, leurs doutes, leurs amours… perchés sur un toit face à la caméra d’Alix. A tour de rôle, ils se racontent : Eïla et son frère si peu présent mais tellement important, Benjie et la musique, Seb et son histoire d’amour amputée… moments de confidence. Mais Flora n’est pas là, une absence comme un mystère qui les interpelle...
Eclats d’intimités, panorama sur le vif d’une génération pleine d’énergie et de fêlures, que la société peine à entendre.
Autre lecture
Portraits en mouvement de jeunes adolescents. Un groupe de copains se retrouve un soir sur un toit, alors qu’un d’eux filme et les invite à confier leur secret. Les chapitres zooment sur quelques uns de ces visages afin de révéler leur histoire et leur faille. Rébellion, coupe de cheveux, musique, danse, bière, jeu avec la mort, amitié, racisme, incompréhension des parents... ils tentent de faire entendre leur cri, leur différence. Mais tous ne veulent pas se confier et il y a l’absence de Flora, qui n’arrive pas...
Un récit au style haché qui par moment reproduit les plans de la camera et apporte une focalisation originale sur les personnages. L’histoire progresse avec comme fil conducteur le mystère qui entoure Flora. L’ensemble, à l’image de l’adolescence, est protéiforme et magmatique. Les jeunes lecteurs se retrouveront-ils dans cette écriture ?
« Tu étais avec qui ? Pas avec ce black, dis-moi, pas avec lui ? On pose moins de questions aux garçons. Tu peux dire noir, maman. Edmond est noir, oui, profondément, d’un beau noir mat, qui fait frémir. Tu peux dire noir. N’aie pas peur de ce mot. N’aie pas peur du noir. Mais maman, tu peux dire aussi Edmond. »

coup de coeur Henderson’s Boys, Tome 6 : Tireurs d’élite / R. Muchamore. - Casterman. v

1943. La quasi maîtrise par les allemands de la technique de guidage des missiles amène la résistance et l’équipe de jeunes gens d’Henderson à intervenir. Une opération périlleuse où rien ne doit être laissé au hasard... Mais la tension entre Luc et Marc peut-elle être dépassée ?
Un tome qui peut se lire de façon autonome puisqu’il permet de suivre une opération dans son intégralité. L’aventure met en scène des jeunes héros filles et garçons, au parcours divers. Les opérations de la résistance ne sont jamais présentées comme idyllique mais plutôt comme un mal nécessaire. Une série intéressante.
« Ca n’a rien d’absurde, répliqua Henderson en feuilletant le carnet. Il existe déjà des torpilles magnétiques conçues pour cibler les coques de navires et des dispositifs acoustiques attirés par le son des hélices. Pourquoi un missile ne pourrait-il pas être guidé vers un objectif au sol ? »
Autre lecture
France, mai 1943, deux jeunes, Rosie et Eugène sont parachutés quelque part en Bretagne pour mettre au point une opération et ainsi délivrer Edith, une jeune résistante torturée par la Gestapo. Ils vont ensuite découvrir que des chercheurs sont retenus prisonniers dans un bunker secret et une nouvelle équipe de Chérub va tout faire pour les délivrer…
Un roman certes bien rythmé, avec des scènes d’action parfois prenantes, mais les invraisemblances historiques, l’hyper violence de certaines scènes qui frôlent le voyeurisme (les scènes de torture), et le côté caricatural de la psychologie des jeunes résistants, qui font voir la guerre comme un jeu, avec des rivalités entre eux guère crédibles dans un tel contexte font qu’on se demande vraiment s’il reste un quelconque intérêt à cette lecture…

coup de coeur La première fois / G. Constant. - Oskar. - (Court métrage)

Crystal, entre impatience et appréhension, sait que tout va changer pour elle ce soir : elle va enfin faire partie de "ceux qui l’ont fait", comme ses meilleures amies. Heure par heure, nous assistons à la préparation de la soirée, aux doutes, aux mille questions futiles et fondamentales qui la traversent et aux réflexions plus générales sur sa vie. Crystal, qui se sent si moche, doit elle saisir l’occasion de le faire avec un garçon qu’elle connait à peine ?
Un texte court très juste sur cette étape cruciale qui prend tant de place dans la vie d’un adolescent et peut se révéler si simple lorsque la discussion prend le relais des doutes.

coup de coeur L’ étendard collégien est levé ! / G. Constant. - Oskar. - (Court métrage). 2013

Avec une verve très mature, Juliette, 14 ans, écrit un manifeste en 10 chapitres pour mettre à mal toutes les idées reçues sur l’adolescence, véhiculées par les parents. A ton age on a la belle vie ; L’adolescence, c’est vraiment l’âge bête ; A ton âge on n’a pas de problèmesTout ce que tu apprends en classe te sera utile un jour… Autant de phrases entendues et répétées devenues vides de sens. Juliette enchaîne coups de gueule, vérités bien senties et remarques plus légères et trouvera sans aucun doute écho chez ses jeunes lecteurs, tout en ralliant peut-être à sa cause certains parents…
Autre lecture
Récit en forme de manifeste collégien. Les parents n’ont pas conscience de la vie que peut mener un élève de collège. Juliette, quatorze ans, se propose de leur remettre les idées en place en partant de 10 idées "stupides" des parents :
N°1 : A ton âge, on a la belle vie
N°2 : L’adolescence, c’est vraiment l’âge bête
N°3 : Vous êtes assis toute la journée
N°4 : Il faut que tu apprennes à t’organiser
N°5 : Mange à la cantine, tu feras des repas équilibrés
N°5 bis : Les cours d’EPS sont une bonne chose
N°6 : Ne traîne pas dans la rue, c’est dangereux
N°7 : "Les chiens aboient, la caravane passe"
N°8 : Il faut participer en cours
N°9 : A ton âge, on a pas de problèmes
N°10 : Tout ce que tu apprends en classer te sera utile un jour
L’auteur nous dépeint ainsi la dure vie du jeune adolescent. Un portrait drôle et mordant, à partager afin de ne pas oublier nos années collèges. Le texte est dense et argumentatif. Les parents, les enseignants, les élèves, tout un monde décrit avec justesse.

coup de coeur Le journal de Ruby Oliver, Tome 2 : L’art de perdre les pédales / E. Lockhart. - Casterman. 2013

Dans le tome 1, Ruby subissait de grosses crises d’angoisse liées à son ostracisation au collège. Elle s’est défaite tant bien que mal de son étiquette de “salope”, reste la solitude, l’impression d’être une lépreuse. Elle se raccroche aux quelques personnes bienveillantes à son égard : Mélissa, naïve et amoureuse, Nora, fidèle et écartelée, Jackson, son ex pas très clair dans son attitude, qui occupe son esprit « comme un saleté de tumeur », Angelo dont elle ne sait pas ce qu’elle attend et enfin Noël, avec ses mystères, qui lui a avoué, juste à elle, la difficulté de vivre avec l’asthme.
Ruby doit apprendre avant tout à vivre par elle-même, en accord avec elle-même, pour être enfin juste avec ceux qui l’entourent.
Ce second tome peut se lire indépendant du premier, très bien résumé en quelques pages au départ.
Les théorisations autour de l’amour, des différences entre filles et garçons, jalonnent le roman ; elles se confrontent à ses expériences diverses et s’actualisent, vers une sagesse qui s’acquière timidement mais sûrement.
Autre lecture
Une nouvelle année de lycée commence pour Ruby. Ses amies continuent à l’ignorer et elle se sent comme une paria, rejetée par tous. Reste quelques copains : Mélissa avec qui elle avait réussit à tisser quelques liens en fin de seconde et Noé. Mais en dépit de ses séances chez le docteur Z, Ruby n’arrive pas bien à déceler ses propres sentiments ni envers son ex petit ami ni envers les autres garçons qui l’intéressent. Nous suivons ses oscillations. Est-elle toujours amoureuse de Jackson ? Peut-elle compter sur ses nouveaux amis ?
Un journal sentimental comme on les aime, avec de l’humour, des rebondissements et surtout une héroïne crédible toute en nuance ! A suivre...
« Pourquoi avais-je embrassé Angelo ?
Est-ce qu’il me plaisait ? Est-ce que je lui plaisais ?
Ce qui s’était passé entre nous était-il purement accidentel ou le signe d’une véritable attirance mutuelle ?
Est-ce qu’il allait m’appeler ?
Est-ce que j’allais l’appeler ?
"Détermine ce dont tu as réellement envie, puis tâche de mettre en œuvre des solutions rationnelles pour arriver à tes fins", affirme fréquemment le docteur Z. »

coup de coeur Ma vie toute pourrie / J. Smith. - Nathan

La vie toute pourrie de Sam, 13 ans : une meilleure amie partie vivre en Écosse, un look de gamine, une propension aux fous-rires qui la classe dans les immatures, une vie amoureuse non existante, une mère qui ne supporte plus de passer inaperçue chez elle et part sans sommation en croisière. Une "sans amis" en somme… Pas terrible comme constat pour une adolescente. Mais l’horizon s’éclaircit lorsque Cat, son amie d’enfance perdue de vue, revient dans son collège, ainsi qu’un nouveau venu qui ne lui est pas indifférent...
Sam, à coup de listes de Plus et de Moins, d’échanges internet avec son amie exilée, de messages sur Facebook, partage avec le lecteur son quotidien et son évolution : désormais beaucoup plus seule, elle cherche sa voie et questionne son identité.
Un bon moment de lecture d’été facile à lire, avec cette héroïne pétillante, gaffeuse et douée d’auto-dérision qui quitte l’enfance et découvre les subtilités de l’amour, autour d’elle et par elle-même…
Autre lecture
Sam perd en même temps sa meilleure amie qui déménage, et sa mère qui excédée par le manque de considération de son époux, part en croisière. C’est alors qu’arrive un nouvel élève sur lequel Sam flashe. Tous ces changements amènent notre héroïne à souhaiter changer d’apparence et d’attitude. Mais comment réussir sa vie autrement qu’en restant soi-même ?
Roman journal émaillé de mails, de listes et de réflexions principalement sur la famille, l’amitié et les sentiments. Un livre léger dont la morale simple et positive, sois toi-même, ne peux qu’aider à passer un bon moment de lecture. « _ - La vie est tellement bizarre, ai-je répondu.
- Alors là, pas du tout, a dit Darcie avec son réalisme habituel. Elle est parfaitement logique. Tout est gouverné par la loi de cause à effet. J’ai réfléchi à sa théorie en essayant de l’appliquer à ma situation.
Cause : jour de rentrée sans Gemma.
Effet : crise grave.
Cause : un nouveau trop craquant me fait un sourire génial en cours d’histoire.
Effet : je flashe à mort pour la première fois.
Cause : Cat débarque au Collège alors que je ne l’avais pas vue depuis six ans.
Effet : Étonnée et contente. »

coup de coeur Le journal de Ruby Oliver, Tome 1 : l’amour avec un grand Z / E. Lockhart. - Casterman. 2013

Son petit ami l’a quittée, ses amies ne lui parlent plus, Ruby cumule les mauvaises expériences et, assaillie par des crises d’angoisse, n’arrive plus à faire face. Ses parents l’envoie parler au docteur Z qui l’aide à mettre au jour ses mécanismes de répétition. Entre son père qui lui dit toujours de pardonner et sa mère qui l’incite à libérer sa colère, Ruby peine à être en accord avec ses sentiments, qu’elle met en sourdine. Séance après séance, chapitre après chapitre, dans une chronologie éclatée, Ruby revient sur ses relations avec les garçons…
La narratrice abuse des notes de bas de page, longues et nombreuses mais finit par s’attacher ses lecteurs, curieux de découvrir avec elle pourquoi elle semble si malchanceuse en amour. Rassurés aussi de la voir prendre prise sur son destin.
Autre lecture
Ruby est une jeune fille de quinze ans. Elle vient d’être abandonnée par son petit ami au profit d’une de ses meilleures copines. Victime de crises d’angoisse, elle est amenée à consulter un psy qui lui conseille de faire la liste de tous les petits amis qu’elle a eue. Mais à travers ses différents récits et aventures, l’héroïne va peu à peu dresser un portrait d’elle-même.
Si au départ, Ruby est agaçante, la progression de l’intrigue va lui donner de la densité et du caractère. Elle finit, au fur et à mesure de ses confessions, par devenir vraiment émouvante et attachante. Au final, un premier tome réussit avec des thèmes assez divers qui sont abordés comme la fidélité, l’amitié ou encore les premiers amours. Un "discours" vrai et tout en nuances, à lire jusqu’au bout !
« La liste était une sorte de devoir à faire à la maison destiné à améliorer ma santé mentale. Elle m’a demandé d’y inscrire le nom de tous mes petits amis, espèces de petits amis, quasi petits amis, prétendus petits amis et éventuels petits amis. » 

coup de coeur Tous les matins depuis hier / C. Castillon. - Ecole des loisirs. - (Neuf)

Dans le bus conduit, comme tous les matins, par sa mère, Manon, 9 ans, a le coup de foudre. L’histoire de cet amour est au cœur du livre et ce sentiment est traité avec respect. Mais ce sont surtout les relations de Manon avec ses parents qui sont tellement justes. La sensation d’étouffement et d’exaspération des enfants du fait d’une mère aimante et si attentionnée est très bien décrite.
Autre lecture
Manon rêve de Cindy Pacosa, une starlette glamour, mais son quotidien est tout autre avec une mère tellement attentive, mais tellement à côté de la plaque... Manon aime sa mère très fort, et elle ne peut que jouer les enfants sages pour ne pas lui déplaire mais elle aimerait lui faire comprendre qu’elle change ! D’autant plus depuis qu’un mystérieux jeune homme monte dans le même bus qu’elle. Elle est bien décidée à organiser une boum et y inviter Xavier...
Une héroïne narratrice attachante. Entre fidélité à ses parents, esprit critique naissant et volonté de s’affirmer, Manon est pressée de grandir mais pas à n’importe quel prix. Elle prend son temps et les moyens de ses ambitions et goûte aux premiers frissons de l’amour…

Autre lecture
On connaissait Claire Castillon pour ses romans adulte, mais moins pour la jeunesse. Manon, 10 ans, est une petite fille discrète mais avec plein d’idées et un caractère bien arrêté. Sa vie de petite fille est remplie de son école et sa meilleure copine Nelly, de ses vacances chez ses grands-parents qu’elle adore, de ses parents qui l’aiment trop (selon elle) et sur lesquels elle porte un regard à la fois rude et tendre, et surtout de sa passion pour la super chanteuse Cindy Pacosa. Mais, le jour où un garçon aux regard vert et aux fossettes de 6me monte dans le bus, Manon perd tous ses moyens. En même temps, elle se découvre une toute nouvelle énergie, et encore d’autres envies, entre enfance et adolescence. Très bon roman, plein de vie et léger à la fois, qui traite le passage délicat de l’enfance vers l’adolescence, avec toutes ses peurs et ses rêves.

coup de coeur 16 ans SOS chocolat / S. Limb. - Gallimard. - (Scripto). 2013

Un nouvel épisode de la vie sentimentale de Jess : parce qu’il tirait toujours la couverture à lui, elle a fini par larguer Fred, avec le secret espoir qu’il se jette à ses pieds pour la reconquérir... Espoir cruellement déçu d’autant que Jodie semble s’intéresser subitement à Fred ! C’est alors qu’un père célibataire et son fils, un beau garçon sympa du même âge, emménagent dans l’appartement voisin...
Un récit léger, à lire au second degré, un tantinet superficiel mais bien sympathique, qui peut se lire indépendamment des autres livres de la série.

coup de coeur Meilleur jeune espoir féminin / M.-S. Vermot. - Thierry Magnier

Pourquoi Damienne devrait-elle se contenter d’une réalité qu’elle juge médiocre ? Pourquoi ne pourrait-elle pas s’inventer une nouvelle identité ? Elle serait Isild, logerait chez sa sœur dans une luxueuse villa en bord de mère… C’est toute de même mieux que ce prénom hideux et le statut de fille d’employée de maison ! Mais même le temps d’un été, qu’il est dur de porter deux identités, de jongler avec les mensonges… L’héroïne traverse néanmoins ces imbroglios avec beaucoup d’assurance et finit par établir ses priorités.
Roman court sur l’identité, le mensonge, petit ou grand, partagé par tant de monde…

coup de coeur Frangine / M. Brunet. - Sarbacane. - (Exprim’). 2013

Oui ils ont deux mamans, oui leur schéma familial est différent (ils sont nés par PMA) mais pour Joachim, ce n’est pas un problème. Entouré de ses mères, toutes les moqueries, incompréhensions, discriminations ont vite été balayées. Son problème à lui, c’est d’arriver à "franchir le cap" avec Blandine. Alors il n’est pas très attentif à Pauline, sa cadette qui entre en seconde et se ferme de jour en jour devant les insultes de 3 camarades et le silence de tous les autres. Lorsqu’il comprend la situation, Joachim veut en venir aux poings mais Pauline refuse son aide, veut absolument trouver la force en elle de régler les choses. Pour cela, elle pose des questions, revient sur le passé, construit par touches son identité et sa force.
Joachim, sûr de lui et Pauline, vulnérable, réaffirme à leur manière l’évidence de l’amour quel qu’en soit l’équation.
Autre lecture
Joachim voit sa sœur sombrer. L’entrée au Lycée est pour elle une épreuve. Sa faille ? Avoir écrit qu’ils ont deux mères et pas de père ! C’est le début de moqueries, mise à l’écart et harcèlement. Mais Pauline ne veut pas d’aide, elle souhaite s’en sortir seule. Nous suivons la montée de la tension chez la jeune fille et de l’impuissance chez son frère. Jusqu’à ce que...
Un récit fort avant tout sur la relation frère sœur mais aussi sur la bêtise et l’homophobie. La famille homo-parentale ne diffère pas des autres. Joachim n’est pas un héros. Il doute et parfois préfère ne pas voir et ne pas entendre la souffrance de sa sœur. C’est en définitive elle qui va trouver sa propre voie en partie en revenant sur ses racines, sur son identité. Assumer ses différences, ne pas avoir peur du regard des autres, savoir dire non, voilà un message très positif ! Livre pour ados et adultes.
« J’ai lu dans son regard qu’elle était perdue. Que pour elle, rien n’avait été progressif. Et qu’elle était brutalement passée du pays enchanté aux terres menaçantes du Mordor - elle tombait de haut. »

coup de coeur Rouge Tagada / C. Bousquet ; S. Rubini. - Gulf Stream. - (Les graphiques)

Une jeune fille de 13 ans connait son premier émoi amoureux, rien d’original a priori, si ce n’est que l’objet de son amour s’avère être une autre adolescente, nouvelle dans sa classe. Malheureusement tout comme dans les tragédies dont elles partagent le goût, la fin ne connaitra pas de dénouement heureux...
Pas de grandiloquence néanmoins, le ton est juste, en résonance avec les préoccupations contemporaines des adolescentes.
Tout nous plait dans cet ouvrage étonnant : le titre savoureux et enjôleur, la souplesse de la mise en page oscillant entre BD, album et roman graphique, l’ambiguïté d’une amitié adolescente, la force de la chute, douce-amère...
Autre lecture
Une nouvelle élève. Une amitié qui naît. Mais Alex ressent plus que de l’amitié pour Layla. Comment l’approcher ? comment lui dire ? Comment lui faire partager ses sentiments ? Car Axel est elle aussi une fille...
Au delà de la relation du thème du premier amour, se dessine avec finesse, justesse et pudeur les thèmes de l’amour non partagé et de l’homosexualité. Le choix du roman graphique est une réussite. Les illustrations accompagnent avec douceur cet émouvant récit de vie. On reprendrait bien une fraise Tagada...
« A deux, tout était plus facile, et j’en arrivais même à oublier mes idées bizarres, mes envies de la serrer dans mes bras, contre moi, d’embrasser ses paupières et le bout de son nez, de goûter ses lèvres roses et, quand elle était triste, de sécher ses larmes avec des baisers. J’oubliais tout ça, oui, parce que nous étions amies. Vraiment amies. Meilleures amies. Inséparables. »

coup de coeur La pouilleuse / C. Beauvais. - Sarbacane

Ils sont 5 élèves de première issus des beaux quartiers qui décident, une énième fois, de sécher les cours. Comment les évènements se sont enchaînés ? Le narrateur ne sait trop comment l’expliquer mais il énumère les faits, comme incapable d’avoir de la distance. Ils se sont baladés, ont acheté à manger, croisé une classe, une gamine un peu à la traîne et l’ont chopée. Parce qu’elle a des poux, parce qu’ils doivent évacuer une haine de l’autre, la petite Elikya va subir leurs humiliations, leur violence psychique qui veulent la réduire à l’état de parasite, comme les poux qu’ils lui chassent de la tête.
Un « crime social, un crime raciste, un crime de classe » décrit dans toute sa violence et son absurdité. Et son actualité. L’empathie reste minimale.
Autre lecture
Une bande de jeunes lycéens kidnappe une petite fille. David raconte l’inexplicable. Comment ils en sont venus à séquestrer une toute jeune enfant, le déroulement des faits. Manque l’explication. Quelques pistes sont évoquées...
Un livre qui met mal à l’aise. Un fait divers sous forme de fiction mais qu’on imagine très bien se dérouler dans la réalité ! Il évoque avant tout le phénomène de groupe et les terribles effets combinés de l’ennui et de la haine. Pourtant, même si les thèmes abordés sont intéressants et l’écriture fluide, le récit reste de l’ordre des "affaires non élucidées", frustrant. Au final, il ne reste que la démangeaison.
« Ils ont essayé de chercher des explications, ils ont voulu comprendre, on a essayé de les aider en répondant à toutes leurs questions. On a été très dociles. Ca n’a pas fait avancer les choses. »

coup de coeur Pieds nus dans la nuit / M. Jarry. - Thierry Magnier

Louise s’était sentie bien, entière et heureuse, lorsqu’elle avait fait la connaissance de Tom, de Claire -qui sait si bien lui donner confiance- puis de Baptiste. Ils formaient une bande -et deux couples- soudée, complice, à n’en point douter : inséparable. Et pourtant, Claire est tombée malade, rongée par l’anorexie, et chacun s’est peu à peu éloigné. Chacun sauf Claire qui ne comprend pas, qui ne peut accepter qu’une relation si belle se termine de la sorte. Pourtant Claire avait donné un indice : "Peut-être que le meilleur, je l’ai déjà vécu." Alors, pour Claire et Louise, il faudra trouver le moyen de réconcilier passé et avenir… Pour la narratrice du roman, cela passera par une œuvre d’art qui veut "créer un lieu de souvenir."
Se souvenir, Oublier, S’arracher... 3 parties -dont la première peut paraître un peu larmoyante- pour ce roman de reconstruction qui trouve le moyen de sauvegarder la beauté de cette parcelle d’adolescence pour, enfin, oser avancer.

Autre lecture
Louise doit passer son bac. Mais le monde autour d’elle s’écroule : sa meilleure amie est hospitalisée et elle est trahie par son petit ami. A quoi se raccrocher ? Comment se reconstruire ? Les paroles des adultes sont maladroites et Louise sombre... Jusqu’à ce que...
Après une première partie qui présente le cocon qui soude les quatre jeunes dans l’amitié et l’amour, c’est l’explosion. La seconde partie, que j’ai particulièrement apprécié, fait éclater ces repères et isole peu à peu notre héroïne qui finit par se retrouver face à elle-même. En dépit de passages parfois un peu brouillons, comme la vie, j’ai beaucoup aimé le récit qui nous amène dans la peau d’une adolescente, ses angoisses, ses rêves... J’ai trouvé beaucoup de justesse et d’émotions dans la retranscription du mal être, de la séparation. Un très beau livre.
«  Je ne risque pas de sortir un jour de chez moi pour me prendre un autre obus, tout a été détruit dans ma vie, vous étiez mon absolu et mon refuge, mon seul horizon et mes plus beaux souvenirs, je n’ai nulle part où aller, je suis prisonnière chez moi avec ma mère, je n’ai rien à faire, rien à vivre, je veux que ça s’arrête, maintenant, je veux m’endormir et me réveiller quand j’aurai oublié vos visages et vos noms. »

coup de coeur Troubles / C. Desmarteau. - Albin Michel. - (Wiz)

C’est une adolescence un peu désenchantée que nous dépeint Claudine Desmarteau à travers ce roman. Camille, la narratrice, est une grande cinéphile. Ses impressions sur les films vus occupent presque autant de pages que le récit de sa vie avec Fred, son meilleur ami et les copains du lycée. Mais que dire de sa vie… Ses parents qui ne s’aiment plus, sa non vie amoureuse, les SDF toujours plus présents dans son quartier, les amis qu’on ne connaît finalement pas vraiment, la vie qui offre de beaux hasards et réserve aussi des drames, que, peut-être on aurait pu éviter en étant moins lâche… Comme une réminiscence de Trouilleland, la peur s’invite encore dans ce roman. La trouille d’aimer en premier lieu.

coup de coeur J’ai décidé / I. Rossignol. - Flammarion. - (Tribal)

Cynthia n’avait réellement pas besoin de ça dans sa vie. Elle qui ne sait déjà pas que faire de sa vie -résultats scolaires médiocres et aucune ambition- apprend qu’elle est enceinte. A l’abattement le plus total succède une prise de conscience du choix qu’elle a à faire. Un choix qui implique de réfléchir à son avenir, à la notion de parentalité -être enceinte et vouloir garder son enfant, est-ce une fuite comme une autre ou un vrai choix responsable- et tout simplement à son identité.
En étant enceinte Cynthia s’interroge sur elle-même, sur la condition des femmes, devient curieuse de la vie, des autres tout simplement. Si le géniteur n’a aucune place dans ses interrogations, Cynthia elle saura enfin qui elle est, ce qu’elle veut devenir.
Le style de la narratrice, très affranchi au niveau de la syntaxe, participe de la description d’une certaine banlieue. Si le propos est un peu didactique, l’intérêt pour la thématique est certain.
Autre lecture
Cynthia, jeune fille des banlieues de 17 ans, découvre après un premier rapport sexuel non protégé qu’elle est enceinte. Que faire ? Que décider ? Au-delà des différents avis donnés par son entourage, Cynthia va découvrir que c’est de sa vie qu’il est question. Son état est révélateur d’un mal être plus profond.
C’est par des rencontres parfois inattendues que Cynthia va être amenée à prendre en charge son existence. Que veut-elle faire de sa vie ? Quel métier ? Quelles études ? Quelle place veut-elle occuper dans la société ? Être une femme est-ce tout accepter ? Faut-il avorter ou au contraire garder le bébé ? De nombreuses questions auxquelles Cynthia devra apporter ses propres réponses.
Un très beau livre sur la construction de soi, très positif en dépit de la noirceur du thème. Car commencer à réfléchir ouvre la voie des possibles. Et, à 17 ans, tout est encore possible... Coup de coeur de Marie C.

coup de coeur Parle-moi / S. Mlynowski. - Albin Michel. - (Wiz)

Devi va bientôt rentrer à l’université et c’est le moment que son petit ami choisit pour la quitter. Elle comprend que fréquenter le même garçon pendant quatre ans l’a amené à délaisser ses études et ses copines. C’est alors que le destin lui offre la possibilité de modifier ce passé... Ce livre, assez peu original au premier abord, nous amène peu à peu à réfléchir sur différents sujets : Quelle est la juste place à accorder aux autres dans sa vie ? à l’amour ? aux amis ? à la réussite sociale ? Quel impact nos attitudes et nos mots peuvent avoir sur les autres ? Et s’il s’agissait avant de s’accepter comme on est ?
Autre lecture
Devorah fait un jour tomber son téléphone dans la fontaine du centre commercial et se retrouve en communication avec son elle de 14 ans. Histoire d’amitié entre les personnages principaux, la Devi du présent et du passé, en alternance dans chaque chapitre. C’est aussi une histoire d’amour, une histoire drôle, à l’écriture fluide, aux personnages attachants.
Lecture agréable, sans prétention, parfaite pour l’été, sous un arbre au bord de l’eau.

coup de coeur Idylles, mensonges et compagnie / A. Niedercorn. - Calmann-Lévy

Des histoires de lycéens qui mènent leur vie amoureuse en échangeant messages par ordinateur et téléphone portable. Parfois amusants, parfois touchants, ces amours n’ont rien de trop dramatique, et nous pourrions trouver assez chaleureuse l’ambiance de ce lycée parisien d’un milieu plutôt privilégié. A la fin tous les petits mystères de messages mal compris se dissipent grâce à l’honnêteté fondamentale des personnages, jeunes et adultes.
Le côté pédagogique du texte nous explique le bon usage du téléphone portable : il faut l’éteindre en classe, et en s’en servant, il faut éviter le mensonge et la curiosité malsaine, et nous pouvons tous nous rassurer : le bon français et la bonne orthographe n’ont rien à craindre du langage SMS, car les adolescents d’aujourd’hui sont de ce point de vue bilingues. Et pour ces messages au lecteur encourageants, l’auteure a été récompensée d’un prix financé en partie par Bouygues Télécom !
Livre qui trouvera son public chez les 13 -15 ans qui ont un portable « greffé dans la main »...

coup de coeur La chienne de l’ourse / C. Zambon. - Actes sud. - (D’une seule voix)

"Je n’en ai plus rien à faire de toi." C’est sur cette formule expéditive que la narratrice a quitté Liv, celle qui pourtant représente tout à ses yeux. Elle court, elle fuit sa honte, sa colère, en crachant son dégout d’elle-même et de son corps d’ourse. Elle qui n’est pas capable d’être à la hauteur de celle qu’elle aime, pas même de lui avouer son amour.
Le langage est heurté, violent, à la mesure d’un trouble qui ne s’apaisera que lorsque la Gamine acceptera le désir naissant en elle. Pour réguler son malaise, il faudra l’aide de Mme Burridon, vieille dame bourrue et directe, et de sa chienne, repères immuables en cette période de chamboulements qu’est l’adolescence.

coup de coeur Rock addict / C.j. Skuse. - Gallimard. - (Scripto)

Jody est super fan des Regulators, et surtout de Jackson, leader du groupe. Lors d’un concert, elle kidnappe "accidentellement" Jackson, et l’emmène chez elle avec l’aide bien involontaire de Mac, son meilleur ami. Or, Jackson s’installe dans l’ancien studio de musique de la famille de Jody et ne veut plus partir, redoutant la colère prévisible de son manager. D’autant que ce chanteur s’avère parano, capricieux, toxico, égoïste, irresponsable.... Jody, elle, est surtout une ado paumée depuis la séparation de ses parents et le décès de son grand-père. Heureusement, il y a Mac, toujours là pour elle, Mac qui l’épaule, Mac que Jody ne remarque décidément pas très bien…
Autre lecture
Jody est réputée pour faire n’importe quoi. Et ce n’est pas aujourd’hui, à l’enterrement de son grand-père, que cela doit changer, alors que rien ne ressemble moins à ce que souhaitait son grand-père que cet enterrement classique. Car Jody a décidé de vivre selon le précepte de son grand père, Ne le rêve pas, fais le. De la même manière, lorsqu’elle se trouvera nez à nez avec son idole, Jackson, le leader du groupe Regulators -à propos duquel son ami dit que "Les femmes en train d’accoucher crient plus juste que lui"- elle ne trouvera rien de mieux que de le kidnapper. A ses côtés, Mac, l’ami fidèle, inconditionnel, assume les frasques de son amie et la suivra dans ce délire de groupie, même lorsque la réalité deviendra beaucoup moins glamour que prévu.
Comme dans Mauvais plans, nous retrouvons le duo explosif d’une ado fofolle et d’un ado posé qui affrontent ensemble l’adversité. C’est souvent drôle, quelques fois touchant, un peu long par moment, et l’on assiste à la prise de conscience, par une ado décalée, de la réalité dans sa complexité. Le rêve n’est plus permis mais la réalité est autrement plus intéressante. Et un peu plus douloureuse.

coup de coeur Les petites marées / S. Vidal. - Oskar. - (Court métrage)

Mona enterre sa grand-mère, et avec elle c’est une partie d’elle-même qui s’en va. Il lui faut faire le point sur son amour de jeunesse, Gaël, qu’elle n’a jamais réussi à oublier alors même qu’il l’a, un temps, plongé dans une grande dépression. Un joli petit livre sur la reconstruction pour les 4ème/3ème.
Autre lecture
Mona se remet à peine de ses peines de cœur : Gaël, au fil des étés, lui dit à quel point il l’aime, puis sort avec une autre, puis lui redit son amour… Et voilà qu’elle doit, pour l’enterrement de sa grand-mère, retourner à Cancale, et donc revoir Gaël. La douleur est encore à vif et Mona aimera comprendre comment celui avec qui elle s’entend si bien peut la faire souffrir autant.
La réponse tient dans l’homosexualité de Gaël, qu’il peine lui-même à accepter et tente aujourd’hui de dire à son amie plus jeune de 3 ans.
Deux narrateurs dans cette histoire qui disent chacun leur peine mais aussi leur amour de l’autre. Un amour qui devra se réinventer après la difficile annonce.

coup de coeur Récit intégral (ou presque) d’une coupe de cheveux ratée / J. Witek. - Seuil

La rentrée de seconde de Xavier s’annonce déjà mal : son meilleur ami, Martin, va dans un lycée professionnel. Pour Xavier, il n’y a rien de pire que d’être séparé de lui. Lorsque, le dernier jour des vacances, sa coiffure est entièrement massacrée, sa vie semble s’effondrer. Pour sûr, il va passer pour un ringard qu’il ne faut pas fréquenter. C’est donc désespéré que Xavier découvre le lycée. Le premier trimestre ne fait que commencer et les problèmes s’enchaînent. Martin rencontre un nouvel ami avec qui il semble s’entendre à la perfection tandis qu’Aurélie, la jolie voisine de cinéma dont Xavier est tombé amoureux, semble ne le considérer que comme un ami. Que pourrait-il bien y faire ?
Suite de Récit intégral (ou presque) de mon premier baiser, on peut tout de même lire ce livre indépendamment. A travers son journal intime, Xavier nous livre ses états d’âme. C’est avec facilité que l’on entre dans cette histoire légère et pleine d’humour.

coup de coeur Anka / G. Guéraud. - Rouergue. - (DoAdo noir)

On frappe à la porte... Marco, 14 ans, se voit annoncer par deux flics que sa mère est morte. Stupeur de l’ado. Jusqu’à ce que sa mère rentre. Début magistral, Marco comprendra ensuite, et nous avec, que cette Madame Fontan décédée est une jeune femme roumaine épousée par son père 10 ans plus tôt, lors d’un mariage blanc. Si toute la famille semble très vite passer à autre chose, Marco lui éprouve un vrai malaise. Qui était cette femme, quelle a été son histoire, peut-elle vraiment disparaître de la surface de la terre sans que quiconque s’en soucie ?
Le lecteur lui, en saura un peu plus que Marco, puisque l’histoire alterne récit et flash back de la vie d’Anka, rétrospectivement depuis sa mort jusqu’au mariage blanc.
Cette disparition fait écho à la période de l’adolescence. Que faire de sa vie…

coup de coeur Les aigles ne tuent pas les mouches / L. Baba. - Thierry Magnier

Zoé apprend le jour de ses 14 ans qu’elle est moche. Comment réagir devant un jugement aussi définitif, méchant, blessant ? En devenant elle-même méchante ? Efficacité très moyenne… En créant un club des moches peut-être ? Sans grande conviction ni projets, elle est cependant étonnée de voir que d’autres ados la rejoignent… Mais c’est en rencontrant Madame Simon, une vieille moche, qu’elle comprend que ce n’est pas en se "ghettoïsant" qu’elle arrivera à mieux se supporter. Être ensemble dans le monde et pas contre lui. Entre temps, elle aura aussi compris les dangers de laisser à d’autres - Sven- l’opinion que l’on a de soi. Danger de manipulation, d’humiliation.
Deuxième roman jeunesse de Luc Baba que l’on a plaisir à retrouver. Un style percutant, sans concessions qui décrit le mal être d’une ado en construction, amplifié par la cruauté dont sont capables les hommes (famille comprise). Constat lucide mais non désespéré.

coup de coeur Jack / A. M. Homes. - Actes Sud junior

Jack aura bientôt 16 ans, pourra conduire et il s’en réjouit ! Bientôt l’accession à la liberté, bientôt l’âge adulte... Mais c’est un tout autre chemin initiatique qui l’attend : son père lui annonce un jour qu’il est gay, qu’il vit avec un autre homme. Ses parents étaient divorcés, son père vivait avec un colocataire, c’était ça, l’histoire, et tout devait rester ainsi !!! Pour Jack, la pilule est dure à avaler. Le voilà étiqueté mini fiotte au lycée.
Comment reconstruire la réalité quand tout s’effondre ? S’envisager soi, découvrir l’autre sous un nouveau jour, à un âge où tout est déjà si compliqué... Tel est l’enjeu de ce roman sensible qui alterne situations drôles et graves, dans un style direct. La scénariste de The L Word a réussi son tout premier roman, écrit à l’âge de 19 ans, en 1989.

coup de coeur Coline, 17 ans, dans la rue / V. Lacroix. - T. Magnier

Coline claque un jour la porte de chez elle pour ne plus y revenir. Quelques affaires, son portable, son chien, Lyon sera désormais son toit. Besoin de distance pour faire le point. Réponses sommaires aux SMS des copines, pas de nouvelles de sa mère si peu présente auparavant (noyée dans l’alcoolisme depuis la mort du père) ; et son grand-père, doit-elle le contacter ? Coline ère, se cherche, s’affirme, traverse les mois avec détermination. Elle renoue peu à peu les contacts avec ses proches mais ne se sent pas encore prête à rentrer. La colère est épuisée, bientôt, elle pourra envisager un avenir, forte de toutes ses rencontres.

coup de coeur Nicholas Dane / M. Burgess. - Gallimard. - (Scripto)

Le héros éponyme a 15 ans, vient tout juste de perdre sa mère d’une overdose et n’a pas de famille qui pourrait le prendre en charge. Direction le foyer de jeunes délinquants, quant bien même il n’a rien d’un délinquant… Nous sommes à Manchester, en 1980, les conditions sont désastreuses et par la force des choses, Nick va devenir ce qu’on attend de lui, un délinquant !
Melvin Burgess se joue du lecteur qui imagine à chaque page que la situation peut s’améliorer. Pas de concessions, il nous emmène, nous et son personnage, très loin dans la violence que Nick va affronter : pédophilie, violence, trahison, manipulation… L’image de l’adulte y est désastreuse : inconscient, lâche, aveugle, égoïste… Aucun ne sera en mesure d’aider Nick. Seul le dernier chapitre voit la situation de Nick se dénouer, lorsqu’il sera adulte.

coup de coeur Mistral / A. Nanetti. - La Joie de lire. - (Encrage)

Mistral est né sur l’île occupée déjà par son grand-père, il en est « le Roi ». De l’enfance heureuse à l’adolescence inquiète on découvre son parcours et celui de sa famille, des pêcheurs et des habitants qui vivent en face sur le continent tout proche. L’île est un fabuleux lieu de découvertes et de jeux pour un gamin amoureux fou de la mer comme son père, jusqu’au jour où elle devient trop petite : le temps d’une escale Mistral a rencontré Chloé, petite fille riche qui parcourt le monde sur un superbe bateau. Elle repart, il l’attend, l’oublie, elle revient, repart… La rencontre qui bouleverse Mistral annonce aussi les changements auxquels sa famille et les habitants de ce coin perdu sont invités avec l’arrivée lente mais sûre des touristes…
Un beau roman qui tout en privilégiant le personnage principal -libre, orgueilleux- n’oublie pas le contexte dans lequel il évolue et qui pose sans en avoir l’air une question complexe : comment garder ses racines, son histoire, les savoirs transmis et acquis tout en s’ouvrant au monde ?

coup de coeur Je ne suis pas Eugénie Grandet / S. Cassim. - Ecole des loisirs. - (Médium)

A force de s’inquiéter pour sa sœur, artiste et costumière au théâtre, Alice craint de passer à côté de sa vie à elle. Lors d’une visite de l’exposition sur Eugénie Grandet vue par Louise Bourgeois, Alice se sent oppressée et réagit violemment, seule échappatoire pour vivre pour elle et ses désirs, enfin.
Entre une sœur passionnée et incontrôlable, une grand-mère revêche, un père lointain et une mère carrément absente, Alice fait partie d’une famille, malgré tout, très attachante où tous les personnages sonnent vrai. Un tourbillon agréable qui égratigne, parfois.
Autre lecture
Alice, comme toutes les héroïne de Shaïne Cassim, est une hypersensible. Et sa sœur, Anne-Louise, également excessive dans ses émotions, n’est pas des plus rassurantes. Elles visitent ensemble l’exposition Louise Bourgeois : Moi, Eugénie Grandet, qui plonge Alice dans le plus grand trouble. Que va-t-elle faire de sa vie ? Est-elle destinée à vivre dans l’ombre de grande sœur exubérante ?
Sa rencontre avec Alphonse l’aidera à se recentrer, tout autant que l’épreuve qui attend Max, petit ami d’Anne-Louise et metteur en scène qui voit son décor partir en fumée la veille d’une représentation. Dans la solidarité, ils se créent, trouvent leur univers, s’apaisent.

coup de coeur Un chien dans le ventre / H. Hagerup. - Les grandes personnes

Jonas est pour le moins difficile à cerner, à apprécier. Il agace son père, contrarie son prof, attise la moquerie de ses camarades, représente une incompréhension pour tous. Il faut dire que son histoire, livrée par bribes, est difficile : sa mère est en prison pour avoir tué un homme en état d’ivresse. Bientôt libérée, elle va forcément découvrir qu’il lui a menti durant toute sa détention : il n’est pas populaire, n’a pas de petite amie. Fini d’"enjoliver", la vérité toute crue doit sortir. Le chien dans le ventre représente toute la rage qui s’exprime de manière intempestive...
Un roman norvégien très étrange qui arrive à nous rendre sympathique ce personnage à la psychologie elliptique.

coup de coeur Tarja / J.-L. Sciarini. - La Joie de lire

Tarja a couché avec plus de 15 garçons et avec son professeur de français dont elle tombe enceinte. Pourtant Tarja n’a que 16 ans. C’est une adolescente fragile qui a vécu pas mal de choses difficiles, comme la mort de sa meilleure amie, des rumeurs qui lui font une sale réputation et l’isolent, et des parents trop souvent absents. Nous suivons Tarja tout au long de sa grossesse et nous partageons ses émotions de la dépression au suicide.
Roman fort et captivant sur l’adolescence, l’amour, l’amitié, le deuil et la solitude. Cultivée et sensible, Tarja nous émeut. Dans ce monde brutal où les adolescents ne se font pas de cadeau, on a envie de la protéger car son histoire est touchante. Très beau roman de Jean Noël Sciarini, bien construit, parfois cru mais toujours juste. Un très bon moment de lecture plus particulièrement destiné aux 15-18 ans.
Autre lecture
Tarja traîne une réputation de salope dans son lycée. Une réputation tenace et amplifiée depuis qu’elle semble avoir noué des liens avec son prof de lettres. Lorsqu’elle tombe enceinte, son sort est définitivement scellé. Mais la narratrice qu’elle est dans ce roman nous donne d’elle-même une toute autre vision : celle d’une jeune fille d’une grande tendresse, habitée par des rêves qui prennent une place importante dans sa vie. Pour faire la jonction entre la fragilité de Tarja et la violence de l’image qui lui est renvoyée par les autres, il y a Léon, l’ami solide, qui veut que Tarja retrouve l’estime d’elle-même et surtout qu’elle cesse de cacher, derrière une vie rêvée, le drame qui l’éloigne d’elle-même.
Comment une jeune fille blessée tente de faire face, de protéger à tout prix son enfant à venir, de trouver en elle les ressources pour avancer... Un texte fort qui joue beaucoup sur les symboles, la psychanalyse, la méditation. Coup de coeur de Charlotte et Julie

coup de coeur Le faire ou mourir / C.-L. Marguier. - Rouergue. - (DoAdo)

Damien est un écorché vif, avec une sensibilité exacerbée. Effrayé par son père à la discipline de fer, il subit, se tait, s’éteint. Mais lorsqu’il fait la connaissance de Samy, plus âgé que lui mais surtout plus sûr, plus en phase avec ses sentiments, il découvre une manière d’être qui le touche au plus haut point. Samy devient son ami, son guide et plus encore. Dès lors, il lui faut changer. Le faire ou mourir. Ce sont les 2 évolutions que l’auteur explore, celle de l’affirmation de soi, celle de l’impossibilité de se faire entendre et les drames qui en résultent. Si les personnages sont très touchants -Dam avec sa fragilité et ses douleurs, Samy avec sa douceur et sa sincérité- l’un manque un peu de contrepoint, l’autre de failles. Mais la sensibilité de l’auteur sauve ces manques de nuances et dépeint un monde de souffrance non dénué de solutions.
Autre lecture
Intelligent, sensible, bon élève, obéissant, craintif, Damien est depuis toujours l’objet des railleries familiales et la victime des bagarres à l’école. L’année de ses 16 ans, il tombe amoureux de Samuel, ce qui amplifie sa difficulté à vivre. Son mal-être est violent : anorexie, désespoir, mutilations. Quand ses parents découvrent son homosexualité l’auteur propose deux fins possibles à ce récit, déterminées par leurs réactions : le drame sanglant quand Damien comprend qu’il ne sera jamais accepté tel qu’il est, une perspective d’avenir quand l’amour des parents dépasse les préjugés.
C’est cette double fin qui finalement donne tout son sens à ce texte et qui montre à quel point l’adolescent et/ou l’enfant est sensible aux jugements portés, à l’amour reçu, aux conventions intégrées. La culpabilité de Damien montre aussi combien la question homosexuelle pose encore problème dans notre société.
Dommage ceci dit d’avoir pris le parti de faire de Damien un martyr presqu’en permanence. Néanmoins il fallait un certain culot pour choisir de traiter ce thème, l’écriture est précise, sans voyeurisme, un vrai sujet de société pour très grands ados.

coup de coeur Ce que j’aime c’est / M. Thomas. - Sarbacane. - (Mini-romans)

Laura a treize ans, un âge entre deux, plus une petite fille, pas tout à fait une jeune fille. Pour aider son père, un des derniers épiciers, elle fait des livraisons chez trois clients. La solitude est la réelle héroïne de ce roman, maladie de notre société, avec laquelle chacun doit vivre et survivre. Plusieurs facettes nous sont décrites ici. La vieillesse en la personne de Germaine Lepic, solitaire malgré elle, qui se raccroche au moindre contact humain pour se sentir encore vivante. La dépression qui fait le ménage autour de Théo, jeune homme de 24 ans, qui souffre de chagrin d’amour. La différence qui isole François Foret, handicapé et l’a rendu voyeur et lubrique. Et enfin Laura au milieu de tous qui se débat avec ses contradictions et qui ne peut trouver d’aide auprès de ses parents qui l’ont "lâchée".
Texte court et percutant d’une drôle de jeune fille qui s’affirme sous nos yeux.
PS : Marta Thomas est un pseudonyme de Martine Pouchain

coup de coeur Un papillon sauvage / J. Ecormier. - Océan. - (Ocean Fiction Ado)

A 93 ans, Miky fugue de la maison de retraite pour se rendre à la bibliothèque municipale où il a rendez-vous avec son enfance. Il se souvient plus particulièrement de l’été de ses 14 ans qu’il avait dû passer à la bibliothèque à résumer des livres sous la garde de l’affreuse Madame Foinsec pendant que ses copains « s’éclataient » à la piscine. Jusqu’au jour où il découvre un titre palpitant Les mines de Galforquin… Dans le même temps, il fait connaissance avec un « rat » de bibliothèque qui s’avèrera être un personnage de fort bon conseil.
Du suspense dans ce récit très accrocheur, riche en symboles divers et qui prend une tournure de conte initiatique. L’auteur utilise de superbes métaphores pour incarner les étapes de la vie, ce qui ajoute une touche de poésie à un très beau texte. Le héros est émouvant tant en adolescent crâneur et arrogant, (seule défense qu’il a trouvée pour assumer l’absence de son père) qu’en vieillard repenti mais toujours rebelle. Il est temps de savoir qui était ce père et l’on n’est pas déçu par la fin !
Un récit parfaitement construit et un vrai plaisir de lecture. Coup de coeur de Myriam

coup de coeur Bliss, métamorphose d’une fille ordinaire / S. Cross. - Milan. - (Macadam)

Bliss Cavendar a 16 ans et, à son grand désespoir, vit dans un coin perdu au fin fond des États-Unis. Elle subit l’amour de sa mère pour les concours de beauté (auxquels Bliss est toujours inscrite) et la lâcheté de son père face à sa mère ; elle supporte difficilement un lycée dans lequel tout le monde la prend pour une marginale. Mais un jour alors qu’elle est de sortie à la « ville », elle voit une affiche de roller derby, un sport féminin à mi-chemin entre le roller, la boxe, l’endurance et le sprint. Elle déjoue la surveillance de ses parents pour s’inscrire, et, avec force mensonges, parvient à s’y rendre chaque samedi avec la complicité de sa meilleure amie. A elle la grande vie : célébrité, petit copain, confiance, amies plus âgées ... Mais la grande vie reste la vie, et elle aura vite fait de déchanter, après un ou deux coups durs et le retour de ses parents dans l’histoire ...
Bliss est terriblement cynique, d’un cynisme ravageur. Mais derrière ce bouclier on découvre une jeune fille comme les autres, un poil plus rebelle et déjantée peut-être. On découvre dans ce roman la violence du roller derby, mais aussi la sensibilité et la solidarité des filles qui le pratiquent. Beaucoup d’humour d’un bout à l’autre dans ce roman d’émancipation.

coup de coeur Le petit Gus en grandes vacances / C. Desmarteau. - Albin Michel

Troisième tranche de vie du petit Gus très heureux de partir en vacances. Vacances familiales avec ses parents, frère et sœur, grands-parents, Monique sa chatte, Elliot son cousin complice et sa famille. De quoi passer d’excellents moments et nourrir quelques tensions… Gus nous raconte, avec ce même ton vif gentiment corrosif les moments forts de ces vacances en Bretagne (puis en Corse). Plans dragues pour les jeunes, pêches ratées pour le père et les cousins, bonnes bouffes et rencontres sympathiques -ou moins-, les vacances vues par Claudine Desmarteau, en texte et dessins hilarants sans concessions, donnent très envie !

coup de coeur Le garçon qui volait des avions / E. Fontenaille. - Rouergue. - (DoAdo)

Roman court avec des chapitres alternés qui font entendre les voix du personnage principal, Colton, sa mère, les voisins, Helen, flic et meilleure amie de sa mère lorsqu’elles étaient jeunes… Colt est en révolte contre les flics depuis l’âge de 8 ans, lorsqu’ils l’ont soupçonné d’avoir volé un vélo offert par sa mère. Sa vie n’avait jamais été facile, depuis ses 3 ans où son père avait tenté de l’étrangler mais cet épisode précipite le basculement de sa vie : il sera en fuite continuelle des foyers, puis vivra en “survivor” dans les bois pendant 2 ans, à multiplier les larcins et provocations. Il ira jusqu’à voler des Cesnas (petits avions), pour se sentir encore plus libre !
L’issue n’est pas romanesque mais l’histoire, véridique, est assez terrible : une revendication de liberté d’autant plus révoltée qu’elle a pris racine dans un drame de l’enfance.

coup de coeur La septième fille d’Adèle Kemp / J. Johnston. - Bayard. - (Millézime)

Juliette Kemp a treize ans, vit dans le Canada de l’après-guerre avec ses 5 sœurs et sa mère, Adèle. Elle possède une sorte de don : il lui arrive de voir des bribes d’avenir. Lors d’un séjour chez son cousin, ses deux vieilles tantes lui expliquent qu’un sortilège lui a offert le don de clairvoyance. Mais Juliette considère ce "don" comme une malédiction, et décide de s’en séparer. Puisque cette faculté particulière touche les septièmes filles de la famille Kemp (elle apprend au passage qu’elle a une sœur cachée, différente), qu’à cela ne tienne, elle sera un garçon ! Son entourage reste calme et décide de se plier à ses exigences jusqu’à ce que passe ce "moment difficile".
Saga familiale qui manie humour et cynisme, notamment chez Juliette, qui est aussi la narratrice. Chaque personnage porte sa différence, suscite des réactions variées, ressent des sentiments contradictoires envers les autres. Une réflexion sur l’identité, sur l’acceptation de ce qu’on l’on est, de ce qu’est autrui.

coup de coeur Comme des trains dans la nuit / A. Percin. - Rouergue. - (DoAdo)

4 nouvelles, 4 duo.
Marco et Ryan, deux ados, unissent leur ennui pour ce qui aurait pu être le meilleur…
Naïma et Tony se connaissent depuis tout petits mais durant cette nuit magique, l’amitié tranquille et confortable bascule…
Deux amants sont anéantis en apprenant la mort de Kurt Cobain. Mais ils découvrent aussi l’intemporalité de l’art, la puissance de la vie.
Enfin, des cousins qui ont grandi dans l’incompréhension et la méfiance découvrent, au printemps 68, qu’ils se sont trompé d’ennemi...
A travers ces quatre nouvelles et dans une écriture vivante, sensible et percutante, Anne Percin nous fait vivre 4 adolescences, périodes pleines d’aspirations qui trouvent ou non à se réaliser. Une auteure que l’on apprécie décidément beaucoup !

coup de coeur Des étoiles au plafond / J. Tydell. - Thierry Magnier

Jenna, 13 ans, suédoise, vit avec sa mère qui se meurt d’un cancer. Bien sûr c’est un terrible drame familial sauf qu’à cet âge là, on a surtout envie d’être comme les autres ! Jenna sera donc tiraillée entre son chagrin, la honte irrépressible de ce qu’est devenue sa mère à cause de la maladie et l’amour qu’elle lui porte. Elle a du mal également à se situer par rapport à ses camarades et là encore, comment se positionner : la sagesse de Suzanna, son amie de toujours, ou l’effronterie de Pénélope sa voisine ?
Superbe roman sur la complexité des rapports humains. Néanmoins l’auteur n’a pas joué la facilité du pathos et nous livre à l’inverse un bel hymne à l’amour, la vie... Un exemple de résilience.
Autre lecture
Jenna, jeune suédoise de 13 ans, vit seule avec sa mère, atteinte d’un cancer du sein depuis 8 ans. On découvre son quotidien d’adolescente qui grandit avec cette « chose », la peur qu’elle engendre, mais aussi la honte, et la honte d’avoir honte… Heureusement, il y a aussi les moments forts passés avec sa mère, les rigolades avec sa copine Suzanne, quand elles essaient les faux seins de sa mère ou qu’elles se moquent de « Pénélope-la-salope », une fille de leur classe qui habite dans le même immeuble que Jenna et qui a tous les garçons du lycée à ses pieds…
Peu à peu, un basculement va s’opérer : la progression de la maladie, et la naissance d’une amitié. Pénélope, qui vit aussi seule avec sa mère, alcoolique au dernier degré, va un jour aider la mère de Jenna qui a fait une chute en bas de l’immeuble ; à partir de ce jour, elle va se rapprocher de Jenna et « l’apprivoiser » : elles vont petit à petit s’influencer et s’épauler l’une l’autre dans les « épreuves » qu’elles traversent.
Une histoire triste et forte, toujours juste dans le ton, sur le deuil, le passage de l’enfance à l’adolescence. Coup de coeur de Myriam et Florence L.

coup de coeur Une semaine chez ma mère / G. Marciano. - Rouergue. - (Dacodac)

Une tranche de vie, "une semaine chez ma mère", d’une jeune fille, Bianca qui nous raconte la garde alternée, les SMS avec les copines, son frère en crise d’ado et sa petite sœur trop mignonne, la relation avec ses parents, sa mère surtout, les palpitations lorsqu’elle est auprès de Gabriel …
Un récit très bien senti pour les plus jeunes qui montre la légèreté de l’adolescence non dénuée d’un sens critique qui sait le sens de l’important.

coup de coeur Où vas-tu, Sunshine ? / S. Dowd. - Gallimard. - (Scripto)

Armée d’une perruque blonde trouvée dans les affaires de sa famille d’accueil, Holly se sent invincible. Sexy, sûre d’elle, elle n’est plus la petite Holly mais cette fille terrible, Sunshine, prête à aller au bout du monde ! C’est d’ailleurs plus ou moins ce qu’elle fait, en quittant son nouveau foyer pour rejoindre l’Irlande, le pays natal de sa mère. Mais la carapace se fissure au fil de son voyage, au fur et à mesure que les souvenirs remontent à la surface. Que va-t-elle réellement chercher en Irlande ?
Tout à tour Holly / Sunshine, l’héroïne nous embarque dans son histoire tortueuse. De mensonges en bribes de vérités, on reconstitue avec elle sa difficile histoire jusqu’à la libération apportée par cette vérité révélée à elle-même.

coup de coeur L’ heure des chats / M. Gallot. - Syros. - (Tempo)

Elise est à l’heure où il faut quitter l’enfance mais elle n’en a pas l’envie. Bientôt l’entrée en 6° pourtant. Son ami de toujours, Basile, a lui choisi son camp et la délaisse pour Benji. Elise fait la connaissance d’Angèle, une vieille femme qui suscite les commérages et inspire la peur. Avec elle, elle s’occupe d’un chaton et apprend à la connaître. Elle découvre les complexités de la vie et murit…
Un roman abordable dès 8-9 ans, très juste.

coup de coeur L’ été où je suis devenue jolie / J. Han. - Albin Michel. - (Wiz)

Belly n’en revient pas : cet été, les garçons ne la regarde plus comme une petite fille mais avec une lueur de convoitise dans l’œil. Même Conrad et Jeremiah, avec qui elle a grandi et qu’elle considère comme des frères. Tout du moins, avant, parce que Conrad fait dorénavant partie de la catégorie "convoité". Tout à ces transformations, elle ne porte guère d’attention à ce qui se passe autour d’elle. Elle voit bien que Susannah, qui est comme une seconde mère pour elle, est plus fatiguée que d’habitude, mais l’amour… Car entre temps, elle a rencontré Cam...
Ce roman a le charme de l’été : le soleil, la plage, les jeux insouciants. On s’attache aux personnages si complices dont la nature des relations évoluent, quittant le confort de l’enfance pour un avenir plus incertain et plus grave.

coup de coeur Imprégnation / D. Almond. - Gallimard. - (Scripto)

C’est l’été, les vacances, au nord de l’Angleterre. Liam vit dans une grande liberté, son père est écrivain, sa mère peintre et photographe et cet été-là il grandit. Non qu’il en ait particulièrement envie, les jeux d’enfants sont tellement confortables ; mais plusieurs événements viennent perturber cette vie d’enfant heureux : l’ami Max s’éloigne peu à peu, la télé déverse chaque jour des images de la guerre en Irak, Natrass le dur du coin invente de plus en plus souvent des jeux violents et morbides... Puis un jour, Max et Liam découvrent un bébé abandonné …
Le roman montre le jeu des forces mystérieuses et complexes auxquelles est soumis l’adolescent et avec lesquelles il se construit : d’un côté une réalité plutôt heureuse, prometteuse avec ce bébé plein de vie auquel Liam s’attache. D’un autre, l’attrait pour Nattras, personnage trouble, malsain qui ne voit dans le monde que guerres et meurtres. Et puis il y a Crystal et Oliver, dont Liam fait la connaissance ; deux enfants qui ont beaucoup souffert, particulièrement Oliver qui a, dit-il, échappé aux massacres au Liberia...
C’est un roman initiatique qui plonge en eaux troubles et montre l’interaction complexe entre réel et fiction, vie et mort. Les frontières entre ce qu’il est convenu d’appeler le bien et le mal deviennent de plus en plus floues au fur et à mesure que Liam aiguise sa perception de la réalité.

coup de coeur Zélia change de look / D. Souton et D. Yaddaden. - Ecole des loisirs. - (Médium)

"Zélia a des facilités." Très bonne en classe, bien élevée, rien qui dépasse. Et c’est bien ça le problème, Zélia n’en peut plus d’être “normale”. Elle aimerait bien aussi que Souleymane la remarque... Si elle tentait d’être “gothique” ? Et si elle voyait ce que ça donne de faire partie des “pouffes” ? Sûr, ça la change des “classiques”. Encore qu’à y regarder de plus près, derrière les différences de langage et de costume, tout ce petit monde se ressemble étrangement et partage le fait de vouloir trouver sa place, son identité.
Une plongée pleine d’humour et de dérision dans le monde adolescent et ses codes.

coup de coeur La plus belle fille du monde / A. Desarthe. - Ecole des loisirs. - (Médium)

Sandra voit son monde chamboulé par l’arrivée de Liouba, “la plus belle fille du monde”. Ses repères vacillent et donnent lieu à de nombreuses interrogations sur l’enfance, l’amitié, le passage à l’âge adulte, le rapport des adultes aux enfants... Son cerveau est en ébullition, elle en profite pour se lancer dans l’écriture d’un roman, avec toutes les interrogations que cela ajoute à ses errances intellectuelles.
Cette jeune Sandra est bien sympathique, drôle parfois et l’on aime partager avec elle ses pensées et évolution vers une version améliorée d’elle-même.
Présentation en mode abécédaire :
A : Allison, une des trois meilleures amies de Sandra, narratrice et héroïne de l’histoire.
B : Belle, très belle, la nouvelle de la classe !
C : Complicité entre la narratrice et ses 3 amies.
D : Divorcés, statut social de ses parents.
E : Etienne, l’ami de la narratrice.
F : Fleur, une autre amie qui compose la bande.
G : Grandir, un sujet souvent abordé dans ce livre.
H : Horrible, le moment où elle est délaissé par ses amies.
I : Identités remarquables, qui vont curieusement réconcilier les amies.
J : Jalousie qu’elle ressent envers la nouvelle.
K : Kleptomanie, la nouvelle n’est pas si parfaite, elle vole !
L : Liouba, “la plus belle fille du monde” qui les perturbe tellement...
M : Mère, celle de la narratrice a une place importante dans sa vie.
N : la Narratrice tellement peu sûre d’elle...
O : Onomatopées, c’est tout ce qu’on peut obtenir du père
P : Ce père qui a quitté mère et fille et qu’elle va devoir retrouvé 10 ans après son départ.
Q : Quatorze ans, son âge.
R : Raisonnements compliqués et incessants de la narratrice.
S : Soupirs, lorsqu’elle ne trouve pas de réponse...
T : Touchante cette héroïne !
U : Une Union, ça ne se brise pas si facilement.
V : Pour défier sa mère, solution étonnante : faire la vaisselle.
W : WC, refuge lorsqu’elle est malade en cours.
X : Xiphophore : seul mot sans rapport avec le livre ;-)
Y : Yeux qui pleurent ou rient, c’est normal, c’est l’adolescence.
Z : Zizanie semée par la nouvelle.

coup de coeur Le journal d’Aurore, Tome 3 : Rien ne va plus / M. Desplechin. - Ecole des loisirs. - (Médium)


- A comme Aurore, l’héroïne du livre, qui tient son journal pour la 3ème année, où, après ses deux troisièmes, nous la retrouvons au lycée en seconde.
- B comme Blanche neige, le nom du groupe dans lequel elle chante (hurle ?) avec 5 acolytes.
- C comme Couette, le nom du remplaçant de la prof de français (inutile d’en rajouter, c’est pour décourager les surnoms…), un remplaçant bourré d’ambition puisqu’il leur a donné un livre à lire…
- D comme David, membre du groupe dont Aurore va tomber amoureuse.
- E comme écrire, le passe-temps des no-life…
- F comme fiche de lecture qu’Aurore doit faire sur la Princesse de Clèves, puis Roméo et Juliette et Tristan et Yseut pour M. Couette.
- G comme Germinal, premier livre à lire par la prof de retour, pour lequel elle préfère parler d’Algernon (Germinal - Algernon, il y a quand même une ressemblance incroyable, n’importe qui pourrait confondre ! Après tout, une fiche de lecture est une fiche de lecture...)
- H comme histoire-géo, les deux matières qu’elle déteste le plus (et qui lui vaudront une exclusion) / ou comme humeur, qui s’adoucit quelque peu dans ce troisième tome
- I comme impossible : comme le caractère d’Aurore !
- J comme Journal intime : le dernier, puisqu’Aurore décide d’abandonner ce journal nostalgique et de se précipiter en chantant vers des lendemains radieux…
- K comme Keyes, auteur de Des fleurs pour Algernon, livre qui a marqué Aurore : l’histoire d’un type complètement à la ramasse mais pas trop malheureux, et qui devient très intelligent et très malheureux…
- L comme littéraire : « Pour l’année prochaine, si je ne redouble pas, ça m’étonnerait qu’on me laisse aller en littéraire. J’ai des choses à dire, mais elles collent rarement à ce qui plaît en cours de français. Tout ce que j’ai à dire est tragiquement hors-sujet. De toute façon je préfère aller chez les scientifiques. Algernon, à mon avis est plus un livre scientifique que littéraire »
- M comme mariage : celui de Jessica (sa grande sœur) et Vladouch où Aurore sera demoiselle d’honneur
- N comme noël, ruiné par l’arrivée du bébé de Jessica (« tout le monde a ouvert ses cadeaux en pensant à autre chose. J’aurais pu leur acheter à tous des cartes postales de la tour Eiffel…)
- O comme opération télé pour Blanche neige
- P comme passage en première : « vu ton heureux caractère, ça m’étonnerait qu’ils te renvoient pourrir une autre classe de seconde »
- R comme Rosette, la filleule d’Aurore, le plus intelligent des bébés, le seul membre de la famille à trouver grâce à ses yeux…
- S comme scientifique : les matières préférés d’Aurore, surtout les maths, pourvu qu’il n’y ait pas de français en 1ère S...
- T comme Tom, le batteur de Blanche-neige, l’auteur des textes avant qu’Aurore s’y mette.
-  V comme vomir : sur les chaussures de Tom au nouvel an et avant chaque entrée en scène.
- Z comme zéro : la note obtenue à la fiche de lecture sur Germinal-Algernon (« Vous êtes invités ici à lire des œuvres d’une réelle qualité littéraire et non des ouvrages mineurs d’un intérêt médiocre tant pour votre connaissance de la littérature française que pour l’éducation de votre goût » ce qui, traduit par Aurore, donne : Algernon est un bouquin étranger pour les imbécile et je n’ai aucun goût)

coup de coeur Ce que j’étais / M. Rosoff. - Hachette. - (Black Moon)

Quel talent a Meg Rosoff pour créer des ambiances hors du monde, pour nous y happer avec la dextérité d’une magicienne ! Dans ce troisième roman, nous sommes en 1962 dans un pensionnat austère anglais, en compagnie d’un jeune de 16 ans fort peu enclin aux études et à la camaraderie de pensionnat. Au moins celui-ci a-t-il l’avantage d’être en bord de mer. Dans une cabane isolée sur la plage, il fait la rencontre d’un garçon de son âge, Finn, orphelin et totalement autonome. Liberté, aventure, mystère, il n’en faut pas davantage à Hilary (vous lui ferez plaisir de ne pas rire de l’ambiguïté lié à son prénom) pour le considérer comme un ami idéal, un moi fantasmé. Il multiplie les ruses pour passer du temps avec lui et a enfin l’occasion de vivre réellement de grandes aventures. Il se sent totalement admiratif et dépendant de son camarade, peu loquace, jusqu’à ce que celui-ci tombe sérieusement malade. Que faire, comment le soigner tout en protégeant ses arrières ? La situation s’emballe, sous bien des aspects.
Hilary a cent ans lorsqu’il raconte cette histoire qui transforma sa vie à jamais. Une histoire inoubliable, troublante, hors du temps et au-delà des conventions. Une lecture envoutante dont l’issue surprendra et déroutera plus d’un.

coup de coeur Quand mon frère reviendra / I. Collombat. - Rouergue. - (DoAdo)

Les 6 mois d’angoisse sont terminés. Philippe est revenu. Sauf que maintenant, il faut comprendre. Comprendre pourquoi il est parti, pourquoi il n’est pas revenu de son plein gré, pourquoi il veut repartir, préférant la galère de la rue à une vie familiale confortable, pourquoi il ne semble pas comprendre le mal qu’il a fait à sa sœur Lia et à ses parents. "Je veux être libre" a-t-il dit en partant. La belle affaire ! Qui l’empêchait de faire ce qu’il voulait à la maison ? Philippe tente d’expliquer à sa sœur en colère les raisons de sa fuite : l’absence de communication dans la famille, la société de consommation, le formatage, l’absence de perspective… Dans son sillon, Lia s’interroge. A sa manière, elle définit son identité, sa liberté.
Un roman en trois partie déstructurées chronologiquement pour mieux exprimer l’abime creusée par l’absence de Philippe. Son retour n’est qu’une étape dans la lente reconstruction de chacun, confronté aux malaises tus jusqu’alors.

coup de coeur N’importe où hors de ce monde / A. Percin. - Oskar

Errements, flottements, sentiment du chute... Diane ne sait pas trop où elle en est. Elle devine qu’elle pourrait être autre, mais qui ? Et comment le faire émerger ? Cet autre prend forme lorsqu’elle découvre un poème de Francis Ponge, A chat perché.
Chaque lecteur ayant douté un jour, s’étant senti étranger au monde, se reconnaitra dans cette héroïne si fragile, si touchante dans sa détermination à trouver sa place.

coup de coeur Le petit Gus / C. Desmarteau. - Panama

Hommage annoncé au Petit Nicolas et Claudine Desmarteau ne nous décevra pas : la verve de ce petit Gus est au moins aussi truculente que celle du héros de notre enfance. Gustave -qui s’appellera Brad lorsqu’il sera une star - vit avec son époque et a toujours un commentaire à faire sur, en vrac : la télévision, les looks vestimentaires, le réchauffement de la planète et autres désastres écologiques, la surconsommation... Mais il est aussi très préoccupé par sa vie familiale : son grand frère pas très accro aux études, sa grand sœur qui écoute Nirvana en boucle, les parents, forcément, et surtout surtout Monica, sa chatte et tous ses chatons dont il va falloir s’occuper...
Petits et grands soucis de la vie... l’éclat de rire n’est jamais loin, au détour d’une remarque bien sentie de Gus -qui derrière la naïveté de l’enfance est décidément bien perspicace- ou d’une illustration corrosive de l’auteur.

coup de coeur Une fille comme ça / S. Zarr. - T. Magnier

La vie ressemble quelques fois à une vaste marre de mélasse noire d’où il paraît impossible de s’extraire. Deanna ne voit d’autres horizons que sa petite ville de Pacifica où elle est considérée, depuis des années et suite à un concours de circonstances foireuses, comme une fille facile. Même son père a perdu tout respect pour elle et l’ignorance qu’il lui manifeste lui devient insupportable. Mais Deanna a sa version des faits et un jour, il lui paraît important, voire urgent, de la donner et de se libérer de sa culpabilité. En s’expliquant, en s’affirmant, elle entrevoit que l’avenir - le sien et celui de sa famille - pourrait bien proposer autre chose qu’un bloc d’échecs et de rancœurs...

coup de coeur Echancrure / M. Le Bourhis. - Seuil. - (Karactère(s)

Un roman à 2 voix : Thomas est en LP, en rupture scolaire. Il adore les beaux livres (ceux de la Pléiade en particulier), les toucher, les sentir. Les voler aussi… Micheline elle aussi aiment les livres. Ils se rencontrent dans une librairie, une rencontre étrange et improbable... Lorsque la vie paraît toute tracée, perdue d’avance, des rencontres peuvent tout faire basculer. Ou non…
Tranche de vie d’une adolescence qui sonne assez juste.

coup de coeur Secrets de Pêches / J. L. Anderson. - Albin Michel. - (Wiz)

Septembre s’installe dans le verger de Bridgewater. Nous retrouvons avec plaisir les héroïnes de J.L Anderson : Murphy, Leeda et Birdie. Après la torpeur de l’été de Peau de pêche l’auteur nous fait vivre la douceur de l’automne, saison qui annonce une fin nécessaire pour une meilleure renaissance. Chacune des trois adolescentes devra faire des sacrifices et s’affirmer pour aller de l’avant. Murphy est partagée entre son désir de partir à New York, ce dont elle rêve depuis toujours, et rester avec Rex le seul garçon qui la voit telle qu’elle est réellement. Leeda devra renoncer à l’amour qu’elle réclame depuis toujours à sa mère et Birdie au monde de l’enfance, tout simplement, dans lequel elle se complaisait jusqu’à présent. Leur amitié bien que mise à l’épreuve résistera aux assauts des turbulences intérieures de ces presque jeunes femmes.
Tous les personnages de ce roman sont attachants et rendent le lecteur un peu mélancolique. C’est sans doute dû au talent de l’auteur qui sait mettre une véritable chaleur humaine dans son écriture. La magie opère ; on quitte ce livre avec un sourire sur les lèvres et un petit pincement au cœur. On ne peut s’empêcher de se promettre de revenir faire une visite à ce verger Géorgien.

coup de coeur Qui es-tu Alaska ? / J. Green. - Gallimard. - (Scripto)

L’adolescence, l’âge de tous les possibles… Miles se donne les moyens pour entériner cet axiome : il quitte sa famille pour le pensionnat, où il entend bien vivre de grandes expériences, vivre, enfin ! Il rencontre là-bas le Colonel et la belle et imprévisible Alaska, qui lui font découvrir le sens de l’amitié et de l’amour. Ce qu’il vit est fort, enivrant, va vite, trop vite.
Le lecteur sait qu’il va se produire un événement important : les titres des chapitres forment un compte à rebours, jusqu’au nœud central du roman... La vie impose ses revers et avec eux les questions existentielles. A chacun, comme il le peut, d’y apporter ses réponses, de trouver sa sortie du labyrinthe...
Autre lecture
Miles Halter, 16 ans, a une existence assez terne. Peu populaire et proche de ses parents, il se fascine pour les dernières paroles des gens célèbres. A la recherche du "grand peut-être", il décide de pimenter sa vie en devenant pensionnaire de Culver Creek, un lycée réputé d’Alabama. Miles y trouvera la vraie amitié auprès du Colonel, son camarade de chambre et de Takumi mais aussi les premiers émois amoureux avec Alaska, une mystérieuse étudiante qui le fascine et joue au chat et à la souris avec lui. Mais un drame frappera le groupe et bouleversera les esprits. Entre culpabilité, rancune et besoin de comprendre, Miles et le Colonel vont tenter de comprendre les raisons de ce drame...
Qui es-tu Alaska est le premier roman de John Green. L’histoire est accrocheuse, traite de la recherche de soi, de l’amitié, la sexualité mais aussi du deuil chez les adolescents.

Autre lecture : Miles Halter a seize ans et n’a pas l’impression d’avoir vécu. Assoiffé d’expériences, il décide de quitter sa famille pour partir loin, en Alabama au pensionnat de Culver Creek. Ce sera le lieu de tous les possibles. C’est là aussi, qu’il rencontre Alaska Young, drôle, intelligente .... Qui es-tu Alaska ? est LE roman de l’adolescence : les amitiés fortes, l’amour, et la quête de sens. ce livre fait rire et fondre en larmes l’instant d’après ...Génial, Emouvant ! Alice (Atelier 1,2,3...Ecrivez ! du collège Victor Hugo)

coup de coeur Grand-mère Tout Doucement / A. Yzac. - Alice

Il est des passages difficiles...
Celui de l’enfance à l’adolescence : Gloria doit s’acclimater à la pimbêche qu’elle sent poindre en elle.
Celui de l’état de personne consciente, en possession de tous ses moyens, à celui d’être fragilisé qui perd ses mots, ses repères, son identité...
Gloria est très attachée à sa grand-mère et refuse de perdre le lien qui les unit même si ce lien demande à être redéfini, ajusté sans cesse pour suivre les errances de cette Grand-mère Tout Doucement qui ne reconnaît plus les siens.
Une belle histoire, comme un passage entre deux rives, entre souvenirs et présent incertain, mais toujours guidée par un amour vrai et d’une maturité que force la maladie.

coup de coeur Toujours fâchée : le journal d’Aurore 2 / M. Desplechin. - Ecole des loisirs. - (Médium)

Après Jamais contente : le journal d’Aurore, on retrouve le quotidien de l’héroïne. Cette année, elle est expédiée chez ses "ancêtres" pour cause d’entente difficile avec ses parents et ses sœurs. Toujours aussi excessive et péremptoire dans ses jugements, elle fait pourtant preuve d’une absence de confiance en elle qui ne vire jamais au drame tant elle use d’ironie et de mauvaise foi conjuguées.
Petit à petit, les choses changent... Sa prof de math s’est mise en tête de l’aider, cette dingue, et n’hésite pas à la remettre en place tout en l’encourageant. Ses grands-parents savent être à la bonne distance, toujours à l’écoute et fermes néanmoins. Et sa famille se ferait presque moins agaçante...
Pas de stéréotypes, pas d’intrigue attendue, une justesse de ton de la part de l’auteur qui a bien saisi les contradictions de l’adolescence et qui les restitue avec son humour et sa sensibilité habituels.

coup de coeur Les anges n’ont pas de sexe / D. Sampiero. - La Martinière. - (Confessions)

Jean-Pierre se souvient de son enfance dans le Nord, dans un milieu modeste, entre deux frères qui sont pour lui des étrangers et un grand-père jardinier et communiste. C’est un solitaire, attiré par la nature et les livres, jusqu’à la rencontre en fin de Primaire avec Riri qui devient son ami. Mais à l’adolescence, leurs attitudes diamétralement opposées par rapport aux filles (tandis que le narrateur les séduit toutes sans s’attacher à aucune, Riri est amoureux « en secret » de Marie-France) vont mettre à mal ce lien. En voulant aider son ami, Jean-Pierre ne fera que précipiter le drame... Une amitié d’enfance, racontée avec pudeur et émotion.

coup de coeur Jamais contente : le journal d’Aurore / M. Desplechin. - Ecole des loisirs. - (Médium)

Aurore est une ado typique. Des sentences définitives, des propos excessifs, une volonté de choquer l’adulte. Un tempérement qui suscite agacement et attachement pouvant déboucher sur un fou rire. Bref, on lit avec beaucoup de plaisir le journal intime de cette jeune fille au quotidien plutôt banal, rendu cocasse grâce à la personnalité de la narratrice, entre Georgia Nicolson et Bridget Jones.
Sympathique roman que les ados savourent tant certaines s’y reconnaissent.

coup de coeur Espoir de star / I. Chaillou. - Rageot. - (Métis)

Deux thèmes sont traités dans ce roman : l’incarcération (ce qu’on vit en prison et comment on le vit) et la télé réalité du genre "Star academy" avec le comportement extrême qu’elle peut engendrer chez les jeunes.
Le livre fonctionne en alternance : les lettres que Mary écrit à sa meilleure amie depuis la prison, grâce au concours d’un jeune intervenant en atelier d’écriture / les témoignages des gens qui l’entourent sur ce qui s’est passé et comment ils ressentent cette adolescente mal dans sa peau.

coup de coeur Avez-vous vu Zachary Beaver / K. Willis Holt. - Gallimard. - (Scripto)

Nous sommes au Texas en 1971 pendant la guerre du Vietnam. Arrive dans la ville de Toby et Cal deux adolescents de 13 ans, Zachary Beaver, un garçon de leur âge présenté comme l’attraction du moment car il pèse 291 kilos. Pour les 2 jeunes garçons, commence alors une histoire autour de l’image de l’autre, le respect, l’amitié, le chagrin, la découverte de soi.
Un livre tout en finesse avec des images très poétiques qui nous laisse un sentiment de regret de l’avoir déjà fini tandis qu’on envie ceux qui ne l’ont pas encore commencé. Coup de coeur de Myriam

coup de coeur Peau de pêche / J. L. Anderson. - Albin Michel. - (Wiz)

A l’Est des Etats-Unis, dans les immenses vergers de Georgie, trois jeunes filles d’origines très différentes se retrouvent aux côtés des travailleurs saisonniers venus du Sud.
Murphy purge une peine que lui a valu un délit d’adolescente, Leeda en conflit avec sa famille vient passer des vacances dans l’exploitation de son oncle et Birdie est la fille de l’exploitant. Trois filles, trois caractères opposés et un point commun douloureux : un grave problème relationnel avec la mère.
Les personnages sont très attachants. Le récit se savoure comme un fruit bien mûr imprégné des parfums de saisons, de nature et du travail manuel. Coup de coeur de Myriam

coup de coeur La tête à l’envers / A. Fine. - Ecole des loisirs. - (Médium)

Stol n’est pas un garçon comme les autres. Extravagant de prime abord, son profond désespoir l’amène à profiter de la vie au delà du raisonnable. On a même l’impression qu’il se met en danger pour pouvoir encore mieux apprécier la vie. Mais pas SA vie. Une de ses malheureuses expériences l’amène sur un lit d’hôpital, dans le coma. Ian, son meilleur ami, va alors entreprendre un travail de sauvetage. Il écrit l’autobiographie de Stol. Il va mettre à jour la défaillance des parents de Stol ; un père trop occupé et une mère fantasque. Mais Ian va également lui montrer l’amour que ses parents et lui-même lui portent. De quoi ramener peu à peu l’adolescent à la vie...
Ce livre reprend les thèmes chers à Anne Fine : l’amitié, l’adolescence, la parentalité mais chaque lecteur peut en trouver d’autres selon sa propre sensibilité. Une fois de plus Anne Fine traite avec un mélange de légèreté et d’humour un sujet grave sans pour autant tomber dans la caricature et le grotesque. Coup de coeur de Florence L.

coup de coeur Dans la rue du bonheur, perdue / R. Hausfater. - La Martinière. - (Confessions)

Confessions d’une adolescente paumée, frustrée, déprimée, qui regrette la douceur et la sécurité de l’enfance, son "trésor perdu". Elle exprime son profond mal-être, ses rapports difficiles avec elle-même (transformation de son corps, appréhension de devenir femme) et ses proches qu’elle considère aujourd’hui comme des étrangers.
Elle clame à chaque instant son désir intense de liberté, d’autonomie et d’amour mais n’est pas encore prête pour réaliser le passage dans le monde des adultes qui la fascine très fort.
La lecture de ce livre peut aider les adolescents à surmonter leur malaise existentiel, à sortir de leur solitude et à envisager cette période comme difficile mais pas insurmontable.

coup de coeur Rien qu’un enfant / O. Ka. - Grasset. - (Lampe de poche)

Mael, 15 ans, étouffe. Sa vie ne lui convient pas du tout : des journées monotones et inintéressantes au collège, des soirées oppressantes au milieu des tensions entre les parents, un frère dont il ne faut espérer aucune complicité. Un jour, la vie répond enfin à ses aspirations, en la personne de Marine, 22 ans. Elle est spontanée, joyeuse et n’a pas peur de vivre. Ainsi, malgré la différence d’âge, malgré les réticences des parents de Mael, ils rejettent toutes les conventions. Dès ses 16 ans, Mael arrête le collège et trouve un travail. Et très vite, ils décident d’avoir un enfant... Des personnages très attachants pour une histoire singulière qui explore un chemin vers l’âge adulte.

Et aussi... :


coup de coeur Miilie Plume, tome 2 : Une nouvelle vie pour Millie Plume / J. Wilson. - Gallimard. - (Folio Junior), 2014

A l’époque victorienne, une jeune fille qui vit à l’hôpital des Enfants Trouvés, Millie Plume, écrit et rêve un jour de publier ses mémoires. Pour ses 14 ans, une nouvelle vie commence pour elle : elle obtient une place de servante auprès d’un homme respectable qui est écrivain. Avec son caractère franc et spontané, elle découvre la vraie vie et ses injustices.

Lecture agréable et légère, émouvante parfois dans les situations les plus graves. Le lecteur s’attache à l’héroïne qui est une « battante ». Avec son caractère flamboyant et son tempérament de feu, nous la suivons dans ses aventures rocambolesques. Anne-Marie Jeannot

A partir de 9 ans

coup de coeur Ecritures jeunesse 1 , Représenter la jeunesse pour elle-même / Sous la direction de C. Chelebourg. - Lettres modernes minard

Avant-propos

Il est un thème qui peut servir de repère à un premier balisage de la littérature et des films de jeunesse, c’est la représentation de cette même jeunesse. Depuis le XVIIIe siècle, au moins, un livre pour la jeunesse est très volontiers un livre qui met en scène des enfants ou de jeunes personnages’. Les autres médias, en ce domaine, ont très largement repris le procédé. Les productions pour la jeunesse reposent majoritairement sur une logique projective qui tend à faire vivre leur public par procuration ; de là leur succès dans le domaine de l’évasion, de l’aventure ou des tendres idylles, aussi bien que leurs usages compassionnels ou exemplaires chers aux pédagogues et aux moralistes de tout poil. Représenter la jeunesse pour elle-même, telle est l’une des principales fonctions assignées à ce corpus. Les études qui suivent en analysent les principes, les contraintes et les résultantes autour des trois questions nodales du sexe et de la sexualité, de l’âge et de l’accès à la maturité, des valeurs et de leur mise en oeuvre, trois problématiques à forte potentialité projective, et comme telles puissamment impliquées dans la poétique des productions à destination de la jeunesse.
Christian CHELEBOURG

TABLE

Présentation de la Série "Écritures jeunesse", par Christian CHELEBOURG.
REPRÉSENTER LA JEUNESSE POUR ELLE-MÊME
Avant-propos, par Christian CHELEBOURG
I. SEXE(S)
1. Être ou ne pas être une fille en littérature de jeunesse - survie des stéréotypes et nouvelles explorations, par Danièle HENKY.
2. Du livre au film : la part du frère dans Tout contre Léo de Christophe Honoré, par Marc ARINO.
3. La Littérature de jeunesse québécoise et l’hyper¬sexualisation des adolescents, par Daniel CHOUINARD.
II. ÂGE(S)
4. L’Adolescence en danger - le monde selon Joe Dante, par Danièle ANDRÉ.
5. Le Cyberpunk latino-américain : critiques de la puérilité, par Juan Ignacio Munoz Zapata.
6. « Devenir celle que tu dois être » - héroïsme et destin dans les romans d’Érik L’Homme, par Katia ARGAND.
7. Apocalypse, sceau de l’enfer, pop-corn et scoubidou - l’étrange jeunesse de Buffy, la tueuse de vampires, par Isabelle-Rachel Casta.
III. VALEUR(S)
8. Le Prince Éric de Serge Dalens : jeune fauve ou enfant roi ?, par Laurent DÉOM.
9. L’Enfance en guerre dans « Les Livres Roses de la Guerre », 1914-1918, par Laurence OLIVIER-MESSONNIER.
10. « Tu m’as menti ! Mais moi aussi ! » - poétique du mensonge dans la littérature de jeunesse contemporaine, par Christian CHELESOURG.
IV. CARNET CRITIQUE, par Christian CHELESOURG.

<<< Retour à la page précédente

© Association Croqu'Livre - Centre régional de ressources en littérature jeunesse