couv

(Ne prend pas en compte les mots de moins de quatre lettres)

Croqu’livre

L’Association
> Le CRRLJ
Nouveautés
Sélections annuelles
Sélections thématiques
Formations
Groupes lecture
Temps forts
Contact
Quoi de neuf

Le livre jeunesse en Franche-Comté

Auteurs-illustrateurs
Conteurs
Associations
Editeurs
Salons et évènements
Prix et concours
Spectacles

...et au-delà

Actualités
Spectacles
Expositions
Liens

Dernière mise à jour :
dimanche 25 septembre 2016

Mot Clé : Amour




Album(s) :


coup de coeur Tandem / Séverine vidal ; Irène Bonacina. - La Joie de Lire, 2015

Une rencontre, une histoire d’amitié et d’amour, sur fond d’illustrations monochromes : des contours noirs et quelques touches de jaune, de-ci de-là. Une couleur chaude comme le soleil d’été, chaleureuse comme l’amitié. Des mots simples, juste et poétiques.

Lire l’article : Histoiresetgourmanlises

A partir de 4 ans

coup de coeur La Belle et la Bête / Madame Leprince de Beaumont ; David Sala. - Casterman, 2014

"Il y avait une fois un marchand, qui était extrêmement riche. Ses filles étaient très belles ; mais la cadette surtout se faisait admirer et on ne l’appelait, quand elle était petite, que la belle enfant"... la plus belle et la plus douce, qui pour sauver son père accepte le sacrifice de vivre auprès de la Bête, pour un jour s’apercevoir qu’au-delà des apparences monstrueuses se cache une tout autre réalité...
La version de Mme Leprince de Beaumont est la plus fameuse. David Sala l’a choisie avec le projet de s’éloigner totalement de toute illustration connue de ce conte. Sous ses pinceaux jaillit un univers onirique, puissant. En filigrane, l’influence de Gustave Klimt, dépassée par un souffle de modernité graphique et intense.

Illustrateur majeur, David Sala excelle ici dans la représentation de l’imaginaire enfantin mais aussi collectif, car cet album entre en résonance avec l’intériorité de chacun, jeune ou moins jeune. Un chef d’oeuvre. Ewa Bochenski

A partir de 7 ans

coup de coeur L’oiseau de feu / Charlotte Gastaut. – Amaterra, 2014

Charlotte Gastaut aime les récits merveilleux qui ont bercé son enfance. Dans L’oiseau de feu, tout est réuni pour nourrir son imaginaire et sa créativité si belle : un héros (le prince Ivan), une poursuite (un oiseau de feu à capturer), un objet magique (une plume d’or), le mal à combattre (Kashkeï le terrible), l’amour à sauver (une princesse prisonnière) ! Elle nous donne la quintessence de son regard posé sur ce conte issu du folklore populaire russe, indissociable de l’œuvre de Stravinsky et cisèle, en une dentelle superbe, des pages au format 33x29cm. Quelques phrases courtes suggèrent l’histoire et laissent toute la place à des illustrations polychromes stylisées et élégantes, magnifiées par l’or. Charlotte Gastaut fait surgir l’âme russe. C’est somptueux ! Claire Py

Pour découvrir l’univers de Charlotte Gastaut, quelques albums très différents représentés sur le site de Croqu’livre :
Les cygnes sauvages, Père Castor, 2014
L’Odalisque et l’éléphant, Hachette, 2014
Les petits cireurs de chaussures, 2011 album/CD chez Gallimard. _ Peau d’âne, Père Castor, 2012
La belle au bois dormant, Thierry Magnier, 2007

A partir de 4 ans

coup de coeur Comme deux confettis / Didier Jean ; Zad ; Sandrine Kao. - Utopique (Bisous de famille), 2013

Cet album est un livre de naissance : celle d’une famille. Une enfant raconte comment ses parents sont devenus "papa" et "maman".
"Imaginez deux confettis lancés au milieu d’un carnaval"... Sans se connaître ils se cherchaient pourtant. Par le plus grand des hasards et pour le plus grand des bonheurs ils se sont trouvés. Il y a l’avant : deux solitudes qui ne demandaient qu’à se rapprocher. Il y a 9 mois d’attente, "le plus long des câlins", celui où la petite narratrice perçoit voix et intonations, battements de coeur. Enfin, arrive le moment de la rencontre où tout se joue. Immédiatement, bébé a reconnu : la voix de l’un, la douceur de l’autre. Papa et maman sont nés, eux aussi. Les illustrations de Sandrine Kao au crayon sont empruntes de douceur et de quiétude.
Un album intimiste qui sera l’occasion de partager avec l’enfant son histoire, et celle de sa famille. Deux doubles pages spécifiques clôturent l’ouvrage : la première rappelle la définition d’une famille et nomme les différents types de famille que l’on peut rencontrer, la dernière laisse la place aux photos souvenirs du petit lecteur. Ewa Bochenski

A partir de 5 ans

coup de coeur Louve / Fanny Ducassé. - Thierry Magnier, 2014

Cet album traite d’amour, de mixité et de reconnaissance de l’autre même s’il est différent au premier abord. Louve est une femme rousse qui vit au fond d’une forêt et qui, tous les soirs entre chien et loup, appelle ses petits qui sont en réalité de jeunes renards. Elle s’en occupe et les protège de son amour mais aussi d’elle même parfois. En effet lorsque ses propres émotions la submergent ses cheveux s’enflamment, elle s’éloigne donc pour ne nuire à personne. Un jour elle aperçoit dans la forêt un homme-loup et tous deux succombent à un coup de foudre. L’homme réussit même à dompter la tignasse d’une seule caresse. A partir de ce jour le bonheur déjà grand prend une dimension encore supérieur dans la vie des personnages de l’histoire. Les illustrations de ce conte sont très soignées et le ton du texte original, quant à l’histoire elle appelle à la tolérance. Myriam Lemercier

A partir de 6 ans

coup de coeur Gros câlin / Nicholas Oldland. – Bayard, 2014

C’est l’histoire d’un gros, grand et fort ours plein de bonhomie et dont le cœur déborde d’amour. Ce qu’il sait le mieux faire, dans la forêt qu’il habite, ce sont les câlins ! Et il ne s’en prive pas…lapin, élan, serpent, putois, oiseau, il les prend tous dans ses grands bras chaleureux, ce qui en étonnent plus d’un ! Mais ce qu’il préfère par-dessus tout, c’est offrir ses câlins tendres et voluptueux aux arbres, ses vrais amis. Jusqu’à ce qu’un jour arrive un bûcheron muni d’une hache… Comment va réagir notre plantigrade si affectueux ? Petite fable drôle et écologique sur le pouvoir de l’amour, cet album est le premier de l’auteur canadien Nicholas Oldland. Claire Py

A partir de 3 ans

coup de coeur abris / Emmanuelle Houdart. - Les fourmis rouges, 2014

Le ventre de maman, les mains de papa, l’amour, l’amitié, les jardins secrets...la vie nous offre toutes sortes d’abris. Autant de refuges qu’Emmanuelle Houdart explore en de foisonnants tableaux successifs, emprunts de douceur. Son univers fantasmagorique se fait ici plus tendre que d’habitude. Des pages cocons, qui entrent en résonance avec tout lecteur, quel que soit son âge. Un abri, là où l’on n’a plus peur de rien, là où se consolent les chagrins, là où renaissent nos forces, une place à soi où se retrouver. Un abri, c’est protéiforme, c’est un toucher, un sentiment, une relation, c’est une cabane ou un échange, un moment de calme ou un éclat de rire, une transmission entre générations. Il y a tout cela dans ce magnifique album au tempo tout en douceur, à feuilleter sans fin. Ewa Bochenski

A partir de 3 ans

coup de coeur Cœur élastique / Anne-Claire Lévêque ; Arianna Tamburini. – Ricochet, 2014

Tout commence par une histoire d’amour. Alors arrive l’enfant. Nommé, aimé, il s’inscrit dans l’arbre généalogique de la famille, se love dans le cœur immense de ses parents. Chaque branche est une filiation avec laquelle compter : Grand-père, Mamé, cousins, cousines, sœurs et frères, quand tous se retrouvent c’est la fête ! Chaque enfant a sa place. Cœur élastique des parents, l’amour est grand… Avec les trois couleurs primaires (bleu, rouge, jaune), l’illustratrice Arianna Tamburini imagine le chemin de cet enfant qui grandit, parmi l’affection des siens, jusqu’à l’envol. Claire Py

A partir de 4 ans

coup de coeur Le chant de Colombine / Emilie Vast. - MeMo, 2014

Colombine la belle oiselle est amoureuse. Mais comment attirer l’attention de Pierrot, qui n’a d’yeux que pour la lune ? Chaque matin, elle emprunte une note à l’un de ses congénères : le merle, la pie, le moineau, le pinson...mais le soir venu hélàs, Pierrot trouve la note bien bruyante, et ne reconnaît pas la belle ! Do, ré, mi, fa, sol, la, si...et si petit à petit, colombine créait sa propre mélodie ?

L’univers graphique d’Emilie Vast, toujours aussi enchanteur, entraîne le petit lecteur au coeur de la gamme et de la mélodie, tandis que page après page il découvre un oiseau différent. Ewa Bochenski

A partir de 3 ans

coup de coeur Un amour sucré-salé / Véronique Deroide ; Evelyne Mary. - Lirabelle, 2014

Dans la maison de sel, un petit grand-père en sel et une petite grand-mère en sucre vivaient ensemble, et s’aimaient d’amour tendre. Depuis toujours, on y entend des bisous, des câlins, parfois aussi des chamailles et des éclats de voix... Un jour, Papi Sel et Mamie Sucre se disputent si fort que Mamie Sucre part en claquant la porte. Chacun chez soi, et bon débarras ! Mais voilà qui est plus facile à dire qu’à faire. Véronique Deroide, conteuse, nous offre une belle version bilingue de ce conte libanais très connu, mis en valeur par les collages gris bleu d’Evelyne Mary. Ewa Bochenski

Réédition de l’album déjà paru en 2011.

A partir de 5 ans

coup de coeur Le petit voleur de temps / Nathalie Minne, Casterman, 2014

Le quotidien d’un jeune garçon se voit bouleversé par une rencontre qui va l’amener à considérer le temps autrement, jusqu’à avoir envie d’inventer de nouvelles saisons Un magnifique album sur l’indicible temps qui passe, s’étire ou s’affole et donc sur sa versatilité et sa variabilité. Un livre grand format où l’illustration illumine et irradie le texte. Les images semblent à elles seules raconter plusieurs histoires... imbrications, juxtapositions, jeux de formes et de couleurs s’offrent à notre regard. Ainsi le garçon qui enlace son chat prend la forme belle et touchante d’une nouvelle entité, tout à la fois chat-garçon et garçon-chat ...

Au départ, le texte semble presque de trop. Et puis, bien que relégué en marge de la page, il s’infiltre et vient enrichir les images de sens nouveaux. Il n’y a pas vraiment de fin mais l’ensemble offre plutôt une parenthèse enchantée dans le quotidien, un hors-temps qui nous berce et nous appelle à ré ouvrir le livre pour gratter encore sous les mots et les illustrations, comme une berceuse qui ne nous quitte pas vraiment.

Laissons-nous porter et emporter...

Marion Uteza

coup de coeur L’Oizochat / Rémi Courgeon. - Mango Jeunesse. 2014

Il vole, mais il miaule...Il a des plumes, mais aussi des moustaches...Quel est ce drôle d’hurluberlu qui s’écrase dans la forêt de Cécédille ce soir-là ? D’abord effrayés par cet étranger à l’apparence mi-féline mi-volatile qui baragouine dans une langue farfelue, les habitants des bois finissent par tolérer sa présence, à condition qu’il s’acquitte des tâches les plus ingrates. Mais l’histoire ne s’achève pas là, car qui sait ce qu’il va rencontrer un jour en s’aventurant hors de la forêt ? Et qui sait où la vie peut nous mener, quand on en surmonte les épreuves ? De belles rencontres à venir... Après Gros chagrin en ce début d’année, encore un très bel album de Rémi Courgeon sur la différence, dans une écriture enjouée et pleine d’humour.

coup de coeur Les fleurs parlent / J.-F. Chabas ; J. Concejo. - Casterman. 2013

À travers trois nouvelles qui se déroulent à des lieux et des périodes différentes, l’histoire d’une fleur, d’une amitié ou d’un amour qui s’épanouit, s’évanouit, même.
La Fleur mauve, ou l’histoire d’Erasmus Van Hum, botaniste qui crée une fleur pour laquelle il se prend d’admiration, une petite fleur qu’il chérit jusqu’à vivre dans la peur perpétuelle que des esprits envieux la lui enlèvent.
La Fleur blanche, symbole de l’amitié, narre l’histoire de deux jeunes indiens nés le même jour mais que tout oppose, l’un vivant dans l’ombre de l’autre. Cette amitié fleurit aux confins d’une épreuve - un affrontement avec le grizzli - où chacun devra faire un choix…
Enfin, la dernière nouvelle, La Fleur rouge, relate l’histoire de Selma, jeune fille à la beauté irradiante mais narcissique, froide. L’histoire d’un amour caché, sur lequel Selma n’ouvrira les yeux que bien trop tard…
Cet album qui charmera les jeunes adolescents ainsi que les adultes dresse le portrait de personnages, de leur vie qui éclot, entre passion et violence, dans un univers qui mêle une écriture poétique et riche et des illustrations à la pastel colorées, le tout sur un papier jauni, imitant ainsi le carnet d’un botaniste.

coup de coeur Madame Butterfly / B. Lacombe. - Albin Michel. 2013

"Librement adapté de l’opéra Madame Butterfly de Giacomo Puccini et de Madame Chrysanthème de Pierre Loti", l’histoire est celle d’un amour tragique entre une femme éprise d’absolu et un homme inconséquent. Le prologue annonce le drame, les 3 actes en déroulent les circonstances.
Acte I : Le lieutenant Pinkerton, lieutenant de marine américain et narrateur de l’histoire, négocie ses noces avec Mademoiselle Butterfly, jeune geisha magnifique et fragile, sans cesse comparée à une fleur, un papillon. Il tient à préciser qu’« il était d’usage pour l’expatrié de passage de prendre maison et épouse le temps de son séjour »...
Acte II : la vie maritale se double pour le narrateur d’une découverte de la culture japonaise, chargée d’incompréhension et d’agacement. Vient pour lui l’heure du départ, et sa promesse -lâche- du retour.
Acte III : Pinkerton, désormais marié aux États-Unis, revient au Japon avec sa femme ; le couple stérile demande à emmener l’enfant...
« Ne dit-on pas que toucher les ailes d’un papillon le condamne ? »
Histoire d’une cruauté insensée dans le texte, d’une tristesse grave dans les très grandes illustrations. Le format accordéon, au recto, alterne texte et illustrations pleines pages et au verso explore au trait la délicatesse de la jeune femme. Mais l’histoire reste celle de 2 amours, portés par 2 femmes, l’une absolue, l’autre compréhensive.

coup de coeur Ca penche / D. Volpari. - Marmaille et compagnie. - (Livre étonnant). 2013

Un livre tout de guingois pour une histoire en toboggan. Un œuf de flamants roses, tout juste pondu, perd l’équilibre et dévale la pente bousculant tout sur son passage. Il finit par s’écraser, « crac », l’oisillon fait irruption et remonte la pente en courant. Au sommet de la montagne, que faire alors que toute une bande est à ses trousses ?!
Un album tonique rythmé d’onomatopées, hymne à l’amour !

coup de coeur Pauvre Pierrot / H. Heine ; P. Schössow. - La Joie de lire. 2013

Le spectacle se prépare, spectateurs et acteurs prennent place et la pièce déroule son intrigue malheureuse : le timide Pierrot ne peut déclarer son amour à Margot, qui se marie à un autre... « Il a perdu son seul trésor, son meilleur lit, c’est la tombe. Le voici qui s’y couche et qui dort jusqu’à la fin du monde. » Applaudissements enthousiastes, la vie retrouve, hors de la scène, sa légereté.
Une adaptation heureuse d’un texte classique de la littérature allemande du XIXe siècle, qui est aussi ici, grâce aux champs/contrechamps et à la mise en abime qui induit une distanciation, une métaphore subtile et intelligente du désespoir dans la vie. Ces drames que l’on pense ne jamais pouvoir surmonter promettent pourtant d’autres beaux jours...

coup de coeur Le voyage de l’âne / I. Grelet ; I. Bonacina. - Didier

Nous avons l’habitude de nous réjouir à l’arrivée de nouveaux contes édités chez Didier Jeunesse et Le voyage de l’âne ne nous déçoit pas. Cette randonnée se tricote et détricote en direction du détroit de Gibraltar où se rend l’âne qui s’ennuie dans sa ferme, accompagné d’autres animaux qui ont réussi à le convaincre de les emmener. Au bout du voyage le voici de nouveau seul, il réalise qu’il lui manque encore quelque chose mais cet insatisfait va trouver ce qu’il ne savait pas vouloir chercher.... Et le voici enfin comblé !
Texte et illustrations sont aussi toniques et amusants l’un que l’autre pour cette quête du bonheur.
Autre lecture
L’âne dans sa ferme trépigne d’ennui. Les beaux jours s’annoncent, une camionnette est là, inutile, l’idée germe très vite : il veut « voir du pays » ! Les préparatifs sont en cours mais le projet initial de voyage en solitaire et en catimini évolue. Il sera accompagné par le coq, le cochon, le lapin, la chèvre, chacun se prévalant d’une utilité certaine !
Un voyage, entre enthousiasme de groupe et tranquillité solitaire qui ne trouvera son véritable aboutissement que dans LA rencontre...

coup de coeur Bons Baisers de Paris / D. Cali ; A. Rouquette. - Gulf Stream

Une petite balade dans Paris nous est offerte en compagnie d’un charmant couple d’amis, au grand désespoir du jeune homme qui rêve d’un baiser romantique dans la plus belle ville du monde.
C’est une amusante façon de découvrir ou retrouver les plus beaux monuments de notre capitale. Le texte résonne comme la chanson de Souchon Le bateau mouche, d’ailleurs l’auteur y fait-il un clin d’œil en fin d’album ?

coup de coeur Un courant d’air / J. Binet. - Rouergue

Le format en accordéon est particulièrement bien adapté puisque l’album repose sur l’idée d’un souffle, d’un courant d’air qui traverse la maison, la ville, les bois, les mers, le ciel... Au départ, une fillette qui souffle dans un cor démesuré et désarticulé. Puis c’est toute une vie qui se met en mouvement, en une danse de formes, lignes et pointillés noirs. A l’arrivée ? Car oui, ce souffle de chamboulement trouve bien un point d’achoppement. Il faut quelques fois de grandes circonvolutions pour arriver à son but, surtout en matière d’amour...

coup de coeur Jean-Michel le caribou est amoureux / M. Le Huche. - Actes Sud

Jean-Michel est paré de sa tenue de super héros, prêt pour de nouveaux exploits ! Sauvetage du jour : un lapin, emmené illico presto à l’hôpital. La belle assurance de Jean-Michel n’est plus qu’un lointain souvenir lorsqu’il fait face à la belle Gisèle. Diantre ! Voici que Jean-Michel est amoureux... « Mais moi, je croyais que l’amour, c’était quand toutes les filles sont folles de moi et qu’il faut en choisir une ! » Face à une telle déconvenue, Jean-Michel prend conseils. 4 avis, 4 tentatives d’approche, 4 échecs. Le sort ne saurait être aussi cruel et laisser Jean-Michel dans cette peine, n’est-ce pas ? Un indice : « Nous, on s’en va, c’est trop cucul ici », rouspète le chœur devant le tableau final... Un album, entre comédie antique et BD, drôle, enlevé et même un peu touchant !

coup de coeur Monsieur Cabosse / R. Fuentès ; P. Lemaître. - Nathan

Difficile pour Monsieur Cabosse et sa femme de trouver un foyer à leur convenance. Monsieur est très grand, Madame très petite et aucune des maisons testées ne convient. Tandis que Monsieur lit Les Pensées de Pascal, Madame multiplie les idées jusqu’à trouver la solution parfaite.
Un homme distrait, une femme pragmatique, ce charmant couple, avec leur chien fidèle, se joue des différences et travaille patiemment à son bonheur.

coup de coeur Mille petits poucets / Y. Autret ; S. Serprix. - Grasset

Le livre, dans sa maquette, est de facture classique, jouant avec les formulations d’antan (le livre est écrit par sieur Yann Autret), les chiffres romains en guise de date d’édition, et la typographie idoine ; les pages de garde reprennent le début du texte original du Petit Poucet de Charles Perrault. Tout est fait en somme pour être « dans l’esprit du temps ». Cependant une fois entré dans l’album, on découvre un conte détourné à la dimension très actuelle. Le texte prend en effet une résonance toute particulière en ces temps de “crise” mais loin d’aggraver l’aspect dramatique du conte, elle en modifie l’issue de façon généreuse et solidaire. Le Petit Poucet, dans une dynamique collective et optimiste, est rejoint par des milliers d’enfants. La forêt n’a plus rien du caractère angoissant qu’on lui confère généralement dans le conte, elle devient force vitale rassembleuse. Une alliance intelligente et réussie entre tradition et modernité.

coup de coeur La drôle de maladie de p’tit bonhomme / P. Delye ; I. Bonacina. - Didier

Qu’ils sont agaçants tous ces adultes, avec leur sourire en coin et leur mine entendue ! Pourquoi ne veulent-ils pas dire à P’tit Bonhomme la cause de son désarroi, de son tourment, de son chamboulement ? Paraîtrait que c’est à lui seul de découvrir ce secret qui l’habite...
Récit mené tambour battant, illustrations de concert, dans une belle énergie qui trouvera son paroxysme dans la réunion de deux P’tits bouts !

coup de coeur La petite fille qui voulait tout / F.-C. Bernos ; Choi Jung-in. - Chan-Ok. - (Perles du ciel)

Une petite fille impatiente, capricieuse, enjôleuse et égoïste va dépouiller tour à tour l’oiseau, l’arbre, le garçon. Avec une simple formule, « Je t’aime », elle obtient tous les objets de ses désirs. Les malheureux saisiront vite que l’amour n’entre pas en ligne de compte dans ces relations unilatérales. Mais ce qui fait la force du texte, c’est que le comportement violent de la fillette ne détruira pas totalement ceux qui ont été spoliés. Ils sauront au contraire l’aider à s’ouvrir aux autres, à comprendre que l’amour et le bonheur se nourrissent aussi de ce que l’on offre.

coup de coeur Pingouin glacé / C. V. Kitzing. - Joie de lire

La banquise et ses immensités glacées... Un pingouin, seul et transi, tente par tous les moyens de se réchauffer. « Pas très efficace ! » Notre pingouin va mesurer ce que veut dire l’expression chaleur humaine...
Texte de répétition minimaliste qui laisse une large place aux illustrations très tendres.

coup de coeur La rue qui ne se traverse pas / H. Meunier ; R. Lejonc. - Notari. - (L’oiseau sur le rhino)

Ils habitent l’un en face de l’autre tout en haut d’immeubles, séparés par une rue qui ne se traverse pas. Que faire alors pour communiquer quand on sent qu’il se passe quelque chose ? Qu’un fil invisible nous relie à cet autre qu’on ne connait pas ? Eux ont trouvé une solution : les moineaux ! Les petits oiseaux vont alors passer d’une fenêtre à l’autre pour lui apporter les graines qu’elle sème en échange du secret de ses rêves. Les années passent, leur amour l’un pour l’autre grandit et un jour plus personne aux fenêtres. Se sont-ils enfin rejoints ? Seuls les moineaux connaissent le secret.
Très bel album illustré par le talentueux Régis Lejonc à la craie sèche. Superbe choix de couleurs. Le format appuie l’effet de hauteur et sert parfaitement les images. Quant au texte, tout en poésie il permet une lecture très agréable et fluide.

coup de coeur Un amour sucré-salé / V. Deroide ; E. Mary. - Lirabelle

Dans une maison de sel, vivait Papi Sel, un homme tout de sel. Avec lui, il y avait Mamie Sucre, toute de sucre. Ensemble, ils menaient une vie paisible, heureuse. Ils s’aiment en somme... même si parfois quelques désaccords les opposent. Mais voilà qu’un jour, Papi Sel chasse Mamie Sucre de la maison de sel. Elle se retrouve seule.
Les opposés s’attirent en amour dit-on, cet album en est la parfaite illustration tant ces deux êtres, ayant trouvé “le doux secret”, vivent en harmonie. Et ce ne sont pas quelques anicroches qui viendront contredire les faits.
Au texte de la conteuse Véronique Deroide, mélodique et tout en rime, se mêlent des papiers découpés aux couleurs noires, bleues et sable, pour un album d’une infinie tendresse...

coup de coeur Mô-Namour / C. Ponti. - Ecole des loisirs

Pas de situation appuyée, pas de message insistant avec Claude Ponti. Les inventions de langage et les nombreux détails de l’illustration permettent une grande liberté de lectures. Il raconte une histoire, explore des pistes et chaque lecteur creusera le sillon comme il l’entend. L’histoire ici est celle d’Isée, frappée avec ses parents par un accident de voiture. Ses parents montent dans le ciel de plus en plus haut, si haut, « qu’ils doivent... être morts ». Et elle, poursuit son chemin comme elle peut, rencontre bientôt Torlémo Damourédemorht. Isée, comme le lecteur, mettra du temps à comprendre la nature de leur relation. Car si Torlémo appelle Isée de ce petit nom, Mô-namour, les faits montrent une tout autre réalité...
Un parcours d’accidentée de la vie qui refuse le statut de victime et se révolte. Chacun comprendra à sa manière le chemin emprunté pour retrouver le bonheur...

coup de coeur Poète Poète / M. Van Zeveren. - Ecole des loisirs. - (Pastel)

Lucien est amoureux et s’il n’a pu déclarer sa flamme sur le moment, il est bien décidé à écrire un poème à sa belle. Mais chez lui, les distractions sont si nombreuses ! Sans compter les éléments qui sont contre lui...
Sympathiques mésaventures de ce petit personnage aussi volontaire que lunaire.

coup de coeur Le grand amour / P. Petrouchina ; G. Marina.- Hélium

Une géante en mal d’amour parcourt le monde pour tenter de combler le vide immense. Mais les hommes s’effraient, seule la montagne fera écho à sa passion et apaisera son cœur.
Mère et fille -la fille pour le texte, la mère pour les illustrations tout en tissus- ont collaboré pour cet bel album grand format qui propose une vision de l’amour sensuelle, mystérieuse et idéaliste.

coup de coeur La soeur du Soleil / B. Nakhjavani, S. Thommen. - Actes Sud

La lune est amoureuse et succombe aux charmes d’un de ses courtisans. Son frère le roi Soleil vient à l’apprendre et entre dans une fureur vengeresse... Un conte étiologique qui imagine le cycle de la lune sous le prisme de l’amour, la jalousie et la violence.
On retrouve l’association de ces auteurs que l’on avait déjà appréciés dans La fleur du mandarin. Les illustrations de Sandrine Thommen sont saisissantes, dans les contrastes, l’harmonie des couleurs et la délicatesse des traits.

coup de coeur O Corbeau / M. Malte ; R. Saillard. - Syros

C’est toujours un plaisir de retrouver un texte de Marcus Malte. O corbeau est un long poème d’amour. L’amour impossible entre le beau Jo et Paloma la colombe. Une fois de plus le ramage de l’oiseau n’égale pas son plumage.... Celui-ci fou de désespoir s’enfuit au bout du monde où l’attend une surprise.
Ne vous réjouissez pas trop, les plus beaux poèmes sont souvent les plus tristes. Cette ode à l’amour mêle lyrisme et musique comme il se doit et Rémi Saillard, grâce à ses illustrations pleines pages très réussies, appuie l’atmosphère blues.
"Chapeau" pour cette seconde collaboration entre ces deux auteurs.

Autre lecture
Jo est malheureux. Éperdu de douleur. Parce qu’il chante tellement faux que l’écouter est un supplice. Parce qu’il est fou amoureux de Paloma la colombe, Paloma la diva, Paloma qu’il ne peut pas même imaginer séduire. Le corbeau s’enfuit, « au bout du monde ». Le destin apportera-t-il une solution à son supplice ?
Lyrisme du verbe de Marcus Malte, tableaux grand format et en double page de Rémi Saillard, somptueux dans les couleurs et les ambiances, les deux auteurs travaillent pour la seconde fois ensemble, pour nous offrir une ode à l’amour très tourmentée...

coup de coeur Splat est amoureux / R. Scotton. - Nathan

Splat le chat au poil électrisé et aux yeux tellement expressifs, a décidé de déclarer sa flamme en ce jour de Saint Valentin. Mais Grouff le fanfaron est également sur les rangs... A qui la belle Kattie va-t-elle donner ses faveurs ?
Tendresse et humour dans cet album qui soigne les détails et s’amuse des affres et bonheurs de l’amour !

coup de coeur 100 bébés / Y. Miyazawa. - Lirabelle. - (Tesselles de Bologne)

Un couple qui ne peut avoir d’enfants, un oisillon généreux, une formule magique... 100 bébés plus tard, le bonheur du coupe est total !
Petit ravissement que cet album bilingue -français/japonais- tout en noir et blanc. Ces personnages aux visages lunaires et souriants nous donnent une belle image de la plénitude.

coup de coeur Yin la jalouse / Q. Shen ; Bobi+Bobi. - HongFei Cultures

Yin et Pan sont mariés et vivent un bonheur fusionnel troublé par la jalousie excessive de Yib. Lorsque Pan décède brutalement, la douleur de son épouse est infinie, elle se laisse mourir. Son cousin Huisheng décide d’employer les grands moyens : il réveille la jalousie de sa cousine, quitte à calomnier le défunt mari. Yin se trouve d’un coup dans une colère noire !
Une adaptation d’un texte chinois du 18° siècle -avec une illustration qui joue sur l’ambiguïté de la jeune femme et donne une l’image de la veuve éplorée bien éloignée de celle qu’on pourrait attendre. Cette vision ne manquera pas de surprendre le jeune lecteur occidental mais ouvre à un autre mode de pensée, à une culture très différente. A découvrir.

coup de coeur Le prince des marais / R. Soulières ; Q. Gréban. - Les 400 coups. - (Bande rouge)

L’histoire commence là où d’autres se seraient achevées. Le prince et la princesse se sont trouvés et vivent ensemble, dans une environnement luxueux et magnifique. Mais ici, pas de “Ils vécurent heureux”, le prince se morfond, la princesse avec. C’est qu’il fût grenouille avant le baiser fatidique avec sa dulcinée et aujourd’hui, les siens lui manquent. Face au désespoir de son bien aimé, la princesse, dans un geste d’abnégation totale, lui rend son apparence. Et se retrouve bien seule...
Les codes du conte sont changés mais le message est sauf : par-delà les épreuves, l’amour triomphe. Mais pour cela, c’est au tour de la princesse de renoncer à son apparence. L’amour exigerait-il d’amputer une part de soi-même ?

coup de coeur Les indiens ne disent rien / R. Marnier ; A. Maurel. - Frimousse. - (Maxi’Boum)

Sus à l’ennemi !!! Capitaine, samouraï, mousquetaire... que de mâles hargneux qui se lancent au combat. Et pendant ce temps... « Les indiens, eux, ne disent rien... »
Les combattants, bien mal en point après ces démêlés en armes et ce raffut grotesque, finiront par succomber à la curiosité : que font donc ces discrets indiens ?
Fin jubilatoire pour une histoire pacifiste, sympathique hymne à l’amour.

coup de coeur Hector, l’homme extraordinairement fort / M. Le Huche. - Didier

On savait que le cirque peut être un lieu magique mais celui-là dépasse la légende : tout y est extraordinaire ! Et surtout Hector, l’homme "extraordinairement fort." Cet hercule a des dons encore plus étonnants, qu’il ne veut révéler. Vous allez comprendre : Une fois rentré chez lui, dans le secret de son antre, Hector devient le roi de la maille. Eh oui, il tricote ! Les jaloux se disent que le secret divulgué ridiculisera définitivement leur rival. Effectivement, Hector est très atteint et se croit perdu aux yeux de sa belle, Léopoldine. Que pensez-vous qu’il arrivât ?
Teintes roses et pourpres pour une histoire qui porte un coup aux stéréotypes machistes. Magali Le Huche nous campe un Hector viril, gracieux et touchant, avec les détails dans l’illustration qui font sa touche.

coup de coeur Oméga et l’ourse / G. Guéraud ; B. Alemagna. - Panama

Très bel album complice de deux talentueux artistes français. Guillaume Guéraud excelle ici dans une écriture qui lie violence et tendresse tandis que Beatrice Alemagna joue avec ses superbes illustrations pour nous emmener dans un monde d’allégories. Le format étonnant de l’album permet au lecteur de se plonger dans cette histoire et de s’y perdre. Résumer l’histoire la réduirait, juste dire qu’il s’agit là d’un amour peu commun entre une ourse et une petite fille, chacun y comprendra ce qu’il voudra mais l’important est de ne pas passer à côté de cet ouvrage.
Autre lecture
C’est un album qui ne manquera pas d’attirer le regard : un format impressionnant tout d’abord et c’est bien ce qu’il fallait pour mettre en valeur les illustrations de Beatrice Alemagna. Pour l’espace grand ouvert des paysages remplis d’arbres ; pour les accolades serrées-serrées des 2 personnages. C’est une tendresse toute particulière qui unit cette petite fille sage et cette ourse sauvage. La nuit venue, l’espace des rêves offre une symbiose forte mais troublante... Et c’est là tout le talent de Guillaume Guéraud, d’exprimer cette réalité inquiétante avec une douceur indéniable.
Un moment hors du temps, comme une bulle, qui laisserait des traces réconfortantes lorsque la réalité reprend ses droits.

coup de coeur Les amants papillons / B. Lacombe. - Seuil

D’emblée, on est charmé par les illustrations japonisantes, qui ne sont pas sans rappeler Rébecca Dautremer, mais qui imposent très vite leur propre style. Ensuite, on entre dans l’histoire de Maoko, jeune fille promise en mariage mais qui rêve d’un tout autre avenir. La fin est rapide, abrupte, poétique également, et surtout conforme aux idéaux de la jeune femme.
Cet album grand format qui donne une place prépondérante aux illustrations, est empreint de tristesse mais laisse également flotter un grand souffle d’amour et de liberté.

coup de coeur L’ histoire du lion qui ne savait pas écrire / M. Baltscheit ; M. Boutavant. - P’tit Glénat

Le héros de cet album, lion irascible aux crocs acérés, tombe un jour sur une lionne gracile et élégante, plongée dans sa lecture. Saisi, amoureux, il veut déclarer sa flamme ! Problème : lui ne sait pas écrire, et elle ne peut assurément être touchée que par une déclaration manuscrite … Le roi des animaux demande tour à tour aux animaux de la savane de lui écrire la lettre parfaite. Chacun s’applique, en y mettant un peu trop de soi, et le résultat n’est pas à la hauteur. Reste une alternative, celle d’apprendre à écrire, afin que le lion puisse enfin exprimer ses sentiments les plus intimes. Une solution d’autant plus réjouissante qu’une belle dame se propose comme professeur…
Traits fins et couleurs contrastées donnent un aspect tonique à cette histoire, un peu pédagogique certes mais très plaisante.

coup de coeur La nuit des Cages / S. Hureau ; Rascal. - Didier

Est-on responsable des crimes de nos parents ? Il semblerait que oui, à en croire la vindicte populaire qui s’abat sur le fils de l’ogre Morillon d’une part et sur la fille d’une sorcière d’autre part. Le premier, pour fuir le bourreau, prend la poudre d’escampette, et sur son chemin, libère la seconde de sa cage. L’amour leur donne des ailes, leur vie sera belle, loin des préjugés.
Contée en rimes et illustrée en ombres chinoises avec mille détails, cette histoire nous transporte dans une ambiance entre inquiétude et féerie. Les tensions s’apaisent, l’ouvrage se termine sur une scène où tout a été réinventé...

coup de coeur Prince Arthur et Princesse Leïla / B. Deru-Renard ; K. Aertssen. - Ecole des loisirs. - (Pastel)

Arthur a bien du mal à trouver la princesse idéale. Il faut dire qu’il est le fils unique d’une mère abusive qui donne et juge les épreuves accomplies par les candidates. De son côté, Leïla réussit à s’échapper de son palais et d’un futur mari non désiré. Elle arrive par hasard dans le château d’Arthur, dont elle devient très vite la complice. Les deux tourtereaux réussiront à surmonter l’obstacle qu’est la mère d’Arthur...et même plus !
Les adultes ne manqueront pas de sourire à la chute de ce petit conte.

coup de coeur La maison du crocodile amoureux / D. Kulot. - Autrement

Un petit crocodile, une grande girafe s’aimaient d’amour tendre, mais comment s’y prendre ... quand on est si différent ? Après un catalogue de situations cocasses mettant en scène les 2 protagonistes, l’auteur nous propose une fin heureuse et imaginative faisant fi des tracasseries quotidiennes. Dès 4 ans.

coup de coeur Une amoureuse c’est bien ! / B. Charlat. - Ecole des loisirs. - (Loulou et Cie)

Un livre pour tout-petit dont la forme est tout à fait appropriée au thème puisque c’est un coeur. Il convient aux enfants de maternelle pour qui l’amour est déjà une des grandes questions de la vie et qui jonglent allègrement avec les amoureuses ou amoureux qui peuplent l’école. Une chute sympathique où l’amour avec un grand A triomphe.

coup de coeur L’ apprentissage amoureux / L. Bourget ; E. Houdart. - Seuil

Voici une façon poétique, humoristique et enjouée de présenter les jeux amoureux, du plus jeune âge à la relation adulte. Fantasmes de l’enfance, difficultés passagères ou crises majeures, jalousie, complicité... tout ceci est abordé dans un jeu de questions prosaïques et malicieuses dont on trouvera les réponses dans les illustrations débridées hautes en couleurs. Chacun trouvera son compte quel que soit son âge.

coup de coeur Contes de la Méditerranée / J. Darwiche ; E. Usdin. - Albin Michel

Un recueil de contes, comme un cheminement initiatique. Hassan et Layla s’aiment sans se l’avouer et Hassan craint de n’être assez riche pour espérer la main de sa belle. Il décide de partir pour trouver "perles et trésors" mais ne rencontre que des personnes dépouillées de tout. Leur seule richesse : le conte qui arrivera toujours à propos pour guider Hassan dans son errance.
L’amour, pour peu qu’il soit empreint de sagesse et de philosophie, ne saura dévier de sa cible...

Roman(s) :


coup de coeur Le royaume des cercueils suspendus / Florence Aubry. - Rouergue (epik), 2015

Une introduction dérangeante où un jeune homme tend son dos lisse pour que de fines incisions y soient pratiquées et qui font comprendre à l’assemblée qu’il n’a pas le "Don". Ce garçon s’appelle Huang et s’est retrouvé perché en haut d’une falaise avec pour seuls compagnons des morts suspendus dans des cercueils. Le lecteur va peu à peu reconstituer l’histoire et apprendre des quatre personnages qui tissent le fil de l’intrigue ce qui s’est passé et ce qui arrivera. Un livre original où les histoires d’amour se nouent et se dénouent. L’atmosphère qui règne dans la tribu reste étrange mais bien pensée et permet une meilleure adhésion du lecteur à l’univers proposé. Sandy Morel

A partir de 13 ans

coup de coeur Les ailes du papillon, Véronique Foz. - Oskar Jeunesse, 2014

Elodie a un super pouvoir, celui d’être invisible. Avec ses 4 amis, eux aussi dotés d’un super pouvoir, ils s’inventent des tas d’aventures. Mais, il leur faut grandir, et pour cela, s’éloigner un peu. Entourée de ses parents et de son petit frère autiste, Elodie fait la connaissance du beau Karim, professuer de piano. Le jour où celui-ci se fiat assassiner, Elodie aimerait retrouver son pouvoir, enfin surtout celui de remonter le temps pour éviter la catastrophe. Un très bon roman, où l’auteur analyse avec justesse l’ambiguïté des sentiments, la fidélité en amitié et en amour. Marie Chaillet

A partir de 10 ans

coup de coeur Le baiser du mammouth / Antoine Dole. - Actes Sud Junior, 2015

Arthur est amoureux, c’est sûr : Fiona est celle qu’il attend au sens propre comme au sens figuré. Depuis leur partie endiablée de Mario Bros, c’est officiel : elle est celle qu’il lui faut. Sa vie est déjà toute tracée : « une idée claire de ce qui nous attendait : elle irait au boulot pendant que je regarderais les dessins animés ou que je m’amuserais avec les copains, et le soir on jouerait à Mario Bros. Et comme ça, tous les jours, toute la vie. Aucun doute, ce serait bien ». Oui mais un détail le chiffonne : elle a 15 ans et lui, 9... Un petit livre humoristique qui est écrit simplement et décrit bien les premiers émois amoureux. J’ai trouvé intéressant que le point de vue soit celui d’un garçon et non d’une fille et que son imagination en terme de stratagème amoureux ne connaisse pas de limites. Un bon moment passé. Sandy Morel

A partir de 9 ans

coup de coeur A la vie, à la mort ! Celia Bryce. - Albin Michel (Wiz), 2015

Mégan, 14 ans, souffre d’une tumeur maligne au cerveau. Elle rentre en chimiothérapie à l’hôpital où elle fait la connaissance de Jackson, grand ado impertinent, sensible et beau mais avec qui elle n’accroche pas du tout au début. Entre 2 traitements, elle va apprendre à le connaître et à l’apprécier. Une grande histoire d’amitié voir d’amour va naître jusqu’à l’issue fatale, ponctuée par la rencontre de divers enfants hospitalisés, au caractère bien trempé.
Roman un peu trop phénomène de mode à mon goût après le succès de Nos étoiles contraires. Cependant, belle écriture fluide mais on devine trop facilement le déroulement de l’histoire et ce qu’il va se passer.
Le point positif :montrer l’hôpital- le service pédiatrie plus particulièrement, pas adapté du tout à des ados. Ces derniers ne trouvent leur place ni chez les enfants ni chez les adultes. Roman qui présente également le travail des soignants, pas toujours simple dans ce type de service où il ne faut s’attendrir de trop pour être efficace. Dominique Topin

Deux adolescents se rencontrent dans un service de cancérologie réservé aux enfants. A la douleur et à l’ennui, Jackson répond par le conte et l’imagination. Sa faculté à insérer du merveilleux dans ce quotidien triste et désespérant, le rapproche de Megan. La jeune fille n’accepte pas vraiment sa maladie et est consternée de se retrouver dans un service envahi par les personnages de Disney. Mais la fatigue et la désillusion vont la contraindre à envisager la vie autrement._ Le sujet de la rencontre est traitée de concert avec la vie avec et autour de la maladie. L’hôpital, ses couloirs, ses services constitue l’un des personnages du livre. Si Jackson est décrit de façon un peu exagéré, avec sa grande taille et sa voix exceptionnelle, c’est justement qu’il appartient à une contrée lointaine, celle des gens malades qui luttent avec des armes différentes que sont la gentillesse et le coeur.
Un livre fluide à parcourir avec des thèmes qui devraient plaire aux adolescents, dans la droite veine de "Nos étoiles contraires". Marion Uteza

A partir de 13 ans

coup de coeur La vie rêvée des grands / Géraldine Barbe. - rouergue (dacodac), 2015

Rose est une préado timide et secrète qui rêve de sa « vie d’après » et du garçon dont elle préfère taire le nom, celui qui semble un peu différent, à peu à l’écart, comme elle… entre première boum et grandes questions existentielles, c’est un très beau petit roman sur cet âge d’avant l’envol adolescent . Pour Rose, on a tous un canard qui deviendra cygne…Souvent, elle pense au sien, à ce qu’il deviendra, elle pense aux « canards » des autres et comment le monde tourne, comment chacun évolue. Une belle écriture imagée. Ewa Bochenski

A partir de 9 ans.

coup de coeur Le journal (nul) de mes amours nulles tome 3 / Bernard Friot. - Flammarion, 2015

Dans la série du Livre de mes records nuls et du Journal de mes vacances nulles, Le Journal de mes amours nulles raconte la mésaventure de Ben obligé de tenir un journal intime pour les cours de français de Melle Dumoulin. Il y a en fait deux journaux dans ce livre : l’officiel et l’officieux (qui risque de vous faire exploser car le papier est imprégné d’une substance chimique...). Bien sûr, le sujet du devoir tourne au ridicule, d’autant qu’il sera relevé par le professeur, évalué et lu devant toute la classe, et les élèves en ont d’ailleurs bien conscience. Le héros décide alors de recopier celui tenu par sa sœur et c’est là que les malentendus commencent car elle était amoureuse d’un footballeur... Un récit amusant et facile à lire. Du Friot pur beurre ! Sandy Morel

A partir de 10 ans

coup de coeur Le Roman d’un non-mort/Arthur Ténor.-Scrinéo,2015

J’ai adoré ce livre par son originalité et ses personnages attachants. Tout d’abord, l’histoire commence à Verdun en 1916, mais sa plus grande partie se déroule à Paris, cent ans plus tard. Le personnage principal, mon personnage préféré, est un jeune homme de dix-sept ans qui a peur de la mort. Il se nomme Gabriel Lambertini. Mais, avant les combats, il se retrouve dans un endroit étrange et rencontre quelqu’un. Il s’agit de la Mort. Le garçon devient, à partir de ce jour, un « non-mort » : un homme pour lequel « l’horloge-temps » s’est arrêtée. Il ne peut pas vieillir, mais il peut être blessé. L’histoire de cet homme est émouvante car seul le fait d’aimer peut le faire souffrir.
Ensuite, quand l’histoire reprend en 2016, Gabriel décide de reprendre le lycée à cent dix-sept ans. Il est resté le même physiquement, tandis qu’il est devenu sage et réfléchi. Il rencontre Cassandra, une jeune fille dont il n’ose pas s’approcher. On découvrira plus tard que c’est l’amour qui l’en empêche. Cependant, au fil de l’histoire, ils se rapprochent. Gabriel finit par choisir de quitter l’état de « non-mort » pour être libre de l’aimer : c’est une belle histoire d’amour. Mais ce livre mêle aussi le suspense, l’action (car, dans le même temps, une série de meurtres a lieu), l’amour et le fantastique.
Enfin, même si le personnage principal reste Gabriel, les personnages secondaires gardent une place importante dans la trame du récit. Antoine Rochand, le policier qui s’occupe des mystérieux meurtres, et Jordan Azan, un lycéen qui cache un terrible secret, sont tous deux souvents présents. Le Roman d’un non-mort adopte un rythme rapide, avec une intrigue envoutânte, j’ai d’ailleurs lu ce livre rapidement pour connaître son dénouement.

Cette lecture provoque en fait une réflexion intéressante : que choisir entre l’amour et l’immortalité ?

Nathan, quatorze ans.

À partir de onze ans.

coup de coeur Les sandales de Rama / Tristan Koëgel. - Didier Jeunesse, 2014

J’ai adoré ce roman où comment voyager à l’autre bout du monde sans sortir de son lit. C’est un peu un mélange de Slumdog Millionaire, de l’alchimiste (Poelo Coehlo) et de Candide. C’est la recherche du bonheur, de la femme convoitée sur un chemin semé d’embuches pour finalement revenir à son point de départ enrichi de ses aventures, expériences : c’est un voyage initiatique fascinant. C’est exotique, c’est spirituel, c’est drôle, c’est rocambolesque. Le livre alterne des passages où l’action se déroule à vitesse grand V et des passages plus calmes, plus méditatifs. L’écriture est très fluide et on est happé par l’histoire (en tout cas moi). J’aurais par contre plutôt classé ce roman en littérature adulte plutôt que jeunesse. Coralie Bernat

Upendra est vendeur de barbe à papa à Karmandou mais rêve de devenir chef d’expédition en haute montagne comme l’a été son père. Sa vie est subitement bouleversée le jour où il croise le regard de Satiya, une ancienne kumari, une enfant considérée comme une déesse vivante. Leur amour est impossible mais Upendra tente de forcer le destin…
Une quête initiatique à travers les rues de Katmandou et des chemins enneigés de l’Himalaya, grâce à laquelle, on plonge dans les légendes du Népal et les différentes classes sociales. Un voyage très agréable, bien écrit et très documenté (l’auteur s’est inspiré de son propre voyage au Népal pour écrire cette histoire). Christelle Renaud

A partir de 12 ans

coup de coeur Tout finit par un baiser ! / K. Klise. - Albin Michel (Wiz), 2014

Coco et Webb sont deux adolescents normaux qui n’imaginaient pas un instant qu’un simple et malencontreux échange de sac dans un aéroport en Europe chambouleraient ainsi leur vie. Tandis que tous les deux commencent à se découvrir par mail alors que des centaines de kilomètres les séparent, leurs parents, tous deux célibataires depuis bien trop longtemps, se montrent plus réservés et mettent du temps à accepter leurs sentiments. Ainsi, lorsque les couples se rencontrent, les événements se compliquent légèrement. Léger et agréable à lire, ce roman retrace la rencontre de deux couples différents dont la différence d’âge permet deux approches opposées : une rapide par internet et l’autre un peu plus longue et plus ancienne. Cette réflexion sur l’amour est optimiste et l’alternance entre les narrateurs qui sont tour à tour l’un des quatre personnages principaux rend le récit complet et captivant. Marie Jeannot

Tout fini par un baiser, certes, mais tout commence avec une valise. Ou plutôt deux. Car Coco et Webb, deux adolescent américains en transit direction vacances, se trompent par mégarde de valise. Horreur ! Heureusement, des indices leur permettent de nouer contact par mail, se découvrant avec plaisir. A l’inverse, et sans que les différents protagonistes soient au courant des liens de parenté, la rencontre entre la mère de Coco et le père de Webb démarre mal. S’ensuit des discussions entre Paris et Barcelone, des découvertes, des quiproquo et des intrigues ! Roman drôle et attachant à quatre voix (Webb, son père, Coco, sa mère), Tout finit par un baiser raisonne comme une chanson d’amour française ou espagnoles, de celles qui nous donnent le sourire aux lèvres malgré leur banalité stylistique. Un bon moment de détente. Marie Grandgirard

A partir de 13 ans

coup de coeur Hope / Xavier Deutsch. - Mijade, 2014

MARION Recherche de l’âme soeur au sein de l’Amérique étriquée de l’après guerre. Joseph, un jeune garçon sérieux et respecté, vit dans le Wyoming. Un jour, il est captivé par l’image d’une pin-up de calendrier qu’il décide de nommer Hope. Qui est-elle ? Pourquoi ressent-il un appel irrépressible ? Contre toute attente, les adultes approuvent et soutiennent sa quête. Et le voilà avec un billet de train pour Milwaukee... et d’un ticket pour ramener Hope ! Mais un monde très différent l’attend dans cette grande ville. Comment la retrouver ? Acceptera-t-elle de le suivre ?
Un très beau roman qui évoque le récit d’une rencontre magique qui va nécessiter plus d’un ange gardien ! L’histoire racontée à hauteur des yeux d’enfant captive et le milieu américain, anticommuniste et puritain est particulièrement bien rendu. L’équilibre entre action et merveilleux garde au récit une dimension réaliste qui n’exclut pas, à la manière du rêve américain, tous les possibles ! A lire ! Marion Uteza

Un roman beau, rempli d’espoir et agréable à lire. On découvre une autre époque et surtout une manière de penser tout à fait particulière mais charmante. Marie Jeannot

A partir de 15 ans

coup de coeur L’amour au subjonctif / Pascal Ruter. - Didier Jeunesse, 2014

28 élèves partent à la découverte de Rome, Naples et Pompéi avec trois de leurs enseignants et un chauffeur surnommé Tarzan. Ce sera en définitive, une rencontre avec eux-mêmes, leurs secrets, leur histoire, leurs espoirs. Roméo est fou amoureux de Juliette. Pravda ne se lave jamais. Anna a été adoptée. Zoé veut devenir Nonne. Merlin est capable de tout faire disparaître...
C’est à travers la voix de cinq de ces élèves que nous suivons les périples de ce voyage hors norme, des préparatifs au retour. Chacun a ses secrets, ses failles que le voyage va révéler. Les adultes ne seront pas épargnés par cette métamorphose.
La construction du livre forme un puzzle avec une fin qui éclaire différement les péripéties qui auraient pu paraître gratuites. L’humour n’est jamais loin et certains passages sont très drôles. Nous profitons aussi du voyage pour nous balader à travers l’Italie Antique : le Colisée, la fontaine de Trévise, les thermes ou encore le jardin des Fuyards de Pompéi. _ Un beau voyage, de ceux qui changent les hommes ! Marion Uteza

La principale d’un collège prend en premier la parole pour demander des explications : comment des collégiens ont pu revenir seuls en train d’un voyage scolaire en Italie ? Cette question posée va trouver réponse dans la lecture de ce roman. On va découvrir avec délices et humour des personnages qui vont pouvoir parler tout au long du voyage : de Roméo qui aime Juliette et voudrait profiter du voyage pour se rapprocher d’elle, à Madame Kroc qui va petit à petit se laisser séduire par Tarzan, un chauffeur de bus peu ordinaire, à Merlin (Leroy) qui a la manie fâcheuse de voler tout ce qui brille, à Monsieur Gentil en pleine rupture, on ne s’ennuie pas. Ce livre m’a bien plu pour le ton employé et aussi parce que ce voyage en Italie, je le fais aussi avec mes élèves. J’espère ne jamais tomber sur un Tarzan qui s’incruste aux visites guidées et donne son avis, fait le plein du car après le départ et s’arrête pour regarder sa série télé préférée ! Ce serait vraiment « rock’n roll » dixit le saint père Tarzan. Sandy Morel

A partir de 11 ans

coup de coeur Tant que nous sommes vivants / Anne-Laure Bondoux. - Gallimard, 2014

Hama et Bo travaillent dans une usine, l’un de nuit, l’autre de jour. Elle rythme leur vie, leur destin. Ils s’aiment même si Bo est un étranger récemment arrivé. Un incident va provoquer leur départ, leur fuite. C’est aussi l’occasion pour chacun de regarder ses racines et ses ombres.

Un livre en forme de parcours. Il y a le monde de la fin de l’ère industrielle avec des hommes qui n’arrivent plus à se parler et à espérer d’un avenir meilleur. Puis l’auteur nous entraîne dans une contrée proche du merveilleux avec une aventure sous terre proche de la gestation. Enfin, l’île semble représenter une certaine élévation même si elle ne peut se faire sans passage par les enfers.

Anne- Laure Bondoux dépeint une société sombre où subsiste des éclairs d’humanité. La question de la mort et du deuil irisent l’histoire avec le fil constitué par les ombres. L’auteur inclut le lecteur dans le temps du récit par l’emploi du Nous. Il forme un conte intemporel en distillant des repères plus symboliques que réels.

Un conte moderne en forme de cri qui propose le retour vers notre propre identité. Marion Uteza

A partir de 15 ans

coup de coeur Bab el love / Hervé Mestron. - Oskar (La vie) . 2014

Miloud a dans son existence deux amours : sa mère et la boxe. L’arrivée d’une nouvelle élève venue de France va changer son regard sur la vie. Pour attirer son attention, Miloud se met à s’investir dans sa scolarité, mais la belle reste distante avec tout le monde. Jusqu’au jour où … Un livre qui m’a plu par l’originalité de son écriture très imagée et vive. Elle donne une couleur forte et belle à cette peinture de la jeunesse algérienne. L’aventure humaine qui nous est contée est aussi intéressante puisqu’elle évoque la possibilité de modifier sa trajectoire de vie. Marion Uteza

Miloud n’aurait jamais du se trouver dans ce lycée français d’Alger. Pas le bon profil, pas le bon milieu. Mais sa mère, femme de ménage du directeur, a pu lui obtenir une place. "Miloud dans la bergerie" s’apprête donc à vivre encore une année de cauchemar...jusqu’à ce que la mystérieuse Nada fasse son apparition. Elle, fille de bonne famille, l’intello des quartiers résidentiels, distante. Lui, le cancre, le rebelle fan de boxe, désormais prêt à tout pour lui plaire. Même à s’impliquer dans les études. Lorsqu’un professeur leur demande à chacun d’écrire librement sur eux, Miloud s’exprime sur ce qu’il maîtrise le mieux : la boxe. La boxe comme philosophie de vie. Cette "entrée en écriture" va libérer quelque chose, à la fois dans le regard que l’adolescent porte sur lui-même, à la fois dans le regard que Nada porte sur lui... On aime le style alerte et le thème de ce roman court et percutant, l’amour au-delà des clivages sociaux, porté par les mots. Chacun est libre de prendre en main son destin... Ewa Bochenski

A partir de 11 ans

coup de coeur Les jeux de l’amour et du bazar / R. Crenblit. - Mijade. (Zone J). 2014

Lola, amoureuse impénitente, aime Joshua qui ne l’aime que d’amitié, qui lui-même se jure de coucher avec une femme plus âgée. Clara n’est jamais tombée amoureuse mais se promet d’y remédier, se demandant bien qui pourrait être l’objet de son amour résolu. Tarkan lui se jure de retrouver son amour d’enfance, celle avec qui il a juré de se marier. Même si pour cela, il doit rentrer en Turquie. Voilà pour l’acte I de cette pièce consacrée aux jeux de l’amour et du bazar ; l’acte II, nécessairement, impose ses tourments à nos 4 adolescents en quête, que nous verrons s’apaiser. Durant ces quelques 200 pages, retraçant alternativement l’histoire de ces 4 jeunes gens très différents mais tout aussi attachants, nous suivrons une bien agréable réflexion sur l’amour, l’amitié, le tracé que l’on donne à nos vies…

Autre lecture Roman à 4 voix où 4 adolescents, amis, racontent leur vie qui s’entrecroisent, leurs espoirs déçus, leurs élans. Entre la jeune fille qui ne sait pas vivre sans être amoureuse, le garçon turc, toujours amoureux de son amie d’enfance jamais revue, et celle qui refuse de s’attacher, on suit leur évolution, leurs déceptions lorsqu’ils osent sortir de leurs rêveries pour se confronter à la vie réelle.. Pas toujours facile, mais ces quatre-là grandissent, et osent évoluer. Bon roman qui s’adresse aux plus grands.

coup de coeur Bleu passion / V. Strauss. - Albin Michel. - (Wiz). 2014

Milan, 1487. Giulia, fruit des amours d’un comte et d’une couturière, a perdu sa mère à l’âge de 7 ans. Lorsque son père meurt à son tour, la jeune fille est envoyée au couvent de Santa Marta de Padoue, devant malgré elle renoncer à ses rêves d’amour et de mariage. Avant son départ, croyant pouvoir conjurer le sort, elle se fait faire par un sorcier un talisman censé lui apporter son désir le plus cher avant l’hiver....effectivement, c’est bien son désir le plus profond qu’elle découvrira au couvent, mais c’est une passion nouvelle : la peinture. Soeur Humilita, gardienne de la recette du fameux "Bleu passion", décèle l’immense talent de la jeune fille...mais lui révèlera-t-elle tous ses secrets ? Et qui est vraiment le jeune Ormanno, venu restaurer une fresque et faire battre le coeur de Giulia ? Une plongée passionnante dans l’Italie de la renaissance et les techniques artistiques de l’époque. Ce roman reflète également le rapport complexe entre les femmes et l’art et le fait que l’art était une affaire d’hommes. Une héroïne attachante, qui réussit à sortir de sa condition de femme sans se travestir en homme, qui est reconnue pour elle-même, telle qu’elle est. Tout en brossant un tableau de la société italienne de la Renaissance, ce roman n’exclut pas les péripéties et l’aventure (Giulia se fait enlever, séquestrer...). Une très belle lecture.

A partir de 13 ans

coup de coeur Les princes charmants n’existent pas / M. Brami. - Nathan. 2014

Tout commence par une lettre écrite à Ava Gardner (pas banal) et par une autre lettre tombée sur le balcon d’une jeune fille apprentie écrivaine. Une lettre de rupture adressée au voisin du dessus. A laquelle elle s’empresse de répondre. S’ensuit une correspondance aux codes d’abord bien ancrés : l’emploi du vouvoiement, pas de photos, pas de rencontre. Le jeune homme se prête au jeu mais est bien décidé à les transgresser, finalement.
Un livre qui a un côté désuet - ce livre pourrait être qualifié de charmant - et en même temps est très contemporain car, lettres à part, c’est toute la vie d’une adolescente qui se construit. Il y a de l’humour dans ce roman, et c’est fin, délicat, à propos. Un bon roman d’amour !

coup de coeur Mon coeur qui bat si fort / A. Kjetil Walgermo. - Bayard. - (Sublime idylle). 2014

Amanda va avoir quatorze ans et est amoureuse pour la première fois. Son cœur va lui jouer bien des tours...
Ce roman qui aborde des sujets graves - la maladie, la mort, la greffe d’organes, le deuil - sur un ton plutôt léger, avec pour contexte l’amour et l’amitié, peut plaire à un public adolescent.
Autre lecture
Amanda est fille unique, elle vit en Norvège et adore faire du vélo. L’arrivée de David va bouleverser son monde en l’ouvrant aux sentiments mais aussi en lui apportant la révélation d’un problème cardiaque important. Dès lors la vie d’Amanda, si active, bascule et ses espoirs s’amenuisent. Vaut-il encore la peine de vivre ?
Un roman qui interroge longuement la thématique de l’attente et de la mort dans sa seconde partie. Tous les personnages, et au premier plan Lars Lirud, évoluent et sont crédibles. L’atmosphère d’une petite ville norvégienne est bien rendu. L’écriture simple permet d’être lu par tous les publics. Un très beau livre à multiples facettes !
« Est-ce qu’on peut mourir à quatorze ans ?
Et à treize ans ? Voire treize ans et demi ? (...) Chaque minute, quelqu’un s’éteint, quelque part dans le monde. Mais de là à ce que ça puisse m’arriver... C’était dur à admettre.
 »

coup de coeur Ava préfère l’amour / M. Bernard. - Syros. 2014

La mission de consolateur d’Ava est en stand-by dans la première moitié de ce quatrième opus et nous en apprenons davantage sur la grande révélation de la fin du tome précédent : pourquoi sa mère a tu à sa fille qu’elle aussi voyait les fantômes ? Comment a-t-elle pu l’abandonner ainsi à son sort ?
Se pose ensuite le dilemme de savoir s’il faut divulguer cette information aux fantômes, qui avaient déjà eu bien du mal à accepter Ava, et remettre ainsi en question l’identité du futur consolateur. Mais bientôt l’urgence est ailleurs, en la personne -le fantôme plus précisément- d’Edward qui met en danger Ava et tous ceux qu’elle aime. Sa puissance est telle qu’elle n’aura d’autre choix que d’expliquer l’inconcevable à ceux qui étaient jusqu’alors loin d’imaginer l’existence de fantômes. L’heure des révélations a sonné, comment son petit-ami réagira-t-il ?
Maïté Bernard maintient le suspense dans cette série décidément réussie qui mêle aventures fantastiques, quelques éléments historiques et surtout une psychologie très soignée -et suivie- des personnages.
Autre lecture
Où Ava ne peut jongler éternellement entre les vivants et les morts… Nous avions abandonné Ava dans le coma lors du volume précédent. Elle se réveille entourée de ses parents et des deux garçons qui comptent à ses yeux : Marco et Alistair.
Dès lors Ava est bien décidée à s’entretenir avec Victoire afin de comprendre pourquoi celle-ci n’est pas devenue une consolatrice. Mais il reste aussi plusieurs autres points à régler pour Eva : concilier sa mission auprès des fantômes avec ses relations avec les vivants qui l’entourent et retrouver Théo. Mais comment s’y prendre alors que les événements continuent à se précipiter autour d’elle ?
Un tome un peu différent puisque tourné vers le passé de la mère d’Ava. Mais nous continuons aussi d’apprendre de nouvelles informations sur le pouvoir des fantômes. Le destin d’Ava se dessine mais il va falloir attendre 2015 pour pouvoir lire le tome final de cette excellente saga. Son message ? vivre au présent, "chacun à sa place", "chaque chose en son temps".
« Tout ce que tu crois connaître de la vie et la mort est faux. Nous n’avons pas tous la chance de trouver une paix immédiate après notre décès. Les fantômes existent. Les vampires et les loups-garous sont un fonds de commerce hollywoodien, les anges une vaste supercherie, et les sorcières et les fées, comme on le sait des contes pour enfants. Mais les fantômes existent. Partout, tous les jours, tout le temps, tu marches au milieu des morts. ça te va, comme vision de l’existence ? »

A partir de 12 ans

coup de coeur Tout va bien / E. Kavian. - Mijade. 2014

Dernier volet de la trilogie autour de Sophie et Gauthier (ou Homère !). Il devait être leur récit d’une romance commune en vacances loin des parents mais leur plan a lamentablement échoué. Gauthier se retrouve à Rome, Sophie reste chez elle et accueille un américain au prénom étrange : Dakota. Voilà de quoi mettre leur amour tout neuf à l’épreuve. Gauthier se dit que peut-être il pourrait profiter de cette liberté pour parfaire ou disons-le, initier sa vie sexuelle. Sophie se demande s’il est normal qu’elle confie à cet ami tout neuf des choses qu’elle n’a jamais dites à son petit ami.
Un amour déjà à l’épreuve des doutes… Mais ils se sont engagés à s’écrire souvent, à conclure par un Tout va bien destiné à se rassurer l’un l’autre. Dans cet échange, le lien est maintenu et tout reste possible même si nos deux tourtereaux empruntent des chemins bien différents : Sophie s’avoue et confie enfin qu’elle fait une dépression ; Gauthier fait le tri entre l’appel de ses hormones et ses sentiments profonds et nous pourrons bientôt conclure avec l’auteur : Tout va bien, au-delà des difficultés !
Autre lecture
L’auberge espagnole version ados. Mais pas seulement...
Gauthier est envoyé à l’étranger afin de s’ouvrir aux autres et découvrir une autre culture. Il voulait voir New York avec Sophie. Ce sera Rome, logé avec une islandaise, un chypriote, une espagnole et Klaus... mais sans Sophie, obligée de rester accueillir une américaine quinze jours chez elle.
Les problèmes très vite se multiplient. Dakota se révèle être un jeune homme, empreint de nature et de liberté. La logeuse italienne de Gauthier est gentille et agréable. Mais pourquoi ne leur donne-t-elle presque rien à manger ?
Gauthier dérive au milieu de la ville éternelle et des tentations de sa libido tandis que sa petite amie s’interroge sur sa capacité à se sociabiliser. Comme le rhinocéros de Ionesco, est-elle condamnée à vivre seule ? La cohabitation forcée avec le jeune américain va l’aider à comprendre que le rejet subi n’est en rien inéluctable.
Un roman qui clôt la trilogie de nos deux jeunes héros découverts dans Premier chagrin et poursuivie dans La conséquence de mes actes. Vivre en groupe, ne ressembler à personne, un équilibre difficile à concilier à l’âge de l’entrée dans la vie adulte. « Je ne suis pas un rhinocéros, tout va bien ».
Un livre pour rire, discuter et réfléchir. A lire.
« Ma mère nous a fait le coup des classes de patrimoine. Plombant. Quand je pense que tu es à Rome. J’espère que le charme de Dak va opérer sur maman et que nous irons à Paris, dès que mes joues seront redevenues roses par exemple. Super mini coup de blues mais ne t’inquiète pas, tout va bien »

coup de coeur Lune mauve 3 : L’affranchie / M. Aznar. - Casterman. 2014

Séléné a fui la responsabilité de servir la Déesse, de sauver Viridan, le monde dont sa mère est originaire. Elle ne pouvait renoncer à sa vie d’adolescente parisienne et surtout à l’amour de Thomas. Mais peut-on réellement échapper à ses responsabilités lorsque tant de vies sont en jeu ? Lorsque sa cousine Alexia est plongée dans un coma inexpliquée, Séléné fait ce qu’elle a à faire, même au prix de la perte de confiance de Thomas… « Si les liens de l’amour t’entravent, tranche-les ! »
Et puisque sa mission passe par la Foudre, elle fera tout pour récupérer cet « artefact perdu depuis des milliers d’années » qui ne doit pas tomber entre les mains des adorateurs de Marduk, dieu de la Mésopotamie ancienne et qui mettrait en danger la population des 2 mondes..
Troisième tome de la série Lune mauve, L’affranchie est très rythmé mais n’apporte pas de véritable nouveauté à l’intrique : Séléné finit par accepter son destin, ce que l’on savait avant elle.
Autre lecture
Fatiguée d’héroïsme, Séléné tente de reprendre sa vie en main. Elle souhaite plus que tout reconquérir Thomas pour qui son cœur n’a jamais cessé de battre. Son attention est aussi tournée vers la santé préoccupante de sa cousine Alexia qui, contre toute attente, lui offre un pacte de réconciliation. C’est alors que des signes inquiétants se multiplient tout autour de Séléné, l’obligeant à remonter vers les mythes fondateurs de Viridan.
Un livre où l’action est bien plus présente que dans les tomes précédents et plus de scènes se déroulent au pays de la lune mauve. Si ses amis et le lycée se retrouvent à l’arrière plan de l’histoire, c’est pour mieux s’intéresser à son père, à Thomas et à Viridan. Le récit qui prend la forme d’une quête des origines permet de mieux cerner la personnalité de Séléné, prête à tous les sacrifices. Mon passage préféré est celui qui nous amène à découvrir le Japon sous des pluies incessantes. Un tome en définitive assez sombre mais intéressant par divers aspects puisqu’il nous ouvre la genèse du monde de la mère de Séléné. Un dernier tome devrait conclure la série.
« La musique s’arrêta brusquement, et un silence presque surnaturel se fit dans la salle.
Bienvenue, mes créatures de la nuit, susurra la voix légèrement rauque d’Alexia, démultipliée dans les enceintes. Les fidèles, soulagés, applaudirent à tout rompre. Je fouillai la pièce du regard. Une silhouette sombre écarta le voile et s’avança vers le pentacle. La foule s’ouvrit pour laisser passer ma cousine. Elle était pieds nus et portait une combinaison noire qui lui recouvrait tout le corps. Ses cheveux, presque platine dans la lumière froide du laser, balayèrent son dos comme une coulée de soie. Un dégradé de gris avait transformé son visage délicat en crâne décharné, et l’effet était saisissant.
 »

coup de coeur Comme des images / C. Beauvais. - Sarbacane. 2014

« I. Il y a un corps dans la cour du lycée Henri IV. » Le ton est donné, le drame se déroule en un puzzle implacable.
Ils sont obsédés par leurs notes, leurs études, leur carrière. Issus d’un lycée select parisien, aucun échec ne leur est permis. Passer en ES est un naufrage, que dire de la filière L… Derrière l’excellence, l’ambition et la supériorité affichée, on découvre un univers d’une violence inouïe. Les dialogues sont acerbes, mauvais, pervers même mais les réactions impavides. Acceptation placide d’un univers déshumanisé là où devraient éclater le scandale, l’indignation, la révolte.
Seule Iseult s’émeut de tout ce qui ne tourne pas rond ces derniers temps : sa sœur jumelle Léo qui se joue de la narratrice et la traite comme une copine kleenex ; qui se fait humilier lorsqu’est divulguée à la vue de tous une vidéo très intime ; et cette narratrice amoureuse qui perd tout sens critique... Iseult observe, Iseult tente d’éveiller les consciences mais le monde continue sa course inexorable.
Après La pouilleuse, Clémentine Beauvais poursuit l’observation d’une jeunesse privilégiée mais désincarnée. La fin semble toutefois moins noire, avec cette narratrice qui espère bien fabriquer « quelque chose de plus vrai, de plus beau, de plus logique, dans ce grand monde de macadam. »

A partir de 14 ans

coup de coeur Le sens de l’honneur / R. Godel. - Oskar. - (Court métrage). 2014

Yvan, qui a tué Sandra ; Pauline, la sœur d’Yvan ; Thomas, petit ami de Pauline ; Sandra victime et déclencheur du drame. Tous se partagent les chapitres de ce court roman pour expliquer comment une histoire de rivalité amoureuse bascule dans la mort. Inspiré d’un fait divers, cette histoire dramatique montre les conséquences terribles des préjugés. S’aimer ne devrait jamais être honteux ; pourtant, cet amour-là, secret puis révélé dans la haine, causera la mort. Un gâchis dû à la bêtise ordinaire.

coup de coeur Pauline ou la vraie vie / G. Kuijer. - Ecole des loisirs. - (Médium). 2013

4 histoires rééditées et une inédite dans ce recueil, il faut donc aimer Pauline ! Heureusement, elle est bien sympathique. Elle n’a que onze-douze ans mais est très dégourdie, avec un sens de l’humour et de l’auto-dérision. Sa vie tourne autour de trois points d’ancrage : la maison, l’école et la ferme de ses grands-parents, sachant que sa mère va se remarier avec l’instituteur. Nous voici dans la Hollande que nous aimons : cette société ouverte, tolérante, décontractée, où les différences de religion ou d’origine et les complications des familles recomposées peuvent, certes, poser problème mais ne sont pas en elles-mêmes inacceptables. Lorsque le père de Pauline est devenu drogué, personne ne l’a blâmé mais on l’aide à retrouver une façon de vivre plus saine.
Pauline veut être poète et peut-être fermière aussi, avec son petit amoureux, Mimoun, d’origine marocaine. C’est un livre optimiste et plutôt ensoleillé même s’il y a tout de même quelques passages d’ombre : les disputes entre la mère et l’instituteur et surtout la mort du grand-père. C’est l’amitié d’une fille mexicaine réfugiée en Hollande avec ce qui reste de sa famille qui aide Pauline à surmonter son chagrin.
Un livre plein de charme donc, de sagesse et d’humour. Coup de coeur de David

coup de coeur Pas couché / C. Ytak. - Actes sud. - (D’une seule voix). 2014

Elle le martèle à tous ceux qui la titillent et s’étonnent qu’une fille et un garçon soient juste amis : « J’ai pas couché avec Timothée ». Mais il faut sans cesse se justifier et faire comprendre qu’on peut être lié par une amitié et une complicité forte sans devenir nécessairement amoureux. Mais une nuit, Timothée l’appelle et dit des choses étranges. Certes, il n’est pas dans son état normal mais le doute est semé : y a-t-il effectivement de l’amour entre eux ? Alors même que Timothée sort déjà avec une autre et qu’elle Manon a un œil en verre ? Les pensées insidieuses font leur chemin, il faudra prendre de la distance pour savoir ce qui les lie…
Amour, amitié, une ambiguïté qui se lève et qui ne disparaîtra sans doute pas, pas encore…
Autre lecture
L’amitié entre fille et garçon, ça existe ? Manon en est persuadée et rien ne compte plus pour elle que sa relation sans nuage et sans ambiguïté avec Timothée. En dépit des moqueries de leurs camarades, ils continuent à régulièrement se voir et s’envoyer des textos… Jusqu’à cette nuit, 2h03 du matin, où tout bascule…
Un très beau récit qui offre une voix à l’amitié. L’auteur évoque avec justesse la jalousie des autres et la question du désir qui peut naître à tout moment… Un magnifique chant aux sentiments qui ouvre vers la réflexion…
« Vous pouvez pas comprendre… Ce qu’on vit tous les deux, c’est autre chose. De mieux. Enfin, de différent. Vous pouvez pas comprendre. C’est de l’amitié, sans embrouilles et sans larmes. Enfin… bon… De toute manière, la seule chose qui vous intéresse, c’est de savoir si on a couché ou pas, alors que vous ne savez rien sur nous »

coup de coeur Sujet : Tragédie / E. Laban. - Gallimard. 2014

Lorsqu’on arrive en terminale à Irving, on se voit attribuer une chambre, et l’élève qui habitait ladite chambre laisse un “trésor” à son successeur. Duncan est impatient, anxieux, son pressentiment se vérifie : il hérite de la chambre de Tim (Macbeth !).
Tim l’albinos, habitué à être rejeté mais qui espérait trouver un peu de répit dans ce nouvel établissement dont la devise est « Entre ici pour être et te faire un ami ».
Tim amoureux de Vanessa, elle-même en couple avec l’irascible Patrick.
Tim dont l’année de terminale s’est achevée en fiasco...
Il a laissé pour “trésor” une pile de CD qui racontent cette année… Duncan a joué un rôle dans cette histoire et renâcle à s’y replonger, préfère roucouler avec Daisy...
C’est donc le récit d’une tragédie annoncée qui se déroule en chapitres alternés, dans une tension proportionnelle à la sympathie que nous inspirent les héros. Le sujet de devoir des terminales étant la tragédie, ils vont trouver matière à alimenter leur dissertation…
Une tragédie est une œuvre littéraire dans laquelle le personnage principal « souffre beaucoup et se retrouve acculé à sa perte. En général cette souffrance, cette perte, surviennent du fait de la tare ou de la faiblesse du personnage principal et de son incapacité à gérer le sort qui lui a été réservé ». Tim et Duncan n’auront pas les mêmes capacités à « gérer ce sort »…
Un roman difficile à lâcher qui nous interroge sur la portée de nos actes, notre responsabilité, sur la confiance en soi. En somme, sur la maîtrise que l’on peut avoir de son destin.

coup de coeur Ma tempête de neige / T. Scotto. - Actes sud. - (D’une seule voix). 2014

Étudiant, Zacharie a 19 ans, l’âge où l’on se fout à poil sur les comptoirs de bar... Mais il attend, avec Katell, un enfant qui le rend fou de joie, d’impatience, d’espoir. Ces quelques 60 pages disent leur rencontre amoureuse et leurs premiers doutes, levés par une évidence : ils souhaitent de tout cœur l’arrivée de ce bébé (« Ce soir là, on s’est fait l’amour avec deux corps qui avaient toutes les réponses »). Pas encore né, cet enfant a déjà l’âge de leurs attentes et désirs.
Un roman pour lycéens et au-delà.
Autre lecture
Un jeune homme de 19 ans parle à son bébé qui va naître. Il évoque sa rencontre avec Katell, âgée de vingt quatre ans et les liens qu’ils ont tissés et qui les ont amenés à choisir de garder l’enfant. On entend son amour pour cet enfant qui est déjà là dans son esprit, mais aussi les doutes de son entourage. 19 ans n’est-ce pas trop tôt ? Surtout quand on est étudiant... Mais le futur père n’a aucun doute, il a "confiance".
Un texte de la collection d’une seule voix, "des textes à dire, à partager avec soi et le monde". Un hymne à la vie que l’auteur porte avec joie. Un joli texte au final...
« Tu vas naître et... putain tu vas naître...Tu vas naître et, pour moi, t’auras déjà tout ce passé là. Impossible à raconter. Des déroulés de secondes rien qu’à toi. Ton aventure intérieure. Et moi, dans tout ça, "déjà" je suis ton père ? Avant que tu arrives ? Oui c’est ça, forcément. C’était "déjà" certain dès qu’on t’a vu sur l’échographie de la première fois, de toute façon. C’était y a longtemps maintenant mais, sur tout l’écran, il n’y avait bien que toi. »

coup de coeur La porte rouge / V. Gouby ; H. Vinet. - Thierry Magnier. - (Photoroman)

Dora n’est plus sortie de chez elle depuis le 29 juin. Date à laquelle Alex l’a coincée derrière une porte et l’a menacée. Parce qu’elle porte une mini jupe, parce que cela ne se fait pas dans leur quartier. Dora refuse de plier face aux diktats imbéciles mais derrière la résistance farouche, la peur, qui la fait se terrer.
Elle remarque que tous les soirs quelqu’un jette une canette, ce geste d’incivilité la pousse à sortir, à interpeler celui qui se révèle être un jeune homme : Charlie fuit tous les soirs sa maison, son père plus exactement, qui refuse son métier de jardiner. Métier de tapette.
Ces deux là, affirmant leur différence, se comprennent et s’entraident.
La série de photos ouvrant le roman montre une ouverture, Valentine Goby brode, autour de ces clichés, une histoire d’amour en lutte contre les discriminations, qui fait fi des étroitesses d’esprit de leur entourage.

coup de coeur La musique, c’est toute ma vie (L’amour, très peu pour moi) / J. Bloss. - Bayard. - (Sublime idylle). 2014

Ellie est obsédée par la fanfare ; chef de section des trompettistes, elle exige de la part de ses musiciens une discipline très sévère. Pas question d’un faux pas sous ses ordres, pas question non plus d’exécuter son solo autrement qu’à la perfection. Mais Connors est arrivé et tout s’est déréglé. Connors est « canon », Connors est « sexy » et les remparts qu’Ellie s’est construits depuis des années, suite à une expérience humiliante qui fit les choux gras de tout l’établissement, faiblissent dangereusement. Se laissera-t-elle finalement aller à l’amour ? Pour entendre les quolibets dans les couloirs : une terminale sort avec un élève de seconde ?!?
« J’ai la trouille, me suis-je avoué. Je meurs de trouille de ne pas être celle que j’ai toujours cru être. Et je m’accroche comme une folle à cette vieille image devant les autres, incapable d’affronter leurs regards. » Ellie chemine, aux côtés d’un Connors patient et très mature, et entourée de ses amis non moins exemplaires. Et la jeune fille égoïste et un brin psychorigide devient tout doucement sympathique.
Lecture légère et plaisante d’un titre de la nouvelle collection de Bayard, Sublime idylle, qui entend « faire battre le cœur des jeunes lectrices » avec ses « romans d’amour pour les plus de 11 ans. »
Autre lecture
Après une expérience amère et humiliante, Ellie, 17 ans, tire un trait sur l’amour et consacre tout son temps à sa passion : la musique. Obsédée par la fanfare, elle s’entête à repousser les gens autour d’elle, et refuse tout d’abord l’amour du beau et sensible Connor - qui pourtant fait battre son cœur - et ira jusqu’à être odieuse avec lui et trahir sa confiance. Comment peut-elle concilier amour et musique alors que ce jeune homme lui fait rater le solo de trompette qu’elle prépare depuis des mois ? Mais alors qu’elle se rapproche de plus en plus de Connor, voilà que son ancien amour de collège refait surface...
Ce roman nous plonge au cœur des bouleversements sentimentaux adolescents, explore les difficultés à aimer l’autre. Cette jeune fille, caractérielle, dominante et quelque peu brute, porte cependant le masque d’une grande sensibilité, d’un besoin d’amour et de reconnaissance évidents.

coup de coeur Ma nuit d’amour / F. Deghelt. - Actes Sud. - (D’une seule voix)

A 15 ans, elle s’est préservée de toute histoire d’amour. Parce que ce qu’elle veut vivre doit être grand, fort, sublime. Lorsque Jo, de 5 ans son aîné, lui susurre à l’oreille : « Bientôt, nous passerons toute la nuit ensemble toi et moi, et nous ferons l’amour », elle part dans de grands rêves. Vite sabrés par une vision de la réalité : Jo a embrassé une autre fille…
Les idéaux ont bien peu de poids quand une vague de sensualité déferle… Voilà ce que l’on découvre en pénétrant dans les pensées les plus intimes de cette jeune fille en mal d’amour.
Le roman est court, atypique, sensuel, et ... décevant quant au manque de recul de l’héroïne...

coup de coeur Un amour interdit / R. Bertin. - Oskar. - (La Vie). 2013

Le récit d’une passion interdite au temps des chevaliers et des troubadours. L’histoire raconte l’amour impossible qui unit la belle Jeanne, de naissance modeste, remarquée pour son talent et engagée comme demoiselle de chant auprès de la châtelaine de Crussol et Guy, valeureux chevalier, héritier du seigneur de Crussol.
Ce roman historique qui mêle aventure et sentiments est très bien écrit, agréable à lire, palpitant !
Autre lecture
Nous sommes ici au Moyen Age et nous apprenons beaucoup sur la vie des gens d’un château fort de l’époque : les vêtements, la musique, l’éducation et, au centre de l’intrigue, les mariages arrangés des enfants des seigneurs.
C’est ce dont il s’agit ici : deux seigneurs ont décidé de faire célébrer le mariage de leurs enfants. Mais le garçon n’aime pas la jeune fille et lui préfère une autre, d’origine modeste, qui est devenue musicienne dans la famille du seigneur. Jeanne se laisse séduire par Guy... Mais l’hésitation de Guy à accepter la fille riche et bien née provoque la colère de son père, et lors d’une violente querelle, les deux pères trouvent la mort. Guy est maintenant seigneur et maître de son destin. Quel sera-t-il justement ?
Il y aura sans doute beaucoup de jeunes lecteurs, de jeunes lectrices surtout, qui seront déçus, choqués, par le cynisme d’une telle conclusion...

coup de coeur Le garçon qui aimait deux filles qui ne l’aimaient pas / N. Kuperman. - Ecole des loisirs. - (Médium). 2013

Louis est un garçon gentil et sensible, amoureux de Mona depuis la crèche. Mona qui le maltraite gentiment, qui le considère comme son ami, et qui au final, se satisfait de ne pas voir que Louis est amoureux d’elle. Seulement Louis commence à se rapprocher de Deborah et son attitude vis à vis de Mona s’en ressent. Ce n’est plus le Louis gentil, prévenant et disponible....
Roman écrit sous forme de journal, où le jeune narrateur s’interroge, non sans humour et ironie, sur son cas : POURQUOI est-il autant attiré par quelqu’un qui le rejette ?
Autre lecture
Louis se fait mener par le bout du nez par Mona depuis la crèche. Mais aujourd’hui, il veut affirmer son indépendance ! D’autant que Mona a un amoureux… Après la déconvenue, une idée : Et si Déborah était son amoureuse ? Qu’il est compliqué de découvrir l’amour ! Heureusement, pour l’amitié, les choses sont plus simples.
Louis est attachant, à la fois gauche, drôle et fidèle dans ses inconstances ;-) Nathalie Kuperman saisit très justement les hésitations de son héros narrateur qui se débat avec son envie d’avancer et ses doutes sur tout…
« Finalement, ne plus se parler a du bon. Ca évite les malentendus, les interprétations, les non-dits, et toutes ces choses qui, à force, vous rendent fou. »

coup de coeur Sur le toit / F. Niobey. - Rouergue. - (DoAdo)

Ils ne se sentent pas écoutés, regardés, entendus, alors ils décident de prendre de la hauteur. Ces jeunes adolescent crient leurs colères, leurs peurs, leurs doutes, leurs amours… perchés sur un toit face à la caméra d’Alix. A tour de rôle, ils se racontent : Eïla et son frère si peu présent mais tellement important, Benjie et la musique, Seb et son histoire d’amour amputée… moments de confidence. Mais Flora n’est pas là, une absence comme un mystère qui les interpelle...
Eclats d’intimités, panorama sur le vif d’une génération pleine d’énergie et de fêlures, que la société peine à entendre.
Autre lecture
Portraits en mouvement de jeunes adolescents. Un groupe de copains se retrouve un soir sur un toit, alors qu’un d’eux filme et les invite à confier leur secret. Les chapitres zooment sur quelques uns de ces visages afin de révéler leur histoire et leur faille. Rébellion, coupe de cheveux, musique, danse, bière, jeu avec la mort, amitié, racisme, incompréhension des parents... ils tentent de faire entendre leur cri, leur différence. Mais tous ne veulent pas se confier et il y a l’absence de Flora, qui n’arrive pas...
Un récit au style haché qui par moment reproduit les plans de la camera et apporte une focalisation originale sur les personnages. L’histoire progresse avec comme fil conducteur le mystère qui entoure Flora. L’ensemble, à l’image de l’adolescence, est protéiforme et magmatique. Les jeunes lecteurs se retrouveront-ils dans cette écriture ?
« Tu étais avec qui ? Pas avec ce black, dis-moi, pas avec lui ? On pose moins de questions aux garçons. Tu peux dire noir, maman. Edmond est noir, oui, profondément, d’un beau noir mat, qui fait frémir. Tu peux dire noir. N’aie pas peur de ce mot. N’aie pas peur du noir. Mais maman, tu peux dire aussi Edmond. »

coup de coeur Astor, le riff de la rue / R. Harland. - Hélium. 2013

Dans une Angleterre d’un XIXème « rétro-futuriste » (ou steampunk), Astor, jeune musicienne issue de la noblesse, se retrouve - suite au remariage de sa mère - gouvernante des trois enfants de la plus riche famille du royaume, les Swale … Surmontant son orgueil blessé, elle fera face à cette situation et réussira à s’échapper grâce à Verron, valet étrange et débrouillard de la maison Swale. Ensemble, ils fuiront dans la « zone » où règne la guerre des gangs et se lanceront dans une carrière musicale… Un roman d’aventure qui nous emmène dans un univers à l’ambiance parfaitement recréée, avec des personnages attachants, bref, un bon moment de lecture.

coup de coeur La bobine d’Alfred / M. Ferdjoukh. - Ecole des loisirs. - (Médium). 2013

Harry et son père sont des cinéphiles invétérés qui ont la chance de se retrouver à Hollywood. Leur bonne fortune ne s’arrêtent pas là puisqu’ils vont côtoyer le grand, l’immense Monsieur Hitchcock qui tourne en secret Mary Rose. Harry est ahuri lorsqu’il se retrouve avec les bobines des premières images du film. Avec la belle Valentine pour héroïne. Comment résister… Il visionne les images et… tout lui échappe.
Une œuvre cinéphile chapitrée avec 18 titres de film du maître, saupoudrée de références diverses et de clins d’œil anachroniques. Le film en question est réellement un film qu’Hitchcock rêvait de tourner et qui ne vit jamais le jour. Malika Ferdjoukh s’est amusée à en imaginer le naufrage. Mais la leçon du livre est une répétition du principe A quelque chose malheur est bon… Harry lui, au milieu de cette bérézina, découvrira l’amour...
Autre lecture
Harry a un père cuisinier et... cinéphile. Quand celui-ci est engagé par une célèbre actrice pour servir de cuisinier à Hollywood, Harry ne sait pas à quel point cela va changer sa vie ! Entre tournage secret, disparition de bobine et course poursuite, Harry va faire les rencontres de sa vie et en premier celle de Madeleine...
Un roman qui nous permet de découvrir la magie du cinéma du point de vue d’un adolescent. Ferdjoukh nous envoûte et nous offre une rencontre exceptionnelle avec Hitchcock. L’intérêt du récit est moins dans la narration que dans la capacité de l’auteur à faire sentir au lecteur une atmosphère.
« Ah, c’est de la belle histoire. Ça parle des morts, tu vois, des morts qui reviennent et qui partent. Du souvenir. Du temps qui passe. De l’amour d’une maman pour son enfant. Mais va proposer ça à des producteurs ! Ils te répondent quoi ? "Monsieur Hitchcock, tu nous as montré des meurtres sous une douche, sur un manège, un trapèze, dans un train, un bateau, un moulin, un clocher... et tu te ramènes avec ta petite histoire de fantômes sans crime ? Sorry. No money." Trop romantique pour 1964. »

coup de coeur Mes débuts dans l’art / C. Donner. - Ecole des loisirs. - (Médium)

Incidemment, David découvre qu’il est extraordinairement doué pour le dessin. Son père n’a alors de cesse de faire de lui un grand artiste. Cours particulier, puis école d’art, David suit docilement, désireux de ne pas contrarier son père mais tout cela ne le passionne guère. D’autant moins lorsqu’il se retrouve au cœur d’une guerre entre ses 2 professeurs, l’un le considérant comme un génie, l’autre comme un petit garçon sans audace. L’occasion d’une réflexion sans lourdeur sur l’art, rythmée d’anecdotes historiques sur certains artistes. Ready-made, instinctivisme, body art sont également évoqués...
David quitte le ton détaché qui est le sien lorsqu’il fait la connaissance de Rocio Mendes. Avec elle, l’art devient un enjeu réel...
L’art et la littérature s’imbriquent dans la vie, l’amour, la mort et réciproquement. Un roman d’une force brute, porté par un personnage sincère et humble. Coup de coeur de Julie

coup de coeur Entre les deux mon coeur / N. Brun-Cosme. - Ecole des loisirs. - (Théâtre). 2013

Courte pièce de théâtre. Deux jumeaux tous les deux amoureux de leur amie d’enfance sont consternés par l’incapacité de celle-ci à les distinguer. Mais à ce jeu de colin-maillard enfantin fait écho peu à peu un drame qui lui concerne les adultes...
Une pièce à double lecture où le pardon et l’amour tentent de se concilier. Qu’est-ce qu’aimer ? Qui aime ton ? Peut-on se tromper ? Une pièce sur l’errance et l’espoir, sur le balancement de la vie. Mais pour qui est écrit le livre ?
« Ils disent que je me trompe. Ils disent que Théo, c’est Tom. Mais moi je sais bien que c’est Théo. Quand on a joué à colin-maillard avec le grand foulard jaune de ma mère, quand j’ai posé mes mains sur son visage, je savais bien que c’était le visage de Théo. »

coup de coeur Le dernier ami de Jaurès / T. Sollogoub. - Ecole des loisirs. - (Médium). 2013

Tandis que les grands de ce monde font la guerre et la paix, des gens modestes mènent leur vie anonyme d’amour et de travail. Parmi ces gens, il y a Paul, un garçon de 15 ans, sa mère Catherine et son compagnon marin, Mallavec, et un couple sexagénaire, Lucien et Suzanne. Des gens affectueux, intelligents, généreux. C’est inhabituel dans un livre pour adolescents de donner une telle place aux vies des aînés mais l’amour qui unit chacun des couples est d’une sincérité et d’une tendresse qu’on ne trouverait guère dans un roman contemporain pour adultes, et qui donnerait aux jeunes, du moins dans le cas de Suzanne, qui est en train de mourir, une idée de la beauté de pouvoir finir sa vie dans une fidélité à toute épreuve. L’histoire d’amour de Paul, par contre, appartient plutôt au registre des contes de fées. Il tombe amoureux d’une fille de classe supérieure aperçue la nuit sur son balcon. Personne ne lui déconseille d’espionner quelqu’un qui se croit seul, et sa décision de refaire sa vie avec elle loin de la France et des menaces de guerre est si forte qu’elle accepte d’entrer dans son rêve.
Le lien entre le monde des grands et celui des modestes est Jean Jaurès, le chef socialiste qui fait de son mieux pour sauver la paix. Mais les deux assassinats au début et à la fin du livre, celui d’abord de François-Ferdinand à Sarajevo le 28 juin 1914 et puis celui de Jaurès lui-même le 31 juillet à Paris, nous font comprendre que la guerre est maintenant inéluctable. Le côté historique du roman est bien présenté, mais il faut sans doute avoir déjà quelques idées sur la Grande Guerre pour l’apprécier pleinement.

coup de coeur La première fois / G. Constant. - Oskar. - (Court métrage)

Crystal, entre impatience et appréhension, sait que tout va changer pour elle ce soir : elle va enfin faire partie de "ceux qui l’ont fait", comme ses meilleures amies. Heure par heure, nous assistons à la préparation de la soirée, aux doutes, aux mille questions futiles et fondamentales qui la traversent et aux réflexions plus générales sur sa vie. Crystal, qui se sent si moche, doit elle saisir l’occasion de le faire avec un garçon qu’elle connait à peine ?
Un texte court très juste sur cette étape cruciale qui prend tant de place dans la vie d’un adolescent et peut se révéler si simple lorsque la discussion prend le relais des doutes.

coup de coeur Le val de la morte embrassée / M. Honaker. - Flammarion

Une jeune journaliste reçoit un texto pour le moins étrange : un ancien magnat de la presse retiré depuis des années dans son manoir lui propose une interview. Piquée au vif, Jubella part à la rencontre de cet énigmatique personnage. L’homme est âgé mais oppressé par un terrible secret. Sur le point de le révéler, il meurt subitement laissant la jeune femme en proie a un danger imminent. Jubella devra faire preuve de ténacité et d’une certaine ouverture d’esprit pour comprendre au-delà des mots, le mystère de toute une vie.
Un livre aux pouvoirs envoûtants. Et si la force de l’amour pouvait faire renaître à la vie ? Dans un décor propice aux contes et légendes, se déroule une enquête passionnante et surnaturelle.
Autre lecture
Jubella, jeune journaliste est invitée par un homme célèbre pour réaliser une interview. Entre remords et dernières volontés, celui-ci lui révèle son identité secrète, celle d’un être spécial, un éveilleur et l’imminence de sa mort. Et effectivement, le corps de Lord Denholm est retrouvé le lendemain matin, sans vie... Jubella cherche alors, entre enquête journalistique et désir de comprendre, à retrouver le tableau de Turner, un instant aperçu et présenté par le Lord comme la clef du mystère...
Une nouvelle fois l’auteur mêle enquête policière et fantastique. Le thème principal de l’œuvre, le pouvoir de la peinture, se décline tout le long de l’histoire entre conte de fées et malédictions. Le monde peuplé par Honaker, avec une méchante reine et des armes redoutables fait frémir le lecteur. Reste l’amour pour équilibrer le récit.
« Les éveilleurs sont seuls. Ils l’ont toujours été. C’est un lourd fardeau à porter que celui de détenir le pouvoir de vaincre la mort... Une si lourde charge... »

coup de coeur Un lézard amoureux / A. Cousseau. - Rouergue. - (DoAdo). 2013

Prosaïquement récit d’une "première fois", Un lézard amoureux est beaucoup plus que cela. Il évoque par petites touches très sensibles et poétiques la belle relation d’un fils avec son père, une amitié qui rien ne pourrait venir ternir, la découverte de la mort, la peur de dire l’amour...
Aucun évènement extraordinaire dans ce roman mais une façon de voir et de vivre les choses en profondeur qui leur donne un sens tout particulier. Et l’on se laisse bercer par la douceur qui se dégage des êtres et par l’écriture concise et puissamment évocatrice.

coup de coeur Ma vie extraordinaire / Johan Unenge. - Bayard, 2013

Morne vie que celle de Mattias. L’école, les jeux vidéo, les parents. A l’infini. Avec quelques variantes : la sortie de la dernière version de Mortal Kombat, les immigrés qui se sont échappés de leur centre d’accueil et la chasse à l’homme qui s’organise, le match de basket d’Hellevik qui gagne toujours depuis que Yosseff est dans l’équipe... Le seul évènement notable aux yeux de Mattias est l’arrivée d’Alva. Alors qu’importe toute cette agitation aux relents racistes. Mais peut-on faire abstraction très longtemps d’une réalité toujours plus nauséabonde ? Et lorsqu’un des jeunes immigrés sonne à sa porte ?
Texte et encarts de BD alternent pour installer une ambiance poisseuse. Le narrateur ne veut pas se positionner, les parents sont maintenus dans une ambiguïté malgré quelques réactions plus affirmées, tout est fait pour que le lecteur reste maître de son jugement. Comment réagirions-nous face à la haine populaire ? Comment se positionner sur des enjeux de société ?
Un texte suédois troublant, intelligent dans son approche, qui incitera le lecteur à réfléchir.

A partir de 12 ans

coup de coeur Cœurs brisés, Têtes coupées / R. Schneider. - Gallimard. 2013

Suite à un grave accident de voiture, Ezra voit sa vie chamboulée. Il passe de champion de tennis et héros du lycée à handicapé. Le récit recouvre son année de Terminale et les changements inéluctables. Si ses amis sportifs essayent de l’intégrer à nouveau c’est évidemment avec un rôle différent, diminué. Ezra décide alors de se retourner vers son ami d’enfance, peu populaire et responsable du groupe de débat. Ce virage à 180° coïncide avec l’arrivée dans sa classe de Cassidy, une fille au passé trouble qui l’attire peu à peu... Comment se reconstruire lorsque tous vos rêves s’écroulent ?
Un roman intéressant sur la découverte de soi et de ses limites. L’auteur instaure un jeu du chat et de la souris entre les deux héros qui accroche le lecteur. Le mystère Cassidy se révèle peu à peu, éclairant d’une autre manière le livre. Mais il est avant tout question de mieux se connaître pour se réaliser, seul. Entre solitude et popularité, Ezra souffre et évolue, offrant au lecteur un héros en définitive optimiste. Un univers très ancré dans les valeurs américaines et un système scolaire assez différent avec l’incontournable bal de fin d’année. Un roman à découvrir.
« Voulait-elle vraiment que je le dise à voix haute ? Que je lui explique que je ne me sentais plus à ma place parmi eux, comme s’ils recherchaient uniquement ma compagnie par pitié ? Qu’ils m’avaient abandonné pendant que j’étais à l’hôpital ? Qu’elle m’avait trompé le soir de l’accident et que la tenais pour un tout petit peu responsable de ce qui m’était arrivé ? »

coup de coeur Les mémoires d’Adalbert / A. Nanetti. - Joie de lire. - (Hibouk)

Adalbert a 11 ans et une farouche envie de grandir. Mais il est chétif et surprotégé, autant dire que pour s’émanciper, il faudra batailler ! Première étape, aller à l’école publique, avec son copain Manu. Prendre quelques coups, s’opposer aux parents, tricher par amitié, jouer au foot, lire des revues porno… Et surtout, toujours par amitié, prendre ses responsabilités. Et alors quand il s’agit d’amour…
Un livre court au ton alerte, vraiment sympathique : ce personnage timide mais volontaire est un gamin attachant et un adulte en devenir non moins respectable !

coup de coeur Mon frère est une sorcière / A. Tiercelin. - Rouergue. - (Dacodac)

Arnaud, pendant une semaine, aura une maîtresse à la place de son maître tant apprécié. Très vite, il se met en tête qu’elle est en réalité une sorcière... Son frère lui donne le mode d’emploi pour le protéger, lui et tous les enfants, de ses redoutables pouvoirs. Inquiet, Arnaud suit les consignes à la lettre : mettre un polo rose, manger de l’ail…
La relation entre les 2 frères est à la fois touchante lorsqu’ils évoquent l’amour qu’Arnaud découvre tout juste, et un brin cruelle lorsque l’aîné se moque du petit. Mais au final, on rit de la naïveté d’Arnaud, rassurés de le voir se consoler dans les bras de Lucie.

coup de coeur Je vous écrirai / P. du Bouchet. - Gallimard. - (Scripto). 2013

Un roman ambitieux et de facture classique : l’histoire d’un individu et d’une famille située dans le cadre d’événements historiques, qui vont de la Révolution bolchévique de 1917 jusqu’à la guerre d’Algérie en passant par la deuxième guerre mondiale. Les événements de l’histoire personnelle et familiale se situent pour la plupart vers la fin des années cinquante. Le personnage principal, une jeune fille prénommée Amalia, est née en 1938, et au cours de l’intrigue elle découvre ses origines cachées. Le deuxième personnage du roman est sans doute sa mère, une femme simple dépassée par les événements dramatiques qui ont compliqué, et qui vont compliquer encore, sa vie de famille. Elle sombre lentement, péniblement, vers la mort, dans un mouvement en contraste évident avec l’essor de sa fille, qui s’épanouit à Paris aussi bien dans sa découverte du théâtre que dans ses études de philosophie.
Le roman est dense, raconté en grande partie par les lettres que les personnages s’écrivent. C’est un livre pour bons lecteurs qui ont l’habitude des lignes narratives qui passent d’une époque à l’autre.
Autre lecture
Septembre 1955, c’est une nouvelle vie qui commence pour Malia : jeune étudiante douée, elle a obtenu la permission de poursuivre ses études à Paris, de loger avec sa grande amie, Gisèle. Mais rien n’est joué tant sa mère a du mal à la voir partir, à la laisser vivre sa vie. Et les choses ne s’arrangent pas lorsque son père meurt. Malia est partagée, elle aime de tout cœur sa mère, si simple, si généreuse qui ne vit que pour elle. Mais elle aspire à une vie tellement plus riche, ouverte sur le monde… Elle découvre à Paris la politique, le théâtre, l’amour… Et tandis que son monde s’élargit, sa mère sombre dans la folie et appelle Malia à ses côtés, de tout son être.
Un roman qui commence comme le récit d’émancipation d’une jeune fille et se referme sur une quête trouble d’identité. Malia, qui s’est toujours sentie si différente, apprend qu’elle n’est pas la fille biologique de ses parents. Les secrets de la guerre ressurgissent...

coup de coeur Conquise / A. Condie. - Gallimard. 2013

Le soulèvement va commencer. Il est rendu nécessaire par l’apparition de la Peste. Seuls les rebelles ont les médicaments qui peuvent éviter la mort en masse de la population. Mais rapidement tout se dérègle lors de l’apparition d’un événement imprévu... Nos héros font entendre, chacun leur tour, leur voix. Ils évoluent tout en restant fidèles à eux-mêmes. Les destins se croisent et se mêlent. L’ensemble est orchestré comme un thriller, une course contre la montre, contre la mort.
Nous retrouvons avec plaisir l’importance accordée par l’auteur à la poésie et au pouvoir des mots mais aussi à la création et à l’entraide. Le thème du souvenir reste de la même manière très présent avec la question de savoir comment garder les morts en nous. La symbolique du pilote est elle développée et expliquée avec justesse en parallèle. Un ensemble très harmonie et cohérent même si 517 pages c’est forcément un peu long !
« "Avance, ne t’arrête pas." C’est non seulement ce que le Soulèvement nous a demandé de faire mais également ma devise personnelle. Alors j’avance, sans m’arrêter, même quand j’entends la chanson que diffusent les ports de communication du Centre médical. Je la connais. C’est l’hymne de la Société. Mais dans la bouche du pilote, il résonne comme un requiem, célébrant la mort de la Société. »

coup de coeur Ever Dark / V. Rossi. - Nathan. 2013

Suite de Never Sky.
Dans un monde en décomposition, tous les hommes restants ne survivront pas mais chacun se bat, pour sa vie, sa famille, son clan et parfois pour l’amour. Aria doit trouver le Calme Bleu pour obtenir en échange la libération de Talon. Pour cela elle accepte de rejoindre Perry et la tribu des Littorans afin d’être marquée comme Audile. Mais rien ne se passe comme prévu et Aria est rapidement contrainte de repartir, accompagnée par Roar qui souhaite retrouver Liv. De nombreux obstacles se dressent devant nos deux héros et l’Ether n’est pas le moindre...
De nombreuses péripéties ponctuent ce second tome de la saga qui oppose sédentaire et les "Sauvages" . Mais les deux forces sont elles-mêmes menacées par la furie des attaques d’Ether. Le Calme Bleu existe-t-il ? Qui réussira à l’atteindre ? Un roman d’aventure qui laisse peu de répit au lecteur. Entre amour, trahison et fantastique, le monde inventé par Veronica Rossi a de quoi satisfaire un large public.
« On perd. On ne cesse de perdre, mais on est toujours là. On tremble, on a peur d’agir. Je ne veux plus me contenter de cette vie parce que j’ignore s’il existe quelque chose de mieux. Cela existe forcément. Ça n’aurait pas de sens autrement. Aujourd’hui, je peux agir. Et je vais le faire. »

coup de coeur Je t’aime / Totem / A. Cousseau. - Rouergue. - (Boomerang). 2013

Vasco, géant solitaire, trouve une « tête abandonné, aux yeux fermés, aux narines frétillantes, et aux lèvres entrouvertes d’où s’échappe un souffle très léger ». Que faire de cette tête ? Où est le corps ? Vasco n’aura de cesse de retrouver l’entité de cette géante amputée et c’est beaucoup plus qu’il va découvrir…
En écho, pour une dimension amplifiée de l’amour, l’histoire tête bêche Totem, où Victor rencontre Emiliana. Surnommé Ana. A + V...
Le style si envoutant d’Alex Cousseau pour un hymne à l’amour, complétude des êtres…
Autre lecture
Deux courtes histoires s’interpénètrent. Celle d’un géant empreint de solitude qui au hasard d’un chemin va découvrir l’impensable, l’évidence de l’amour et celle d’un jeune indien à la recherche de son âme sœur. L’ensemble est poétique et brode autour du thème de la rencontre et du destin.
La couverture réalisée par Cédric Cailhol est magnifique et rend bien le contenu du livre. Le récit de la découverte inattendue par le géant de son altérité m’a semblé trop marqué par la mythologie. Le second est plus facile à apprécier. « Mon père m’a dit un jour qu’en observant les nuages, on peut découvrir le visage de son amoureuse. Depuis, je lève régulièrement les yeux au ciel. Et je ne vois que des formes étranges, qui ressemblent parfois à des animaux imaginaires. Mais jamais aucun visage humain. Non, mon amoureuse à moi, je ne l’ai pas trouvée dans le ciel. J’ai trouvé sa piste sous l’écorce d’un arbre. Sur mon totem. Et je vais raconter comment... »

coup de coeur 3000 façons de dire je t’aime / M.-A. Murail. - Ecole des loisirs. - (Médium). 2013

C’est une narration portée par un nous, sans qu’il soit dit explicitement qui de Chloé, Bastien ou Neville, assume la narration. Car c’est une histoire vécue et écrite à trois, trois amis liés par le théâtre.
Chloé suit des études littéraires de prépa, Bastien met un point d’honneur à ne pas travailler et à faire rire, Neville, lui est à la fois torturé et désinvolte. Tous ambitionnent de devenir comédien et ils font leurs armes auprès de Jeanson. Ils vont devoir entendre et comprendre les consignes de leur professeur pour véritablement se mettre dans la peau de leurs personnages. Une voie étonnante pour se comprendre un peu mieux soi-même... « Lancez-vous mademoiselle ! Après tout, il ne s’agit que de mourir ! »
De nombreuses tirades du répertoire classique sont convoquées dans cette histoire d’amitié, de solidarité et d’amour généreux, qui nous prouvent s’il était besoin que les grands auteurs (cités en fin d’ouvrage) peuvent toujours entrer en résonance avec les préoccupations quotidiennes des adolescents d’aujourd’hui.

coup de coeur La mort préfère Ava / M. Bernard. - Syros

Toujours dans sa mission de venir en aide aux fantômes, Ava visite l’Ile de Guernesay pour assister à l’assemblée annuelle des consolateurs. Elle rencontre les fantômes de l’ile, les nombreux consolateurs -elle qui a longtemps cru être seule à avoir ces pouvoirs si particuliers-, mais aussi quelques humains bien en chair : Marco, son ex petit-ami, Alistair qui pourrait bien être le prochain. Oui, l’amour fait son entrée dans la vie d’Ava et la jeune fille se demande comment envisager une vie amoureuse avec un humain quand on passe l’essentiel de son temps en conversation avec des fantômes. Pour compliquer le tableau, un troisième amoureux entre en piste, spectral celui-ci...
La vie amoureuse d’Ava, les machinations entre consolateurs, le terrible secret de sa formatrice Cécilia... le séjour d’Ava sur l’île ne sera pas de tout repos et se terminera même à l’hôpital ! Avec une révélation qui nous invite, nous presse même, à lire le prochain tome !
Autre lecture
Ava revient pour les vacances chez son oncle. Elle doit poursuivre le recensement des fantômes des différentes îles et rencontrer d’autres consolateurs. Mais notre héroïne devient adolescente et le thème des sentiments est plus présent dans ce tome. Non seulement elle retrouve Marco mais elle fait aussi de nouvelles rencontres... En parallèle, Ava tente de résoudre une nouvelle énigme qui concerne cette fois-ci le passé de sa consolatrice... De nouveaux fantômes, plus originaux les uns que les autres font aussi leur apparition.
J’adore Ava. Non pas que l’on soit happé par le livre mais parce qu’il en découle une atmosphère très particulière, avec le paysage de Guernesey, les revenants qu’il faut consoler (seulement s’ils le veulent !), et le personnage de la jeune fille hésitante et en plein apprentissage. Ce volume est un peu particulier. La révélation du passé douloureux de la consolatrice amène une note inattendue dans ce volume plutôt romantique, et surtout la fin... qui donne envie d’écrire tout de suite à l’auteur pour lui demander de ne plus nous faire un coup pareil...
« Règle numéro 21 de l’art du consolateur : Parfois, il faut se faire aider pour aider. Mais parfois, il faut aider pour se faire aider. Et d’autres fois, il faut aider sans attendre de retour, comme il peut arriver qu’on doive accepter de l’aide sans se demander comment la rendre un jour. Encore quelque chose qui n’est pas simple. »

coup de coeur Une vie retrouvée / J. Chicheportiche. - Oskar. - (La vie)

Un joli récit, délicat, émouvant, qui raconte la quête de Gina, une jeune étudiante parisienne éprouvant le besoin de retrouver ses racines dans sa terre d’origine : le Cantal. Grâce à sa persévérance, elle découvrira au terme de cette quête initiatique sa véritable histoire et elle comprendra mieux sa passion pour les saveurs et les parfums.
Autre lecture
Histoire classique autant que douloureuse : le petit ami de Gina l’a quittée pour sa meilleure amie. Double trahison. Le remède lui est plus original : Gina décide de partir dans le Cantal à la rencontre d’une grande tante inconnue qui fait l’objet d’une véritable loi du silence dans sa famille. Approche tout d’abord distante et premier constat : cette tante Eugénie est considérée dans le village comme une sorcière excentrique. Premier contact : rejet violent de la part de la vieille dame. Mais Gina, intriguée par toutes sortes de coïncidences troublantes entre son histoire et celle de son aïeule s’acharne et lève enfin le voile sur un secret de famille d’une grande violence.
Si le récit de cette vérité mise peu à peu à jour est mené par une Gina opiniâtre, il est rendu vivant par un personnage très attachant, à la spontanéité désarmante et à la joie communicative, dont Gina dira : « Jessica m’est apparue à ce moment-là, non plus comme une gamine qui parlait trop et trop vite, comme on lui reprochait, mais comme une petite fille solitaire, sensible, et qui surtout prenait le temps d’observer le monde et de se faire son idée à elle au lieu de suivre aveuglément les autres ». Elle apportera le tourbillon nécessaire à Gina pour oublier son histoire récente et lui fournira une aide précieuse pour accéder aux clés plus anciennes de son passé. Alors il sera temps pour Gina d’envisager son avenir.

coup de coeur Rien que nous / K. Halbrook. - Albin Michel. - (Wiz)

Zoé et Will fuient en direction de Las Vegas. Ils fuient le père violent de Zoé, 15 ans, et le silence complice de ceux qui savent, ils fuient le foyer sans avenir de Will, tout juste majeur, et sa rage incontrôlable. Ils fuient avec seuls bagages quelques dollars volés et un amour immense. Chacun veut protéger l’autre des coups durs de la vie, de soi-même également. Leur amour sera-t-il assez fort pour résister aux aléas d’un cavale ?
En chapitres alternés, les deux amoureux clandestins confient leur formidable espoir d’une vie meilleure mais aussi leurs doutes sur leur propre capacité à être à la hauteur de l’amour de l’autre. Galvanisés par l’amour, ils mettent à l’épreuve leur capacité de résilience. Nous espérons avec eux que l’avenir leur soit clément, alors que les difficultés s’amoncellent...
Autre lecture
Will et Zoé s’enfuient ensemble en voiture en espérant rejoindre Vegas et commencer une nouvelle vie. Ils partagent, sur la route, de vrais moments de bonheur. Mais Zoé est mineure et Will, qui a déjà un lourd passé est vite recherché pour enlèvement. A travers leurs confidences se dessine leur passé sous le joug de la violence. Arriveront-ils, transportés par la force de leur amour, à s’échapper et se reconstruire ?
Le récit de la cavale est une descente aux enfers qui fait écho à leurs traumatismes personnels. Maltraitance du père chez Zoé, litanie de familles d’accueil pour Will. L’amour est dès le départ marqué du sceau de la violence avec la nécessité d’assommer le père au moment de leur fuite. La gradation de leurs forfaits les peint en couple maudit. Mais tout n’est pas sombre puisque chacun réussit à atteindre une forme de résilience.
« Pas de coups. Il faut que ça devienne une règle entre nous. Jamais, jamais de coups sur quelqu’un qu’on aime. »

coup de coeur Sur la tête de l’amour / B. Lanneau. - Sarbacane. - (Exprim’)

Slam deale les rimes. Il vend des vers pour les rappeurs de la cité en mal d’inspiration. Seul, isolé, il vit comme une ombre, un réverbère. Et surtout il ne prononce pas un mot. Mais lorsqu’il croise Nora, c’est le foudroiement. La jeune fille tente de réussir au lycée. Intelligente, seule l’orthographe lui pose un réel problème... Mais la cité est là, dans les cages d’escalier, les grands frères, la religion, les règles, la musique... Arriveront-ils à se rencontrer et pour quel avenir ?
Une romance au cœur de la banlieue ? Non, pas vraiment, pas seulement. Plutôt un périple pour décrire la difficulté à amener les mots à se reformer, les individus à se retrouver. L’écriture elle-même "scratch et clash". Le récit s’affole et ralentit. Les mots s’étalent. Et c’est tout un monde qui s’offre à nous. Celui dans lequel les mots ont un pouvoir absolu et à la fois manquent souvent terriblement à nos protagonistes. Alors laissez vous tenter !
« Personne ne le connaissait. Rien. Sans histoire, aucune réput’, pas de cicatrice, ni de trous de boulette dans le survêt. Tout le monde se demandait, c’est qui ce gars chelou, vu que jamais on ne le voyait en plein jour et qu’il passait toutes ses soirées planté sous un réverbère. Il habite où, quel bâtiment, en plus il est seul-tout, il a pas de renp’s ? C’est là que les rumeurs ont commencé, vilci, taulard, espion... S’ils savaient. »

coup de coeur Effacée / T. Terry. - La Martinière. 2013

Kyla est une effacée, une parmi tant de jeunes de moins de 16 ans qui ont fait du tord à la société ou à eux-mêmes. Leur punition ou traitement est une seconde chance : plus de passé, plus de souvenirs. Ils sont comme réinitialisés pour mener une nouvelle vie, auprès d’une nouvelle famille, qui peut les "retourner" en cas d’incompatibilité. Le nivo, à leur bras, est le garant de leur état émotionnel : s’ils se laissent allés à de trop fortes émotions - à la violence a fortiori-, le nivo les déconnecte, peut même provoquer leur mort. Les anciens criminels ne représentent ainsi plus aucun danger.
Mais pourquoi Kyla a-t-elle tant de flashs, comme des réminiscences d’un passé ? Et pourquoi tant de personnes, autour d’elle, disparaissent ? Auprès de qui peut-elle se tourner pour élucider tous ces mystères ?
Une quête d’identité, et en creux une réflexion sur la justice des mineurs, pour un roman haletant, grâce à l’écriture qui suit au plus près les doutes, questionnements, vertiges et réflexions de la narratrice, héroïne à la sensibilité exacerbée et dotée d’une force de caractère inaltérable. Vite le tome 2 !
Autre lecture
Kyla est une effacée. Mais contrairement aux autres jeunes à qui on a enlevé la mémoire pour leur offrir une seconde chance, elle cherche à comprendre qui elle est. Sa famille, son école, son médecin, chacun essaye de lui apporter des avertissements et des conseils. Seulement Kyla tout en s’adaptant peu à peu à cette nouvelle vie, voit ressurgir en elle des fragments de son passé sous la forme de cauchemars… Les faits troublants s’enchaînent, des jeunes disparaissent autour d’elle, certains adultes semblent vouloir la protéger alors que d’autres la menacent directement… Peut-on réellement renaître et à quel prix ?
Une dystopie intéressante car tous les personnages sont troubles et comme emprisonnés par la société, ses règles et ses non-dits. Malheureusement, bien que rien ne l’indique, il doit s’agir d’un premier tome car la fin est tout à la fois ouverte et déconcertante. Nous avons peu de réponses aux interrogations de l’héroïne. Si le ciel s’assombrit pour elle, c’est comme pour mieux révéler la naissance de sa conscience. A tenter.
« Mon Nivo vibre.
4,4.
Phoebe a un sourire satisfait.
La vibration s’accentue : 4,2.
Phoebe lève la main.
- Monsieur ? Je crois que la nouvelle élève va exploser...
Tout le monde glousse. Tout le monde me regarde.
3,9...
 »

coup de coeur Cinq minutes de prison / J.-H. Oppel. - Syros. - (Souris noire). 2013

Match de Hockey sous haute tension. Willy remarque très vite que le véritable enjeu n’est pas uniquement sportif : Jordan n’est pas préoccupé par l’issue du match mais par Charly, son rival en amour. Et Jordan semble prêt à tout pour lui couper l’herbe sous les pieds... Willy fait tout son possible pour désamorcer cette situation explosive mais son rôle va très vite changer de nature...
Nouvelle électrique : le sport ne préoccupera finalement jamais autant d’adrénaline que l’amour...
Autre lecture
Match de hockey Vampires contre Caribous. Dernières minutes. Quelqu’un doit gagner ce soir. Mais Willy se rend compte avec stupéfaction que d’autres choses se règlent sur la patinoire... entre jalousie et règlement de compte, comment arriver à terminer le match sans blessé grave ?
Un roman d’action qui nous amène à vivre à cent à l’heure la fin d’une partie de hockey entre des joueurs qui se connaissent mais ne s’aiment pas forcément... Sans rien connaître au hockey ni même aimer le sport, ce court roman présente un huis clos comme les affectionne l’auteur, un face à face à l’issue incertaine, qui attrape le lecteur et ne le lâche plus. Efficace.
« Un seul petit but, et marqué de préférence avant la fin du temps réglementaire : vu leur état de fatigue, les Vampires supporteront mal d’avoir à jouer une période de prolongation en mort subite, et encore moins l’incertitude d’une séance de tirs en fusillade à suivre si le score n’a pas évolué. Le match nul n’existe plus depuis les nouvelles règles de la Fédération en vigueur. Quelqu’un doit gagner ce soir »

coup de coeur Le coeur des louves / S. Servant. - Rouergue. 2013

Célia revient habiter dans le village de sa grand-mère, espérant vaguement que sa mère tourmentée pourra y trouver un apaisement. Mais elle retrouve très vite l’ambiance qu’elle détestait déjà enfant, pleine de secrets, de méfiance, de superstitions de la part des villageois. Seule Alice, jeune fille de son âge, lui donne la sensation d’être un peu elle-même. Toutes les deux, pour échapper à ce climat délétère et à leur famille torturée, prennent le chemin des bois pour vivre ce bonheur simple de se sentir en harmonie avec ce qui les entoure. Mais peut-on vivre indéfiniment loin des hommes ? Peut-on fuir une vérité qui demande à voir le jour ?
En reconstituant bribes par bribes, entre passé et présent, l’histoire de sa famille et du village, Célia fait le difficile travail de se libérer de « toutes les chaînes d’angoisse de l’enfance et de l’adolescence ».
L’histoire est celle d’une adolescente en souffrance mais s’étoffe très vite et se tricote avec celle de ses ancêtres pour s’enfoncer toujours plus profondément dans les entrailles du passé, de la forêt, du cœur des hommes. Et ce que l’on découvre échappe à tout manichéisme, la souffrance étant le lisier de tant de tragédies. Chacun s’en arrange selon ses moyens, prenant le chemin de la vengeance, de la folie, de la carapace... mais personne n’en ressort indemne ; les femmes, premières victimes, ne sont pas les moins fortes...
Un roman dense (540 pages), à la narration éclatée, qui force sur les thème difficiles mais reste très prenant ; à réserver aux bons lecteurs.

coup de coeur A comme aujourd’hui / D. Levithan. - Les grandes personnes. 2013

A se réveille chaque matin dans un corps différent : une fille, un garçon, pauvre, riche, malade, toxicomane, un premier de la classe ou la fille la plus connue du lycée.... A est un esprit qui voyage d’existence en existence. Un jour, il se retrouve dans le corps de Justin, petit ami de Rhiannon et il en tombe amoureux alors qu’il s’est imposé comme règle de ne pas intervenir dans la vie des corps qu’il « emprunte ». Désormais il fera tout pour la retrouver chaque jour même si c’est dans un corps différent.
Un bon livre, original, bien construit avec des personnages attachants et complexes.
Autre lecture
Chaque jour, le héros de ce livre se réveille dans la peau d’une personne de son âge, 16 ans en ce début de roman. Il s’est nommé A, « une manière de préserver mon intégrité tout en passant d’un corps à un autre, d’une vie à une autre. J’avais besoin de quelque chose de pur. Alors j’ai choisi la lettre A » Il a grandi sans autres repères que ceux qu’il se construit en lui-même, navigant d’une enveloppe corporelle à l’autre sans comprendre les enjeux d’une telle particularité. A s’est toujours arrangé pour ne pas perturber la vie de ses hôtes mais en ce jour 5994, il rencontre Rhiannon et tout vole en éclat. Avec Rhiannon il découvre l’amour, il entrevoit la fin d’une solitude qui ne lui pesait pas jusqu’alors. Mais comment vivre l’amour lorsqu’on ne possède pas de corps, qu’on se retrouve chaque jour dans un lieu différent et surtout qu’il faut convaincre l’être aimé d’une situation aussi in-croyable.
« Je veux retourner auprès d’elle. Revivre la journée d’hier. Je n’ai droit qu’à demain. »
Un roman passionnant sur l’identité. Quelle part notre enveloppe extérieure représente-t-elle dans ce que nous sommes ? Rhiannon aime-t-elle A de la même manière lorsqu’il est fille, garçon, beau gosse, obèse… ? A lui-même se sent-il garçon ou fille ? Comment a-t-il pu se construire dans cette inconstance, avec pour seule balise une adresse mail ? La diversité de ses expériences lui donne une grande connaissance de l’âme, il a pu accéder à l’universel mais le sentiment d’appartenance lui est étranger. Et l’on comprend l’attachement qu’il éprouve pour Rhiannon qui enfin lui donne une existence propre. Toute la question qui tient le lecteur en haleine sera dès lors : quelle solution trouvera A pour permettre à cet amour de perdurer ?

coup de coeur Le journal de Ruby Oliver, Tome 3 : un grand moment de solitude / E. Lockhart. - Casterman. 2013

Ruby n’en finit pas de questionner ses affinités amoureuses. Est-elle encore attirée par son ex ? A-t-elle le droit de succomber à Noël, que son amie convoite ? Et comment interpréter tous ces gestes des garçons qui l’entourent ? Heureusement le Docteur Z est là qui écoute patiemment et conseille. Lorsque cette dernière demande à Ruby de dessiner une carte au trésor, « représentation concrète de tes souhaits et de tes espoirs », pour envisager des relations plus harmonieuses avec les personnes de son entourage, Ruby ne sait comment s’y prendre et recule l’échéance de lui remettre ce travail sur soi.
Il faudra une énième déconvenue avec ses amies pour que, refusant de revivre le désert affectif vécu dans le premier tome, elle prenne les choses en main et détermine où elle doit « creuser pour découvrir les trésors » de sa vie.
Ruby peut agacer par moments, d’être aussi obnubilée par les garçons mais elle reste attachante dans sa volonté d’être une amie et une personne juste.
Autre lecture
Un tome très fidèle à la série et qui à la fois marque un tournant car notre héroïne va (enfin) commencer à apprendre à dire non et à prendre sa vie en main. Ruby Oliver pense (enfin) savoir pour qui son cœur bat mais juste à ce moment-là, la seule de ses anciennes amies qui lui reste lui avoue son béguin pour le jeune homme. Ruby est déchirée entre ses sentiments (mais sont-ils seulement réels ?) et son besoin d’amie...
Cette série est vraiment très agréable à lire. Le ton est léger et plein d’humour. Les thèmes abordés sont variés et riches et je trouve qu’il aide le lecteur à se poser des questions essentielles : Qu’est-ce qu’un ami ? Peut-on reprendre une histoire d’amour qui a échoué ? Dans quelle mesure est-on acteur de sa vie ? C’est donc un livre qui aide à grandir et à vivre. Merci Ruby ! Les trois premiers tomes viennent de ressortir en poche et j’espère que le dernier volume va suivre !
« Je ne pouvais pas lui faire part de mes sentiments. C’était beaucoup trop compliqué.
1. J’étais furieuse qu’il l’ait embrassée.
2. J’étais furieuse d’être furieuse, car je n’en avais pas le droit.
3. J’étais furieuse qu’il m’ait tout raconté, comme si j’étais juste une bonne copine pour laquelle il n’avait jamais éprouvé le moindre sentiment.
4. J’étais furieuse qu’il ne m’ait pas expliqué en détail ce qui s’est passé. "Débordement" est un terme plutôt vague. Mon imagination tournait à plein régime, et j’en avais à revendre, hélas.... »

coup de coeur L’ amour ? C’est mathématique ! / D. Cali. - Sarbacane. 2013

Quelle chose impossible que l’amour ! D’autant plus à l’adolescence, âge des chemins à débroussailler ! Le narrateur de ce roman, 12 ans, est amoureux de 3 filles. Laquelle approcher ? Quand, comment ? Ou alors tenter une déclaration aux trois ? Et si elles refusaient ? L’équation lui semble de plus en plus difficile à résoudre. Fort de ses calculs en probabilités et des conseils de ses amis, il est à deux doigts de se lancer. Mais rien ne se passe comme prévu...
Peut-être justement parce l’amour se joue des probabilités, dépasse tous les possibles…
Roman très court et très léger mais ô combien revigorant ! Combattre la timidité et le manque de confiance en soi à l’aide de formules mathématiques, l’idée est plaisante, drôle et de lecture facile, même pour les mathophobes !
Autre lecture
Comment demander à une fille de sortir avec elle ? Notre héros va tenter de mettre en place diverses stratégies plus ou moins rationnelles. Il est aidé par ses copains qui ont chacun une théorie sur la manière de s’y prendre. Et si l’amour devait défier la logique ?
Un livre court et aéré, qui évoque un sujet réel et profond, celui de la formulation de la demande. Entre doute et peur, c’est toute la fragilité de ce moment qui est ici retranscrit avec bonheur et humour.
« Comment on fait avec les filles ? Je veux dire, il y en a une qui te plaît, tu lui demandes si elle veut sortir avec toi, elle peut répondre oui ou non. Une chance sur deux d’avoir une réponse positive. C’est la probabilité de 50%. Apparemment, ça ne devrait pas être compliqué. Mais c’est la peur des 50% de non qui me bloque. Parce que si le non tombe, alors c’est la totale : une fois le non prononcé, c’est non à 100%. »

coup de coeur Le journal de Ruby Oliver, Tome 2 : L’art de perdre les pédales / E. Lockhart. - Casterman. 2013

Dans le tome 1, Ruby subissait de grosses crises d’angoisse liées à son ostracisation au collège. Elle s’est défaite tant bien que mal de son étiquette de “salope”, reste la solitude, l’impression d’être une lépreuse. Elle se raccroche aux quelques personnes bienveillantes à son égard : Mélissa, naïve et amoureuse, Nora, fidèle et écartelée, Jackson, son ex pas très clair dans son attitude, qui occupe son esprit « comme un saleté de tumeur », Angelo dont elle ne sait pas ce qu’elle attend et enfin Noël, avec ses mystères, qui lui a avoué, juste à elle, la difficulté de vivre avec l’asthme.
Ruby doit apprendre avant tout à vivre par elle-même, en accord avec elle-même, pour être enfin juste avec ceux qui l’entourent.
Ce second tome peut se lire indépendant du premier, très bien résumé en quelques pages au départ.
Les théorisations autour de l’amour, des différences entre filles et garçons, jalonnent le roman ; elles se confrontent à ses expériences diverses et s’actualisent, vers une sagesse qui s’acquière timidement mais sûrement.
Autre lecture
Une nouvelle année de lycée commence pour Ruby. Ses amies continuent à l’ignorer et elle se sent comme une paria, rejetée par tous. Reste quelques copains : Mélissa avec qui elle avait réussit à tisser quelques liens en fin de seconde et Noé. Mais en dépit de ses séances chez le docteur Z, Ruby n’arrive pas bien à déceler ses propres sentiments ni envers son ex petit ami ni envers les autres garçons qui l’intéressent. Nous suivons ses oscillations. Est-elle toujours amoureuse de Jackson ? Peut-elle compter sur ses nouveaux amis ?
Un journal sentimental comme on les aime, avec de l’humour, des rebondissements et surtout une héroïne crédible toute en nuance ! A suivre...
« Pourquoi avais-je embrassé Angelo ?
Est-ce qu’il me plaisait ? Est-ce que je lui plaisais ?
Ce qui s’était passé entre nous était-il purement accidentel ou le signe d’une véritable attirance mutuelle ?
Est-ce qu’il allait m’appeler ?
Est-ce que j’allais l’appeler ?
"Détermine ce dont tu as réellement envie, puis tâche de mettre en œuvre des solutions rationnelles pour arriver à tes fins", affirme fréquemment le docteur Z. »

coup de coeur Ma vie toute pourrie / J. Smith. - Nathan

La vie toute pourrie de Sam, 13 ans : une meilleure amie partie vivre en Écosse, un look de gamine, une propension aux fous-rires qui la classe dans les immatures, une vie amoureuse non existante, une mère qui ne supporte plus de passer inaperçue chez elle et part sans sommation en croisière. Une "sans amis" en somme… Pas terrible comme constat pour une adolescente. Mais l’horizon s’éclaircit lorsque Cat, son amie d’enfance perdue de vue, revient dans son collège, ainsi qu’un nouveau venu qui ne lui est pas indifférent...
Sam, à coup de listes de Plus et de Moins, d’échanges internet avec son amie exilée, de messages sur Facebook, partage avec le lecteur son quotidien et son évolution : désormais beaucoup plus seule, elle cherche sa voie et questionne son identité.
Un bon moment de lecture d’été facile à lire, avec cette héroïne pétillante, gaffeuse et douée d’auto-dérision qui quitte l’enfance et découvre les subtilités de l’amour, autour d’elle et par elle-même…
Autre lecture
Sam perd en même temps sa meilleure amie qui déménage, et sa mère qui excédée par le manque de considération de son époux, part en croisière. C’est alors qu’arrive un nouvel élève sur lequel Sam flashe. Tous ces changements amènent notre héroïne à souhaiter changer d’apparence et d’attitude. Mais comment réussir sa vie autrement qu’en restant soi-même ?
Roman journal émaillé de mails, de listes et de réflexions principalement sur la famille, l’amitié et les sentiments. Un livre léger dont la morale simple et positive, sois toi-même, ne peux qu’aider à passer un bon moment de lecture. « _ - La vie est tellement bizarre, ai-je répondu.
- Alors là, pas du tout, a dit Darcie avec son réalisme habituel. Elle est parfaitement logique. Tout est gouverné par la loi de cause à effet. J’ai réfléchi à sa théorie en essayant de l’appliquer à ma situation.
Cause : jour de rentrée sans Gemma.
Effet : crise grave.
Cause : un nouveau trop craquant me fait un sourire génial en cours d’histoire.
Effet : je flashe à mort pour la première fois.
Cause : Cat débarque au Collège alors que je ne l’avais pas vue depuis six ans.
Effet : Étonnée et contente. »

coup de coeur Le coup de kif / G. Constant. - Oskar. - (La Vie). 2013

Karel a toujours été attentive aux mots. Pas pour être à la mode mais pour être précise, comprise. Lorsqu’elle rencontre Lucas, elle met du temps à trouver les mots justes pour décrire ce qu’il provoque en elle : "kiffe, c’est rapide, c’est agressif, et le désir c’est ça, une brulure qui monte en deux secondes et perfore l’estomac, genre ulcère des sentiments." Dans sa tentative d’approche du beau Lucas, Karel cheminera dans la relation avec sa mère, dans sa réflexion sur son avenir et vers la découverte de l’amour. Mais pas celui fantasmé…
Un roman aussi intéressant dans sa forme (réflexion sur la langue) que dans le thème : la jeune fille dans l’exploration d’elle-même et des autres nous attache à sa singularité en quelques pages percutantes.
Autre lecture
Karel a le coup de foudre pour un nouvel élève de terminal. Elle va tenter de l’aborder par le biais de la lecture car elle a vu qu’il lisait Les yeux d’Elsa d’Aragon. Mais Karel est plutôt Hunger Games. Il va lui falloir trouver un moyen de comprendre celui qu’elle kiffe. Or Lucas veut intégrer une prépa après le bac alors que la jeune fille ne s’est pas encore interrogée sur une éventuelle poursuite d’études...
Récit d’une tentative de rencontre entre deux mondes que tout oppose mais aussi courte épopée d’une difficile conquête de soi. L’écriture, à l’image de l’adolescente, oscille entre plusieurs mondes, celui des adultes et celui des "jeunes". De très beaux passages et une fin ouverte.
« ça n’a l’air de rien comme ça, mais je ne m’étais jamais retrouvée en panne de mots. Avec toutes ces manières de parler qu’on a, et même si, comme je l’ai déjà dit, j’avais une préférence pour le "courant", je croyais naïvement qu’on pouvait passer par tous les états et la ramener quoi qu’il arrive, surtout pas demeurer quoi qu’il arrive, surtout pas demeurer coi. Et là, j’en étais réduite à sucer des miettes de chocolat avec, sur le bout de la langue, un mot qui ne voulait pas venir, peut-être parce qu’il n’existait pas. »

coup de coeur Le journal de Ruby Oliver, Tome 1 : l’amour avec un grand Z / E. Lockhart. - Casterman. 2013

Son petit ami l’a quittée, ses amies ne lui parlent plus, Ruby cumule les mauvaises expériences et, assaillie par des crises d’angoisse, n’arrive plus à faire face. Ses parents l’envoie parler au docteur Z qui l’aide à mettre au jour ses mécanismes de répétition. Entre son père qui lui dit toujours de pardonner et sa mère qui l’incite à libérer sa colère, Ruby peine à être en accord avec ses sentiments, qu’elle met en sourdine. Séance après séance, chapitre après chapitre, dans une chronologie éclatée, Ruby revient sur ses relations avec les garçons…
La narratrice abuse des notes de bas de page, longues et nombreuses mais finit par s’attacher ses lecteurs, curieux de découvrir avec elle pourquoi elle semble si malchanceuse en amour. Rassurés aussi de la voir prendre prise sur son destin.
Autre lecture
Ruby est une jeune fille de quinze ans. Elle vient d’être abandonnée par son petit ami au profit d’une de ses meilleures copines. Victime de crises d’angoisse, elle est amenée à consulter un psy qui lui conseille de faire la liste de tous les petits amis qu’elle a eue. Mais à travers ses différents récits et aventures, l’héroïne va peu à peu dresser un portrait d’elle-même.
Si au départ, Ruby est agaçante, la progression de l’intrigue va lui donner de la densité et du caractère. Elle finit, au fur et à mesure de ses confessions, par devenir vraiment émouvante et attachante. Au final, un premier tome réussit avec des thèmes assez divers qui sont abordés comme la fidélité, l’amitié ou encore les premiers amours. Un "discours" vrai et tout en nuances, à lire jusqu’au bout !
« La liste était une sorte de devoir à faire à la maison destiné à améliorer ma santé mentale. Elle m’a demandé d’y inscrire le nom de tous mes petits amis, espèces de petits amis, quasi petits amis, prétendus petits amis et éventuels petits amis. » 

coup de coeur Les chemins de poussière, tome 2 : sombre Eden / M. Young. - Gallimard. 2013

Saba fuit la désolation en espérant trouver des terres et une vie meilleures. Accompagnée de ses compagnons, elle espère rejoindre au plus vite Jack. Mais le destin va une nouvelle fois la détourner de sa route et l’obliger à affronter ses démons. Les morts qui l’accompagnent rendent ses perceptions de plus en plus difficiles... Pendant ce temps, un homme, appelé l’éclaireur a décidé de créer un nouvel Éden tout en imposant ses propres règles. Désormais seuls les plus forts peuvent vivre. Saba arrivera-telle à rejoindre Jack ? Trouveront-ils une place dans cet Éden ? Quel sera le prix à payer ?
Ce second volume continue à camper un monde apocalyptique où chacun cherche à survivre. Les destins se croisent et oscillent. Les personnages sont eux-mêmes assez sombres. La ligne de fuite est un leurre et en définitive chacun se retrouve confronté à ses propres démons. Un tome dans la droite ligne du premier.
« La vie n’est ni toute noire ni toute blanche. Les gens non plus. La famille, les amis, les amants, c’est compliqué. Plus je vieillis, plus je perds mes certitudes. Surtout quand le cœur est en jeu. Alors sèche tes larmes. Parce que lui, il est pas en train de pleurer pour toi. Les hommes pleurent jamais.  »

coup de coeur Tous les matins depuis hier / C. Castillon. - Ecole des loisirs. - (Neuf)

Dans le bus conduit, comme tous les matins, par sa mère, Manon, 9 ans, a le coup de foudre. L’histoire de cet amour est au cœur du livre et ce sentiment est traité avec respect. Mais ce sont surtout les relations de Manon avec ses parents qui sont tellement justes. La sensation d’étouffement et d’exaspération des enfants du fait d’une mère aimante et si attentionnée est très bien décrite.
Autre lecture
Manon rêve de Cindy Pacosa, une starlette glamour, mais son quotidien est tout autre avec une mère tellement attentive, mais tellement à côté de la plaque... Manon aime sa mère très fort, et elle ne peut que jouer les enfants sages pour ne pas lui déplaire mais elle aimerait lui faire comprendre qu’elle change ! D’autant plus depuis qu’un mystérieux jeune homme monte dans le même bus qu’elle. Elle est bien décidée à organiser une boum et y inviter Xavier...
Une héroïne narratrice attachante. Entre fidélité à ses parents, esprit critique naissant et volonté de s’affirmer, Manon est pressée de grandir mais pas à n’importe quel prix. Elle prend son temps et les moyens de ses ambitions et goûte aux premiers frissons de l’amour…

Autre lecture
On connaissait Claire Castillon pour ses romans adulte, mais moins pour la jeunesse. Manon, 10 ans, est une petite fille discrète mais avec plein d’idées et un caractère bien arrêté. Sa vie de petite fille est remplie de son école et sa meilleure copine Nelly, de ses vacances chez ses grands-parents qu’elle adore, de ses parents qui l’aiment trop (selon elle) et sur lesquels elle porte un regard à la fois rude et tendre, et surtout de sa passion pour la super chanteuse Cindy Pacosa. Mais, le jour où un garçon aux regard vert et aux fossettes de 6me monte dans le bus, Manon perd tous ses moyens. En même temps, elle se découvre une toute nouvelle énergie, et encore d’autres envies, entre enfance et adolescence. Très bon roman, plein de vie et léger à la fois, qui traite le passage délicat de l’enfance vers l’adolescence, avec toutes ses peurs et ses rêves.

coup de coeur A l’ombre de l’oubli / M. Disdero. - Seuil. 2013

A l’ombre de l’oubli, c’est un livre choc parce que, même si très vite on se doute que LA fameuse rencontre que fait Violette sur le Net tournera mal en réalité, il est toujours bouleversant de lire, de découvrir les mots qui peuvent décrire un viol ainsi que les blessures qui en découlent. En cela, ce roman aux différents points de vue (Violette, bien sûr, Arnaud son amoureux et Internet qui est considéré comme un personnage à part entière) interpelle, remue et fait passer un message, aussi évident soit-il. Les sentiments sont exacerbés, la reconstruction passant par diverses émotions. On a l’impression que certains passages sont surjoués, pourtant ils restent intenses, durs et doux à la fois, s’accordant tout à fait à la bande-son proposée par les personnages.
Autre lecture
Arnaud et Juliette sont à l’aube d’une histoire d’amour. Mais Juliette participe à une fête rassemblant les blogueurs amateurs d’écriture et de poésie, et après cela, plus rien n’a le goût des promesses de bonheur. Juliette éprouve un malaise indicible et s’enfonce dans une déprime qui n’a d’égale que l’incompréhension de ce qui lui arrive. Reste son blog, unique lieu possible d’expression. Arnaud peine à comprendre sa Juliette qui s’éloigne de plus en plus mais se raccroche à ses mots. Grâce à eux, à travers eux, dans la persévérance de la victime et la patience de son ami, la vérité pourra se dessiner peu à peu…
Les voix de Juliette et d’Arnaud alternent, avec en filigrane les publications sur internet, et le roman se déroule ainsi entre souffrance et amitié tenace.

coup de coeur Le sari défendu / A.-M. Pol. - Flammarion

1905 à Pondichéry. Amrita est indienne, elle est servante. Si son statut de sœur de lait de sa jeune maîtresse lui a longtemps permis une vie relativement protégée, c’est maintenant le temps de l’adolescence et les liens entre les deux jeunes filles s’effilochent en raison des fortes pressions sociales qui pèsent sur chacune d’elle. Mais voilà que le cœur d’Amrita et d’Adèle battent tous les deux pour le même homme, un colon désargenté. Quel sera leur destin ?
Le récit nous amène à partager la vie de femmes en outre-mer au début du XXème siècle. Celle d’une jeune indienne condamnée par sa naissance à servir. Celle d’une française dont la liberté ne peut passer que par un mariage de convenance... Les relations de l’époque sont régies par des codes très strictes qu’il est bien difficile d’enfreindre. Des notes en bas de page et à la fin du roman nous éclairent sur le système de caste, les dieux de l’Inde ou encore la symbolique des couleurs (ce qui n’empêche pas certaines inexactitudes et incohérences). L’auteur réussit à nous intéresser, à travers le récit du sari rouge de l’héroïne, à la vie de ce comptoir français.

coup de coeur 16 ans SOS chocolat / S. Limb. - Gallimard. - (Scripto). 2013

Un nouvel épisode de la vie sentimentale de Jess : parce qu’il tirait toujours la couverture à lui, elle a fini par larguer Fred, avec le secret espoir qu’il se jette à ses pieds pour la reconquérir... Espoir cruellement déçu d’autant que Jodie semble s’intéresser subitement à Fred ! C’est alors qu’un père célibataire et son fils, un beau garçon sympa du même âge, emménagent dans l’appartement voisin...
Un récit léger, à lire au second degré, un tantinet superficiel mais bien sympathique, qui peut se lire indépendamment des autres livres de la série.

coup de coeur La fille seule dans le vestiaire des garçons / H. Ben Kemoun. - Flammarion. - (Emotion). 2013

Comment Marion a-t-elle pu succomber aux charmes d’Enzo, le même qu’elle envoyait au tapis quelques jours plus tôt parce qu’il l’avait draguée de façon insistante et irrespectueuse ? Comment en est-elle venue à embrasser ce garçon qu’elle méprisait ? « Est-ce qu’on tombe amoureuse par faim d’amour, par peur de la solitude ou du grand vide, pour se prouver qu’on peut plaire ? » La conséquence de ce moment de faiblesse : une humiliation cuisante, le baiser avec le bel Enzo n’étant que le point d’orgue d’une vengeance mise en scène par Enzo et ses potes et se retrouvant sur youtube avec le commentaire : Marion, fille facile. Marion n’avait pas besoin de cet épisode désastreux, tant sa relation aux hommes était déjà en souffrance : son père, parti à l’autre bout du monde les abandonnant elle, sa mère et son petit frère a fait bien des dégâts.
Humiliation, vengeance, réseaux sociaux, un bien mauvais mélange qui aurait pu terrasser Marion, l’enfermant dans la rage et la solitude. Mais les vrais amis la sauveront d’une déroute certaine...
Un happy end un peu facile, mais retenons plutôt, dans cette histoire prenante, les personnages attachants, notamment le petit frère compréhensif et très intelligent et la vivacité des sentiments.
Autre lecture
Marion est une adolescente seule et courageuse. Elle tient tête aux petits caïds du lycée qui tentent de jouer avec elle. Mais humiliés, ces derniers vont tâcher de faire de sa vie un enfer. Reste son petit frère, à la fois attachant et énervant, en tout cas haut en couleurs et sa mère qui se débat avec ses propres problèmes. Au-delà, sa seule bouée de sauvetage est la musique et son carnet de morceaux personnels qui l’accompagnent, jusqu’à ce que le livre disparaisse...
Entre harcèlement et peur, c’est la rage qui domine chez Marion. Ses sentiments sont tellement forts qu’ils l’empêchent d’avancer. Comment dès lors arriver à se reconstruire, à reformer un sas de confiance ? Le récit retrace avec justesse les moments forts de solitude et de désespoir que peuvent traverser les jeunes, entre deux âges, entre deux mondes. Un livre réussi à l’écriture vive et incisive.
«  Si j’avais eu un père, il serait venu rectifier la tronche de ces quatre salopards. Il les aurait chopés un par un ou ensemble pour leur faire payer l’affront fait à sa fille. Ensuite, en quelques mots justes, pour me rassurer, il aurait aussi su me faire croire que je valais mille fois mieux qu’eux et que je restais la plus exceptionnelle du monde. Et j’aurais tout gobé, de la première à la dernière syllabe. Si j’avais eu un père, je n’aurais pas fait cela. Ou pas ainsi. Seule, je devais me débrouiller seule.  »

coup de coeur Un été sous les oliviers / M. Vermande-Lherm. - Flammarion. 2013

Maddy est en vacances sous le soleil d’Espagne avec sa mère et son petit frère. Plaisirs d’été, sa mère s’offre une peinture de leur lieu de vilégiature auprès d’un peintre de rue. Le jeune qui acompagne l’artiste, légèrement bossu, intrigue Maddy. De fil en aiguille, leur relation devient plus suivie mais entraîne sur son sillon son lot de mystères. Quel est le véritable lien entre Toni et le vieux peintre ? Toni est-il impliqué dans les feux qui circonscrivent son atelier ? L’insouciance des vacances s’opacifie et Maddy prouvera, entre loyauté envers sa mère et désir de soutenir Toni, qu’elle grandit. Belle écriture pour ce récit de vacances aux accents policiers.

coup de coeur Lune mauve : l’héritière / M. Aznar. - Casterman

Dans La disparue, Séléné apprenait qu’elle devait endosser le rôle de messagère d’Ishtar. Elle qui ne rêve que de retrouver ses préoccupations banales d’adolescente et notamment l’amour de Thomas, ne peut ignorer que des vies sont en jeu. En effet, Edon, usurpateur au pouvoir de Viridan a lâché un Fléau tuant à petit feu les femmes de ce monde. Et Séléné est désignée pour trouver l’antidote. Pour cela, elle doit, avec ses compagnons de mission, convaincre une généticienne terrienne de les aider. Mais peut-elle être sûre, au vu des enjeux, d’en avoir terminé après sa mission ?
Nous retrouvons dans ce tome 2 les personnages du premier volume, en découvrons de nouveaux, notamment le très drôle Rimbaud. L’écriture mêle toujours habilement psychologie des personnages- tiraillés entre leurs faiblesses et leurs devoirs- et monde fantastique où forces obscures et idéaux se livrent bataille.
Autre lecture
Séléné a fait le choix de défendre le peuple de sa mère mais elle souhaite pouvoir au plus vite retrouver sa simple vie d’humaine. Il lui faut pour l’instant, par tous les moyens tenter de sauver l’avenir de Viridan. Mais pour cela, Séléné doit découvrir un remède au virus qui ronge son peuple.
Nous retrouvons une héroïne plus que jamais isolée. Les forces en présence sont difficiles à cerner et la lutte risque d’avoir un prix extrêmement élevé. La compétition entre Séléné et Alexia se poursuit avec Thomas comme ligne de fuite. Les personnages T’sent prennent de l’importance avec la ténébreuse et souffrante Cloé, l’agaçant et séducteur impénitent Dagan et le droit et sérieux Vadim. Le cadre du récit évolue. Il quitte les couloirs du Lycée pour arpenter celui des hôpitaux. L’intrigue continue à se nouer et nous retenons notre souffle...
« - Je redeviendrai comme avant, répliquai-je d’une voix tremblante.
- Avant, tu n’étais rien. Rien qu’une petite fille timorée qui ne s’était jamais remise de la disparition de sa mère. Tu n’étais pas heureuse, tu détestais ton quotidien. A part le musicien, rien ne te retenait. Sinon, pourquoi aurais-tu fait tous ces sacrifices ? »

coup de coeur La fille du parrain / G. Zevin. - Albin Michel. - (Wiz). 2013

Résumé du tome 1 : Dans un monde futuriste où le chocolat est devenu illicite aux Etats-Unis, Anya Balanchine a vu sa famille détruite par les activités illégales de son père. Sous la tutelle de sa grand-mère mourante, à 16 ans, elle doit assumer seule les responsabilités en s’occupant de son frère et de sa sœur et affronter tous les jours les préjugés sur son nom de famille criminel. Ne pouvant distinguer ses amis de ses ennemis dans son entourage, elle doit pourtant faire face à bien d’autres épreuves : découvrir qui est derrière l’empoisonnement des chocolats de sa famille dont est victime son ex-petit ami et qui l’a fait emprisonner ; échapper à la lutte intestine qui se déclare au sein du clan Balanchine pour le contrôle des affaires ; déjouer le machiavélisme du procureur qui veut à tout prix briser l’amour d’Anya et de son fils.
Ce tome 2 ouvre une nouvelle voie pour l’héroïne qui partira à la découverte de son héritage : la fabrication du chocolat, et apporte des réponses quant à l’instigateur du complot qui s’attaque à la vie des siens et d’elle-même.
La fille du parrain est un roman de jeunesse aux ingrédients savoureux : un univers mafieux dans un futur réaliste où le chocolat est devenu illicite, une histoire d’amour impossible à la Roméo et Juliette, une héroïne combative et captivante qui cherche sa voie. Ce tome 2 est celui de la maturité et fait évoluer l’héroïne, qui décide de prendre sa vie en main.
L’auteur nous dessine un univers familial mafieux prenant, qui permet de montrer une héroïne au tempérament protecteur, à l’image de son père ; elle possède une force, une détermination et une lucidité extraordinaire. L’acceptation de ses origines et la réconciliation avec elle-même sont également au cœur de ce tome. Un choix s’impose, entre un chemin criminel dans la lignée du père ou la légalité. Il s’agit d’un roman d’apprentissage sur la vie d’adulte, l’importance de nos choix sans être soumis à un déterminisme familial ou social.
En arrière-fond, une réflexion sociétale : l’épuisement des ressources énergétiques, les manipulations politiques (arrestations arbitraires, corruption et manipulations)
L’histoire d’amour impossible entre l’héroïne et le fils du vice-procureur confère une image plus adolescente au personnage d’Anya, la rapprochant des jeunes lecteurs qui possèdent les mêmes préoccupations sentimentales.
Autre lecture
Avoir une vie normale quand on est la fille du parrain de la mafia du chocolat est une chose impossible. Être amoureuse du fils du procureur n’arrange en rien l’affaire. Anya va à nouveau se retrouver impliquée dans les méandres de la politique. Mais avant tout, il va lui falloir découvrir qui est ami et qui est ennemi.
Loin de retrouver sa vie de lycéenne, Anya va être à nouveau confrontée à de sombres complots. Il lui faudra trouver sa propre voie, et il est fort probable qu’elle ait le goût du... chocolat !
Un second tome très fidèle au premier volume (qu’il est fortement conseillé d’avoir lu ) avec de nombreux rebondissements et un début d’explication. Nous avançons avec l’héroïne vers sa majorité. C’est l’heure des choix. Une très bonne suite.
« Je connais tes défauts. Pour commencer, tu affectionnes trop les secrets. Tu mens parfois. Tu as du mal à dire ce que tu as sur le coeur. Tu as un sale caractère. Tu es revancharde. Et je ne dis pas que c’est de ta faute, mais les gens que tu connais ont la fâcheuse habitude de se prendre des balles. »

coup de coeur Quantic Love / S. Fernandez-Vidal. - Hachette. - (Bloom’)

Laïla, jeune espagnole de 18 ans, arrive comme serveuse au Centre Européen pour la Recherche Nucléaire de Genève. C’est l’occasion pour elle de décider enfin de son avenir et de choisir la filière scientifique qu’elle empruntera à la rentrée. Au milieu de tous ces physiciens de génie, elle fait la connaissance d’Angie, sa colocataire étudiante venue d’Angleterre, d’Alessandro, un journaliste dragueur italiano-suisse mais surtout de Brian, un scientifique passionné et plein de charmes. Bien que ce dernier ne la laisse pas indifférente, son cœur balance entre les deux et quand la physique entre en jeu, rien ne va plus !
D’un ton simple et léger, l’histoire est agréable à lire. Les anecdotes scientifiques sont multiples et accessibles à tous. De véritables connaissances sur le sujet sont approfondies et permettent de rendre le scénario encore plus réaliste.

coup de coeur Amour Ennemi / F. Delaporte. - Oskar. - (Histoire). 2013

Marie et Justine ne se sont pas vues depuis longtemps, la première habitant en Allemagne, l’autre en France. Mais les retrouvailles vont être intenses, nourries des confidences de Justine. Elle raconte ce qu’il aurait été absolument impensable de raconter quelques années auparavant...
Pendant la seconde guerre mondiale, Justine tombe amoureuse d’un soldat allemand. Lui a 18 ans, « trop jeune pour voter, mais assez vieux pour mourir », elle 17 et ils rêvent de « recommencer le monde, inventer la paix durable. » Mais la réalité les rattrape naturellement et ils seront séparés. Un amour interdit pourra-t-il survivre à la guerre ?
La réponse sera apportée juste après la chute du mur de Berlin, en 1989 au moment où les deux cousines se retrouvent.
Justine est tour à tour amoureuse, idéaliste, réaliste, pragmatique : un portrait assez juste d’une femme qui resta fidèle, malgré tout, à ce qu’elle fût.
« Autre temps, autres mœurs ». Cette histoire peut laisser un goût amer.

coup de coeur Western girl / A. Percin. - Rouergue. - (DoAdo)

Mercredi 11 juillet, Elise inaugure son journal pour ne rien omettre de son voyage dans le Dakota du Sud. Elle va y suivre un stage de cheval avec d’autres jeunes. Pour elle, passionnée depuis des années par le far west, la musique country, les chevaux, ce séjour devrait être idyllique ! Son carnet de bord nous montrera que si les paysages et les américains sont à la hauteur de ses rêves, la relation avec les autres français n’est pas celle espérée, de passion partagée. Georgia la peste et Louis le "bourge" ne l’épargnent pas. Pourtant Louis a une attitude ambigüe…
Une héroïne et narratrice très attachante parce que déterminée, passionnée, sûre de ses goût aussi atypiques -et donc segmentants- soient-ils. Dépaysement garanti, pour les yeux et oreilles, avec ce roman qui offre en bonus une tracklist.
Autre lecture
Élise, fan de tout ce qui touche à la country et l’équitation western, se fait offrir, grâce aux indemnités de licenciement de sa mère, un séjour dans un ranch du Middle West. Elle se retrouve dans un groupe de gosses de riches égocentriques et snobs et devient vite le bouc émissaire de la majeure partie du groupe. Elle réussit malgré tout à vivre son rêve américain.
Comme dans les autres romans d’Anne Percin, le lecteur arrive à se mettre dans la peau du personnage aussi différent de lui soit-il. Le récit s’attache surtout aux relations dans le groupe. Pas de rebondissements ou de suspens, mais les problèmes s’enchaînent et sont traités avec humour.

coup de coeur La fille mirage / E. Broach. - Rouergue. - (DoAdo noir)

« Peut-être que chacun d’entre nous a une histoire, une seule, qui explique qui nous sommes réellement. » Lucy est jeune, certes, pas même 16 ans, mais l’histoire qui leur arrive, à elle, son frère et son ami, dira beaucoup de ce qu’ils sont. Ils étaient en chemin pour une semaine de vacances, insouciants, lorsqu’ils percutent un être vivant ; ils croient d’abord avoir heurté un coyote, mais retournant sur leurs pas, découvrent le cadavre d’une jeune fille. Pas question de fuir, même s’ils ont un peu bu. Ils contactent la police, font face aux suspicions et jugements, attendent les résultats de l’enquête. Ils sont bientôt disculpés, le décès serait “naturel”. Mais Lucy veut comprendre, retracer l’histoire de celle qui la hante. Et ce qu’elle découvre est réellement inquiétant…
Chaleur poisseuse, orage violent, l’ambiance est lourde, en adéquation avec l’inquiétude des personnages, communiquée au lecteur. En parallèle de l’intrigue policière se nouent d’autres enjeux : ces trois jeunes, chacun à leur manière, feront l’expérience de relations amoureuses. Qui ne seront guère plus simples…
Un roman haletant qui suit 3 ados livrés à eux-mêmes sur un chemin initiatique.
Autre lecture
Trois jeunes sur le chemin des vacances percutent dans la nuit un coyote. Mais lorsqu’ils font demi-tour ils découvrent une jeune fille morte. Que lui est-il arrivé ? Est-ce vraiment un animal sauvage que le trio a heurté ? La police arrivée sur les lieux va enquêter. En attendant, Lucy qui est en troisième, son frère Jamie qui finit sa terminale et son meilleur copain Kit, vont devoir patienter chez une artiste... Mais très vite dans ce Nouveau-Mexique qui s’apparente à un nouveau monde, les événements et surtout la relation entre les personnages vont prendre des circonvolutions parfois inquiétantes parfois émouvantes...
J’ai adoré ce livre par l’ambiance très particulière que réussit à créer l’auteur. Le personnage principal, Lucy, est en train de quitter l’adolescence et sa pérégrination pour faire la lumière sur le décès et l’identité de la morte n’est qu’un élément d’un parcours intérieure. Les garçons futiles et énervants au début du livre vont au fur et à mesure du récit se révéler très différents. L’ensemble donne un roman policier et psychologique à ne pas manquer de lire (à tout âge) !
« Vous pouvez passer des mois et des mois avec quelqu’un et ne rien apprendre de cette personne, et à l’inverse, la découvrir en quelques minutes, grâce à une seule histoire. Peut-être que chacun d’entre nous a une histoire, une seule, qui explique qui nous sommes réellement. »

Autre lecture C’est l’histoire d’une jeune fille, Lucie qui part avec son grand frère Jamie et un ami de celui-ci Kit. Sur la route des vacances, lorsqu’ils roulent dans le désert , la voiture percute quelque chose. Persuadés que c’était un coyote , Jamie et Kit ne voulurent pas faire demi tour pour aller voir ce qu’ils avaient percuté. Lucie réussit à les convaincre d’aller voir. Lorsqu’ils arrivèrent vers le lieu de l’accident, ils eurent un choc. Ils n’avait pas percutés un coyote mais une jeune fille et cette jeune fille était morte. Une histoire va ensuite se construire autour de cet accident. Il est difficile de faire un résumé de ce livre sans dévoiler des détails importants. La police arrivée sur les lieux va enquêter. En attendant, Lucy qui est en troisième, son frère Jamie qui finit sa terminale et son meilleur copain Kit, vont devoir patienter chez une artiste... Mais très vite dans ce Nouveau-Mexique qui s’apparente à un nouveau monde, les événements et surtout la relation entre les personnages vont prendre des circonvolutions parfois inquiétantes parfois émouvantes...
J’ai adoré ce livre par l’ambiance très particulière que réussit à créer l’auteur. Le personnage principal, Lucy est en train de quitter l’adolescence et elle veut tout faire pour connaître la vérité sur le décès . Les garçons futiles et énervants au début du livre vont au fur et à mesure du récit se révéler très différents. L’ensemble donne un roman policier et psychologique à ne pas manquer de lire ! pour les élèves de 3 ème . Atelier 1,2,3 Ecrivez ! du collège Victor Hugo

Coup de coeur de Marion

coup de coeur Vilain crapaud cherche jolie grenouille / C. Van Acker. - Mijade. - (Zone J)

Laurent est à l’âge ingrat. Gras les cheveux, l’épiderme, le rire, le verbe. Seul l’amour des mots le sauve : « Testostérone, ça sonne un peu comme "torero qui ronronne" ou "test stereo du mégaphone". » C’est justement cet amour des mots qui va le rapprocher d’une mystérieuse fille qui lui a fait passer un mot doux. Mais qui est-elle ? Tout à ses recherches, il se laisse aller à des délires et des rêves à la Rimbaud… Laurent le vilain crapaud trouvera-t-il sa jolie grenouille ?
Un bon moment de lecture, léger et poétique, dès 10-12 ans.

coup de coeur Là où je vais / F. Paronuzzi. - Thierry Magnier. 2013

1 heure de classe, 4 personnages qui se partagent les chapitres et autant de chemins qui se dessinent sous nos yeux. Léa « a le cœur en morceaux et brûle de désir pour celle qui l’a mise dans cet état ». Ilyes se sent en marge de ses camarades sauf lorsqu’il joue au club théâtre. Océane a un lourd secret sur le cœur, un de ceux qui emplissent de honte et de dégoût. Clément depuis la mort de sa sœur décroche en cours... Et puis il y a les profs, la CPE, les documentalistes... des figures adultes qui sont globalement attentives aux élèves, les écoutent et les guident.
Des vies qui se déterminent dans les difficultés.
Autre lecture
Quatre lycéens, quatre moments forts où la parole va libérer le champ de possibles. Clément ne se remet pas du décès de sa sœur, Léa est amoureuse de Julie, Océane a subit un viol, llyes est confronté à la souffrance d’un de ses copains... Les récits s’entremêlent et dévoilent, peu à peu, la souffrance mais aussi l’espoir de ces jeunes adolescents.
Le texte est court, difficile. Le seul point commun entre les personnages est le lieu du récit, le lycée. Ce manque d’unité créé un effritement de l’histoire. Le début du livre désoriente le lecteur. Reste quatre témoignages sur la blessure et la résilience. Le message reste très positif, la reconstruction est toujours possible dès lors qu’il y a écoute bienveillante de la part d’un tiers. « _ - Moi...
J’ignore encore ce qui va sortir de ma bouche, mais ce premier mot est celui qui me convient. Car, pour la première fois sans doute, je m’apprête à parler de moi. De mon "vrai moi", pas de la façade que j’ai peiné à construire pendant des années. Je vais dire qui je suis vraiment et la raison pour laquelle je me sens si mal aujourd’hui.
 »

coup de coeur Déchaînés / N. Holder ; D. Viguié. - Milan. - (Macadam)

Twilight au pays des loups-garous ! Après la mort de sa mère dans un incendie, Katelyn, 16 ans, doit quitter Los Angeles, sa meilleure amie et les plages californiennes, pour aller vivre chez son grand-père au fin fond de l’Arkansas. Rapidement, d’étranges meurtres de jeunes filles se succèdent dans la petite ville et des légendes oubliées, nombreuses dans ce coin reculé des États-Unis resurgissent... Le grand-père de Katelyn, rustre et solitaire, va tout faire pour la protéger et l’empêcher de sortir seule en forêt dans la nuit. Bien vite, Katelyn, qui a soif de liberté et d’indépendance, se fait de nouveaux amis, dont Trick, charmeur et charmant, Justin au charme sensuel et vénéneux et Cordélia qui n’est autre qu’un loup-garou ! Entre histoires de cœur et phénomènes étranges, Katelyn va se retrouver confrontée à ses propres peurs, d’autant plus qu’un énorme loup-garou semble l’avoir choisie comme sa prochaine proie... Contrairement à Twilight, dont ce roman utilise les ressorts dramatiques et narratifs, l’héroïne se fera mordre et vivra sa première transformation dans le tome 1 de la saga ! Un roman plutôt bien écrit, entretenant assez le mystère pour que l’on ait envie de lire la suite !
Autre lecture
Soudainement Kat doit vivre avec son grand-père qu’elle ne connait pas au milieu de la forêt. Elle a interdiction de sortir seule et de se retrouver dans les bois la nuit. Il faut dire qu’une jeune fille vient d’être retrouvée morte dans les bois... Notre héroïne qui vient de quitter Los Angeles à la mort de sa mère doit s’intégrer dans un milieu étrange et angoissant, dans un monde fermé dont elle ne connait pas les règles. A qui faire confiance ? Son grand-père souhaite-t-il la protéger ou l’enfermer ? Le charmant jeune homme qui lui sert d’escorte est-il une aide ou un danger ? Que cache sa seule et nouvelle amie avec ses allusions et ses silences ?
Le récit avance par petites touches, nous laissant nous interroger sur les événements qui s’enchaînent. Le lecteur est balloté comme l’héroïne. Les actes des personnages sont souvent surprenants, tout comme leurs absences. Jusqu’à la dernière ligne, nous ne sommes sûrs de rien et pourtant nous continuons à chercher des explications. Il y a relativement peu d’actions mais cela n’empêche en rien le suspens de nous tenir en haleine. Qui est qui ? Qui est quoi ?
En définitive, après un début un peu difficile, j’ai vraiment apprécié le roman et c’est avec beaucoup d’impatience que j’attends la suite ! Que va devenir notre héroïne ?

coup de coeur Le retour de Cherokee Brown / S. Curham. - Flammarion. - (Tribal)

Claire est furieuse, bouleversée et choisit la voie de l’écriture pour remettre de l’ordre dans ses pensées décousues, pour « essayer de ressembler à (son) héroïne, une fille plus courageuse et meilleure (qu’elle) ». Le jour de ses 15 ans, elle apprend que son père ne vit pas, comme le lui a toujours dit sa mère, aux États-Unis. S’il y est bien parti pour sa carrière de musiciens, il est vite revenu à Londres et a cherché à s’occuper de sa fille. Devant le refus de sa mère, il a abdiqué jusqu’à ce fameux jour…
Claire doit donc encaisser : le mensonge de sa mère ; sa nouvelle filiation incarnée par ce prénom, Cherokee, donné à sa naissance par son père ; l’interdiction de sa mère et son beau-père de revoir ce père ; et le lycée où elle est constamment humiliée. Forte de ces nouvelles révélations, Cherokee est déterminée à devenir auteure de sa vie.
Rythmés par les conseils d’un manuel d’écriture, les chapitres suivent les variations des émotions de Claire/Cherokee : la rage, l’incompréhension, l’espoir, la révolte. Et l’amour bientôt… Une histoire d’émancipation que l’on a plaisir à encourager dans notre lecture.
Autre lecture
Le jour de ses 15 ans Claire reçoit une carte adressée à une certaine Cherokee. Elle vient de son père qui lui propose de reprendre contact après quinze ans d’absence ! La jeune fille, harcelée à l’école, y voit une chance de reconstruire sa vie. D’autant plus quelle a du mal à trouver sa place entre une mère angoissée et un beau-père expert en coaching personnel ! Mais qui est son père ? Après des années de solitude, Cherokee a dessiné dans sa tête un portrait très fort de l’absent. Va-t-il correspondre à ses attentes ?
Le découpage du roman avec pour en tête de chapitre des conseils pour réussir à écrire un livre est très réussi. Il donne envie de soi-même passer à l’écriture. L’héroïne avec toutes ses failles est attachante. On souffre et se questionne avec elle. L’évolution de l’histoire permet d’évoquer de nombreux thèmes comme la relation père fille, le harcélement à l’école ou encore la musique. La lecture est agréable. A lire !
« J’ai eu le cœur serré.Je m’étais fait beaucoup de souci en me demandant ce que j’allais découvrir chez mon père, mais j’avais oublié de me demander ce qu’il pouvait attendre de moi. Il avait envoyé une carte à Cherokee Brown. Il ne savait pas que j’étais devenue Claire Weeks. Une fille qui n’avait pas d’amis et qui n’était même pas capable de marcher normalement. »

coup de coeur Freak City / K. Schorecke. - La Joie de lire. - (Encrage). 2013

Mika était vraiment amoureux de Sandra mais celle-ci a décidé de prendre le « temps de réfléchir ». Coup de massue pour Mika, d’autant plus quand il intercepte une réflexion de Sandra : il « choisit toujours la facilité ». La remarque n’est sans doute pas étrangère à sa décision de se rapprocher de Léa. Léa est forte, Léa est étonnante, Léa est sexy. Mais Léa est sourde. Mika prendra les moyens de communiquer avec elle en prenant des cours intensifs de langue des signes. Ses amis ne le comprennent guère, Sandra est jalouse et humiliée de se voir remplacée par une handicapée, sa mère est fière de son fils, sa petite sœur enchantée de découvrir la « langue secrète », la « langue qui dessine »…
Mika lui, suit son chemin, entre moments d’hésitations et détermination. Sa découverte du monde des sourds en la personne de Léa lui ouvrira des horizons insoupçonnés et façonnera sa relation à autrui pour davantage d’attention et d’intelligence...
Autre lecture
Mika est amoureux de Sandra. Celle-ci décide de rompre et c’est tout son monde qui s’écroule. Quand il rencontre Léa, elle est d’abord un prétexte pour rendre Sandra jalouse. Il ne sait pas encore combien Léa va bouleverser sa vie. Léa est jolie. Léa est sourde. Peu à peu, en s’immisçant dans son univers, Mika comprend qu’être sourd est un handicap mais avant tout une autre manière de penser et de vivre. En apprenant à connaître Léa, il mûrit, évolue, et commence à douter : et si c’était elle son grand amour ?
Très belle surprise de lecture. Kathrin Schrocke met des mots justes sur la complexité des sentiments à l’adolescence. Freak City est avant tout un roman d’apprentissage amoureux. Puis, en abordant la surdité à travers le personnage de Léa, elle fait aussi découvrir avec pudeur un monde qui, alors même qu’il nous interpelle ou nous fascine, nous est étranger. L’écriture, délicate, offre de très beaux passages. Coup de coeur de Juliane

coup de coeur Tchao Papy / L. Brauge-Baron. - Alice. - (Deuzio)

Léo et son grand-père Hippolyte sont très complices. Lorsqu’il comprend que ses parents veulent le placer en maison spécialisée parce qu’il déclare tout juste un Alzheimer, Léo se révolte et échafaude un plan d’évasion. Son grand-père souhaite retourner sur un lieu précis, y retrouver son amour de sa jeunesse…
La relation est belle, l’intrigue quelque peu rocambolesque et la fin très… optimiste, mais nous retiendrons le beau message de l’auteur qui invite à vivre sa vie selon ses désirs et convictions, à ne pas se laisser balloter par les évènements.
Autre lecture
Léo refuse que son papi parte en maison de retraite. Pourtant Hippolyte n’est plus capable de rester seul en raison de ses pertes de mémoire. Le petit fils décide de fuguer avec son grand-père. Arriveront-ils à destination ? Pourquoi Hippolyte se souvient-il si bien du chemin ?
La couverture et le papier sont de qualité. L’amour inconditionnel du petit-fils pour son grand-père est bien rendu. L’écriture est agréable et facile à lire. L’invraisemblance de certaines situations, notamment le dénouement font penser à un conte de fée.
« Ce secret dont Hippolyte voulait me parler en m’emmenant ici me soulageait autant qu’il me chamboulait. Je comprenais enfin les raisons pour lesquelles il avait capitulé à certains moments de sa vie et pourquoi il avait accordé si peu d’intérêt à ce qu’il vivait. »

coup de coeur Rouge Tagada / C. Bousquet ; S. Rubini. - Gulf Stream. - (Les graphiques)

Une jeune fille de 13 ans connait son premier émoi amoureux, rien d’original a priori, si ce n’est que l’objet de son amour s’avère être une autre adolescente, nouvelle dans sa classe. Malheureusement tout comme dans les tragédies dont elles partagent le goût, la fin ne connaitra pas de dénouement heureux...
Pas de grandiloquence néanmoins, le ton est juste, en résonance avec les préoccupations contemporaines des adolescentes.
Tout nous plait dans cet ouvrage étonnant : le titre savoureux et enjôleur, la souplesse de la mise en page oscillant entre BD, album et roman graphique, l’ambiguïté d’une amitié adolescente, la force de la chute, douce-amère...
Autre lecture
Une nouvelle élève. Une amitié qui naît. Mais Alex ressent plus que de l’amitié pour Layla. Comment l’approcher ? comment lui dire ? Comment lui faire partager ses sentiments ? Car Axel est elle aussi une fille...
Au delà de la relation du thème du premier amour, se dessine avec finesse, justesse et pudeur les thèmes de l’amour non partagé et de l’homosexualité. Le choix du roman graphique est une réussite. Les illustrations accompagnent avec douceur cet émouvant récit de vie. On reprendrait bien une fraise Tagada...
« A deux, tout était plus facile, et j’en arrivais même à oublier mes idées bizarres, mes envies de la serrer dans mes bras, contre moi, d’embrasser ses paupières et le bout de son nez, de goûter ses lèvres roses et, quand elle était triste, de sécher ses larmes avec des baisers. J’oubliais tout ça, oui, parce que nous étions amies. Vraiment amies. Meilleures amies. Inséparables. »

coup de coeur Que la mort nous sépare / A. Plum. - Milan. - (Macadam)

Après Plus encore que la vie, nous retrouvons Kate, toujours transie d’amour pour son petit copain Revenant. Elle a obtenu de lui qu’il cesse de se mettre en danger et de donner sa vie pour sauver celle des autres. Une mort renouvelée qu’elle ne se sentait pas la force d’affronter. Mais ce sacrifice est épuisant pour Vincent qui doit lutter contre son instinct naturel. Chacun cherche de son côté des solutions pour vivre ce dilemme au mieux. Pendant ce temps, les Numa tentent une conquête de leur suprématie en force…
Un deuxième tome qui approfondit l’ambivalence des sentiments de vie, de mort, chez une héroïne qui n’est toujours pas sereine après la disparition de ses parents. Nouveaux éléments de suspense : un traitre s’est glissé dans le camp des Revenants, cherchant à s’accaparer la force du Champion toujours à identifier... Ce pourrait-il que ce soit Vincent ? Auquel cas, il serait plus en danger que tout ce que pouvait redouter Kate…
Un univers fantastique appréciable pour son soin apporté aux psychologies des personnages.
Autre lecture
Suite de Plus encore que la vie.
Kate vit une histoire d’amour avec un revenant. Elle a du mal à accepter son instinct qui le pousse à sauver des vies humaines au prix parfois d’une mort temporaire. Dans ce second tome, les deux héros vont tenter de trouver des solutions pour contrer la malédiction qui semble peser sur eux. Les obstacles sont nombreux. Kate doit réussir à se faire accepter réellement par le clan, tenter de limiter les frasques de sa sœur, louvoyer avec ses grands-parents et trouver l’information qui lui permettra de vivre pleinement son histoire d’amour. Vincent, a lui choisi une autre voix, différente mais toute aussi dangereuse...
Alors que de nouveaux revenants viennent renforcer le clan suite à la défection de Charles, une prémonition désignant Vincent comme le champion de tous les revenants résonne de plus en plus fort...
Action, aventure, et rebondissements sont présents. Cependant, l’histoire se complexifie sans pour autant renouveler le charme de l’intrigue initiale. Le dénouement inattendue nécessite d’attendre le prochain tome afin de mieux comprendre cet univers si particulier.
« Je n’aime pas te faire de la peine. Mais je préfère te savoir malheureuse que morte. »

coup de coeur L’ invité surprise / G. Barbe. - Rouergue. - (Dacodac). 2013

La vie de Louis ? Tellement banale, d’après lui ! Les copains ont une vie beaucoup plus intéressante : certains ont été adoptés, d’autres font d’incroyables voyages et il y a ceux dont les parents sont divorcés. Dans la famille de Louis, il ne se passe pas grand chose, sauf peut-être le soudain revirement pseudo-gothique de sa grande sœur. Pas vraiment de quoi frimer au collège. Alors quand la fête d’anniversaire de la maman de Louis s’annonce, il y voit l’occasion de changer de vie, avec un scénario bien défini pour "démarier" ses parents. Tous les moyens sont bons, même celui d’inviter Benjamin Biolay !
En seulement quelques pages et à travers les yeux naïfs d’un pré-adolescent, Géraldine Barbe invite le lecteur à réfléchir sur le bonheur, celui qui, ancré dans le quotidien, n’a pas besoin d’artifice. Ce bonheur évident mais qu’on semble parfois oublier. C’est ainsi qu’on ressort de la lecture de L’invité surprise un grand sourire aux lèvres.
Autre lecture
La vie des copains de Louis est autrement plus trépidante. En tant qu’enfants de divorcés, ils vivent tout en double, ont des beaux-parents qui peuvent leur apprendre des langues étrangères. Lui, avec sa famille “normale”, supporte les tensions familiales quotidiennes, dans une impression de routine qu’il aimerait dynamiter. D’ailleurs, son plan lui semble imparable : il s’arrange pour trouver de nouveaux amoureux à ses parents, le reste suivra naturellement ! La soirée des 40 ans de sa mère sera le théâtre de ce remaniement marital ! Jusqu’à ce qu’il mesure ce qu’il est véritablement en train de faire...
Un roman plaisant par ses personnages. Louis surtout, par sa naïveté et son regard décalé sur le monde nous offre un bon moment de lecture.

coup de coeur Graffiti Moon / C. Crowley. - Albin Michel. - (Wiz). 2013

Nous suivons en chapitres alternés Lucy et Ed. La première rêve de rencontrer l’Ombre, celui qui « peint dans la nuit » des fresques si profondes à ses yeux… Le second court après l’argent pour payer le loyer et sa peinture pour graffer sur les murs de la ville. Lucy et Ed sont amenés à passer la nuit ensemble et on ne peut pas dire que l’entente soit immédiate… Outre le fait que Lucy a cassé le nez d’Ed quelques temps auparavant, elle ne lui parle que de cette ombre si talentueuse qui la fait rêver (fantasmer serait plus juste). Hors de question dans ce cas pour Ed de révéler qu’il est bel et bien l’ombre. Son manque de confiance en lui lui intime de se taire quand tout son être le pousse à faire confiance à cette fille qui le comprend si bien.
Le temps d’une nuit pleine d’enjeux, Lucy et Ed s’apprivoisent maladroitement au rythme de discussions autour de l’art et des artistes. Ed arrivera-t-il à intégrer qu’il peut légitimement s’exprimer dans l’art malgré son échec scolaire ?
Autre lecture
Qui est l’Ombre, ce graffeur qui tague les murs de la ville de tableaux qui intriguent Lucie ? En virée avec ses copines, elle part à sa poursuite accompagnée d’un groupe de garçons. Entre mensonges et sentiments, Ed et Lucie, vont-ils finir par se rencontrer vraiment ? Pourquoi l’Ombre cache-t-elle son identité ? Que cherche Lucie à travers cette quête ?
Un très joli roman, agréable à lire, qui se dévore en peu de temps, grâce à son mélange d’humour et d’action ainsi que par l’alternance des chapitres Ed/Lucie. Les personnages sont attachants et les thèmes ne se contentent pas de la romance puisqu’on y évoque aussi l’illettrisme, la poésie, la peinture, la fidélité, l’amitié...
« Si mon penchant pour toi était le public d’un match de foot, il rugirait jusqu’à te rendre sourde. Et si mon penchant pour toi était un boxeur, il y aurait un mort étendu par terre. Et si mon penchant pour toi était en sucre, tu perdrais toutes tes dents avant tes vingt ans. Et si mon penchant pour toi était de l’argent, tu pourrais dépenser sans compter. » Coup de coeur de Marion

coup de coeur Vert de peur / Plié de rire / R. Corenblit. - Rouergue. - (Boomerang)

Joseph se targue de n’avoir peur de rien, jamais. Même lorsqu’il est mis au défi, il s’en sort haut la main. Mais tête bêche, c’est une toute autre histoire qui est racontée, celle de Joseph qui pique une livre à sa sœur. Un livre « avec une couverture rose ». Et voilà notre Joseph invincible gagné par les larmes…
Un roman à lire d’un côté puis de l’autre, pour mieux cerner les nuances d’une personnalité et le pouvoir des livres.
Autre lecture
Plié de rire : portrait de Joseph un jeune garçon qui n’a peur de rien. Non seulement les histoires horribles ne l’effrayent pas mais en plus elles le font rire et il va jusqu’à lui-même inventer des récits qui font peur ! Mais lorsque l’on retourne le livre, on est invité à découvrir un autre Joseph, vert de peur… en découvrant une autre sorte d’histoires…
Un récit gigogne, qui peut se lire de différentes façons et se décompose en différentes histoires… Un bel exercice de jeux avec les mots et la littérature avec pour toile de fond l’indémodable thème de la peur ! Intéressant…
« Se retrouver dans sa chambre sans lumière un soir de tempête, se perdre dans un magasin immense et ne plus retrouver ses parents, tomber d’une falaise haute comme la tour Eiffel ou se fracasser le crâne en chutant de son vélo, aucune de ces idées atroces ne le dérange. »
Autre lecture
Le livre est à lire dans les deux sens : par quel côté commencer ? Si l’on commence par Plié de rire : un jeune garçon (Joseph) n’a peur d’aucune histoire qui effraie. On lit en même temps que lui quelques histoires mais rien n’affole Joseph à l’école. Il ricane plutôt. Sa bibliothèque ne comporte que des livres qui font peur et il les lit le soir dans son lit en souriant.
De l’autre côté : Vert de peur. C’est le même personnage qui est le héros. Par hasard, il lit un livre rose de sa sœur et il a peur parce qu’il est seul. C’est une histoire d’amour et il est désorienté car il ne connait pas ce genre de relations : Mo, un jeune garçon, n’ose pas avouer son amour ! En fait, dans les histoires qui font peur, on sait que c’est pour de faux mais, dans les histoires de sentiments, c’est la réalité qui parle et Joseph, le crâneur, se retrouve seul face à une situation qui l’intrigue.
Les couvertures sont intéressantes, déroutantes : on a des fantômes pour le titre Plié de rire et des cœurs roses et blancs pour Vert de peur. On est forcément intrigué et on a envie de lire la suite ! Le livre fait réfléchir sur les différents types d’histoires et aussi l’impact de la lecture. C’est une bonne réflexion pour les plus jeunes.

coup de coeur Des yeux bleu trottoir / A. Sautier. - Ecole des loisirs

Louis est assez isolé dans sa classe de seconde. Avoir un an d’avance ne l’aide pas. Il aimerait aborder Émilie mais n’ose pas… L’annonce du divorce de ses parents va bousculer les choses. De les voir louvoyer, ne pas dire l’entière vérité, l’agace et le révolte. D’autant plus que son petit frère Otto, par ailleurs amoureux de sa maitresse, vit mal la situation. Louis observe, souffre et décide d’agir.
L’originalité du texte repose sur ses personnages et cette façon intelligente de les décrire : le narrateur Louis montre leur identité profonde sans trop en dire, avec un regard à la fois très tendre et acerbe, pour mieux parler de l’amour qui, s’il ne dure pas toujours, reste une belle chose à vivre. Même lorsqu’il prend des chemins inhabituels.

coup de coeur Aristote in love / A.-G. Balpe. - Rouergue. - (Dacodac)

Lorsqu’il rencontre Mina pour la première fois, Aristote est bien obligé, face à ses questions, de reconnaître qu’il n’avait jamais véritablement songé à l’origine de son prénom. Un prénom bizarre certes mais qui était Aristote ? Il partage les résultats de son enquête avec Mina et se sentant pousser une vocation, lui propose de monter ensemble une Agence de philosophie. Pour répondre à des questions aussi fondamentales que "L’amitié entre garçon et fille est-elle possible ?" "Est-ce qu’il vaut mieux voir les films en 2D ou 3D ?" Et une plus délicate : Qui est mon père ? Avec Mina, Aristote découvre le syllogisme, son identité, l’amour...
Quel petit roman tendre et drôle ! Les relations d’Aristote avec Mina, sa mère, son cousin, sont chacune différentes mais construisent un personnage "grand et fort comme quelqu’un qui n’a plus peur de répondre à toutes les questions."

coup de coeur Comment j’ai piqué la petite amie Alien de Johnny Depp / G. Ghislain. - La Martinière. - (Fiction J)

Lorsque Zelda arrive chez son célèbre psy de père Davis comprend tout de suite que cette jeune fille est différente des autres patientes qu’il croise parfois. C’est un euphémisme. En effet Zelda prétend être une extraterrestre à la recherche de son élu, Johnny Depp (oui rien que ça !), et aurait pour mission de le ramener sur sa planète. David est à la fois effrayé et fasciné par cette superbe adolescente. D’autant qu’elle est d’une force surhumaine et sait se faire convaincante. Zelda est-elle une dangereuse schizophrène comme le prétendent les adultes ? Cela importe peu à David qui est amoureux d’elle et est bien décidé à ne plus la quitter. S’en suit alors une aventure rocambolesque à travers Paris.
Cette histoire est aussi déjantée que l’héroïne. On rit beaucoup à son humour très anglais. Normal l’auteur a parcouru le monde et l’anglais lui est devenu aussi naturel que le français, sa langue natale (ce roman a d’abord été écrit en anglais).
Autre lecture
Le père de David est thérapeute et sa patiente actuelle est vraiment étrange, voire dangereuse. David est pourtant très attiré par elle et surtout intrigué. La jeune Zelda lui avoue être une extra-terrestre à la recherche de son "double" terrien. David croit surtout qu’elle est schizophrène, jusqu’à ce que la jeune fille, alors solidement attachée par les policiers pour assister à sa séance thérapeutique, réussisse à s’échapper miraculeusement. David la retrouve dans le coffre de la voiture de sa mère : comment est-elle arrivée là ? C’est simple, Zelda spatioflash. David commence à douter des origines terrestres de Zelda. Commence alors une incroyable et trépidante course à travers Paris, entre David, Zelda, les parents du jeune garçon (une mère particulièrement hystérique) et les compagnes "alien" de Zelda. Et on apprend que le double terrien de Zelda n’est autre que Johnny Depp.
Roman drôle, hystérique, personnages attachants, pas si extra-terrestres que ça...
Autre lecture
Le père de David s’occupe de jeunes psychiquement perturbés. Mais cette Zelda nouvellement arrivée semble dépasser tout ce qu’ils connaissent : elle affirme venir de la planète Vahalal, qui ne tolère que les femmes. On y vit des centaines d’années, avec des pouvoirs étonnants et la reproduction est un phénomène bien compliqué. Zelda est justement là pour s’accoupler avec un certain… Johnny Depp. David va bientôt se retrouver adjuvant dans sa quête obsessionnelle…
C’est un roman loufoque, déjanté, violent par moment mais résolument enlevé et original. Coup de coeur de Myriam

coup de coeur Never Sky / V. Rossi. - Nathan

A l’extérieur des capsules, c’est la mort assurée. Les tempêtes d’Ether, les maladies, les animaux sauvages tuent les hommes. Aria, 17 ans, est expulsée de son monde et contrainte de se battre pour survivre. Perry a toujours vécu dans la nature, au sein de son clan. Mais il voit sa tribu s’affaiblir petit à petit et décide d’agir... La rencontre de ces deux jeunes que tout oppose est au coeur de ce premier tome.
Deux ennemis qui doivent s’allier pour continuer à vivre. Une dystopie réussie.

coup de coeur La mafia du chocolat / G. Zevin. - Albin Michel. - (Wiz)

2083. Anya Balanchine est la fille d’un des parrains de la mafia du chocolat. Son père a été assassiné et elle a en charge une grand-mère sous assistance respiratoire, un grand frère handicapé mental et une petite sœur surdouée. Elle tente cependant de se construire une vie normale au lycée. Mais les événements vont se précipiter autour d’elle et l’amener à des choix compliqués. Tomber amoureuse du fils du procureur ne va pas lui simplifier la vie...
Entre sentiments, aventure, intrigue policière autour de la prohibition, le roman est dense et agréable à lire. Le côté futuriste prend peu de place dans l’histoire. On apprécie de voir l’héroïne se transformer peu à peu sous nos yeux. Pour qui se battre et pourquoi ? A suivre...

coup de coeur Pieds nus dans la nuit / M. Jarry. - Thierry Magnier

Louise s’était sentie bien, entière et heureuse, lorsqu’elle avait fait la connaissance de Tom, de Claire -qui sait si bien lui donner confiance- puis de Baptiste. Ils formaient une bande -et deux couples- soudée, complice, à n’en point douter : inséparable. Et pourtant, Claire est tombée malade, rongée par l’anorexie, et chacun s’est peu à peu éloigné. Chacun sauf Claire qui ne comprend pas, qui ne peut accepter qu’une relation si belle se termine de la sorte. Pourtant Claire avait donné un indice : "Peut-être que le meilleur, je l’ai déjà vécu." Alors, pour Claire et Louise, il faudra trouver le moyen de réconcilier passé et avenir… Pour la narratrice du roman, cela passera par une œuvre d’art qui veut "créer un lieu de souvenir."
Se souvenir, Oublier, S’arracher... 3 parties -dont la première peut paraître un peu larmoyante- pour ce roman de reconstruction qui trouve le moyen de sauvegarder la beauté de cette parcelle d’adolescence pour, enfin, oser avancer.

Autre lecture
Louise doit passer son bac. Mais le monde autour d’elle s’écroule : sa meilleure amie est hospitalisée et elle est trahie par son petit ami. A quoi se raccrocher ? Comment se reconstruire ? Les paroles des adultes sont maladroites et Louise sombre... Jusqu’à ce que...
Après une première partie qui présente le cocon qui soude les quatre jeunes dans l’amitié et l’amour, c’est l’explosion. La seconde partie, que j’ai particulièrement apprécié, fait éclater ces repères et isole peu à peu notre héroïne qui finit par se retrouver face à elle-même. En dépit de passages parfois un peu brouillons, comme la vie, j’ai beaucoup aimé le récit qui nous amène dans la peau d’une adolescente, ses angoisses, ses rêves... J’ai trouvé beaucoup de justesse et d’émotions dans la retranscription du mal être, de la séparation. Un très beau livre.
«  Je ne risque pas de sortir un jour de chez moi pour me prendre un autre obus, tout a été détruit dans ma vie, vous étiez mon absolu et mon refuge, mon seul horizon et mes plus beaux souvenirs, je n’ai nulle part où aller, je suis prisonnière chez moi avec ma mère, je n’ai rien à faire, rien à vivre, je veux que ça s’arrête, maintenant, je veux m’endormir et me réveiller quand j’aurai oublié vos visages et vos noms. »

coup de coeur Léon ou les confessions d’un orphelin ordinaire / K. Vereecken. - Bayard. - (Millézime)

Jusqu’à la mort de Méline, Léon, bien qu’orphelin, n’était pas malheureux. Elle lui apportait la tendresse et la curiosité de la vie, pourvoyant à tous ses besoins. Mais lorsqu’elle se suicide par amour, Léon décide de ne plus jamais se laisser aller aux émotions. Il quitte la maison de sa nourrice pour la grande ville. Paris, dans les années 1760, est une ville impitoyable pour les pauvres mais Léon, entre sincérité et roublardise, entre jeu de séduction et refus de s’attacher, se fait une place. Aux premiers boulots répugnants succèdent les jours meilleurs et Léon, devenu écrivain public, se débrouille bien, tant il a appris à réfléchir sur la vie et sait formuler ce qui se dérobe aux illettrés. Mais s’il est une chose qu’il a du mal à saisir, c’est l’amour et les aberrations auxquelles les hommes se livrent en son nom. Sa propre histoire familiale en est une parfaite illustration, c’est ce qu’il va découvrir au cours du roman.
L’histoire de cet orphelin débrouillard, pris d’une "soif ardente", malin et philosophe croisera celle, plus illustre, d’un grand auteur de ce siècle, Rousseau. Une convergence qui rend le roman passionnant, touchant, traversé du souffle de la connaissance et… de l’amour.
Autre lecture
Léon est un orphelin au 18ème siècle en France. Il débute sa vie chez une nourrice dont il profitera de l’affection de la fille aînée. A sa mort, il se lance à la recherche de son identité, une carte représentant l’infini ayant été glissée dans ses langes et à la conquête de Paris. Il y découvrira la pauvreté, l’insalubrité des logements mais aussi l’entraide et l’amour. Mais qui est-il ? Et que peut être son destin ? Contre toute attente, Léon se tourne vers l’écriture…
Un roman documentaire qui nous permet d’apercevoir le quotidien des enfants abandonnés, exploités ou encore maltraités. Mais c’est aussi un récit d’aventure, car la vie de Léon offre de nombreux événements et rebondissements. C’est enfin un policier car la quête de son identité est un élément central du livre. Enfin, le livre évoque le monde de la littérature et nous amène à croiser la figure du philosophe Rousseau qui est très bien décrit dans ses contradictions. C’est l’ensemble de ces facettes qui rend le livre intéressant.

« La lecture m’aidait, jusqu’à un certain point. De temps en temps, un livre m’apportait une réponse. Mais chaque réponse faisait naître en moi de nouvelles questions. Curieusement, elles ne me dérangeaient pas, moins en tout cas que celles qui se posaient à moi au quotidien. Elles me permettaient d’avoir une prise sur le réel. Elles étaient aussi préoccupantes que celles de la vraie vie, mais, avec elles, j’avais le temps de méditer. Je me voyais comme le personnage principal d’un roman et je réfléchissais à la suite de l’histoire. »

coup de coeur Mon cœur dans les rapides / A. Kalouaz. - Rouergue. - (DoAdo)

Récit d’un été merveilleux dans les gorges de l’Ardèche. Juliette part en camp de canoë, avec son amie Léa. Elle va y découvrir l’amour avec un adolescent timide. Une rencontre poétique et forte autour des mots et de la nature. L’écriture est jolie et on se laisse emporter dans cette histoire de premier amour, dense et fort à la fois. Le contraste entre le caractère des deux amies, l’une enjouée et toujours prête à de nouvelles rencontres et l’autre réservée, nous permet de suivre avec intérêt l’épanouissement de l’héroïne dans ce hors temps que constituent les vacances.
"- Tu trouves que c’est bien d’être avec quelqu’un ?
- Comment ça quelqu’un ?
- Un garçon que tu aimes, par exemple.
- Tu dois savoir mieux que moi non ?
- Moi, je crois que si on est avec un autre, c’est surtout pour se rassurer soi-même et être aimé.
- C’est déjà bien, tu ne trouves pas ?
- Oui, mais qu’est-ce qu’on a besoin comme amour ! Il en faudrait des tonnes pour nous rassurer.
- Le peu que j’ai me suffit pour l’instant."

coup de coeur Ismaël part en live (les rebelles de St Daniel) / M. G. Bauer. - Casterman

Ismaël cherche à attirer l’attention de Kelly. Mais les catastrophes s’accumulent autour de lui comme une malédiction. Heureusement, son fidèle ami Razza va l’épauler pour l’aider à conquérir sa belle. L’humour, la poésie et la musique vont apporter leur contribution...
Un tome qui est long à démarrer, avec pourtant des gags et de très bons passages notamment la lecture du conte de Boucle d’or et les trois ours par Razza... Le livre, avec beaucoup de dialogues, se lit facilement.

coup de coeur La sélection du prince charmant / A. de Lestrade. - Sarbacane

Un matin comme un autre mais en une seconde, tout bascule. Margotte a glissé dans les escaliers, toute la vie de la famille est suspendue en attendant qu’elle sorte du coma. Gersande sa petite sœur ne peut se contenter d’attendre et se met en tête de trouver un prince charmant qui réveillera la belle. Elle nous raconte cette quête au déroulement inattendu mais à l’issue heureuse.
Texte très vivant, empli de la tendresse qui unit la famille, les amis.
Autre lecture
Suite à un accident, Margotte est plongée dans le coma. Nous suivons les réflexions de sa petite sœur qui cherche une solution pour la ramener à la vie… Pourquoi ne pas lui trouver un prince charmant ? Ou encore essayer le spiritisme ?
Un petit livre réjouissant, ni guimauve ni cassandre mais qui laisse transparaitre sous le rire, le rôle important des grandes sœurs… A lire !

« Attendre. On peut attendre le train, le bus. Mais pas ça. ça, on ne peut pas attendre. Pas une seconde de plus. Alors dans cette chambre bourrée à craquer d’attente, de tuyaux et de boutons rouges, Vandrille d’une petite voix d’enfant de 4 ans et 11 douzièmes qui ne peut pas attendre : - Marguerite, elle attend le prince charmant. Comme la belle au bois dormant. »

coup de coeur Ma / L. Atangana. - Rouergue. - (DoAdo)

Félix aime sa mère plus que tout. Même si celle-ci ne le comprend pas toujours, notamment à propos de sa soif de lecture et de connaissance. Mais tous les deux ont une relation très forte, attentionnée. Peut-être est-ce parce que Ma voulait tellement un enfant, et qu’elle n’a pas pu. Alors elle a volé Félix dans un orphelinat... Lui qui veut tellement partir voir le vaste monde, comment pourrait-il se résoudre à la quitter... Et voilà maintenant qu’il rencontre Magali, farouche et envoutante. Qui elle aussi, par son histoire douloureuse, créé des liens dorénavant impossibles à trancher. Si Félix ne peut partir, les livres seront-ils suffisants pour lui permettre de s’échapper ?

coup de coeur Mon Amérique / A. de Poncheville. - Ecole des loisirs

Lisa passe l’été chez sa grand-mère quand un matin, elle découvre que des plumes lui ont poussé sur le crane. Affolée, la jeune fille les dissimule sous un bonnet. Elle fait la connaissance de Lalou, un garçon de son âge, solitaire et mystérieux. Avec lui, Lisa se sent en confiance, elle a bien envie de se montrer telle qu’elle est, avec et surtout sans bonnet.
A travers cette rencontre, Lisa s’apprend elle-même et découvre la profondeur de certains liens, amoureux certes, mais aussi inter-générationnels, de transmission.
Roman pour les filles, sur les premières fois, sur les sentiments.
Autre lecture
Lisa est terriblement déçue de voir son voyage aux Etats-Unis annulé. Celui qui "amorcerait une révolution, orienterait (son) avenir". En lieu et place : un séjour chez sa grand-mère, qu’elle apprécie beaucoup mais ne promet rien d’aussi exaltant. Mais sait-on jamais ce que la vie réserve… Elle va vivre là-bas des choses étonnantes, qu’elle partagera seulement avec Lalou le mystérieux.
Un roman au charme étrange, qui nous fait partager l’intimité d’une jeune fille se révélant dans l’amour.

coup de coeur Demander l’impossible.com / I. Cohen-Janca. - Rouergue. - (DoAdo)

Dans Demander l’impossible.com, Irène Cohen-Janca met en scène Antonin, un adolescent comme les autres, pas forcément mal dans sa peau, mais pas forcément à l’aise, pas forcément doué au lycée, mais pas mauvais non plus. Il est un peu amoureux mais peut-être pas finalement, un adolescent qui cherche sa place dans une famille a priori ordinaire, à côté d’une sœur en apparence parfaite, côtoyant souvent son oncle soixante-huitard boudé par ses parents. Une famille apparemment calme et sans histoire mais qui va être mise à l’épreuve avec la découverte de l’anorexie de la sœur ainée d’Antonin.
Antonin qui, au début du roman, peut rappeler le héros d’Anne Percin, Maxime, dans Comment (bien) rater ses vacances, à cause de son flegme et son humour pince sans rire, évolue grandement, grandit, devient adulte. Ses convictions s’ébranlent en même temps que les épreuves s’imposent et il ne peut plus rester sur ses acquis, sur sa réserve, sur son laisser-aller, il est obligé de se poser toute une série de questionnements sur le sens de la vie, la famille, les secrets de famille, les relations amoureuses.
Le roman prend alors une profondeur qui n’était pas forcément attendue au départ, il devient touchant et soulève des questions forcément proches des adolescents. Une belle découverte.
Autre lecture
Comment bien grandir ? Comment entrer dans le monde adulte lorsque les modèles environnants ne donnent pas envie ? Antonin et sa sœur Emma sont à l’âge où ces questions sont d’importance. Antonin, en croisant tous les matins un SDF au regard pénétrant, ne peut rester indifférent, ce qui consterne sa petite amie. Emma, jusqu’alors fille et élève modèle, n’a plus que la peau sur les os et rejette le modèle de vie de ses parents "vulgaires et normopathes." Max, l’oncle soixante huitard qui vit seul avec ses souvenirs, offre un autre modèle, comme une fuite… Antonin le "petit "de la famille pourrait bien être celui qui est le plus clairvoyant. D’abord incertain, puis s’affirmant de plus en plus, il ouvre les yeux de ses parents, de sa petite amie, de lui-même, dans la compréhension de ce qu’il veut faire de sa vie.
Un roman grave mais loin d’être désespéré puisqu’il montre que rien n’est établi et que chacun peut réinventer sa vie, pour peu qu’il rencontre un regard attentif.

coup de coeur Troubles / C. Desmarteau. - Albin Michel. - (Wiz)

C’est une adolescence un peu désenchantée que nous dépeint Claudine Desmarteau à travers ce roman. Camille, la narratrice, est une grande cinéphile. Ses impressions sur les films vus occupent presque autant de pages que le récit de sa vie avec Fred, son meilleur ami et les copains du lycée. Mais que dire de sa vie… Ses parents qui ne s’aiment plus, sa non vie amoureuse, les SDF toujours plus présents dans son quartier, les amis qu’on ne connaît finalement pas vraiment, la vie qui offre de beaux hasards et réserve aussi des drames, que, peut-être on aurait pu éviter en étant moins lâche… Comme une réminiscence de Trouilleland, la peur s’invite encore dans ce roman. La trouille d’aimer en premier lieu.

coup de coeur La lettre d’Argentine / E. Willer. - La grande ourse. - (Stardust)

Elias est très proche de son grand-père. Quand celui-ci meurt, il continue à l’accompagner en pensée dans son quotidien. Mais voilà qu’Elias reçoit une lettre de sa grand-mère. C’est un événement extraordinaire qui créé beaucoup d’émotions dans toute la famille car Bella s’était enfouie avec un argentin sans donner de nouvelles depuis de nombreuses années. Or Elias n’aime pas sortir de chez lui. Alors aller en Argentine... Pourtant, il sent bien que cette mission lui est confiée par sa mère. Que va-t-il y découvrir ?
Un roman drôle et émouvant sur les liens familiaux et les secrets de famille, sur l’amour et la haine, sur la nécessité du pardon. A lire !
Autre lecture
Nous découvrons ici une nouvelle maison d’édition privilégiant "les thèmes de la transmission, de la mémoire, de la quête et de l’identité, ainsi que les sujets touchant aux femmes". La collection Stardust, plus spécifiquement destinée aux ado, est inaugurée avec ce titre d’Ellen Willer qui en quelques 140 pages abordent le deuil, l’amour, la jalousie… Sujets graves mais abordés ici non sans une pointe d’humour.
Elias reçoit un jour une lettre de sa grand-mère l’invitant à venir en Argentine pour faire connaissance. Plusieurs raisons l’incitent à refuser : il déteste voyager, quitter sa maison ; il ne connaît pas du tout sa grand-mère, partie lorsque sa propre mère avait 13 ans. Enfin, il a toutes les raisons de se méfier de cette femme qui a quitté son mari et sa fille pour vivre un nouvel amour très loin d’eux. Par loyauté envers son grand-père qu’il adorait, envers sa mère visiblement encore bouleversée, par commodité pour lui-même, le voyage ne devrait logiquement pas se faire. Mais Elias saisit imperceptiblement d’autres motivations pour faire ce grand voyage. Et c’est une réalité ni tout à fait différente, ni tout à fait semblable qu’il met à jour avec cette nouvelle famille.
Les vérités que l’on croit établies, que l’on a toujours entendues, se fissurent et se complexifient lorsqu’on réalise, en grandissant, que l’on est tous faillibles. Elias, qui a "parfois de légers problèmes de connexion avec la réalité", avec sa sensibilité exacerbée et son intelligence, se réconciliera avec un passé qui avait séparé les rares membres de sa famille.

coup de coeur Au commencement il y avait Bob ; Dieu a mal au crâne / M. Rosoff. - Hachette. - (Black Moon)

Ne nous étonnons plus de l’état déplorable du monde, Meg Rosoff nous en explique les raisons : Dieu est un ado fainéant, égoïste, égocentrique, capricieux, irresponsable et dyspepsique qui a créé le monde en naviguant à vue. Il s’est beaucoup amusé à créer de nombreuses créatures -en résultent de magnifiques fulgurances- et a calqué les phénomènes météorologiques sur ses propres humeurs : "Dieu est amoureux : des milliers d’humains morts". Pour parachever ce "bazar bizarre", Dieu -Bob- a créé l’homme… à son image !!! Avec bien entendu la domination sur les autres espèces, déité et mégalomanie obligent… "Ce qui, comme chacun put le constater plus tard, revenait à élaborer la recette d’une catastrophe par excellence"... Bien entendu, il s’est vite lassé de son dernier joujou, se désintéresse totalement de ses créatures. Il laisse le soin à son assistant de récupérer les monumentales conneries qui ne manquent pas de pleuvoir.
Le ton est donné, nous assistons goguenards aux élucubrations d’un dieu qui est encore tombé amoureux d’une humaine. Mais que peut-on attendre d’un amour narcissique, Bob aimant "sa création"...
Une vision détachée, farfelue, légère du monde, qui ne résulte que du hasard. Dieu et les hommes sont tout autant irresponsables et égoïstes, et pourtant attachants… L’écriture concoure à appréhender cette vision de la réalité avec une ironie légère et invite à ne surtout pas prendre au sérieux ce qui pourrait déprimer.

coup de coeur Arsène / J. Arnaud. - Casterman

Georges, un prénom atypique pour un garçon de 11 ans. Sa singularité s’exprime aussi dans sa façon d’être. Passionné par Arsène Wenger, son quotidien est vécu à l’aune de cet entraîneur. Aussi, lorsqu’il fait la connaissance de sa voisine fantasque et tempétueuse, la voici surnommée Arsène. C’est dire s’il est subjugué… Il s’immisce dans la vie de cette jeune femme révoltée qui se comporte bientôt bizarrement. Georges veut tout faire pour l’aider…
Roman très original porté par un personnage rayonnant. Par sa simplicité, sa sincérité et sa générosité, Georges affronte des problèmes bien trop lourds pour lui. Mais sa candeur étant communicative, il fédère un réseau qui soulèvera des montagnes. Pas de happy end pour autant, et c’est là la force de ce premier roman, c’est qu’il mâtine toute la réalité difficile et non occultée (drogue, "La crise", solitude…) d’un humour discret mais efficace. Georges aura sur le lecteur comme sur les autres personnages, une influence revigorante !
Autre lecture
Un jeune garçon intrépide tombe amoureux de sa voisine. Un monde les sépare. Il entre au collège. Elle travaille. Il adore le football, elle aime la musique. Pourtant, par de nombreuses ruses, Georges va réussir à partager certains moments avec son idole, sous le regard conciliant de sa petite voisine, passionnée de médecine, d’Ali le libraire ou encore de M. Guédon son professeur de sport.
Un roman qui avec humour évoque des destins en décalage avec leur monde, avec leur temps. Les personnages sont hauts en couleurs et le récit vivant.

coup de coeur La faute de Rose / F. Cadier. - Thierry Magnier

Seconde moitié du XXe siècle, Irlande. La réputation d’une jeune fille doit restée sans tache ; or Rose a désobéi à ses parents en voyant son amoureux, un orphelin qu’ils désapprouvent. Elle est donc expédiée au couvent des sœurs Magdalène où les brimades, humiliations, privations sont monnaies courantes. Rose raconte en alternance son histoire d’amour avec Sean, leur fuite qui coïncide avec le meurtre du patron de Sean (est-il coupable ?), les maltraitances au couvent et enfin la sortie grâce à la réaction d’une jeune religieuse. Le roman d’une centaine de pages est dense de toutes ces histoires, et s’il a un véritable intérêt documentaire, il est un peu rapide sur le développement de la psychologie de Rose.

coup de coeur Fugue majeure / M. Pouchain. - Oskar. - (Société)

Alors que toute sa famille se demande où a bien pu disparaître sa mamie, Nini, 15 ans, décide de partir à sa recherche. Elle voit son intuition se confirmer : elle se trouve bien à Fort Mahon, là où elle peut profiter du temps présent, fuir l’opération qui lui fait si peur. Toutes les deux se retrouvent, s’expliquent, partagent leurs émotions. L’occasion pour Nini de relativiser ses problèmes du moment, de mieux connaître sa grand-mère, laquelle passe avec sa petite fille un cap difficile. Belle histoire intergénérationnelle.
Autre lecture
Une histoire d’amour entre une grand-mère et sa petite fille. La fugue, c’est la mamie qui la fait. Et la petite fille, bien entendu, part la rejoindre. Car la mamie refuse l’opération qui pourrait peut être la sauver. Elle choisit la vie, maintenant, tout de suite plutôt que l’hôpital et un hypothétique miracle.
C’est l’histoire aussi d’une jeune fille qui a un grand chagrin d’amour et qui pense trouver en sa grand-mère de la compréhension, de l’affection.
C’est surtout l’histoire de leurs retrouvailles, du croisement de deux trajectoires. Et le simple plaisir d’être ensemble quand on s’aime...
Les phrases de Martine Pourchain sont courtes. L’écriture est obstinée. Elle avance irrémédiablement, comme la vie, avec ses pertes, ses douleurs et l’acceptation. Mais aussi avec la conscience forte que le bonheur est dans le présent. Et c’est cet hors temps, déjà presque envolé, que l’auteur nous offre.
« C’est l’histoire d’un amour qui se termine et d’un autre qui continue. C’est aussi l’histoire d’un amour qui pourrait commencer et d’un autre sur lequel tout n’a pas été dit. Mais le mieux c’est que je commence par où les choses ont commencé à dérailler. Pour autant que je m’en souvienne, c’était un dimanche... »

coup de coeur Les filles chocolat, tome 1 : Coeur cerise / C. Cassidy. - Nathan

Cherry, 13 ans, ne peut pas s’en empêcher, il faut qu’elle raconte des histoires. Rien de bien grave, juste de quoi enjoliver un peu ce qu’elle pense être une triste réalité. Elle est bien décidée à quitter cette sale habitude et le grand déménagement lui en donne l’occasion : son père est tombé amoureux de Charlotte, ils partent habituer chez elle et ses 4 filles, Coco, les jumelles Skye et Summer, et Honey. Prendre possession des lieux, arriver à se faire accepter... Cherry est dans l’angoisse. Mais elle découvre avec les filles le sens du mot famille et tous s’unissent autour d’un projet de fabrication de chocolats artisanaux. Seules ombres au tableau, et de taille : la fille aînée, Honey, supporte mal la situation et ressent l’arrivée des 2 écossais comme une intrusion. Et elle voit d’un très mauvais œil que son petit ami soit aimable avec Cherry.
Entre description sensible des souffrances intimes et tableaux vivants des joies collectives, ce roman nous attache à cette famille recomposée où l’enjeu, pour chacun, est de trouver sa place...

coup de coeur Profil / J. Asher ; C. Mackler. - Milan. - (Macadam)

Pour ses 15 ans, Emma reçoit son premier ordinateur ! Alors qu’elle se connecte pour la première fois sur Internet l’écran affiche une page Facebook ! Mais nous sommes en 1995, et Facebook n’existe pas encore.... Emma pense à un virus, mais en explorant cette page, elle tombe sur la photo d’une jeune femme lui ressemblant beaucoup et portant le même nom qu’elle, accompagné de son mari. Elle se rend compte qu’elle fait face à son propre avenir, 15 ans après. Or, celui-ci ne lui convient pas du tout. Tout cela est d’autant plus troublant qu’à chaque changement inattendu dans son présent, son avenir change. Avec son meilleur ami Josh, Emma va tenter de se fabriquer un avenir enfin satisfaisant.
Autre lecture
Nous sommes en 1996, les États-Unis vivent les premières heures d’internet. Emma est à la pointe avec son nouvel ordinateur. Quelle n’est pas sa surprise en se créant une adresse mail, de découvrir un certain site Facebook qui lui fait découvrir son profil d’elle-même à l’âge de 30 ans… Elle confie son désarroi à son ami Josh et tous deux se débattent et se disputent face à cette situation impossible de connaître leur avenir et de vouloir en changer certains aspects. Les interactions sont évidemment sensibles et impossibles à maîtriser…
A cet âge, ce sont bien sûr les relations amoureuses qui tourmentent nos héros mais se pose aussi, plus globalement, le questionnement d’une façon d’être : vivre au jour le jour, en étant honnête avec soi-même ; vivre pour l’image donnée à voir à autrui…
Un façon originale d’aborder le rôle du virtuel dans la vie, les réseaux sociaux, sur fond d’histoire d’amour.

coup de coeur Ma vie océan / M. Disdero. - Seuil

Depuis la mort de ses parents en Thaïlande, Héloïse ne trouve plus goût à rien. Ni à la nourriture, ni à la vie, ni à l’amour. Mais dans ce foyer spécialisé pour les ados en souffrance, elle s’attache à Martine la directrice et surtout à Katy qui partage sa chambre et sait la comprendre mieux que personne, tout en la secouant ! De fait, Héloïse retrouve le chemin de la vie quotidienne, avec les difficultés qu’elle ne manquera pas de rencontrer en quittant ce cocon. En allant habiter chez sa tante, elle sait que c’est la vie normale qu’elle retrouve mais cela signifie quitter Katy, renoncer à l’amour naissant avec Théo.
Orphelins, amour, amitié, un bon amalgame pour un roman psychologique plaisant.
Autre lecture
Depuis la mort de ses parents, Héloïse ne parvient pas à continuer sa vie. Enfermée dans son mutisme, elle refuse toute nourriture et préfère souffrir seule. Dans la maison de convalescence où elle a été placée, elle finit par se lier à Katy et Théo. Tous deux lui permettront de s’ouvrir au monde et de retrouver, petit à petit, une vie normale. Héloïse nous transmet fidèlement les émotions de son deuil. Ce personnage nous fait entrer avec facilité dans le récit dont on sort revigoré ! (Marie, 3°)

coup de coeur Cavale / H. Goldberg Sloan. - Gallimard

Tout commence par une rencontre improbable entre un jeune homme de 17 ans, en cavale permanente avec son frère autiste et un père fou et dangereux, et une jeune fille de bonne famille. Il est beau, musicien surdoué et a pour seul objectif de survivre et d’être là pour son frère différent. Elle est belle, sage et ... c’est la reconnaissance immédiate de l’Autre ! Mais le bonheur, si intense soit-il est fragile et les obstacles sont nombreux. On pense à une leçon de vie, au conte de fée, à Roméo et Juliette mais aussi aux gags de Tom et Jerry avec le personnage de Bobby qui enchaîne les mésaventures ! Un livre à multiples facettes très réussi.
Autre lecture
D’un côté il y a Sam, ado qui se sent vivre uniquement en écoutant de la musique. De l’autre, Emily qui, justement ce jour là à l’église, doit chanter, contre sa volonté, I’ll be there. Elle chante, ils se regardent et leur destin est désormais lié. Mais leur histoire est-elle possible ? Lui protège son petit frère de Clarence, leur père paranoïaque sans cesse en fuite, d’un état à l’autre. Elle est issue d’une famille classique, aimante, qui ne peut que s’inquiéter de voir l’aînée fréquenter un marginal taiseux. Clarence va régler la question : cette relation est dangereuse à ses yeux, il est temps de larguer à nouveau les amarres. Dans sa folie, la solution lui paraît même bientôt évidente : il faut tuer ses fils. Nous voici au cœur d’une cavale qui paraît à tous interminable.
C’est un roman haletant, dont tous les ingrédients sont mesurés : des enfants malheureux et maltraités, une histoire d’amour contrariée, une mise en danger des “gentils”, on sait d’emblée que tout finira bien. Si l’ensemble est un peu trop bien calibré, trop léché, on se laisse prendre par l’humanité des personnages.
Autre lecture
Deux personnages que tout sépare mais qui finiront par se rencontrer ? Hum ! Déjà lu ça mille fois, non ? Sans doute, mais Holly Goldberg Sloan parvient cependant à tirer son épingle du jeu grâce à une plume vive et à un scénario finement découpé. Cavale, sans être exempt de reproches, est donc un roman intelligemment écrit dans lequel on ne s’embarrasse pas du superflu. Les informations clés s’empilent et sont distillées avec une précision d’orfèvre, parvenant au lecteur en temps voulu, juste avant de basculer vers un autre protagoniste. Le lecteur est ainsi constamment maintenu en haleine. Si l’auteure utilise le procédé de manière un peu trop systématique, il n’en reste pas moins que ça fonctionne. Les pages sont traversées par ce souffle épique typique des romans américains (James Lee Burke, Christopher Cook...), et confère à Cavale un côté échevelé tout à fait plaisant. A ce cocktail détonnant s’ajoute un humour sobre mais irrésistible qui permet au lecteur de trouver des temps de respiration.
On regrettera toutefois quelques fâcheuses facilités. Ainsi ce recours à de grossiers hasards afin d’extirper les personnages de situations critiques est particulièrement agaçant. Ainsi, lorsqu’une goutte d’eau tombe sur un verre de montre, et qui, traversée par un rayon de soleil, permet de concentrer la chaleur en un point précis et d’allumer un feu en agissant comme une loupe naturelle pile au moment où les deux héros ont atteint un moment vraiment très critique, on a soudain très envie de refermer le roman. Il faudra aussi nous expliquer comment il est possible de descendre un torrent en furie sur un canoë sans rame, de réchapper à une chute de plusieurs dizaines de mètres dans les eaux tumultueuses d’une cascade, tout cela avec la clavicule en miette, et de s’en sortir sans plus de séquelles...
Malgré tout, Cavale reste un très bon roman avec en point d’orgue un dénouement tout à fait émouvant. A lire !

coup de coeur Virtuosity / J. Martinez. - Hachette. - (Black Moon)

Carmen passe bientôt le prestigieux concours Guarneri qui récompense les jeunes violonistes les plus virtuoses. Elle qui devait déjà lutter contre le trac, toujours plus envahissant depuis quelques temps, doit maintenant composer avec de nouveaux sentiments : elle ne peut s’empêcher de considérer Jeremy, son plus sérieux rival, comme un compagnon agréable, très agréable... De quoi la détourner de ses ambitions ? Et si sa mère, également manageuse, avait raison en pensant que leur amitié amoureuse n’est qu’une tentative de sape de la part de Jeremy ? A moins que le danger ne vienne de bien ailleurs...
A l’âge où les jeunes prodiges passent à l’âge adulte et doivent apprendre à faire leurs propres choix, Carmen et Jeremy entament un duo parasité par le monde des adultes. Ils devront faire preuve de caractère pour composer leur propre partition.

coup de coeur L’ été devant nous / J. Han. - Albin Michel. - (Wiz)

Belly connaît Conrad et son frère Jer depuis toujours. Deux familles très proches qui se retrouvent tous les étés à la plage. Dans le premier tome nous découvrions les sentiments très forts de Belly pour Conrad et la difficulté de cet amour aux prises avec des problèmes de divorce et de maladie des parents. Le second volet nous faisait découvrir les sentiments de Jer pour Belly et le passage à l’université... Aujourd’hui nous retrouvons Belly... le jour de son mariage ! Mais pourquoi se marier alors qu’elle n’a que 19 ans ? Et avec qui ?
Une saga très agréable à lire qui alterne le vécu de l’héroïne et celui des garçons. Une jolie épopée sur la difficulté de connaître et d’avouer ses sentiments. A lire à la plage ou ailleurs !
Autre lecture
Pour Belly, il n’y a que deux hommes dans son cœur : Jeremiah et son frère Conrad. Si l’un est celui qu’elle souhaite épouser, l’autre est son premier amour. Sûre d’elle, elle est prête à faire le grand pas. Mais Conrad est enfin de retour après une longue absence. Belly commence alors à douter : peut-être que ses sentiments pour lui n’ont pas disparu comme elle le pensait ?
A travers les yeux de l’héroïne, le lecteur accède directement à ses pensées et son cœur. Captivante, rafraichissante mais surtout si proche de la réalité, l’histoire de Belly nous emmène dans un monde à part dès les premières lignes. (Marie, 3°)

coup de coeur Si tu savais / B. Broyart. - Oskar. - (Court métrage)

Parce que tout chez Anaïs le bouleverse et l’émeut, il décide de lui écrire un poème. Parce que Robert Desnos le touche particulièrement, le recueil Corps et biens devient son compagnon d’écriture. Au rythme de plusieurs de ses poèmes, le narrateur fait l’expérience de l’amour, pas tant celui qu’il portait au départ pour Anaïs, mais plutôt celui des belles lettres, de la poésie qui sait révéler ce qui se cache, ignoré au fond de soi.

coup de coeur Instinct / V. Villeminot. - Nathan. - (Blast)

Tome 1 : Tim se transforme temporairement en ours suite à un accident de voiture. Est-ce lui qui a tué sa famille ? Cette métamorphose est-elle réelle ? Il est alors pris en charge dans une clinique privée par un étrange docteur qui lui affirme que de nombreuses personnes se transforment en animal. Il est là pour comprendre le processus et arriver à le contrôler. Mais en quoi peuvent bien se changer ses deux colocataires ?
Un bon livre d’aventure qui fonctionne bien, avec de l’humour, de l’amitié et de l’amour aussi...
Tome 2 : Cette fois l’ennemi vient de l’intérieur même de l’institut. Les lycanthropes, hommes, femmes et enfants qui se transforment en animaux lors d’événements déclencheurs, s’entre-déchirent. Les prédateurs ont décidé de passer à l’action et de retrouver leurs instincts d’animaux sauvages. Mais qui est réellement derrière les meurtres et événements ? Le fondateur du centre disparaît et nos trois jeunes héros décident d’aller sauver leur père adoptif...
Un second tome toujours prenant même s’il manque l’humour, beaucoup moins présent que dans le premier tome…
Tome 3 : Le dénouement. Que sont devenus les membres de l’institut qui ont fait scission ? L’amour entre Tim et catwoman a-t-il un avenir ? Tim est-il ou non responsable de la mort de son frère ? Entre les partisans d’un retour à l’état sauvage et ceux qui souhaitent développer leur part d’humanité la guerre continue.
Fin de la trilogie, avec toujours beaucoup d’action et de suspens. Nous allons avoir du mal à lâcher nos trois héros. Surtout pour ceux qui en pincent pour le homard !

coup de coeur Enfernité / B. Ashton. - Milan. - (Macadam)

Nikki revient des enfers -monde souterrain des immortels plus ou moins calqué sur celui de la mythologie grecque- pour dire au revoir à ses proches et notamment à son petit ami de l’époque. Elle est suivie par un enfernaute qui cherche à la persuader de rester avec lui. Mais que s’est-il passé six mois auparavant pour que la jeune fille suive ce démon ? Le récit alterne présent et passé et nous envoûte peu à peu avec les déchirements internes de l’héroïne. Quels choix reste-t-il ? Un bon roman qui fait penser à Hush, Hush

coup de coeur Plus encore que la vie / A. Plum. - Milan. - (Macadam)

Est-il possible de tomber amoureux d’un revenant ? Kate a mis sa vie sur pause depuis la mort de ses parents et son installation à Paris, chez ses grand-parents. Sa sœur, Georgia, a au contraire décidé de vivre à cent à l’heure les folles nuits parisiennes... Une rencontre avec un magnifique mort-vivant va obliger Kate a reprendre sa vie en main. Mais comment accepter que l’homme de sa vie meurt de façon régulière (mais temporaire) pour sauver d’autres vies ?
Un bon roman d’aventure et sentimental avec des personnages attachants. L’originalité du livre est de baser l’histoire sur un clan qui a la faculté de se sacrifier pour sauver d’autres êtres humains. Mais n’y a-t-il pas un prix à payer pour cette immortalité ?
Autre lecture
Après la mort de leurs parents, Kate et sa sœur ont emménagé à Paris. Tandis que sa sœur aînée s’enivre de soirées et de relations tous azimuts, Kate a du mal à sortir de son abattement. Jusqu’à ce qu’elle rencontre Vincent, qui l’intrigue au plus haut point. Et pour cause, il se révèle être un "revenant", qui se sacrifie pour sauver la vie d’inconnus, avant -si tout se passe bien- de ressusciter. Il n’est pas le seul à vouer sa vie aux autres : ensemble, ils luttent également contre les Numas, êtres maléfiques qui "ont trahi quelqu’un jusqu’à provoquer sa mort." Kate est prise dans un dilemme douloureux. Si elle accepte d’aimer, enfin, elle doit pour cela prendre le risque de côtoyer la mort, encore et encore, sans certitude qu’elle ne soit irrémédiable.
Une héroïne touchante dans sa tentative de gérer son deuil et de renouer avec la vie.

coup de coeur La meilleure nuit de tous les temps / S. Vidal. - Rouergue. - (Dacodac)

On ne fera pas entendre raison à Raphaël : on peut aimer, aimer vraiment et d’amour fou même si on est en CM2 ! La preuve : Colombe et lui sont inséparables. Mais comme tout amour digne de ce nom, il y aura un obstacle, et de taille ! Le père de Raph ne veut pas qu’il côtoie la fille de son patron. Bien entendu, ce n’est pas cela qui arrêtera nos deux tourtereaux qui s’inventeront une nuit de noce inoubliable ! Avec le cortège de problèmes qui va avec...
Un roman pour les 8-11 ans sur l’amour, un peu grandiloquent mais rien de plus normal pour évoquer une passion !
Autre lecture
Un livre court mais intéressant pour les plus jeunes, une petite romance de jeunes préados pour une fois racontée par le garçon à la première personne. Raphaël et Colombe sont amoureux. Ils décident de passer une nuit ensemble (en tout bien tout honneur), la meilleure nuit de tous les temps ! Mais un incendie qui se déclare va tout perturber. Le lecteur se rend compte qu’une petite folie peut parfois conduire à un drame. Heureusement tout se termine bien. L’histoire est bien menée et on s’attache aux personnages.

coup de coeur Une fille à la mer / M. Johnson. - Gallimard. - (Scripto)

La couverture est belle mais trompeuse. On s’attend à une histoire fleur bleue entre adolescents à la plage. En réalité, la trame est bien plus intéressante. Clio est en rupture avec son père. Son enfance, révélée au fur et à mesure du livre, s’avère traumatisante. Ses parents ont depuis divorcé. Or, elle se voit contrainte, à dix sept ans, de passer tout l’été avec son père. Il s’agit a priori de passer des vacances idylliques sur un yacht en Italie. Mais Clio sait bien que les apparences sont trompeuses... son père est depuis longtemps fauché et ses idées sont toujours extravagantes et excessives... La réalité va dépasser toutes ses attentes !
Un récit bien construit et des personnages denses et attachants font de ce roman un très bon moment de lecture.
Autre lecture
Les parents divorcés de Clio, 17 ans, ont décidé pour elle ce que devaient être ses vacances : partir avec son irresponsable de père sur un yacht en Italie. Elle apprend sur place qu’ils ne seront pas seuls. Être en huis clos, sans comprendre les enjeux de l’expédition, c’en est trop pour Clio qui étouffe, d’autant qu’elle se retrouve bientôt dans la situation impossible du trio amoureux : comment s’autoriser l’amour naissant avec Aidan sans trahir sa nouvelle amie ? En parallèle à ce dilemme, le destin rocambolesque de Clio et sa famille est dévoilé peu à peu : elle et son père ont inventé un jeu de société qui fut un succès, fortune et vie d’aventures à la clé, avant la ruine et le divorce. On s’attache à cette jeune fille sur la défensive pleine d’imagination.

coup de coeur Blackmail / F. Grard. - Belin

Thomas voit sa vie chamboulée lorsqu’il constate un matin que sa mère est partie. Son foyer se compose dorénavant de son père, aigri et taciturne, et de sa sœur qui a décidé de fuir l’ambiance délétère et de mener sa vie. Thomas se sent seul, vide. Lorsqu’il rencontre Erika et son tempérament de feu, il se dit qu’il doit tout faire pour la suivre, la satisfaire, la garder auprès de lui. Même si elle lui demande des choses qu’il trouve contraires à ses principes ?
Un premier amour pas simple pour notre héros fragilisé mais qui saura le rendre plus fort.
Autre lecture
Un jeune ados en manque de vie sociale se réfugie dans l’écriture d’un roman où son héros progresse en parallèle de la dérive de son auteur. Thomas a l’impression d’être transparent et à du mal à se positionner. Il faut dire que tout le monde semble fuir la maison : sa sœur qui enchaîne fête sur fête, sa mère toujours au travail et son père qui ressemble à un fantôme... Mais que cache cette fuite collective ? Encore une fois, c’est la rencontre de l’autre qui va amener notre héros à ce construire. De bons passages, une jolie écriture mais une impression finale en demi-teinte, pour ce roman dont le titre reflète mal le contenu du livre. Aucune trace de mail et plus de gris que de noir !

coup de coeur Le parloir / E. Sanvoisin. - Gründ. - (Gründroman)

Yan, dix-huit ans à peine, est accusé d’avoir tué le père de sa copine. En prison, il se mure dans le silence alors qu’au parloir défile ses proches et son avocat, dévoilant peu à peu son histoire, à travers les pensées de Yan.
Un court roman difficile sur la réalité du quotidien de la prison avec toutefois un léger espoir de résilience à la fin du récit.
Autre lecture
Yan ne veut pas dire un mot. Le voudrait-il qu’il ne le pourrait pas. Mais son silence l’accable, le désigne comme coupable. Tout juste 18 ans, pas un mot, la prison n’en sera que plus difficile, douloureuse.
7 mois de détention qui nous sont racontés ici, principalement au rythme des parloirs : avec sa mère, son avocat commis d’office, sa sœur, sa petite amie, durant lesquels on comprend peu à peu les raisons de l’incarcération de Yan et son silence.
Un roman prenant parce que l’on veut comprendre le secret de Yan, parce que l’on vit la prison avec toute sa violence et ses drames. Un lieu décidément inapte.

coup de coeur La nuit des pantheras / N. Blazon. - Seuil

Dès les premières pages du récit on est intrigué, on hésite, on devine à peine la nature hors norme des héros. Beau suspense qui nous entraine dans un monde fantastique et une aventure étonnante. Gil et Irvès appartiennent aux Panthéras, une dizaine d’individus seulement dans cette ville, ils vivent selon le Codex et les deux amis tombent amoureux de Zoé qui découvre avec stupéfaction sa véritable nature… Humains, ils ont toutes les ressources et les instincts des grands félins. Mais surviennent plusieurs meurtres parmi eux. Le meurtrier fait-il partie des leurs ? S’agit-il de prédateurs extérieurs ? Gil, Zoé, Irvès sentent chacun à leur manière le danger et mènent une recherche vitale pour leur espèce…
Roman d’amour, d’initiation, d’aventures, roman fantastique on se laisse prendre par cette histoire qui plonge dans les sombres ruelles la nuit, si claire aux yeux des grands chats… C’est un agréable moment de lecture.
Autre lecture
Zoé voit soudainement ses sens se développer, son odorat, sa vue, toutes ses sensations se trouvent par moment décuplées. Or elle est dans une période difficile : son petit copain l’a quittée pour sa meilleure amie et sa mère l’utilise en permanence pour garder son demi-frère, jusqu’à lui interdire d’intégrer l’élite de la course à pied de son lycée... Heureusement il lui reste sa passion, son exutoire : la danse !
Sa progressive métamorphose en "pantheras" et sa propre libération vont être possibles grâce à deux individus aux caractères opposés, le beau et intriguant Irvès et le sombre et énigmatique Gil, eux-mêmes pantheras. Mais quand tous les métamorphes de la ville sont tués, à un à un, le roman bascule dans le genre policier. Qui tue ainsi les panthères, jaguars, lions et autres panthéras ? Pour le découvrir il faudra d’abord arriver à mieux comprendre leur origine et le codex qui régit leur espèce...

coup de coeur Parle-moi / S. Mlynowski. - Albin Michel. - (Wiz)

Devi va bientôt rentrer à l’université et c’est le moment que son petit ami choisit pour la quitter. Elle comprend que fréquenter le même garçon pendant quatre ans l’a amené à délaisser ses études et ses copines. C’est alors que le destin lui offre la possibilité de modifier ce passé... Ce livre, assez peu original au premier abord, nous amène peu à peu à réfléchir sur différents sujets : Quelle est la juste place à accorder aux autres dans sa vie ? à l’amour ? aux amis ? à la réussite sociale ? Quel impact nos attitudes et nos mots peuvent avoir sur les autres ? Et s’il s’agissait avant de s’accepter comme on est ?
Autre lecture
Devorah fait un jour tomber son téléphone dans la fontaine du centre commercial et se retrouve en communication avec son elle de 14 ans. Histoire d’amitié entre les personnages principaux, la Devi du présent et du passé, en alternance dans chaque chapitre. C’est aussi une histoire d’amour, une histoire drôle, à l’écriture fluide, aux personnages attachants.
Lecture agréable, sans prétention, parfaite pour l’été, sous un arbre au bord de l’eau.

coup de coeur Idylles, mensonges et compagnie / A. Niedercorn. - Calmann-Lévy

Des histoires de lycéens qui mènent leur vie amoureuse en échangeant messages par ordinateur et téléphone portable. Parfois amusants, parfois touchants, ces amours n’ont rien de trop dramatique, et nous pourrions trouver assez chaleureuse l’ambiance de ce lycée parisien d’un milieu plutôt privilégié. A la fin tous les petits mystères de messages mal compris se dissipent grâce à l’honnêteté fondamentale des personnages, jeunes et adultes.
Le côté pédagogique du texte nous explique le bon usage du téléphone portable : il faut l’éteindre en classe, et en s’en servant, il faut éviter le mensonge et la curiosité malsaine, et nous pouvons tous nous rassurer : le bon français et la bonne orthographe n’ont rien à craindre du langage SMS, car les adolescents d’aujourd’hui sont de ce point de vue bilingues. Et pour ces messages au lecteur encourageants, l’auteure a été récompensée d’un prix financé en partie par Bouygues Télécom !
Livre qui trouvera son public chez les 13 -15 ans qui ont un portable « greffé dans la main »...

coup de coeur Jolene / S. Cassim. - Ecole des loisirs. - (Medium)

Aurélien est un adolescent qui a du mal à s’engager. Aussitôt que la fille lui cède son cœur, il se sent prisonnier et tente à tout prix de tout détruire. Mais cet adolescent a par ailleurs un monde à lui, la musique blues et son harmonica mais aussi sa mère et son petit frère qu’il tente de protéger. Puis il rencontre Jolène, et c’est comme si une tornade l’emportait...
Un livre dur et beau à la fois sur la difficulté des sentiments. Comment aimer alors que tout semble promis à l’échec ?
Autre lecture
Aurélien ne savait pas que c’était ça, tomber amoureux : ne plus pouvoir vivre quand l’être aimé n’est pas là, être en attente de son retour pour vivre à nouveau. Avec Jolene, "l’univers se remet en place", il peut partager la musique, les émotions, ne rien faire d’autre qu’être amoureux, quitte à rater ses examens de prépa. Sa seule urgence : aimer Jolene. Et l’avenir lui prouvera combien il a eu raison puisque tout a une fin. Tragique celle là, qui fera de leur amour une histoire aussi intense que fulgurante. Comment reprendre pied alors…
On aime à retrouver le monde de Shaïne Cassim : concentré d’émotions, bouillonnement de sentiments éclatés, il ne saurait tolérer longtemps l’inertie.

coup de coeur Insoumise / A. Condie. - Gallimard

Nous retrouvons dans ce second tome les héros principaux, Cassia, Ky et Xander, qui continuent à chercher leur place. Est-elle dans la Société où tout est réglementé jusqu’à l’heure de sa mort, avec la Rébellion et l’espoir d’un monde meilleur ou encore dans un entre deux précaire chez les fermiers qui tentent de survivre ? Mais peut-on vraiment faire de choix sans connaître tous les secrets ? Ce deuxième tome continue à tenir le lecteur en haleine.
Autre lecture
Seconde partie d’une trilogie. A la fin de Promise, Cassia partait à la recherche de son amour, Ky, exilé dans un territoire en guerre. Prête à tout pour le retrouver, Cassia a quitté son meilleur ami, Xender, se met en danger et comprend toujours un peu plus les failles et injustices de la Société. Au point que son objectif n’est bientôt plus uniquement de retrouver Ky mais de rejoindre le Soulèvement. Ky, quant à lui, n’a pas les mêmes inspirations, connaissant la révolte de l’intérieur. Les retrouvailles n’auront donc pas le goût de bonheur inconditionnel espéré. Quels chemins vont-ils suivre tous les deux ?
Un roman sans temps morts, avec des chapitres qui alternent la narration entre Cassia et Ky, et des personnages qui gravitent autour d’eux avec leur part de mystère.

coup de coeur Rock addict / C.j. Skuse. - Gallimard. - (Scripto)

Jody est super fan des Regulators, et surtout de Jackson, leader du groupe. Lors d’un concert, elle kidnappe "accidentellement" Jackson, et l’emmène chez elle avec l’aide bien involontaire de Mac, son meilleur ami. Or, Jackson s’installe dans l’ancien studio de musique de la famille de Jody et ne veut plus partir, redoutant la colère prévisible de son manager. D’autant que ce chanteur s’avère parano, capricieux, toxico, égoïste, irresponsable.... Jody, elle, est surtout une ado paumée depuis la séparation de ses parents et le décès de son grand-père. Heureusement, il y a Mac, toujours là pour elle, Mac qui l’épaule, Mac que Jody ne remarque décidément pas très bien…
Autre lecture
Jody est réputée pour faire n’importe quoi. Et ce n’est pas aujourd’hui, à l’enterrement de son grand-père, que cela doit changer, alors que rien ne ressemble moins à ce que souhaitait son grand-père que cet enterrement classique. Car Jody a décidé de vivre selon le précepte de son grand père, Ne le rêve pas, fais le. De la même manière, lorsqu’elle se trouvera nez à nez avec son idole, Jackson, le leader du groupe Regulators -à propos duquel son ami dit que "Les femmes en train d’accoucher crient plus juste que lui"- elle ne trouvera rien de mieux que de le kidnapper. A ses côtés, Mac, l’ami fidèle, inconditionnel, assume les frasques de son amie et la suivra dans ce délire de groupie, même lorsque la réalité deviendra beaucoup moins glamour que prévu.
Comme dans Mauvais plans, nous retrouvons le duo explosif d’une ado fofolle et d’un ado posé qui affrontent ensemble l’adversité. C’est souvent drôle, quelques fois touchant, un peu long par moment, et l’on assiste à la prise de conscience, par une ado décalée, de la réalité dans sa complexité. Le rêve n’est plus permis mais la réalité est autrement plus intéressante. Et un peu plus douloureuse.

coup de coeur Les petites marées / S. Vidal. - Oskar. - (Court métrage)

Mona enterre sa grand-mère, et avec elle c’est une partie d’elle-même qui s’en va. Il lui faut faire le point sur son amour de jeunesse, Gaël, qu’elle n’a jamais réussi à oublier alors même qu’il l’a, un temps, plongé dans une grande dépression. Un joli petit livre sur la reconstruction pour les 4ème/3ème.
Autre lecture
Mona se remet à peine de ses peines de cœur : Gaël, au fil des étés, lui dit à quel point il l’aime, puis sort avec une autre, puis lui redit son amour… Et voilà qu’elle doit, pour l’enterrement de sa grand-mère, retourner à Cancale, et donc revoir Gaël. La douleur est encore à vif et Mona aimera comprendre comment celui avec qui elle s’entend si bien peut la faire souffrir autant.
La réponse tient dans l’homosexualité de Gaël, qu’il peine lui-même à accepter et tente aujourd’hui de dire à son amie plus jeune de 3 ans.
Deux narrateurs dans cette histoire qui disent chacun leur peine mais aussi leur amour de l’autre. Un amour qui devra se réinventer après la difficile annonce.

coup de coeur L’ étrange cas origami Yoda / T. Angleberger. - Seuil

Voici un roman graphique très enlevé, drôle et même touchant. Toute la question du livre est de savoir si l’on peut faire confiance à Origami Yoda, petite marionnette de papier animée par l’étrange, le très étrange Dennis. Depuis quelques temps, elle prodigue conseils philosophes et sentences profondes aux élèves de 6°. Mais le narrateur voudrait lui confier LA question de confiance concernant Sarah, d’où l’enquête préalable qui donne lieu à des anecdotes cocasses, amères aussi. Car en enquêtant sur Origami Yoda, c’est bien sûr Dennis que l’on découvre peu à peu. Un olibrius qui détone dans la classe et sera celui par qui chacun trouvera solution à son problème, apprendra à mieux gérer sa relation à l’autre.
Autre lecture
Récit original et drôle, composé à la manière d’un journal. Chaque chapitre constitue un épisode de la vie de l’école, souvent raconté à plusieurs voix. Dennis appartient aux perdants, mais sa marionnette à l’effigie de maître Yoda (Star Wars), prodigue des conseils... et cela marche !
Le livre se lit avec plaisir notamment grâce aux nombreuses illustrations et à la mise en page. Un livre à conseiller à ceux qui ont aimé Journal d’un dégonflé.

coup de coeur Tempest, les ennemis du temps / J. Cross. - Seuil

Jackson Meyer a l’incroyable don de sauter dans le temps. Avec son ami Adam, un surdoué, ils font d’amusantes expériences pour tenter de mieux cerner les limites du don. Mais quand Holly, sa petite amie se fait assassiner sous ses yeux, Jackson n’hésite pas à retourner dans le passé pour tenter de la sauver. Et là, il tombe de haut et découvre que la CIA est dans le coup.
De rebondissements en révélations inattendues, le roman est plutôt bien construit et reste tout à fait crédible. Un petit bémol pourtant, la longueur de certains passages qui nuit au rythme haletant. Une référence tout de même pour ceux que les déplacements spatio-temporels intriguent.

coup de coeur La vérité aux enchères / C. Franz. - Belin. - (Charivari)

Jan se présente à cette drôle de fille qui l’aborde, Sunny, en lui donnant le nom de Judas. Celui dont son père l’a affublé quelques jours plus tôt. Nous apprenons au fil des pages ce qui a conduit père et fils à ne plus se comprendre : un secret de guerre que Jan a mis au jour, qui révèle comment son grand-père obtint l’imprimerie qui enrichit la famille. Lorsque ce dernier aurait pu, du rembourser l’ami juif qui lui avait cédé l’entreprise au début de la guerre, il s’est défilé…
Nous suivons donc à la fois la révélation progressive du secret et la fugue de Jan avec la jeune Sunny. Avec elle, il va lui aussi se confronter à la vie et ses compromissions. Et les beaux principes de l’adolescence vont devoir composer avec la réalité : voler, ou non lorsqu’on est dans la panade ; trahir ses amis ? S’il faut sauver son amour...

coup de coeur La toute première fois / L. Strasnick. - Albin Michel. - (Wiz)

Une page, la première, et l’on saura tout de "la toute première fois" de Holly. Rapide, froid. Un peu à l’image d’Holly, telle qu’elle nous apparaît au départ en tout cas : détachée de ses sentiments. On comprend très vite que la mort de sa mère, quelques mois auparavant, a laissé un vide affectif immense et que Holly gère mal ses émotions. Mais le partenaire sexuel qu’était Paul, celui de la première fois, prend davantage d’importance à ses yeux. Ce qui n’est pas réciproque puisque Paul a une petite amie officielle. Le fossé se creuse, d’autant que cette dernière, Saskia, devient l’amie d’Holly. Rendez-vous secrets avec Paul, pour que Saskia ou Nils, son meilleur ami, ne sachent rien… Holly s’enfonce dans une profonde solitude. Lorsque vérité éclate, Holly n’est plus qu’une "sale pute" aux yeux de tous.
Nous suivons le parcours douloureux d’une jeune fille éperdue d’amour mais qui ne possède plus les codes émotionnelles. Holly semble tout subir sans jamais se révolter. Mais elle réapprendra, avec sa force et ses fragilités, à s’aimer et à se pardonner (on apprendra subrepticement qu’elle était partie en vacances juste avant la mort de sa mère), avec une autre vie possible, ailleurs...

coup de coeur Eric n’est pas beau / S. Boulerice. - Ecole des loisirs. - (Théâtre)

Un conte sous forme de pièce de théâtre. Éric se sent laid, son meilleur ami, Jérémie, est très attaché à lui, mais ça ne lui suffit pas. Le jour où 2 nouvelles voisines, jumelles, emménagent, Éric est immédiatement attiré par la plus jolie, Bella. Mais c’est avec sa sœur, Léda, qu’il va parler et évoluer. Léda, bien moins jolie mais tellement plus intéressante et vivante.
Une petite histoire légère sur les apparences (physiques et évidente) et les sentiments (qui peuvent se révéler inattendus).

coup de coeur Je me souviens, Rebecca / N. Somers. - Nathan. - (Nathan poche histoire)

André passe son certificat en cette année 1942 mais il est préoccupé par Rebecca, une jeune fille récemment arrivée dans le village de Chambon-sur-Lignon et accueillie par une famille du coin. Il comprend vite qu’elle est réfugiée juive et sa décision d’entrer dans la résistance n’est pas étrangère à ce secret.
Chambon-sur-Lignon, dans le massif central, est un village connu pour avoir caché des juifs durant la seconde guerre mondiale. L’intrigue amoureuse entre André et Rebecca est un prétexte pour montrer les convictions de ces habitants protestants qui choisirent, par solidarité, de défier l’autorité française et nazie.

coup de coeur La fille de mes rêves / C. Lambert ; S. Vansteen. - Syros. - (Soon)

Kamel est lycéen et gardien de nuit dans une entreprise qui commercialise Real Dream, un espace virtuel de rencontres auquel on accède par le rêve. Amoureux de sa prof de français, il va tenter de la séduire dans Real Dream. Un des cadres de l’entreprise avec qui il a lié connaissance lui propose un jour d’échanger leurs avatars mais ce cadre est assassiné... Kamel va se retrouver alors pris dans un engrenage de mensonges et de meurtres, d’autant plus que des morts mystérieuses surgissent à l’intérieur du rêve virtuel...
Plusieurs intrigues se mêlent dans ce roman de science-fiction pas si éloigné de la réalité. Une réflexion intéressante sur le virtuel à outrance, l’addiction qui peut en découler et surtout l’exploitation économique de ce nouveau mode de vie.
Autre lecture
Dans un futur proche, la compagnie Universal Sweat Dreams propose un service de rêve à la demande : il est possible de choisir le décor, le scénario et le partenaire de ses rêves. Le premier chapitre en montre immédiatement les limites : un des clients, attaqué par une nuée d’"abeilles" noires, se jette par la fenêtre. Point de départ d’une enquête policière aux multiples personnages sur fonds de fantasmes individuels et d’enjeux économiques. Kamel, ado frustré, sera le personnage vers lequel convergent tous les regards. A l’ère du virtuel, les failles des personnages trouvent sur quoi se greffer...

coup de coeur Dear George Clooney : Tu veux pas épouser ma mère ? / S. Nielsen. - Hélium

Violette n’a jamais accepté la séparation de ses parents d’autant que sa mère connait des difficultés financières tandis que son père a refait sa vie avec une jeune comédienne et gagne très bien sa vie en tant que scénariste. Cette adolescente révoltée mène la vie dure à ses parents. Elle a un comportement détestable lorsqu’elle va chez son père et méprise les hommes qui passent dans la vie de sa mère. Fort heureusement, ils ne font que passer... jusqu’à ce qu’apparaisse Dudley qui semble prendre tout doucement possession des lieux. Violette se méfie de lui, essaye de trouver la faille et pour finir jouera sa dernière carte : elle écrit à George Clooney pour lui demander d’épouser sa mère (cette dernière avait un jour croisé la star sur un tournage où elle coiffait les acteurs). Dans ce contexte, il est bien difficile pour notre jeune héroïne d’avoir une relation normale avec ses camarades de classe, surtout avec les garçons. Seule Phoebe sa meilleure amie s’en sort. Bien que...
Un livre écrit avec beaucoup d’humour, traitant de la blessure que tout enfant de parents divorcés ressent au fond de lui, sans tomber dans le pathos. On lit ce roman avec un réel plaisir. Coup de coeur de Marie C.

coup de coeur Comment (bien) gérer sa love story / A. Percin. - Rouergue. - (DoAdo)

Après avoir passé un été quelque peu extraordinaire et surprenant dans Comment (bien) rater ses vacances, Maxime vient de faire sa rentrée en Terminale ES, et il est bien décidé à accomplir les objectifs qu’il s’est fixés :
- 1) Avoir de très bons résultats au bac pour entrer à Sciences Po.
- 2) Trouver un local et créer son premier groupe de rock.
- 3) Fêter dignement ses 18 ans.
- 4) Garder Natacha, sa copine, avec qui il n’a aucun point commun.
Évidemment, il s’avère que l’indépendance est dure à obtenir, que ses amis sont vraiment trop immatures pour l’aider dans sa démarche, mais que leur amitié et leur bonne volonté ne seront pas de trop, que des parents peuvent être « utiles » dans certaines situations, que le sort a tendance à s’acharner sur Maxime, et enfin, que l’amour est loin, très loin d’être aussi simple que dans les contes de fées !
C’est avec un humour décapant que Maxime avance dans la vie, pour le plus grand plaisir du lecteur. L’humour est le même que dans le tome 1, et il n’est pas nécessaire de l’avoir lu pour lire ce tome 2. Même si Maxime se retrouve toujours dans des situations improbables et souvent très délicates, il parvient toujours à la retourner à son avantage et il repart à l’assaut du « Vaste Monde » avec son humour en bandoulière et sa maladresse à l’épaule. Un très bon livre définitivement très drôle !
Autre lecture
Il ne sait toujours comment il a réussi cet exploit mais Max a une petite amie. En la personne de Natacha, alias Pikachu avec qui l’on avait fait connaissance lors du premier volet des pensées de notre ado atypique. Mais Max reste Max et rien n’est très simple avec lui. Outre le fait que Pikachu est étudiante en psycho alors que lui est encore au lycée -il passe le bac-, il y a également Alex, sa meilleure amie que Natacha voit comme une rivale. Alors gérer sa propre gaucherie pour le grand saut avec Natacha, naviguer dans les eaux troubles de sa jalousie, gérer son job avec Gédéon atteint du syndrome d’Aspergher et travailler sa musique, Maxime a fort à faire ! Mais il est et reste attachant, jamais sûr de lui mais se foutant toujours du regard des autres, il avance ! Et nous gageons que nous le retrouverons dans un troisième tome, pour en savoir plus sur sa vocation musicale, sur son énigmatique amie Alex…

coup de coeur Je ne suis pas Eugénie Grandet / S. Cassim. - Ecole des loisirs. - (Médium)

A force de s’inquiéter pour sa sœur, artiste et costumière au théâtre, Alice craint de passer à côté de sa vie à elle. Lors d’une visite de l’exposition sur Eugénie Grandet vue par Louise Bourgeois, Alice se sent oppressée et réagit violemment, seule échappatoire pour vivre pour elle et ses désirs, enfin.
Entre une sœur passionnée et incontrôlable, une grand-mère revêche, un père lointain et une mère carrément absente, Alice fait partie d’une famille, malgré tout, très attachante où tous les personnages sonnent vrai. Un tourbillon agréable qui égratigne, parfois.
Autre lecture
Alice, comme toutes les héroïne de Shaïne Cassim, est une hypersensible. Et sa sœur, Anne-Louise, également excessive dans ses émotions, n’est pas des plus rassurantes. Elles visitent ensemble l’exposition Louise Bourgeois : Moi, Eugénie Grandet, qui plonge Alice dans le plus grand trouble. Que va-t-elle faire de sa vie ? Est-elle destinée à vivre dans l’ombre de grande sœur exubérante ?
Sa rencontre avec Alphonse l’aidera à se recentrer, tout autant que l’épreuve qui attend Max, petit ami d’Anne-Louise et metteur en scène qui voit son décor partir en fumée la veille d’une représentation. Dans la solidarité, ils se créent, trouvent leur univers, s’apaisent.

coup de coeur L’ été où je suis né / F. Hinckel. - Gallimard. - (Scripto)

Léo sait qu’il est né sous X et depuis toujours, s’adresse à X, cette mère biologique qui lui laisse comme un vide. Mais il a apparemment appris à vivre avec -ou plutôt sans. Ses parents adoptifs sont là pour lui, le jeune garçon semble équilibré, avec ses copains, le lycée, ses loisirs. Entre les scooters à réparer et son meilleur ami, Léo mène sa vie. Jusqu’au jour où il rencontre une jeune fille, Xavière, qui le bouleverse. Remué, amoureux, Léo doit faire face à ses émotions qui le submergent. Pour apprendre à aimer, il ressent alors le besoin de renouer le lien avec sa mère biologique. Pour comprendre et apaiser une blessure qu’il pensait guérie.
Un roman sensible qui montre la nécessité de connaître ses origines pour aller de l’avant. Coup de coeur de Marie C.

coup de coeur Au pays des pierres de lune / T. Sollogoub. - Ecole des loisirs. - (Médium)

Ce qui frappe d’emblée dans ce roman, c’est la vie virevoltante et spontanée de la famille de la narratrice. Une famille russe qui l’entoure d’une affection débordante et d’une confiance sans faille. Lorsque la jeune fille, à 13 ans, tombe amoureuse de Boris, toutes les histoires que sa grand-mère lui racontaient prennent sens, s’incarnent dans cet amour flamboyant. Et si la vie écorne les destins, l’amour demeure entier, plus fort que les êtres !
Une bouffée d’oxygène exaltante, à l’image de ces russes hauts en couleurs.

coup de coeur La femme-nuage / J.-F. Chabas. - Ecole des loisirs. - (Médium)

3 nouvelles : une femme aux prises avec ses sensations, qui devient évanescente lorsqu’elle ressent de trop vives émotions. Un dévorateur saturé des violences de ce monde mais qui possède en lui encore assez d’indulgence pour ne pas l’anéantir tout à fait. Un géant du lac qui se prend d’amitié pour une fillette orpheline sans état d’âme...
3 nouvelles intemporelles sur l’espoir, l’amour, l’âpreté du monde. 3 êtres sensibles et fragiles, traversés par des émotions qui les submergent, les perdent.

coup de coeur Personne ne bouge / O. Adam. - Ecole des loisirs. - (Medium)

Qui pourrait bien le croire… Antoine vit l’excitante et terrifiante expérience de voir le temps se suspendre tandis que lui reste en mouvement. Les conséquences sont pour lui troublantes, gênantes et… géniales lorsqu’il réussit par un concours de circonstances à faire partager, à celle dont il est amoureux, ces moments étonnants. Et Léa qui le dédaignait jusqu’alors se met à s’intéresser à lui. Il lui révèle sa nature et Léa est bien étonnée de voir qu’il se comporte dignement alors qu’il aurait bien des occasions de se "lâcher"...
Étrange histoire que ce roman où l’essentiel de la vie d’Antoine se passe hors du temps...

coup de coeur Un jour je suis mort / Kyunghye Lee. - Ecole des loisirs. - (Medium)

Voilà 2 mois que Jaijoun est mort, dans un accident de moto. Son amie Youmi a du mal à s’en remettre et aujourd’hui, la mère de Jaijoun lui demande de lire son journal intime. Elle qui croyait connaître son ami découvre chez lui une facette insoupçonnée : celle d’un jeune homme qui malgré les apparences n’a pas supporté la déception amoureuse. Et qui s’interroge sur la mort bien plus souvent qu’elle ne le soupçonnait.
Un roman coréen -avec un style souvent redondant- surprenant sur l’adolescence et les tournants qui s’opèrent quelques fois dans la douleur. L’étrange mélange d’une force de vie et d’une attirance pour la mort.

coup de coeur Will&Will / J. Green, D. Levithan. - Gallimard. - (Scripto)

Will Grayson a pour règle d’or de ne pas trop s’investir. Aussi, lorsqu’il rencontre Jane, il hésite, tergiverse, écoute ses doutes, encore et encore. Tiny Cooper, son meilleur ami, très gros, très gay et très extraverti, fait tout pour qu’il tombe dans ses bras. Parallèlement, et en alternance de chapitres, nous suivons un personnage qui, surprise, s’appelle également Will Grayson. Lui croyait avoir trouvé l’amour mais désillusion, ne fait que se conforter dans son désespoir et sa dépression. Les chemins des deux Will vont se croiser, autour de la figure radieuse de Tiny. A travers l’allégorie de la comédie musicale créée par Tiny, tous les personnages vont devoir accepter le challenge de vivre pleinement, avec les dangers que cela comporte. "Pour vivre, il faut tomber, atterrir, se relever et recommencer de plus belle. Pour vivre, il faut tomber, prendre le risque de voler sans ailes."
Un roman très bavard, avec beaucoup de circonvolutions mais ses personnages sont tellement attachants ! Positif, gai et très américain !

coup de coeur Pourquoi mon père porte de grandes chaussures (et autres grands mystères de ma vie) / M. Nilsson. - Bayard. - (Millézime)

Semla est une héroïne-narratrice très attachante, très sûre d’elle mais pas du tout péremptoire, avec une fantaisie et une joie de vivre agréable. Son meilleur ami, Gordon est encore plus barré qu’elle et nous fait rire franchement. Semla raconte le divorce de ses parents, la déprime de son père, la complicité avec Gordon avec lequel elle s’entraine au baiser avec la langue (“Est-ce que vraiment je suis amoureuse de Gordon ?”), l’attraction/répulsion qu’elle éprouve envers Lino (“Ne serais-je pas amoureuse ?”), tout cela avec une verve rafraichissante.
Un roman pour ado sans malaise, sans problème, sans prise de tête, qui se lit facilement et avec grand plaisir.

coup de coeur J’me sens pas belle / G. Abier. - Actes Sud

Sabine, 19 ans, se sent moche, très moche. Alors accepter l’idée que Ajmal, si merveilleusement beau et sexy puisse être amoureux d’elle, c’est difficile. Mais elle se laisse bientôt aller à l’amour, tombe raide dingue de cet apollon. Elle aménage avec lui dans la cabane de jardin de ses parents mais un matin, les flics débarquent et amènent Ajmal, le bel afghan sans papier. Qui l’a dénoncé ? La meilleure amie de Sabine, qui serait jalouse ? Bertrand, l’amoureux éconduit ? Le père de Sabine, qui n’acceptait pas la situation ? Le coupable ne sera révélé qu’en toute fin d’ouvrage.
Qu’elle est agaçante, cette héroïne, également narratrice ! Elle se plaint beaucoup, semble incapable de vivre l’instant, de mesurer la conséquence de ses actes... En parallèle à cette histoire égo-centrée, le drame des sans papiers est justement décrit. L’issue apporte une réflexion intéressante, une leçon terrible : complexes et jalousie, on est souvent son pire ennemi…
Ecriture et lecture fluides.

coup de coeur Promise / A. Condie. - Gallimard

C’est le grand soir pour Cassia, celui où elle va découvrir son promis, celui que les Officiels ont choisi pour elle. Idéal statistiquement, idéal selon les probabilités. Elle est heureuse de découvrir qu’il s’agit de Xander, son meilleur ami de toujours, mais découvre par erreur ( ?) qu’il existerait un autre promis, Ky, classé Aberration. Contre toute attente, elle tombe amoureuse de lui et ce faisant, multiplie les entorses aux règlements. Elle apprend à écrire cursivement, retient des poèmes interdits, prend des initiatives non "rationnelles"…
L’ordre sécurisant, froid, sans surprises, se fissure lentement mais sûrement : à l’issue du premier tome, Cassia ourdie son plan pour retrouver Ky exilé dans une province en guerre, avec l’aide de ses parents pourtant Officiels.
Le cadre de ces romans d’anticipation est souvent calqué sur un même modèle : un monde idyllique dirigé par une puissance qu’on ne voit jamais et qui s’avère manipulatrice. Le lecteur pourrait se lasser. Pourtant dans ce roman il y a quelques originalités qui l’accrochent et les personnages sont particulièrement attachants. Nous attendons la suite... Coup de coeur de Myriam

coup de coeur Comme une plume / S. Vidal. - Oskar

Bestiole et Rose sont les meilleures amies du monde, elles partagent tout ou presque. En effet, lorsqu’elles abordent le problème de Rose avec la nourriture, elles se fâchent. Quand Rose est hospitalisée, elle refuse toute visite, y compris celle de Bestiole. Mais grâce à la complicité d’Ismaël, Bestiole va contribuer à la guérison de son amie, en lui concoctant des macarons très spéciaux : chaque jour une saveur différente, dictée par Rose.
Une histoire douce/amère, un peu rapide, sur l’anorexie. Mais le thème n’est pas le seul intérêt de ce récit qui nous fait aussi partager la vie quotidienne d’une ado : vie familiale avec un système de garde alternée, amour…

coup de coeur L’ été où mon grand-père est devenu jaunophile / S. Beau. - Lucioles

Adrien se réjouit de retrouver son grand-père pour les vacances d’été. En effet un amour très fort lie ces deux-là et en ce qui concerne le petit garçon, on peut parler d’amour exclusif. C’est pourquoi il vit très mal qu’une femme essaye de prendre la place d’une "grand mère" dont il se passait très bien jusqu’à présent !
Histoire sympathique dont l’originalité tient dans ce sentiment de jalousie affective que peut effectivement éprouver un petit enfant par rapport à l’un de ses grands-parents. Thème rarement traité dans les livres jeunesse, tout comme l’amour au troisième âge ! Dès 8-10 ans.

coup de coeur Entre deux rafales / A. Tiercelin. - Rouergue. - (DoAdo)

Après un accident de scooter qu’Arthur conduisait, Emma est plongée dans le coma. Arthur a fui par peur de la police et de ses éducateurs. Il rôde alors autour de l’hôpital, espère obtenir des nouvelles de celle dont il est fou amoureux. Emma, elle, se réveille peu à peu mais ne se souvient de rien ; elle ressent par contre un manque terrible traduit pas une "plaie" au ventre que seule la main d’Arthur pourra apaiser.
Roman où les deux voix d’Arthur et d’Emma se croisent, se répondent, où il est finalement surtout question de la vie et de la construction d’identités. Où l’on voit que les amoures adolescentes sont peut-être les plus fortes dans la mesure où elles permettent la découverte de soi-même et de la confiance à l’autre.

coup de coeur Ultraviolet / N. Huston. - Thierry Magnier

Eté 1936. C’est l’année de la grande dépression et de la terrible sécheresse qui affament l’Amérique. C’est aussi l’anniversaire de Lucy qui fête ses 13 ans. Cette jeune fille intelligente étouffe, au sens propre comme au figuré, dans sa famille protestante et forcément pratiquante puisque son père est le pasteur de la contrée. A partir de ce jour, elle confie toutes ses interrogations, émotions, révoltes, secrets dans un carnet dont le contenu nous est livré. C’est ainsi que nous vivrons avec elle ses sentiments contradictoires quant à son envie de devenir adulte, son ouverture au monde grâce au mystérieux, mais "si beau", docteur Bernard Beauchemin que son père a ramené à la maison. Nous partagerons également sa tristesse lorsque sa mère chasse celui-ci par peur et ignorance.
Un roman court mais pourtant très riche sur la nature humaine. Le talent de Nancy Huston est de faire transparaître dans chacun des mots de son personnage tout cet idéal de liberté dans la conscience critique de soi et des autres et dans l’aspiration d’un avenir plus ouvert.

coup de coeur Un peu, beaucoup, à la folie… / C. Sanejouand. - Thierry Magnier. - (Petite poche)

Valentine est amoureuse pour la première fois de sa vie. Du beau et distingué Théo. Elle n’ose en parler, pas plus à lui qu’à sa meilleure amie Léa, elle aussi amoureuse, elle aussi dans le secret. Ce que l’on redoute arrive bel et bien...
Roman sur les espoirs et les attentes d’un premier amour secret, avec toute la fébrilité et l’espoir d’une première expérience amoureuse. Mais, déjà, la désillusion...

coup de coeur Les maux du cœur / A. Cendres. - Sarbacane

Le narrateur de ce très court roman découvre en peu de temps l’amour - envers Ludmilla- et la puissance des mots, qui peuvent être tour à tour enivrants ou dévastateurs. Mais au-delà des désillusions, c’est toute la tendresse unissant ce jeune à sa mère et à ses grands-parents qui réconforte. Les mots que l’on choisit de dire -ou pas- pour blesser, réconforter, épargner l’autre. Des mots révélateurs de choix de vie.

coup de coeur Le ciel est partout / J. Nelson. - Gallimard. - (Scripto)

Bailey la sœur de Lennie est décédée brutalement et laisse celle-ci en grand désarroi. Elles étaient très proches l’une de l’autre et Lennie lui vouait une véritable adoration. Elles étaient d’autant plus liées que leur mère les avait abandonnées dans leur petite enfance, les laissant à la charge de leur grand-mère. Lennie va devoir apprendre à grandir, aimer, vivre sans être dans l’ombre de sa sœur. Les personnages sont originaux dans ce livre : une grand-mère peintre qui met de la symbolique jusque dans les plantes, un oncle volage savant fou revenu vivre là aussi, un jeune prodige en musique....
Certaines situations sont audacieuses pour un roman jeunesse : Lennie et l’amoureux de sa sœur ont une relation plus qu’équivoque liée au refus de la mort de celle que l’un et l’autre aimaient plus que tout. Un récit qui ne laisse pas indifférent.

coup de coeur Echecs et but ! / Axl Cendres. - Sarbacane. - (Exprim’)

On retrouve tout l’univers d’Axl Cendres : un personnage en mal d’un amour fort, des personnages dézingués, un bar où tous se retrouvent et surtout, l’humour qui enveloppe toute la désespérance qui se dégage des personnages. Le héros et narrateur de l’histoire manifeste un don certain pour le jeu d’échecs. Bientôt, il quitte sa ville pour poursuivre sa formation auprès d’un maître des échecs. Il va loger dans un café qui se trouve être le siège d’un club de supporters de foot. Auprès de Mickey et de ses comparses, il expérimente la joie dans la communion, l’extase partagée. Au Paradis, et à l’Enfer, 2 bars qui réunissent les supporters de 2 équipes adverses, il vit !
Ce sont autant de personnages hauts en couleurs et débordants de soif d’humanité, au-delà de la souffrance, qui traversent ce livre.

coup de coeur Comme des trains dans la nuit / A. Percin. - Rouergue. - (DoAdo)

4 nouvelles, 4 duo.
Marco et Ryan, deux ados, unissent leur ennui pour ce qui aurait pu être le meilleur…
Naïma et Tony se connaissent depuis tout petits mais durant cette nuit magique, l’amitié tranquille et confortable bascule…
Deux amants sont anéantis en apprenant la mort de Kurt Cobain. Mais ils découvrent aussi l’intemporalité de l’art, la puissance de la vie.
Enfin, des cousins qui ont grandi dans l’incompréhension et la méfiance découvrent, au printemps 68, qu’ils se sont trompé d’ennemi...
A travers ces quatre nouvelles et dans une écriture vivante, sensible et percutante, Anne Percin nous fait vivre 4 adolescences, périodes pleines d’aspirations qui trouvent ou non à se réaliser. Une auteure que l’on apprécie décidément beaucoup !

coup de coeur Chenxi et l’étrangère / S. Rippin. - Mijade

Anna est une australienne de 18 ans qui arrive en Chine avec toute l’insouciance et l’inconscience d’une toute jeune occidentale, étrangère aux problématiques du pays. Tout ce qui la préoccupe, c’est Chenxi, ce beau chinois, artiste comme elle, qui est son interprète. Elle est amoureuse, obnubilée et ne songe pas un instant à ce que leur relation peut impliquer en cette année 1989, à l’aube des évènements liés au 4 juin. Outre la découverte d’un pays et de son mode de vie, c’est toute la distance -le fossé- qui séparent deux régimes politiques qui nous est donnée à voir ici. Ce que nous pouvons considérer comme de l’égoïsme et de la candeur de la part d’Anna évolue à mesure qu’elle prend conscience des enjeux de ce qui leur arrive.
Le roman s’appuie sur la propre expérience de l’auteur qui vécut en Chine de 1989 à 1992 et y étudia la peinture.
Autre lecture
Shanghaï en 1988-1989 vue par une Australienne de 18 ans, bardée de certitudes, qui pense avoir la fibre artistique et qui passe 4 semaines chez son père installé en Chine pour affaires. Dès qu’elle voit Chenxi, étudiant en Arts et payé pour la guider dans Shanghaï c’est le coup de foudre… Son objectif principal devient alors la conquête du jeune homme dont les préoccupations sont d’un autre niveau : vivre, survivre, échapper à la police politique et à la répression, construire une Chine plus libre sans modèle… même conquis Chenxi n’a aucune envie de fuir pour se réfugier en Australie. Anna rentrera seule pour mettre au monde leur bébé.
On peut être sensible à l’histoire d’amour et aux descriptions animées de la ville chinoise de l’époque. Mais le point de vue choisi est celui d’une jeune fille centrée sur ses problèmes personnels et la satisfaction de son amour qui se révèle incapable de comprendre les contraintes auxquelles sont soumis Chenxi et ses amis.

coup de coeur L’ été où je suis devenue jolie / J. Han. - Albin Michel. - (Wiz)

Belly n’en revient pas : cet été, les garçons ne la regarde plus comme une petite fille mais avec une lueur de convoitise dans l’œil. Même Conrad et Jeremiah, avec qui elle a grandi et qu’elle considère comme des frères. Tout du moins, avant, parce que Conrad fait dorénavant partie de la catégorie "convoité". Tout à ces transformations, elle ne porte guère d’attention à ce qui se passe autour d’elle. Elle voit bien que Susannah, qui est comme une seconde mère pour elle, est plus fatiguée que d’habitude, mais l’amour… Car entre temps, elle a rencontré Cam...
Ce roman a le charme de l’été : le soleil, la plage, les jeux insouciants. On s’attache aux personnages si complices dont la nature des relations évoluent, quittant le confort de l’enfance pour un avenir plus incertain et plus grave.

coup de coeur Un automne à Kyoto / K. Reysset. - Ecole des loisirs. - (Médium)

Margaux revient sur 3 mois de sa vie, presqu’à chaud... 3 mois au Japon en compagnie de son père et de sa petite sœur Apolline ; 3 mois loin de son petit ami Mathias ; 3 mois où vont se jouer tant de choses sous le signe de l’automne qui est "empreint(...) de la mélancolie du déclin (...) mais qui voit aussi se teinter l’érable du Japon de couleurs rouges si intenses" (Marc Peter Keane cité en exergue du livre). Tandis qu’elle assiste à distance à la lente agonie du couple de ses parents, elle fait la connaissance d’Eric, un photographe qui lui inspire des sentiments bien contradictoires.
C’est un roman très sensible comme sait si bien les écrire l’auteur, avec, en ponctuation du récit, les impressions sur ce pays qui éveillent les sens. Très attachant et touchant.

coup de coeur Qui vive ? / J.-P. Blondel ; F. Lebert. - T. Magnier. - (Photo roman)

Le narrateur tombe sur des enveloppes envoyées à son père Louis, qui ne comprennent que des photos d’un lieu lointain : Soukhoumi. Pas d’expéditeur, pas de message, juste une série de photos qui arrivent l’une après l’autre. L’adolescent mène l’enquête et confronte son père. Ensemble, ils reviennent sur le passé de Louis : à 21 ans, il a fait un voyage à Soukhoumi, y a rencontré l’amour fou. La distance, le temps les ont séparés.
Le procédé des photos pour renouer contact avec le père (l’expéditrice est la fille de Louis) peut sembler artificiel, l’intérêt réside surtout dans la relation d’un fils qui découvre que son père est aussi un homme avec un passé. Tous les deux, à travers ce passé, se découvrent et élargissent leur horizon.

coup de coeur Le grand Joseph / Kochka. - Thierry Magnier

Un petit livre à thèmes si nombreux qu’inévitablement ils sont à peine effleurés : le Liban et sa guerre civile des années soixante-dix, la vie traditionnelle arabe, l’injustice de l’inégalité homme femme, la séparation et l’exil mais surtout l’amour entre des grands-parents et leurs petits-enfants… Au centre de l’histoire se trouve un chat, que Joumana doit abandonner au moment de quitter le Liban pour la France. Elle le confie aux grands-parents. La grand-mère, qui déteste les chats, l’accepte, par amour pour sa petite-fille.
Des chapitres très courts pour un livre qui l’est tout autant, dans un style simple et directe ; il semble s’adresser pourtant, par ses thèmes - l’amour qui peut prendre tellement de visages ; l’attachement au pays d’origine ; la construction d’une identité lorsqu’on vient de deux pays...- et l’âge de l’héroïne, aux grands adolescents plutôt qu’aux enfants.

coup de coeur J’aime pas le lundi / J. Lambert. - Ecole des loisirs. - (Neuf)

Quel râleur ce Lucien ! C’est à se demander s’il lui arrive d’apprécier quoi que ce soit dans la vie. En tout cas, surtout pas Fatou, cette fille grande et populaire ! Ceci dit, ça tombe bien, elle non plus ne l’aime pas. Mais qu’est-ce qu’ils passent de temps à se dire leur désamour ! Quelques personnes de son entourage tenteront de lui faire comprendre ce que cela pourrait bien cacher mais il lui faudra du temps pour admettre une vérité inédite et étonnante : il aime !
Lucien et son côté outrancier inspire sourire et tendresse, d’autant plus lorsqu’on observe l’étrange mutation à laquelle il peine lui-même à croire.

coup de coeur Grand-père menteur / A. Zei. - Syros

Grande leçon d’humanité dans ce superbe roman. Marios n’est pas un grand-père ordinaire : comédien à la retraite, il s’occupe de son petit fils de 10 ans et l’ouvre avec subtilité à l’art et à la tolérance dans de multiples domaines. Si Antonis le traite de menteur, c’est parce que Marios lui raconte l’Histoire, le quotidien des Grecs et leurs difficultés comme si la vie était une scène de théâtre et qu’il en était un des acteurs principaux. Il faut dire aussi que dans cette famille plane un secret autour de la grand-mère dont personne ne parle jamais mais qui sera dévoilé à la fin de ce récit et qui est encore plus extraordinaire que le reste.
Coup de cœur pour ce beau roman.

coup de coeur Quand le coeur s’arrête / A. Lisboa. - La Joie de lire

Le cœur du narrateur est bien malmené. La veille de ses 15 ans, il palpite d’amour pour la jolie Paloma, s’emballe d’amitié pour un jeune skateur et saigne de tristesse lorsque ce dernier se fait renverser par une voiture sous ses yeux puis transporter à l’hôpital dans le coma. Pour le jeune garçon, s’ensuit alors une réflexion sur la vie et ce cœur, organe bien mystérieux et si fragile.
Des chapitres très courts, une seule page souvent, une écriture sobre et intéressante qui devrait toucher les adolescents.

coup de coeur Ne jamais tomber amoureuse / M. Marr. - Albin Michel. - (Wiz)

Aislinn vit dans notre monde contemporain, avec sa grand-mère, va au lycée, retrouve ses copines, a un "meilleur ami", Seth, bref une vie normale. Sauf qu’elle possède le "Don", celui de voir toutes les créatures (fées et fés masculins, harpies...), qui vivent autour/avec nous, et qui ne sont pas vraiment bienveillants avec les humains. Pour réussir à vivre avec cette particularité, elle suit les règles dictées par sa grand-mère : ne jamais attirer leur attention, ne pas leur parler, ne pas les regarder. Mais le "roi de l’été", Keenan, cherche toujours sa reine qui seule pourra lui redonner la puissance digne d’un roi et anéantir par la même occasion celle de sa mère, "la reine de l’hiver". Il est persuadé qu’il s’agit d’Aislinn et va s’acharner à la convaincre, sous son apparence de jeune homme séduisant, dégageant un je-ne-sais-quoi d’hyper attirant (évidemment, c’est un fé tout de même !)...jusqu’à ce qu’il comprenne qu’Aislinn a le don et peut donc voir toutes les créatures qui l’entoure. Il va alors changer de comportement et de tactique avec elle...
Lecture facile d’une histoire assez originale, un vrai univers intéressant mêlant féerie et roman d’aventure/amour jeunesse plus classique.

coup de coeur Désaccords / B. Friot. - Milan. - (Macadam)

Ingrédients :
- une blanche pour Martin, 17 ans.
- une noire pour Florian, son père, chanteur d’opéra très connu.
- deux croches pour Simon, son petit frère surdoué, et Martha, sa vieille tante.
- un triolet pour Julia, 25 ans, jeune chanteuse qui travaille avec son père.
Commencez pianissimo sur une vie normale d’ado, avec quelques accents sur les disputes avec son frère et ses amis.
Transformez ce Largo en Vivace quand Martin rencontre Julia et en tombe profondément amoureux.
Faites un long crescendo sur les tentatives de drague de Martin, qui soudain s’intéresse à nouveau à l’opéra pour la voir. Petit bémol : Julia reste distante.
N’hésitez pas à lier les repas chez la vieille tante Martha, les jeux de Simon et les concerts du père. Faîtes un pizzicato sur les conseils avisés de Martha.
Lors du passage en clé de Fa, le père de Martha sera également attiré par la belle Julia.
Quand Martin, en cachette, suivra son père en répétition loin de la maison avec Julia, passez en Presto et terminez le crescendo pour finir en Forte.
La fin, surprenante et inattendue, restera en point d’orgue.
Néanmoins, quelques trilles et des dièses montrent un changement de tonalité positif pour l’avenir des personnages.

coup de coeur Un amour prodigue / C. Galéa ; C. Clier. - T. Magnier. - (Photoroman)

Un amour prodigue, ou l’amour et la liberté sublimés. Léa et sa petite fille Phili se découvrent une chose merveilleuse en commun, un amour intense comme peuvent le vivre les jeunes gens de 16 ans. Léa a aimé passionnément sa professeur d’histoire-géo mais a toujours tu cette histoire. Lorsque Phili se fait trahir par Nina avec qui elle croyait vivre une histoire inoubliable, Léa ressent le besoin de lui raconter son passé, en s’appuyant sur les photos prises à l’époque. Elle veut lui faire comprendre que si l’amour peut anéantir, il peut apporter, si on en saisit l’essence et la beauté, une réserve de joie de vivre et de sérénité pour une vie entière. Les deux femmes, la plus jeune entière et fougueuse, l’aînée douce et sage, confrontent leurs expériences qui, en résonance, enrichissent leur complicité. Et aimantent le lecteur.

coup de coeur Aimez-moi maintenant / A. Cendres. - Sarbacane. - (Exprim’)

Le narrateur de ce roman est orphelin, a grandi en foyer et s’était forgé la conviction que pour être aimé, il fallait réussir dans la vie. Effort-récompense. Cataclysme lorsqu’il comprend son erreur. Finies les études de médecine, il atterrit au bar avec ses comparses, les désespérés. Des jours durant, il boit, observe, s’interroge sur l’amour, théorise. Puis un jour, toutes ses constructions idéologiques se fissurent, Julia lui ouvre les portes de ce truc magique, incompréhensible, mystérieux qu’est l’amour. Et le monde retrouve son agencement.
Une percée dans l’univers des paumés un peu plus sensibles et fragiles que les autres.

coup de coeur Toi et moi à jamais / A. Brashares. - Gallimard

Riley, sa petite sœur Alice et Paul, l’ami de toujours, sont tous les trois inséparables. Seulement, lorsque les jeux d’enfants ne sont plus de leur âge, lorsque les sentiments entre Alice et Paul se muent en quelque chose de terriblement délicat, il faut trouver le ton juste, réinventer la relation à trois. Et cela se complique encore lorsque Riley tombe gravement malade.
Qu’il est douloureux de grandir ! D’autant plus lorsque le modèle parental a failli. Trouver sa place, sa voie, en accord avec soi-même, sans blesser les autres... un équilibre difficile à trouver.
Un roman très psychologique et extrêmement sensible.

coup de coeur L’ âge d’ange / A. Percin - Ecole des loisirs. - (Médium)

Vous trouverez rarement un personnage principal de roman aussi discret. Asexué pendant de longues pages, elle -car c’est une jeune fille- ne se sent exister que dans sa passion pour la Grèce Antique. Elle excelle en classe de grec, passe sa vie dans les livres, mais traverse la vie comme un fantôme. Jusqu’au jour où elle rencontre Tadeusz... Grâce à lui, elle s’ouvre à ses propres sentiments, aux autres, et se découvre également une conscience politique. Immigré polonais, Tadeusz n’a pas le même niveau social que tous les élèves de ce grand lycée huppé luxembourgeois. Il porte également une autre différence, que notre héroïne recevra de plein fouet.
Une tragédie moderne qui oppose deux mondes condamnés à ne pouvoir vivre ensemble ?

coup de coeur Le petit prince noir et les 1213 moutons / Audren. - Ecole des loisirs. - (Neuf)

Loïs est une enfant à tendance insomniaque et pour s’endormir, elle compte les moutons. Seulement un soir, la voilà qui se retrouve au milieu du troupeau. Quel n’est pas son étonnement de voir que les moutons broutent sans fin une herbe rose, qu’ils savent parler - mais n’ont qu’un mot à la bouche : Grégoire - et vénèrent le bêêêêêêrger ! Loïc n’a qu’une hâte : échapper à ce monde de fous à l’uniformité déprimante.
Le petit prince noir et les 1213 moutons est loin d’être une histoire à dormir debout. C’est plutôt un petit roman surréaliste qui nous déroute vers les chemins troublants de l’amour et nous envoûte jusqu’à la chute...

coup de coeur A mes amoures / C. Galéa. - Rouergue. - (Zig Zag)

L’amour se décline de façon très variée de nos jours. Les couples également. Rosalie nous le raconte à sa manière, très poétique et très assumée. Elle a deux mamans, deux parents préfère-t-elle dire. Son amie Lucie fait partie d’une famille recomposée, Kevin a deux papas et deux mamans et tout cela est dit et illustré dans une poésie, une bonne humeur et une simplicité exceptionnelles.

coup de coeur L’ échange / R. Fuentès. - Syros. - (Tempo)

Un échange linguistique est en général une expérience marquante : être loin de ses parents, faire la connaissance d’une famille étrangère, avec les incompréhensions dues à la barrière de la langue et aux différences cultuelles ; découvrir, dans un autre milieu, les camarades de classes et les profs, de façon plus personnelle, moins codifiée.
Maxime, le héros de ce petit roman, nous relate son voyage en Allemagne avec beaucoup d’humour et d’acuité. Pour lui, cette période sera également l’occasion de se donner le temps de penser à sa relation amoureuse avec Maroussia, relation ni très saine, ni très sereine...
Une tranche de vie plaisante.

coup de coeur Chevalier B. / M. Pouchain. - Sarbacane. - (Exprim’)

En plein dans une bouse de vache ! Ca, c’était l’entrée en matière, à moitié assumée, de Barnabé. Ce ne serait pas grand chose si cela ne s’était produit devant les yeux de sa bien aimée Rosa, qu’il courtise, mais dans l’anonymat ! Ce jeune homme pataud, qui n’était pas très bon à l’école, ne se laisse pas décourager. Il a les moyens de ses ambitions et en devenant chevalier B., c’est sûr, il convaincra la belle. Notre héros part donc en bataille contre ce qui le révolte : les champs d’OGM, l’élevage intensif, les bêtes menées à l’abattoir dès la naissance... autant de choses qu’il s’évertuera à combattre, aussi vain que cela puisse paraître - pour la petite histoire, lui est plutôt du genre à cajoler sa vache Espoir ou à faire écouter à ses champs de blé le concerto n°3 de Rachmaninov.
Voilà un récit mené tambour battant, couvrant plusieurs années, dans un style en phase avec la fougue du personnage. Ce Barnabé, sincère, idéaliste, persévérant et entier nous est formidablement sympathique et l’on espère avec lui que la vie, enfin, sera à la hauteur de sa générosité... Coup de coeur de Julie

coup de coeur La grosse / M. Sachs. - Labor. - (Zone J)

Nous sommes aux Etats-Unis. Jeff s’inscrit au cours de poterie du lycée et tombe amoureux de Norma. Sa vie familiale est difficile : il vit avec sa mère malheureuse et dépressive depuis son divorce, et sa petite sœur Wanda s’apprête à rejoindre le nouveau foyer de son père. Au lycée, il côtoie Ellen, une fille très grosse, très mal dans sa peau, et qui semble en admiration devant lui. Très méprisant, il l’appelle « la grosse ». Lorsqu’elle lui fait part de son intention de se suicider, il décide de la prendre en charge, d’être celui qui va la transformer. Et en effet, en suivant à la lettre les conseils de Jeff, Ellen va très rapidement perdre du poids, devenir coquette, et trouver une certaine assurance. Jeff éprouvait à son égard une rage obsessionnelle, puis de la pitié, leur relation ressemble dorénavant à de l’amour. Lorsqu’elle commence à vouloir décider elle-même de ce qui lui convient, Jeff n’est plus vraiment d’accord...
Ce roman met l’accent sur une relation très particulière : l’amour/pouvoir sur l’autre. Jeff aime Ellen, mais à condition qu’elle devienne sa créature et qu’elle lui appartienne. Dès qu’elle veut décider de sa vie, le malaise de Jeff devient plus prégnant et révèle une solitude abyssale... Coup de coeur de Julie et Florence L.

coup de coeur Les anges n’ont pas de sexe / D. Sampiero. - La Martinière. - (Confessions)

Jean-Pierre se souvient de son enfance dans le Nord, dans un milieu modeste, entre deux frères qui sont pour lui des étrangers et un grand-père jardinier et communiste. C’est un solitaire, attiré par la nature et les livres, jusqu’à la rencontre en fin de Primaire avec Riri qui devient son ami. Mais à l’adolescence, leurs attitudes diamétralement opposées par rapport aux filles (tandis que le narrateur les séduit toutes sans s’attacher à aucune, Riri est amoureux « en secret » de Marie-France) vont mettre à mal ce lien. En voulant aider son ami, Jean-Pierre ne fera que précipiter le drame... Une amitié d’enfance, racontée avec pudeur et émotion.

coup de coeur Le jardin de l’homme-léopard / J.F. Chabas. - Ecole des loisirs. - (Médium)

Wesley et Walt sont deux amis inséparables, ils vivent dans un bled en Arizona, nous sommes en 1954 et ils ont une douzaine d’années. Leur principale occupation est d’attraper, en cachette de leurs parents, des serpents pour le compte d’un spécialiste qui les rénumère chichement en retour.
Un jour, l’aventure arrive aux portes du désert... Quelqu’un fait construire une forteresse rouge au milieu de nulle part. C’est d’autant plus mystérieux qu’on n’y voit jamais personne, bien qu’il soit y soit livré régulièrement nourriture et autres denrées. Wesley n’aura de cesse de percer le mystère.
La qualité du livre ne réside pas tant dans l’intrigue que dans l’ambiance que l’auteur a su créer, entre aventure et poésie. Le ton est enlevé et on n’a aucun mal à se transposer dans cette Amérique profonde en compagnie de ces deux garnements sympathiques et attachants.

coup de coeur Nous ne grandirons pas ensemble / A. Cathrine. - Ecole des loisirs. - (Neuf)

Sylvain est un petit garçon de 10 ans aux aspirations grandioses et à la naïveté touchante. Il tombe amoureux de Mahalia, est prêt à aller vivre chez elle mais voit ses projets tomber à l’eau... Viennent les vacances, la rencontre avec Camille et, cette fois c’est sûr, il va faire sa vie avec sa dulcinée !
L’amour à 10 ans, magnifique et dérisoire, à travers la personnalité de ce petit Sylvain, rendue tellement attachante grâce au talent d’Arnaud Cathrine qui, décidément, nous plaît beaucoup.

coup de coeur Entre les vagues / C. Galea. - Rouergue. - DoAdo

Court roman initiatique qui évoque avec beaucoup de délicatesse un coup de foudre entre deux jeunes garçons qui passent leurs vacances d’été à La Ciotat. L’un s’appelle Tommy, il est vivant, sociable, aime nager et faire du vélo, mais cet été-là, il se lasse de l’habituel plage-McDo-ciné avec les copains/copines. L’autre se prénomme Cécil, sans e : il est différent, plus silencieux, mystérieux ; il aime aussi faire du vélo mais pour découvrir des endroits secrets et sauvages ; en revanche, nager lui provoque des crises d’asthme. II porte en lui une profonde blessure que le texte révèle peu à peu et à demi-mot : la mort de sa mère dans un accident de plongée deux ans auparavant. L’auteur n’aborde pas la question de la sexualité, encore moins celle de l’homosexualité, le sexe des personnages n’ayant en fait aucune importance - ce qui fait la force du récit. Le vrai sujet du livre, c’est la complexité du sentiment amoureux, qui n’est d’ailleurs jamais dit, comme si les protagonistes ne réalisaient pas ce qui leur arrive. Ils vivent pourtant tous les bouleversements de la passion, douloureux pour Tommy qui connaît les affres de l’absence et de l’attente, à la suite du départ inopiné de son ami, et plutôt exaltants pour Cécil qui reprend goût à la vie et surmonte peu à peu son deuil. L’écriture est efficace, sobre et suggestive. Certains lecteurs pourront être gênés par l’absence de signes typographiques (tirets, guillemets...) pour différencier les dialogues entre les personnages et le discours intérieur de chacun.
Age conseillé : dès qu’on tombe amoureux (pour de vrai)...

coup de coeur Le garçon qui ne s’intéressait qu’aux filles / E. Willer. - Ecole des loisirs. - (Médium)

Felix est obnubilé par les filles. En pensée seulement parce qu’il n’a jamais osé aller au-delà de ses fantasmes : trop maladroit, trop godiche. D’ailleurs, quand il a enfin l’occasion d’en rencontrer une en chair et en os, il lui balance des méchancetés gratuites. Il aura l’occasion de s’excuser auprès de Chira, de se montrer sous un jour meilleur et de fil en aiguille, ils deviennent même amis. Et, incongruité, il ne pense plus autant aux filles en général mais un peu trop souvent à Chira en particulier... Seulement voilà, elle met en défaut sa représentation de ce que doit être la relation avec une fille : point de corps de rêve qui s’enlacent mais une confiance qu’ils ont su instaurer entre eux, qui les fait devenir plus sereins... Confiance qui les amènera, malgré quelques résistances d’un Félix encore empourpré dans ses rêves stéréotypés, à une pleine relation amoureuse...
Un roman qui s’attache à décortiquer, avec beaucoup de finesse, les relations avec autrui, et qui par là crée des personnages très attachants.

coup de coeur Le troisième thé / F. Arcis. - Syros

Laura va passer Noël avec sa tante et son oncle dans le désert de Libye. Elle découvre la magie du lieu, le monde des touaregs, et se trouve surtout envoutée par Bachir, jeune homme très pudique qui ne laisse filtrer ses émotions que dans l’intimité. C’est une écriture qui colle aux sentiments naissants, hésitants, forts cependant, qui doivent aussi apprivoiser les différences culturelles. Une histoire qui dépassera forcément le stade des amourettes de vacances.
Un très beau roman à destiner aux adolescents dès 12-13 ans. Coup de coeur de Julie

coup de coeur J’ai suivi la ligne bleue / C. Féret-Fleury. - Rouergue

A l’occasion d’un court séjour à l’hôpital, Guillaume, 14 ans, rencontre Sylvie, qui se fait appeler Bulle et vit dans une chambre stérile. Tous deux nouent des liens très riches, faits d’amour, de poésie et de rêve. Jusqu’au jour où, sous l’influence de sa famille qui désapprouve cette relation, Guillaume décide de la suspendre. Quatre ans plus tard, lorsqu’une amie parle d’un "annuaire des morts", Guillaume décide d’écrire une longue lettre à Sylvie et part à la recherche de sa tombe. Il y fait alors une autre rencontre : celle de la grand-mère de Bulle, avec laquelle il va pouvoir faire le deuil de son amour.
Ce court roman est un hymne à la vie, à l’amour, à la liberté, à la poésie, même si la maladie et la mort y occupent une place importante.

coup de coeur Pourquoi ça fait mal ? / R. Hausfater. - T. Magnier

Dans la grisaille de novembre, les yeux de Mika. Plus rien d’autre n’existe que ce regard brûlant, puis ce bref contact magnétique, et, plus tard, ces baisers. Elle se sent belle, elle ne pense qu’à lui, le rêve, l’attend, l’espère... Mais déjà la souffrance, les soupçons, l’inventaire des promesses d’avenir, les corps qui brûlent, l’exaltation, l’exigence d’une passion exclusive, et le chagrin ! A peine est-elle séparée de lui qu’elle a le mal de lui ; la jalousie s’insinue, puis quelque chose qui ressemble à de l’ennui... « Pas d’amour, de l’amour, trop d’amour, plus d’amour... Tout blesse, tout torture. »

coup de coeur Leïla, les jours / Pierre Marie Beaude. - Gallimard. - (Scripto)

L’auteur nous invite à suivre deux errances : celle de Soufiane à qui l’on a volé ses origines, qui ne saura jamais d’où il vient, qui sont ses parents ; celle de Leïla, aveugle, rejetée par sa famille et qui, enfant, cherche les lunettes magiques qui lui donneront la vue. Le destin va les séparer, les éloigner de leur village désertique d’Afrique du Nord, leur imposer des voies tortueuses pour leur permettre de mieux se retrouver. L’écriture lente, très belle, demande qu’on prenne son temps pour l’apprécier. Un roman qui abolit les frontières entre littératures pour adolescents et pour adultes, que l’on ne peut que vivement conseiller. Coup de coeur de Julie

coup de coeur Vol / N. Kuperman. - Edl. - (Médium)

Rien ne va plus pour Jeanne. Voilà que ce matin, elle se met à voler, à répondre comme une godiche à ce beau garçon qui accompagne son ami, à s’enfuir après s’être ridiculisée... Tout lui échappe. Elle réalise qu’elle ne supporte plus le mensonge. Le mensonge de ses parents qui restent ensemble uniquement pour elle, le mensonge de son ami qui préfère rire de tout et occulter les choses, le mensonge des liens familiaux qui exige de toujours faire bonne figure. Alors aujourd’hui, c’est sûr quelque chose doit changer. Deux rencontres décisives vont l’y aider...

coup de coeur Parle tout bas, si c’est d’amour / S. Chérer . - Edl. - (Médium)

Suite de L’huile d’Olive ne meurt jamais - Olivier le timide, Olivier l’effacé est devenu un héros au courage exemplaire grâce aux évenèments du précédent tome. Il a su conquérir ainsi le coeur de Caroline. Mais tout est si compliqué en amour : comment être à la hauteur du regard de l’autre, comment s’aimer au temps du sida, comment de pas s’enliser et basculer dans la haine, comment ne pas vivre dans les regrets... Tous les personnages croisés dans ce roman apportent leur pierre aux réflexions d’Olivier et Caroline. Grâce à eux aussi, ils trouveront la force d’inventer leur amour, quand bien même ils n’ont que 16 ans...
Un propos et une réflexion sur l’amour des plus optimistes.

coup de coeur La question des Mughdis / Audren. - Ecole des loisirs. - (Médium)

Coline est invitée avec toute sa famille chez son ami Amogh en Angleterre. Elle découvre un manoir très chic, un domaine empreint de magie et de mystère.
Quoi qu’il arrive, le credo de Coline est : "Rester soi même". Elle s’amuse et s’agace de voir les petites hypocrisies et les faux-semblants, chez sa propre famille comme chez celle de son hôte. Mais comment va-t-elle se comporter lorsqu’elle découvre que la grande amitié qu’elle éprouvait envers Amogh se teinte de ce qui ressemble fortement à l’amour ? Peut-on rester aussi naturel et aussi spontané dans l’amour que dans l’amitié ?
Les petits travers de chacun sont pointés du doigt avec beaucoup d’humour ; tout cela forme un tableau très vivant et nous offre un agréable moment de lecture.

coup de coeur L’ arbre de Capulies / E. R. Gasperoni. - Actes sud

Eva et sa famille quitte l’Italie de l’après-guerre pour l’Amérique du Sud. Elle côtoie le pouvoir et la richesse et a du mal à s’accoutumer aux conventions étroites et bien peu humanistes. Elle est plutôt attirée par l’interdit, le sauvage, la liberté, ce que symbolise le jeune indien Atahualpa. Cette toute nouvelle histoire d’amour ne sera pas bien sûr sans poser problème...
Deuxième tome d’une trilogie, ce titre se lit cependant de manière autonome, comme un beau récit initiatique.

Et aussi... :


coup de coeur L’oiseau de feu / Elodie Fondacci ; Aurélia Fronty ; Igor Stravinsky. – Warner classique (Histoires en musique, en partenariat avec Radio classique), 2014

C’est la belle voix veloutée d’Elodie Fondacci qui nous emmène dans le célèbre ballet L’oiseau de feu inspiré des contes traditionnels russes dont la partition musicale a été composée par Igor Stravinsky en 1910 à la demande de Sergueï Diaghilev, le créateur des ballets russes. En partenariat avec Radio Classique, 28 minutes d’histoire merveilleuse…
Ivan, un jeune prince, poursuit un oiseau magique qui vient voler les pommes d’or du jardin de son père, le tsar. Dans sa quête, il se retrouve à lutter contre le terrible Koshkeï et à dissiper ses enchantements maléfiques. L’oiseau au plumage majestueux qu’il cherchait à capturer, l’aidera à traverser les épreuves et trouver l’amour. Aurélia Fronty illustre l’univers magique de ce très beau récit issu du folklore populaire russe, accompagné par la musique de Stravinsky. Claire Py

Dans cette même collection "Histoires en musique" et sur le site de Croqu’livre : . Ma mère L’Oye, 2013 . Coppélia, 2013 . Le lac des cygnes, 2012 . [Cendrillon_>http://www.croqulivre.asso.fr/spip.php ?article5560], 2012 . La belle au bois dormant, 2011

A partir de 7 ans

coup de coeur Robin des Bois / Evelyne Castellino ; Nathalie Jaggi ; Jacques Zürcher ; Serge Martin ; Nicolas Bianco-Levrin. – QuiQuandQuoi, 2006

C’est un spectacle qui est à l’origine de cet album/CD : un opéra-danse d’Evelyne Castellino et Nathalie Jaggi monté par la compagnie 100%Acrylique qui mêle chant, danse et théâtre. Un petit livret, glissé dans la pochette du CD, permet de découvrir des photos du spectacle ainsi que des précisions sur la compagnie et ses diverses activités, dont des ateliers pour les jeunes. Cet opéra-rock met en scène une version moderne et humoristique de Robin des Bois. La légende de tradition orale est née au XIIIème siècle en Angleterre. Transmise ensuite au cours des siècles, ces interprétations et ces formes littéraires n’ont cessé de se métamorphoser. La metteur en scène Evelyne Castellino fait de Robin de Sherwood, l’homme libre par excellence. Il se dresse contre l’injustice sociale, animé par une profonde compassion pour les opprimés. Le récit, réécrit par une femme, constitue une originalité par rapport à la tradition.

-  Mieux vaut commencer par écouter le CD de 32 minutes, accessible à tous. Chacune des 23 plages musicales proposent une couleur singulière, mystérieuse, comique, exubérante ou encore inquiétante. L’esprit du spectacle est présent dans ces airs : Esprits de la forêt, Berceuse, La chanson des bannis, Le bain de P’tit Jean, Marion la sauvage, Formule magique, La bande à Robin, Le serment, Arrivée de Frère Tuck, La forêt brûle, Merci à la pluie, La fête, Est-il bien nécessaire ? , Berceuse qui rend fou, Fanny à la cour, La lessive, Bâtons, Le shérif en campagne, Incantation, Forêt mon secret, Robin et Marion, Mon amour est en danger, La légende de Robin. Les chants inspirés aussi bien du folklore irlandais et écossais que du rock, contribuent beaucoup à souligner la portée actuelle de la légende ainsi que les paroles simples et directes que l’on peut lire dans l’album. Les textes courts évoquent les personnages-clés de l’histoire : Robin des Bois, Marianne, P’tit Jean, Frère Tuck, Fanny, Le Prince Jean, le shérif.

- L’album, dans son format à l’italienne, n’est pas une transposition du spectacle. C’est une création originale, autonome, déroutante au premier abord et mise en image par Nicolas Bianco-Levrin. Entre album et bande dessinée, les pages sont lues sur deux plans : sur la moitié supérieure, des illustrations pleine page pour dire le texte des chansons ; sur la moitié inférieure, des vignettes sans paroles déroulent l’histoire du justicier de la forêt de Sherwood, comme une tapisserie de Bayeux moderne. Cette mise en images sous forme de BD, adopte des procédés de narration plus cinématographiques, insuffle une liberté à l’histoire, souligne le mouvement, élargit les plans. Drame et verve insolente se côtoient dans le respect du spectacle. L’encre de Chine dans les tons noir et brun-doré, accentue le dessin très stylisé mais a pour inconvénient de rendre les textes très peu lisibles.

- Cet ouvrage original et soigné mérite d’être découvert même si le récit très elliptique semble s’adresser à des lecteurs ayant déjà connaissance de la légende. Outre le plaisir d’une exploration personnelle, il peut être un objet d’étude disciplinaire ou transdisciplinaire en classe (collège en particulier). Il peut inciter à la découverte d’autres versions, tant littéraires que cinématographiques et donner lieu à des recherches documentaires historiques. Brigitte Lacot

A partir de 6 ans

coup de coeur J’ai pas choisi / F. Abadie. - Milan (Macadam), 2013

Une fable moderne avec pour fond le slam, la musique et le diable... Faustine (eh oui...) adore écrire et elle est raide dingue de Johan mais celui ci semble l’ignorer. Jusqu’au jour où le diable, sous la forme d’une belle rousse, lui propose d’échanger son talent contre l’amour inconditionnel du bellâtre. Faustine va-t-elle accepter ? Que risque t-elle ?
Un roman court mais qui m’a séduit par la transposition moderne du mythe et la place accordée au slam. Il y a aussi la qualité de l’écriture, vive et poétique à la fois, et bien sur le sujet de l’inacceptable bonheur obtenu par compromission. Les titres des chapitres sont évocateurs, inspire, brume ou encore être ou avoir. Le récit est ponctué de références à la musique et par les textes de slam. Une décourverte. Marion Uteza

Que ne donnerait pas Faustine pour que Johan la regarde, l’apprécie... Il se trouve justement qu’une certaine Niilam lui propose un marché plus que tentant : si Faustine lui donne son pouvoir des mots, du slam, de la poésie, Johan n’aura d’yeux que pour elle. Finalement, Faustine aura assez de confiance en elle, dans son talent pour retrouver son art oratoire ET Johan, ouf... Le mythe de Faust revisité mais avec une subtilité qui fait défaut… Julie Feuvrier

coup de coeur Pauvre stupidon / M. Dor ; P. Lamenthe. - Editions Clochettes ; Nouvel angle. - (Les Zygomots)

C’est le jour J pour Stupidon : c’est la première fois qu’il va officier pour le 14 février, jour de la Saint Valentin. Il s’est beaucoup entraîné (à envoyer les flèches très loin, brosser ses ailes…) mais reste peu doué, d’où son surnom : « jusqu’à présent, il n’a touché aucune cible lors de ses entraînements ». Tous les membres de la famille décochent avec succès leurs flèches déterminantes, Stupidon quant à lui met en relation des vivants très différents. Un loup s’éprend d’un agneau, un gardien de zoo s’énamoure d’un tigre, une clowne d’un croque mort… Tous les angelots se moquent de ces étranges alliances et Stupidon riposte faiblement : « Mais ils s’aiment ! ». Sa maman découvre au final que Stupidon a besoin de lunettes. Sûr que l’année prochaine, « la fête des amoureux sera beaucoup moins rigolote » !
Quel dommage d’imputer ces mésalliances à un problème de vue. Même si le droit aux différences est énoncé et défendu, le message s’en trouve un peu brouillé. Dommage également qu’il n’y ait pas d’information sur Cupidon, dieu de l’amour chez les romains, pas plus que sur l’origine de la Saint Valentin. Malgré tout, l’ouvrage reste sympathique et enjoué, avec une illustration toute auréolée de cœurs et un CD facile à suivre : une plage avec la lecture du texte, avec un petit signal pour tourner la page ; une chanson sur le thème et la relecture du texte avec des blancs que l’enfant complétera.

coup de coeur Roule-toujours ou la lune dans la tête / A. Boutin-Pied ; B. Després ; V. Péchard. – Eponymes

La lune et le soleil s’aiment mais n’arrivent pas à vivre leur amour. Cette union impossible fait couler leurs larmes qui, en touchant terre créent, une petite bouille rouge, Roule toujours, et une petite bouille blanche, Petite lune. Le lecteur suit alors le parcours initiatique de Roule toujours, qui n’a qu’une seule idée en tête : retrouver Petite lune, sa partie manquante. A force de rouler, rouler, rouler, Roule toujours découvre son corps et se forme à la vie : au fur et à mesure de ses rencontres avec autrui, il prend conscience de son incomplétude corporelle de petite boule et acquiert alors des yeux, des oreilles, un nez, une bouche. Il joue de ses nouveaux atouts : il peut désormais cligner des yeux, respirer fort, claquer sa langue, jouer avec sa bouche. A cela s’ajouteront des bras et des jambes qui lui permettent d’applaudir tout en sautant et faisant des galipettes. Et même … de mettre les doigts dans son nez !
Un soir bien fatigué d’avoir expérimenté le monde avec son corps, il s’endort, rêvant de Petite lune
L’intrigue principale inclue 2 histoires dans l’histoire : une version du Gros navet et un conte étiologique autour de l’escargot viennent compléter la quête initiatique de Roule toujours. Chaque épisode est ponctué de comptines traditionnelles ou originales (dont on retrouve les partitions en fin d’album), intervenant toujours de façon pertinente. Un regret : la complexité de la construction narrative aurait nécessité de pouvoir mieux se repérer et naviguer entre l’album (un peu dense au niveau de la mise en page du texte) et les plages du CD.
Anne Boutin-Pied assure la composition, la narration, le chant et l’interprétation. Lorsqu’elle raconte, la musique (alto, argilophone, flûte, sanza, petite percussions) l’accompagne discrètement mais au plus près de son phrasé, petites phrases courtes pétries d’assonances et d’allitérations.
L’enfant pourra par ailleurs suivre pas à pas chaque séquence narrative grâce à la découpe illustrative en bande dessinée de Bernadette Després. Au travers de mots simples et répétés, scandés musicalement par les percussions, on aborde un thème existentiel poétique de façon très ludique, concrète, sensorielle et enfantine tout à fait adapté au monde de l’enfant dès 2 ans et au-delà.

coup de coeur Casse-Tout / Y. Pommaux. - Ecole des loisirs

Casse-Tout s’accommode de sa maladresse : il prend plaisir à réparer ce qu’il casse à longueur de journée.
Sa nouvelle voisine Lola est exaspérée par les dégâts qu’il fait chez elle et le bruit incessant des réparations. Par un enchainement de circonstances, Casse-Tout libère un génie courroucé d’avoir été interrompu dans sa méditation. Mais n’est-ce pas ce qu’il faudrait à Casse-Tout pour devenir un véritable artiste ? Un peu de sérénité, un don d’observation ?
L’histoire est intéressante à plusieurs niveaux, artistique et écologique : elle fait référence à une mouvance d’artistes qui, tel Picasso, récupèrent des objets mis au rebut pour les transformer à des fins artistiques ; elle constitue aussi une bonne introduction au concept d’art brut, à la création spontanée...
De quoi inviter les lecteurs à créer à leur tour, à partir des déchets du quotidien.
L’œuvre reproduite dans l’histoire peut être mise en lien avec :
- Portrait de Taira no Shigemori, XIIe siècle - Fujiwara Takanobu
Voir la fiche pédagogique créée par l’Ecole des loisirs

coup de coeur Monsieur et Madame neige / Syrano. – Actes sud junior

L’hiver est proche, la nature va bientôt hiberner. Les parents restent au chaud, les enfants sortent sur la colline pour faire deux grands bonhommes de neige, « un beau et un joli » qui bientôt se font la révérence… Les enfants rentrent en se posant des questions sur la vie de ces bonhommes de neige. Une chanson traduit l’amour naissant de Madame Neige pour Monsieur Neige. Revient la voix parlée qui évoque le secret, la timidité, le manque de courage, la difficulté de trouver les bons mots ; suivie d’une chanson qui montre que Monsieur Neige est congelé dans ses atermoiements. Bientôt le printemps, il faut prendre courage, et se déclarer. C’est alors qu’il rejoint Madame Neige dans un grand élan du cœur partagé, où chacun déclare sa flamme pour une fusion éternelle qu’un nuage blanc emporte et transforme en cristaux d’amour.
La construction équilibrée en fait une structure poétique de charme. Les parties parlées précédant celles chantées, donnent à l’ensemble du CD, une bonne progression. Les strophes en rimes suivies 8 et 4 vers, ou 4,6,4, ou 6 sont les transitions participant à l’évolution des situations. Elles introduisent les parties chantées et leur donnent plus d’impact.
Les illustrations sobres et colorées privilégient les couleurs primaires et se fondent bien dans le sens des textes et éléments significatifs de l’instant décrit, une certaine harmonie s’y déploie. On peut regretter que l’opposition frimas de l’hiver/amour flamboyant ne soit pas mieux exprimer dans l’illustration. Ce livre est court, bien structuré, joli, il faut de toute façon le lire et l’écouter plusieurs fois avant de prendre la mesure de cette poésie mise en musique avec nuances et souffle calculé.
On pourra profiter après la lecture du livre, du plaisir du texte mis en musique avec des instruments très bien choisis. Poésie dite sans musique au début, plante le décor hivernal, silence ouaté et contraint. Quand Dame Hiver s’installe, la musique nous entraîne, fébrile, vers les frimas, les paroles redoublent « c’est l’hiver, y fait pas beau et c’est normal… » (qui ne paraît pas à l’écrit). Les parties parlées sur la voix posée et sobre de Syrano sont en accord avec le sens. Des instruments comme le glockenspiel, le piccolo ou la grosse caisse scande avec justesse certains passages : l’ambiance hivernale, des nuits blanches, la délicate fusion de M. & Mme neige, la déclaration de plus en plus torride et transcendée de Monsieur Neige se révèlent dans la fanfare finale et éclatante, et s’arrête brutalement, comme un rêve. La musique très subjective par rapport aux contextes transcende largement le CD. L’apothéose de la fanfare sur le dénouement de l’histoire est pleine d’emphase, les percussions battent aussi fort qu’un cœur fléché…

coup de coeur L’ amour, mode d’emploi / W. Nicholson. - Gallimard

Deux personnages sympathiques et honnêtes dans leurs démarches d’interrogations sur l’amour et le sexe. Maddy en disant qu’elle veut tomber amoureuse signifie de manière volontariste son désir de première expérience sexuelle. Rich, moins pragmatique rêve d’amour, cherche des réponses dans les livres, discute avec son copain… Avant qu’ils ne se trouvent, l’auteur passe en revue un grand nombre des problèmes auxquels de grands ados peuvent être confrontés : les embrouilles adolescentes et les mystères créés de toutes pièces autour des partenaires possibles, la pornographie, l’homosexualité, les comportements à risque (sado-masochisme). Il souligne aussi l’implication nécessaire des filles dans la maîtrise du corps par la contraception (démarche très réfléchie de Maddy chez le médecin ) et montre une « première fois » réussie parce que progressive dans la découverte des corps et liée à une véritable intimité de pensée.
Un « mode d’emploi » -un peu long- assez efficace pour de grands ados, qui pourront trouver des réponses, et une aide à se poser les bonnes questions.
Autre lecture
L’amour, le sexe, les relations filles-garçons, les différences entre eux... pour sûr, l’adolescence est une période cruciale en ce qui concerne ces questions qui reviennent encore et encore, peuvent même tourner jusqu’à l’obsession. Nous suivons Maddy et Rich, deux ados en mal d’amour et pas mal préoccupés par l’autre sexe, qui se demandent comment concilier amour, sexe, relation sincère etc. Pour modèles : les ami.e.s, les adultes et leurs couples vacillants, les films pornos… de quoi y perdre la tête…
William Nicholson parle de sexe, mais surtout de la difficulté à articuler des choses très pragmatiques (comment se passe la première fois, moyens de contraceptions) avec des idéaux. Maddy et Rich ne s’en sortent pas si mal, au regard d’autres couples qui offrent des tableaux plus compliqués, sur lesquels l’auteur ne s’attarde pas. Dommage peut-être mais l’amour n’est-il pas exclusif ?

coup de coeur Le colis rouge / C. Perrin. - Rue du Monde

Il en traverse des pages et des doubles pages ce petit bonhomme pressé de délivrer son colis rouge ! Paysages citadins, monde du cirque, des artistes, balades en forêt (univers du conte, atmosphère onirique), voyages et passages... toutes ces aventures sont l’essence même de ce précieux cadeau.
Une vision originale de la création littéraire. A nous lecteurs de rendre hommage à cet imaginaire foisonnant de références, en prolongeant l’histoire.
Parmi les références :
- Le Carnaval d’Arlequin, 1924 - Juan Miro
- La colonne sans fin, 1937 - Constantin Brancusi
- Pablo Picasso
- Henri Matisse
- Mobile et stabile - Alexandre Calder
- Moore ou Jean Arp ? ? ?
- Jérôme Bosch
- Roue de bicyclette, 1913 - Marcel Duchamp
- La Joconde (entre 1503 et 1506) - Léonard de Vinci
- Marc Chagall

coup de coeur Monsieur Leloup est amoureux / F. Stehr. - Milan

Monsieur Leloup est un loup solitaire, redouté de tous, alors que sa seule passion est de peindre « du matin jusqu’au soir et du soir jusqu’au matin. » Passionné mais frustré, « il lui semblait qu’il manquait quelque chose ». L’arrivée d’une louve et de ses petits donne du souffle à sa création…
L’artiste et sa muse…

coup de coeur Contes d’amour autour du monde / M. Bloch, F. Costa, G. Thiam ; C. Poizat. - Didier. - (Un livre, un CD)

Cet album CD fait voyager autour du monde par l’intermédiaire de 6 contes de différentes cultures. Volontairement, le périple tant géographique que thématique et typologique est sinueux. Muriel Bloch explique les raisons de tous ses choix à la fin de l’album. Elle exprime son amour pour ces 6 contes populaires, qui sont au centre de son répertoire.
- Afghanistan : Rabiah se fiance puis s’enfuit de la maison, pour que la honte ne rejaillisse pas sur sa tribu car un homme lui a donné un baisé la nuit de ses fiançailles. Son fiancé, Nuker part à sa recherche. Ils auront l’occasion de s’expliquer, elle comprendra alors de qui venait le baiser...
- Inuit : Le grand corbeau croit qu’il peut enlever une femme contre sa volonté simplement parce qu’il est le créateur du monde.
- Mongolie : un chamelon se meurt de chagrin d’avoir dû quitter sa mère. Il s’enfuit à sa recherche.
- Afrique de l’Ouest : L’origine du fleuve Niger ou comment un taureau devint femme, puis fleuve.
- Perse : Maryam fidèle à ses promesses, convainc son mari de la laisser sortir durant sa nuit de noce et brave tous les dangers.
- Afrique du Nord : Il ne faut pas contrarier un amour prédestiné.
Au lecteur et à l’auditeur d’opérer les rapprochements. 2 contes africains, 2 contes étiologiques, 2 contes d’amour mère/fils-fille, 2 contes d’amour fou victorieux de tous les obstacles… Des liens intimes complexes existent ...
Les six contes sont adaptés et racontés par Muriel Bloch, accompagnée d’une musique discrète qui participe efficacement au dépaysement. La diction est prenante, chaleureuse, jugée trop uniforme par certains.
Les musiques, inspirées de musiques du monde, ont été composées par Fred Costa. Elles s’entrelacent avec le récit et permettent là encore de faire des rapprochements par couples notamment, à mettre en relation avec le contenu thématique des contes.
S’y ajoute un air de capœira brésilienne : Tico Tico, en duo avec Serena Fisseau.
Les gravures de Chloé Poizat teintent de gravité ces facettes insolites de l’amour. Elle crée un ensemble parfaitement original, moderne, qui souligne l’unité profonde de la sélection
Une réussite.

<<< Retour à la page précédente

© Association Croqu'Livre - Centre régional de ressources en littérature jeunesse