couv

(Ne prend pas en compte les mots de moins de quatre lettres)

Croqu’livre

L’Association
> Le CRRLJ
Nouveautés
Sélections annuelles
Sélections thématiques
Formations
Groupes lecture
Temps forts
Contact
Quoi de neuf

Le livre jeunesse en Franche-Comté

Auteurs-illustrateurs
Conteurs
Associations
Editeurs
Salons et évènements
Prix et concours
Spectacles

...et au-delà

Actualités
Spectacles
Expositions
Liens

Dernière mise à jour :
dimanche 25 septembre 2016

Mot Clé : Petit chaperon rouge




Album(s) :


coup de coeur Le grand méchant livre / C. Leblanc ; C. Des Ligneris. - Seuil. 2014

Amélie Mélo, marinière rouge, se rend chez sa grand-mère avec son panier. Elle rencontre le loup qui mangerait bien cette « mignonnette ». Mais même si un certain nombre d’éléments porte à croire que nous allons lire un conte bien connu, un objet central va modifier le cours de l’histoire : un livre ! Un livre terrible, terrifiant, qui renverse la donne. Ajoutons tout de même à cela la personnalité affirmée de l’héroïne, un vocabulaire tonique, et vous obtiendrez une version détournée sympathique du Petit chaperon rouge.

coup de coeur Le petit chaperon qui n’était pas rouge / S. Beau ; M. Desbons. - Milan. 2014

Ce chaperon là est bleu et vit en Russie. Pour le reste, nous retrouvons certains repères : le petit pot à amener à sa grand-mère malade, la forêt à traverser... Point de loup, mais un ours, un tigre de Sibérie, un lapin ; chaque animal croisé successivement met en garde la fillette : « Ta maman ne t’a pas dit qu’il ne fallait pas traîner dans les bois ? » Heureusement, les animaux sont bienveillants et l’accompagnent chez sa grand-mère. Croyez-vous néanmoins que tout danger est écarté ?
Entre éléments connus et nouveautés, comment va s’achever cette histoire hybride ? Tout simplement à la convenance du lecteur qui se voit proposer plusieurs alternatives !
Ce conte détourné est joliment illustré avec quelques situations très tendres et d’autres... un peu moins !

coup de coeur La petite fille en rouge / A. Frisch ; R. Innocenti. - Gallimard. 2013

« Les histoires sont comme le ciel : changeantes, imprévisibles et susceptibles de vous surprendre sans protection. » Mais elles ont un avantage sur la vie : elles sont « magiques » et peuvent décliner d’autres fins... C’est ainsi balisée que se raconte l’histoire de Sophia, petite fille en rouge, qui doit porter quelques douceurs à sa mamie. La forêt se dessine, serrée et grouillante, en béton et très urbaine. Il y a les merveilles : musique, magie, mystères ; et les nombreuses tentations. De quoi se perdre en chemin et éprouver le danger... Les dangers plus exactement, indistincts, sourds, angoissants parce que protéiformes.
Mais n’oubliez pas, nous sommes dans une histoire, que nous pouvons maîtriser, peu ou prou... Alors choisissons notre fin (versions de Perrault ou de Grimm), éprouvons notre confiance en l’avenir avec ce conte moderne très réussi dans sa mise en abime, son graphisme très riche et sa capacité à réinventer un conte tellement revisité.

coup de coeur Les moufles de Petit Chaperon / I. Almagro ; M. Mardones. - Oqo

Chaperonnette se rend chez sa grand-mère mais tout va de travers : il neige, elle a oublié son panier... « C’est bizarre ! dit Chaperonnette (...) Dans mon conte, il ne neige jamais ! » Et le comble : le loup ne se montre pas !
Le conte de dévoration laisse ici la place à une histoire étrange, « bizarre », fantastique. Cette Chaperonnette n’a rien de l’héroïne douce et sage, affiche un visage d’adulte au regard triste et à la moue désabusée. Elle recherche son histoire, en vain, suivie par des créatures improbables qui partagent son incrédulité.
Outre le détournement résolument original, les illustrations proposent un univers en soi avec nombre détails à observer qui invitent à lire et relire l’album pour en saisir toute sa plaisante étrangeté.

coup de coeur C’est pour mieux te manger ! / F. Rogier. - Atelier du poisson soluble

« Il était encore une fois un Petit Chaperon rouge » etc etc. Oui on connaît l’histoire... Mais l’illustration laisse présager d’un hiatus à venir : un personnage central toujours de dos, 3 petits cochons qui semblent s’être trompés d’univers... la progression du conte connu promet une chute grinçante et les victimes ne seront pas celles annoncées ! Dessins en noir et rouge participent de cette ambiance entre frissons et humour.

coup de coeur .rouge chaperon petit Le / M. Tillet ; M. Cros. - CMDE. - (Dans le ventre de la baleine)

Les séquences narratives du Petit chaperon rouge sont bien là, identifiables, mais sont égrenées à rebours : dévoration de la fillette / confrontation du loup déguisé et de la fillette / dévoration de la grand-mère / rencontre du loup et de la fillette dans les bois / balade dans les bois / dialogues de la mère et du chaperon rouge. Chaque double page de texte alterne avec des illustrations pleine page au trait noir, que viennent éclabousser quelques traces rouges. Ajoutés à cela des dialogues qui distillent une étrangeté légère, que se dispute l’effroi provoqué par la compréhension de détails propres à la version nivernaise, vous aurez un conte qui déroute, surprend et finit par emporter l’adhésion du lecteur, saisi, entre sentiment de familiarité et impression de décalage. Un album à conseiller aux plus grands.

coup de coeur Le petit chaperon rouge / P. Galdone. - Circonflexe. - (Aux couleurs du temps)

La collection Aux couleurs du temps est destinée à reproduire les œuvres majeures du siècle dernier, il paraît légitime d’y voir ce Petit chaperon rouge de 1974, de ce grand illustrateur américain Paul Galdone. Son adaptation de la version des frères Grimm est fidèle, illustrée par le trait si reconnaissable de l’artiste, qui oppose avec radicalité l’innocence de la fillette et la sournoiserie du loup. Bel ouvrage classique.

coup de coeur Le petit chaperon rouge / C. Perrault ; C. Sourdais. - Hélium

Le texte est celui de Charles Perrault, moralité incluse, le graphisme se démarque, de par le format tout d’abord, en livre accordéon, et par l’illustration, en formes découpées, évidées. L’ouvrage pourra ainsi se lire comme un album, en déployant le leporello, ou selon le principe du kamishibaï avec l’adulte qui lit le texte d’un côté, l’enfant qui observe le décor de l’autre côté, décor qui prendra une dimension supplémentaire éclairé d’une lampe.

coup de coeur Le Petit Chaperon bleu / G. Risari ; C. Pollet. - Le Baron perché

La fillette de cet album doit aller porter un panier à sa grand-mère en passant par les bois... Elle est vêtue d’une pèlerine... bleue. Vous ne serez pas étonnés de savoir qu’elle rencontre le loup mais ne vous imaginez pas en terrain connu. Car cet album ingénieux mêle très habilement univers réaliste et contes traditionnels, texte et illustrations brouillant tour à tour les pistes. L’histoire s’inscrit dans un contexte urbain, contemporain, quotidien, appuyé par des notes de bas de page explicatives ; mais les contes s’immiscent -et alors les notes disparaissent- rendant les frontières poreuses pour le plus grand plaisir du lecteur qui se laisse emporter. La belle au bois dormant, Cendrillon, La princesse et le crapaud et autres personnages merveilleux sont convoqués dans les jeux de notre chaperon bleu et son loup, bien assez volontaires et téméraires pour clôturer, à leur façon, leur propre conte. Une histoire en abyme jubilatoire.

coup de coeur Le petit chaperon rouge / C. Perrault ; L. Arickx. - Actes Sud

La version de Charles Perrault, moralité comprise, est illustrée par Lydie Arickx, artiste peintre et sculptrice qui publie pour la première fois en jeunesse.
Petite figure fragile et mal assurée, ce petit chaperon rouge est noyé dans les lavis noirs qui représentent à la fois la forêt et le loup. Quelques feuilles calque, avec la silhouette tranchée du loup, viennent ponctuer l’histoire implacable, rappelant la menace et contrastant avec les dessins plus diffus.
Les peintures restituent, dans un format à l’italienne, toute la violence du conte, de façon brute et primitive.

coup de coeur Caperucita roja / A. Serra. - Narval

Rarement les personnages du loup et du Petit chaperon rouge ont été si liés. Imbriqués, indissociables. Quels que soient les cadrages, renouvelés à chaque page, ils sont présents tous les deux, se toisent, se jaugent, se mêlent, dans un jeu envoutant de crayonnés noir et rouge.
Cette version graphique très novatrice surprend et invite à interroger encore ce conte de dévoration bien connu. Avec d’autant plus de liberté que le texte en est absent.

coup de coeur Mon ballon / M. Ramos. - Ecole des loisirs. - (Pastel)

Le Petit Chaperon rouge se rend chez sa grand-mère pour lui montrer son nouveau ballon rouge. Mais la forêt remue... Tant que le loup n’y est pas, le bois est peuplé d’animaux inattendus : un lion sportif, une girafe prétentieuse, un éléphant délicat... Quand, enfin, le loup apparaît, c’est encore d’une façon surprenante que s’achève l’histoire.
Un texte énumératif qui progresse, de craintes en surprises, au rythme d’une chanson bien connue des enfants : Promenons-nous dans les bois ...

coup de coeur Le Petit Chaperon rouge / C. Perrault ; T. Dedieu. - Seuil

Thierry Dedieu illustre le texte de Charles Perrault à la manière d’une toile de Jouy (personnages et cadre bucolique). Le décor est en crayonné noir et ocre, les personnages se démarquent et s’animent par la couleur -chacun la sienne- et les expressions terribles. L’issue qui est celle de Perrault est rendue plus violente encore par l’absence de la moralité. L’illustrateur veut-il épargner le lecteur ou le laisser imaginer le pire : il lui montre, plutôt que la scène finale, les spectateurs du drame : des chouettes, saisies, sur une toile de fond qui s’est drapée de rouge...

coup de coeur Le Petit chaperon rouge ; Little red riding hood ; Caperucita roja / Takacs Mari ; Tibor Karpati ; A. Baranyai ; A. Balogh ; R. Bori. - Csimota

5 petits albums carrés sans texte aux graphismes très différents pour raconter l’inépuisable histoire du petit chaperon rouge. Formes géométriques, profusion de traits de peinture, dessins pixelisés ou plus traditionnels, chaque artiste apporte sa vision de la version des frères Grimm.

coup de coeur Le petit chaperon chinois / M. Sellier ; C. Louis. - Picquier

Si l’on reconnaît bien la trame du petit chaperon rouge, elle diffère en cela que c’est la grand-mère qui vient rendre visite à ses trois petites filles. Interceptée par le loup, elle se fera dévorer. Les 3 fillettes, bien que méfiantes, ont maille à partir avec le loup rusé.
Le texte, nourri d’onomatopées et ponctué d’idéogrammes chinois, est magistralement complété par une illustration en papiers noirs ciselés sur fond rouge qui se déploie en accordéon.

coup de coeur Mon petit chaperon rouge / P. Baro. - Rouge Safran

Une petite fille toute vêtue de rouge en balade dans la forêt ; elle croise... un ogre ! Ce n’est pas sa chair qu’il convoite mais sa liberté et le chaperon rouge, devenu noir, sera le symbole de sa captivité.
Version très personnelle et militante du célèbre conte qui fait référence au régime iranien (avec un poème persan en troisième de couverture malheureusement non traduit).

coup de coeur Le Petit chaPUBron rouge / A. Serres, C. Perrault ; C. Perrin. - Rue du monde

Même dans les livres, on est envahi par la pub, c’est un comble ! Sauf qu’ici, c’est inattendu et décalé : pas moins de 14 artistes se sont associés pour revisiter le célèbre conte du Petit chaperon rouge qui devient... un album publicitaire !
Chaque épisode bien connu est interrompu par une pub. Pour la mère-grand enrhumée, une réclame pour du pchitt-pchitt-choum-choum qui « nettoie vos narines ». Et la vie du Petit chaperon avalée gloutonnement n’aurait-elle pas été radicalement différente si elle avait eu un Magicphonik ?
Styles graphiques, slogans publicitaires, compléments de texte, la publicité s’affiche dans une diversité ludique certes mais non dénuée d’un sens critique et ironique !
PS : Tout cela ne doit pas faire oublier l’illustration de Clotilde Perrin : entre les encarts publicitaires, elle arrive à imposer sa version qui en d’autres circonstances aurait pu effrayer comme il se doit.

coup de coeur Le Petit Chaperon rouge ou la Petit Fille aux habits de fer-blanc / J.-J. Fdida, R. Lejonc. - Didier

Pour cette version du Petit chaperon rouge, Jean-Jacques Fdida s’est inspiré de contes de tradition orale précédant la version de Perrault : conte nivernais de 1870, conte tourangeau de 1885 et même un texte du 11° siècle... La petite fille habillée d’un manteau d’écarlate se rend chez sa Grand et ruse pour échapper au loup. Adaptation plus crue et plus directe avec une illustration à l’unisson qui donne à voir la jeune fille en pleine scène d’effeuillage, puis nue. Surprenant, déroutant, de quoi redécouvrir ce conte qui inspire encore et toujours.

coup de coeur Rouge / S. Sauzay. - Au lion passant

Une version très personnelle et graphique du Petit chaperon rouge par la peintre Sophie Sauzay. Dans un livre accordéon cartonné et sans texte, la célèbre figure de conte se trouble et se mêle à celle du loup. Le chasseur, lui, est toujours là...

coup de coeur Rouge / A. Brière-Haquet ; E. Carpentier. - Motus

Tricoti, Tricotin, toute la semaine, une mamie tricote de quoi habiller sa petite fille : lundi, des chaussettes. Mardi, des gants... Quel que soit le vêtement, il est rouge, bien rouge, et surtout, met systématiquement en difficulté la fillette ! Mais notre petite mamie s’acharne...
Alice Brière-Haquet imagine un préambule au conte classique du Chaperon rouge, sur le rythme d’une comptine qui, en connivence avec les gravures rouge et noir, joue à nous faire peur. A trop vouloir protéger, on va droit... dans la gueule du loup !

coup de coeur La nuit du visiteur / B. Jacques. - Benoît Jacques

Scène clé du Petit chaperon rouge : le loup cherche à entrer chez Mère-Grand. Mais nous ne sommes ni chez Perrault, ni chez les Grimm : Benoît Jacques a crée Mère-Grand dure de la feuille. C’est qui ?... Qui ça ?...Plaît-il ?. Le loup, motivé, s’invente 1001 identités et missions -tout en rimes- comme si chacune pouvait être mieux entendue que la précédente. Loup motivé mais irritable, très irritable. D’autant que Mère-grand a aussi des problème de mémoire... Sa colère va s’exprimer dans la démesure, silhouettes et tailles de caractère à l’unisson de ce déchaînement. Et le petit chaperon rouge, dans l’histoire ?

coup de coeur Un petit chaperon rouge / M. Leray. - Actes Sud

Crayonné noir pour le loup, rouge pour le petit chaperon, le tout sur fond blanc dans un petit format allongé. Même opposition des couleurs pour le texte. Le dialogue s’amorce, on connait le couplet. Sauf qu’ici, la fillette se révèle particulièrement sûre d’elle. Arrogante même.
Dans cette version revisitée du célèbre conte, sobriété du trait et expressivité maximum. Mais, pour sûr, l’époque n’est plus ce qu’elle était !

coup de coeur Le petit livre rouge / P. Brasseur. - Ecole des loisirs. - (Off)

Page de gauche : une assemblée de souris s’installe, dans un vrai cérémonial, pour lire une histoire. Attention ! Un livre, c’est sacré : on se lave les mains avant de l’empoigner, on en prend soin, on tourne bien les pages etc etc...
Page de droite : l’histoire du Petit chaperon rouge quelque peu revisitée. La fillette doit amener un petit livre rouge à sa grand-mère. Oui mais en chemin, il s’avère que le livre est très pratique pour manger, s’éventer, et toutes sortes de choses moyennement recommandables... Désacralisation totale du livre.
Deux approches radicalement différentes de l’objet livre mais un même plaisir de la double histoire qui nous est contée. Humour outrancier.

coup de coeur Dans la gueule du loup / F. Negrin. - Rouergue

Nouvelle version du petit chaperon rouge et c’est le loup qui est le narrateur ici. Il se pose en victime, victime de la fatalité. S’il mange la grand-mère, c’est parce que sa laideur lui est insupportable et sous-entend que n’importe qui aurait fait la même chose. S’il suit le petit chaperon rouge, c’est parce qu’au contraire, sa beauté le fascine, à tel point qu’il l’avait pris pour un ange. Et s’il la mange, c’est simplement que la fillette, ayant trébuché sur les savates de sa grand-mère, est tombée par inadvertance dans sa gueule. Ce loup va plus loin dans sa candeur (ou sa mauvaise foi, c’est selon !) : il a pris le chasseur pour une autre petite fille, à moustache cette fois, et s’est jeté volontairement sur son fusil à seule fin de libérer la belle avalée.
Un récit et un humour qui dérouteront peut-être les enfants de prime abord mais qui les enchanteront en seconde lecture. Un livre original donc, par le ton adopté mais également par les illustrations qui, pour certaines, rappellent les « naïves » du Douanier Rousseau, appuyant encore cette soi-disant naïveté du personnage principal.

coup de coeur Le petit chaperon rouge / Les frères Grimm ; S. Janssen. - Seuil

Une version du conte célèbre pour les plus grands. L’illustration de l’artiste allemande insiste sur les visages et les volumes et installe une atmosphère surréaliste proche de l’angoisse.

Roman(s) :


coup de coeur Le cri du petit chaperon rouge / B. T. Hanika. - Alice. - (Tertio)

Malvina aimait aller chez ses grand-parents après sa leçon de piano. Mais ça, c’était avant. Bien avant les gestes déplacés de son grand-père. Elle a osé dire, un peu, qu’elle ne veut plus y aller. Mais que pèse un "grand-père m’a embrassée" devant l’attitude autoritaire de son père qui lui rétorque qu’elle doit cesser son cinéma et être gentille avec son vieux grand-père. Sa mère, elle, s’isole dans le noir lors de ses fréquentes migraines. Malvina est au bord de l’explosion.
Le lecteur comprend petit à petit, dans cette ambiance lourde et malsaine, ce qu’il y a derrière ces baisers. Tout ce qui fait grandir le malaise de cette jeune fille de 13 ans qui découvre l’abject à l’heure où l’on devrait se réjouir des premiers émois amoureux. C’est d’ailleurs ses sentiments pour Traque qui lui donneront la force d’affirmer haut et fort ce qui ne doit plus être. Car heureusement, hors de sa famille, elle rencontre des personnes qui parlent, vivent et ouvrent des portes dans sa vie étouffée. A elle et grâce à elles, Malvina pourra enfin parler.
Une version forte du Petit Chaperon rouge... Le lecteur perçoit à la fois l’immobilisme des parents, leur négation des faits et la tension palpable de la jeune fille coupée en deux. Prise entre culpabilité et révolte, le taire ou le dire... Coup de coeur de Marie C.

coup de coeur Et que la nuit glisse sur le bleu de ta jupe / C. Portillo ; H. Pancer. - T. Magnier. - (Photoroman)

Elle s’appelle Bleuet et tout en elle suscite le mystère. Elle est toute jeune, vient d’on ne sait où, ne prononce pas un mot ; elle préfère les photos aux mots. Elle ne quitte jamais sa poule Marilyn, confortablement installée dans son sac à main. Deux poules, chuchote-t-on sur leur passage… Pas de médisances cependant comme il est souvent de rigueur dans ces petits villages, juste une foule d’interrogations teintées d’admiration.
Un jour, en marge de tous ces hommes qui passent dans sa chambre, arrive Tim la Poisse et il se pourrait bien que celui-là ait une place particulière, qu’il sache accrocher le regard de Bleuet, habituellement perdu dans le lointain...
Un univers à part dans le roman pour adolescents, plein de mystère et d’humanité, avec de belle figures féminines.

Et aussi... :


coup de coeur Le petit chaperon rouge / C. Finateau ; L. Guyader ; L. Pradeau ; M. Giordano. - Larousse (Les contes en chansons), 2013

La collection présente des version pour petits de contes connus : langage très simplifié (syntaxe, vocabulaire, suppression des images), intrigue centrée sur les péripéties, absence des morales. Une première chanson, commune à toute la collection, fait office de formulette d’ouverture. On en retrouve les paroles en fin d’ouvrage, comme pour les 4 autres chansons (pour le Petit chaperon rouge : ouverture / avertissement de la maman au PCR / Mode d’emploi : La bobinette / Conseil au chasseur de laisser le fusil au placard). Un petit signal sonore, sur le CD, indique le changement de page. A l’inverse, l’album signale par une clé de sol lorsque le CD inclut une chanson. Ce système permet une bonne navigation entre l’un et l’autre.
Le CD possède 19 plages dont trois en toute fin, version instrumentale des chansons qui permettent une appropriation par les enfants ; elles montrent la simplicité de la mélodie, de l’orchestration. L’ensemble reste malgré tout entrainant, apporte une originalité au conte. Guillaume Orsat est le seul narrateur, les chansons sont assurées par 4 voix, masculine et féminines. Le conte se veut un mix de Perrault et Grimm (dans les mentions faites en page de titre). Les illustrations sont colorées et linéaires, elles ont un côté flashy qui plaira peut-être mais manque de recherche. Néanmoins, de petits détails sympathiques égaient le tout.
Un ensemble correct pour les petits qui manque néanmoins d’une recherche esthétique.
Autres titres dans la collection : Les trois petits cochons ; Le chat botté ; Le petit poucet

coup de coeur Le Petit Chaperon rouge / C. Perrault ; C. Aufaure ; L. Placin. - Gallimard. - (Mes histoires lues)

Il s’agit de la version intégrale du conte de Perrault. Ce conte d’avertissement est en fait destiné aux jeunes filles, comme en témoignent la mort du Petit Chaperon rouge et la moralité qui n’est pas omise comme c’est souvent le cas dans les éditions pour enfants. Cependant l’album et le CD visent les jeunes enfants non lecteurs ou lecteurs débutants, clairement et trop exclusivement. La brièveté du conte permet aux illustrations de se déployer largement. Celles-ci, très colorées, sont géométriques, de facture naïve. Elles comportent des détails caractéristiques de l’illustratrice : le feuillage des arbres ressemble à des tissus imprimés. Elles mettent l’accent sur les personnages. Elles donnent une image très enfantine du Petit Chaperon rouge, dont le vêtement surprend car il est, comme les plantes, rayé. La grand-mère paraît très jeune. Quant au loup virevoltant, il est vêtu d’une sorte de culotte tyrolienne et on remarque surtout ses yeux, vus constamment de face, alors que son museau est représenté de profil. L’ensemble, assez humoristique, souligne l’effort de séduction du loup qui ne fait jamais peur.
L’interprétation de Claude Aufaure est en harmonie avec la gaîté des illustrations. Sa façon de jouer les différents personnages et sa voix chaleureuse amuseront le jeune lecteur. Mais même celui-ci peut trouver trop envahissante la petite musique qui invite à tourner les pages, même lors de la montée dramatique finale. L’accompagnement musical en revanche est bienvenu. Discret et varié, il s’accorde avec la tonalité propre aux différentes péripéties.
Un album-CD finalement assez sympathique pour aborder le conte avec les petits. Mais pour un prix comparable, l’ouvrage de la collection Folio Benjamin du même éditeur s’adresse à un public plus large.

coup de coeur L’ ogresse poilue / F. Morel ; D. Di Gilio ; N. Choux. - Syros

Encore une nouvelle version du Chaperon rouge mais quelle version ! C’est à un vrai moment de jubilation que nous convient ces deux conteuses manifestement habituées à travailler ensemble (elles forment la compagnie Huile d’olive et beurre salé). L’une est française, l’autre italienne, et c’est avec leurs voix seules qu’elles racontent l’histoire en jouant de leurs accents et de tout une gamme de tons différents.
Ici le loup est remplacé par une ogresse qui n’a de cesse de manger et la petite fille et la grand-mère. Dans ce conte détourné, on retrouve la trame de plusieurs contes traditionnels : celle du conte nivernais original où le loup déguisé en grand-mère attache le chaperon rouge qui a envie de sortir faire pipi avec une ficelle et sera berné ; celle du fleuve qui comme dans Baba Yaga se fait compatissant pour la petite héroïne. L’illustration est peut-être un peu sage par rapport à cette partition vivifiante mais l’objet reste très attirant et plutôt réussi. A offrir dès 5 ou 6 ans.

coup de coeur Le vrai petit chaperon rouge / M. Gautier. - Geste éditions

Où l’on verra que Charles Perrault et Walt Disney n’ont rien inventé : les contes de tradition orale voyagent et se transmettent d’une culture à une autre, en leur empruntant divers éléments.
La version répandue par Perrault nous donne à voir une petite fille bien présentable, en oubliant que, dans les versions traditionnelles, la petite fille boit le sang et mange la chair de sa grand-mère tuée par le loup.
Mais le vrai petit chaperon rouge nous laisse, lui, plus de liberté d’interprétation, et sa musique vient du plus profond de l’histoire humaine.
Dix autres contes suivent cette version du Petit Chaperon Rouge. (Résumé de l’éditeur)

Sommaire

La petite fille qui allait porter du mil à sa grand-mère
La petite felle qu’alét portàe dau mell a sa memae

La petite poulette
La petite pouléte

Le merle blanc
Le mérle bllan

Petite-Moitié-de-Poulet
Petit-Moetai-Poulét

L’homme qui avait autant d’enfants qu’il y a de jours dans l’an
L’oume qu’avét autant d’enfants queme o n-at de jhours den l’an

Le petit coquet
Le petit coquét

Jean l’Ours
Jhan l’Ours

Le garçon qui allait sonner l’angélus
Le ga qu âlét sounàe I ânjhélus

Les trois petites poulettes
Lés troes petites poulétes

La chèvre blanche
La beque Manche

Le petit oiseau blanc
Le petit osea Man

coup de coeur Rouge : l’ogre qui mangeait les petits enfants / J. Troïanowski. - Makaka

On croit découvrir une énième version de Petit chaperon rouge : une fillette tout de rouge vêtue, pénètre dans une forêt dense et croise un loup affamé... Mais le lecteur sauve l’héroïne intrépide et le conte, connu entre tous, invite d’autres personnages : des enfants abandonnés, un ogre, des lutins...
Hommage à l’univers du conte qui leur préfère une fin plus légère !

coup de coeur Rotkäppchen / J. Wenzl. - Schacks. - (Daumenkino)

Un petit chaperon rouge bien trash qui, panier au bras, va s’accorder une pause alcoolisée... Lorsque la fillette déglinguée croise le loup, une lutte acharnée s’engage... et nous aurons à nouveau l’occasion de voir le sourire édenté de notre héroïne qui n’a ici plus rien d’une victime !
Une séquence du célèbre conte en flipbook noir et blanc qui le réinvente totalement. (Pour une démonstration en live...)

coup de coeur Petits chaperons loups / C. Bruel ; N. Claveloux. - Etre

L’histoire du Petit chaperon rouge, on la connaît. Ici, c’est au lecteur de la raconter, de l’imaginer à son goût, guidé par les différentes illustrations du Chaperon -à gauche- et du Loup -à droite. Chaperon sardonique, effrayé, décidé... Loup combatif, régressif, docile... En variant les associations d’images, l’histoire, sans un mot, se raconte au pluriel.

coup de coeur Le chaperon rouge / O. Cohen, R. Giraud, P. Cholley ; N. Choux. - Thierry Magnier

Proche au début du conte de Grimm et de Perrault, l’histoire s’en éloigne peu à peu. Plus de détails poétiques et humoristiques viennent agrémenter cette version et la rendre plus accessible à un jeune public d’aujourd’hui. Un vocabulaire réactualisé transforme en partie ce conte.
Le comédien Roland Giraud raconte avec beaucoup de talent l’histoire, épaulé par une musique qui arrive à bon escient. Le ton est enjoué, la musique alerte et l’attention reste soutenue tout au long du disque.
L’histoire se termine avec une fin heureuse mais différente de celle du conte de Grimm. Cette version (25 mn d’écoute) permet de penser qu’on peut dépoussiérer et réactualiser les contes traditionnels sans les trahir vraiment. Mais malgré le talent du conteur et les illustrations plutôt sympathiques, la fin de la version n’est pas totalement convaincante.

coup de coeur Le petit chaperon rouge / C. Perrault ; G. Hallensleben ; C. Aufaure. - Gallimard. - (Folio Benjamin)

La voix rauque, la musique discrète, les illustrations très évocatrices font de cet album une réussite. Le texte de Charles Perrault est respecté à la lettre, point de chasseur à la fin qui vient libérer les héroïnes. On l’attend ce moment fatal, et avec quel bonheur...
A la suite de l’histoire et de la lecture scrupuleuse de sa morale, le même acteur anime des ateliers comme dans les autres titres de la série (Atelier des bruits, Atelier des mots, Mais qu’est ce que c’est ?, Atelier théâtre avec les formulettes du Petit chaperon rouge). A partir de 5 ans

coup de coeur La course de l’élan / H. Ben Kemoun ; B. Heitz. - Casterman. - (Six et plus)

Pour la première fois, devant son groupe d’amis, l’élan se lance dans la lecture d’une histoire : le Petit Chaperon rouge. Mais l’assemblée a bien du mal à suivre... Il faut dire que le conte bien connu, sans ponctuation, ne ressemble plus à rien...
Ou comment notre élan apprit, par la force des choses, l’utilité des signes de ponctuations...

<<< Retour à la page précédente

© Association Croqu'Livre - Centre régional de ressources en littérature jeunesse