couv

(Ne prend pas en compte les mots de moins de quatre lettres)

Croqu’livre

L’Association
> Le CRRLJ
Nouveautés
Sélections annuelles
Sélections thématiques
Formations
Groupes lecture
Temps forts
Contact
Quoi de neuf

Le livre jeunesse en Franche-Comté

Auteurs-illustrateurs
Conteurs
Associations
Editeurs
Salons et évènements
Prix et concours
Spectacles

...et au-delà

Actualités
Spectacles
Expositions
Liens

Dernière mise à jour :
dimanche 25 septembre 2016

Mot Clé : Anorexie/boulimie


Roman(s) :


coup de coeur Si tu voyais ça, papa... / S. Vaillant. - Oskar, 2014

Après la mort soudaine de son père, Ombeline se retrouve souvent seule chez elle. Sa mère a intégré un mystérieux groupe de « soeurs », son frère fuit le domicile et sa sœur se consacre corps et âme à ses études.

Reste le Lycée qui l’aide à ritualiser ses journées même si elle a du changer d’établissement ! Mais lorsque sa mère disparaît et que sa sœur fait un malaise, les grand-parents comprennent qu’il est urgent d’agir !

Un roman sur la trop grande responsabilité laissée à certains enfants à qui on vole leur jeunesse mais qui aborde aussi de façon assez frappant les questions de secte et d’anorexie. Intéressant. Marion Uteza

A partir de 11 ans

coup de coeur La liste / S. Vivian. - Nathan

Chaque année, un mois après la rentrée, le lycée de Mount Washington vibre autour d’une liste. Pour chaque niveau scolaire, « la plus moche » et « la plus belle » sont distinguées. Car oui il n’y a que des filles. L’auteur de la liste ? Inconnu. Les conséquences ? Des ravages, des deux côtés. « Quelqu’un s’est permis de vous sortir du lot, de vous coller une étiquette et de vous réduire arbitrairement à votre dimension la plus superficielle. »
Nous suivons les 8 jeunes filles depuis la publication de la liste jusqu’au bal de rentrée, une semaine plus tard. Il faut soi-même encaisser la nouvelle et surtout gérer les réactions des autres élèves. Plus que jamais à cet âge où l’on se construit dans le regard des autres, cette épreuve de la liste n’est pas sans conséquences. Et le besoin de reconnaissance bride toute sincérité et corrompt toute spontanéité.
Le style n’est pas des plus recherchés, qui suit au jour le jour les réactions des jeunes filles et il est beaucoup question de tenues, maquillage, coiffure, silhouettes... mais tous ces artifices laissent entrevoir les doutes, les failles, les solitudes aussi.

Autre lecture
Être sur la liste comme étant une des plus belles ou des plus moches filles du lycée, voilà ce qui arrive à nos fausses héroïnes. Elles se révèlent toutes affectées par cette nomination. Mais c’est pour Jennifer, nommée pour la quatrième fois la plus moche fille en quatre ans, que l’épreuve risque d’être le plus difficile... C’est sans compter sur le nouveau proviseur qui a décidé de trouver le responsable et de faire cesser cette terrible tradition...
Un roman aux nombreux personnages, plus à plaindre les uns que les autres, qui a le mérite d’évoquer la dictature de l’apparence et ses méfaits : manque de confiance en soi, anorexie ou encore fausses amitiés... Les faits évoqués sont souvent cruels et sonnent vrais. Un récit qui fait réfléchir et il est difficile à la fin de l’ouvrage, au dénouement inattendu, de prendre position pour ou contre l’attitude de certaines filles. Reste la morale qui revient à plusieurs moments de l’histoire : le plus important n’est pas le regard porté par la collectivité sur une personne à un moment donné mais les liens personnels que l’on tisse au fur et à mesure de notre existence... Un livre à, contre toute attente, méditer !
« Dans quelques années, tout le monde aura oublié ce bal, tout le monde aura oublié qui était la reine. Ce dont vous vous souviendrez, c’est de vos amis, des liens que vous aurez tissés. C’est à ces choses-là qu’il faut s’accrocher. »

Autre lecture Cette histoire se passe dans le lycée de Hount Washington. Tous les ans, deux filles sontsélectionnées par des personnes inconnues, qui font La Liste. Dans chaque niveau, la plus moche et la plus belle sont nommées. En 3ème, Danielle alias Dan the Man qui remporte le prix de la plus moche et Abby, très coquette, l’opposée de sa soeur aînée, pour la plus belle. En seconde, Candace, une peste de première devient la plus moche face à Lauren, une nouvelle, d’une beauté naturelle. En 1ère, c’est Sarah qui -on dirait- fait tout pour être la plus moche, et Bridget qui a perdu beaucoup de poids pendant l’été. Et pour finir en classe de terminale, pour la 4ème année consécutive Jennifer pour la plus moche et pour la plus belle, la future reine de la rentrée, Margo.
Mais QUI est derrière cette liste affichée partout dans le lycée, avec ce fameux tampon qui avait été volé il y a une dizaine d’années (devenu maintenant une pièce de contrebande) ?
Découvrez les sentiments et le quotidien des huit filles qui devront faire avec et en tirer parti si possible. Ce livre est très amusant, tout en parlant de choses sensibles mais en restant dans la vie des lycéennes. Nina, 14 ans.

coup de coeur Pieds nus dans la nuit / M. Jarry. - Thierry Magnier

Louise s’était sentie bien, entière et heureuse, lorsqu’elle avait fait la connaissance de Tom, de Claire -qui sait si bien lui donner confiance- puis de Baptiste. Ils formaient une bande -et deux couples- soudée, complice, à n’en point douter : inséparable. Et pourtant, Claire est tombée malade, rongée par l’anorexie, et chacun s’est peu à peu éloigné. Chacun sauf Claire qui ne comprend pas, qui ne peut accepter qu’une relation si belle se termine de la sorte. Pourtant Claire avait donné un indice : "Peut-être que le meilleur, je l’ai déjà vécu." Alors, pour Claire et Louise, il faudra trouver le moyen de réconcilier passé et avenir… Pour la narratrice du roman, cela passera par une œuvre d’art qui veut "créer un lieu de souvenir."
Se souvenir, Oublier, S’arracher... 3 parties -dont la première peut paraître un peu larmoyante- pour ce roman de reconstruction qui trouve le moyen de sauvegarder la beauté de cette parcelle d’adolescence pour, enfin, oser avancer.

Autre lecture
Louise doit passer son bac. Mais le monde autour d’elle s’écroule : sa meilleure amie est hospitalisée et elle est trahie par son petit ami. A quoi se raccrocher ? Comment se reconstruire ? Les paroles des adultes sont maladroites et Louise sombre... Jusqu’à ce que...
Après une première partie qui présente le cocon qui soude les quatre jeunes dans l’amitié et l’amour, c’est l’explosion. La seconde partie, que j’ai particulièrement apprécié, fait éclater ces repères et isole peu à peu notre héroïne qui finit par se retrouver face à elle-même. En dépit de passages parfois un peu brouillons, comme la vie, j’ai beaucoup aimé le récit qui nous amène dans la peau d’une adolescente, ses angoisses, ses rêves... J’ai trouvé beaucoup de justesse et d’émotions dans la retranscription du mal être, de la séparation. Un très beau livre.
«  Je ne risque pas de sortir un jour de chez moi pour me prendre un autre obus, tout a été détruit dans ma vie, vous étiez mon absolu et mon refuge, mon seul horizon et mes plus beaux souvenirs, je n’ai nulle part où aller, je suis prisonnière chez moi avec ma mère, je n’ai rien à faire, rien à vivre, je veux que ça s’arrête, maintenant, je veux m’endormir et me réveiller quand j’aurai oublié vos visages et vos noms. »

coup de coeur Demander l’impossible.com / I. Cohen-Janca. - Rouergue. - (DoAdo)

Dans Demander l’impossible.com, Irène Cohen-Janca met en scène Antonin, un adolescent comme les autres, pas forcément mal dans sa peau, mais pas forcément à l’aise, pas forcément doué au lycée, mais pas mauvais non plus. Il est un peu amoureux mais peut-être pas finalement, un adolescent qui cherche sa place dans une famille a priori ordinaire, à côté d’une sœur en apparence parfaite, côtoyant souvent son oncle soixante-huitard boudé par ses parents. Une famille apparemment calme et sans histoire mais qui va être mise à l’épreuve avec la découverte de l’anorexie de la sœur ainée d’Antonin.
Antonin qui, au début du roman, peut rappeler le héros d’Anne Percin, Maxime, dans Comment (bien) rater ses vacances, à cause de son flegme et son humour pince sans rire, évolue grandement, grandit, devient adulte. Ses convictions s’ébranlent en même temps que les épreuves s’imposent et il ne peut plus rester sur ses acquis, sur sa réserve, sur son laisser-aller, il est obligé de se poser toute une série de questionnements sur le sens de la vie, la famille, les secrets de famille, les relations amoureuses.
Le roman prend alors une profondeur qui n’était pas forcément attendue au départ, il devient touchant et soulève des questions forcément proches des adolescents. Une belle découverte.
Autre lecture
Comment bien grandir ? Comment entrer dans le monde adulte lorsque les modèles environnants ne donnent pas envie ? Antonin et sa sœur Emma sont à l’âge où ces questions sont d’importance. Antonin, en croisant tous les matins un SDF au regard pénétrant, ne peut rester indifférent, ce qui consterne sa petite amie. Emma, jusqu’alors fille et élève modèle, n’a plus que la peau sur les os et rejette le modèle de vie de ses parents "vulgaires et normopathes." Max, l’oncle soixante huitard qui vit seul avec ses souvenirs, offre un autre modèle, comme une fuite… Antonin le "petit "de la famille pourrait bien être celui qui est le plus clairvoyant. D’abord incertain, puis s’affirmant de plus en plus, il ouvre les yeux de ses parents, de sa petite amie, de lui-même, dans la compréhension de ce qu’il veut faire de sa vie.
Un roman grave mais loin d’être désespéré puisqu’il montre que rien n’est établi et que chacun peut réinventer sa vie, pour peu qu’il rencontre un regard attentif.

coup de coeur Les filles chocolat, tome 3 : Cœur mandarine / C. Cassidy. - Nathan

Summer a pour passion la danse. Une mauvaise audition l’amène à se croire trop grosse. La perspective d’une nouvelle chance pour intégrer une école de danse prestigieuse fait qu’elle entame une guerre contre les calories. Elle commence à manger moins, puis à ne presque plus manger du tout... Son entourage et sa famille ne savent pas toujours comment réagir...
Un récit qui rend le personnage de Summer très attachant. La jeune fille qui dans les premiers tomes semble parfaite voit ici son identité craqueler, ce qui la rend très humaine. Le thème sensible de l’anorexie, du stress et du rapport à la nourriture est bien traité. L’écriture est toujours agréable et la famille continue à évoluer sous nos yeux, à notre plus grand plaisir.
Autre lecture
C’est au tour de Summer de prendre la parole dans ce troisième tome des filles chocolat. L’univers de Summer a toujours été la danse, elle a aujourd’hui l’opportunité de rejoindre une école spécialisée. Les sélections ont lieu dans quelques semaines, elle s’entraîne au-delà du raisonnable et surtout s’alimente plus qu’épisodiquement. Dans sa volonté de contrôle sur sa vie, elle arrive de moins en moins à gérer ce qui lui arrive. Doutes, peurs, sa vision de la vie se trouve complètement biaisée et elle perd pied. Sa mère et Paddy sont en lune de miel, sa jumelle est amoureuse, vers qui peut-elle se tourner ? Heureusement, il y a Tommy celui qui l’agaçait tellement mais se révèle tellement attentif…
Le thème de l’anorexie traité sur une période de quelques semaines seulement rend le propos est un peu rapide mais l’approche reste néanmoins juste dans sa description.

coup de coeur Le faire ou mourir / C.-L. Marguier. - Rouergue. - (DoAdo)

Damien est un écorché vif, avec une sensibilité exacerbée. Effrayé par son père à la discipline de fer, il subit, se tait, s’éteint. Mais lorsqu’il fait la connaissance de Samy, plus âgé que lui mais surtout plus sûr, plus en phase avec ses sentiments, il découvre une manière d’être qui le touche au plus haut point. Samy devient son ami, son guide et plus encore. Dès lors, il lui faut changer. Le faire ou mourir. Ce sont les 2 évolutions que l’auteur explore, celle de l’affirmation de soi, celle de l’impossibilité de se faire entendre et les drames qui en résultent. Si les personnages sont très touchants -Dam avec sa fragilité et ses douleurs, Samy avec sa douceur et sa sincérité- l’un manque un peu de contrepoint, l’autre de failles. Mais la sensibilité de l’auteur sauve ces manques de nuances et dépeint un monde de souffrance non dénué de solutions.
Autre lecture
Intelligent, sensible, bon élève, obéissant, craintif, Damien est depuis toujours l’objet des railleries familiales et la victime des bagarres à l’école. L’année de ses 16 ans, il tombe amoureux de Samuel, ce qui amplifie sa difficulté à vivre. Son mal-être est violent : anorexie, désespoir, mutilations. Quand ses parents découvrent son homosexualité l’auteur propose deux fins possibles à ce récit, déterminées par leurs réactions : le drame sanglant quand Damien comprend qu’il ne sera jamais accepté tel qu’il est, une perspective d’avenir quand l’amour des parents dépasse les préjugés.
C’est cette double fin qui finalement donne tout son sens à ce texte et qui montre à quel point l’adolescent et/ou l’enfant est sensible aux jugements portés, à l’amour reçu, aux conventions intégrées. La culpabilité de Damien montre aussi combien la question homosexuelle pose encore problème dans notre société.
Dommage ceci dit d’avoir pris le parti de faire de Damien un martyr presqu’en permanence. Néanmoins il fallait un certain culot pour choisir de traiter ce thème, l’écriture est précise, sans voyeurisme, un vrai sujet de société pour très grands ados.

coup de coeur 2 filles sur le toit / A. Kuipers. - Albin Michel. - (Wiz)

Sophie a décidé de faire comme si rien n’était arrivé. Sa rentrée sera celle d’une ado normale. Mais on ne refoule pas aussi facilement un drame tel que celui qu’elle a vécu : perdre sa sœur aînée lors d’un attentat dans le métro. Avec l’aide d’une psy, par l’écriture de son journal intime, en fréquentant de nouvelles personnes, Sophie essaie d’avancer. Mais le drame la rattrape encore et toujours. Enfermée dans sa propre douleur, elle ne voit pas les problèmes de sa meilleure amie qui s’enfonce dans la boulimie.
Un roman qui montre combien le deuil peut nous plonger dans des affres de douleurs et de fragilité. Un bémol : on se demande longtemps comment est morte la sœur aînée, l’auteur éveillant ainsi une curiosité quelque peu malsaine.

coup de coeur Comme une plume / S. Vidal. - Oskar

Bestiole et Rose sont les meilleures amies du monde, elles partagent tout ou presque. En effet, lorsqu’elles abordent le problème de Rose avec la nourriture, elles se fâchent. Quand Rose est hospitalisée, elle refuse toute visite, y compris celle de Bestiole. Mais grâce à la complicité d’Ismaël, Bestiole va contribuer à la guérison de son amie, en lui concoctant des macarons très spéciaux : chaque jour une saveur différente, dictée par Rose.
Une histoire douce/amère, un peu rapide, sur l’anorexie. Mais le thème n’est pas le seul intérêt de ce récit qui nous fait aussi partager la vie quotidienne d’une ado : vie familiale avec un système de garde alternée, amour…

coup de coeur Comment j’ai disparu / A. M. Vrettos. - T. Magnier

Le premier chapitre donne le ton : Donnie, 14 ans, fera tout ce qu’il peut pour faire revenir à la vie sa grande sœur Karen, en vain. Tout le roman revient ensuite sur leur vie en famille, Donnie et Karen s’inventant mille subterfuges pour fuir les bagarres perpétuelles des parents, l’arrivée d’Amanda, l’amie précieuse mais qui déménagera à nouveau, puis celle de la maladie de Karen, insidieuse mais creusant sûrement son sillon, jusqu’au drame.
Ici, l’anorexie est racontée par le petit frère. Celui qui vit l’enfer des repas et la solitude de l’inquiétude. Celui à qui on ne dit rien et qui perçoit pourtant tout dans les moindres détails. Celui qui tâche de se faire remarquer le moins possible pour que ses parents polarisent leur soin sur Karen. Celui qui, à force de penser aux autres, finit par ne plus savoir qui il est, s’il existe encore seulement.
La mort de Karen ne constitue donc pas un dénouement, elle apparaît au contraire comme le commencement de l’histoire de Donnie, qu’il va enfin se donner le droit de vivre. Et l’on mesure le drame que constitue la maladie lorsqu’on se rend compte du soulagement éprouvé quelque part par la famille.

coup de coeur Zouck / P. Bottero. - Flammarion. - (Tribal)

Anouck - dite Zouck - est une adolescente apparemment heureuse qui s’épanouit dans la danse. Un jour, elle surprend une conversation entre sa prof de danse et un célèbre chorégraphe, et apprend que son physique "un peu rond" ne correspond pas à celui d’une bonne danseuse. Elle se laisse alors entraîner dans la spirale des régimes et sombre dans l’anorexie.
Plus que l’anorexie, ce sont les problèmes de non-communication, d’incompréhension, de souffrance, d’angoisse et de solitude qui sont traduits par Pierre Bottero à travers l’expérience de Zouck. La lecture de ce roman, très fluide et très rapide, nous fait ressentir de façon réaliste l’engrenage de l’anorexie. Sans s’apitoyer, le lecteur accompagne Zouck dans son cheminement, de la descente progressive jusqu’aux limites de l’hospitalisation à la difficulté de remonter la pente.

coup de coeur Sobibor / J. Molla. - Gallimard. - (Scripto)

Qu’y a-t-il de commun entre Sobibor, camp d’extermination polonais de la seconde guerre mondiale et Emma, jeune anorexique qui vit aujourd’hui ? Il semblerait que ce soit ses grand-parents : sa grand-mère laissant échapper de drôles de phrases certaines nuits de cauchemars. Emma est alors rongée par la recherche de vérité sur ses grand-parents qui l’entraîne tout doucement vers la mort si personne n’intervient.
Comment peut-on vivre sans comprendre, ni accepter son passé ? Cette histoire propose un point de vue intéressant et original sur la période de troubles qu’a été celle des camps : celui de la jeune génération et celui des "salauds".
Un récit poignant qui nous laisse perplexe sur l’être humain.

coup de coeur La vie peut-être / A. Cathrine. - Ecole des loisirs. - (Médium)

Des phrases courtes, des phrases choc. Il est question d’amour une fois de plus dans ce roman d’Arnaud Cathrine mais d’un amour perdu. Sofia est morte, elle était anorexique. Florian est vivant et part à la recherche du moindre signe de son amie en se faisant interner dans l’hôpital où elle s’est éteinte. La rencontre avec Mehdi, son éducateur, lui sera salutaire. Les romans de cet auteur sont différents parce qu’ils possèdent une grande force dans les mots mais également de la pudeur. Une qualité qui caractérise souvent les adolesents et que l’on ne trouve pas dans tous les livres les concernant...

<<< Retour à la page précédente

© Association Croqu'Livre - Centre régional de ressources en littérature jeunesse