couv

(Ne prend pas en compte les mots de moins de quatre lettres)

Croqu’livre

L’Association
> Le CRRLJ
Nouveautés
Sélections annuelles
Sélections thématiques
Formations
Groupes lecture
Temps forts
Contact
Quoi de neuf

Le livre jeunesse en Franche-Comté

Auteurs-illustrateurs
Conteurs
Associations
Editeurs
Salons et évènements
Prix et concours
Spectacles

...et au-delà

Actualités
Spectacles
Expositions
Liens

Dernière mise à jour :
dimanche 25 septembre 2016

Mot Clé : Afrique




Album(s) :


coup de coeur Les vacances de Monsieur Rhino / Raphaël Baud ; Aurélie Neyret . - Chocolat Jeunesse, 2012

Savez-vous ce que font les animaux du zoo pendant leurs vacances ? Suivez monsieur rhinocéros qui prend deux semaines de repos bien mérité en Afrique ! Les préparatifs, le salut aux amis de tous poils, le trajet en métro jusqu’à l’aéroport, et enfin le retour aux sources : les magnifiques paysages de la savane, une sieste à l’ombre du baobab, un bain au crépuscule, la contemplation du ciel étoilé...Puis vient l’heure du retour qui se tranforme en fête : rhino n’a pas oublié le cadeau souvenir demandé par son ami lémurien...
Un bel album grand format, dont le rythme se suspend complètement au centre de l’histoire, quand vient le temps du repos africain. On plonge avec délice dans les magnifiques illustrations d’Aurélie Neyret, l’illustratice (entre autres !) des Carnets de Cerise. Ewa Bochenski

A partir de 3 ans

coup de coeur Grand Calao et Petit Homme / Carl Norac ; Anne-Catherine De Boel. – Pastel, 2014

Yatèmilou s’affaire. Amoila s’ennuie. Mère et fils vivent près d’un village du Haut-Pays, en Afrique. Pour conjurer l’ennui, Amoila un matin, lance un appel du haut de la grande falaise face au soleil levant. « Et il rentre chez lui. ». Yatèmilou est assise devant son métier à tisser, elle a besoin de sucre, 12 pincées exactement. Amoila court. Il court vers le village chercher le sucre, il court, il est arrêté. Un grand oiseau, ailes déployées, s’adresse à lui : « Il paraît que tu t’ennuies. Va au marché me chercher la Douceur. ».
Respectueux, Amoila s’est agenouillé. Il accepte la proposition. Et si l’esprit de Nommo, un des ancêtres primordiaux, venait le mettre à l’épreuve ? Si c’était la fin de l’ennui ? Grand Calao, imposant, menace encore Petit Homme. Si Amoila échoue, il enverra Yagana la hyène pour lui infliger la douleur. « Chut ! le conte va parler… »

Carl Norac aime les voyages. Cette histoire philosophique et initiatique lui a été inspirée par la culture et l’art des Dogons, peuple de l’Afrique de l’Ouest, lors d’une exposition au musée du quai Branly à Paris. Ce conte, présenté dans un grand format, est à lire à voix haute. Le rythme des mots est dynamique et le suspens qui menace Amoila tient les enfants en alerte. Il les interroge sur leur capacité à résoudre les 3 épreuves subies par Petit Homme, cultive leur curiosité et leur imaginaire, éveille leur écoute.
Les illustrations participent à créer un univers magique et puissant, témoignage de l’intimité de la famille et de la représentation de mythes ancestraux ancrés dans la vie quotidienne. La main de Anne-Catherine de Boel mélange plusieurs techniques (collage, pastel, peinture), c’est magnifique d’expression !
Les enfants seront impressionnés par cette palette de tons chauds, colorés, le dynamisme du dessin et les êtres menaçants qui défient le héros. Petit Homme aura-t-il grandi ? Dans les contes, les épreuves sont rites de passage vers une sagesse plus grande. Les deux artistes le savent bien, eux qui ont réalisé ensemble plusieurs albums jeunesse autour du conte en Afrique (Asha, Akli prince du désert, Le petit sorcier de la pluie). L’auteur Carl Norac est associé pour la littérature à l’évènement : Mons, capitale culturelle de l’Europe 2015. Claire Py

A partir de 7 ans

coup de coeur Le chemin des arbres / Régine Raymond Garcia ; Vanina Starkoff. - Oqo éditions, 2014

Connaissez-vous le rônier et le kaïcedra ? Le souffle de l’harmattan ? C’est jour de marché, quelque part en Afrique. Karim s’éloigne de sa maman, et se perd. Il se réfugie au pied du Kaïcedra, le grand arbre à palabres, et lui demande conseil. "Rejoins le baobab !", répond l’arbre majestueux. Puis c’est au tour du rônier, du manguier...Karim interroge chaque arbre qui se trouve sur son chemin. Tous répondent de même. Lorsqu’il touche enfin au but, Baobab lui conseille d’attendre sa maman tranquillement à son pied, abrité par lui. Entre le colosse feuillu et le petit garçon s’engage une belle conversation sur la vie de l’arbre et l’équilibre de la nature, avant l’arrivée apaisante de la mère.
Dans ce bel album aux couleurs chatoyantes, on apprend beaucoup : les arbres d’Afrique sont des guides, et l’attente de la mère permet au petit Karim de trouver des ressources en lui-même, mais aussi de s’intéresser à la nature qui l’entoure. Et qui sait, sans doute, il ne sera pas le seul à vouloir devenir plus tard "protecteur des arbres" ! Ewa Bochenski

A partir de 5 ans

coup de coeur Les enfants qui plantaient des arbres / V. Tadjo ; F. Koenig. - Oskar. 2013

Ce conte relate l’histoire d’un village ancien, entouré d’une forêt merveilleuse, où tous les habitants vivent en harmonie avec la nature. Mais un jour, les volcans se réveillent, la terre tremble, tout est détruit. Sans arbres, le village se meurt. Les enfants sont déterminés à le sauver, et partent à la recherche de graines à planter, le vent et les oiseaux seront des alliés précieux...
Inspiré du roman L’Homme qui plantait des arbres de Jean Giono, ce conte sensibilise les enfants au respect de la nature, à l’évidence d’une écologie sacrée. Des illustrations pleines pages, très colorées, participent à la construction de cet univers qui se régénère.

coup de coeur Tu sais que je t’aime très fort / A. S. Dzotap ; A.-C. de Boel. - Ecole des loisirs. - (Pastel). 2013

On l’appelle Frangin ou Gervais mais pour sa grand-mère, il est Mon petit cœur... C’est avec une grande tendresse mêlée d’admiration que le narrateur nous parle de son aïeule conteuse, réconfortante, protectrice et radieuse : « le plus beau des trésors ».
Un amour inconditionnel exprimé dans une langue vivante, aux couleurs de l’Afrique.

coup de coeur Makala La légende des beignets au maïs / J. Reuss-Nliba ; N. Lefrançois. - Zoom éditions. - (Danse du ventre)

Noémie, depuis qu’elle est enceinte, a des envies de beignets. Mvondo son mari s’étonne de ces exigences toujours plus pointues mais se décarcasse pour lui trouver les meilleurs ingrédients même s’il doit pour cela parcourir le Cameroun du sud au nord. Il cuisinera les plus succulents gâteaux à sa douce. Il faut bien ça pour qu’elle lui donne « un beau bébé, grand, fort et gentil » comme lui !
Après tant de mises en appétit, il est de bon ton de donner, en fin d’ouvrage, les recettes de galette de manioc et de beignets de maïs.

coup de coeur Walé, tailleur à toute heure / V. Vernette. - Points de suspension

Comment va-t-il s’en sortir, Walé, avec toutes ces commandes qui ne cessent d’affluer, alors qu’il a déjà tant à faire pour le mariage d’Issouf ? Il ne peut refuser aucune demande, « le client doit sortir content de chez Walé »...
Une histoire à répétition aux couleurs -et tissus- de l’Afrique qui montre la vie au quotidien dans son bouillonnement. En cette veille de mariage, l’ambiance est à la joie et la solidarité.

coup de coeur Toclo Toclo et la fille tête-en-l’air / M. Diallo. - Vents d’ailleurs. - (Petits métiers)

« Toclo toclo, je découpe et je raccommode, couture tendance et moins cher, toclo toclo. » Il y va à l’instinct, Newton, pour confectionner à ses clients des vêtements “stylés.” Malheureusement, ses impulsions ne sont pas toujours heureuses et les clients crient au scandale. Jusqu’à ce qu’il rencontre la fille Tête-en-l’air qui saura l’inspirer de la plus belle façon...
Un album rythmé qui a une belle énergie, tant dans le style -très parlé- que dans l’image qui agence avec brio papiers collés, dessins et bouts de tissus.

coup de coeur Saïmiri / B. Deru Renard ; A.-C. de Boel

Saïmiri, « c’est une caïd ! répète souvent sa maman, elle n’a peur de rien. » Pour lui donner raison et malgré son interdiction de quitter les arbres, Saïmiri, petite singe-écureuil, s’aventure dans la jungle pour chercher des noix de cajou. Malgré la menace du terrible Thor le serpent. Elle rencontrera plusieurs animaux qui lui causent bien des frayeurs et la préviennent à leur tour du danger. A peine ont-ils formulé leur avertissement... « Et clac ! », coups de mâchoires...
Album très rythmé pour jouer à se faire peur, avec une héroïne obstinée, fanfaronne, inconsciente du danger environnant mais qui aura le dernier mot !

coup de coeur Fanfan / M . Sellier ; I. Fossier. - Editions courtes et longues

Fanfan vit avec sa famille d’autruches. Voilà qu’un vieux marabout s’en étonne et renvoie Fanfan à sa différence. Ainsi donc, il serait un éléphant ? Mais quelle est cette engeance ? Parti à la recherche de ses congénères, il croise de nombreuses espèces qui lui dressent la carte identitaire de ses caractéristiques physiques. Enfin, il trouve ses “semblables”. Mais est-il au bout de ses peines ?
Un thème classique, une illustration d’Iris Fossier qui l’est beaucoup moins ! Avec un mélange de gravures dorées, de dessins au trait cendrés, et d’aplats bleu indien, la quête initiatique de Fanfan se fait tout en poésie et légèreté. Le format de l’album qui s’ouvre dans une verticalité conforte cet aspect aérien.

coup de coeur Paris-Paradis / D. Jean, Zad ; B. Nemo. - 2 vives voix

Moussa ne peut plus garder ça pour lui : il confie à sa mère Saka-mama ses rêves d’avenir qui le portent vers Paris-Paradis. A chacun de ses arguments (argent, confort, santé...), Saka-mama rétorque, proverbes à l’appui, pour tenter de le dissuader, aidée du grand sage qui lui demande d’apporter son soutien en restant au village. Chacun est à l’écoute de l’autre, appuyant sa réflexion avec des exemples concrets de réussites ou d’échecs dans le grand départ. Mais entre la perspective d’un ailleurs riche de promesses et celle d’une réalité déjà connue, le choix de Moussa est fait...
Un texte fort, sans parti pris, sur l’émigration.

coup de coeur Tu vois la lune / A. de Lestrade ; A. Bernabé. - Anna Chanel. - (De toi à moi)

L’exode d’une famille vu par les yeux d’une petite fille qui imagine le pays lointain comme un eldorado... Aucune épreuve n’entache son “voyage sur la lune”. L’illustration, montre une réalité en décalage avec les propos de la fillette, plus abrupte, mais reste harmonieuse, en phase avec son enthousiasme. Quand on voit la vie par le prisme de l’eau, trésor absolu.

coup de coeur Comment le chagrin vint au monde / G. Bizouerne ; F. Teyssèdre. - Seuil

Conte étiologique d’Afrique centrale, construit en randonnée, qui pointe la cause originelle du chagrin sur terre. Une chèvre a perdu ses 2 chevreaux, “l’un est mort de trop (manger), l’autre de peu”. Elle ne put se consoler de cette douleur qu’en confiant sa peine à une fillette, qui elle même la transmit à sa nounou qui ... La peine fut en fin de compte dispersée sur les chemins. Les hommes qui les empruntent s’en imprègnent, “poignée de trop, poignée de peu”.
Le chagrin fait désormais partie de notre vie d’humain, heureusement soulagé par la solidarité qui permet de porter, bercer, emprisonner, supporter la peine.

coup de coeur Maïmouna qui avala ses cris plus vite que sa salive / Y. Pinguilly, N. Coulibaly ; C. Palayer. - Vents d’ailleurs

Maimouna est toute à sa joie de cette nouvelle journée ensoleillée qu’elle va passer avec ses amies. Mais l’ombre des oiseaux noirs chasse l’innocence, répand le sang. Souffrance indicible. Le mal est fait mais doit-il perdurer ? Et surtout, comment l’enrayer et protéger les petites sœurs ?
Un album tout en pudeur et suggestions sur le thème de l’excision, et qui par là, nécessitera peut-être un médiateur. Les illustrations de Caroline Palayer sont remarquables, tant pour les scènes de vie quotidienne africaine que pour l’expression des sentiments de ces petites victimes qui lutteront pour un avenir plus serein.

coup de coeur Le noeud de la girafe / M. Escoffier ; K. Di Giacomo. - Kaléidoscope

Qui n’a jamais eu le moral en berne ? La gorge se noue, les mots se refusent à sortir. Les amis tentent bien sûr de vous soutenir mais en vain. Quant aux médecins, leurs solutions sont loin d’être rassurantes... Le remède de cet album passe par le rire, dans une délicatesse qui gomme toute facilité.
Les animaux de la jungle sont croqués avec brio, avec un brin de folie et la solidarité qui les unie redonne également le sourire au lecteur.

coup de coeur La petite boîte jaune / F. Gilard. - Magnard

A grand renfort de Cling, clong, bing, le taxi de Monsieur Léo transporte cahin-caha toute une foule bigarrée...
Tous les sens sont en éveil et nous plongent dans l’ambiance africaine.

coup de coeur Méli-Mélo / M. Perrin. - Milan

Voici un livre-jeu plein de surprises, aux couleurs de l’Afrique. Formes, couleurs et motifs constituent des indices pour identifier les habitants de la savane, silhouettes judicieusement découpées. Beaucoup de rythme dans le jeu des questions-réponses.

coup de coeur Les crêpes de Mama Panya ; un voyage au Kenya / M. et R. Chamberlin ; J. Cairns. - Hatier. - (Album du monde)

Mama Panya va au marché avec son fils Adika pour acheter de quoi faire des crêpes. Avec 2 sous en poche, elle songe à ce qu’elle pourra acheter. Adika, lui, n’a pas ces considérations en tête et invite chaleureusement tous ceux qu’il croise en chemin... Mais Mama n’a pas de soucis à se faire, chacun apportera de quoi passer un moment très convivial...
Ce petit conte enjoué est complété, en fin d’ouvrage, d’informations documentaires sur le Kenya et de la recette des crêpes bien sûr !

Roman(s) :


coup de coeur une enquête signée Betty / Alain Korkos. - Nathan Jeunesse, 2015

Betty voit une femme s’engouffrer dans un taxi et laisser une statuette africaine sur le trottoir. Elle décide alors de mener l’enquête, une enquête qui va la mener dans l’art de la statuaire africaine et dans les symboles portés sur les tissus africains. Elle n’est pas au bout de ses surprises surtout si le très-beau-et-très-sublime-Lucas-Ikomé lui apporte son aide... Un petit policier bien mené avec une héroïne attachante qui fait découvrir au lecteur tout son petit monde. L’originalité du roman tient à l’univers de Betty Kobena et à ses découvertes. Sandy Morel

A partir de 10 ans

coup de coeur Mandela et Nelson : Le match retour / H. Schultz. - Ecole des Loisirs. - (Neuf). 2014

Une suite pour un match retour en Allemagne. Toute l’équipe n’en croit pas ses oreilles mais la proposition de l’entraineur est bien réelle : les inviter en Allemagne pour avoir droit à leur revanche. Les difficultés ne manquent pas au niveau de l’organisation et des finances, mais les adultes trouvent des solutions et c’est le grand départ ! Découverte d’un pays très différent, d’une hospitalité forte mais aussi d’un racisme décomplexé, l’expérience est incroyable pour les jumeaux et toute l’équipe. Les matchs tiennent moins de place que dans le premier tome, l’enjeu ici et de surmonter toutes les difficultés pour concrétiser ses rêves. Un livre positif. Petit bémol : la narration qui s’autorise quelques prolepses déroutera peut-être les plus jeunes auxquels est destiné le titre.

coup de coeur Pour un carré de chocolat / E. Fontenaille, C. Buono ; J. Coat. - Grasset

Jean Reno nous décrit sa vie à Boignykro, petit village de Côte d’Ivoire. La famille, les récoltes de cacao, la vie à l’école, le Bic et Daba, entreprise collective menée avec les autres enfants du village… Et surtout la belle Innocente, à qui il voudrait tellement offrir un carré de chocolat.
Ces quelques 60 pages illustrées dans un petit roman format carré destiné aux 8-10 ans, constituent un véritable dépaysement : un pan de vie africaine nous est raconté, dans un style extrêmement vivant qui témoigne d’une conscience aiguisée de la vie sociale et politique.
Autre lecture
Jean Reno monte une bande pour proposer de travailler après l’école aux gens du quartier. Le but est de récolter assez d’argent pour leurs besoins comme s’acheter des bottes pour se protéger des serpents vénéneux. Mais il souhaite aussi se rapprocher d’Innocente, voire lui offrir un carré de chocolat. Car s’ils ramassent et font sécher les fèves des cacaoyers, ils n’ont jamais la possibilité de connaître le goût du chocolat !
Cette fiction raconte le quotidien des enfants de Côte d’Ivoire de nos jours. S’ils ont compris l’importance de l’école, l’essentiel de leur vie est tourné vers les champs. Les enfants sont très autonomes et plein d’imagination. La famille semble assez absente du récit. Entre récit de vie et d’aventure, ce livre est comme une petite lucarne qui nous invite à partager des moments avec les enfants d’Afrique.
"Tu ramasses cabosse à terre sans y penser et CLAC- serpent t’attrape, tu peux rien faire et OUI tu peux mourir. En plus, tu as très mal avant la mort, tu deviens tout bleu et noir, tu te tords à terre en sifflant comme serpent et c’est vraiment affreux comme fin."

coup de coeur Ma / L. Atangana. - Rouergue. - (DoAdo)

Félix aime sa mère plus que tout. Même si celle-ci ne le comprend pas toujours, notamment à propos de sa soif de lecture et de connaissance. Mais tous les deux ont une relation très forte, attentionnée. Peut-être est-ce parce que Ma voulait tellement un enfant, et qu’elle n’a pas pu. Alors elle a volé Félix dans un orphelinat... Lui qui veut tellement partir voir le vaste monde, comment pourrait-il se résoudre à la quitter... Et voilà maintenant qu’il rencontre Magali, farouche et envoutante. Qui elle aussi, par son histoire douloureuse, créé des liens dorénavant impossibles à trancher. Si Félix ne peut partir, les livres seront-ils suffisants pour lui permettre de s’échapper ?

coup de coeur Le cœur n’est pas un genou que l’on peut plier / S. Panet ; P. Penot. - Thierry Magnier

Awa doit passer son bac français cette année. Elle a toujours vécu avec sa famille dans la banlieue parisienne. Mais un jour, contre toute attente, son père lui annonce qu’elle doit rentrer cet été au Sénégal afin de se marier avec un cousin à qui elle a été promise dès sa conception. Il s’agit d’une dette d’honneur, de l’argent ayant été prêté pour faciliter l’installation des parents d’Awa en France. Après le choc, c’est l’acceptation car elle ne souhaite pas être reniée par son père. Mais petit à petit le doute s’installe en elle... Et si un autre choix était possible ? Car la vie à l’occidentale continue à bouillonner autour d’elle : sa sœur répète en boucle sa pièce de théâtre de Molière et veut devenir célèbre, sa meilleure amie surfe sur les réseaux sociaux et sa tante est une femme libre !
Un récit rempli de bruit et de couleurs avec des personnages complexes et attachants. Le sujet est ici traité avec légereté et le dénouement le rapproche du conte de fée...
Autre lecture
C’est la douche froide pour Awa : alors qu’elle s’apprête à passer le bac de français, ses parents lui apprennent qu’ils iront cet été au pays pour la marier. Elle a été promise à un cousin dont le père facilita la venue de ses parents en France. Si elle refuse, elle jettera l’opprobre sur toute sa famille, qui la reniera. Sa tante Dado, très indépendante, veut l’aider, de même que sa petite sœur Églantine qui se destine à une carrière d’actrice. Mais quel plan pourrait bien déjouer ces projets d’une culture qui n’est ni tout à fait la sienne, ni totalement étrangère ?
Un thème grave traité avec légèreté : les dialogues sont très vivants, les personnages attachants et loin de tout manichéisme, le dénouement un peu facile mais peu importe, la problématique est posée. Le texte est de lecture facile et agréable, notamment grâce aux joutes de proverbes africains.

coup de coeur Adulte à présent / E. Sekloka. - Sarbacane. - (Exprim’)

Ce nouveau roman d’Edgar Sekloka nous conforte dans la certitude qu’il est un écrivain à part dans la littérature pour adolescents française. En effet, ce livre relève plus de la tradition littéraire noire et policière américaine. Les héros sont deux adolescents dont on ignorera le nom, ils seront "la cadette" et "le fils" tout au fil de l’histoire. Dans la première partie, on assiste à l’extermination de toute la famille de la jeune fille au Cameroun par les militaires du régime totalitaire en place. Alors que le peuple se soulève et que les massacres n’en finissent pas, contre toute attente, un membre du gouvernement lui donne de l’argent et l’aide à s’enfuir en Amérique. Elle est alors hébergée dans une famille dont le père trempe dans des histoires de drogue et autres petites affaires louches. La jeune fille issue d’une famille d’intellectuels se sent perdue dans ce milieu sordide. Heureusement, "le fils", à peine plus âgé qu’elle, est différent et sent immédiatement qu’à eux deux, une issue est possible. La fin est tragique mais tout reste ouvert...
Grandes qualités d’écriture et de narration pour ce second roman. Coup de coeur de Myriam

coup de coeur Mandela et Nelson / H. Schulz. - Ecole des loisirs. - (Neuf)

Mandela et Nelson sont jumeaux, animés par la même passion pour le foot. Une équipe d’Allemagne vient les affronter sur leur propre terrain, à Bagamoyo (Tanzanie). Les préparatifs sont de taille et Nelson, capitaine d’équipe ne chôme pas ! Terrain à mettre aux normes, joueurs à motiver, matériel à trouver… Autant de détails qui mettent en évidence les disparités financières (ballon de chiffon/cuir ; pieds nus ou baskets...)
Un roman prenant, même pour les non fan de foot, car il donne à voir aussi et surtout des scènes de vie africaine.

coup de coeur Je préfère qu’ils me croient mort / A. Kalouaz. - Rouergue. - (DoAdo Monde)

Kounandi est repéré par un recruteur de foot véreux qui va lui faire quitter son Mali natal pour Paris. Il raconte l’espoir, puis l’abandon, l’errance, la honte, les désillusions... Sur 100 jeunes africains qui quittent leur pays plein d’espoir, un seulement aura la chance de faire carrière dans le football.
Un roman poignant qui se fait l’écho de tous ces jeunes arrachés à leur famille (qui doit d’ailleurs bien souvent s’endetter à vie pour payer un avenir incertain à leur fils « prodige ») et pour qui bien souvent le chemin s’arrêtera aux portes d’un sordide centre pour sans papiers. Une belle écriture qui prend aux tripes et raconte sans concessions le parcours d’un jeune africain déraciné qui pense à son pays avec nostalgie et à sa famille avec honte. A partir de 14 ans.

coup de coeur Le roman de Sofia / H. Mankell. - Flammarion. - (Tribal)

Ce sont 3 romans rassemblés dans ce recueil, 3 temps de la vie de Sofia, jeune fille du Mozambique.
Le secret du feu raconte la vie de deux sœurs, Maria et Sofia exploser sur une mine anti-personnelle. La survivante devra faire preuve d’un courage hors du commun pour réapprendre à vivre.
Dans Le mystère du feu, c’est une autre sœur de Sofia, Rosa, qui est atteinte du sida. Quant à Sofia elle découvre dans l’amour, un bonheur qui lui semblait impossible du fait de son handicap.
Avec La colère du feu, Sofia est à nouveau frappée par le malheur : mère de trois enfants elle croit avoir trouvé le bonheur avec Armando. Mais avait-elle raison de faire confiance en l’amour d’un homme ?
Une écriture qui séduit d’emblée, synthétique, sans fioriture, qui va au cœur des faits et de l’émotion. Dommage qu’il manque des connexions entre les trois récits : Par exemple, Rosa n’apparaît à aucun moment dans le premier opus. Pour cette raison, on préfèrera la lecture séparée des tomes existants chez le même éditeur.
Quoi qu’il en soit, c’est une histoire très forte, avec une héroïne exceptionnelle habitée par un feu quelques fois apaisant, d’autre fois destructeur.

coup de coeur Patrice Lumumba, la parole assassinée / Y. Pinguilly. - Oskar. - (Histoire et société)

Une biographie de Lumumba, homme intègre et artisan de la libération du Congo dans les années 60. C’est un récit qui à la fois suit l’histoire singulière de cet homme mais qui replace aussi son combat dans les enjeux de la décolonisation et du néo-colonialisme.
Un excellent ouvrage pour aborder ces pages d’histoire peu glorieuses pour la Belgique et/ou le monde occidental qui décrypte les véritables buts de toute colonisation.

coup de coeur La liberté porte une chemise rouge sang / G. Halberstam. - Bayard, 2010

Victoria, 15 ans grandit dans un milieu familial chaleureux entre des parents aimants, un petit frère et une nounou de couleur. Nous sommes dans l’Afrique du Sud d’avant Mandela. Elle est en train de prendre conscience des violences infligées aux noirs mais au collège, elle se heurte aux méchancetés gratuites de ses camarades de classe. Son cœur bat pour Mawe, le fils de sa nounou, qui milite avec les noirs opprimés.
La situation tourne mal pour Maswe et Victoria qui l’aide et se trouve impliquée dans une tragédie. La famille qui se trouve subitement en danger fuit à Londres.
Deux ans plus tard, Victoria marquée par le drame qu’elle n’a pas oublié choisit de revenir faire ses études en Afrique du Sud et s’engager dans la lutte...
Un récit très bien documenté qui commence comme l’histoire classique de l’ado cachant un homme traqué, mais ce scénario fait vite place à un récit très accrocheur riche de détails aux accents très personnels.

A partir de 12 ans

coup de coeur Les guerres de Chanda / A. Stratton. - Bayard. - (Millézime)

Après toutes les épreuves qu’a subies Chanda dans le premier tome, la vie paraît s’acharner lorsqu’elle et surtout sa petite sœur et son frère, sont victimes de rebelles africains qui enrôlent les enfants pour asseoir la terreur dans les villages. Chanda, maintenant responsable de la fratrie, part à leur recherche avec l’aide de son ami Nelson, pour les libérer.
Toujours aussi bien documenté, l’ouvrage nous plonge dans la réalité des enfants soldats. Portée par le personnage de Chanda qui évolue de manière très juste, l’histoire gagne en intensité. Pour cette raison, si cette deuxième partie peut se lire indépendamment de la précédente, il est plus intéressant de l’envisager dans sa globalité.

coup de coeur Ali boum yé, le combat du siècle / B. Kongbo. - Oskar

Orphelin, Nago a été élevé par sa grand-mère dans un quartier de Bangi (Centrafrique). Il n’est jamais allé à l’école, faute de moyens. Un de ses plaisirs : aller au cinéma, lorsqu’il le peut. Un jour, il voit un film qui retrace le combat entre Mohamed Ali et Georges Foreman. Une vocation est née : Go sera boxeur. De victoires en coups durs, il trace son nouveau destin. Et si la boxe, un jour, ne fera plus partie de sa vie, elle lui aura appris à être volontaire et à croire en sa chance.
Un roman au langage très imagé qui nous immerge dans une Afrique populaire et très vivante.

coup de coeur Bienvenue à Goma / I. Collombat. - Rouergue. - (DoAdo Monde)

Elsa n’a qu’une idée en tête : être journaliste-grand reporter. Elle a beau n’avoir que 18 ans, sa détermination est sans faille. Elle se retrouve ainsi au Rwanda, au cœur de la guerre et de ses horreurs. En faisant ses premiers pas dans le journalisme, elle découvre que la réalité est bien plus complexe que celle que les média véhiculent, que le monde occidental est impliqué bien au-delà de la simple présence humanitaire.
Un roman clair sur un sujet qui l’est beaucoup moins, qui prend le lecteur au sérieux et lui offre une vision du monde sans concessions mais non découragée. L’héroïne, au-delà de l’adrénaline recherchée au départ, découvre le sens de l’engagement et fait sa place dans la marche du monde.
Autre lecture
Elsa, jeune photo-reporter part pour son premier reportage au Rwanda et enquête sur le rôle de l’armée française dans le conflit. On partage sa jeunesse et son désir de dire la vérité, mais aussi l’univers dur et tragique d’un génocide annoncé. Entre idéalisme et voyeurisme, le débat est ouvert. On n’évite pas la question douloureuse du rôle des français dans ce massacre. L’écriture reste romanesque avec quelques personnages pour donner du corps à l’histoire. Mais l’auteur donne une approche assez documentée de la situation, avec des réflexions intéressantes qui pourront faire l’objet de discussions en classe. Beaucoup d’humanité, une belle rencontre avec "l’autre".

coup de coeur La mémoire trouée / E. Combres. - Gallimard. - (Scripto)

RWANDA, avril 1994, la folie meurtrière explose contre les Tutsis. Emma, 5 ans survit, sera recueillie et protégée par une vieille femme Hutu, Mukecuru. Les années ont passé. Comment vivre après avoir vécu un génocide ? Les dernières paroles de sa mère "Tu ne dois pas mourir, Emma" sont toujours avec elle. Et puis il y a Mukecuru qui l’aide à comprendre ce qui s’est passé et aussi Ndoli, ce jeune garçon à la tête cabossée qui intrigue de suite Emma ... et un autre vieil homme rescapé lui aussi. Il sait écouter les victimes qui pourront, à l’heure des jugements "post-génocide", tenter de commencer une nouvelle vie malgré tous les cauchemars qui rôdent encore tout près...
Premier roman d’Elisabeth Combres sur un sujet grave et difficile ; il a l’immense qualité d’être écrit avec beaucoup de sensibilité et de pudeur.

coup de coeur Kaïna-Marseille / C. Zambon. - Actes Sud. - (D’une seule voix)

Récit intime, court (60 pages), dit comme en un seul souffle...
C’est un texte intense, lourd du parcours singulier de Mamata, petite fille de Kaïna.
Mamata quitte l’Afrique, pour échapper à un mariage forcé. Elle doit se rendre à Marseille. Mais ce voyage à la destination salvatrice s’accompagne de souffrances face à la dure réalité du monde des femmes africaines et de celui de l’immigration.
Une sorte de parcours initiatique qui malgré sa violence, fait preuve d’une foi en la vie impressionnante.

coup de coeur Sarcelles Dakar / I. Sané. - Sarbacane. - (Exprim’)

Djirael est un séducteur à la tchatche irrésistible, qui multiplie conquêtes et coups foireux. Il doit partir bientôt pour son pays d’origine, le Sénégal. Le lecteur plonge dans ces 2 univers à travers les yeux de ce jeune "Francenabé", tiraillé entre ses deux pays, entre rationalisme implacable et croyance dans les esprits africains.
C’est pourtant en renouant avec sa culture qu’il se réconciliera avec son histoire familiale, qu’il saura enfin qui il veut être. De retour en France, les aspirations se confrontent à la dure réalité, et cela laisse comme un goût amer...
Autre lecture :
Djiraël vit entre Sarcelles et Gare du Nord, il fait des petits trafics avec ses copains et il est amoureux d’une fille bien mais ne sait pas comment lui avouer !! Les vacances d’été approchent, Djiraël doit partir au Sénégal avec sa mère et son frère pour y rejoindre leur père qui s’y est établi. Le passage de la vie au Sénégal est une complète rupture pour Djiraël et le lecteur... On passe d’une vie speedée, pressurisée par le rythme infernal de la banlieue à un rythme plus lent, plus humain au Sénégal. L’attitude de Djiraël semble s’imprégner progressivement de sagesse. Il va à la rencontre des paysages, des gens, des traditions et de son père. Ce voyage est semblable à une initiation. Mais le retour en France le ramène de plein fouet à sa réalité de "francenabé".
Il s’agit d’un premier roman efficace et intense ; les émotions affleurent à chaque chapitre...

coup de coeur Fille des Crocodiles / M.F. Ehret. - T. Magnier

Pas facile d’affirmer ses opinions, surtout lorsqu’elles vont à l’encontre des traditions. C’est la difficulté à laquelle sont confrontées Mâ et sa petite fille Fanta, lorsque l’exciseuse arrive au village. Ce n’est pas le seul sujet de l’excision qui est abordé dans ce roman bien documenté, mais également la vie quotidienne au Burkina Faso, le lien avec les ancêtres et les esprits, la relation à la France, terre promise, terre hostile.
Un roman très humain qui montre un autre visage de l’Afrique, que l’on a trop lu par le prisme du sida.

coup de coeur Le secret de Chanda / A. Stratton. - Bayard. - (Millézime)

Sa petite sœur d’un an et demi vient de mourir et c’est Chanda qui doit marchander pour organiser les obsèques, pendant que sa mère pleure son enfant et que son beau-père s’enivre dans une gargote du quartier... Chanda raconte son histoire et celle de sa famille, dans un pays de l’Afrique subsaharienne rongé par le sida. Elle voudrait poursuivre ses études malgré la misère, les malheurs, les deuils. Elle va être confrontée à la « maladie de la honte » : le sida, et au secret, au silence dont on l’entoure. Le compagnon de sa mère, alcoolique et coureur, en meurt, sa mère est atteinte, son amie qui se prostitue est séropositive. Chanda soigne, entoure, prend en charge, et met fin à l’hypocrisie ambiante.
Voilà un beau roman sensible, solidement documenté. La tendresse affleure, notamment dans l’évocation des personnages féminins.

coup de coeur Princes des rues / E. Laird. - Gallimard. - (Folio junior)

Addis-Abeba, Ethiopie. 2 gamins que tout oppose, l’un pauvre et orphelin, l’autre originaire d’une riche famille, se retrouve à partager les galères de la rue. Si la réalité, crue et quelque fois sordide est décrite sans concession, c’est l’espoir et l’optimisme qui l’emportent, grâce à la solidarité qui lie tous les "godanas", membres d’une bande d’enfants de la rue qui vivent de la mendicité.
Un roman classique mais néanmoins passionnant, dont on suit les personnages au plus près grâce au style de l’auteur qui suscite l’empathie. Coup de coeur de Julie

coup de coeur J’irai avec toi par mille collines / H. Jansen. - Hachette. - (Livre de poche jeunesse)

Jeanne est rwandaise, Tutsi ; elle a été adoptée par la famille Jansen en Allemagne, suite au massacre de toute sa famille. Hanna, sa mère adoptive, nous fait le récit de la vie de Jeanne, avant et pendant le drame. L’histoire est entrecoupée de réactions de la romancière et d’événements du temps présent. Ce roman est d’une profonde tristesse et montre toute l’horreur et la barbarie de la guerre, même si un grand espoir existe pour Jeanne qui est aujourd’hui une adolescente épanouie. Coup de coeur de Julie

coup de coeur Binti, une enfance dans la tourmente africaine / D.Ellis. - Livre de poche jeunesse. - (Enfants du monde)

Binti, jeune africaine de 13 ans, vit relativement épargnée du Sida, avec son père, sa grande sœur et son petit frère au Malawi. Parce qu’elle participe à un sitcom radiophonique, elle se fait un joli complexe de supériorité et se croit à l’abri de tout. Mais tout change quand son père décède, sans doute de la maladie, et que ses oncles viennent récupérer dans la maison tout ce qui peut l’être. Y compris les enfants, qu’ils emmènent là où ils pourront être utiles. C’est comme ça que Binti et sa sœur sont séparées de leur frère, et qu’elles se retrouvent bonnes à tout faire chez un de leurs oncles. Sa sœur s’enfuit et envoie Binti retrouver leur grand-mère. Là-bas, Binti apprendra à vivre en communauté, avec tous les orphelins que laisse le Sida. Elle comprendra que la générosité et la solidarité peuvent aider à vivre. Sa sœur et son frère finiront par la rejoindre.
Un roman facile à lire dès le collège, idéal pour une première approche et une sensibilisation de la vie quotidienne en Afrique, ravagée par la pauvreté et le Sida.

coup de coeur Lettres d’Afrique / J. Sauvard. - Syros

Recueil de nouvelles sur le thème de l’Afrique à travers des portraits et tranches de vie d’enfants. L’auteure dessine des paysages empreints de sons et d’odeurs, à l’aide de phrases courtes et sensibles. Son écriture poétique fait voyager le lecteur avec légèreté dans un continent lointain qu’il fait sien.

Et aussi... :


coup de coeur Le ventre de l’arbre / Hassane Kassi Kouyaté ; Joëlle Jolivet ; Dramane Dembele. – Didier (Contes et voix du monde), 2014

Hassane Kassi Kouyaté, conteur et metteur en scène d’une famille de griot du Burkina Faso, fils du grand comédien fétiche de Peter Brook, Sotigui Kouyaté, nous emmène de sa voix savoureuse à l’écoute de trois contes issus de la tradition orale africaine :

- Le ventre de l’arbre (10mn) où comment la hyène se retrouva affublée de son postérieur bas et pourquoi les arbres restent fermés aux hommes
- L’arbre qui parle (7mn) où comment il y a toujours plus malin que soit dans la vie
- Petit Jean (7mn) où comment un paresseux très paresseux se révèle en être sage.

Initiateur du festival de conte Yeleen au Burkina Faso (18éme saison) et directeur artistique de la compagnie Deux temps, trois mouvements, H.K. Kouyaté joue avec gourmandise des mots, métisse les sonorités de la langue française et bambara, se moque de ses personnages (la hyène et le lièvre, animaux emblématiques des contes africains) où la stupidité de l’un rivalise avec la ruse de l’autre.
Entre chaque récit, pépite de sagesse des anciens et d’humour savoureux, les instruments d’Afrique de l’Ouest de l’artiste musicien Dramane Dembele donnent une respiration musicale et brève (flûte peul, n’goni, kora, tama). Les illustrations chaleureuses et puissantes de Joëlle Jolivet sont à la mesure de ces contes philosophiques, si riches d’humanité et merveilleux vecteurs d’éducation et de réflexion. Un bel hommage aux anciens, hommes de paroles et de transmission : « Je vais te raconter une histoire qui sera ma vérité, peut-être qu’elle t’aidera à trouver ta vérité. Si tu trouves ta vérité, peut-être qu’un jour nous irons vers la vérité. » Claire Py

Dans la même collection (Contes et voix du monde), découvrez aussi Mahboul le sage, trois histoires tirées du répertoire traditionnel du Maghreb.

A partir de 5 ans

coup de coeur Le serpent à fenêtre / Françoise Bobe ; Hervé Le Goff. – Père Castor, 2014

Tous les soirs, à la même heure, la girafe, reine de la savane, se met à courir vers une destination inconnue. Les autres animaux, intrigués, finissent par l’interroger. Sa réponse est surprenante : elle part voir le serpent à fenêtres. Quel est donc cet étrange animal ? Pour le savoir, un soir, ils se décident à suivre la girafe, et surprise, ce serpent-là n’en est pas vraiment un.
Cet album réédité dans la collection « Les albums en musique » est paru en 1999. Il est accompagné d’un CD d’une durée de 9 minutes. L’histoire joliment racontée et mise en musique, nous emmène immédiatement. Contrairement à d’autres histoires lues, le CD se suffit à lui-même, l’album ne représentant finalement qu’un plus. Ainsi, à vous d’aborder cette histoire comme il vous plaira : soit en la lisant, soit seulement en l’écoutant. Les différentes versions sont aussi agréables l’une que l’autre. Camille Touboul

A partir de 5 ans

coup de coeur L’ Afrique, petit chaka... / M. Sellier ; M. Lesage. - Réunion des musées nationaux

Petit Chaka est avide, il veut tout savoir de la vie de Papa Dembo. « Raconte, Papa Dembi, raconte-moi » : le quotidien, les esprits de la nuit et la magie... Tout une vie qui prend corps grâce aux illustrations de Marion Lesage mais surtout aux nombreuses incrustations de photos d’œuvres conservées au musée national des Arts d’Afrique et d’Océanie ; des masques, instruments, statues et autres objets rituels, provenant de différents pays d’Afrique :
- Poupée - Ghana
- Femme portant un enfant - Côté d’Ivoire
- Masque de fête - Nigeria
- Harpe - Centrafrique
- Masque double - Côté d’Ivoire
- Siège à dossier - Tanzanie
- Statuette en terre cuite - Nigeria
- Partie supérieur d’un masque - Nigeria
- Pelle à mil - Côté d’Ivoire
- Masque de pluie - Burkina Faso
- Masque coiffe - Cameroun
- Masque - Côté d’Ivoire
- Figuration de crâne perlé - Cameroun
- Statue magique - Zaïre
- Statue masque - Guinée
- Masque d’initiation - Gabon
- Masque de l’esprit d’une femme défunte - Gabon
- Tête en terre cuite - Nigéria

coup de coeur Bouki la hyène et Leuk le lièvre / B. Roamba ; Y. Bost. - Les P’tits Totems. - (Les contes d’Afrique)

Adapté d’un conte populaire africain : L’arbre qui parle. Bouki la hyène et Leuk le lièvre sont des personnages récurrents dans les contes africains. Ils illustrent un schéma narratif présent dans toutes les traditions : la victoire du plus faible mais plus rusé sur le plus fort même si ce dernier use lui-même de malice. La hyène a la particularité d’être un animal certes carnassier mais lâche et sournois.
L’album CD ne présente qu’un seul conte, ce qui paraît un peu mince pour un coût relativement élevé (18 €). Alors qu’elle a faim, Bouki tombe sur un arbre qui parle et foudroie ceux qui s’exclament : « Hoooooh, un arbre qui parle ! ». Elle bénéficie d’une seconde chance et décide d’en profiter pour prendre au piège des animaux curieux et les manger. Mais « A malin malin et demi » : Leuk le lièvre a observé le manège : il feint l’absence de mémoire pour amener Bouki à prononcer la phrase fatidique. La leçon est explicite : « Tel est pris qui croyait prendre ».
Les illustrations ne sont guère attirantes. Les couleurs dominantes sont l’ocre, le marron, différentes nuances d’orange. Au sein du paysage délicatement représenté, l’arbre et les deux protagonistes sont mis en valeur dans leurs expressions et attitudes très (trop) anthropomorphiques, soulignant l’humour du texte et de l’interprétation.
C’est le CD qui donne une véritable ampleur à l’ouvrage, car ce n’est pas une simple lecture mais bien un spectacle joué. La conteuse du Burkina-Faso est accompagnée à la cora par Bakary Diarra. Les changements de motif musical, les bruits de la nature signalent les principales péripéties. L’accent de Bibata Roamba constitue déjà un dépaysement. Sa lente narration fait progressivement entrer dans l’univers du conte. Elle donne vie aux différents personnages. Et surtout elle dialogue avec Bakary Diarra, dialogue qui souligne avec humour l’irréalisme du conte.
Un ouvrage au CD sympathique qui s’adresse aux jeunes enfants, non lecteurs ou apprentis lecteurs. Il offre une ouverture sur la culture africaine et permet des comparaisons avec d’autres contes.

coup de coeur Sous le flamboyant : Musique et couleurs d’Afrique / G. Colombet ; R. Guichard. - Buda Musique

Une traversée du paysage sonore africain à travers 16 musiques et chants qui nous font découvrir quelques particularités de chaque pays. Une double page pour expliquer le sens de la chanson et une autre riche en belles aquarelles pour illustrer la diversité africaine. Il aurait été cependant plus judicieux de traduire les paroles de chaque chanson qui portent toutes un message : transmission du savoir aux jeunes par les anciens devenus des Sages (Cameroun) , épopée du "Mansa", guerrier bâtisseur de l’empire Mandingue (Burkina Faso), les conseils indispensables des parents à leurs enfants (Ghana), une réflexion sur la culture sur brûlis (Madagascar), les messages codés des percussions (Guinée), la chance de certains source de réjouissance (Afrique du Sud), le griot musicien-conteur qui transmet l’histoire et la culture d’un peuple (Guinée). La musique répétitive et entraînante grâce à des instruments très variés est influencée par de nombreuses cultures. Liberté ou lutte contre l’injustice sont chantées ici avec beaucoup de conviction à l’ombre d’un flamboyant, l’un des plus beaux arbres ornementaux d’Afrique.
Un bon livre cd découverte du continent africain qui garde encore bien des mystères.

coup de coeur Anna-Belle : La dot / A. Mbebi-Bolzli ; Mayval. - Les P’tits Totems. - (Palabres d’ici et d’ailleurs)

L’auteur, qui a créé sa propre maison d’édition Les P’tits Totems Éditions, écrit des histoires inspirées des contes traditionnels qu’elle met en scène avec la compagnie de théâtre de marionnettes Les Toucouleurs, qu’elle a également fondée. L’histoire est classique, la morale explicite dès les premiers mots : « A trop vouloir gagner, on finit par tout perdre. » Un pauvre paysan n’a qu’une seule richesse, sa fille, Anna-Belle, extraordinairement belle. Pour la soustraire aux convoitises, il l’enferme le jour. Elle ne sort que la nuit pour aller puiser l’eau. C’est ainsi qu’elle rencontre Sala, un pauvre orphelin, dont elle tombe amoureuse. Lorsque le père se déclare prêt à la marier, il refuse successivement tous les prétendants, prétextant que leurs dons rituels sont insuffisants. Il finit par accepter la proposition d’un inconnu masqué...
Les illustrations au trait très marqué, presque un peu trop brut, et à dominante ocrée, sont faciles d’accès. On peut regretter néanmoins qu’elles ne rendent guère la beauté extraordinaire d’Anna-Belle, élément fondateur du conte.
Le CD comprend 3 plages : une brève introduction musicale ; le conte - d’ordinaire en Afrique, ce sont plutôt les hommes qui racontent mais ici le griot est une femme - ; la chanson de Bintou et Pedro, « les petits griots voyageurs », interprétée par Queen Etem et Mahop Marchand. La musique n’est pas spécifiquement africaine, ce qu’on peut regretter. La chanson finale est répétitive. Plus intéressants sont les bruits et cris d’animaux qui, ainsi qu’une discrète musique, s’entrelacent à la narration. L’interprétation du conte n’est pas très expressive, mais elle présente l’avantage d’une diction très claire, facile à suivre.
Le conte, accessible dès 3-4 ans, n’est pas désagréable mais n’apporte pas de véritable dépaysement.

coup de coeur Contes d’Afrique / P. Boille, A. Sanfo. - Eveil et découvertes. - (Ushuaïa junior)

4 contes d’Afrique (angolais, nigérian, sud africain) racontés par un musicien-conteur issu d’une famille de marabouts-voyageurs du Burkina Faso, Amadou Sanfo, et enregistrés en direct avec des enfants de Ouagadougou. Les contes choisis sont parfois connus. La chenille sans gêne a été publiée en 2005 chez Seuil. La queue du lapin était déjà racontée par Sarah Cone Bryant dans une version différente. Le conte le plus intéressant est l’oiseau extraordinaire, on retrouve des éléments de contes classiques : un oiseau aux pouvoirs étonnants, un ogre … mais dans une couleur très africaine et c’est sans doute le plus abouti de tous. Le conteur donne vie aux contes de sa voix chaleureuse, instaurant une complicité avec ses auditeurs, qui répètent en chœur certaine phrases, complètent des mots, lui donnent la réplique. La musique est très présente : préludes aux contes, ponctuation de la narration ou accompagnement discret d’instruments traditionnels, chants constitutifs du conte. L’album mêlant photos et dessins est plutôt réussie, malgré des zones de texte trop dense.
L’ensemble est donc agréable (pour un coût limité), facile à écouter en famille dès 3-4 ans, en classe pour une sensibilisation à la culture africaine dès 5 ou 6 ans.

coup de coeur Mes comptines d’Afrique / S. Mbodj ; G. Duhazé. - Milan. - (Turbulette)

Album cartonné destiné aux toutes petites mains, images réjouissantes, pour 10 comptines chantées par le conteur sénégalais Souleymane Mbodj qui a produit déjà plusieurs livres CD où il mêle contes et musique. Les percussions sont ici très présentes, mais l’impression reste douce. Certaines comptines présentées sont particulièrement originales : l’une est seulement composée de rythme de consonnes, une autre sur la paix propose les salutations en 5 langues : wolof, arabe, hébreu, peul et bambara ... Un petit texte situe le contexte propre à chaque comptine. Cette initiation aux couleurs de la musique et de la culture africaines se termine sur une double page qui montre des instruments traditionnels africains : kenkini, sabar, tama, balafon etc. Sur le CD, après les versions chantées, on pourra écouter ou jouer en groupe sur les versions instrumentales.
Un bel objet que l’on a plaisir à manipuler et écouter.

coup de coeur Ado-ka-fré / S. Victor. - Paquet

Une indication : la traduction du titre bambara qui équivaut au terme fripe. Ensuite, en pleine page, l’histoire d’un tee-shirt de sport. Fabriqué, porté, jeté, expédié, reporté, recyclé, transformé... le vêtement est le trait d’union entre un petit garçon occidental et un autre, africain, qui ont les mêmes rêves.

coup de coeur La sanza de Bama / J.-Y. Loude ; F. Mansot. - Belin

En Afrique, on dit que les sons magiques produits par la sanza peuvent transformer l’être le plus méchant en champion de la gentillesse et changer la violence en tolérance. Longtemps les humains n’eurent pas connaissance de ce merveilleux instrument de musique qui adoucit les mœurs. Les puissants génies, les djinns, ne pouvaient pas confier ce trésor à n’importe qui. Ils attendaient que Bama naisse...
Edité en collaboration par RFI et les éditions Belin, ce coffret présente en fait deux éléments complémentaires ; d’une part un album racontant l’histoire de Bama, dépositaire du secret de la sanza et d’autre part un CD comprenant 9 morceaux de musique de différents pays d’Afrique avec des sanza différentes.
Au final, ce livre cd conviendra à des enfants curieux de découvrir une culture à travers la magie d’un conte porteur de tolérance et l’ivresse de la musique. Dès 5-6 ans.

coup de coeur Contes et sagesses d’Afrique / S. Mbodj ; M. Lafrance. - Milan. - (De bouche à oreille)

Huit contes du Sénégal, aux morales explicites (« Si vous voulez que les connaissances fassent le tour du monde, c’est aux enfants qu’il faut les confier »), ouvertes (« Est-ce par la vérité que l’on accède à la liberté ? Ou bien est-ce par le chemin de la liberté que l’on accède à la vérité ?) ou non, traitent de la vérité, du savoir, de la place des anciens dans la société, du pouvoir, du rapport entre les hommes et les animaux. Ils sont accessibles dès 4-5 ans, mais se prêtent aussi à des comparaisons interculturelles.
Le sommaire au début de l’album permet de sélectionner les pistes du CD qui font alterner contes et musique (instruments traditionnels et/ou chant) : Bey la chèvre et ses 3 vérités ; Qui est le maître, qui est l’élève ? Voyage au pays du fleuve sacré ; Le lion fou ; Qui est le plus fort ? ; Le roi et le génie du lac ; La discorde ; Pourquoi les chèvres courent-elles derrière les voitures ? Cette alternance, la diction chaleureuse, variée, parfois entrelacée à une musique discrète, rendent l’écoute plaisante.
Les illustrations colorées, stylisées et humoristiques, campent bien les caractères et les péripéties : elles aident les jeunes enfants à suivre les histoires, invitent à tourner les pages par une mise en page dynamique sur fond blanc. Quelques illustrations en pleine page soulignent des scènes marquantes. Le texte est assez lisible, les morales mises en évidence en gras.
Un ouvrage agréable, entre humour et sagesse, pour l’enfant seul ou accompagné.

coup de coeur La mouche qui a piqué Koto / F. Mousset ; A. Balmigère. - La Sablier

Koto, petit africain, est malade. Malade d’ennui. Personne autour de lui ne connait ce mot, ne comprend ce qu’il peut ressentir. Le sorcier évoque une mouche qui l’aurait piqué. Voici Koto en chasse contre toutes les mouches, causant de nombreuses catastrophes ! Quand il rencontre Alizé, la meneuse de troupeau, l’enfant découvre comment s’arracher à l’ennui.
Jolie fable où l’on mesure le pouvoir de l’ouverture aux autres. Découverte de l’Afrique par les illustrations de l’album, le texte (place de 10 mn pour le CD), et la musique discrète. Dès 4 ans et au-delà.

coup de coeur Diakhéré / M. Sall ; S. El-mur. - Lirabelle. - (Conte de Mauritanie)

Narrateur africain, chants du narrateur et percussions africaines. Belles illustrations. Conte en français puis en africain.
A la naissance de Diakhéré, son père meurt laissant seul sa femme et ses sept filles. Survient une famine qui décime bêtes et gens. La mère se résout alors à manger ses six filles ainées. Elles disparaissent donc les unes après les autres, et à chaque fois, la mère explique à ses filles restantes que leur sœur a épousé un homme riche qui est venu la chercher et en échange leur a donné de la viande. Diakhéré à force de manger de la viande humaine se transforme en sorcière capable de se changer en oiseau. Tout d’abord tourterelle que sa mère pourchasse, puis rapace qui finira par vaincre sa mère en l’avalant.
Conte au symbolisme très fort (pour les africains, sans doute), pour grandir il faut se séparer de sa mère. Des références culturelles sont aussi abordées selon lesquelles une naissance, correspondant avec un décès, est vue comme un mauvais présage.

coup de coeur 10 contes d’Afrique : Nouvelles histoires du conteur / S. Mbodj, C. Guibbaud ; Laurent De Wilde. - Milan

S’adresse à des CM. Les contes ont une morale, de l’humour, de la philosophie. Le narrateur est africain, il est accompagné de musique traditionnelle pendant et entre les histoires.

coup de coeur La musique africaine : Timbélélé et la Reine lune / C. Helft. - Gallimard. - (Mes premières découvertes de la musique)

Une certaine déception à l’écoute de cet album CD qui propose de nous faire découvrir la musique africaine alors que c’est plutôt un conte africain qui nous est proposé ici. Le thème exploité est classique : « tel est pris qui croyait prendre », il est ponctué de sons d’instruments africains. Malgré tout, il y a de beaux morceaux composés par Touré Kunda. En fin d’ouvrage quelques pages documentaires assez pédagogiques autour des instruments et leurs origines. A partir de 6 ans.

coup de coeur Mémoires de Griot / S. Camara, A. Boscher. - Points de suspension

Un petit bijou ! ! !
Livre : 4 contes significatifs et bien écrits :
- 2 contes philosophiques, d’environ 10 mn chacun, Les 3 frères : « la musique est une grande richesse » ; la richesse matérielle est une illusion. La dame du fleuve : « Pour connaître le chemin qui mène à la vérité, il te faut être patient, accepter les choses que tu ne peux changer, et vivre avec les autres ».
- et, entre les 2, 2 contes étiologiques, plus courts, moins de 5 mn chacun, La chèvre et la hyène ou pourquoi la hyène est-elle bête ? Pourquoi la grenouille a les yeux exorbités et les fesses plates ?
Illustration : très belle avec des collages et des dessins légendés avec beaucoup d’humour. Elle enrichit véritablement le texte.
CD. Les histoires ne sont pas lues, mais vraiment racontées par un conteur africain. On n’est pas seulement sensible à l’exotisme de l’accent mais au professionnalisme du griot. II n’y a pas de correspondance exacte, mot pour mot, entre le texte écrit et le texte oralisé : pas de redondance entre livre et CD. On écoute le CD comme on assisterait à un spectacle vivant et chaleureux, doté d’un début et d’une fin : les contes sont introduits, puis suivis d’une conclusion, avec musique, chant et formules d’entrée et de sortie - (qui ne figurent pas dans le livre).
Livre et CD peuvent exister séparément et ensemble : ils se complètent sans se répéter. L ’ouvrage présente toute la richesse, tout l’intérêt du livre-CD. Très, très réussi. Excellente qualité.

coup de coeur Tiguê Guêlê : Celui qui a la main dure / F.Diep ; R.Karray. - Lirabelle. -(Contes du Burkina Faso)

Conte africain au message clair : l’avarice en matière de nourriture contrevient aux lois sacrées de l’hospitalité. Tiguê guêlê est avare au point de tout sacrifier y compris son fils.
Les illustrations du peintre tunisien Raouf Karray, le conteur, la musique ponctuée de chants diaoula, tout concourre à nous plonger dans une atmosphère africaine.

coup de coeur Comptines et berceuses du baobab / C. Grosléziat, P. Mindy ; E. Nouhen. - Didier. - (Album CD)

Un superbe album/CD qui retrouve le patrimoine oral des comptines et berceuses des pays d’Afrique de l’ouest. Des interprétations vocales de qualité avec un accompagnement musical d’instruments traditionnels. Grande beauté des illustrations d’Elodie Nouhen, techniques picturales et tonalités chaudes en adéquation avec l’univers africain. Chaque comptine transcrite dans la langue du pays est traduite en français et accompagnée d’un commentaire sur le contexte culturel et la gestuelle. Un bel album CD à l’image de toute la collection.

coup de coeur Turlututu, rien ne va plus ! (un conte d’Afrique de l’Ouest) / S. Roberge Blanchet ; P. Constantin. - Les 400 coups. - (Les petits contes)

Contexte : En période de famine, il est tout de même bien dommage de négliger un champ en friche, même si celui-ci appartient aux génies de la terre.
Ce qui est répété :
Une voix aigrelette (se fit entendre) : TURLUTUTU, rien ne va plus ! TARATATA, qu’est-ce que c’est qu’ça ?
Le paysan expliqua (...)
Quoi qu’il en soit, y a qu’à demander, y a qu’à demander...
Remarques : Dénouement dramatique
Age : Pour les plus grands

<<< Retour à la page précédente

© Association Croqu'Livre - Centre régional de ressources en littérature jeunesse